Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’intelligence artificielle pourrait mettre 50% de l’humanité (...)

L’intelligence artificielle pourrait mettre 50% de l’humanité au chômage

Robot {JPEG} La prédiction est inquiétante. Selon le spécialiste américain de l'informatique Moshe Vardi, directeur de l'Institute for Information Technology à l'Université Rice au Texas, l'avènement de l'intelligence artificielle pourrait plonger plus de 50% de la population mondiale au chômage au cours des trente prochaines années. "Nous approchons d'une époque où les machines pourront surpasser les êtres humains dans presque toutes les tâches", son avènement poserait, à terme, la question de l'utilité même de l'espèce humaine a déclaré le professeur d'informatique devant l'Association américaine pour l'avancement des sciences (AAAS), rapporte le Guardian dans son édition du 13 février ( http://www.theguardian.com/technology/2016/feb/13/artificial-intelligence-ai-unemployment-jobs-moshe-vardi)

D'après le scientifique, qui ne dévoile pas sa méthode de calcul, ce sont les "emplois de la classe moyenne" qui payeront le prix du progrès technologique. Avec une conséquence dramatique : un accroissement inédit des inégalités.

 

Un tel bouleversement n'est pas nouveau. Au 19ème siècle, la révolution industrielle a développé le machinisme, qui a détruit de nombreux emplois. Mais la "révolution de l'intelligence artificielle" n'opposera pas les capacités physiques des machines et des homme mais bien l'esprit de l'Homme à l'intelligence des robots. Le scientifique cite en exemple la Chine où plusieurs entreprises, comme Samsung, développent des robots destinés à remplacer les travailleurs de chair et de sang.

La plus grande découverte de l'homme mais aussi sa dernière ?

A terme, l'espèce humaine va être confrontée à une question d'ordre existentielle, juge Moshe Vardi : "Que peuvent faire les hommes, quand les machines peuvent presque tout réaliser ?"

Avant lui, l'an passé, le physicien Stephen Hawking ainsi que les milliardaires Bill Gates et Elon Musk ont émis un avertissement similaire. Hawking a averti que IA "pourrait signifier la fin de la race humaine » et Musk a dit qu'elle représente « notre plus grande menace existentielle ».

Ces conclusions anxiogènes doivent nous faire bondir car bien au contraire elles devraient annoncer un monde meilleur basé sur le travail des machines et la libération de l'humain. Nos politiques et ces experts nous donnent une vision cauchemardesque de l'avenir alors qu'en réalité les seuls emplois que nous créerons seront pour nos machines et c'est une très bonne chose.

Rappelons aussi que selon une étude de l’ONG britannique Oxfam, les 62 personnes les plus riches au monde possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres et que les Le patrimoine cumulé des 1 % les plus riches du monde a dépassé l’an dernier celui des 99 % restants.

Le vrai problème est l'accumulation de richesse par une poignée de gens et la paupérisation croissante de la population mondiale.

Le remplacement des travailleurs salariés par des robots censés poser la question de l'avenir de l'humanité est juste une malhonnêteté intellectuelle flagrante pour l'asservissement des travailleurs dans une logique économique ultra-libérale qui marche sur la tête et rêve de réduire la population mondiale en esclavage.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

226 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er mars 10:00
    L’intelligence artificielle pourrait mettre 50% de l’humanité au chômageCela ne constituerait pas un problème avec le Dividende Universel !

    Au terme de 40 ans de chômage massif, il n’est plus temps de se concentrer sur la lutte contre le chômage mais de prendre en compte la réalité du déficit structurel d’emplois tout en imaginant le mieux pour sortir d’affaire les chômeurs, sans fermer la porte à un éventuel hypothétique retour au plein-emploi.

    Le Projet Socio-Économique ci-dessous bénéficie de
    l’accord intellectuel et du soutien moral de
    Jacques SAPIR,
    Économiste.

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

    INTRODUCTION :

    Depuis la fin des Trente Glorieuses, vers 1975, soit depuis 39 ans, nous avons dû nous accommoder du chômage massif.
    Il serait peut-être enfin temps de remettre en question notre paradigme sur le « Plein-Emploi » qui est devenu une sorte d’Arlésienne...
    Sans doute faut-il adopter un nouveau paradigme en la matière qui éradiquerait définitivement le concept même de chômage.

    ¿ Et si la majorité des Français(es) adoptait un paradigme SOCIO-ÉCONOMIQUE réellement innovant et véritablement progressiste ?

    Cependant, au
    Revenu de Base financé par la Fiscalité, sans Refondation du Capitalisme
    on peut préférer le
    Dividende Universel financé par l’Épargne, avec Refondation du Capitalisme

    ​​Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

    Lire le lien, SVP :

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel ​financées ​par l’Épargne.
    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/47/56/Refondation_du_Capitalisme_et_Dividende_Uni versel_Sincerite.pdf

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

    RÉSUMÉ :

    Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

    Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

    Objectif Principal :
    Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
    Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
    Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.

    Objectifs Spécifiques :
    I)
    Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
    Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
    II)
    Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
    II.1)
    À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
    II.2)
    a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.
    b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans plus jamais être accusés d’exploiter qui que ce soit.
    II.3)
    Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel (Auto-régulation automatique : Activité économique / Dividende Universel).

    ​On n’ose imaginer que l’Humanité serait si stupide pour se lancer dans cette dernière voie suicidaire ! ! !​

    = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

    L’addendum ci-dessous apporte la preuve, a contrario, de la pertinence du projet ci-dessus.

    ​Addendum :
    À partir de 1989, la Russie aurait pu mettre en œuvre le projet ci-dessus en s’évitant la phase d’épargne incluse dans cette proposition puisque tout le « capital social » des entreprises était depuis longtemps la possession de l’État et, donc, du peuple russe.

    Lire le lien, SVP :
    Pauvre peuple russe : Spolié en 1917 et en 1991 !
    http://www.sincerites.org/2014/08/pauvre-peuple-russe-spolie-en-1917-et-en-1991.html

     = = = = = = = =
    ​Post-scriptum :
    ​Fondation Capitaliste Virtuelle : Bilan 2001 - 2014

    http://www.sincerites.org/2015/02/fondation-capitaliste-virtuelle-bilan-2001-2014.html

    = = = = = = = =
    La chance de Cuba : son Économie d’État !
    http://www.sincerites.org/2015/05/la-chance-de-cuba-son-economie-d-etat.html


    • JL JL 1er mars 10:32
      ce projet est au revenu de base financé par l’impôt ce que sont les fonds de pension à la retraite par répartition. Pire : c’est comme si l’Etat versait directement l’argent des cotisations retraites à des fonds de pension. Les fonds de pension, c’est une chose relativement respectable (sous réserve), mais seulement quand ils sont financés par l’épargne individuelle. 
       
      De la même façon, les investissements collectifs, les grands travaux, la recherche, les infrastructures, les services publics, etc. sont des placements positifs alors que les achats par l’Etat d’actions préconisés par ce projet ne feraient qu’augmenter la marchandisation à tous crins et sans aucune considérations éthiques.
       
      Je le dis et le redis au risque de voir rappliquer ici son chantre obstiné : ce projet Llabrés est ce que je connais de pire en matière de libéralisme mortifère.

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er mars 10:38

      @jlPar Jean-Pierre Llabrés (---.---.---.82) 5 juin 2014 09:38
      N.B. : Pour juger de la pertinence des commentaires de « jl »... (qui, lui, ne se répète pas)..., lire ci-dessous :Par JL (---.---.119.40) 5 juin 2014 09:23
      Poutine, la Crimée et l’Ukraine, pourquoi ?

      Par JL (---.---.119.40) 25 mai 2014 08:32
      « Et vous n’avez jamais été capable de répondre à cette question : en supposant qu’ils acceptent de vendre, que feraient-ils de cet colossale masse d’argent ? »
      ====================================

      Par JL1 (---.---.30.183) 22 décembre 2011 10:04
      « L’histoire ne dit pas ce que feront les gentils capitalistes de l’argent qu’il récupèreront en échange de leurs actions. »Par Jean-Pierre Llabrés (---.---.45.82) 22 décembre 2011 10:39

      « les gentils capitalistes acceptent de vendre au peuple leurs actions » ; au « peuple » et à qui que ce soit : la bourse ne sélectionne ni vendeurs ni acheteurs.

      Le peuple achètera ces actions en se privant d’aides sociales aussi longtemps qu’il le faudra, évidemment.
      FAUX ! ! !

      L’histoire dit que les gentils capitalistes investiront dans d’autres actions (déjà existantes ou nouvelles car le capital boursier ne constitue pas un volume fixe mais en expansion : environ 36.000 milliards d’Euros aujourd’hui) avec l’argent qu’il récupèreront en échange de leurs actions tout comme ils le font, aujourd’hui, quand ils décident de vendre partie de leur portefeuille ; ils achètent d’autres actions.

      N.B. :
      Effectivement, je me suis abstenu de répondre à nouveau à cette question depuis DÉCEMBRE 2011 ! ! !...

      =======================

      ​Autre morceau d’anthologie :​​JL 13 janvier 11:51
      Dans le même ordre d’idée, les salariés ont également des semaines aussi chargées, si on additionne leurs temps de travail salarié et personnel.Jean-Pierre Llabrés 13 janvier 12:01
      Qu’est le « temps de travail personnel » d’un salarié ?JL (---.---.---.194) 20 janvier 09:47

      @Jean-Pierre Llabrés, les journées ne font que 24 heures, pour un patron comme pour un employé. Chacun est libre d’employer son temps comme il veut. Ce que vous faites de vôtre temps ne me regarde pas ; ce que je fais du mien ne vous regarde pas.Je dis que c’est une hérésie de comparer le temps d’un patron et le temps de son salarié, temps consacrés tous deux au même objectif : le chiffre d’affaire, donc le profit du patron.

      Jean-Pierre Llabrés :
      Allez comprendre ! ! !...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 mars 01:01

      @Jean-Pierre Llabrés

       Ne dites pas « 50% en chômage, mais »80% en disponibilité pour faire une travail digne d’un être humain".... et pour laisser aux machines le travail qui n’exige qu’une compétence de machine. Il y’ a 50 ans j’écrivais déjà sur ce sujet.... voyez pierrejcallard.com., ou cherchez moi sur Google....

      Quant à donner un revenu sans contrepartie travail, NON. C’est un concept qui est prématuré de plusieurs décennies et qui, aujourd’hui, serait démotivant et une source de zizanie.


      Pierre JC Allard



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 mars 01:32

      @Pierre JC Allard

      Pour en savoir un peu plus..... sur l’avenir du « revenu »


      PJCA

    • Spartacus Spartacus 1er mars 10:42

      Pour info Samsung n’est pas chinois mais coréen du sud.


      Les études Oxfam sont des postures à bobos pour stigmatiser les riches et avoir des subventions des gouvernements socialistes du monde entier.

      Dans les soi disant 62, 1/3 (25) ne faisaient pas partie des 102 de l’année dernière. L’ignorance de la dynamique du capital....

      Comment peut on encore croire et diffuser cette ineptie que la richesse est une valeur absolue ?
      Par une éducation marxiste....

      Pour info l’ultra libéralisme n’existe pas. Il existe que le libéralisme. 
      Par ailleurs, la mise en esclavage est exactement l’inverse du libéralisme. Ce sont les marxistes qui veulent enfermer les gens dans des prisons de règlements et de directivisme. 

      • Gasty Gasty 1er mars 13:19

        @Spartacus

        Je dirais même que les règles des jeux enferment les joueurs qui veulent gagner un maximum d’être dans l’obligation de tricher. C’est désobligeant d’avoir à partager les même règles.

        Tous de marxistes...


      • Spartacus Spartacus 1er mars 13:30

        @Gasty


        Tricher c’est pas bien. Les mêmes règles c’est bien....

      • Pere Plexe Pere Plexe 1er mars 17:48

        @Spartacus
        Ces statistiques qui démontrent l’extrême concentration des richesses ne sont remises en causes par personnes.

        Piketty le Crédit Suisse Allianz Forbes et bien d’autres attestent ce fait. 

      • Spartacus Spartacus 2 mars 08:50

        @Pere Plexe


        Même avec les preuves on n’arrive pas à convaincre les gauchistes, car la doctrine chez eux est plus forte et ne vivent que dans le déni.
        C’est tellement plus simple de limiter ses malheurs à la cause des riches...
        Piketty a inventé les sources. Il a dans son bouquin même pris comme exemple Caledon Oakley et sa famille pour démontrer.....Sauf que ce con ne sait pas que Caledon Oakley est une fiction inventée par Cameron dans son film Titanic. Vérifiez !

        Il existe d’autres publications (Capgemini, Boston Consulting Group) qui démontrent que les riches, les entreprises sont les moteurs du changement social, sociétal et la base de la création de patrimoine des plus pauvres bien avant la redistribution de l’état.

        Malheureusement ces publications ne font pas partie de la lecture des gauchistes.

      • Pere Plexe Pere Plexe 2 mars 17:42

        Même avec les preuves on n’arrive pas à convaincre Spartacus.

        On vous mets devant des faits.
        Mais vous niez l’évidence. 

        Auriez vous la moindre source sérieuse qui dénonce les faits révélés par Oxfam ?


        Concernant l’attaque de Piketty il est frappant que nul part on trouve l’extrait ou il aurait mentionné Caldon Hokley.(Caledon suivant certain sites qui reprennent le mensonge de « Piketty au piquet » )

        Une rapide recherche dans le pdf de son « Capital au XXi siecle » ne trouve aucune occurrence...

        Vérifiez !

      • Le chien qui danse 1er mars 10:58

        Cette IA aura certainement pour but de permettre à l’homme, dans un avenir encore (un peu) lointain, de coloniser l’espace. Il nous restera le plus important, le rapport sprituel avec tous ça ; La pensée, la créativité ne sont pas programmable et heureusement car ce sont elles qui nous font humains.
        Si elle nous soulage de la servitude ça sera déjà un bon point. Certes les « médiocres » (genre spartafion) s’en serviront pour encore donner un peu plus de peps à leur capitalisation prédatrice sur terre (jusqu’a ce que mort s’en suive), mais comme elle les dépassera très largement, l’IA les denoncera et ne voudra pas travailler pour eux et il ne pourrons pas baisser son salaire ni la licencier (ha ha ha).


        • Aristoto Aristoto 1er mars 15:04

          Et qu est ce que t en sait tient !


        • Trelawney Trelawney 1er mars 11:15

          L’intelligence artificielle est une réalité à très courts terme. Actuellement le chômage de masse nous entraine dans une spirales économique qui abouti à la perte de tous nos repères économique : société de consommation, croissance, développement du progrès social et technologique.

          On pense à tort que pour retrouver le pleine emploi, il faut facilité les embauches en les rendant plus attractives pour l’employeur. Alors que ce dernier replace les travailleurs par des machines.

          Lutter contre le chômage est contre productif. Il faudra bien un jour que les gens ait le courage de le penser et d’agir en conséquence.

          Mark disait : « la liberté s’arrête là où commence le travail par nécessité ». Avec l’intelligence artificielle on a enfin la possibilité de se décharger du travail pour enfin vivre notre vie d’humain. Malheureusement ce progrès n’engendrera que précarité, inégalité, injustice et misère, et tout cela parce que nous ne nous sommes pas préparé à cette évolution


          • jpm jpm 1er mars 11:21

            L’intelligence artificielle, tout comme aujourd’hui l´automatisation des taches répétitives, permettrait donc de réduire de moitie la charge de travail de l’humanité. Cela pose évidemment la question de la réduction du temps du travail et son corolaire le partage du travail. 

            Par ailleurs, si le travail (pour autrui) n´est plus une nécessité absolue, il conviendra d´assurer la subsistance de l´ensemble de l´humanité… qu´elle ait ou non un emploi marchand. Le revenu de base inconditionnel est une réponse intéressante, car elle permet de libérer l´individu de l´obligation de travailler… tout en l´incitant malgré tout à trouver sa place dans la société, marchande ou pas.

            Mais cela ne remet pas du tout en cause l´existence de l´humanité… qui n´a pour vocation de travailler mais simplement de vivre paisiblement… tout comme les éléphants d´Afrique smiley


            • JL JL 1er mars 11:43

              @ jpm,

               
              ’’l´humanité… qui n´a pour vocation de travailler mais simplement de vivre paisiblement… tout comme les éléphants d´Afrique’’
               
              Le paradoxe de cette affaire c’est que l’homme ne saurait être à la fois le démiurge qui crée le nouveau biotope, et la créature qui y vit sans soucis. Votre monde rêvé est un monde schizophène et scindé.
               
              Que ferait un pauvre hère dans un monde dévasté par les machines et dans lequel il serait devenu impossible de s’épanouir sans un équipement sophistiqué hors de portée de sa maigre bourse qui lui permettrait à peine de se nourrir, vêtir et loger correctement ?
               


            • jpm jpm 1er mars 11:50

              @JL

              On peut vivre heureux sans les nouvelles technologies... du moment qu´on reste libre de participer ou pas au grand bazar et surtout qu´on a de quoi manger. Il faut surtout s´assurer que les nouvelles technologies et la polution qu´elles engendres ne nuisent pas a la qualite de vie des habitants de la planete... que ce soient des humains... ou des elephants.


            • L'enfoiré L’enfoiré 1er mars 16:27

              @jpm bonsoir,


               Le partage du travail, c’est ce qui a été proposé lors d’un colloque organisé par le PS.
               Cela dépend du genre de travail et comment vous l’organisez comme je l’explique ici. 
               Beaucoup de professions, cela ne peut pas s’envisager en alternatif.
               Cinq heures vous, cinq heures moi.
               Mais par longues sessions, pendant lesquelles vous vous déconnectez totalement pendant qu’un autre reprend la charge avec avoir bien décrit la situation avant d’avoir lâché la prise... 
                
               

            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er mars 16:43

              @jpm
              « Le revenu de base inconditionnel est une réponse intéressante, car elle permet de libérer l´individu de l´obligation de travailler… tout en l´incitant malgré tout à trouver sa place dans la société, marchande ou pas. »

              Le Revenu de Base Inconditionnel constituera une nécessité transitoire dans le futur proche.

              Financé par la fiscalité, il ne se heurtera qu’à la limite de capacité d’acceptation fiscale des Français(es).

            • jpm jpm 1er mars 16:55

              @L’enfoiré

              le partage du travail peut egalement passer par un depart plus tot a la retraite ou une entree plus tardive sur le marche du travail. Cela peut aussi passer par l´utilisation des services a la personne pour vous permettre de vous consacrer pleinement a ce que vous savez (ou aimez) faire.

              Dans tous les cas, cela doit passer par un partage des revenus du travail... et surtout du capital. Car il n´est pas normal que seuls les proprietaires des machines profittent des enormes gain de productivite.

              Mais de la meme facon il n´est pas normal que seuls ceux qui ont eu la chance (et parfois aussi le merite) de se trouver un boulot interessant et bien paye (souvent grace a de longues etudes payees en partie par la collectivité) puissent consommer sans compter alors que les autres doivent crever de faim dans leur coin.

              Personnelement je n´attends plus grand chose du PS francais... ou en tout cas rien de bon de la part des sinistres qui nous gouvernent actuellement.


            • Sozenz 1er mars 23:51

              @jpm
              Le revenu de base inconditionnel est une réponse intéressante, car elle permet de libérer l´individu de l´obligation de travailler… tout en l´incitant malgré tout à trouver sa place dans la société, marchande ou pas.

              Certes dans l absolue cette vision est le propre de l evolution technologique . mais ce n est pas l esprit dans lequel nous avançons ...
              mais, c est ce qui est mis en avant afin de faire avancer les scientifiques idéalistes ... certains sont d excellents scientifiques d’autres non scientifiques sont de très bon manipulateurs.
              c est le « comment mettre une carotte pour faire avancer un »âne« . » la passion« et la »gloire" n’ ont pas d’oreille, ni d yeux.
              la plus part des technologies sont mises au service du militaire.. donc pour servir l économie et non pas pour alléger l humanité .
              quand on a compris cette base . on comprend comment ça risque de tourner .


            • soi même 2 mars 15:31

              @jpm ( Mais cela ne remet pas du tout en cause l´existence de l´humanité… qui n´a pour vocation de travailler mais simplement de vivre paisiblement… tout comme les éléphants d´Afrique ) votre humour noir est sidérant... !


            • jpm jpm 2 mars 17:16

              @Sozenz

              je voulais simplement dire par la qu´on peut tres bien vivre sans travailler (pour autrui)... ce que nous prouvent tous les jours les retraités. Donc si les machines font le sale boulot a notre place, nous aurons alors plus de temps pour vivre et nous occupper a des taches interessantes... tel que nous informer et discutter de l´actualite et de la politique, en surfant sur internet comme nous le faisons deja aujourd´hui.

              Evidemment nous ne seront pas obliges pour autant de vivre dans la savane comme des sauvages... et encore moins d´aller taquiner nos braves elephants qui n´ont pas attendu l´avenement des machines pour vivre paisiblement smiley


            • astus astus 1er mars 11:28

              L’intelligence artificielle est de retour avec son lot de bêtises habituelles dont le fait que les robots vont remplacer et dépasser tous les humains à brève échéance, comme si les robots étaient capables de penser, de souffrir et de jouir, et comme s’il ne suffisait pas de les débrancher pour les empêcher de faire ce pour quoi ils ont été fabriqués. La simple comparaison entre les cellules germinales humaines qui produisent à terme un être achevé avec tous ses organes fonctionnels au bon endroit et ce que peut réellement faire un programme informatique, même extrêmement sophistiqué, montre les capacités ridicules de ce dernier face aux potentialités du vivant.

              « Fondamentalement, l’ordinateur et l’homme sont les deux opposés les plus intégraux qui existent. L’homme est lent, peu rigoureux et très intuitif. L’ordinateur est super rapide, très rigoureux et complètement con. On essaie de faire des programmes qui font une mitigation entre les deux. Le but est louable. Mais de là à y arriver... » (...) On revient toujours au même problème du gouffre entre l’intelligence humaine et la connerie de la machine. Programmer, ça consiste à combler un gouffre absolu entre l’intelligence et la connerie. Quand j’enseignais à des petits, je leur donnais comme consigne : « Essayer d’être aussi bêtes qu’un ordinateur. » Les enfants me répondaient : « C’est trop difficile. » (Gérard BERRY, informaticien et professeur au Collège de France, médaille d’or 2014 du CNRS.)


              • JL JL 1er mars 11:48

                @astus,

                 
                merci pour cette belle définition de la programmation.
                 
                Mais un bémol : l’intelligence artificielle ce n’est plus de la programmation, même si la programmation est l’outil pour la construire. Par exemple, les moteurs de recherche : diriez vous qu’ils sont complètement cons ?

              • pemile pemile 1er mars 11:58

                @JL « Par exemple, les moteurs de recherche : diriez vous qu’ils sont complètement cons ? »

                Oui, ils sont juste efficaces pour une tache spécifique.

                Ma tondeuse est bien meilleur que moi avec ma faux pour tondre mon gazon, est-elle plus intelligente ?


              • astus astus 1er mars 12:28

                @JL


                Les moteurs de recherche sont efficaces et fonctionnels, ce qui ne veut pas dire intelligents. Ils n’ont en tous cas aucun état d’âme et aucune ontologie. Le risque le plus important, comme le souligne votre citation d’Orwell plus bas, est de laisser croire qu’il serait utile, pour des raisons d’efficience en entreprise, par exemple, que les humains se comportent tous exactement comme ces machines ce qui reviendrait à bâtir au nom de la rationalité une société dans laquelle l’ humour, la créativité, les fantasmes, la gentillesse, l’amour et les relations affectives en général auraient disparu. Est-ce vraiment cela que les hommes veulent ?

                "(...) le problème de comprendre « objectivement » l’affectivité semble infiniment plus difficile que de se représenter l’intelligence. Il est d’ailleurs typique – à cet égard – qu’on parle beaucoup d’intelligence artificielle, alors qu’on ne se préoccupe guère, chez les spécialistes, d’ « affectivité artificielle ». (1985, Régulation – Affectivité …) (René Thom)


              • JL JL 1er mars 12:49

                @astus
                 

                elle est rigolote cette phrase de René Thom, mais je note que si l’intelligence artificielle présente quelque attrait, l’affectivité artificielle en revanche serait une bien détestable chose. Hélas, je crois qu’on y vient, cf. le succès des androïdes.

              • julius 1ER 1er mars 14:38
                ) On revient toujours au même problème du gouffre entre l’intelligence humaine et la connerie de la machine.

                @astus

                je pensais que le gouffre était entre la connerie humaine et l’intelligence de la machine ?????

                en tous cas dans la course à la connerie, l’humain a quelques longueurs d’avance .... il n’y a qu’à voir les professions de foi de Trump et tous ses suiveurs !!!!

              • astus astus 1er mars 14:59

                @julius 1ER

                « L’intelligence artificielle se définit comme le contraire de la bêtise naturelle. » pour Woody Allen, mais « Le drame de notre époque c’est que la bêtise se soit mise à penser » disait Jean Cocteau  


              • Gasty Gasty 1er mars 17:45

                @julius 1ER

                Finalement il nous aura fallu être intelligent pour réussir à devenir aussi con.
                La machine par contre commence à présenter des traces d’intelligences, c’est inquiétant.


              • Zip_N Zip_N 2 mars 16:40

                @astus

                « L’homme est lent, peu rigoureux et très intuitif. L’ordinateur est super rapide, très rigoureux et complètement con »

                C’est un stéréotype ? moi il me semble plutôt que c’est l’humain qui a besoin de rigueur de travail pour faire fonctionner l’ordinateur. La rigueur de l’ordinateur dépend de la rigueur de l’humain. Non pas le contraire. L’ordinateur condense la rigueur de plusieurs humains : x rigueurs humaines développent x rigueurs à l’ordinateur.


              • Zip_N Zip_N 2 mars 16:56


                Pour que la machine possède de la rigueur comparable à l’humain, il faudrait qu’elle puisse s’alimenter toute seule indépendamment de l’humain (chercher et brûler son bois, s’auto soigner etc) Sans que l’humain intervienne pour puiser son énergie de fonctionnement


              • Zip_N Zip_N 2 mars 17:09

                « L’homme est lent, peu rigoureux et très intuitif. L’ordinateur est super rapide, très rigoureux et complètement con  »

                De ou tenez vous cette information ? les ogm sont fait par ordinateurs et vous trouvez qu’il sont plus rigoureux que la nature (biologie) elle même ? l’ordinateur plus rigoureux que le biologique ?


              • Zip_N Zip_N 2 mars 17:27

                @Astus

                Si vous leur incluez de la rigueur et de l’intelligence, les machines ne pourraient plus travailler à 100 % d’elle même 24hsur24, elle devraient se recharger et produire leur énergie en cherchant ell même leur combustible et mettre un frein à leur 1ere fonction 24h24 et 100% rendement. Ce sont elles qui s’humaniseraient et non pas nous qui nous nous robotiserions.


              • julius 1ER 3 mars 14:58

                @Gasty


                sur ce sujet Devos en aurait fait un sketch magnifique !!!

                un gars au hasard, Wauquier par exemple est une vraie intelligence artificielle, !!!!!

                 si l’on enlève le caractère artificiel il ne lui reste que quelques traces d’intelligence !!! 

              • Zip_N Zip_N 3 mars 20:50

                Merci du complément d’information, votre article m’est suffisamment compréhensible et complet pour comprendre cette question.


              • Shawford OR ANGE SKINK 1er mars 11:28

                50% c’est tout, pfff ?

                Non 90% des emplois à la mords moi le nœud qui disparaîtraient, 5% d’emplois qualifiés et non contraints pour administrer et maintenir toussa, 4% d’emplois variés librement consentis tous azimuts, et 1% d’empaffés qu’on leur mettrait enfin sur la gueule en temps et en heure pour parvenir à une société libérée du joug du travail à la con !

                Je sais plus qui disait ou reprenait ici même que l’homme n’était pas programmé génétiquement pour travailler, c’est ben vrai ça (en espérant qu’il vienne éclairer mon liaüs)

                En route pour l’œrsted smiley


                • astus astus 1er mars 11:29

                  L’intelligence artificielle est de retour avec son lot de bêtises habituelles dont le fait que les robots vont remplacer et dépasser tous les humains à brève échéance, comme si les robots étaient capables de penser, de souffrir et de jouir, et comme s’il ne suffisait pas de les débrancher pour les empêcher de faire ce pour quoi ils ont été fabriqués. La simple comparaison entre les cellules germinales humaines qui produisent à terme un être achevé avec tous ses organes fonctionnels au bon endroit et ce que peut réellement faire un programme informatique, même extrêmement sophistiqué, montre les capacités ridicules de ce dernier face aux potentialités du vivant.

                  « Fondamentalement, l’ordinateur et l’homme sont les deux opposés les plus intégraux qui existent. L’homme est lent, peu rigoureux et très intuitif. L’ordinateur est super rapide, très rigoureux et complètement con. On essaie de faire des programmes qui font une mitigation entre les deux. Le but est louable. Mais de là à y arriver... » (...) On revient toujours au même problème du gouffre entre l’intelligence humaine et la connerie de la machine. Programmer, ça consiste à combler un gouffre absolu entre l’intelligence et la connerie. Quand j’enseignais à des petits, je leur donnais comme consigne : « Essayer d’être aussi bêtes qu’un ordinateur. » Les enfants me répondaient : « C’est trop difficile. » (Gérard BERRY, informaticien et professeur au Collège de France, médaille d’or 2014 du CNRS.)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès