Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’odyssée de la vie : D’où vient l’humanité (...)

L’odyssée de la vie : D’où vient l’humanité ?

« La foi n’a pas besoin de preuve, elle doit même la regarder comme son ennemie. » Kierkegaard

Comment est venue la vie sur Terre ? D’où venons-nous ? Où allons nous ? Est-ce que ce sont les découvertes de la science, qui fait que des « anciens miracles » sortent à la chaîne des laboratoires, remettent en cause la condition humaine ? La biologie moléculaire et l’irruption du clonage a amené aussi l’homme à se poser la question : qui sommes-nous ? Le XIXe siècle avait déjà perturbé la nature humaine avec la théorie de l’évolution de Darwin, le XXe siècle avec le clonage animal - et peut-être pour bientôt, celui de l’homme - semble remettre en cause pour le profane, l’existence des religions pour qui l’homme a été créé, à l’image de Dieu ? Seule une foi bien assumée et comprise permet pour le croyant de relativiser entre le comment de la science et le pourquoi de la religion.(1) 

 En mai 1953, un jeune chercheur de 23 ans de l’Université de San Diego (Californie), Stanley Miller, provoqua une révolution dans le milieu scientifique en étant le premier à affirmer que la vie avait pu prendre naissance à partir du monde minéral. Il put produire plusieurs acides aminés en laboratoire en simulant les conditions qui prévalaient sur la Terre il y a 4,5 milliards d’années. Pour sa part, le cristallographe britannique Desmond Bernal estima dans les années cinquante, que la structure particulière des cristaux d’argile ayant pu servir de catalyseur, agissaient comme un « moule » pour favoriser les bonnes réactions et guider l’assemblage des acides aminés...(2) Juste retour des choses, la singulière corrélation entre l’approche scientifique de la création de la vie à partir d’une surface catalytique qui peut être une argile et ce que nous disent les religions révélées, notamment l’Islam concernant la naissance de l’homme à partir de l’argile, et cela dans plusieurs sourates du Coran.
 

Qu’est-ce que la vie ?

On peut la définir en écrivant que la matière vivante est un complexe physico-chimique comprenant du carbone, de l’oxygène, de l’azote, de l’hydrogène et des sels. Par leurs constituants rien ne semble différentier la matière vivante de la matière inerte. Ce qui peut les distinguer est, selon Henri Becquerel, le fait que « la matière vivante est, elle-même, un réservoir d’énergie ».(3)

« Le vivant est tout autre chose qu’un amas de matière inanimé. » Ce que nous savons des êtres vivants, dit le professeur Pierre Paul Grassé, rend difficilement soutenable, qu’entre les précurseurs et les êtres vivantes, s’intercale une série d’étapes mi-inertes mi-vivantes. Rien dans la nature et dans les sciences actuelles n’autorise à admettre l’existence d’un terme de passage entre l’inanimé et le vivant.(4)

La vie obéit-elle aux lois de la physique ? Oui, car loin d’échapper aux lois de la physique, la vie apparaît comme suivant les lois de la physique avec une plasticité particulière due à sa composition chimique et aux lois cinétiques qui en résultent. Il y aurait donc un véritable seuil entre vie et non-vie. Ce n’est pas l’instabilité mais une succession d’instabilités qui ont permis de franchir le no man’s land entre vie et non-vie. Nous commençons seulement, écrit Ilya Prigogine prix Nobel de chimie, à dégager certaines étapes. (...) Hasard et nécessité coopèrent au lieu de s’opposer.(5)

Pour la science, il y a près de 4 milliards d’années que la chimie de la vie se mit en place dans les océans. Les premières formes de vie formées à la suite de l’évolution chimique datent d’au moins 3,7 milliards d’années. Ce fut, nous disent les scientifiques, « la soupe primitive » : c’est à dire la formation des premières molécules. Sous l’action de diverses formes d’énergies, les matières minérales vont former les premières molécules organiques : certains peptides ont ainsi pu se former par l’assemblage de quelques acides aminés entre eux. Il y a alors apparition de l’ARN primitif. Il y a 350 millions d’années c’est le carbonifère. La vie s’organise. Il y a 200 millions d’années, c’est l’époque du Jurassique qui a connu l’apparition des dinosaures., les espèces disparaissent par suite de radiation. (6)

Il y a 10 millions d’années les premiers homidés ou préhommes : le Ramapithèque, peut-être bipède. Plus proche de l’orang-outan que de l’homme. Tout récemment en juillet 2002, les restes de l’homme de Tumaî (au Tchad) étaient mises à jour, la datation des sédiments donne 7 millions d’années. Est-il l’ancêtre à la fois des australopithèques et des futurs hommes ? Ou encore est-il notre ancêtre direct, Tumaï, Lucy et les autres se rattachant à une branche plus archaïque et dont il reste à identifier les membres ? Et il y a seulement 150.000 ans Homo sapiens (l’homme moderne) apparaît en Afrique, berceau de l’Homme moderne qui partage cependant, avec le chimpanzé, 98% du capital génétique.

La « théorie de l’immanence » fait intervenir un esprit qui se situerait en schématisant dans l’esprit de la matière. Saint Augustin pense que chaque être matériel est composé de matière et de force. Ce dynamisme placé par Dieu au coeur de la matière, la régit. L’explication par la transcendance, veut que cet « esprit » ne soit pas à l’intérieur du vivant, mais à l’extérieur et en définitive au-dessus de lui, et d’une façon naturelle, cet « esprit » dirige le vivant. Il ne faut pas cependant s’imaginer que les choses sont simples, les conditions physico-chimiques devront être favorables, car la moindre déviation peut faire échouer le projet.

Prenez, écrit Briscoe, la question la plus élémentaire : pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? La formidable théorie du big bang ne nous dit pas pourquoi ni comment ce big bang est survenu. Pourquoi l’univers a-t-il cette apparence plutôt qu’une autre ? Pourquoi obéit-il à telle loi plutôt qu’à telle autre ? Une dose infinitésimale de gravitation en plus et l’univers aurait cessé son expansion. Aussitôt après le big bang, il se serait effondré dans un trou noir. Un zeste de gravitation en moins et il se serait éparpillé avec une rapidité telle qu’étoiles, galaxies et planètes ne se seraient jamais formées. Pour le physicien Lawrence Krauss, la gravitation avait autant de chances d’aboutir à la création du cosmos qu’un humain de deviner le nombre d’atomes qui composent le Soleil.

Reste l’énigme de la vie. En dépit de théories génétique et biologie moléculaire, aucune ne peut nous dire pourquoi la vie est apparue sur Terre. Le paléontologue Stephen Jay Gould a souligné le rôle crucial du hasard dans l’émergence de l’Homo sapiens. Si la vie sur Terre repartait de zéro, et ce, un million de fois, elle ne produirait, en toute probabilité, aucun mammifère et encore moins une créature ressemblant à l’Homo sapiens. « L’apparition de l’espèce humaine a reposé sur une fantastique improbabilité. » Si la vie n’est autre que de la matière mieux informée, d’où vient l’information ? Beaucoup de scientifiques pensent que l’hypothèse du hasard n’est pas satisfaisante. Le calcul des probabilités a montré que jamais le hasard n’aurait eu le temps quantitatif nécessaire pour jouer un rôle déterminant dans la formation du cosmos. L’hypothèse du dessein est une théorie plus puissante et plus strictement scientifique. L’évolution par sauts permet de penser que ces sauts ont été engendrés par un processus dirigé.

La création, les religions révélées à l’épreuve de la science

Pour les croyants des religions révélées, la théorie de l’évolution n’est pas incompatible avec la foi à condition de dire que le hasard dont parle la théorie n’est pas l’absence d’une cause divine guidant l’évolution, c’est seulement la manière dont joue cette cause au niveau des phénomènes observables. En 1996 et dans la dynamique de « l’aggiornamento », l’ouverture au monde, le souverain pontife, après avoir réhabilité Galilée « fit la paix avec Darwin », comme l’a écrit le journal italien La Republica. Le pape Jean-Paul II a donné son appui à la théorie de l’évolution en la proclamant compatible avec la foi chrétienne, dans une décision reçue avec satisfaction par les scientifiques, mais qui provoqua probablement des désaccords dans la droite religieuse.(7)

Pour le Coran, l’apparition et les origines de la vie sont des signes de l’omnipotence de Dieu. De l’eau, Dieu a créé tout ce qui est vivant. La vie suit le cours du perpétuel devenir de la création. Dieu extrait la vie de la mort et la mort de la vie. La forme que les êtres ont reçue est la mieux adaptée à leur existence, celle de l’homme étant en outre la plus belle. (Coran : VI, 32 ; X, 31 ; XXI, 30 ; XXX, 19, 30 ; XLIII, 36 ; LVII, 20 ; LXXVI, 1,2 ; XCV, 4 ; XCVI, 2). Bien avant Darwin, plusieurs savants et penseurs ont fait allusion à l’évolution progressive de la vie pour arriver au dernier maillon qu’est l’homme. Ne savons-nous pas que l’histoire du vivant s’est effectuée et s’effectue encore grâce à un « jeu des possibles », pour reprendre l’expression de François Jacob ? Autrement dit, au sein de contraintes qui sont autant des limites infranchissables que des points d’appui. La notion traditionnelle de creatio continua (création continuée) retrouve ainsi une forme de jeunesse : « Dieu, confesse le croyant, est au fondement de chaque être, lui confère sa singularité, son originalité. » Il est incontestable qu’il y a eu passage du simple au complexe, du microscopique au mastodonte. On se trouve aujourd’hui devant le feu d’artifices de la vie. Les spécialistes ont étiqueté plus d’un million d’espèces animales, près d’un demi-million d’espèces végétales. Et ce n’est pas fini.

Par ailleurs, la fin du XXe siècle a vu les fondements de la vie ébranlés par l’apparition du clonage animal, l’expérience réussie de la naissance de Dolly en 1997, une brebis en Grande-Bretagne, a pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, remis en question les « certitudes » de l’homme sur son origine divine grâce aux découvertes en génétique, en neurobiologie et en embryologie, à la connaissance de ses mécanismes vitaux. Il s’est de plus doté, au-delà de ces savoirs, du pouvoir de transformer les processus du développement du vivant, de toutes les espèces, y compris la sienne. La biologie moléculaire a fortement réduit la part du mystérieux et du surnaturel dans le fonctionnement du vivant. Outre les dérives éthiques pouvant conduire à l’eugénisme et à la fabrication en série de prototypes à partir d’un modèle soit pour en faire une race supérieure ayant toutes les qualités, soit une armée d’esclaves avec un patrimoine génétique comportant un hypothétique « gêne de la soumission »(1).

Face à ces dérives, les religions réagissent Pour l’abbé Pierre : « Le clonage veut matérialiser le fantasme d’uniformisation de la race par la génétique ; c’est le complot universel de la tour de Babel par lequel les hommes cherchent à se hisser à la place de Dieu, en utilisant le langage commun aux scientifiques du monde entier. C’est le refus de la diversité dans l’espèce : au lieu d’en laisser la maîtrise à un Créateur plein de fantaisie, des fous s’efforcent de fabriquer en série des produits vivants - y compris humains - plus performants. On peine à imaginer les conséquences ultimes d’un tel phénomène. » « ...Le péché originel consiste - en désobéissant à l’unique ordre divin : "Tu ne mangeras pas du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal" - à vouloir supprimer la différence qui existe entre Dieu et l’homme, écrit l’abbé Pierre. [...] Le véritable péché, (...) c’est le péché d’orgueil. (9) »

Dans l’Islam le clonage de l’homme est strictement interdit. Car il entre en contradiction avec la diversité de la Création. Allah a créé l’univers sur la base des diversités tandis que le clonage de l’homme est basé sur la duplication de caractéristiques identiques des corps originaux. Si on permet le clonage de l’homme, comment déterminerons-nous la relation du cloné avec « l’original » ? ; sera-t-il son frère, son père, ou même lui-même ? C’est un point confus. Dans le Saint Coran il est écrit : « Nous avons créé de toute chose deux éléments de couple, peut-être vous rappellerez-vous. » Coran : Az-Zariyat, v. 49. Si l’homme a réussi à retourner à la vie sous une nouvelle forme, ce serait sans le contrôle d’Allah pour recréer les êtres humains le Jour de la Résurrection  ! Sûrement pas, comme Il dit : « C’est Lui qui fait la première création, puis la refait de nouveau et cela Lui est plus facile. Il a la transcendance absolue dans les cieux et en Terre. Il est Le Tout- Puissant et le Sage. » Coran. Les Romains, v. 27

Dans la tradition juive, être monothéiste c’est non seulement croire en un Dieu unique, mais c’est aussi croire en l’unicité absolue de chaque être humain. De cette analogie s’ensuit l’idée selon laquelle la création d’êtres humains identiques s’apparenterait à la pratique ancienne de l’idolâtrie. Ainsi, pour le judaïsme, l’idolâtrie est un crime. En effet, tout comme l’idolâtrie engendre les débordements incontrôlés, le clonage humain risque, lui aussi, d’avoir des conséquences que nul aujourd’hui ne peut prévoir.

Le texte de la Genèse, ou aussi du Coran, en décrivent l’homme comme la rencontre d’une réalité préhumaine (la boule de glaise) et d’une insufflation divine. Cette provenance de la matière inerte de la Bible rejoint aussi le texte du Coran. La Bible et le Coran ne sont pas des livres scientifiques. Pourtant, leurs enseignements sont scientifiquement corrects. L’évolution n’est pas la preuve d’un univers chaotique et aléatoire où Dieu n’existe pas. Les fossiles ne prouvent pas que les mutations et la sélection naturelle sont la méthode de l’évolution, mais plutôt le concept des religions révélées d’espèces uniques et créées. En fait, il est vain de rechercher systématiquement une « concordance ». Etre scientifique,ne nous interdit pas la croyance en un être suprême. Kierkegaard disait à juste titre : « La foi n’a pas besoin de preuve, elle doit même la regarder comme son ennemie. »

 

1.C.E.Chitour : Sciences, foi et désenchantement du monde. Reéd. OPU 2006

2.Jean-Paul Dufour : L’incroyable odyssée de la vie. Le Monde 5 août 1999.

3.A.Goudot : Les quanta et la vie. p.7. Editions PUF. 1961.

4.P.P.Grassé. Toi ce petit dieu, p.44. Editions A.Michel. Paris. 1971.

5.Ilya Prigogine : La thermodynamique de la vie. La recherche n°331. 1972.

6..http://www.mnhn.fr/expo/lieuxMNHN/ Textes français /AccesLieux/Lapaleo.html)..

7.Quotidien chilien. La Tercera : le 25 octobre 1996.

8.Jacques Arnould. Darwin, Dieu et la finalité : La théologie après Darwin. Le Cerf. 1998

9.Abbé Pierre. Mémoire d’un croyant. Editions Fayard. 1997

 

Pr Chems Eddine CHITOUR

Ecole Polytechnique Alger enp-edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  2.95/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

109 réactions à cet article


  • kitamissa kitamissa 18 septembre 2009 10:52

    ça alors ...

    natifs à l’origine d’une boule de glaise ?

    je ne regarderai plus ma pâte à modeler de la même façon !


      • JL JL 18 septembre 2009 11:08

        Heu, s’il n’y avait rien personne ne poserait la question !

        Ce n’est peut-être pas une boutade : ceci signifierait que la question n’a pas de sens. Autrement dit : rien, ça n’existe pas, ça ne peut pas exister, par définition.


      • amipb amipb 18 septembre 2009 14:17

        Réponse très intéressante dans l’article, merci pour ce lien. Toutefois, le lien direct est ici :

        http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2006/avr/lloyd.html


      • Marc Viot Marc Viot 19 septembre 2009 08:58

        > Toutefois, le lien direct est ici :

        Pourquoi, vous tenez la réponse du poète comme négligeable ?


      • WOMBAT 18 septembre 2009 10:58

        Un cheminement assez pernicieux, agrémenté de mille subtils méandres et érudites sources, histoire de conclure à l’existence de Dieu. Vous ais-je bien compris ? Malheureusement c’est au moment où vous affirmez que la Bible et le Coran sont scientifiquement corrects que votre château de cartes s’écroule. Un exemple entre mille ; ces deux livres stipulent que le soleil tourne autour de la terre. Pas besoin de gloser ultérieurement, tout est dit.
        Merci


        • fouadraiden fouadraiden 18 septembre 2009 11:14

          faux, à props du Soleil et de la Terre, c’est juste la Bible hébraïque qui s’est vachement gourée( une chance sur deux quoi !) , le coran, lui, coup de bol , a une mécanique céleste extrêmement bien huilé.


          sinon bien sur il y a plein « d’erreurs » aussi ds le dernier texte religieux. comment en serait il autrement ?


        • mokhtar h 19 septembre 2009 00:50

          A l’intention de Wombat..
          Tout est dit, selon vous ? Hé là, Hé là ! Pas si vite !.
          Le Saint Coran n’a jamais dit que le soleil tourne autour de la terre. Il précise très clairement sa course vers un point du cosmos, aujord’hui établi dans la constellation d’Hercule nommé l’APPEX. Dans sa course à travers l’immensité du cosmos, le soleil se déplace à la vitesse d’environ 20 km à la seconde.
          Je vous traduit les versets 36 et 67 de la sourate nr 38 « Un signe poiur eux ( les incroyants) est la nuit. Nous en dépouillons le jour. Et (un autre signe pour les incroyants) le soleil qui se déplace vers un lieu fixe qui lui est propre. » Rien à voir donc avec une prétendue rotation autour de la planète terre.
           Pour complèter votre information, un autre verset 40 dans la sourate 36, indique ceci : "il n’est pas donné au soleil d’atteindre la lune, ni à a nuit de devancer le jour, chacun de ces astres se mouvant dans une orbite qui lui est propre« .
          Par ailleurs, le saint Coran évoque également le fin du soleil en indiquant pour lui dans plusieurs versets un terme fixé, expression que nous retrouvons dans le texte du Coran à plusieurs reprises expressément pour le soleil mais aussi pour les autres éléments de la création, comme la fin du monde.
          Toutes choses (comme, entre autres, le big bang et l’expansion de l’Univers) annoncées par le Coran depuis 14 siècles et découvertes et confirmées par la science au 20ème siècle.
          A toutes fins utiles, je vous suggère une lecture de l’ouvrage »La Bible, la science et le Coran" du docteur Maurice Bucaille, ainsi que les différentes traductions du Coran. de préférence, laissez tomber les traductions de Kasimirski et Savary ainsi que Blachère, ils ne connaissent rien à la langue arabe.


        • tonton 18 septembre 2009 11:03

          et quand bien même

          qu’est-ce qu’un être vraiment suprême en aurait à foutre d’une bande de tocards pareils ?


          • Arcane 18 septembre 2009 11:40


            Ca Soufi Tonton ! smiley


          • tonton 18 septembre 2009 13:19

            chuis pas encore sûr mais je demande si cybion ne m’envoie pas des virus
            en tout cas, voilà la tronche du dernier venu peu après son arrivée


          • Arcane 18 septembre 2009 13:43


            Tonton,

            Des problemes similaires recents m’ont amene au meme questionnement (par elimination) .

            Le ver serait-il dans le fruit ?


          • Wrong Orwell Wrong Orwell 18 septembre 2009 14:03

            Exact ! surtout quand on voit le résultat...c’est plutôt raté (c’est peut être pour çà qu’il se planque).
            Ah, c’est vrai,on a le libre choix,le libre arbitre (d’où l’expression « A mort, l’arbitre ! »).
             On a donc le choix de se planter lamentablement (l’évangélisation à coup de sabre, les croisades, etc).
            Moi, par exemple, j’avais le libre arbitre de me garer à un endroit où je me gare, et d’autres, depuis 2 ans (avant le bouclier fiscal.Depuis, il pleut des prunes).
             Le panneau qui montre une petite dépanneuse qui vous enlève le véhicule est à 3 mètres de haut.Je n’ai eu le libre arbitre de ne faire qu’ 1,76m et de ne pas lever les yeux mais je n’ai pas eu le libre choix de payer les 136 euros de fourrière pour récupérer ma bagnole !
            En revanche, l’espèce d’enfoiré qui a posé le panneau, a eu le libre arbitre de me baiser la gueule (« on est maître de son destin ».« Mon cul ! » me dit un petit Rwandais survivant).
            Alors oui, si Dieu il y a , il a essayé ailleurs en évitant de reproduire les mêmes conneries.
            Et oui, si Jesus Superstar, s’il était son fils, on a vite fait de lui rappeler que son père adoptif (Joseph) était charpentier. La preuve : on a lui a mis la main à la patte ou plutôt les clous dans les mains.
            Et là,il a dû probablement se dire (Dieu,Jehovah,Robert ou Johnny,je ne sais pas son prénom,on ne nous a pas présenté) : « Démerdez-vous ! »


          • tonton 18 septembre 2009 15:22

            ah bon ?

            ben moi, les symptômes étaient la destruction répétitive de certains secteurs du disque dur, ce qui le plantait et empêchait même son boot après
            le genre de truc qui foutrait un amateur dans une merde noire, l’obligeant à tout réinstaller
            mais pas moi ... j’ai un système de backup perso qui permet de tout récupérer en 3/4 heure
            imparable
            ceci dit, y aura pas de contre-attaque tant que je ne suis pas sûr à 100% de la source
            mais si je le trouve, il va déguster


          • tonton 18 septembre 2009 15:40

            Orwell
            dac .... le libre-arbitre est un fantasme basé sur l’idée de transcendance de la matière, principe auquel on s’accroche ( sans preuve, par définition ) pour espérer un au-delà


          • Deneb Deneb 18 septembre 2009 22:28

            Au secours, mes amis. Une bande de fous religieux est en train de plusser à donf mes commentaires pour faire croire que je fraude aux votes, c’est d’ailleurs ce que je leur reproche. Vous avez une idée pour que je m’en sorte.

            Quant à « l’article », un ramassis d’inépties créationnistes. J’ai lu le premier paragraphe, j’ai tout compris.


          • PhilVite PhilVite 19 septembre 2009 12:18

            ’’L’hypothèse du dessein est une théorie plus puissante et plus strictement scientifique’’ ??

            C’est vrai que ça devient pénible toutes ces conneries qu’on nous assène couche après couche depuis quelques temps sur AV.
            Faut-il y voir un autre type de grand dessein ?


          • fouadraiden fouadraiden 18 septembre 2009 11:04

            salut

             attention qd même , la méthode qui consiste à expliquer que des vérités scientifiques se trouveraient ds certains passages des textes sacrés est à double tranchant , car à lire ttes les propositions « scientifiques » qu ’on pourrait recenser ici ou là dans le coran ou chez Confucius , on y trouverait bcp plus d’inexactitudes que d’exactitudes.

             un exemple simple pris au hasard dans le coran : tt au long du texte le coran ne cesse d’établir un parallélisme , d’origine antique, entre les cieux et la terre, ce qui en science contemporaine n’a aucun sens. c’est comme Aristote qui expliquait la gravitation par attraction des éléments soit vers le haut soit vers le bas .
             
            alors faudrait pas tomber ds le concordisme rétrospectif , très en vogue ds le monde arabe, qui énonce que ce qui est juste dans les textes religieux serait scientifiques et ce qui ne l’est pas serait allégorique.

             puis attention, même la Science a une histoire, elle peut changer .le Moyen Âge ,chrétien ou musulman , a souvent expliquer ses textes révélés en les accordant à Aristote. Renonçons donc à expliquer le coran ou la bible par la science actuelle.





            • amipb amipb 18 septembre 2009 14:01

              Bravo pour cette réponse très modérée, cela change des discours très lénifiants sur la science du Coran, de la Bible, ou même parfois du Bouddha

              La religion parle d’abord de notre rapport au monde, POURQUOI il y a un monde, la science cherche à expliquer COMMENT marche ce monde. Les deux ont beaucoup de mal à sortir de leur fonction d’origine.


            • Wrong Orwell Wrong Orwell 18 septembre 2009 14:24

              La vie serait, pourquoi pas,l’éducation de l’âme. La malformation de certains nouveaux nés (pourquoi,d’ailleurs !hasard ? dure épreuve que ce hasard là) pourrait expliquer la réincarnation,qui somme toute,serait logique, pour atteindre un niveau de spiritualité tel que l’Abbé Pierre ou Mère Thérèsa. Hitler et Staline devaient en être à leur premier « round ».
              Si la vie a un sens, la mort en aurait un aussi car elle ne laisse pas indifférent sauf pour un géranium, quoique qu’il peut trouver l’expression de son chagrin,indécent. Certains ont leur pudeur. Des botanistes ont bien remarqué que Mozart était très apprécié des plantes,alors...
              Mon raisonnement et non discours,qui parait mystique, est pour moi, purement cartésien.
              Je ne sais plus quelle religion aborde mon approche de la même façon:le taoïsme,je crois.


            • amipb amipb 18 septembre 2009 20:56

              @Wrong Orwell : votre discours est malheureusement simpliste, et la réincarnation n’est pas un phénomène à prendre à la légère, car très difficile à appréhender. Attention à ne pas glisser également vers la justification, très risquée. Diriez-vous, par exemple, à un handicapé qu’il le mérite car il a sans doute été mauvais dans une précédente vie ?

              Mieux vaut vivre sans idée de réincarnation, car celle-ci apporte plus de problèmes qu’elle n’en résoud, à mon humble avis.


            • Wrong Orwell Wrong Orwell 18 septembre 2009 22:11

              C’est qui expliquerait pourquoi on ne s’en souvient pas ! simpliste, oui : le théorème de Pythagore l’est tout autant et pourtant, il a permis de découvrir les complexes qui peuvent résoudre à la fois des problèmes physiques, électriques etc, par les vecteurs,la géométrie au service du moindre problème mathématique ! comme quoi, tout est lié.
              Les commentaires ont beau être incendiaires et l’article mal ficelé,il pose quand même les bonnes questions et nous met sur plusieurs pistes.(J’espère toutefois que les questions existentielles de ce monsieur ne signifient pas qu’il est proche de la mort : c’est souvent à cet instant qu’on se les pose...)
              Je vous conseille l’excellent film d’Aronovski « Pi » qui est un meilleur exercice que cet article, bien que je sois déçu par la fin,je l’avoue.


            • Philou017 Philou017 18 septembre 2009 22:12

              @amipb
              Je pense que vous l’avez mal comprise.


            • Wrong Orwell Wrong Orwell 18 septembre 2009 23:03

              Soyez plus clair,Philou car A...jb (cette succession de consonnes,quoi, après,ouf, une voyelle au moins) aborde plusieurs points.


            • Wrong Orwell Wrong Orwell 18 septembre 2009 23:06

              Ok,y a 2 voyelles.Mais difficile à retenir sur le plan mnémonique.


            • fouadraiden fouadraiden 18 septembre 2009 11:28


              je ne sais pas ou Kierkekaard a écrit cette phrase, peut être en prenant un pot avec Hegel.

               mais les religions, enfin celles de notre environnement direct et indirect, disent exactement le contraire.non ?


              les Signes de Dieu , les abeilles et l’orgasme sexuel par exemple, ne sont -ils pas la preuve de son existence ?



              • jakback jakback 18 septembre 2009 11:38

                Mohamed, Moshé, Christian et, toute la sainte trinité, l’enfer c’est sur terre, fallait pas faire les cons au paradis !


                • Gollum Gollum 18 septembre 2009 12:08

                  Très bon texte qui montre qu’il peut y avoir des musulmans intelligents et qu’ils ne sont pas tous Talibans.


                  Je partage votre opinion que l’hypothèse d’une Transcendance ferait avancer les sciences et non le contraire comme le prétendent nombre de scientifiques, mais pas tous, loin de là. Il n’y a bien heureusement, pas que des Jacques Monod.

                  Rappelons encore une fois les gnostiques de Princeton, qui postulent l’existence de l’Esprit avant la matière, suite aux découvertes de la physique quantique. Ainsi que le célèbre principe anthropique.

                  Ceux qui pensent que les religions sont incapables de découvrir certaines vérités, feraient bien de se pencher sur le Yi-King, un des plus anciens ouvrages chinois. Et qui parle de la dialectique du Yin et du Yang, selon une structure quaternaire, et qui forme des trigrammes, puis des hexagrammes.


                  Hors il se trouve que la Vie elle-même, à travers le code génétique, est structurée de la même façon : un quaternaire : cytosine, adénine, guanine, thymine, organisé en triplets et sextuplets avec 64 sextuplets comme il y a 64 hexagrammes..
                  La thymine et la cytosine faisant partie du même groupe, l’autre groupe comprenant adénine et guanine de la même façon que le quaternaire chinois contient deux Yang (jeune Yang et Vieux Yang) et deux Yin...

                  Il en est de même des 6 jours de la Genèse, que les critiques de la Bible prennent dans un sens littéral, comme les fondamentalistes, qu’il faudrait mettre dans le même sac..
                  Ces 6 jours correspondent aussi à une structuration. La même que celle de l’espace avec ses 4 pôles : Est, Nord, Sud, Ouest + 2 pôles verticaux, Bas et Haut, le Centre, 7ème pôle étant à part...
                  Comme peut l’être le septième jour de la Genèse..

                  • WOMBAT 18 septembre 2009 13:18

                    A tout cet échafaudage vous pouvez y adjoindre la longueur de la barbe du capitaine, son âge et la taille des bonnets de ma gardienne d’immeuble. Vous verrez, avec un peu de bonne volonté ça tombera pile et votre démonstration n’en sera que plus étayée. Je vous signale, au cas où vous l’ignoreriez, que le Yi King ne contient pas un seul mot désignant Dieu ou se référant à une quelconque immanence divine,anges, lutins, djinns et farfadets compris. D’où la pertinence, voire l’actualité, du livre dont il est question. 


                  • Gollum Gollum 18 septembre 2009 13:53

                    Franchement votre réaction est à côté de la plaque. Je parle de parenté de structure entre le Yi-King et le code génétique et vous me parlez de farfadets, lutins, etc..


                    Ca vous arrive de savoir lire un texte ?

                    D’autre part, je connais très probablement mieux le Yi-King que vous. Ce livre s’inscrit dans le courant taoïste, dont le terme Tao n’exprime rien d’autre qu’une Transcendance absolue.

                  • amipb amipb 18 septembre 2009 13:56

                    Gollum, essayez avec d’autres chiffres et vous verrez de nombreuses correspondances dans d’autres domaines. On peut faire dire quasiment tout aux chiffres.

                    Par ailleurs, le Yi King est un oracle qui s’applique à tout ce qui se meut sous le ciel, certainement pas un manuel de génétique.


                  • Gollum Gollum 18 septembre 2009 14:28

                    Je le sais pertinemment que c’est un oracle ! 


                    Je montre juste que le Taoïsme dont la philosophie de base est que tout dans l’Univers est engendré par la dialectique du Yin et du Yang (ce qui entre autre a fortement intéressé Leibnitz qui a vu dans ce mécanisme du Yin et du Yang une clé à partir de laquelle il inventa la numération binaire. Or effectivement à partir de ce binaire on a pu engendrer des mondes virtuels que tout un chacun peut admirer sur l’écran de son ordinateur..) a pondu un système structurellement extrêmement proche du code génétique.

                    Nul doute que si Leibnitz était encore en vie, celui-ci réagirait beaucoup plus positivement que beaucoup qui jouent aux esprits forts, mais hélas, stériles.

                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 18 septembre 2009 12:15

                    Dans le coran il est aussi marqué que Moise a fait un duel de magie avec les « sorciers » de Pharaon : ça ne tient pas la route étant donné que les « sorciers » auraient tiré leurs pouvoirs magiques d’idoles ne correspondant pas à des divinités puisque le même coran stipule qu’il n’y a qu’une seule divinité...

                    Que le soit disant prophète Mahomet ait cru que c’était vrai est vraissemblable vu l’époque à laquelle il vivait ( haut moyen age ) mais qu’une divinité ayant une connaissance parfaite de tout le prétende est invraissemblable.

                    Le coran est donc une invention de Mahomet !


                    • fouadraiden fouadraiden 18 septembre 2009 12:31

                      faux, les djins et des anges rebelles , dont Satan, existent pour le coran et ont de réels pouvoirs sur le visible.


                       encore raté !


                    • WOMBAT 18 septembre 2009 13:02

                      Comment on peut souscrire à, pire, commenter de telles fadaises. On se croirait dans une cour de récré en CP. Nananère, la mienne pisse plus loin que la tienne. Pauvre mec.


                    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 18 septembre 2009 14:19

                      Je l’attendais celle là : Satan himself !

                      Je vous signale cependant qu’en Europe et dans d’autres endroits du monde on est libre de croire en ce qu’on veut et qu’il y a des satanistes qui évoluent librement !

                      Il est évident que les satanistes n’ont pas le moindre pouvoir magique : ils vont se faire soigner à l’hôpital ( même Ozzy Osbourne quand il s’est retourné avec son quad ... ) et ils doivent bosser pour vivre !

                      Ils sont la PREUVE que la magie n’existe pas !

                      CQFD

                      Vous devriez SORTIR du MOYEN AGE !


                    • Wrong Orwell Wrong Orwell 18 septembre 2009 23:13

                      Tu n’as pas vu

                      Le Petit Diable de Benigni je t’assure qu’il pisse beaucoup plus loin !

                    • fouadraiden fouadraiden 18 septembre 2009 23:46

                      mais quoi, je répondais à votre objection en rappelant que Dieu , enfin celui sondé par le coran, reconnaît quil existe des pouvoirs magiques qui lui sont directement concurrents.


                      tt le monde sait que Satan s’est substitué quelques minutes à Dieu : histoire connue en occident sous le nom des versets sataniques et que la tradition musulmane n’ignorait pas.

                      Satan a donc de terrible pouvoir. il peut révéler.


                    • Wrong Orwell Wrong Orwell 18 septembre 2009 12:49

                      « Tu ne commettras point d’adultère. » Le premier cocu de l’histoire du christianisme, c’est Joseph ! Il ne l’avait pas encore touchée,la vierge Marie, qu’elle était déjà engrossée par Dieu lui-même !
                      elle a dû prendre une ces raclées...D’accord,le commandement est de l’Ancien Testament mais le Nouveau est aussi le prolongement du premier.
                      C’était plus fort que moi,il fallait que çà sorte. Montrez-moi le bûcher, je ne ferais pas d’histoires.


                      • amipb amipb 18 septembre 2009 13:53

                        Rien n’a une origine, tout n’existe que via l’interdépendance d’éléments eux-même sans existence propre.

                        Alors, d’où vient l’humanité ? Impossible d’y répondre, c’est du temps perdu, même en acceptant une origine divine (car, alors, qu’est-ce qui a fait germer l’idée à ce dieu de créer des êtres à son image ? Quelle est son histoire ? Tout s’inscrit dans le temps à partir du moment où il y a mouvement).

                        Ajouter une réaction

                        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                        FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès