• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’union fait la force... des faibles !

L’union fait la force... des faibles !

De la devise belge à l'étendard européen ou la désolante démonstration de la faiblesse des dirigeants UE qui tentent de justifier par ce slogan simpliste leurs propres incapacités, par défaut de responsabilités, à conduire une politique audacieuse et libre au bénéfice des seuls citoyens "nationaux", tant, pour ces (ir)responsables, s'abriter sous le parapluie technocratique européen les décharge de toutes mises en cause lors de la mise en pratique de décisions, mesures inefficaces voire néfastes pour la société de laquelle ils se disent pourtant au service... !.

Mondialisation, Croissance, Economie, Société, Politique, USA, Europe, Monde
.

DEVISES NATIONALES (Belgique, Bulgarie, Angola, Haïti)

Cette devise ou formule passe-partout est utilisée pour mettre en avant des alliances tant citoyennes que commerciales/industrielles ou politiques.
Un rapide examen de la situation belge dont cette devise est souvent citée en exemple devrait cependant nous alarmer quant à la force supposée issue de l’union tant il est évident qu’au travers des sempiternelles et surréalistes querelles linguistiques voire de sa répartition proche de la partition de ses régions et communautés qui, malgré un affichage fédéral, sont indignes d’un fonctionnement responsable attendu d’un Etat européen.
Article : Belgique : Stop ou encore… une fois !.

EUROPE

Ce « surréalisme belge » allait-il contaminer, gangréner les autres pays européens, jusqu’il y a peu libres et indépendants ?.
La construction européenne type Tour de Babel aura réussi à imposer, en dépit de la volonté populaire lors de rares référendums aux résultats ignorés car contraires aux desseins politiques, un cadre de plus en plus intrusif et contraignant aux citoyens et pays désormais soumis aux diktats technocratiques européens du « Machin », cet hydre politique non élu qui étouffe un continent, il y a peu, composé de nations libres et puissantes.

Le principal, pour ne pas dire le seul avantage de cette zone euro est que cela protège, disculpe chacun de ses dirigeants « nationaux » de tout échec dans la conséquence dans ses atermoiements décisionnels, de toutes conséquences néfastes pour les citoyens et/ou entreprises dues à des mesures irresponsables car il leur suffira d’accuser en priorité l’Europe et ses obligations voire la mondialisation…

Certes, les élections nationales existent toujours mais, et le désintérêt populaire en est la conséquence, chacun a bien compris depuis longtemps que les programmes des uns et des autres qui se disent opposants ne sont que des variantes limitées, encadrées par un respect des normes et règlements européens qui agit, régit comme un dénominateur commun.

Combien de fois avons-nous entendu, allons-nous devoir entendre que toute mise en cause de la zone euro, de sa monnaie unique plus politique qu’économico-financière tant celle-ci est autant déconnectée de la réalité de la croissance, plutôt du déclin, de ce conglomérat difforme d’Etats européens n’est que discours imbéciles, pour ne pas dire extrémistes… donc fascistes et que seul le slogan « toujours plus d’Europe » sauvera l’Europe du déclin dans lequel il se complait.
Toutefois, force est de constater, y compris pour les responsables européens qui feignent de l’ignorer, qu’après avoir intégré à tout va au mépris même d’examens sérieux de la situation économique, budgétaire voire des risques de misères pour la population de certains des futurs membres que pour l’UE elle-même d’être confrontée à l’échec de sa construction type Tour de Babel et, à terme, au déclin généralisé de la zone devenue ingérable car immobile, ces (ir)responsables européens en viennent à ressortir la recette d’une Europe à plusieurs vitesses, à plusieurs cercles !.
Encore faudra-t-il, pour qu’ils conservent la profusion de commissions, de parlements et de fonctionnaires qu’ils veillent à ne pas démanteler l’Europe en autant de cercles qu’il y a de pays qui la composent sauf à apparaître pour ce qu’ils sont, c’est à dire soit des comiques qui réinventent indéfiniment le même concept, soit des apprentis sorciers grassement payés par les citoyens européens qui auraient pourtant mérité un engagement européen d’une toute autre qualité d’efficacité et de prospective, d’autant qu’à les entendre, ils sont au service des citoyens… qui composent le peuple « d’en haut » !.

Ne perdons pas de vue que pour entretenir les bâtiments, payer les frais de représentation, de (dys)fonctionnement de ce mastodonte, il faut, hors budgets, en déficit, nationaux, trouver des moyens toujours plus importants pour faire face à ces faramineuses dépenses somptuaires.
Voilà pourquoi, ces dirigeants s’accrochent à l’idée européenne et qu’en dépit de toute cohérence, de toute cohésion, de toute rationalisation efficace, on peut s’attendre à ce qu’ils nous préparent, pour le bien des citoyens…, une harmonisation fiscale destinée bien plus à renflouer les caisses de la zone euro qu’à contribuer à une optimisation des leviers financiers, économiques destinés aux entreprises opérant en Europe, dans le monde.

Parmi les arguments qui démontrent toute la faiblesse, pour ne pas dire l’incongruité de cette UE actuelle, il y a celui qui est avancé par les très nombreux promoteurs politiques à l’image d’un H. Vedrine dans son livre : Sauver l’Europe quant au Brexit dont ils souhaitent l’échec le plus cuisant pour ces citoyens britanniques qui ont osé défier le Machin car, disent ces dirigeants si soucieux du bien-être des peuples, du moins de ceux qui leur assurent places et privilèges, en cas de (probable) succès britannique hors zone euro, cela ouvrirait la voie à d’autres sorties de pays membres qui, jusqu’ici, ne basculent pas du fait des annulations de référendums, des peurs irrationnelles abondamment relayées par des médias dont l’objectivité est soumise à sa propre propagande idéologique.

INDIVIDUS

Le parallèle entre nations et individus peut également se démontrer en ce que, rarement, l’union des faibles ne fait qu’entretenir l’espoir, qu’une fois réunis, ils pourront rivaliser d’égal à égal avec les forts.
De même que pour le puzzle des nations facticement assemblées, ces groupements composés soit de nations soit d’individus voire de petites exploitations ou sociétés sont victimes de leurs différences qui en termes de mobilité, de réactivité les pénaliseront toujours vis à vis de celui, ceux qui de par leur puissance individuelle resteront toujours plus performants.
Par parenthèse, ce raisonnement a souvent été à l’origine des gourous, guides « spirituels » ou coachs de vie qui, à leur seul profit, utilisent les faiblesses de chacun(e) pour les convertir à une pseudo-théorie à laquelle ces « faibles » sont censés devoir adhérer et en suivre les préceptes afin d’ensemble tendre vers une force supérieure qui rejaillirait sur chacun(e) adepte.
Article L’ INFOTOX : Confiance en soi

En définitive, il vaut mieux, individus ou nations, avoir le courage, la fierté de prendre son destin en mains et de construire sa propre réussite exclusivement due non à une pleutre et hypocrite soumission à autrui mais bien uniquement le résultat de sa capacité d’innover, de réagir ce qui n’interdit nullement les alliances, les fusions et acquisitions dans la mesure où ceci reste le fruit de ses propres opportunités, décisions.

D’autant qu’à ce stade, il est fondamental de préciser qu’il ne faut pas confondre faible et petit ou fort et grand car que l’on soit un individu, une entreprise, une nation, la performance n’est nullement liée, bien au contraire, à la taille.
Par contre, il est plutôt rare que des innovateurs, des exploitants de niches ou des leaders de courants politiques ne s’allient, ne se rallient voire ne s’effacent au profit d’autres si leurs produits commerciaux ou leurs courants politiques ont un potentiel fort ou en capacité de le devenir.
Alors, faute d’avouer leurs faiblesses, ces derniers préfèrent afficher la carte d’un rassemblement décrit comme utile à tous alors même que ce choix contraint n’est qu’une survie passagère pour eux-mêmes.

POLITIQUE NATIONALE

Si et seulement si ce concept d’union qui ferait la force n’était pas utilisé par les politiciens non plus pour accéder au pouvoir, aux privilèges de la fonction publique en tentant, au travers de discours de propagande facile, de slogans simplistes de convaincre le quota minimum requis à l’élection mais d’enfin faire l’effort de rassembler une large majorité grâce à l’adhésion populaire aux idées défendues, aux programmes réalistes, ceci permettrait très probablement d’en finir avec ces oppositions idéologiques bornées plus dignes des supporters de clubs de football que de partis qui se disent de tous les gouvernements.

Comment peut-on faire semblant de croire que, de Droite ou de Gauche, on puisse gouverner pour tous alors même qu’on ne représente qu’à peine un tiers des citoyens… au mieux !.
Ou qu’une fois élus, on perde du temps à défaire les mesures prises auparavant parce que de l’autre « camp » et que tout manque de résultat n’est dû qu’à l’héritage, forcément négatif, de l’autre camp… même après 5 ans de sa propre gouvernance !.

Inutile de continuer à poursuivre un match des uns contre les uns, de la Droite contre la Gauche avec pour seul enjeu de conserver le terrain et d’amuser les électeurs-spectateurs, il est temps de mettre la balle au centre en additionnant les idées, les talents des uns et des autres…
Tout système politique qui n’applique pas une proportionnelle large voire intégrale se voit confronté à ce qui, par certains aspects de gestion autoritaire et « clanique », se rapproche d’une dictature.

Le summum du déni de démocratie est atteint lorsqu’au sein d’une Europe bien plus technocratique que démocratique, certains pays sont non seulement soumis aux directives européennes sont eux-mêmes gouvernés par l’alternance de partis « historiques » dits de gouvernement représentant ce qu’il est convenu d’appeler la droite ou la Gauche alors qu’ils sont objectivement minoritaires et n’accèdent au pouvoir que par un vote de rejet et non d’adhésion au profit d’un système binaire, simpliste qui, par absence de la proportionnelle, dénie aux électeurs le droit de se voir représenté en fonction de leur seul choix.
D’autant plus, d’autant mieux si ceci peut se produire au sein d’une nation libre ou libérée de tout joug européen technocratique inutile et poussif afin que chacun puisse y contribuer librement, efficacement.
Mais ce programme demanderait une telle dose d’indépendance idéologique, de capacités intellectuelles et d’un niveau d’exigence de responsabilités de la part d’un homme, d’une femme politique que ceci relève probablement plus de l’utopie que de la réalité.


Moyenne des avis sur cet article :  1.39/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Derniers commentaires