• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’univers Meetic : la mécanique du culte des apparences

L’univers Meetic : la mécanique du culte des apparences 

Cela faisait un certain temps que je voulais écrire à propos des sites de rencontres amoureuses, tout en analysant quelles sont les finalités des différents acteurs – les abonnés, les visiteurs et les organisateurs commerciaux – qui participent de ce marché matrimonial cybernétique. Pour être honnête, le parti pris que je défendrai est celui de la description d'une matérialisation concrète à travers ma propre expérience de demandeur. Je vais parler de mes difficultés à rencontrer un partenaire qui correspond à peu près à mes attentes, dans ce cadre virtuel qu'est le site de rencontre.

Ensuite, je ferai des liens avec l'ensemble des rapports homme-femme dans la société contemporaine et j'expliquerai comment Meetic et les autres sites de ce type s'inscrivent dans la marchandisation des relations humaines, et détruisent par la même occasion le marché matrimonial organisé spontanément dans la vie quotidienne par les différents groupes sociaux intéressés.

Ma position est intéressante parce que je suis quelqu'un de particulier à tout point de vue, mais sans en avoir vraiment les apparences. Dans le fond, je suis un looser, puisque mon statut professionel est minimal – smicard de base pour un emploi « commercial » de base sans grandes qualifications ni responsabilités –, et à 34 ans je n'ai toujours pas de logement et je vis encore chez ma gentille maman qui habite la capitale. Voilà pour les inconvénients. De l'autre côté, j'ai tout l'air d'un winner, mais là c'est encore plus compliqué paradoxalement. Physiquement je n'ai pas trop à me plaindre même si j'ai quelques kilos en trop. Je n'ai pas de défaut majeur au visage et je ne souffre pas de gros handicap, y compris psychique. Je suis quelqu'un d'assez attentif et j'ai un tempérament assez calme. J'ai de la conversation, je sais m'adapter aux gens lorsque les différences de langage ne sont pas trop importantes et les efforts de communication mutuels et partagés.

Un autre avantage qui n'en est pas un, je suis un pseudo-intellectuel (avec des petits diplômes universitaires d'histoire et de géographie) qui n'est pas intéressé par le professorat, – ou pour être plus correct, par l'industrie éducative postmoderne –, mais garde le goût d'une certaine culture pour les sciences sociales, la littérature et les arts, un certain de degré de civilisation qui ne se retrouve pas forcément au coin de la rue et dans les grandes machines du marché industriel et commercial.

Un détail qui a son importance dans cette mécanique de l'apparence, je suis métis martiniquais et ceux qui ne sont pas avertis peuvent croire que je suis arabe ou je ne sais quoi d'autre. Certains qui sont dans le même cas, parmi les métis et les méditerranéens, peuvent s'en plaindre. Personnellement moi j'en joue et je peux m'amuser avec la perception des gens, quand ils ne se prennent pas trop au sérieux et ne font pas preuve de racisme. Mais dans le cas des sites de rencontres, fini la rigolade, l'apparence est absolue et vous enveloppe jusqu'à la moelle, que ce soit de manière positive ou négative. Vous êtes fichés dans telle catégorie et vous n'en bougerez pas.

Presque une évidence, je suis athée. Détail à relever là aussi, étant donné le luxe que cela peut représenter pour un individu issu d'une famille religieuse et traditionaliste, notamment chez les minorités ethniques où la religion remplace la politique. L'athéisme est souvent vu comme du nihilisme ou attaché à un radicalisme typiquement occidental qui s'oppose et détruit les cultures régionales du monde, ou qui prépare la fin du monde pour les créatures diaboliques. Pour plus du succès, dites au moins que vous êtes chrétien agnostique, ce sera plus consensuel et cela paraîtra moins farouche.

Voilà pourquoi les questions matrimoniales sont intéressantes en partant de ma situation, parce qu'elles croisent tous les domaines de la vie sociale et de l'imaginaire collectif. Qu'ai-je récolté en six mois de recherche sur Meetic, en ayant envoyé plus de quatre cent messages, « flashé » des centaines de filles, fait sept rendez-vous et deux soirées « événements » ? Les certitudes que seule l'apparence compte dans un premier temps, les statuts socio-professionnels séparés par des murs étanches et les catégories ethniques déterminantes dans le choix des partenaires. Je reviendrai spécialement sur ce dernier point, parce qu'il me semble indiquer une dynamique profonde dans la société française.

Les sept filles que j'ai rencontrées avaient de 26 à 36 ans, habitaient en région parisienne et comme moi, étaient à la recherche d'une relation stable. Sauf deux que j'ai vu deux fois, je les ai toutes vues qu'une fois et je ne me suis engagé avec aucune d'entre elles. La première était une grande blonde de 30 ans assez charmante qui était en instance de divorce avec son mari habitant à Lille, et elle était revenu à Paris chez son père. Elle était au chômage et ne savait pas vraiment ce qu'elle ferait ni où elle habiterait. Enfance assez difficile dans les espaces périurbains de la Normandie, père inconnu, travaux pénibles en restauration, malgré cela elle montrait un certain panache et restait dynamique. Elle se mettait au service des hommes et était vraiment généreuse. Pas de chance pour moi, puisque je suis toujours chez ma mère, et son coté instable ne me rassurait pas du tout. Même si j'ai cherché à garder le contact, elle avait bien compris que notre relation n'aurait pas d'issue puisque je cherche quelqu'un de stable dans la durée.

Ce fut la seule rencontre vraiment intéressante que j'ai pu avoir, parce que la fille était atypique. Les rendez-vous suivants furent en revanche bien plus prévisibles : j'ai eu droit à mon lot d'afro-caribéennes, trois parmi les sept rencontrées. Qu'une chose soit claire : je n'ai pas de préférences ethniques dans mes relations, contrairement à un bon nombre d'entre nous. Je me dis pas : il faut absolument que je sois avec une asiatique, une blanche ou je sais quoi. Je m'en fous. Les critères ethniques sont pour moi fallacieux lorsqu'ils ne sont pas basés sur des critères géographiques, culturels et linguistiques. L'apparence physique n'est pas une condition suffisante pour faire une relation, voilà pourquoi je me méfie toujours quand des antillaises s'intéressent à moi. Cela ne m'empêche pas de les rencontrer et de m'intéresser à elles, et si je me rends compte que notre entente est prometteuse, je ne reste pas sur la réserve. Et comme ce sont presque les seules qui me donnent une chance, je suis bien obligé de le prendre en compte. Trois guadeloupéennes et une togolaise, pas mal non ? L'Empire Français a de beaux jours devant lui...

Le 25 décembre 2015, rendez-vous à Saint-Lazare avec la première guadeloupéenne, 29 ans. Carrée des épaules et du visage, elle avait les traits du célèbre boxeur Mohammed Ali (pour de vrai). Néanmoins féminine dans son attitude, elle est chef de rang dans un restaurant où s'attable la bourgeoisie francilienne. Étant donné les efforts que nécessite ce type de travail, elle paraissait un peu blasé par la vie, et elle venait de plaquer son petit ami parce qu'il lui avait avoué qu'il ne savait pas s'il était amoureux et cela l'embarrassait. Là voilà devant moi qui est prête à s'engager dans une nouvelle relation. L'attirance physique m'importe peu si les affinités intellectuelles ont une telle intensité qu'elles effacent tous les autres défauts. Il est faux de dire que les hommes soient seulement intéressés par les qualités plastiques et le maquillage des femmes, parce que c'est la proximité culturelle et le partage de certaines passions qui déterminent la fiabilité d'une relation. Lorsque cette passion commune n'existe pas, il ne reste que le charme du corps. Si je ne sais pas qui je suis et ce que j'aime profondément dans la vie, la beauté serait mon seul critère de sélection, et ce n'est pas mon cas.

La deuxième antillaise, 26 ans, n'avait pas mis de photo sur son profil et elle m'a pris au dépourvu lors de notre rendez-vous. Quand je l'ai découverte, je fus à la fois un peu contrarié et un peu rassuré. Agacé de voir quelqu'un croire que l'origine ethnique équivaut à un sauf-conduit dans les relations sociales ; pour moi la grandeur de l'amitié et de l'amour réside principalement dans les efforts pour tendre la main à ceux qui sont différents, et j'en suis moi-même une incarnation vivante en raison de mon métissage assez complexe. Cette fois-ci, la fille n'était pas idiote, elle savait à peu près qui j'étais, et je fus assez rapidement rassuré. Elle avait fait des études universitaires de type AES, administratif et social, et elle travaillait en intérim comme larbin dans les services. Ne savant pas exactement ce qu'elle ferait ni ce qu'elle voudrait à l'avenir, elle résidait chez une cousine près de Torcy dans le 77. Arrivée de Gwada depuis quelques années, elle était un peu perdue dans cette vaste métropole parisienne et elle n'avait pas envie d'y rester. Face à elle, je ressentais un certain décalage qui ne me déplaisait pas, mais cette distance sociale, culturelle et géographique est si grande que la durée nécessaire pour la combler est d'autant plus longue, il faudrait des années avant de pouvoir nous retrouver sur un terrain d'entente. Pourquoi tombé-je toujours sur des affaires aussi compliquées ? Je veux du lointain et du proche en même temps, ce qui est impossible. Elle ne sait pas ce qu'elle va faire et sa destination m'est inconnue. Après avoir tenté de l'embrasser, elle prend le RER A vers Torcy et je ne la reverrai plus jamais.

Une autre m'a envoyé un message, et même si elle n'a pas mis de photo sur Meetic, je suis tellement désespéré de ne pas recevoir de réponses aux messages copiés-collés que je donne par cinquantaines à la volée, que je lui réponds quand même. Notre dialogue est fluide, elle parle bien français et a un vocabulaire étendu (ce n'est pas si fréquent sur Meetic). 30 ans, physique agréable sur les photos qu'elle m'envoie au téléphone, en plus elle a habité le même quartier, je ne dirai pas lequel. Enfin ! La promesse d'un début de relation viable. Haut standing, premier rendez-vous à La Défense, ça change un peu de Bastille et de Saint-Michel. Puis, peu à peu, lors de notre rencontre, ma motivation s'émoussait. C'était trop administratif, réglé à l'avance, elle me racontait son boulot au service culturel du conseil général du 92, à Nanterre, où les anciens célèbrent, paraît-il, le temps béni de la corruption sous Charles Pasqua. Elle est catholique pratiquante, ce qui me donne un parfum de désuétude, si ce n'est d'avachissement. La vieille France, tapie en cachette sous les motifs exotiques antillais, prête à vous ensevelir dans une histoire faite de compromissions lâches, d'espoirs trahis et de post-colonialisme mal assumé. Je n'aime pas les religieuses.

Pour la togolaise, envisager quoi que ce soit avec elle aurait été un véritable casse-tête. Sa maîtrise du français était très lacunaire et pour la communication j'étais obligé de lui faire répéter. Mais à la rigueur cela ne me dérange pas dans un premier temps, si la personne est motivée à s'intégrer et à en apprendre plus, cela peut éventuellement se corriger. Bon, après elle vit chez sa tante et n'a pas d'appartement. Je ne vais pas lui reprocher puisque moi aussi je vis en famille. Et là, le marteau arrive pour enfoncer le clou : elle n'a pas la nationalité française, ne peut pas travailler et gagner sa vie correctement. Je vais être sincère, elle était mignonne, et je m'étais fait prendre au jeu auquel je cherche tant à m'opposer : j'étais là parce que la photo m'avait attiré. J'avais été séduit par son apparence, voilà tout. Ce qui est triste dans cette histoire est que des pauvres gens comme nous se font flouer par un site de rencontres qui leur promet monts et merveilles. Et globalement, ce sont ceux qui sont le moins en capacité qui sont affectés à aider une personne en difficulté. Pour que ce soit faisable avec cette africaine, je devrais toucher un salaire d'au moins 2000 euros, prendre un nouvel appartement, se marier avec elle, l'intégrer le plus possible. Du coup, qu'a t-elle fait auparavant ? Elle s'était mise avec un cinquantenaire qui pouvait l'accueillir. Ensuite elle en a eu marre, parce que c'est une femme comme les autres qui veut s'épanouir et avoir des enfants. Elle tombe sur moi et se dit qu'avec mon salaire et ma situation les ennuis sont loin d'être terminés. J'espère qu'elle trouvera quelqu'un qui pourra la prendre en charge et ne soit pas trop exigeant sur les critères culturels. Si ça se trouve, elle trouvera plus facilement que moi…

En dehors de cette tournée africaine (c'est que je vais commencer à aimer ça !), j'ai rencontré et je me suis mis en contact avec des françaises de souche comme on dit, – ben... en gros des blanches qui viennent de n'importe où –, et je dois bien avouer que ce fut encore plus catastrophique qu'avec les antillaises. Au moins ces dernières savent faire la différence entre mon apparence et le fonds de ma personne, même si en façade elles peuvent préférer rester dans un esprit communautaire. Une française blanche de souche qui n'a pas fait beaucoup d'études (et encore...), à moins de bien connaître son sujet, ne va pas faire dans le détail : votre appartenance ethnique détermine tout le reste. Alors rien de surprenant si le goût de l'exotisme sera primordial quand elles me choisissent. J'en ai pas mal joué étant jeune, mais aujourd'hui j'aimerais aussi être aimé pour ce que je suis en globalité, et pas seulement en apparence. C'est à ce moment-là que je me suis dit que les sites de rencontres ne fonctionnent que sur les affinités physiques. Si l'apparence n'est pas en adéquation avec votre caractère, votre culture ou vos passions, il n'y a aucune reconnaissance de ce que la personne est. De la pure cybernétique appliquée aveuglément aux individus.

Finalement, toutes les femmes que j'ai rencontrées ont les défauts que partagent tous les abonnés de Meetic, y compris moi-même : la solitude précaire, surtout pour les femmes qui autrement n'ont pas besoin de recourir à un site de rencontres ; le niveau d'instruction qui est la plupart du temps moyen, voire insuffisant par rapport aux critères du marché global, et cela peut autant concerner un Bac + 5 qu'un sans diplôme si l'environnement social des individus est aussi pris en compte ; et vis-à-vis du marché matrimonial, plus on est seul, moins le niveau d'éducation a d'importance, puisque ce sont les ressources collectives qui permettent de mettre en valeur les compétences utiles dans ce cadre. Comme les sites de rencontres individualisent à l'extrême les qualités basées sur des conventions pratiques assez arbitraires (choisies par les organisateurs selon une grille d'analyse invérifiable), les critères de sélection deviennent insignifiants et sont nivelés par le bas, enfermant le dialogue dans le retour du même : l'affinité sélective par les critères identitaires (origines ethniques et catégories sociales) devient essentielle et prépondérant. Enfin, ce qui est autant valable pour les hommes que pour les femmes, la promesse d'une relation dépend fortement de la situation sociale des partenaires, même s'il reste toujours la possibilité de tricher. La chance s'accroît à mesure que s'accumulent les qualités positives que l'on fait apparaître. Le négatif, même résiduel, est fortement sanctionné et encore plus si cela apparaît lors d'un premier rendez-vous après avoir été dissimulé (défaut physique, statut social précaire, incertitude sur le type de relation ou sur le projet de vie, etc). Je l'ai autant appliqué qu'on me l'a appliqué. Il n'y a pas beaucoup d'amours ou d'idylles imprévus avec les sites de rencontres.

Sur Meetic, il y a nullement des acteurs rationnels qui agissent librement pour créer les bonnes conditions d'un partenariat amoureux solide et pérenne. La plupart ont compris depuis longtemps qu'il s'agit de fastlove – petit hommage à George Michael, – de plans cul à la semaine où les sentiments n'ont pas beaucoup d'importance. Pourtant, les abonnés font comme s'ils vont réellement trouver le partenaire de leur vie grâce au logiciel extraordinaire que nous ont concocté les responsables de la stratégie marketing. Depuis peu, certainement en raison d'une demande de plus en plus élevée, Meetic organise des soirées « événements » pour faire des rencontres en direct live. Je n'en ai pas fait assez pour dire si cela peut être une bonne stratégie pour trouver un partenaire, mais j'ai trouvé que les moyens investis par l'entreprise n'étaient clairement pas suffisants. Il y a un an environ, « soirée années 80-90 » au Back Up, une vieille discothèque obscure sentant la poussière et le renfermé qui se trouve rue Lecourbe. Aucun endroit pour parler, le son est à fond la caisse, les serveurs du bar sont des stagiaires ou des intérims payés au lance-pierre. Ces derniers avaient imprimé et collé au mur des feuilles A4 pour indiquer le prix des boissons. Quand j'ai demandé un mojito, j'ai dû passer pour quelqu'un de trop distingué… La seule chose possible à faire dans ce genre de soirée est de se mettre en mode « crevard », où les hommes assaillent les femmes (moins nombreuses) comme des vampires leurs proies. Vive l'amour moderne et numérique grâce à Meetic.

Ce genre « d'événement » montre bien comment l'entreprise considère ses clients et peut-être ses salariés : des vaches à lait qu'il faut faire cracher au maximum. Satisfaire la demande n'est plus vraiment un objectif. Il y a tellement de monde en détresse que pour en profiter il suffit de se baisser. De leur côté, les abonnés restent dans ce cercle vicieux de la consommation de fastlove , tout en se plaignant de ne jamais trouver le bon partenaire. Le succès de Meetic et de ses concurrents repose très largement sur l'augmentation du taux de divorce et de la précarité des femmes : comment un site de rencontres pourrait-il gagner des parts de marché si les gens se rencontrent vraiment ? J'ai dû envoyer plus de quatre cent messages et j'ai essayé de dialoguer en ligne avec des dizaines et des dizaines de femmes, la plupart du temps j'étais sans réponse. Et toutes les femmes inscrites sur Meetic le disent : elles reçoivent plus d'une cinquantaine de messages par jour. Autant dire que si vous êtes un homme, vous n'êtes pas très visible, vous n'êtes qu'un petit médaillon qui occupe quelques pixels sur un écran d'ordinateur, et il faut payer tous les deux jours pour en être en haut de la liste de recherche. Et les femmes ont tellement le choix qu'elles finissent par choisir le premier venu qui remplisse les bons critères au niveau de l'apparence, du statut social et de l'éducation élémentaire – c'est-à-dire savoir lire, écrire et compter –, sans se soucier du reste.

Les pratiques et les usages des sites de rencontres sont pour le moment trop déterminés par des logiques commerciales qui répondent seulement aux besoins des organisateurs du processus virtuel et qui sont redéployées à la charge des abonnés dans leurs stratégies de recherche. Le marché matrimonial virtuel pourrait être un bon outil si une matérialisation conséquente d'espaces de rencontres était organisée plus fréquemment et dans la durée, nécessitant évidemment beaucoup plus de moyens. Des grands forums ou des grands salons permettraient au plus grand nombre de se rencontrer plus facilement, sans avoir à développer une stratégie individuelle complexe de séduction et de conquête qui nécessite du temps et un ensemble de conditions qui n'est pas donné à tout le monde (transport, sécurité, logement, connexion internet permanente, etc). Les sites de rencontre externalisent les coûts de production sur leurs clients et proposent un modèle de réseau social low cost où chaque fonctionnalité du logiciel est facturée. Pour le dire autrement, de la grosse arnaque avec peu de moyens : Meetic est une boîte de 300 salariés pour des millions d'abonnés à travers le monde.

Il est peu compréhensible que dans une société moderne, la question du marché matrimonial soit reléguée à ce point dans les espaces marginaux de la société et ne se trouve pas au coeur des réflexions des rapports homme-femme et plus largement des interactions sociales. Comme si les gens ne pensaient qu'à travailler, à manger et à se reproduire bêtement comme des animaux, dans la plus complète endogamie sociale – même la stratégie clanique avec les « arrangements » familiaux peut paraître socialement plus évoluée. Les alliances entre les différents groupes sociaux, qu'ils soient familiaux, ethniques, associatifs, professionnels ou territoriaux ne sont pas simplement fonctionnelles et organiques, elles sont aussi affectives et ne peuvent pas être réduites à des simples opérations techniques, financières et commerciales, organisées par un simple mécanisme virtuel. La surexploitation des outils virtuels pour le marché matrimonial aggrave l'endogamie sociale, le racisme (de race ou de classe), favorise globalement le rejet de l'autre et donc accroît la solitude. Les dynamiques positives et régressives qui animent la société se retrouvent excessivement condensées et explosent depuis les canaux virtuels, puis se rematérialisent à l'état brut et en plusieurs morceaux dans d'autres espaces, détachées de tout contexte (c'est ce qui se passe aussi avec le djihadisme virtuel et les cyberattaques). Ce processus engendré par la télématique processuelle est positif dans le domaine de la communication, du tourisme, entre autres, mais il n'est pas encore articulé avec la nature humaine et provoque beaucoup de désorganisation sociale. Il réside encore tout un vaste domaine d'impensé autour des relations entre le virtuel et le réel, entre la capacité potentielle de la machine à fabriquer du rêve et l'usage que les êtres humains en font dans leurs propres vies. Plus de concret, d'affectif et de matériel, et moins d'abstrait, de mécanique et d'immatériel, voilà le commencement.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  •  
    « L’informatisation de la société au service de la convivialité, sera l’idéologie humaniste de la nouvelle société [...] la convivialité est la morale de la société de consommation [...] La société assistée devient celle de la libido assistée [...]
    À mesure que l’austérité s’aggrave, le chiffre d’affaires de l’industrie du loisir, du tourisme, du plaisir augmente. Les deux semblent être en raison inverse. La jouissance “libertaire” social-démocrate a comme condition le productivisme, l’inflation, le chômage, l’immigration etc [...]
    On pourrait presque dire que le travailleur étranger est à l’industrie du loisir et du plaisir ce que l’esclave était à l’épicuriste.
     »

     
    Clouscard 1980


    • vesjem vesjem 7 janvier 2017 12:22

      @La Baudruche de l’ex-France soumise
      clouscard 1980 ; excellent
      Mais le « balancier » oscille souvent entre l’utopie et le réel ; parfois le mouvement est lent et parfois très brusque ; l’état des lieus et la vision de clouscard date de 1980
      Alors, on peut espérer pour bientôt au retour d’une phase plus humaine et naturelle


    • petit gibus 7 janvier 2017 12:25
      @ l’auteur

      Ecrit donc un roman sur ton propre personnage .
      Avec ton aptitude à étaler tes états d’âme,
      et en dédicacent ton bouquin,
      tout en vivant encore chez ta maman,
      tu auras plus de chance à trouver
      l’âme sœur qui te fait tant défaut
      que sur meeting smiley

      • petit gibus 7 janvier 2017 12:28
        @petit gibus
        j’voulais bien sur causer de Meetic  smiley

      • Sergio Sergio57 7 janvier 2017 13:56

        Ce genre de site c’est un peu de la misère humaine, je ne pense pas que ce soit la formule idéale pour la rencontre. Peut être qu’à force de répétitions, vous trouverez l’âme sœur, et je vous le souhaite. Comme vous le dites si bien, ce ne doit pas être l’apparence physique qui fait le lien essentiel en ce qui concerne une relation durable, mais sachez aussi que l’intérêt entre deux personnes se construit sans cesse durant la vie commune, mais vous le savez certainement. 

        La rencontre c’est aussi une alchimie qui ne pourra jamais se prévoir à l’avance, ni se programmer sur un site ou lors d’une soirée associative, car elle ne demande aucune stratégie de séduction, ni de déballage de douleurs ou souffrances impliquant l’autre dans un rôle dangereux et pathétique, qui est celui du sauveur ! 

        Après, ti mal, pa inkiété ko ou, l’amou ka rivé lé ou pa antan li vini, épi fo ou fé atention, chabine sale karacté, A pli ta’ou, mwen ba ou plis fos ! 

        Si vous ne comprenez pas le créole, demandez à votre maman, ou votre papa si vous le voyez encore, salutations distinguées

        • Rincevent Rincevent 7 janvier 2017 15:10

          @Sergio57

          Ce genre de site c’est un peu de la misère humaine…
          Oui, surtout la misère de ne pas savoir entrer véritablement en contact avec l’autre. Jadis, il existait les petites annonces du Chasseur Français, seule fenêtre vers l’extérieur d’un monde agricole qui commençait déjà à se désertifier. Leur contenu était assez souvent croquignolet : http://www.rfi.fr/mfi/20140214-france-amour-petites-annonces-chasseur-francais-mariage-saint-valentin/ Depuis 2012, ils ont fait comme tout le monde, ils sont aussi sur la Toile : http://brindamour.fr/


        • Sergio Sergio57 7 janvier 2017 15:37

          @Rincevent


          Les annonces étaient d’ailleurs discriminatoires et souvent pathétiques

        • Gasty Gasty 7 janvier 2017 15:42

          @Sergio57

          Les rencontres sur meetic sont autant hardeuse qu’elles peuvent l’être à la terrasse d’un café ou ailleurs. Je dirais même que sur meetic elles sont préparé à l’avance par les prétendants, c’est probablement la seule chose qui peut différer d’une rencontre... disons ordinaire sauf si il y a une attirance physique et une stratégie de rapprochement.Alors pourquoi misère humaine pour meetic ? La rencontre a toujours lieu à un moment et l’alchimie entre en scène.


        • Sergio Sergio57 7 janvier 2017 16:26

          @Gasty


          Bonjour, oui j’ai du être un peu excessif dans mon propos, je pense qu’il y a beaucoup de cabossés de la vie qui fréquentent ces sites, et bien sur tout le monde a le droit à sa rencontre, et alors place au possible. 
          A ma décharge, je me suis aussi exprimé par rapport à l’histoire et rencontres de l’auteur, qui relate la difficulté à pérenniser les relations, parfois trop aventureuses, difficiles, compliquées, sans suite .... Comme le fait remarquer Rincevent, le vecteur de communication a changé, je me souviens que les rubriques ’rencontres’ des journaux type ’annonciers’ étaient pour certaines très pathétiques. 
          Enfin pour vous retrouver, d’accord avec un ’trop de généralité’, probablement que j’ai pu être chanceux, et chacun communique comme il le peut. C’est peut être notre époque qui le veut, l’environnement, en tout cas ce n’est pas ma génération, mais il est possible que je sois un jour trop seul, en manque de tout et alors je ferai ce que je pourrai ou je subirai.

          Cordialement

        • Rincevent Rincevent 7 janvier 2017 16:35

          @Sergio57

          Discriminatoires ? Si vous entendez par là qu’elle étaient assez précises sur les qualités demandées, oui mais il s’agissait souvent de quoi ? D’aller vivre/travailler dans une ferme avec un plus ou moins vieux garçon, alors autant annoncer la couleur.

          Et là comme ailleurs, des filières « exotiques » s’étaient mises en place. Je me souviens d’un reportage de FR3 montrant une jeune Réunionnaise trimballant ses bidons de lait dans la brume et la neige du Jura, en plein hiver, contraste. Là, devant les nécessités, il n’y avait plus de place pour un quelconque racisme…

          Pathétiques : oui bien sûr, quand on n’est pas un « winner », tant moralement que socialement, le message est cru, sans fioritures ni précautions et il est vrai.


        • Sergio Sergio57 7 janvier 2017 17:32

          @Rincevent


          Je me souviens il y a 25 ans, j’ai été invité en Lozère chez un fermier dont la compagne venait de la Réunion, c’était l’époque du rêve des ’Petits oiseaux des îles’ , je peux vous dire que dans son regard, la réalité était autre. C’était très courant dans cette région vide de femmes, et on ne parle pas du scandale des enfants déportés de la Réunion vers la Creuse (Michel Debré), c’est un autre sujet.

        • Rincevent Rincevent 7 janvier 2017 18:41

          @Sergio57

          Le reportage devait dater à peu près de cette époque et, comme dans tout manque de main d’œuvre, on avait tablé sur l’immigration. Il serait intéressant de savoir ce que sont devenus ces « oiseaux des iles »...


        • JC_Lavau JC_Lavau 8 janvier 2017 13:48

          @Rincevent. Via son immortel Grand Duduche, le regretté Cabu avait épluché les annonces du Chasseur Français, pour composer cette annonce pour son copain : « Plutôt moche et tout à fait innocent, recherche jolie fille bien roulée pour faire un bouquet ».

          L’antithèse, ça marche aussi, parfois, entre gens dotés d’humour.

        • microf 7 janvier 2017 15:20

          Il faut vraiment être paumé pour aller dans les sites de rencontres chercher un ou une partenaire pour la vie.


          • Gasty Gasty 7 janvier 2017 19:13

            @microf

            Non ! il suffit d’être branché smiley à internet. Les temps changent et ce n’est plus les petites annonces ( comme décrit plus haut ) dans le chasseur Français ou bien de l’entremetteuse.


          • JC_Lavau JC_Lavau 8 janvier 2017 23:01

            @microf. 

            Microf rassure son narcissisme en taxant les autres d’être « paumés ».
            .
            Aussi bien lui que les autres ont habituellement une lacune majeure dans leur apprentissage : la communication violente leur est spontanée et héritée, la communication non violente leur semble une bizarrerie d’extraterrestre. Alors que Gagnant-Gagnant, c’est la discipline de base pour rendre idéal un amour qui nous convienne. Ah certes, la communication non-violente dans un couple, voilà un vrai crime de lèse-avocate, de lèse-misandrisme, de lèse-pousse-au-crime...

            Nombreux sont les prédateurs qui guettent nos carcasses.

            Peu à peu, le « toute la vie » est une perspective qui rétrécit. Je suis cerné de plus en plus près par les enterrements, je suis en première ligne devant la Camarde.

            Après avoir conclu l’achat d’un chiot, ma fille résumait : « J’ai signé pour quinze ans ».

            C’était sur le Net que j’avais rencontré celle qui est restée quinze ans une compagne puis semi-compagne, certes bien trop agressive, violente impénitente et féministe, mais qui tenait quand même à ne pas me perdre. Phrase : « Tu ne vas quand même pas me faire le coup de mourir trop vite, hein ! »
            Cela, c’était le passé.
            .
            A nouveau aujourd’hui, nous signons pour un maximum-optimum de quinze ans. Optimisme compris. J’énumère ceux qui sont restés actifs et vifs d’esprit à ces âges que nous envisageons. Par exemple Michel Fustier, ou Mario Bunge... Une veuve sait d’expérience que la Camarde peut frapper l’un d’entre nous bien plus vite que prévu, c’est une composante notable de ses peurs.

          • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2017 20:17

            Je n’ai pas tant de mal à dire de ce site. Certes ils arnaquent en facturant deux fois pour un seul service.

            Dans ma tranche d’âge des septuagénaires, seul Meetic a un stock et un flux suffisants, et les prestations sont nettement meilleures que chez les concurrents.
            Et voilà, les septuagénaires se sont rencontrés et filent un bonheur certain. J’ai été littéraire et précis pour deux ; les fardeaux sont pour les épaules capables de les supporter. Précis et créatif, avec d’excellentes photos de mes activités et réalisations.

            • JC_Lavau JC_Lavau 8 janvier 2017 20:24

              @JC_Lavau. Pour les autres, je dois ajouter que la chasse aux profils bidons est franchement active sur M**t*c. Ça déblaie vite.


              Et que la relation amoureuse est bien une des plus importantes de toutes les relations sociales. Une relation qui ne vous fait pas changer d’habitudes, de fréquentations et de valeurs, est-elle bien une relation amoureuse ? Il faut être de taille, apprivoiser un petit renard ou un gros coeur d’occasion, cela crée de grosses responsabilités. Hé oui, ma Dame est exigeante, elle a de gros besoins affectifs et le fait bien sentir. C’est la vie.
              D’autres destins sont tragiques, et il est difficile d’apporter des remèdes.

              Dans d’autres cas, ce sont les habiletés relationnelles de base, que la famille d’origine avait compromises et sabotées depuis toujours. On a prise là dessus, ou pas ? Pas souvent, hélas. Par dessus le marché, la propagande féministe hégémonique sanctifie toute agressivité et toutes violences féminines, pour le plus grand malheur de tous.

            • JC_Lavau JC_Lavau 29 mars 2017 12:38

              @JC_Lavau. Finalement ils ont remboursé.


            • tobor tobor 8 janvier 2017 02:21

              Je m’étais inscrit suite à une rupture il y a une dizaine d’années, sur un site gratuit « jecontacte.com » dans le désir de rencontrer « une femme » de mon coin avec qui tenter d’essayer de voir si une relation serait envisageable.
              J’ai du me rendre à l’évidence que la majorité des profils féminins étaient bidons, que c’était la foire au nimportawak avec des photos pros de starlettes et des présentations copié/collé de traductions google complètement téléphonées. Néanmoins, il y avait forcément aussi des vrais être humains du sexe opposé dans une démarche semblable à la mienne, sans-doute plus chez les sans-photo qui ne jouant pas sur l’aspect physique, n’arnaquent au moins pas par ce canal.
              .
              Consternant mais la majorité des vrais profils recherchent effectivement du « pour la vie » (quand ce n’est pas pour un truc à 3) ! Je poursuivais en affichant comme présentation une réflexion sur l’impossibilité de garantir une relation pour la vie depuis des messages privés à moins de se foutre de son interlocuteur/trice. Il faut au moins que les regards s’introspectent avant d’avoir une quelconque idée sur la question !
              Toute longue relation commence par une courte. Il y a toujours une « première nuit » avec ou sans lendemain. Ça dépend des personnes, pas de leurs profils. D’autres femmes annoncent tout-de-suite la couleur : pas de sexe. Elles cherchent un homme qui n’a aucune idée derrière la tête et ce pour la vie. On se croit dans une blague.
              .
              Ma vocation sur ce site avait fortement changé, je n’espérais plus trop rencontrer mais y voyais un terrain d’étude sociologique. Je désirais plutôt informer des gens qui semblaient dans une détresse psychologique parfois extrême. Il y avait aussi un forum au niveau bassement plancher où tout sujet, parfois valable, retombais dans le mièvre mais avec une audience à la 30.000 vues en un soir. J’y soulevais des contradictions et incohérences et essayais d’y apporter une info ou l’autre. J’ai commencé à avoir quelques relations écrites, parfois de vrais psycho qui après 2 MP’s n’ont que moi au monde ! D’autres semblent plus civilisées, dont l’une sans-photo qui a proposé d’entrée de jeu un rencard le lendemain. C’était l’hiver, il pleuvait, j’étais en pantalon plastique/vélo noir, écharpe cagoule bonnet quand je suis entré dans la librairie où elle m’avait rencardé. Dans la partie « buvette » j’ai vu une madame buvant un café avec les signes extérieurs décrits et convenus. J’ai regardé au sol et une flaque s’était formée à mes pieds, je dégoulinais encore. C’était surchauffé, je suais sous mes 4 couches. Qui était cette madame ? Qu’est-ce que je foutais là ? elle m’avait imposé ce rencard alors que j’aurais proposé quelques échanges en MP avant de savoir si je désire rencontrer. Bref, je ne me suis pas trop emmerdé à enlever mes couches imperméables trempées de l’intérieur pour aborder cette personne avec qui je ne perçois rien d’attirant si ce n’est l’inverse et dont l’image et le choix de l’endroit ne collent pas. C’était foireux et j’ai filé discretos.
              Il y a eut une française avec qui on philosophait-de-comptoir par mails sans intention de se rencontrer, une militante vegan, des névrosées au chantage affectif instantané, des réponses abruties, sans doute quelques femmes âgées qui se font un jeu de trentenaire (?)
              .
              Pendant ce temps, je faisait des rencontres dans la vraie vie, périodes en relation où j’oubliais ce site. Puis, les retours au célibat m’y ramenaient. Ma photo n’était soudain plus assez « claire », en effet, c’était un bricolage de portrait très abstrait. Je ne voulais pas m’exposer dans cette vitrine ouverte à tous/tes donc je suis passé « sans-photo ». Là, c’est le calme plat. Les profils avec photo auxquels je m’adresse, intelligemment en rebondissant sur le contenu de leur présentation se montrent très dédaigneuses, beaucoup bloquent d’office les « sans-photo ». Néanmoins, j’ai commencé à dialoguer avec une femme (de mon âge) avec photo abstraite et il y avait des affinités musicales, littéraires et géographiques, mais aussi quant à ce qu’on entend par « relation », si bien qu’on s’est rencontré dans un petit bar. On a tous les 2 étés un peu déçus au premier regard mais on a mis du sien, on a positivé en ayant un dialogue plutôt fluide si bien qu’on a été chez elle, puis une relation d’un an s’en est suivi, mi-figue mi-raisin, dans un désir de rencontrer le « différent », de mesurer son ouverture d’esprit. C’était sympa quand-même et enrichissant pour les deux.
              .
              Après avoir rompu d’en commun accord, nous avons chacun faits une rencontre plus décisive dans la vraie vie, un peu la rencontre intéressante qui va de mon côté encore me scotcher pour un bon bout de temps ! Y a pas photo, quand on se rencontre par la voie naturelle et qu’on se séduit en live, on sent plus de consistance !
              Quand après quelques semaines j’ai voulu montrer à ma nouvelle « proie » mon profil (qui était franchement absurde et fandard) sur « jecon », le site avait écrasé tous les comptes/profils et affichait une nouvelle version bien plus stricte avec 3 photos claires au minimum mais toujours un accès gratuit.
              En fait, tout ça ne m’intéresse plus et je préfère bien venir me répandre sur agvox !
              .
              Chouette article sur le sujet !


              • JC_Lavau JC_Lavau 8 janvier 2017 14:48

                Guide québécois pour décoder les petites annonces du type « recherche l’âme soeur ».

                ANNONCES ÉCRITES PAR DES FEMMES :

                Dans la jeune quarantaine = 45-46 ans
                Libérée = Toute la ville a passé dessus, arrondissements inclus
                Athlétique = Pas de seins
                Recherche la beauté intérieure avant tout = Laide
                Très belle apparence = Menteuse
                Sourire contagieux = Apportez votre pénicilline
                Très stable émotionnellement = Valium au petit déjeûner
                Propre de sa personne : surveille vos moindres faits et gestes bonbonne de Fantastik au poing
                Douce = Ennuyante
                Romantique = Exige une lumière très très tamisée pour se mettre nue
                Proche de la nature = Ne s’épile pas
                Catholique pratiquante = Ne fait l’amour que dans la position du missionnaire
                Passionnée = Criarde
                Poète à ses heures = Dépressive profonde
                Blonde = Noire partout ailleurs
                Sensuelle = Exige 2 heures de préliminaires dans les rapports sexuels
                Poids proportionnel = Grosse
                Bien dans sa peau = Très grosse
                Quelques rondeurs = Obèse
                Jeune de coeur = Tricote du linge pour bébé

                ANNONCES ÉCRITES PAR DES HOMMES :

                Dans la quarantaine = 55 ans à la recherche d’une jeune poulette
                Sportif = RDS 60 heures par semaine, dort sur le divan
                En bonne santé = Pète et rote aux 5 minutes
                Athlétique = Encore capable de rentrer son ventre pendans 20 secondes quand il le faut
                Recherche la beauté intérieure = de grosses touffes de poils lui sortent du nez et des oreilles
                Libéré = Va essayer de coucher avec votre soeur
                Recherche l’amitié d’abord = Genre une amicale partie de fesses
                Sens de l’humour = Après une dizaine de bières, se croit très drôle lorsqu’il essaie d’organiser un concours de pisse avec ses chums
                Grand et belle allure = Tout est dans le char (la bagnole)
                Honnête = Menteur
                Sensuel = Un gros 2 minutes de préliminaires avant la pénétration
                Prévenant : Avertit avant de cogner
                Mature = Pendant les premiers 6 mois
                Propre de sa personne : lève le siège de toilette avant d’éclabousser partout autour
                Poète à ses heures = A déjà écrit un graffiti dans les toilettes du cégep (« lycée », pour les français) il y a 25 ans
                Catholique pratiquant = Un juron n’attend pas l’autre
                Émotionnellement stable = Aucune condamnation pour violence familiale depuis deux ans
                Poli = Ajoute parfois « s’you plaît » lorsqu’il vous dit de lui apporter une bière
                Capable d’écoute = Peut facilement passer 48 heures sans prononcer une seule parole
                Jeune de coeur : Passe ses soirées à jouer au Nintendo

                ...
                à toutes fins utiles...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès