• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La démocratie serait-elle devenue une impasse ?

La démocratie serait-elle devenue une impasse ?

Certains le pensent, même à voix haute désormais.

Le Brexit nous l'a révélé comme nous l'avaient révélé Français et Hollandais votant contre l'adoption de la constitution européenne en 2005, les peuples parfois s'égarent et se dressent contre ce qui est considéré par ceux qui nécessairement savent le sens de l'histoire.

Quel paradoxe ! Ceux qui savent ont dû penser à une certaine époque que la démocratie allait dans le sens de l'histoire, et nous en sommes convaincus par leur rejet de ces régimes qu'ils n'estiment pas très démocrates, sauf quand il s'agit de leurs amis qataris ou saoudiens, mais là c'est le respect des cultures qui domine sans doute. Et les voilà désormais confrontés à ce que nous nommerons l'impasse démocratique. L'impasse démocratique c'est quand les peuples votent mal, vont contre le sens de l'histoire. Il y a vraiment de quoi être en rogne, non ?

 

Par chance, dans certains cas, et jusque-là ça fonctionnait assez bien, il existait des parades à ces votes farfelus qui perturbaient cette heureuse marche en avant dont on nous a tellement conté son caractère aussi inexorable que bienfaisant. On pourra noter en passage cette contradiction qui existe dans l'esprit entre marche inexorable suggérant que les dés sont jetés définitivement et la démocratie qui laisse supposer que les peuples peuvent maiser leur destin. Par ailleurs il ne semble pas que tout le monde ait perçu que le chemin suivi soit parsemé de pétales de roses. Si c'est une réalité pour certains, lesquels se retrouvent au moins pour partie chez ceux qui savent, c'est moins évident, et c'est un euphémisme, chez beaucoup d'autres.

Mais après tout, jusqu'ici, cela n'avait guère d'importance. On pouvait faire revoter, une fois, deux fois,…, les récalcitrants enfin ceux qui n'avaient pas compris où se situaient leurs intérêts. Danois à propos de Maastricht et Irlandais dans plusieurs occasions s'en souviendront. On pouvait contourner les choses, comme le fit Sarkozy, appuyé par sa majorité et le parti socialiste, et passer outre le référendum en utilisant la voie parlementaire. Dans le cas du brexit, par contre, les choses se présentent assez mal pour contourner les résultats d'un référendum qui a "mal tourné" quoique des tentatives existent, dont l'une juridique menée par un cabinet d'avocats taisant scrupuleusement le nom de ses clients pour que le vote n'ait rien de contraignant et que le Parlement reprenne la main.

 

Il faut donc réagir. Car les risques de contagion existent, tant l'euroscepticisme, rebaptisé populisme, ce mot vulgaire suggérant que l'avis des peuples doit rester subordonné à ses intérêts que seuls connaissent ceux qui n'en font plus partie, gagne du terrain.

Tout d'abord il faut empêcher que se déroulent de futurs référendums sur ces questions importantes auxquelles le peuple ne connait rien. C'est bien connu que le référendum pose une question mais que le peuple répond à une autre. Ou alors qu'il n'a pas compris la question. Ou encore qu'il ne dispose pas des éléments susceptibles de lui faire apporter une réponse éclairée. La démocratie directe, c'est du surfait. Regardez où cela a pu mener parfois les Suisses se privant d'éléments architecturaux magnifiques sous prétexte que ceux-là ne se marieraient pas très bien avec leurs paysages. Les peuples finalement ils nous emmerdent. Laissons-leur un simulacre de démocratie avec quelques élections dans lesquels des systèmes d'alliance leur permettront de dégager soit une majorité soit libéralo-sociale, soit sociale-libérale. L'alliance circonstancielle des deux tendances peut permettre de vaincre des populistes de gauche ou de droite nécessairement divisés. Cela dit le caractère encore improbable il y a peu de cette alliance de circonstance face aux populismes, ainsi définis, est quelque chose d'assez récent et somme toute gênant. Pas tant à cause d'idées qui sur l'essentiel se rejoignent mais parce que il faut désormais se résoudre à partager un gâteau appétissant sous la menace de la pression d'électeurs qui votent de plus en plus mal. On a pourtant tout fait pour culpabiliser ces derniers, les assimilant à d'affreux souverainistes, donc racistes, antisémites, xénophobes, nationalistes, bas-du-front, etc., etc., sans que pour autant soit enrayée la progression des dits populistes. Le vote FN en France est évidemment le symbole de cette progression et de cette fâcheuse tendance du peuple à s'écarter du progrès qu'on a voulu lui imposer pour son bien. Et effectivement c'est inquiétant, car le programme du FN ne présente pas un modèle alternatif qui puisse faire rêver. Mais le programme à ce stade n'a plus guère d'importance dès lors qu'on aborde, qu'on ose aborder, les sujets sur lesquels glissent les autres tandis que ces sujets sont capitaux pour le peuple. On a toujours davantage confiance en un médecin qui reconnait des symptômes dont on souffre, même si son diagnostic et ses remèdes sont aberrants, qu'en un médecin qui malgré votre mal au ventre chronique vous assure que vous êtes en parfaite santé. C'est toute la clé du succès du FN en France et d'autres mouvements politiques parfois d'autres bords dans d'autres pays occidentaux. Car le mal semble être occidental, même si l'Europe semble être davantage touchée. Ce qui fait que la démocratie dans nos pays se résume de plus en plus à choisir entre ce qu'on estime un pire et un moins pire, entre Clinton et Trump aux Etats-Unis, entre Marine Le Pen et Sarkozy/Hollande/Juppé chez nous. Ce qui signifie en clair que le système a évolué de telle façon que la démocratie est amputée de ce qui est sa raison d'être, c'est-à-dire du choix d'un destin commun, qui devrait se définir par autre chose que par le rejet d'une option du pire tel qu'on le conçoit. Voilà ce qui arrive après des décennies de propagande mensongère en faveur d'un modèle qui a forcément déçu tandis que dans le même temps le vrai pouvoir était transféré ailleurs, de façon visible vers des experts eux-mêmes destinés à masquer les vrais détenteurs du pouvoir. La façon dont furent et dont sont menées les négociations du TAFTA devraient finir de convaincre les plus sceptiques, qui finira par advenir sous une forme ou une autre, en changeant de nom, en insistant sur des points secondaires présentés comme des avancées majeures pour les intérêts des peuples concernés tandis que celles-ci seront réduites à néant par l'essentiel qu'on découvrira avec horreur au fil du temps sans possibilité de retour en arrière. Un peu comme la construction européenne… avant le brexit.

 

Et donc retour au danger tel que perçu par nos élites. Le danger étant en l'occurrence un possible retour du peuple dans le jeu et qui menacerait donc un système dont un des piliers de la stabilité était un simulacre bien huilé de la démocratie.

Les réactions sont à la mesure des enjeux, violentes.

Il y a ceux qui menacent, qui se veulent intransigeants, qui souhaitent que des nuages de sauterelles s'abattent sur le Royaume-Uni, pas tant finalement pour le punir, quoique…, que pour dissuader d'autres pays d'envisager de suivre la même voie. Ainsi Thierry Pech, grand mamamouchi de Terra Nova, ce phare de la pensée libertaro-liberale française, ennemi des peuples constitués et des Etats-nations, déclarait très récemment lors d'une émission sur France Culture qu'il fallait que les pays européens se montrent intransigeants avec les Britanniques à l'occasion des pourparlers de sortie et que, ce point devant être la conséquence du premier, qu'il fallait que les choses se passent mal pour eux. Il fallait, pour résumer, punir ceux qui avaient mal voté pour que d'autres n'aient plus l'idée de faire la même chose.

Et puis il y a ceux, sans que pour autant ils se distinguent des précédents, qui, partant de l'analyse structurelle du vote, souhaitent que soit révisé le mode d'expression du vote démocratique. Puisque les "vieux" ont voté davantage pour le brexit que les "jeunes" il ne serait pas illogique de pondérer les votes en fonction des tranches d'âge. C'est une thèse qui a été par exemple suggérée par Fillon. Une conseillère d'Etat suisse, Jacqueline Fehr, sans doute amère devant certains résultats des votations de ces concitoyens et après analyse du scrutin référendaire britannique a même théorisé la chose : un coefficient 2 pour la tranche des 18-40 ans, un coefficient 1,5 pour les 40-65, et un coefficient 1 pour les plus de 65 ans. Loin est donc l'époque où l'avancée en âge signifiait davantage de sagesse. Désormais c'est clair, plus on vieillit plus on devient con. Sauf les politiques établis évidemment.

Ceux qui estiment, Macron par exemple, que le vote pour le brexit est majoritairement le fait de gens peu cultivés, c'est un euphémisme dans sa bouche, pourraient suggérer, pourquoi pas, de pondérer les voix selon le QI ou le niveau d'instruction des votants. Après tout, tout devient possible dès lors qu'il s'agit de délégitimer un résultat électoral qui déplait.

Cela dit ce n'est pas très cohérent. Car par exemple dans le cas des présidentielles autrichiennes, ce sont les votes par correspondance, donc essentiellement des expatriés et des vieux ne pouvant guère se déplacer qui ont fait la différence et permis de vaincre le vilain candidat du FPÖ. Le très notable accroissement des votes par correspondance du second tour montre d'ailleurs que les vieux ont dû sacrément se mobiliser pour empêcher le pire. Leur aurait-on donné un coefficient 2 que la victoire du candidat écolo en aurait été davantage éclatante. Ah, mais j'oubliais, ce vote a été invalidé récemment pour irrégularités. Ceci est sans doute scandaleux car la démocratie, la contemporaine, devrait quand même s'attacher davantage au résultat qu'aux procédures. Et là le résultat était forcément bon.

 

Voilà où nous en sommes en cette période trouble où les peuples, contre leurs intérêts évidemment, semblent vouloir reprendre leurs destins en main par le biais de la démocratie. Certes, parfois, on peut s'effarer de ce que cela donne compte-tenu de la nature des alternatives qui se proposent à eux et vers lesquelles ils se sentent poussés sans que pour autant on puisse véritablement parler d'adhésion. Mais ce qui est plus grave, c'est, à mon sens, d'une part qu'on leur réfute ou tente de leur réfuter ce droit d'être en rupture avec la voie qu'on leur propose ou impose depuis des décennies, et d'autre part que plutôt que de tenter de répondre à leurs attentes ou à leurs craintes, on en arrive à l'idée de truander les procédures garantissant l'exercice de la démocratie. Ça ressemble vraiment à de l'affolement mais aussi à un mépris profond avec ceux qui devraient être et rester les vrais détenteurs du pouvoir.


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 5 juillet 2016 11:57

    Malheureusement, la démocratie n’existe déjà plus. On ne peut dire que c’est une impasse.


    • bibou1324 bibou1324 5 juillet 2016 13:54

      @troletbuse
      Pour qu’elle n’existe plus, il faudrait qu’elle ait existé ... a part en Grèce il y a 2600 ans


    • gilles 5 juillet 2016 17:34

      @bibou1324
      oui, ils étaient combien en grèce antique ?
      300 000 dont 100 000 esclaves, on pense que 6 000 environ votaient
      quelles étaient les votes ?
      les lois, les sentences et les élections (chefs de guerre, ....)

      maintenant comment faire une vraie démocratie avec 60 millions ou 500 millions de citoyens en passant en revue tous les sujets de sociétés : lois, énergie, logement, sécurité, travail, sentences, aéroport, routes, ligne de chemins de fer, traités internationaux, diplomatie, guerre, nouvelles technologies ....

      Soyons un peu réalistes. les sujets actuels sont bien trop complexes pour qu’ils soient débattus et votés par tant de citoyens.Nous y passerions nos vies.


    • gimo 5 juillet 2016 20:26

      @troletbuse

      Malheureusement, la démocratie n’existe déjà plus   IL NE PEUT AVOIR DE DEMOCRATIE
      SI LE PEUPLE NE SE DEFEND PAS et lutte pour ne pas laisser des voleurs faire se quil veulent
      cela est plus juste dit   .... LA démocratie c’est pas un truc automatique et vous attendez
      que ça vienne du ciel ou si vous comptez sur les politiques voleurs ’pour quelle existe vous estes
      des inconscients ou des gamin DE meme ce cote fataliste et se trainnage des pieds
      me laisse sans voix  !!!!
       la démocratie c’est un truc un mot pour idiots pour quils croient et de facto sont soumis
      la démocratie c’est tres mal interpreter et mal compris1er expl c’est un gouvernement (nid de voleurs) ou le peuple exerce sa souveraineté. Donc vous ne lexercez pas il n’y a pas de vraie volonte reelle des citoyens....voter c’est pas la democratie c’est une legende
      seulement tout les 5 ans en esperant que des petits malins (candidats soit cafif a leur tour
      un attrape couillon ( election magouille truqué avec pt papier dans boite .. sans aucun controle
       valable Une marcarade pour vous faire croire que c’est vous qui lavez le pouvoir pour vous infeoder en 2005 le peuple aurait du sortir dans les rues et foutre le gouvernement dehors
      vous avez laisser faire et continuer avec cette trahision institutionnelle VOUS ETES LES COUPABLES
      donc ne ditez pas que il n’y a pas dedemocratie 
      C’EST VOUS VOTRE COMPORTEMENT VOTRE MANQUE DE COURAGE DE SE BATTRE ET LUTTER POUR QUE CELA SOIT UNE REALITE 
      QUI CREE LES DICTATURE
      une democratie ça ce gagne et ça ce merite
       autre expl et passer outre le référendum en utilisant la voie parlementaire
       
      le vote du peuple souverain prevaut les representants delegues employe du peuple et non l’inverse


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 juillet 2016 07:58

      @gimo
      La démocratie suppose l’existence d’un « demos », d’un peuple. Et il n’y a pas de peuple européen.
      Sans sortie de l’ UE, vous pouvez toujours insulter les citoyens, les rendre responsables, vous n’y changerez rien.


    • gimo 6 juillet 2016 11:15

      @Fifi Brind_acier 
       ma pov fifi avant d’etre en UE c’etait déjà pareil au meme L’UE a bon dos n’explique pas tout
       je ne rends pas les citoyens respnsables de facto ils le sont coupable sans contexte
      ne dit on pas on a les politiques qu’ont merite .  la verite n’est pas une insulte que pour les faux culs
       tous veulent etre des califs en France. ils le savent que sa rapporte gros. sans travailler bande de faineants. helas en France c’est le 1er metier voleur politique en toute impunité au sens large
      et toi pour que ton gourou du upr soit le calif . tu es un veritable panneau publicitaire de 4x4 pour upr que ça en devient ridicule et miserable et honteux

      Ils veulent à 60% etre des califs en France .. toutes les commentaires de toi vont dans ce sens vive le calif borsalino chef du UPR . tu nous soûles avec ton borsalino.l PITOYABLE TOUT ça !!!!!!!
      ps : si on les pendrait tous .pour les vols quils sont fait. il y aurait pas beaucoup de cadidats
      et ils fileraient bien droit


    • gogoRat gogoRat 6 juillet 2016 12:38

      @gilles

       Bien sûr que non ! : vous n’avez aucunement démontré que nous devrions y passer nos vies !

       Comme vous n’avez en rien précisé quels sont les systèmes de vote, parmi une infinité possibles, qui vous paraissent impossibles.
       
       Si l’on retient votre idée de « passer en revue tous les sujets de sociétés », comment se pourrait-il que vous perdiez de vue l’idée forte du contrat social ? Même dans les cours de récréation le « ... chacun s’unissant à tous ... » de JJ Rousseau se traduit en un très intuitif : « l’union fait la force » .
       Ce passage en revue qu’un citoyen isolé ne saurait avoir la prétention d’accomplir seul, ne doit-il pas impérativement pouvoir être réalisé par l’ensemble des citoyens ? ... plutôt que par le père Ubu !!
       
       Les différences entre individus sont une richesse par leur complémentarité. Cette potentialité, admirablement prouvée par le théorème du jury de Condorcet, n’est atteignable par aucune ’brigue’ (et encore moins par une quelconque ’Lumière’ isolée), comme l’avait souligné JJ Rousseau !


    • gogoRat gogoRat 6 juillet 2016 12:39

      ...
      Imaginez que chaque citoyen ne s’autorise à se prononcer que sur la ou les questions politiques qui lui tiennent véritablement et intimement à cœur et pour lesquelles la pertinence de son jugement a une probabilité supérieure à un demi (pour une probabilité variant de 0 à 1)
       Bien sûr que dans cette perspective, développer l’idée de vouloir conditionner le droit de vote-ou-pondération des options politiques envisagées à des examens prétendant trier les citoyens dans divers domaines de compétences, serait la preuve d’une affligeante incapacité à comprendre le minimum d’humilité requis par une quête prudente de logique autant que de respect humain ...
       Car, outre le souhait de décider de choix pertinents, l’évaluation de la volonté générale, relève d’abord d’une nécessité de prise de conscience des consensus et motivations réelles de nos proches. L’expérience collective n’est pas l’expérimentation collectivisée imposée par une ’élite’, quelle qu’elle soit ! Si la collectivité doit supporter de se tromper parfois pour apprendre de ses erreurs, elle n’apprendra jamais rien, si chaque individu peut toujours imputer chaque inévitable loupé à une erreur de casting, et à l’incompétence de son ou de ses chefs.

       
       d’où cette suggestion :
       chaque citoyen devrait se voir reconnaître une même poids de pondération qu’il répartirait à tout moment, de façon officiellement actée, entre chaque option citoyenne officiellement exprimée.
       ( De telle sorte que si vous pondérez tout et n’importe quoi, cela n’aura que peu d’influence, tandis que si vous ne pondérez que le sujet qui vous intéresse, vous y ferez peser tout le poids officiel dont vous disposez, mais jamais plus que ce que pourra peser un autre de vos concitoyens)


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 juillet 2016 19:14

      @gimo
      Vous auriez dû regarder la vidéo, il s’agit d’une spécialiste en Droit Constitutionnel, Anne Marie Pourhiet, qui n’est pas à l’ UPR.


      Vous auriez au moins appris quelques chose, comme l’arrêt du 30 Juin 2009 de la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe .
      Mais si vous préférez rester inculte, c’est vous qui voyez...
       

    • gimo 6 juillet 2016 20:09

      @Fifi Brind_acier
      En effet la conclusion même de la Cour selon laquelle le Traité de Lisbonne n’est pas inconstitutionnel est a priori irénique. Mais à quel prix ! Dans une analyse implacable de la nature même de l’Union Européenne, le juge allemand pointe tout ce qui fait de la construction communautaire un édifice contraire à la démocratie et, par la même occasion, interdit qu’une Constitution vienne coiffer cet édifice qui n’est ni un Etat fédéral - dont il a certain traits - ni un Etat unitaire 

       C’est exactement ce que disais dans mes commentaires il y a DEUX semaine déjà
      c’est pas un Etat rederal EU donc
      les traites sont nuls et non avenu je crois que tu lis ce tu veux ou tu as des trous de memoire
      SANS rancune ps ; .  J’AI PAS ATTENDU LA COURS KARLSRUHE POUR LE SAVOIR .CELA VA DE SOI


    • gimo 6 juillet 2016 20:24

      @Fifi Brind_acier

      gimo (---.---.---.227) 27 juin 13:13
       la preuve ICI IL FAUT LIRE FIFI AU LIEU DE DIRE DES CONNERIES

      Des lors l’UE que je sache n’est point un État FEDERAL qui dicte ses lois sur des pays

      Nationaux et souverain a un autre ETAT en suprématie en + des lois nationale déjà en place et en vigueurs !!mais une simple délégation

      @Ar zen

      Vous confondez et mélangez tout et tout est faux et illégale juridiquement

      1,,Un Traités = convention faite ENTRE État

      2,,, Institution = lois fondamentales qui définissent et régissent les devoirs et les droits

      des citoyens et du gouvernement au sens de pouvoir OK / ou au sens convention d’Élément ??

      Des lors l’UE que je sache n’est point un État FEDERAL qui dicte ses lois sur des pays

      Nationaux et souverain a un autre ETAT en suprématie en + des lois nationale déjà en place et en vigueurs !!mais une simple délégation

      Or en droit juridique un ETAT SOUVERAIN ne peut déléguer sa souveraineté ’soit sont indépendance

      sa liberté et sont autonomie Constitutionnelle a une association de droit commun

      de relégation commerciale qui n’est point de son ressort et compétence

      UE c’est quoi ?? UN ETAT ?? UN EMPIRE ??t pour être une suprématie

      c’est quoi ??  une escroquerie oui Tout simplement et une cachette de traites a leurs Nations

      Pour hte trahison de la part des élus des pays qui la comportent


    • covadonga*722 covadonga*722 5 juillet 2016 12:09

       la démocratie europeiste c’est ça 


      « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. 

      Juncker 

      • Sigismond Sigismond 5 juillet 2016 13:42

        @covadonga*722

        C’est vrai il l’a dit et d’autres conneries dans le même genre. Il a au moins le mérite de l’honnêteté.

      • covadonga*722 covadonga*722 5 juillet 2016 16:41

        @Sigismond
         bonjour , s’agissant d’un premier ministre luxembourgeois ayant organisé la spoliation de l’impôt des grandes sociétés de pays voisin , je me permet d’émettre de sérieux doute sur l’honnêteté .

        La place de ces apparatchiks cooptés est dans une fosse d’aisance !

        ue delanda est !

      • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2016 12:11

        L’auteur ne s’est pas présenté, c’est dommage et contraire aux pratiques du site.

        Sinon, il reste dans la ligne politique des rédacteurs et commentateurs d’Agoravox.

        Nous sommes à peu près tous d’accord sur le fait que nous ne sommes pas une démocratie. Certains prétendent même que nous sommes en dictature. Où vont-ils chercher tout ça ?

        Dans une dictature, un homme à tous les pouvoirs et décident dans l’intérêt de l’oligarchie. S’il décidait que dans son propre intérêt, ce serait une tyrannie. C’est ce que les mots veulent dire.

        Hollande, dictateur et Sarkozy, tyran.. ?

        Ce n’est pas parce que le pouvoir ne fusille pas (encore) les manifestants et les grévistes que les mots perdent leur sens, non ?

        Il est vrai que les manifestants se laisse parquer et que les grévistes en ont marre d’être les dindons de la farce de tous ceux qui attendent les bénéfices sans prendre de risque.

        Tant que nous avons du pain et des jeux, pourquoi aller risquer sa vie ou sa liberté alors que la grande majorité semble s’en moquer comme de leur premier bulletin de vote.


        • Sigismond Sigismond 5 juillet 2016 13:40

          @Daniel Roux

          Mon oubli ou incorrection est réparée. J’étais nouveau, je ne savais pas.
          Je ne connais pas la ligne politique des participants à ce site. J’espère juste qu’il n’y en a pas qu’une seule à s’exprimer, sinon on va vite s’ennuyer.
          S’agissant de caractériser le régime sous lequel nous vivons, c’est assez difficile car c’est quand même un truc assez nouveau. On y trouve des emprunts à Orwell et Huxley, c’est à la fois dur car difficile à s’en défaire et mou car les marges de mouvement, mais qui ne sont peut-être qu’agitation stérile pour l’instant, existent. Prenez la Grèce par exemple qui a tenté politiquement d’échapper au système, qui s’est exprimée démocratiquement et dont on a fait semblant de respecter le vote. Tsipras était même devenu une sorte d’idole avec lequel les grands de l’Europe devaient être sur la photo.Et puis un jour, brutalement on a sifflé la fin de la récré. Un suppo énorme mais tellement bien assimilé que Tsipras a été réélu. C’est ça notre système. Et on comprend que ça déraille quand un pays décide d’en sortir. C’est une remise en cause, un vrai danger. On a laissé une trop grande marge de manœuvre avec ce referendum dont on pensait que ce ne serait qu’un os à ronger avant que les choses ne rentrent dans l’ordre.
          Vous n’avez pas tort en évoquant le pain et les jeux. On a fait un gros effort sur les jeux. Même les drames donnent désormais lieu à des festivités. Mieux vaut danser sur les tombes qu’y pleurer, après tout, hein ? En tout cas pour les vivants. les morts eux, ils s’en tapent. Une manière de voir les choses. Mais la désacralisation a ses revers, notamment la perte de sens. Et ça les jeux ne peuvent pas combler ce vide. Le pain ça peut aider, mais ça reste insuffisant surtout quand il commence à manquer. C’est le manque de sens qui est le talon d’Achille de ce système qui nous étouffe, bien davantage qu’autre chose.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 juillet 2016 08:09

          @Sigismond
          Bonjour,
          Le vrai danger, c’est l’effet domino, qui était jusque là réservé à la fin de l’ URSS.
          L’éclatement de l’ UE mettrait fin à la domination des USA sur l’Europe occidentale, situation issue des accords de Potsdam et Yalta, une vraie cata !


          Sur le FN, je crois que vous vous trompez, il est très utile au système. Il n’a pas vocation à gouverner, mais à servir d’épouvantail à moineaux pour obliger les électeurs à aller voter pour les deux autres au 2e tour. Et aussi, par ses propos racistes et xénophobes, à salir la souveraineté que défendent les républicains et les démocrates de ce pays.
          D’ailleurs, 85% des électeurs français n’en veulent pas depuis 40 ans.

        • Sigismond Sigismond 6 juillet 2016 11:55

          @Fifi Brind_acier
          Bonjour,

           Sur votre première partie je suis parfaitement en phase notamment quand vous écrivez
           « L’éclatement de l’ UE mettrait fin à la domination des USA sur l’Europe occidentale ».
          C’est évident que l’UE n’est que l’outil qui permet aux USA d’avoir la mainmise complète sur l’Europe, avec l’OTAN. On a pu constater d’ailleurs que depuis la chute de l’URSS une entrée dans l’UE impliquait quasiment de façon automatique une entrée dans l’OTAN. Les deux vont ensemble et ce serait dommage que seul Poutine ait compris ça. Quand on pense que certains imaginent que la révolution du Maïdan en Ukraine (et ses conséquences) c’est la conséquence d’un amour immodéré de la population pour l’UE !
          D’ailleurs sur le même registre et pour confirmer vos propos, il n’y a qu’à mettre en parallèle l’hostilité exprimée de certains pays de l’UE aux sanctions contre la Russie et la joyeuse unanimité obligatoire pour reconduire ces sanctions, malgré leurs conséquences désastreuses pour nos économies, des dirigeants des mêmes pays. Cherchez l’erreur !
          Alors oui, rien que pour échapper à cette sujétion dont nous sommes victimes, dans laquelle nos dirigeants, l’éclatement de l’UE dans sa forme actuelle est souhaitable.

          S’agissant du FN je pense que vous avez partiellement raison. Evidemment sa promotion organisée par Mitterrand atteint ses objectifs et ses pâles successeurs ont cru pourvoir abuser de la recette. Sauf que le risque est réel que, et le souffle du boulet a été ressenti aux régionales, que le FN ayant subi un ravalement de façade, même si ça s’effrite encore ici ou là parfois, soit considéré comme un recours par beaucoup pas tant pour sauver la situation que pour faire péter un système duquel on n’attend rien. Dans les grands chamboulements organisés par un mouvement, il y a ceux qui y croient et qui sont minoritaires,ceux qui y voient leur intérêt, et la masse des suiveurs qui n’ont aucune raison de soutenir ce qui existe. La montée qui ressemble à une vague de ce qu’on nomme les populismes en Europe, quelle que soit leur obédience politique indique que nous ne sommes pas très loin du point de basculement. Mais le problème, le gros problème, c’est que ce ne sont pas ceux qui ont réfléchi de façon rationnelle au problème, ceux dont par exemple vous donnez un lien dans un commentaire plus bas, qui seront aux commandes si ce basculement se produit. On peut d’ailleurs noter que de ceux-là aucune promotion ne sera faite, que l’accès au médias leur sera quasiment interdit, bref qu’on fera tout pour qu’on ne puisse pas les entendre. On préfère miser sur la vieille stratégie de Mitterrand, mais avec une nuance désormais, c’est que ce n’est plus un outil de la gauche pour battrela droite, mais un outil commun aux deux pour sauver un système.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 juillet 2016 19:18

          @Sigismond
          C’est à vous de voir...
          Les Français ne veulent pas du FN à la tête de l’ Etat, rénové ou pas.


        • Taverne Taverne 5 juillet 2016 12:33

          Si l’on parle de démocratie, alors ne parlons pas de l’Europe. Ce sont deux dimensions parallèles et non conciliables dans l’état actuel de l’Europe.

          La notion de démocratie contient toujours, en elle-même, une part de promesse : celle que le peuple n’est pas écarté des choix à faire et que, s’il s’exprime massivement et légalement, son choix sera respecté. Or, l’Europe ne respecte pas même ces principes de bases. C’est le droit de tout peuple de voter contre son intérêt, ou plus exactement contre la définition de l’intérêt qui est donnée par ceux qui tirent les ficelles et prétendre nous diriger « pour notre bien ». Cet intérêt, curieusement, ne correspond pas à l’idée de démocratie.


          • Sigismond Sigismond 5 juillet 2016 13:52

            @Taverne
            C’est tout à fait ça. Ce qu’on appelle la construction européenne et qui se fait dans l’ignorance ou même contre les peuple, c’est l’effet cliquet, selon les propos même de ses dirigeants. Pas de retour en arrière possible, donc pas de révision de ce qui n’est pas acceptable. Sauf à se tirer complètement ce qu’ont fait ou vont faire sauf rebondissement les Britanniques. Ceux-là nous auront donné une belle leçon de démocratie, préférant reprendre la maitrise de leur destin et les nuages de sauterelles qu’on leur promet, aux bonheurs de l’Union.

            On peut aller plus loin et penser que l’Europe telle qu’elle se construit est un leurre et un échec programmé dans la mesure où s’il existe une civilisation européenne, il n’existe pas de peuple européen. Et sans peuple on ne construit rien qui puisse durer.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 juillet 2016 08:15

            @Sigismond
            Exact, mais nous pouvons en sortir définitivement !
            L’UPR a été construite depuis 9 ans, exactement pour cela.

            ** « Programme de libération nationale en 20 points pour rétablir la démocratie. »


            ** Programme de sortie de l’ UE.

            ** Maquettes des billets en Francs.

          • Anthrax 6 juillet 2016 10:05

            @Fifi Brind_acier

            AHAHAHAHAH L’UPR. Union des petits rigolos

            Deux nouvelles de la secte. 
            - Depuis quelques semaines, le technocrate constatant que sa présence dans les medias est du niveau de ses propositions, c’est à dire nulle, a engagé tout un tas de jeunes pour polluer les réseaux sociaux. Pas facile de remplir avec du vide mais ils essaient, on en a le prototype sur AGV.
            - Quelques « cadres » du mouvement ont eu pour mission de convertir les vieilles brelles de la droite de la droite au nouveau catéchisme du technocrate. Ils ont rencontré la toute pimpante M.F Garaud, le marquis De Villiers et sans doute d’autres reliques du même tonneau. 
            Asselineau, l’avenir de la France !

          • gimo 6 juillet 2016 12:52

            @Anthrax

            merci pour ta lucitité et le passage de Churchill
            le peuple est   souverain les elus sont simplement les   serviteurs et non les maîtres."

            il ya beaucoup de gens qui croient etre  en monarchie et ils aiment faire des coubettes leche le cul a leurs rois elus 
            . qui ont eux meme sacraliser comme sacré . rien que la mot regalien exusivité des elus. monarques MAIS DANS QUELLE PLANETE ON VIT . PUTAIN !!!!!!!!!!!


             CE QUI SERAIT PLUS EXACT
            du latin regalis, regale royal1) définit ce qui est attaché à la souveraineté (peuple, ou au roi



          • gimo 6 juillet 2016 13:16

            @gimo
             Etre representant (donc élu) du roi c’est une fois élu c’est etre roi lui meme ??
             OU
            Etre representant (donc élu) du peuple c’est une fois élu c’est etre roi ?? JE REVE

            Pour finir une autre filouterie  la republique  ??? =
            En Latin « publicus »[2] signifie ce qui concerne le peuple, ses affaire publiques
            ou + exact les affaires du peuple  !!!!!!!
            et non seulement du ressort des élus «  »representant de commerce voleurs«  »


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 juillet 2016 19:24

            @Anthrax
            A ma connaissance, ni MF Garaud, ni de Villiers ne sont à l’ UPR...

            Par contre il y a à l’ UPR l’ Amiral Michel Debray qui vient de faire un entretien sur l’ OTAN.


          • Anthrax 6 juillet 2016 22:02

            @Fifi Brind_acier

            1/ Apprend à lire
            2 / Debray est à la retraite depuis 25 ans, sans un seul engagement à son actif et après des années de pantouflage.
            L’avenir de la France entre les mains de l’Union Patriotique des Retraités ! Youpie ! 

          • tashrin 5 juillet 2016 13:49

            « La democratie est le pire régime...
            à l’exception de tous les autres »

            Churchill
            C’est pas d’aujoud’hui


            • Anthrax 6 juillet 2016 10:10

              @tashrin

              La phrase complète, lancée en 1947 par Churchill dans un discours aux Communes quand il n’est plus 1er ministre va beaucoup plus loin :
              ...Beaucoup de formes de gouvernement ont été testées, et seront testées dans ce monde de péché et de malheur. Personne ne prétend que la démocratie est parfaite ou omnisciente. En effet, on a pu dire qu’elle était la pire forme de gouvernement à l’exception de toutes celles qui ont été essayées au fil du temps ; mais il existe le sentiment, largement partagé dans notre pays, que le peuple doit être souverain, souverain de façon continue, et que l’opinion publique, exprimée par tous les moyens constitutionnels, devrait façonner, guider et contrôler les actions de ministres qui en sont les serviteurs et non les maîtres."

            • gimo 6 juillet 2016 12:08

              @Anthrax
               merci pour ce passage  . de Churchill
               le  .peuple doit être 
              ( il est) souverain,)
               souverain de façon continue, et que l’opinion publique, exprimée par tous les moyens constitutionnels, devrait façonner, guider et contrôler les actions de ministres qui en sont les serviteurs et non les maîtres."
               gimo .le vote du peuple souverain prevaut les representants delegues employe du peuple et non l’inverse


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 juillet 2016 13:58

              C’est depuis le bla bla philosophique des Grecs anciens que le mot « Démocratie » a été vidé de son sens ! 


              • bibou1324 bibou1324 5 juillet 2016 14:06

                La démocratie, c’est le mal.


                La plupart des citoyens n’ont aucune notion d’économie, de politique. Ils votent pour celui qui sort les phrases « choc » les plus intenses et celui qui a le plus de charisme.

                Faut se rendre compte d’une réalité : 30% des français sont aujourd’hui illettrés

                A partir de ce simple constat, voudriez vous réellement que l’opinion de tous puisse diriger le pays ?

                Certains parlent de dictature du pouvoir actuel. C’est un fait, nous avons une « élite », pas forcément compétente, qui prend toutes les décisions du pays. Si l’on ajoute tous les députés, tous les membres de tous les partis politiques, tout les ministres, et tous les maires, on n’arrive même pas à 2% de la population française.

                Mais cette « élite », qui se gave largement sur le dos des français, est composée de gens savant lire et écrire, contrairement à une grande partie de la population française, et a souvent quelques diplômes et des notions d’économie / de politique.

                Alors oui, le peuple est nombreux, le peuple peut agir violemment, si on veut on pourrait même guillotiner tous ces profiteurs. Pour mettre quoi à la place ? Une assemblée constituée de gens lambda qui n’y connaissent strictement rien en diplomatie ? Tirés au sort parmi une populace de travailleurs qui n’ont pas la moindre notion d’économie ? Pour prendre des initiatives certes populaires mais destructrices pour le pays ?

                Gardons nos despotes. Œuvrons pour que le peuple puisse décider des problèmes de société (fin de vie, mariage pour tous, bref tous les sujets qui ne servent strictement à rien mais qui ont le mérite de faire parler), et laissons les instruits décider.

                • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2016 14:42

                  @bibou1324

                  Dans l’étude que vous évoquez, il est indiqué que 30% des jeunes de 17 ans ne savent pas lire correctement. Vous traduisez arbitrairement par 30% des Français.

                  Pourquoi ne pas reprendre le résultat de l’étude sans le fausser, sinon pour donner un biais à votre démonstration ? Ou alors, c’est que vous même avez des problèmes de lecture.

                  D’après vous, le peuple est incompétent pour gouverner. Le Président va encore plus loin, il pense que les parlementaires ne le sont pas non plus. Le 49.3 impose la loi « nécessaire ».

                  Les ministres ne décident rien, sans le consentement du Président. Il s’agit donc bien de la dictature d’un seul, le Président.

                  Paradoxalement, c’est le peuple incompétent qui le choisit. L’état catastrophique de nos finances à trouver une explication, c’est la faute du peuple.


                • Sigismond Sigismond 5 juillet 2016 15:02

                  @bibou1324


                  Votre commentaire ne manque pas d’intérêt.
                  A vrai dire il fut un temps où moi-même je m’interroger sur l’opportunité de donner le droit de vote à des gens manquant des bases pour comprendre ce qu’on leur proposait. Et même je me demandais si le système démocratique n’était pas vicié dans la mesure où pour être élu il fallait se mettre au ras des pâquerettes, en fait abandonner ce qui fait la grandeur de la politique. Cette pensée ne l’est pas tout à fait étrangère quand j’analyse les discours de la majorité de nos postulants à la présidentielle depuis pas mal de temps.

                  Donc je ne vous donne pas tout à fait tort et ça me désespère. Mais quand même...

                  A mon sens tout le problème vient de ce que sont devenus les politiques ou ce que ceux qu’on nomme politiciens et qui sont devenus des marchands de promesse ont fait de la politique.
                  La politique c’est ou ça devrait être une voie qu’on indique. Et cela ce n’est pas technique. Proposer un choix de société c’est autre chose que d’expliquer que la politique de l’offre c’est mieux adapté que celle de la demande, ou l’inverse, car comme vous le savez les fameux experts auxquels finalement vous laisseriez sans doute volontiers les rênes parce qu’eux savent ne sont pas d’accord entre eux.
                  Voyez la différence entre un de Gaulle et d’autres qui nous gouvernent ou nous ont gouverné. De Gaulle ne s’abaissait pas à faire 110 ou 60 propositions qu’on rayerait ensuite à mesure de leur exécution. Il avait une vision pour la France, et c’est à la France qu’il s’adressait davantage qu’aux Français. ça c’était de la politique et les Français, même les moins instruits étaient en mesure de comprendre ce qu’il disait. C’était autre chose qu’un inventaire à la Prévert où chacun pourrait puiser ce qui l’arrange pour se dire « il est pas mal celui-là ». Cela dit est-ce qu’il y a désormais une possibilité de faire autrement pour être élu ? Sans doute pas, et non pas parce que les Français sont devenus plus cons que leurs parents, mais parce que il ne peut plus y avoir de véritable projet politique dès lors que le pouvoir de décision est parti ailleurs, ou pour être plus précis a été délégué volontairement à d’autres. Mitterrand disait qu’il serait le dernier grand président et qu’après lui viendrait le temps des comptables. Il n’avait pas vraiment tort. Même s’il ne fut pas un grand président, c’est mon avis, il fut le dernier à avoir pu disposer des leviers nécessaires pour mener sa politique. Mais le problème c’est que sa politique a été de préparer ce qui a suivi, c’est-à-dire l’abandon de la politique, ce qu’on nomme souveraineté à d’autres. Il a fait ce qu’il fallait, avec Masstrcht notamment pour que sa prophétie se réalise. Il a aussi été le président qui a enclenché le processus de notre retour dans l’OTAN faisant de notre armée le supplétif de l’armée américaine sur tous les théâtres où elle s’engageait, même si cela fut formalisé plus tard.

                  Alors oui, il ne reste plus que le sociétal, même si je ne pense pas comme vous qu’il s’agisse de quelque chose de médiocre. Et il n’y a plus de politique, et donc pas de démocratie sauf dans quelques domaines. Et ça se voit qu’il n’y a plus de politique à la médiocrité générale de ce qu’on appelle la classe politique. Quand je vois certains ministres, et encore à condition qu’on les connaisse, ça me donne envie de gerber.

                  Alors moi, tout ça ça ne me satisfait pas, même si ceux qui président à nos destinées sont des gens instruits. 
                  Et pour revenir à cette impossibilité ou difficulté de choisir parce qu’on ne possède pas la culture pour le faire, je proposerais plutôt qu’on fasse des efforts pour éduquer le peuple. Or il me semble que c’est tout l’inverse qui se passe, malgré évidemment les merveilleux résultats au baccalauréat. Et ce genre de politique d’abrutissement par l’école et par les médias ça doit bien servir à quelque chose, non ?


                • Jean Pierre 5 juillet 2016 16:23

                  @bibou1324
                  Dans votre démonstration il y aurait 30% illettrés (inaptes pour cette raison à l’exercice démocratique) et une élite qui sait. 

                  Mais une élite qui dirige un pays et qui accepte (ou qui créé les conditions pour) qu’il y ai 30 % d’illettrés est totalement disqualifiée. Une telle « élite » , aussi incompétente à assurer une des conditions essentielles de la démocratie (en plus d’être incapable d’assurer un besoin essentiel) n’a aucune légitimité à garder le pouvoir.

                • Alren Alren 5 juillet 2016 17:41

                  @Sigismond

                  A vrai dire il fut un temps où moi-même je m’interroger sur l’opportunité de donner le droit de vote à des gens manquant des bases pour comprendre ce qu’on leur proposait.


                  Ceux qui pensent « manquer de bases » constituent le grand troupeau des abstentionnistes.

                  Mais il y en a bien d’autres qui pensent ne pas manquer de bases et qui votent ... contre leurs intérêts, c’est-à-dire des pauvres ou semi-pauvres qui votent à droite. Je préférerais qu’ils s’abstiennent !


                  Le phénomène a déjà été analysé par René Descartes dès le XVIe siècle qui écrit dans son Discours de la Méthode, je cite de mémoire :« Nul ne peut souhaiter avoir plus de bon sens qu’il n’en a, car chacun s’en croit si bien pourvu qu’il ne peut souhaiter en avoir davantage. »


                  Qui sur le forum croit « manquer de bases » en politique ?


                • Sigismond Sigismond 5 juillet 2016 18:09

                  @Alren
                  J’ai connu aussi des abstentionnistes chroniques qui pensaient qu’il était absurde de cautionner un système qui de toute façon quel que soit leur vote ne changerait rien à leur destin. L’abstentionnisme ce n’est pas tant, à mon sens, une marque d’ignorance que celle d’un dégout pour ce qui tient lieu de politique. Comme en partie le vote extrême, de gauche ou de droite, ainsi qu’on peut le constater en Europe. Entre un vote qui cautionne un système auquel on ne croit plus et un vote anti-système mais qui ne propose rien de véritablement sérieux, on a parfois envie de rester chez soi ou d’aller à la pêche.


                  Quant aux semi-pauvres ou pauvres qui votent encore à gauche, pour reprendre votre expression, on arrive à comprendre que ceux qui ont voté pour Hollande, par exemple, engraissent le parc électoral du FN. Ils ont été tellement comblés !

                • César Castique César Castique 5 juillet 2016 18:34

                  @Alren

                  « Mais il y en a bien d’autres qui pensent ne pas manquer de bases et qui votent ... contre leurs intérêts, c’est-à-dire des pauvres ou semi-pauvres qui votent à droite. Je préférerais qu’ils s’abstiennent ! »


                  Alren a tout bien compris de la discussion. Comme les eurocrates, il sait comment les gens doivent voter dans leurs intérêts, et comme ils risquent de voter mal, c’est-à-dire contre leurs intérêts, ils seraient bien inspirés de s’abstenir, tant qu’on n’ose pas encore leur interdire l’accès aux urnes et que les bases légales manquent pour interdire les partis non conformes aux intérêts des « pauvres » et des « semi-pauvres ».


                  En gros, c’est en appliquant des principes à la Alren, que les pays communistes de l’Est européen estimaient légitimes de s’appeler démocraties populaires et de renoncer à des élections pluralistes, qui devenaient une sorte de non-sens puisque le parti unique était l’incarnation même des intérêts du peuple. Et c’est très logiquement que certains de ceux qui, d’une manière ou d’une autre, allaient contre ce système, étaient enfermés dans des asiles psychiatriques.

                • Iren-Nao 6 juillet 2016 02:25

                  @Sigismond
                  Je le radote souvent : La démocratie représentative c’est au meilleur des menteurs.
                  C’est pourquoi je recommande de mettre a l’assemblée au moins 30% tires au sort comme des jures d’assise, ils seraient mathématiquement représentatifs et de surcroit non reconductible donc moins carriéristes, ce qui est la tare de beaucoup trop d’élus actuels dont le gros du boulot est de protéger leur fromage.
                  Iren-Nao


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 6 juillet 2016 08:20

                  @Sigismond
                  Fut un temps, le PCF (d’avant Mitterrand) faisait de l’éducation populaire, mais hélas, le PCF n’est plus ce qu’il était...


                  Aujourd’hui, ceux qui cherchent à comprendre le dessous des cartes de notre belle Europe de la paix et de la prospérité, vont sur le site de l’ UPR, qui est le 2 site politique le plus consulté de France.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès