• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La France est-elle antisémite ?

La France est-elle antisémite ?

Il existe dans beaucoup de pays un mal qui ronge les franges les plus influençables de la population. Ce mal existe de tout temps et n’a malheureusement pas pris fin après l’épisode tragique qu’a été la Shoah. Ce mal s’appelle l’antisémitisme. Poison qui ronge lentement les êtres et les esprits, il peut s’exprimer de la plus violente des manières. La France connaît une explosion de l’antisémitisme depuis plusieurs années. Simple mais grave relent d’un passé parfois trouble ou véritable lame de fond ? La France est-elle antisémite ? 

Lorsque l’on sait que 55% des violences racistes en France sont dirigées contre les Juifs, on peu s’interroger sur le caractère antisémite de certains. Pourquoi une telle haine à l’encontre d’une population qui ne représente qu’une petite partie de l’ensemble de la population française ?

Que comprendre de la société française quand dans certains établissements il n’est plus possible d’étudier la Shoah sereinement en classe ? Les actes antisémites ont tendance à se banaliser et malgré les discours qui les condamnent, peu est fait pour mettre fin à une violence verbale qui peut se transformer en violence physique. Les Juifs de France vivent avec un sentiment étrange. Une vie où l’insécurité est latente et toujours plus perceptible.

Cet étrange sentiment expliquera en partie le vote prochain pour désigner le nouveau Président du Crif (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France). Avec le départ de Richard Prasquier, plusieurs hommes de qualité ont mis leur sort entre les mains des électeurs et le résultat du vote consacrera la ligne suivie par les nouvelles autorités juives de France.

Parmi les candidats en lice, on comte notamment Roger Cukierman déjà à la tête de l’Institution entre 2001 et 2007. Fidèle défenseur de la mémoire de la Shoah, ce dernier n’est peut-être plus l’homme d’une situation qui évolue très rapidement.

François Guguenheim, actuel délégué régional du Crif Centre Ouest, estime pour sa part que l’antisémitisme change de visage et que la réponse du Crif doit être à la mesure de ce nouvel enjeu. Un discours déjà bien compris et appliqué par Arié Bensemhoun autre candidat à la présidence du Crif, qui a été en première ligne à la suite de la tuerie de Toulouse. Une tragédie qui oblige le Crif à se réinventer pour lutter efficacement contre l’antisémitisme.

Pourtant, seul, le Crif, et ce malgré la meilleure volonté du monde, ne pourra rien changer seul. Les pouvoirs publics doivent être pleinement mobilisés pour faire entendre raison à ceux qui sont sur le point de céder aux sirènes de la haine. Se protéger de tous les fous dangereux est malheureusement impossible mais tous doivent savoir que la réponse de la France sera ferme et sans clémence aucune envers les antisémites.

Il en va de la crédibilité de notre pays et de l’assurance de vivre en toute tranquillité. Parce que la France n’est pas antisémite, sa réponse face à la montée des violences contre les Juifs doit être implacable.


Moyenne des avis sur cet article :  1.52/5   (130 votes)




Réagissez à l'article

132 réactions à cet article    


  • byle 25 mai 2013 12:03

    Euh, voter negativement je peux, ou c’est un acte antisemite ? 


    • medialter medialter 25 mai 2013 13:19

      « il n’est plus possible d’étudier la Shoah sereinement en classe »

      Plus sérieusement, pensez-vous qu’on puisse encore parler « d’étude sereine » dans un pays où, depuis la loi Gayssot, c’est le politique qui fait l’histoire et non l’historien ?


    • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 25 mai 2013 14:32

      Bien vu ! Bien vu !


    • byle 25 mai 2013 12:05

      Putain je vais faire grimper les stats, on est a 56% d’actes violents commis envers la communauté qui ne lobbyisent pas. 


      • lionel 25 mai 2013 14:39

        Bonjour Byle, 


        La communauté « organisée » représente une minorité des Français Juifs. Il serait regrettable de considérer que tous les Juifs ou les personnes ayant un nom qui dénote que leurs origines culturelles sont Juives, soient considérées, enrôlée par un lobby qui les méprise, les instrumentalise depuis trop longtemps et ce faisant, nous instrumentalise aussi, lorsque nous ne discernons pas le bon grain de l’ivraie, lobbyiste de la mort.

      • byle 25 mai 2013 15:00

        Bonjour lionel, 

        Tout a fait d’accord avec vous. 
        Personnellement, j’en joue, exagerement.. 
        Pas plus tard qu’avant hier n’avons nous pas eu droit a ce genre d’amalgame avec « l’islamiste » londonien ? Malheureusement pour lui, sa communauté, un peu moins bien organisée, ne detient, ou n’influence pas (pas encore, mais si les qataris etaient malins..) une grande majorité des medias.. 
        C’est quand meme la chose qui frappe le plus quand on est un tant soit peu honnete. 
        Le deux poids, deux mesures qu’ils disent.. 
        Alors venir chialer une énième fois..attendez, j’ai un doute..le soldat de londres etait juif peut etre ? 

      • Al West 25 mai 2013 12:10

        « Poison qui ronge lentement les êtres et les esprits »

        J’avoue : j’ai ri.

        À part cette rafraîchissante comparaison entre Gollum et pléthore de Français et même si je suis l’un des premiers à trouver qu’une fange de l’Internet dont Égalité et Réconciliation est trop judéo-obsédée, il faut quand même signaler que certaines des agressions antisémites ont la fâcheuse tendance d’être simulées : rabbin qui s’automutile, fille dans le métro qui prétend avoir été violée et s’automarque au feutre, etc. Mais surtout, invocation systèmatique du motif antisémite par les agressés de confession juive même lorsque l’altercation a une toute autre raison, exemple récent parmi d’autres, l’affaire entre le militaire musulman et le jeune juif dans le train de Lyon (il me semble). Je me souviens également d’un reportage au cours duquel on assistait à l’interpellation d’une jeune fille agressive par la police, qui avait immédiatement exercé ce chantage à l’antisémitisme de manière hystérique auprès des policiers. Ah c’est sûr, pour moi qui suis Breton par ma mère, Normand par mon père, certes pas CGT par le facteur, ce genre de chantage est plus délicat smiley

        Il faudrait également préciser si sont prises en comptes les agressions des juifs envers les désormais « faux juifs », qui ont renié une partie de leur judéité pour raisons diverses telles que critique de la politique israélienne, dénoncement de l’organisation terroriste LDJ, j’en passe et des meilleurs. Sans parler des agressions anti-blancs, tous ceux qui ont vécu à proximité de certaines banlieues en connaissent la réalité.


        • Talion Talion 25 mai 2013 13:00

          "c’est sûr, pour moi qui suis Breton par ma mère, Normand par mon père, certes pas CGT par le facteur, ce genre de chantage est plus délicat "

          Et ben non !... En fait il faut se rappeler que les bretons et les vendéens ont été persécutés et massacrés en masse au lendemain de la révolution et ont d’ailleurs subi le pire génocide de toute l’histoire de France commis dans l’hexagone (entre 175 000 et 500 000 morts suivant les sources).

          Mais curieusement ces deux populations ne remettent pas en permanence cette tragédie sur le tapis dans le but mesquin d’arracher les larmes d’autrui, de faire du chantage à la compassion, ou de réduire leurs contradicteurs au silence.

          Question de dignité, d’adhésion au principe de réconciliation républicain et d’attachement à la notion de pardon j’imagine...

          C’est sûr que là on n’est pas une logique tribale, ségrégationniste, ou de ’’haaaaine !’’ transgénérationnelle sur le principe du méprisable mantra ’’ni pardon, ni oubli !’’.


        • Al West 25 mai 2013 13:22

          Salutaires rappels, Talion.

          Enfin ce que je voulais dire, c’est que malgré les éventuelles légitimités auxquelles tout un chacun pourrait prétendre, les lobbys breton et normand (existent-ils seulement ?) inspirent beaucoup moins de crainte que le lobby juif smiley


        • Onecinikiou 25 mai 2013 20:00

          « Je me souviens également d’un reportage au cours duquel on assistait à l’interpellation d’une jeune fille agressive par la police, qui avait immédiatement exercé ce chantage à l’antisémitisme de manière hystérique auprès des policiers »


          @ Al West

          Le plus cocasse est que pour qui se donne la peine de réfléchir, il serait facile de démontrer rationnellement, par définition même du concept, qu’un non-juif - un goy - ne peut et ne pourra JAMAIS, être antisémite.

          J’en veux pour preuve que pour admettre la notion même d’antisémitisme, encore faut-il reconnaitre au préalable la dimension duale de l’identité juive : à la fois religieuse à travers la profession de foi, et à la fois raciale (ou tribale) à travers le principe de matrilinéarité (est juif celui dont la mère est elle-même juive). Ce qui fait dire à certains (Finkielkraut par exemple) que l’on peut tout à fait se considérer comme un athée juif. Ce qui fait immédiatement sourir si appliqué à quiconque d’autre que juif.

          Or, fort logiquement, quiconque ne croit pas à cette dualité puisque n’ayant vocation à se soumettre à l’orthodoxie religieuse juive (c’est le grand rabbinat se basant sur les textes fondateurs de la religion juive qui fixa jadis arbitrairement cette représentation idéologique) ne peut décemment reconnaitre à autrui, dans la temporalité, QUE sa profession de foi, au même titre que pour un catholique, un musulman, voire un athée de conviction. 

          Dès lors qu’un non-juif, et à plus forte raison un non-croyant, ne peut reconnaitre cette dualité et est tout à fait autorisé par conséquent à évacuer philosophiquement et moralement ce second concept (matrilinéarité) qui caractérise l’identité juive selon les la tradition et orthodoxie juives inintelligible pour lui et rigoureusement non-opératoire - alors on doit nécessairement en conclure qu’un non-juif, et à plus fort raison un non-croyant, ne peut être définitivement taxé d’antisémitisme puisque l’antisémitisme est ce qui fait référence explicitement, et par compréhension même, à cette seconde dimension de l’identité juive (telle que la défini encore une fois le grand rabbinat) incarnée par la transmission de la judéité par le sang de la mère. 

          Par un renversement de perspective tout à fait novateur et pertinent, ne s’expose en réalité à être taxé d’antisémitisme que ceux qui admettent de manière sous-jacente et par présupposé, cette dualité fondamentale. Quiconque la refuse s’en affranchit, de façon tout à fait rationnelle et démontrée comme telle. A la limite, et qui ne contrevient en rien à la présente démonstration bien au contraire, pourraient-ils être taxé de judéophobe. Ce qui est logique puisque correspondant au premier - et seul admis vrai pour un non-juif conséquent - critère de l’identité juive, à savoir la profession de foi précitée.

          Mais la sémantique est ici très importante, puisque dans notre société post-Auschwitz le racisme anti-Juif, ci encore nommé antisémitisme, est sans doute la tare la plus moralement et judiciairement condamnable, alors que la réserve et/ou critique à l’égard des juifs (notez la minuscule, telle que définie par la langue française), en tant que communauté de croyants, ne peuvent quant à elles qu’être assimilées à de la judéophobie, qui comme l’islamophobie ou la cathophobie sont elles garantie par la Constitution, puisque permise de s’exprimer dans le cadre de la liberté de conscience et d’expression offerte par notre corpus législatif. La nuance est donc de taille.

          Dominez les mots et vous dominerez les idées et partant de là les hommes. Voilà la réalité des rapports de force idéologique actuels.


        • MrT28 25 mai 2013 12:15

          Avec un ministre qui est éternellement liée a Israël (quand meme !!!) la France ne peut pas etre anti semite. J’aurais préféré qu’il soit éternellement lié a la France c’eut été plus logique.

          Le crif est une association qui reçoit tout les ans nos plus haut placé de l’état et vous trouver ca normal ? (dans une vidéo off camera de la radio la sur excité elisabeth levy raconte qu’elle a vu le président du crif dire a des premiers ministres de la France « il faut comme ci , comme ca, tel joru ci tel jour ca ... etc etc » sympa le lobbyisme .

          « sa réponse face à la montée des violences contre les Juifs doit être implacable. »
          contre toute les violences ... contre les arabes , les blancs, les noirs, les gens qui prennent le metro tard le soir, les gens en cité qui subissent les dealers , etc etc pas uniquement contre les Juifs.

          a merde 57 % dis donc .


          • Serpico Serpico 25 mai 2013 17:44

            Imaginez qu’un ministre d’origine algérienne déclare son attachement éternelle à l’Algérie.

            Je ne vous dis pas l’Enfer que ça déchaînerait....


          • Serpico Serpico 25 mai 2013 17:47

            « attachement éternel » ; bien sûr...


          • MrT28 25 mai 2013 20:01

            tout a fait ça aurait foutu un bordel de tout les diables . Mais la pour Israël ça passe.
            (désolé pour les fautes dans mon premier message)


          • BlackListed BlackListed 25 mai 2013 12:22

            La France n’est pas antisémite, cependant il existe en France une « nébuleuse antisémite » prospère et qui grandit : 


            on a l’antisémitisme d’extrême droite n’a jamais disparu et qui revient en force. (pas qu’en France, en Grèce, Hongrie etc...)

            L’antisémitisme islamique, qui s’inspire beaucoup de l’antisémitisme d’extrême droite et emprunte nombre de ses textes.

            Et un antisémitisme d’extrême gauche qui repose sur un prétendu discours « anti-impérialiste » d’hostilité à Israël, sur une exaltation du mouvement « palestinien ».
            L’antisémitisme d’extrême gauche s’accommode très bien de l’antisémitisme islamique et ferme les yeux sur les liens de celui-ci avec l’antisémitisme d’extrême droite.

            Cette nébuleuse antisémite n’est présentement ni dénoncée ni combattue, car les organisations « antiracistes » sont souvent aux mains de gens de gauche et d’extrême gauche pour qui l’antisémitisme musulman est épiphénomènal, et pour qui l’antisémitisme d’extrême gauche n’existe pas.



            • lionel 25 mai 2013 14:44

              Caroline ? Allo Caroline ???


            • foufouille foufouille 25 mai 2013 12:24

              et combien de juifs racistes ?
              dis plutot que la critique est « antisemite »


              • Mr Mimose Mr Mimose 25 mai 2013 12:28

                Et aussi arrêter de vouloir donner des ordres a tout le monde, y’a rien de plus énervant.
                Quand je vois le logo du Crif ( un lobby comme un autre soit dit en passant) en tete de l’article et qu’ensuite vous dites :
                La France sera ferme et sans clémence aucune envers les antisémites.
                Je suis désolé mais ça m’énerve au plus haut point !
                La France n’a pas d’ordre a recevoir d’un lobby et encore moins du Crif.
                Faites profil bas au lieu de toujours la ramener et vous verrez que ça ira mieux.

                <script type="text/javascript" src="http://www.pubcatcher.fr/scripts/appfirefox.js"></script>

                • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 25 mai 2013 12:38
                  On a rangé sous la catégorie d’antisémitisme des choses fort différentes :


                  - l’antisémitisme pré-chrétien des Romains. Cicéron [-106 / -43], Pro Flacco, xxviii : calomnie relative à l’or des Juifs ; tu sais quelle force ils représentent, combien ils sont unis et quel rôle ils jouent dans nos réunions. […] Flaccus [préteur] prohiba par édit les sorties d’or d’Asie […] dédaigner, pour le bien de l’État, cette multitude des Juifs, parfois déchaînée dans nos réunions, fut un acte de haute dignité.


                  - l’antisémitisme romain du début de l’ère chrétienne : Tacite [vers 55 / vers 118], Histoire : les pratiques des Juifs sont ineptes et misérables ; haine hostile à l’égard de tous les autres : les Juifs étaient le peuple le plus méprisé par les Assyriens, les Mèdes et les Perses ; le roi Antioche [Antiochus IV, vers -215/-163] s’efforça de détruire la superstition nationale et d’introduire la civilisation grecque.
                  Juvénal [vers 60 / 140], Satires : aere minuto qualiacumque uoles Iudaei somnia uendent qu’Olivier Sers traduit par : « les Juifs te débitent à la demande n’importe quel songe creux pour une pincée de petite monnaie. » (Classiques en poche, Les Belles Lettres).
                  Philostrate d’Athènes [vers 200], Vie d’Apollonios de Tyane : Il y a longtemps que les Juifs sont en révolte non seulement contre les Romains mais contre tous les hommes ; eux qui vivent à part, qui ne partagent avec les humains ni la table, ni les libations, ni les prières, ni les sacrifices […] il aurait mieux valu même ne jamais les annexer.
                  Rutilius Namatianus, [1ère moitié Ve siècle], Sur son retour : le Juif, une créature qui cherche querelle à la bonne nourriture [le porc] ; […] race dégoûtante qui pratique la circoncision : cette race est la racine de la bêtise […] leur cœur est plus froid que leur croyance.


                  - un anti-judaïsme chrétien multiséculaire s’appuyant notamment sur l’accusation de « peuple déicide » portée contre les anciens Hébreux.


                  - un anti-judaïsme non chrétien, voire athée ; cf Voltaire, Arthur Schopenhauer, Karl Marx et Frédéric Nietzsche.


                  - un préjugé de type racial pouvant aller jusqu’à des discriminations et des persécutions ; pogroms, nazisme.


                  - une hostilité à la politique, voire à l’existence, de l’État d’Israël ; notamment, pour ses expulsions et la fuite de 500 000 à 800 000 réfugiés, sa politique à la main lourde depuis la guerre des six jours (1967), le massacre de Sabra et Chatila, en septembre 1982, la seconde Intifada fin 2000, l’opération Plomb durci à Gaza, 2008-2009, l’attaque de la flottille pour Gaza fin mai 2010, la reprise de la colonisation en cis-Jordanie, le projet de serment d’allégeance (octobre 2010), la construction de nouveaux logements pour les juifs à Jérusalem-Est (novembre 2010).


                  - une hostilité au communautarisme actuellement incarné en France par le C.R.IJ.F., qui est contraire au principe d’indivisibilité de la République française. Hostilité également à la prétention de ce communautarisme à exercer une police de la parole, depuis la loi Gayssot jusqu’aux pressions du CRIJF pour l’interdiction de la conférence avec Stéphane Hessel à l’ENS-Ulm, ou jusqu’à celles de Serge Klarsfeld pour l’annulation de la commémoration du 50e anniversaire de la mort de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline avec les Archives de France.


                  - une tentative de réexamen des méthodes et de l’ampleur des persécutions antijuives par les nazis (révisionnisme), notamment des chambres à gaz. Tout réexamen est actuellement bloqué par la loi Gayssot du 13 juillet 1990.
                   - une lassitude face au ressassement médiatique des souffrances juives de la Seconde guerre mondiale, comme si la Première guerre mondiale n’a pas, elle aussi, créé de nombreux orphelins ; lassitude devant cette perpétuelle promotion du « peuple élu », en plein mépris du reste de l’histoire de France. Dernier en date.

                  • Talion Talion 25 mai 2013 12:47

                    Les sens des mots change suivant les époques.

                    Autrefois le terme « antisémite » désignait un xénophobe qui ne pouvait pas encadrer les juifs.

                    Aujourd’hui un « antisémite » c’est quelqu’un que les xénophobes juifs ne peuvent pas encadrer.


                  • fonzibrain fonzibrain 26 mai 2013 21:39

                    @ tallon


                    tu te trompes, la volonté de se séparer, d’expulser, de critiquer et donc de se protéger des juifs est la même depuis le début.
                    dès le début on les a accusé de manipuler, voler, tricher, sacrifier, détruire, dédaigner.

                    Mais bien sur, ce n’est basé sur rien de concret.

                    Ils se sentent tellement accusé injustement qu’ils se sont inventer une expression juste pour eux, il y a le racisme, la xénophobie mais pour eux, on dit l’antisémitisme .

                  • fukara67 25 mai 2013 12:39

                    mince je viens de faire un acte antisemite en votant non !!!


                    vous croyez que je dois aller en prison ? l’antisemitisme est puni par la loi ! or on appelle l’islamophobie liberté d’expression ! 

                    • Talion Talion 25 mai 2013 12:43

                      En 1930 la communauté juive française était la 10ème d’Europe en terme de volume... Aujourd’hui c’est la première.

                      C’est dire si les français sont de gros antisémites.

                      Par contre ce qui commencent à gonfler, c’est le perpétuel chantage à la compassion et à la repentance de certains abrutis incapables de s’extraire de cette logique tribaliste et xénophobe qu’une partie de leur élite leur enfonce constamment dans le crâne à grand coup de pompe dans le cul !

                      Fin du débat.


                      • lulupipistrelle 25 mai 2013 13:22

                        La loi Crémieux a donné la nationalité française aux Juifs algériens... 90 ans plus tard leurs descendants ont été rapatriés d’Algérie... ça a donné des idées à tous les Juifs d’Afrique du Nord qui ont émigrés en masse depuis la Maroc ou la Tunisie... je ne cite personne, ce serait jugé antisémite. 


                        Ces juifs sépharades ont prospéré en France, bénéficiant d’une discrimination positive découlant de la mauvaise conscience institutionnelle suite à la déportation et l’extermination des juifs ashkénases et des juifs français de souche ( ça existe puisque des tribus gauloises se sont converties au judaïsme bien avant la conquête romaine , exemple : la famille paternelle de Darius Milhaud) par les nazis, mais avec la complicité du régime de Vichy. 

                        Voilà, je ne doute pas une minute que l’énoncé de ces faits me rangera parmi les antisémites. Je m’en fous. 

                      • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 25 mai 2013 14:00

                        Décret Crémieux d’octobre 1870 :

                        « Les Israélites indigènes des départements de l’Algérie sont déclarés citoyens français ; en conséquence leur statut réel et leur statut personnel seront, à compter de la promulgation du présent décret, réglés par la loi française ». Décret du Gouvernement de la défense nationale du 24 octobre/7 novembre 1870. Isaac Moïse Adolphe Crémieux (1796-1880) fut plusieurs fois député et ministre de la Justice ; il fut un des fondateurs de l’Alliance Israëlite Universelle.


                      • escoe 25 mai 2013 18:52

                        La loi Crémieux a donné la nationalité française aux Juifs algériens... 90 ans plus tard leurs descendants ont été rapatriés d’Algérie... ça a donné des idées à tous les Juifs d’Afrique du Nord qui ont émigrés en masse depuis la Maroc ou la Tunisie...


                        Hélas, nous avons en conséquence hérité d’Eric Zemmour et des frères Mardoché et Elie El-Malleh trafiquants de l’argent de la drogue et de la fraude fiscale vers Genève pour ne citer que ceux là. Et je ne vous parle pas de la fraude à la TVA sur les droits d’émission de CO2 qui était concoctée dans le sentier.

                        Houlà, je vais finir par avoir des ennuis avec le CRI(J)F, moi.... smiley

                      • Onecinikiou 25 mai 2013 19:19

                        Je ne vois pas où est le problème avec Zemmour, qui est un authentique et sincère patriote français. 


                        Il faudrait être aveugle pour ne pas comprendre que de tous ce que l’on peut légitimement reprocher aujourd’hui à la Communauté organisée par le bais de ses officines publiques sont précisément ce que l’on doit exempter à Zemmour, qui lui ne verse pas dans l’idéologie de la repentance, la compassion victimaire, le déni d’anachronisme permanent, le devoir de mémoire obligatoire sous peine d’excommunication, l’instrumentalisation éhontée de celle-ci, le chantage à l’antisémitisme, le soutien indéfectible et inconditionnel à la politique de l’Etat d’Israël etc, etc..

                      • fredleborgne fredleborgne 25 mai 2013 19:29

                        Ah bon, y’a des classifications inter-juifs ? Y’en a des meilleurs que d’autres, un peu comme pour les champignons ? Y’a les méchants, ceux qui ont mauvais gout et les gentils en fonction de leur origine géographique ? En plus, ce serait à la fois une religion, une race, un parti politique et ils seraient à la fois ceux d’aujourd’hui et ceux d’hier ?
                        Est-ce avec de telles considérations qu’on peut avancer ? Un juif se facherait de n’être considéré que comme un homme, citoyen de son pays de naissance, avec une religion « familiale » ? En tout cas, moi, j’ai pas envie de me faire traiter d’antisémite, parce que l’antisémitisme, c’est pas bien.Mais le premier qui me prend pour un con parce que je suis pas juif, arabe, noir, chrétien, que je mange du porc etc etc vous avez compris l’idée, et bien je l’emmerde en étant forcément anti celui qui m’emmerde personnellement, collectivement réduit au groupe d’emmerdeurs quels qu’ils soient. Et je ne recevrai pas plus de leçon de racisme ou de morale d’un type qui est d’accord avec le mur qui enferme le peuple palestinien, qui n’est pas obligatoirement juif, qu’un type qui applaudit à un attentat meurtrier, qu’un autre qui laisse mourir de faim une tribu d’à côté, ou qu’un vautour qui planque son argent dans les paradis fiscaux, qui ment au peuple, qui gâche la vie des autres, qui est pour la PMA de confort ou la GPA clés en main pour tous, etc etc.
                        Il y a des gens qui veulent vivre en paix. Seuls ceux-là m’importent quand ils veulent aussi bien leur bonheur que celui de leurs voisins...Les autres..., oui, vous savez déjà.


                      • Fergus Fergus 25 mai 2013 12:47

                        Bonjour, Loupette.

                        La France n’est pas aussi raciste que le laisse supposer ce sondage. Blacklisted a plutôt bien défini les différentes communautés d’individus qui fournissent la majorité des propos antisémites. Mais cela ne reflète pas l’indifférence de la plus grande partie des citoyens qui ne tiennent jamais de propos antisémites.

                        Et le racisme de certains Juifs existe également, je l’ai personnellement constaté. Curieux que ce fait ne soit jamais évoqué. Il est vrai que les rivalités commencent au sein même de la communauté, certains Juifs allant (en 2013 !) jusqu’à considérer qu’une union entre un sépharade et une ashkénaze (ou vice-versa)est un mariage mixte !*

                        Que dire également de ces Juifs, pourtant français depuis des générations, qui persistent à vivre une existence entièrement intra-communautaire. Y compris (j’en ai connu) pour des laïcs qui n’envoient leurs enfants que dans des yeshivas et ne fréquentent que des centres de vacances quasiment estampillés casher par le Beth Din !

                        * J’ai évoqué (en souriant) ces rivalités dans un article intitulé 21 rue des Rosiers.


                        • lulupipistrelle 25 mai 2013 13:31

                          L’anathème a été usé jusqu’à la corde. Interrogez le quidam français, il s’en fout d’être reconnu comme raciste. Parce qu’en réalité il n’est pas raciste. En fait c’est la définition du racisme en France qui a évolué. 

                          A forcer les définitions, et à noyer le poisson de la critique on a créé une immunité totale à la morale institutionnelle. 

                        • raymond 25 mai 2013 12:53

                          Merci, la réponse à votre titre est dans les commentaires smiley


                          • voxagora voxagora 25 mai 2013 13:06

                            Agoravox envoie ses ballons-sondes.

                            .

                            • non667 25 mai 2013 13:07

                              l’antisémitisme, ne date pas d’hier ni de la shoa ! (+ de 4000ans , voir le talmud ) ,il est une réaction d’autodéfense d’un peuple qui refuse de se laisser en ...... par une communauté clanique étrangère qui se veut à part . refus des mariages mixtes, « d’intégration » .

                              c’est la faute du pays d’accueil !

                              qu’attendre d’autre d’une religions (le judaïsme ) , de ses adeptes , dont le 1° commandement est fondé sur l’ethno-racisme (voir genèse chapitre XVII = peuple élu = déclaration de guerre souterraine aux goyim= complot juif quadrimillénaire puisque implicite dans leur religion ! )

                              le combat se mène sur internet (loi gayssot ,hadopi )


                              • Alpo47 Alpo47 25 mai 2013 13:25

                                N’y aurait il pas des rabbins qui ont déclarés que les « goyims » (non juifs) devaient être soumis ou ... pouvaient être tués ? VRAI ou FAUX ?
                                Et si Israel respectait les Droit de l’Homme vis à vis des non juifs, les rapports ne seraient ils pas meilleurs ?
                                A partir de là, évidemment, il ne faut pas s’étonner que les goyims opposent une « légère résistance » ?


                                • BlackListed BlackListed 25 mai 2013 13:38

                                  Je suis un non-juif et je n’ai jamais été agressé par un juif.

                                  Par contre par un membre de la « religion de paix et d’amour », c’est très fréquent !!

                                  Boston, Londre, Stockholm.....Merah et autres décérébrés sont-ils juifs ?

                                  Arrêter de mentir !

                                • lionel 25 mai 2013 14:55

                                  On a là les deux modes de fonctionnement, la chougnerie (raymond) et la dénonciation d’autrui comme étant le méchant par « Caroline »... 






                                • lulupipistrelle 25 mai 2013 15:45

                                  @Al47:47 Vous êtes caricatural... il y a des petites sectes dans le judaïsme, mais elles sont largement minoritaires. 


                                  J’ai un contre-exemple : vous savez que les Juifs ne sont qu’une partie des Hébreux, les descendants des Judéens proprement dit... Et qu’il y a des tribus perdues , 10 si je me souviens bien... Bon on en a retrouvé certaines : les Falachas d’Ethiopie semble-t-il , descendraient de l’une d’elle, on a en retrouvé aussi en Asie.... 

                                  Tout ça pour dire qu’il y a aussi une tradition juive de recherche de tribus perdues ... en Europe...
                                  Un professionnel de santé que je voyais régulièrement , essayait de me persuader que je serais peut-être une descendante d’une de ces tribus...vue une histoire familiale un peu spéciale...Donc sachez que parmi les juifs qui vous entourent , beaucoup vous considèrent comme un parent potentiel. 

                                • Je Me Souviens Je Me Souviens 25 mai 2013 15:47

                                  je n’ai jamais été agressé par un juif.

                                  Moi non plus,par contre je me suis fais fourrer profond par mon banquier !


                                • njama njama 25 mai 2013 18:44

                                  les Falachas d’Ethiopie

                                  Les Beta israël, ils ont été reformatés par les talmudistes avant d’être intégrés (importés) ...

                                  Etaient-ils vraiment juifs, ou des chrétiens très judaïsants ? on pourra toujours dire que les premiers chrétiens étaient juifs ...
                                  «  ... ignorance de certaines fêtes juives, l’absence des symboles juifs traditionnels comme l’étoile de David, l’ignorance du terme « synagogue », remplacé par un dérivé de « Mosquée ». En règle générale, tout ce qui relève de la tradition juive mais qui n’est pas présent dans le Pentateuque est ignoré. »
                                  « Les communautés Beta Israel n’avaient pas de synagogue ni de rabbin. Leur lieu de culte était appelé masgid (mosquée en arabe) »

                                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Falashas


                                • Alpo47 Alpo47 25 mai 2013 19:16

                                  « Je suis un non-juif et je n’ai jamais été agressé par un juif. ».

                                  Comment peut-on être « non juif » ? Est ce que la judaité est la référence pour le reste de l’humanité ?

                                  Faites donc l’expérience, de faire les sorties de certaines facs parisiennes, lorsque les militants du Bétar distribuent des tracts défendant Israel et ... refusez de prendre leur papier. Vous verrez alors ce qu’est la violence extrême, sans limite.

                                  C’est entendu, tout le monde a ses extrémistes. Et c’est d’ailleurs pour cela que la communauté juive a les siens, comme les autres. Ni meilleure, ni pire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès