• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La machine à voter n’est pas transparente

La machine à voter n’est pas transparente

Bientôt les régionales, pour l’occasion on va ressortir les machines à voter et les urnes transparentes traditionnelles. Comme à chaque élection, le même doute sur l’honnêteté du scrutin et donc la fiabilité du résultat. Le soupçon de fraude est toujours présent, que la consultation soit locale ou nationale, à juste raison car la tricherie est toujours d’actualité, mais aussi difficilement décelable et quantifiable. Les techniques pour truquer une élection sont biens connues, bourrage des urnes, faire voter les morts et les absents, manipulations pendant le dépouillement etc... L’apparition de la machine à voter ne lève pas la suspicion d’opérations frauduleuses et en cas de litige, impossible de recompter les voix.

La loi du 10 mai 1969 autorise l’utilisation de la machine à voter, toutefois pour la consultation de 2010 seulement les communes déjà équipées pourront continuer à les utiliser. Les autres devront attendre, ceci suite aux nombreux problèmes survenus en 2007, comme par exemple des différences notables entre le nombre de votants et le cahier d’émargement. Actuellement, 82 villes se sont dotées et font confiance à cet outil pour enregistrer les votes et comptabiliser les voix, soit 1,5 millions d’électeurs concernés, ou piégés diront certains.
 
Les collectivités locales qui font l’expérience de cette petite merveille électronique, justifient ce choix en évoquant des raisons économiques et un gain de temps. Justement il serait intéressant de savoir si financièrement les communes ont un intérêt réel à utiliser un appareil estimé entre 3000 et 6000 euros pour une durée de vie de 10 ans maximum. Si encore l’intégrité du vote était assurée la dépense serait acceptable, mais l’efficacité ainsi que la fiabilité du système est loin d’avoir fait ses preuves.
 
En France le Néerlandais Nedap détient 80 % du marché. Selon cette société leur produit n’est pas un ordinateur car il n’a ni écran, ni logiciel "elle n’est pas attaquable ou piratable au moyen d’un programme ou d’un branchement avec ou sans fil dont elle ne dispose pas" . Peut-on raisonnablement croire une entreprise, qui logiquement défend son fonds de commerce et qui sans doute n’a pas elle même de certitude quant à l’inviolabilité de sa production. D’ailleurs d’après l’informaticien néerlandais Rop Gonggrijp, il suffit d’un tournevis et de bonnes connaissances en informatique pour donner à la machine une préférence politique et il n’est pas le seul de cet avis. Un ordinateur cela n’a pas d’états d’âme ni d’opinions et sauf un bug bien embêtant le jour des élections, il obéit à celui qui tient le tournevis.
 
A ma connaissance personne n’a demandé l’avis des premiers concernés ; les électeurs. Peu importe l’opinion d’une population allergique à toute forme de modernité et attachée à ce geste simple de l’enveloppe glissée dans l’urne. Puisque de toute façon, c’est un fait reconnu, il suffit de constater le formidable développement d’internet pour comprendre que le Français est réfractaire à la nouveauté et au progrès . Évidemment ce n’est pas vrai ! Les électeurs de ce pays ne sont pas hostiles au changement, ils ont simplement du bon sens. Ils comprennent aisément qu’il est plus facile d’assister et de surveiller le dépouillement du scrutin, que de vérifier le bon fonctionnement d’une mystérieuse machine à voter appelée "ESF1 Nedap France élection".
 
Pour terminer une parole qui serait de Staline, le champion de la démocratie dans L’URSS d’antan, un pays qui a laissé en héritage à la Russie d’aujourd’hui une certaine idée de la liberté d’expression.
"Ce qui compte, ce n’est pas qui vote, mais qui compte les votes"
 

Documents joints à cet article

La machine à voter n'est pas transparente

Moyenne des avis sur cet article :  4.88/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • pierrot123 3 février 2010 10:35

    NON AU VOTE ELECTRONIQUE !

    IL faut absolument être intraitable sur la question du vote électronique !
    Son avènement signera l’arrêt de mort de nos systèmes démocratiques déjà mal en point.

    NON AU VOTE ELECTRONIQUE !


    • oncle archibald 3 février 2010 12:47

      pas mieux ! 

      Une urne transparente, un émargement et un dépouillement publics, sinon rien..

    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 3 février 2010 10:45

      Bonjour Gruni,

      " Les électeurs de ce pays ne sont pas hostiles au changement, ils ont simplement du bon sens. Ils comprennent aisément qu’il est plus facile d’assister et de surveiller le dépouillement du scrutin, que de vérifier le bon fonctionnement d’une mystérieuse machine à voter "

      le vote électronique sera inéluctable. Plutôt que s’y opposer bêtement, obligeons le à s’installer en parallèle au vote papier plutôt que par substitution. Ainsi, il apparaitra parfaitement sûr en cas d’égalité entre les deux scores, ou relèvera d’une marge d’erreur infime par rapport au score des candidats.

      Tout comme il serait impossible de permettre à ceux qui le veulent de rouler à gauche, il est tout à fait possible d’accepter ces deux types de votes consécutifs.

      EXIGEONS LES DEUX VOTES, PAPIER ET ELECTRONIQUE, EN PARALLELE !


      • zelectron zelectron 3 février 2010 11:20

        EXIGEONS LES DEUX VOTES, PAPIER ET ELECTRONIQUE, EN PARALLELE !
        C’est la sagesse même, on peut se demander comme toujours si nos élus n’ont pas certains neurones manquants. Pour moi le débat est clos. Merci Lisa.


      • pierrot123 3 février 2010 12:04

        Si vous laissez le vote électronique s’installer, comme vous dites, « en parallèle », il va le rester combien de temps, parallèle, à votre avis ?

        Tôt ou tard, sous un prétexte quelconque (manque de papier, manque de personnel pour dépouiller, côté pratique pour le citoyen, possibilité de voter depuis chez soi, etc...) le vote « élec-truqué » vous sera imposé.

        Il faut dire NON !


      • gruni gruni 3 février 2010 12:49

        Bonjour Lisa.

        L’idée du vote parallèle est intéressante mais peut-être complexe .
        Par contre lorsque vous dites « le vote électronique sera inéluctable » je suis d’accord, si nous laissons faire .


      • zelectron zelectron 3 février 2010 17:43

        @Gruni
        sauf qu’en refusant un progrès qui permettrait de voter beaucoup plus fréquemment la démocratie risque de régresser : voyez les taux d’abstention qui dérivent dangereusement.
        laissons le vote papier encore 10 ans par exemple le temps de rendre les machines exceptionnellement fiables du genre 1 erreur par million (1ppm) puis alors au choix voter de chez soi par le net ou dans un bureau de vote , non ? cela ne vous convient pas ?


      • gruni gruni 3 février 2010 18:13

        @ zelectron.

        Si la démocratie régresse, si l’abstention augmente, c’est surtout un problème de confiance des électeurs par rapport à nos élites politiques .
        De plus une machine même infaillible, ce dont je doutes fortement ne sera jamais contrôlable par le citoyen, comme peut l’être un vote papier .
        Mais je suis peut-être vieux jeu !


      • Matif 4 février 2010 14:03

        Le vote par internet a brillamment fait chuter (de 44% à 32%) le taux de participation aux dernières élections au conseil d’administration du CNRS (!) en juin 2009. Ces chercheurs du CNRS sont tellement bêtes qu’ils n’ont pas compris leur chance.


      • Inca Inca 3 février 2010 11:05

        Merci pour cet article.

        Comment peut-on encore faire confiance au vote électronique après ce qui s’est passé aux États-Unis ? Sans parler des collusions entre les fabricants des machines et le pouvoir en place (Cf. Machines à voter DieBold).

        Les élections par vote électronique ne sont pas légitimes car aucune traçabilité et aucun recompte possible. Qu’est ce qui prouve que le bouton que vous appuyer correspond bien à la personne pour laquelle vous avez choisit de voter ? Les votes négatifs ? Les votes doubles ? Les votes fantômes ?... Alors que pour le vote classique, il suffit de savoir lire.


        • Francis JL 3 février 2010 11:21

          Les machines à voter en place sont le cheval de Troie qui permettra au pouvoir de garder le contrôle quand il ne pourra plus tromper les citoyens, une bouée de sauvetage en cas de catastrophe électorale potentielle.

          Machines à voter, machines à truquer : « La plupart des ordinateurs de vote utilisés aux USA ont été conçus par Global Election Systems (GES), sous l’autorité de Jeff Dean. Or cet informaticien a été condamné 23 fois pour avoir truqué des logiciels internet destinés à d’autres usages et avoir abusé de ses clients. »

          Il y a la même différence entre une démocratie et une dictature qu’entre une théorie et une idéologie : les deux premières sont pacifiquement révocables, les secondes ne le sont pas. Une démocratie qui diffuse dans les médias une Pensée unique, tout comme celle qui utilise des machines à voter sont des démocraties formelles.

          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=32502&id_forum=1561656&var_mode=recalcul#commentaire1561656


          • Francis JL 3 février 2010 11:25

            Machines à truquer, machines à voter : aller au 4è§ . Extrait : « La classe dirigeante, perdant confiance dans ses propres institutions, a imaginé un mode radical de trucage : les machines à voter [2]. » Un article de Thierry Meyssan

            Analyste politique français, président-fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace. Il publie chaque semaine des chroniques de politique étrangère dans la presse arabe et russe. Dernier ouvrage publié : L’Effroyable imposture 2, éd. JP Bertand

            [2] « Le système électoral US en question » et « Comment truquer les primaires US », Réseau Voltaire, 23 janvier 2004 et 3 février 2008.


          • Gemini Gemini 3 février 2010 12:29

            Les machines à voter sont une arnaque pure et simple. C’est remplacer un processus transparent par une boîte noire.

            C’est pourtant une idée assez simple à comprendre et à expliquer et je ne comprends pas que certains puissent encore se laisser berner. Une élection ne peut être réellement transparente (et donc avoir un sens et être valable) qu’à deux conditions :

            - le secret de l’isoloir  : tout le monde doit se voir garantit le secret de son choix de vote
            - un décompte juste et transparent des voix : urne transparente indispensable, possibilité pour tout citoyen de participer au dépouillement ou d’y assister

            Les machines à voter ne permettent ni l’un, ni l’autre.

            La solution évoquée plus haut de permettre les deux en parallèle n’a aucun sens puisque tous les votes passant par la machine à voter ne sont ni secrets ni vérifiables. Ça revient simplement à dire que X% des votes sont justes et fiables, et que le reste non. Cela revient au même que le bourrage d’urne d’une certaine façon.

            Ce n’est même pas une histoire de d’accepter le progrès ou non, car en l’espèce il s’agit plus d’une énorme régression qu’autre chose.


            • liebe liebe 3 février 2010 13:51

              Ce qui serait bien c’est que le jour des élections, il y ait une coupure d’électricité....
              Ainsi , obligation de reprendre les vieilles urnes transparentes.
              @Lisa, le parrallèlle entre les deux n’est guère possible car le coût serait trop élevé.
              Si jamais dans ma commune nous passons au vote électronique, je n’irai pas voter.

              Pour les infirmières , lors du vote des responsables d’ Ordre infirmier , seuls 13% des infirmiers ont accepté de voter électroniquement. 87 % d’abstentions. Quel est le poids réel des personnes élues ?? Peuvent elles prétendre à une légitimité pour nous représenter ?
              Je suis certaine qu’il y aurait eu davantage de personnes si le vote avait été papier.
              Je suis contre cette automatisation des votes et d’ailleurs j’ai signé cette pétition pour l’exprimer.
              Je vais systématiquement assister au dépouillement des différents votes.
              Je refuse ce problème de transparence. N’importe quel hacker est capable de modifier les votes sans que nous puissions faire un quelconque contrôle.



              • liebe liebe 3 février 2010 13:54

                Je me suis mal exprimée à lafin, je voulais noter : je refuse ce vote pour problème de transparence.
                Veuillez m’excuser.


              • Francis JL 3 février 2010 15:01

                Il semble en effet, que le seul recours contre cette imposture des machines à voter ce soit la grève du vote. Bah ! s’ils veulent tuer pour de bon la démocratie, j’ai envie de dire : chiche ! Après tout, il n’est pas sûr que le perdant serait le peuple.


              • liebe liebe 3 février 2010 16:29

                @ Razzara ,
                A tenir de tels propos vous risquez de vous retoruver rapidement derrière les barreaux, avec comme chef d’accusation : menace de terrorisme.
                Connaissant les joyeux drilles qui nous servent de gouvernants, vous risquez sans aucun doute de vous retrouvez comme ces petits jeunes , dans le colimateur des RG.

                Pas besoin à mon avis de cibler autant de dégats pour parvenir à une coupure d’électricité....
                Simplement quelques ex fonctionnaires EDF mécontents....

                Oups, je vais moi aussi venir vous rejoindre... Proférer de telles menaces....


                Ceci dit il existe d’autres solutions....

                Pour l’instant moi je pétitionne......


              • finael finael 3 février 2010 14:55

                Mais c’est très bien les machines à voter ... à notre place !

                Plus besoin de se déplacer, plus d’abstentionisme

                Mais de quoi se plaint-on ?  smiley


                • Daniel Roux Daniel Roux 3 février 2010 15:14

                  L’illusion démocratique est morte à Versailles lors du congrès ratifiant le traité européen rejeté par le peuple consulté par référendum.

                  Les machines à tromper ne sont que l’illustration de cette dictature « douce ».


                  • zadig 3 février 2010 15:21

                    L’informatique je connais (un peu !)

                    Donc je ne voterai pas si une machine est imposée.


                    • Hieronymus Hieronymus 3 février 2010 15:33

                      sous couvert de « progres technique »
                      les machines a voter ne sont qu’une vulgaire escroquerie
                      qui controle quoi apres ? n’importe quoi !


                      • pingveno 3 février 2010 18:25

                        leur produit n’est pas un ordinateur car il n’a ni écran, ni logiciel

                        Le problème est comme vous dites qu’il faut les croire sur parole.
                        Pourquoi les Etats ne se mettent-ils pas d’accord entre eux pour définir une norme ouverte pour les machines à voter, la concurrence se faisant alors sur la machine physique mais l’ouverture garantissant que la machine peut être vérifiée par celui qui connaît la norme ?

                        Oui, pourquoi ne va-t-on pas plus loin avec les machines à voter ?
                        En fait la raison n’est pas du tout technique. On maintient le statu quo parce que ça arrange les gros partis.
                        En effet vous devez savoir que l’impression des bulletins de vote est à la charge de celui qui présente un candidat ou une liste, avec un remboursement pour tous les candidats dépassant un certain seuil (3% aux Européennes, pour les autres je ne sais pas). Du coup les gros partis peuvent se permettre d’imprimer des bulletins au format A4 (et peu importe l’e gaspillage occasionné) alors que les plus petits se contenteront d’imprimer du A5 (minimum légal) en quantité limitée faute d’argent.

                        Si on voulait vraiment faire un système qui avantage tout le monde, à défaut de machine à voter on pourrait par exemple conserver le principe de l’urne transparente mais remplacer les bulletins en 10 exemplaires par électeur par une imprimante : vous entrez dans l’isoloir, vous pressez le bouton, un bulletin sort, vous le mettez dans l’enveloppe et ensuite dans l’urne.
                        A la clé, économie de papier considérable mais transparence conservée.

                        Mais bon c’est tellement plus simple de continuer à opposer systématiquement partisans du papier et des machines à voter que de réfléchir un tant soit peu...


                        • liebe liebe 4 février 2010 09:58

                          Très intéressant comme procédé mais voilà, je vois mal mes grands mères arriver à sortir le bulletin . D’ailleurs c’est un des gros problèmes avec leur machine à voter, les vieux n’y arrivent pas.


                        • pissefroid pissefroid 3 février 2010 18:30

                          Avec le vote électronique, le seul moyen, actuellement, d’être sûr que ma décision est bien prise en compte, c’est l’abstention.
                          En écrivant cela, je réalise que le taux de participation peut aussi être trafiqué.

                          Donc rien ne peut remplacer l’urne transparente.


                          • Romain Desbois 8 février 2010 18:10

                            oui oui c’est ce que prône Tibèri aussi, des urnes transparentes !!!!! :_>


                          • Radix Radix 3 février 2010 18:38

                            Bonsoir

                            Les machine à voter sont en place dans ma commune depuis la dernière élection présidentielle.

                            J’ai refusé de voter en posant une réclamation, ces machines violant le code électoral en ne permettant pas le décomptage des voix, je n’avait pas à cautionner cette pratique par mon vote !

                            Radix


                            • Romain Desbois 8 février 2010 18:11

                              et alors quel a été le résultat de votre plainte ?


                            • tylhdar tylhdar 3 février 2010 18:43

                              A LA CASSE LES MACHINES A VOTER !!!


                              • armand 3 février 2010 19:11

                                Comme le H1N1 il ne passera pas par moi , si je vois cela dans mon bureau , très simple je ne vote pas, mais bon chui dans une zone tf1....


                                • Juju Dredd 3 février 2010 19:49

                                  Ces machins sont une aberration !
                                  Tous ceux qui les acceptent sont des ennemis de la démocratie.


                                  • casp casp 3 février 2010 21:49

                                    Voila un petit moment que je suis obligé de voter sur machine électronqiue... j’ai eu beau me plaindre ecrire une lettre .. rien à faire.

                                    Ce que je ne comprend pas c’est le laissez allez de tous les partis politique !!

                                    N’est ce pas le but d’un parti politique que de s’occuper de ce genre de problème ?
                                    A quand un parti avec suffisament de militant, qui puisse réclamer l’interdiction des machines à voter n’ayant pas de méthode de vérification manuel (par exemple double vote, electronqiue pour la rapidité et impression puis vote pour la sécurité)

                                    En attendant le rôle d’un tel parti devrais être de se poster devant chaque bureau de vote electronique tout d’abord pour mobiliser les citoyens sur la question de façon pédagogique, et ensuite effectuer un sondage de sorti d’urne à bullin secret, qui n’aura aucune valeur officielle ;
                                    Mais qui permettra au moins de vérifier approximativement qu’il n’y a pas de fraude massive.

                                    il en vas de la survie de la démocratie .. ca devrait quand même intéréssé les parti politique non ...


                                    • gruni gruni 3 février 2010 22:11

                                      @ casp.

                                      Lisez l’intéressant commentaire de « pingueno »
                                      Des raisons financières, pour répondre à votre question sur l’intérêt des partis politiques .
                                      Et au diable la démocracie !


                                    • pingveno 4 février 2010 08:25

                                      Pendant la dernière élection présidentielle, le mouvement mené par José Bové, répondant à un questionnaire de l’APRIL (association de logiciels libres) avait profité pour exprimer son opposition aux machines à voter sauf si elles reposaient sur une norme ouverte et vérifiable ce qui n’est pas le cas actuellement.

                                      Mais je doute qu’il puisse convaincre Europe Ecologie de le suivre dans cette direction sachant le gaspillage de papier que la méthode actuelle entraîne (pour info : la plupart des gros partis impriment le chiffre aberrant de 220% de bulletins : un pour la mairie, un pour l’enveloppe envoyée au domicile de l’électeur, et 20% de marge pour les ratés)

                                      D’où l’idée que je proposais plus haut et qui devrait faire consensus si seulement les gros partis n’avaient pas intérêt à maintenir le statu quo.


                                    • gruni gruni 3 février 2010 22:04

                                      @ ranta.

                                      Vous pensez qu’il y a eu un bourrage des urnes ?


                                    • COLONEL KURTZ 3 février 2010 22:08

                                      ils ont la réponse avant d’avoir posé la question...

                                      Le but est de te faire croire que c’est toi qui a décidé...

                                      bien joué mais dépassé...c’est ringard !


                                    • liebe liebe 4 février 2010 10:05
                                       ??????????

                                      Souhaitez-vous que les auteurs des articles puissent replier sans les supprimer les commentaires qu’ils jugent abusifs dans leur fil de discussion ? (Lire l’article)

                                      Vous avez déjà voté.

                                      Oui 49.9% Non 50.1% 775 votes

                                    • Big Mac 4 février 2010 10:08

                                      En tout cas moi j’ai pu voter non une 2ème fois sans problème.


                                    • finael finael 3 février 2010 22:21


                                      Ce qui est frappant dans ce débat c’est que nous sommes ici entre utilisateurs de l’informatique ... et qu’une large majorité semble-t-il se dégage contre l’emploi des « machines à voter ». Ou du moins leur emploi exclusif si l’on retient la proposition du double vote.

                                      Peut-être parce que nous en voyons plus facilement les conséquences possibles.

                                      ......

                                      « Ce ne sont pas de ordinateurs car ils n’ont pas de logiciel ».

                                      Affirmation fausse, pour ceux qui ont suivi l’article récent sur l’origine des ordinateurs, ils savent bien que les premiers n’avaient pas non plus de logiciel ... mais qu’on pouvait les programmer quand même !


                                      • gruni gruni 3 février 2010 22:30

                                        @ finael.

                                        Je suis nul en informatique, mais je sais que ces machines possèdent une puce et qu’il est possible d’après l’informatien néerlandais de la reprogramée .


                                      • finael finael 3 février 2010 23:30

                                        La puce est programmée au départ. Et on peut effectivement changer cette programmation. Ce n’est pas spécialement facile, mais c’est techniquement faisable.


                                      • pingveno 4 février 2010 08:27

                                        Les premières machines programmables étaient des métiers à tisser, apparus bien après les tout premiers ordinateurs.

                                        Et dans un sens le seul fait qu’on paramètre la machine avant le vote, pour remettre à zéro et associer les boutons aux candidats, EST une forme de programmation.

                                        L’affirmation du fabricant est donc un non-sens.


                                      • finael finael 4 février 2010 10:16

                                        @pingveno

                                        Bien avant, c’est exact.


                                      • pingveno 4 février 2010 12:17

                                        Bien avant, c’est exact.

                                        Non, si je considère les machines à calculer manuelles comme des précurseurs d’ordinateurs, alors la machine de Pascal est bien antérieure au métier à tisser de Jacquart par contre elle n’est pas programmable.
                                        Donc les premiers ordinateurs n’étaient pas programmables et tout ce qui est programmable n’est pas forcément un ordinateur avec un système d’exploitation.
                                        Et pour en revenir au sujet du débat, une machine à voter, même si elle était exclusivement mécanique, serait néanmoins programmable puisqu’il faut au minimum saisir les données concernant les candidats. Donc pour qu’elle soit incontestable son système de programmation doit être transparent (au sens propre comme au figuré)


                                      • Fergus Fergus 4 février 2010 10:18

                                        Salut, Gruni, et merci pour cet article qui appelle à la vigilance, pour ne pas dire au rejet du vote électronique.

                                        Comme la majorité de nos concitoyens, je suis opposé à la généralisation d’un procédé porteur d’un important risque de fraude. Sur ce plan-là, je suis en plein accord avec les commentaires qui précèdent.

                                        Bonne journée.


                                        • Matif 4 février 2010 13:56

                                          Je rappelle la position de l’ASTI (fédération de 30 associations, plus de 5000 membres, informaticiens professionnels ou chercheurs) : « l’ASTI recommande que ces recherches [sur le vote électronique] soient poursuivies et que pouvoirs publics, partis politiques et société civile ne recourent en aucune manière au vote électronique anonyme »

                                          voir http://asti.asso.fr/archives/archives-2007/communique-vote-electronique

                                          Pour agir
                                          - Signer et faire signer la pétition nationale pour le maintien du vote papier (déjà plus de cent mille signatures), c’est important !
                                          http://www.ordinateurs-de-vote.org/petition/
                                          - Soutenir Ethique Citoyenne
                                          http://www.ethique-citoyenne.org/


                                          • Matif 4 février 2010 14:08

                                            pour info, L’UMP et le MODEM organisent leurs élections interne par internet...
                                            Pourtant M. Bayrou, parlant à la fois des ordinateurs de vote et du vote par Internet, avait déclaré au journal Politis : « il faut refuser cette évolution et suspendre toute utilisation » - 8 mars 2007


                                            • Voris 4 février 2010 14:14

                                              Vous vous rendez compte de ce que vous dites ? Bayrou parlait des élections officielles, pas des élections internes. Imaginez-vous le coût de l’organisation d’élections internes en réel sur tout le territoire : location de locaux dans 36 600 communes, des urnes, confection des bulletins et surtout trouver des assesseurs ? Un peu de sérieux, svp.


                                            • pingveno 4 février 2010 14:55

                                              « Vous vous rendez compte de ce que vous dites ? Bayrou parlait des élections officielles, pas des élections internes »

                                              Vous vous rendez compte de ce que vous dites ? Pour les élections officielles j’exige la transparence mais pour les élections internes j’accepte le système non fiable (de là à dire « à condition que le résultat me convienne » il n’y a qu’un pas)

                                              Par contre je serais assez favorable à ce que les partis expérimentent en interne des systèmes de vote alternatifs : de cette façon quand on les proposera (ou imposera) aux électeurs on pourra dire qu’ils ont déjà été essayés avant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès