Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La masse populaire a une arme non létale, pourquoi ne s’en sert elle (...)

La masse populaire a une arme non létale, pourquoi ne s’en sert elle pas ?

Je l’ai personnellement testée, c’est très efficace, croyez moi !

Le nerf de la guerre actuelle c’est l’argent, le politique ne vit que par et pour l’argent .

Alors, faites comme moi, allez tous vider votre compte dès le jour où l’argent arrive sur votre compte !

Votre argent les intéresse, coupez-leur les vivres !

Si seulement 10 à 20 % des Français suivent cet exemple, on aura une vraie révolution sans effusion de sang !

  Il faut replacer l’histoire dans son contexte, les banquiers ne m’ont jamais fait de cadeaux, alors maintenant que j’ai les cartes en main, je me venge, ou plutôt je leur montre la bonne voie. Déjà, il y a trente ans, pour effectuer les 90km quotidiens qui me séparaient de mon travail, j’ai dû changer de banque, à mes frais bien sûr, en vue de m’acheter ma première vraie voiture neuve, une CX diesel qui remplaça ma petite 104, elle même ayant succédé à une vieille 2CV à bout de souffle. Après plus de 37 ans d’activité d’ingénieur SDE, relativement bien rémunéré pour un petit fils d’agriculteur Picard, je me suis fait jeter, comme un vieux chiffon hors d’usage par la boite, qui venait de passer du NASDAQ à la NYSE.
 
Jusqu’à ce jour du 4 décembre 2002 (je connais les dates par coeur) je ne m’étais posé que peu de questions -quoi que de temps en temps ?- A partir de cette date, j’ai commencé à tout comprendre, ou presque -pour ne pas passer pour un crâneur- Après le mois de carence j’ai donc été inscrit aux ASSEDIC, puis à l’ANPE avec des indemnités correctes (57% de mon ancien salaire brut). Pour aménager ma petite maison -qui me suffit amplement, j’ai eu le culot de demander un crédit de 10000 euros à la Banque qui « collectait mes fonds » depuis près de 30 ans ! Là commence la surprise : Mais monsieur, on ne prête pas aux bénéficiaires des ASSEDIC ?? Le coup de sang m’a pris et j’ai immédiatement changé de banque, juste pour l’exemple car aucune n’a voulu me dépanner. J’ai dû ensuite faire le tour des organismes de crédits pour finalement obtenir ce que je voulais, à 14 ou 16 %, bien sûr.

L’histoire commence maintenant : depuis le 31 Juillet je suis en retraite, fini les ASSEDIC, et là, oh surprise ma boite aux lettres se remplit de courriers Cetelem, Sofinco, Banque Accord... Monsieur, on vous prête 15000, 35000, 25000 Euros, n’en jetez plus la cour est pleine, j’ai fini de rembourser, je ne veux rien acheter, je ne manque de rien, je n’ai pas de TV, c’est exprès, je n’en veux pas !!

Dans le même temps mon Banquier (maintenant c’est MON Banquier) veut me voir, pour me connaître dit-il, cela tombe bien, j’ai besoins d’espèces. Jusqu’à ce jour, les banquiers se foutaient pas mal de moi, et soudain, je les intéresse. Je passe donc une première fois à la Banque Mère, celle qui a encore un coffre et je demande 3000 euros, en espèces !! Monsieur, avec votre carte, vous ne pouvez obtenir que 500 euros par semaine ! Là je commence à me sentir nerveux, j’insiste et la gentille caissière, qui n’y est pour rien appelle son responsable. Cet élégant, en costume cravate, comme moi quand j’étais encore en activité me pose alors la question qui fâche : C’est pour quoi faire ? Comme Coluche, je lui réponds : RIEN ! Il n’insiste pas et me fait descendre dans la salle des coffres pour me rendre ce qui m’appartient.

Ce n’est pas fini, la semaine suivante, histoire de taquiner MON Banquier et de faire passer les indicateurs de retrait d’espèces au rouge- j’imagine SARKO devant son écran, qui téléphone à BUSH en disant, on en tient un qui finance Al-Quaida, libère vite une place à Guantanamo- Je me rends dans ma petite agence, avec son petit directeur qui n’a même pas de petit coffre et je lui demande 4000 euros, en espèces ! L’hôtesse d’accueil, m’indique gentiment, une fois de plus que je suis limité a 500 euros, je le sais, je m’en tape ! Elle appelle donc son directeur de petite agence, qui cela tombe à pic, insistait depuis des semaines pour me voir, il me voit, moi aussi et me repose la question qui fâche : C’est pour quoi faire ! J ’hésite entre un week-end présidentiel, des maitresses qui coutent cher et finalement je me ravise : Pour acheter des bonbons (parce que les fleurs c’est périssable). Il devient pâle et commence à transpirer et tente de m’expliquer, que c’est la loi, rien que la loi. Là dessus je lui réponds calmement que : la loi n’interdit pas le mensonge, ça se saurait, on n’écrirait pas n’importe quoi sur les prospectus électoraux, sinon on manquerait de prisons, que de plus depuis plus de trente ans AUCUN banquier ne m’a JAMAIS dit ce qu’il faisait avec mon argent, tous les mois dans ses coffres ou pour payer des souliers neufs à Dumas. Pourquoi ne le place- vous pas ? Je le ferai - peut-être - lorsqu’on pourra me garantir que ce n’est pas pour « fabriquer des Chômeurs ou des pauvres » ! Et les voleurs, vous n’y songez pas ? Si si Bien sûr ils sont CHEZ VOUS, sur internet, en Suisse , au Lichtenstein, au Luxembourg .... , ça paye bien plus que la poche d’un vieux Picard de cent kilos, en pleine forme, prêt à vous « fout in marniouf sut gif » !

J’ai cru discerner des yeux larmoyants, de rage peut-être et il est rentré dans son petit bocal, analyser « ses courbes de tendances ». La gentille employée m’a alors donné une carte que j’ai dû mettre 6 fois dans le distributeur pour récupérer ce qui est à moi, pas à la Banque !.

En fait je suis rentré en résistance, comme mes anciens en quarante, depuis que je suis au chômage, je paye en espèces, pour occuper les caissières, parfois il m’arrive d’être distrait et de passer à une caisse qui ne prend pas d’espèces, alors je pars en laissant TOUT sur le tablier, je vais plus loin. Je paye aussi avec des chèques minutieusement agrafés (les trieuses n’aiment pas ça) pour obliger une intervention manuelle, bref je fais toujours au plus compliqué, je n’utilise jamais une caisse automatique et je me permets parfois d’expliquer a ceux qui y passent qu’ils sont en train de faire des chômeurs, j’ai tout mon temps, maintenant je suis retraité. De plus, avec des espèces, il est beaucoup plus facile de visualiser ce qui reste pour vivre et on « consomme » nettement moins.


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (107 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article


  • Capone13000 Capone13000 3 avril 2010 09:58

    Notre seul pouvoir est le libre arbitre d’acheter ou pas, et il est vrai que nous nous en servons peu. Pourtant ca serait radical et immédiat. Vous imaginez si 50% des francais arretaient d’acheter une marque du jour au lendemain ?


    • Ronald Thatcher rienafoutiste 3 avril 2010 14:18

      Boycocoricoooooooo...


    • PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP 4 avril 2010 08:25

      La chose est on ne peut plus simple. Juste un appel à relayer sur le net. Mais la vraie question est « sommes nous encore un peuple de rebelles ? ». J’en veux pour exemple de « no sarkozy day » du mois dernier. Le même évènement en Italie avait rameuté des centaines de milliers de manifestants. Chez nous quelques poignées, par ci par là. A regarder les sondages on aurait pu s’attendre à un déferlement de mécontents. Que nenni. Alors je pense qu’il en serait de même pour un appel à la résistance économique. Personne ne voulant contrarier ses petites habitudes et laissant à son voisin le privilège d’aller défendre les intérêts communs . J’ai déjà retiré la plus grosse partie de mon argent de la banque, je n’achète aucun produit venté par la publicité, je n’achète que ce dont j’ai besoin et jamais à crédit ( à part , ma maison pour des raisons évidentes de prix). Le « no sorkozy day » j’y étais, nous étions une trentaine au plus. Mais voilà : seul ou à quelques uns , nous ne changerons rien. Si la prise de conscience n’est pas immédiate et la réaction forte, alors tant pis pour nous, si nous continuons à vivre comme des animaux, nous finirons à l’abattoir . Cela me rappelle une phrase du film « PRÉSIDENT » avec Albert Dupontel : à un moment le conseiller ( Claude Rich) du président lui dit parlant d’un discourt à venir « Vous parlez à des veaux et les veaux il faut les flatter ». Si quelques uns parmi nous se sentent une âme de taureau , alors peut être que...


    • ObjectifObjectif 4 avril 2010 09:15

      La plupart des humains sont englués dans leur charge émotionnelle quotidienne, dont ils ne sortent souvent que par la maladie ou la douleur.

      Le bouche à oreille est le meilleur moyen de propager la prise de conscience : si vous en parlez à 3 personnes, que chacune en parle à 3 personnes, il suffit de 16 propagations pour couvrir la France, et plus :

      3 puissance 16 = 129 millions


    • Sayris 4 avril 2010 12:48

      Pour Info chez moi 3 puissance 16 ça donne 43 046 721 et pas 129 millions. Suivant votre exemple de 3 personnes qui cause à 3 autres personnes et ainsi de suite, la formule exacte est une suite mathématique qui s’exprime comme suit :


      U0 = 1 et U(n+1) = 3 puissance(n) + U(n) 

      Pour n=16 on obtient : 64 570 080 personnes.

      Sinon pour revenir à l’article, retirer tout en liquide peut être dangereux car il suffit que la monnaie papier devienne illégal pour se retrouver avec un gros soucis. le patron de Visa soutient qu’en 2012 seul l’argent électronique sera autorisé. A mon avis il est bien placé pour faire cette annonce, ce qui induit que les projets de loi sont déjà dans la pompe et viendra le moment venu. Les banques on déjà le pouvoir ! 
      Comment s’en affranchir ? je ne sais pas trop. Consommer que se dont on a besoin, éviter les crédits, utiliser une monnaie paralléle ... 

    • aye 4 avril 2010 14:30

      Retirez ce que vous avez en louis napoléons de 20 fr et mettez les à l’abri chez vous.
       


    • ObjectifObjectif 4 avril 2010 22:11

      @Sayris :

      Merci pour la rectification, je me suis mélangé les pinceaux en étant pressé, sans vouloir donner les détails. Vous confirmez qu’il suffit bien de 16 niveaux de bouche à oreille (sans doublon smiley pour couvrir la France.

      129 millions, c’était 3 puissance 17.

      Sinon, les solutions sont à chercher coté SEL et SCEC...


    • Yoann Yoann 22 août 2010 20:03

      Depuis le temps que je le dis, c’est le seul bulletin de vote qu’il nous reste ... Un boycott de toutes les marques qui se prennent pour dieu le père serait vraiment bon mais n’y aurait-il pas trop de moutons ?
      Pour retirer tout son argent de la banque, ça je n’y avais pas penser, c ’est pas mal du tout, mais n’y aurait-il pas aussi trop de moutons ?
      Les gens ne captent plus rien, la pensée unique fonctionne à merveille, le plus dur à constater, c’est que ce sont les gens « éduqués » qui comprennent le moins ou qui ne veulent pas se mettre sur la touche, il faut suivre la masse à tous prix, être comme les autres ... smiley


    • Raymond SAMUEL paconform 3 avril 2010 09:59

      Bravo, je dis.
      Ancien petit entrepreneur, je suis en guerre avec eux depuis presque cinquante ans.
      L’argent doit être chez ceux qui en ont besoin pour travailler, pas dans des coffres appelées « banques ».
      Il faut construire autre chose. Le numérique le permet. Avis aux spécialistes.


      • Defrance Defrance 3 avril 2010 10:09

        Le seul probleme est de faire changer la loi qui oblige tout salarié a avoir un compte en banque ? Pour commencer il faudrait envisager une action de retrait de grande envergure sur une semaine, un mois, ou plus pour montrer que le peuple est capable de les mettre a genou ?


      • ObjectifObjectif 4 avril 2010 22:15

        Je trouve votre proposition des lundi 12 et mardi 13 juillet de très bonnes dates, juste avant une fête très symbolique.

        Comme il faut être concret, propageons cette date !


      • FRIDA FRIDA 3 avril 2010 10:17

        Il faut avoir la conscience d’être acteur de sa vie pour réagir en conséquence, mais si les gens sont guidés par une image, un idéal à atteindre comment voulez vous faire,
        une fois j’ai conseillé à quelqu’un de changer sa banque et d’aller à l’ancienne poste, vue que les frais n’étaient en rien comparables à ceux pratiqués par sa banque et il s’est senti presque insulté, quoi ?? la poste ??? la banque des pauvres, sortir un chéquier de la poste et un chéquier BNP, ce n’est pas la même chose,
        une collègue a souvent apprécié mes chaussures de qualités, et souhaitait connaître le magazin en question, d’autant plus que c’est des chaussures de marque (ce n’est vraiment pas la raison déterminante de mon choix, mais le prix jamais plus de 25€), c’était un magazin de dégriffe, mais elle a été génée par son côté populaire, mal situé, il n’y avait pas de vendeur, pour s’occuper d’elle, etc, elle préfère mettre 100€ et plus pour la même chose,
        mais dans leur tête, ces gens, sont satisfaits, ils courent derrière une image et ils sont prêts à y mettre le prix, y compris leur peau.


        • gimo 3 avril 2010 10:44

          FRIDA

          bien vu

          c’est ce monde de zombi que 70% qui ne sont « personne » to be ,,no !! to be 
          cherchent a être
          quelqun à travers une marque un faux semblant ils ne sont jamais été eux même
          donc un vide dans leur tête 
          un bateau à la dérive sans pilote
          qui traverse la vie ( la mèr)
          manque de maturité et de construction de soi même un tas de chair qui marche
          sur deux pattes
          bref  !! des malades éxistantiel conformistes
           et soumis avec leur soeur « ’la peur
          à l’intérieur d’eux »)
          a blâmer !!!
           


        • PhilVite PhilVite 3 avril 2010 10:20

          J’aime bien cette idée de retirer son argent des banques pour le mettre à l’abri des voleurs.

          La révolution des valeurs est en bonne voie ! 


          • Alpo47 Alpo47 3 avril 2010 10:50

            Pour moi, c’est fait, la moitié de mes économies sont en cash. Et j’attends que les mauvaises nouvelles s’accentuent pour retirer le reste.
            Félicitations à l’auteur : « Ils ne sont puissants que parce que nous sommes à genoux ». Le seul changement qui apporterait une amélioration à la majorité passe par un changement d’attitude de cette majorité. Cette forme de « résistance passive » est une très bonne idée, sinon que si elle se généralise, « ils » réagiront en adaptant la réglementation. (plus de X euros, c’est surement pour financer Al Qaida, n’est ce pas...).

            Notre monde ne changera que si NOUS changeons.


            • Defrance Defrance 3 avril 2010 13:33

              J’etais en Allemagne au moment du Clash de la Finance US . J’ai vu des queuesx impressionnantes aux guichets (pour éclater leurs comptes sur leurs enfants, parents ... le gouvernement avait garanti 10 ou 20 000 euros par compte) D’autres venaient tirer les derniers euros ded leur compte et les banquiers étaient affoles devant leurs coffres ouverts pour montrer qu’ils étaient vides !


            • Pascain Pascain 3 avril 2010 15:20

              A trop attendre ...


            • piroliat 3 avril 2010 11:57

              pour moi, c’ est fait aussi.


              • Bigre Bigre 3 avril 2010 12:19

                Le boycot des caisses sans personnel est une résistance facile.

                Quand il m’arrive encore d’aller dans un supermarché, j’explique bien fort à mes enfants, à l’approche des caisses, pour que les autres clients entendent, que les caisses sans personnel ne paient pas de cotisation de retraite, pas de contribution à la sécu ...

                Et je paie en liquide aussi.
                et je renonce aux cartes des enseignes, pas envie d’être fliqué....

                Facile, et ça me fait sourire en plus !


                • sergio 3 avril 2010 12:35

                  Bravo , je pratique cela aussi .
                  soyons + nombreux


                  • Tristan Valmour 3 avril 2010 12:38

                    Excellent dans l’ensemble à ceci près que le coût de l’intervention manuelle sur les chèques agrafés est pris en compte par l’entreprise et se répercute sur le coût des produits et services vendus. Ce genre d’action ne dérange donc personne.

                     

                    J’observe également que les TPE/PME se font de plus en plus crédit entre elles, sans passer par les banques, qui de toute façon ne prêtent pas d’argent.

                     

                    Je renouvelle ici une suggestion réalisable : vendre des biens et des services de qualité sous forme d’association. Ecart de rémunération des salariés de 1 à 3, puis de 1 à 5. Pas de licenciement si le salarié travaille bien et si les comptes sont ok. Clientèle captive car confiante. Voir s’il est possible de proposer différents prix pour un même produit (en fonction du statut adhérent/non adhérent.). Budget communication (publicité, conditionnement…) réduit à sa plus stricte expression, donc produits moins chers. La communication est moins une affaire d’informer le consommateur que de prendre des parts de marchés aux concurrents. Aussi, avec une clientèle captive, pas de concurrents. Association = pas de dividendes à payer, donc baisse des prix. Cette association pourrait labelliser des entreprises indépendantes qui respecteraient des normes de production humaines (conditions de travail, écart des rémunérations…). Une association permet de créer tout type d’activité, même une banque je crois. Une association n’appartient à personne. Que faut-il pour démarrer ? Des fonds : dons ou prêts. Commencer par les produits de nécessité et labelliser les entreprises. Fonctionnement sur la base de la démocratie directe.

                     

                     


                    • ObjectifObjectif 4 avril 2010 22:19

                      Bonne idée, mais il ne faut pas le faire avec de l’argent officiel contrôlé par les banques, il faut le faire avec un SEL ou un SCEC


                    • Defrance Defrance 3 avril 2010 12:44

                      Merci a tous ,

                       Je constate avec surprise que le Bon Sens fait son petit bonhomme de chemin ! J’ai oublie de dire, une chose importante, que pour en arriver là j’ai passé la télé par la fenêtre il y a bientôt dix ans et vous ne pouvez pas imaginer comment cela change une famille !


                      • Bigre Bigre 3 avril 2010 13:34

                        Supprimer la télé .... oui c’est une autre caractéristique que nous avons en commun donc.

                        Préalable à la réflexion ou conséquence ?

                        Et je confirme, cela change toute la famille, y compris le confort du salon, réaménagé pour d’autres activités plus ludiques ! Que de temps gagné !

                        Et quand je lis que les Français se lobotomisent plus de 3 heures par jour, je comprend mieux .... hélas.


                      • Defrance Defrance 3 avril 2010 13:56

                        @ Bigre

                         En fait le depart de la boite a enconnarder est le détonateur qui explose quand on a commencé a se poser la question du « Pourquoi » tant de gens sont dressés comme les moutons de Pabnurge


                      • georges94 3 avril 2010 19:07

                        Il y une autre façon de faire : choisir les programes que l’on regarde et commenter pour ses enfants ce qui est dit et montré pour leur aiguiser autant que faire se peut l’esprit critique


                      • ObjectifObjectif 4 avril 2010 22:25

                        Sauf que la télé, ce n’est pas seulement le verbal : c’est surtout l’effet psychologique de « capture » de l’attention et de « l’injection » des émotions, et de manière inconsciente.

                        Si vous êtes conscients de la moindre sensation d’émotion dans votre corps, vous pouvez essayer d’apprendre à vos enfants cette sensation à vos enfants.

                        Mais ils risquent bien d’en être prisonnier malgré eux, et malgré vous : c’est l’histoire du joueur de flute, voyez vous ?


                      • herbe herbe 3 avril 2010 12:46

                        sur le fond je souscrit à toute initiative visant à promouvoir la liberté donc la fin des servitudes y compris économiques ( et donc celle qui peut être aussi volontaire).

                        Sur la méthode je souhaite de la prudence.

                        En effet la catégorie des banquiers n’est pas homogène. Il existe des banques sociales et solidaires ( ex : http://www.credit-cooperatif.coop/ ).
                        Une décision serait de privilégier celle ci ...

                        En outre pour les banquiers traditionnels qui sont soumis à des exigences contradictoires y compris de leur clients, peut-être faudrait-il en tant que client ( comme en tant que consommateur selon un commentaire éclairé plus haut) souhaiter et pratiquer une autre forme de collaboration avec ces banquiers.

                        Il faut leur faire bien comprendre par nos choix ( peut-être pas aussi radicaux que la coupure simple des comptes, mais ça reste une alternative utilisable en dernier ressort) et nos souhaits qu’ils sont à notre service et pas l’inverse. c’est cela le métier de banquier au fond un métier de services là aussi avec une préoccupation d’équité.
                        Sinon c’est vu comme une guerre ou strict conflit d’intérêts sachez que certains gros intérêts appliquent déjà cette méthode de menace vis à vis des banquiers qui n’ont pas fini de suer ...

                        A suivre...


                        • Defrance Defrance 3 avril 2010 13:21

                          Je suis bien d’accord avec vous, sauf que , en dehors des grandes villes, il est quasiment impossible de les trouver ? Ces banques devraient avoir des succursales mobiles, itinérantes pour se faire connaitre .


                        • herbe herbe 3 avril 2010 14:25

                          C’est vrai ! mais pour l’instant ...

                          Mais dans cette dynamique entre l’offre et la demande, si il y a demande, l’offre s’enrichira ...

                          Votre article lui même est une pierre dans la fondation d’un nouvel édifice plus vertueux ...


                        • herbe herbe 3 avril 2010 15:35

                          En rappelant que je n’ai aucun autre intérêt qu’une sympathie profonde pour le concept,

                          voici la carte de couverture agence :

                          http://www.credit-cooperatif.coop/agences/carte/

                          Il y a aussi une agence de banque directe fournie (voir lien) pour pallier au manque d’agences

                          C’est un bon début non ?


                        • ObjectifObjectif 3 avril 2010 17:16

                          J’ai bien peur que vous vous laissiez abuser par des mots, tel un électeur moyen.

                          Cette banque que vous nous vantez, c’est le groupe banque populaire et caisse d’épargne, vous savez, les promoteurs de l’escroquerie natexis.

                          A part les mots du nom, je ne vois rien qui distingue cette banque des autres banques.


                        • eugène wermelinger eugène wermelinger 3 avril 2010 17:30

                          à Herbe :

                          cela fait partie de :
                          Le Groupe Banque Populaire
                          vu sur le lien transmis. 
                          Donc bonnet blanc et blanc bonnet.

                        • herbe herbe 3 avril 2010 18:17

                          eugène,

                          sur le lien je trouve ceci :
                          http://www.credit-cooperatif.coop/le-groupe-credit-cooperatif/qui-sommes-nous/un-groupe-national/

                          et Banque Populaire n’apparait qu’ici en tant que participation à caractère entrepreneurial :

                          http://int.credit-cooperatif.fr/fileadmin/doc/PARTIE_GROUPE/Schema_Groupe_avec_BPCE_sept _2009.pdf

                          De façon un peu plus lisible on trouve une bonne description des interactions :

                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9dit_coop%C3%A9ratif

                          Et donc pour moi ce n’est pas « blanc bonnet bonnet blanc » puisque la structure comme il est dit ici extrait de wikipedia est sans ambiguïté :

                          "

                          Capital 

                          Le Crédit Coopératif est une société coopérative : ses parts de capital s’appellent parts sociales et ses associés se nomment sociétaires.

                          C’est peut être la seule banque coopérative en Europe dont les sociétaires, ceux qui ont les droits de vote en AG, sont des personnes morales (et pas des personnes physiques).

                          Coopérative créée par des entrepreneurs coopératifs pour financer leurs entreprises, sa vocation est de concourir au développement des entreprises de l’économie sociale (associations, coopératives, organisme de logement social, fondations, services d’intérêt général...).

                          Ce qui n’empêche pas que son capital comprenne des parts sans droit de vote destinées aux particuliers, qui ainsi participent à élargir sa capacité d’action.

                          En outre, Natixis, véhicule coté commun au Groupe Banque Populaire et au Groupe Caisse d’Epargne, détient 20 % du capital du Crédit Coopératif sous la forme de certificats coopératifs d’investissement (CCI), valeurs mobilières sans droit de vote."

                          Attention donc aux termes : par exemple CCI !

                          Un autre site à consulter : http://www.lanef.com/


                        • gimo 3 avril 2010 20:46

                           herbe
                          mais !!!!!!! la banque populaire est a toujours été une coope a capital variable !!!


                        • herbe herbe 3 avril 2010 21:09

                          gimo,

                          pour être plus précis d’après mes sources, La Banque populaire est une banque mutualiste ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_mutualiste ) il parait que ce vocable mutualiste a une nuance subtilement différente de coopérative.
                          La Banque Populaire a comme société mère la BPCE de forme juridique type SA à directoire et conseil de surveillance.

                          Mais bon au delà de ces machins choses de structures etc je pense que ce qu’il faut retenir c’est bien ce que l’auteur nous présente comme attitude de résistance ( il pourrait y en avoir d’ailleurs plusieurs) et en ce qui concerne la mise en pratique mon idée était de tenter de faire une distinction entre bon et mauvais ( voire même comme le suggère Shou plus bas de subtilement manœuvrer par le jeu avec les mauvais) donc que de joyeuses perspectives donc ...


                        • ObjectifObjectif 3 avril 2010 23:15

                          "Ce qui n’empêche pas que son capital comprenne des parts sans droit de vote destinées aux particuliers, qui ainsi participent à élargir sa capacité d’action."

                          Des part du capital sans le droit de vote, où seuls ds personnes morales sont actionnaires à drot de vote, c’est le nom de la coopérative, mais pas la réalité d’une coopérative.

                          C’est la Banque Populaire (tout un programme) et les caisses d’épargne qui ont fait le forcing auprès de leurs clients, en leur vantant l’absence de risques, pour leur vendre les actions natexis, avant qu’elles ne s’écroulent.

                          On est loin de l’éthique d’une coopérative.


                        • gimo 4 avril 2010 00:51

                          herbe 
                          il fut un temps ou jai moi même eté sociétaire cooperatf de la banque populaire
                          donc avec des actions 

                          maintenant avec cette nouvelle fution bp et ce ils ont créer une holding
                          qui chapeaute


                        • eugène wermelinger eugène wermelinger 4 avril 2010 10:27

                          On peut encore ajouter :

                          - Crédit Mutuel,
                          - Crédit Agricole,
                          - Groupama banque

                          et vraisemblablement d’autres où les « clients » peuvent aussi être sociétaires dans l’esprit coopératif ou mutualiste, et où ils ont le droit de diriger (en principe car en réalité partout une « nomenklatura » interne gouverne à sa guise dans le droit esprit bancaire français et mondial.)



                        Ajouter une réaction

                        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                        FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès