• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « La Mouzaïa », ou la campagne à Paris

« La Mouzaïa », ou la campagne à Paris

Mouzaïa est le nom d’un col algérien où s’est déroulée en 1840 une bataille opposant les troupes du Duc d’Aumale à celle d’Abd-el-Kader. C’est aussi le nom d’une rue du 19e arrondissement de Paris, au cœur d’un quartier au charme désuet, fait de petites maisons individuelles blotties les unes contre les unes dans des allées piétonnes. Les beaux jours revenus, ces paisibles ruelles, égayées par les chants d’oiseaux, sentent bon le chèvrefeuille, le jasmin ou le lilas...

JPEG - 666.1 ko
Quartier de la Mouzaïa (photo lebonbon)

Quiconque se rend à Paris sur les hauts de Belleville se trouve confronté en arrivant place des Fêtes à un univers urbain contemporain caractéristique des années 70, avec sa dalle de béton centrale et ses immeubles de grande hauteur aussi écrasants qu’austères. Certes, la dalle a été réaménagée dans les années 90 et plantée de quelques bosquets verdoyants, mais l’ensemble n’en donne pas moins une impression de cité moderne froide et déshumanisée.

On est là sur l’ancienne Butte de Beauregard au bord de laquelle s’élevaient au 18e siècle une demi-douzaine de moulins répartis sur un axe est-ouest. Tous occupaient approximativement l’emplacement actuel de la rue de Bellevue. Une voie étonnante, cette rue de Bellevue, sans aucun doute l’une des plus contrastée de la capitale d’une rive à l’autre : côté sud, les empilements bétonnés des immeubles édifiés sur la place des Fêtes ; côté nord, une série de villas (allées) composées de charmantes maisonnettes mitoyennes possédant chacune un jardinet : villas Félix Faure, Sadi Carnot, des Lilas, de Bellevue, Émile Loubet et Eugénie Leblanc.

Traverser la rue de Bellevue, c’est changer d’univers ; c’est passer de la ville moderne et ses rumeurs à la quiétude d’un habitat du 19e siècle à taille humaine niché dans d’étroites allées piétonnes éclairées, la nuit venue, par des lampadaires Oudry tout droit sortis des films de Marcel Carné ou des photographies de Willy Ronis. Larges de deux mètres environ, les chaussées de ces villas parallèles – le plus souvent pavées – descendent vers la rue de Mouzaïa dans laquelle elles débouchent, de même que la villa d’Alsace amputée de sa partie sud. De l’autre côté de la passante rue de Mouzaïa s’ouvrent les villas de la Renaissance et du Progrès, la villa de Lorraine ayant elle aussi été amputée de sa partie sud par des constructions plus récentes. Ces villas débouchent à leur tour sur la rue de la Liberté ou la rue de l’Égalité au-delà desquelles s’ouvrent encore d’autres villas : Alexandre Ribot et du Danube vers la rue David d’Angers ; Amalia, de Fontenay et Marceau vers la rue du Général Brunet.

Au total, les villas du Quartier de la Mouzaïa comptent environ 250 maisons d’origine aux façades de brique rouge dont beaucoup sont désormais peintes d’une couleur pastel. Ces habitations, de nos jours très prisées des bobos, ont été construites dès 1879 pour les premières d’entre elles par l’architecte Paul-Casimir Fouquiau. Ce bâtisseur était évidemment bien loin d’imaginer quel type de population les occuperait des décennies plus tard. À cette époque, c’est en effet à des ouvriers carriers qu’elles étaient destinées : ceux qui, dans les entrailles de la Butte de Beauregard extrayaient le gypse destiné à la fabrication d’un plâtre de grande qualité dont une partie était exportée outre-Atlantique. On dit même – sans que la chose ait été établie avec certitude – que ce plâtre aurait été utilisé lors de la construction de la Maison Blanche. D’où le surnom de « Carrières d’Amérique » donné à l’époque au site d’extraction de la Butte Beauregard.

Les oiseaux de la Mouzaïa

Serrées les unes contre les autres dans les différentes villas, les maisons de Fouquiau sont toutes bâties sur un même modèle à un seul étage, le sous-sol truffé de galeries n’ayant pas permis d’édifier des habitations de plus grande hauteur : au rez-de-chaussée, une fenêtre et une porte étroite, coiffée d’une petite marquise ; à l’étage, une ou deux fenêtres ; le tout donnant sur une courette depuis longtemps transformée en jardinet d’agrément où voisinent ici une glycine, là un oranger du Mexique, avec un modeste mobilier d’extérieur propice à écouter le chant des mésanges, des rouges-gorges ou des merles moqueurs qui narguent les chats du voisinage.

Le quartier ne se limite pas toutefois pas aux maisons de Fouquiau. Passée la rue du Général Brunet en direction du nord-ouest s’ouvrent, de part et d’autre de la rue Miguel Hidalgo (rien à voir avec l’actuelle maire de Paris !) d’autres villas datant des premières décennies du 20e siècle : d’Hauterive, de Cronstadt, des Boers, Claude Monet, Jules Laforgue, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud. Plus question dans ces ruelles de maisons ouvrières, mais plutôt d’habitations bourgeoises, toutes différentes les unes des autres, certaines dotées de chiens assis ou de belles marquises, d'autres de colombages à la mode normande, ou bien encore de barres d’appui en fer forgé aux fenêtres.

Autre incontournable à ne pas manquer dans le quartier : le Hameau du Danube. Situé au n°46 de la rue du Général Brunet, ce lieu privé s’ouvre en boucle derrière une barrière en bois. Il recèle, dans un cadre bucolique, un charmant ensemble de 28 maisons construites en 1923 et 1924 pour les classes moyennes par les architectes Georges Albenque et Eugène Gonnot. Hélas ! le hameau n’est pas en accès libre ; il faut donc, pour y pénétrer, s’en remettre à l’autorisation d’un résident ; un pari heureusement facilité par la convivialité du lieu, bien loin des circuits touristiques.

Tout près du parc des Buttes-Chaumont – particulièrement majestueux en automne –, le Quartier de la Mouzaïa offre de nombreuses perspectives de découvertes patrimoniales au fil de la balade dans un périmètre relativement modeste. Un patrimoine surprenant et chargé de poésie dont la plupart des Parisiens ignorent eux-mêmes l’existence, faute d’être allés explorer ces lieux autrefois dévastés par les vestiges des anciennes carrières. Il est vrai qu’il existe à Paris d’autres quartiers peu connus ou voies secrètes également pleins de charme. À chacun de les découvrir en parcourant à pieds les rues de la capitale au gré de son inspiration, ou en se référant aux articles consacrés à ces lieux tranquilles où il fait bon flâner lorsqu’ils ne sont pas bunkérisés, à l’image de la Villa Montmorency, le « ghetto du Gotha ».

Pour visiter le Quartier de la Mouzaïa, rien de plus simple : il suffit de prendre le métro et de l’aborder en descendant à l’une des stations de métro suivantes : Place des Fêtes au nord (lignes 7 bis et 11), Botzaris à l’ouest (ligne 7 bis) ou Danube au nord (ligne 7 bis). Quant aux personnes qui hésiteraient à s’y rendre, qu’elles ne manquent pas de lire ce superbe opus du blog « À l’encre violette » : « Y’a toujours des oiseaux à la Mouzaïa ». Impossible, après avoir lu ce texte, de ne pas succomber immédiatement à l’irrépressible envie de découvrir le quartier. 

* Pour avoir une idée de la taille des carrières, il suffit de savoir que la station de métro Danube, construite en souterrain dans des remblais anciens, a été bâtie sur des piliers de béton enfoncés dans le sol ferme, à plus de... 33 m de profondeur sous les quais !

Autres textes en rapport avec Paris  :

Paris : les bains-douche du Moyen Âge à nos jours (août 2016)

1957 : le cinéma et moi (juin 2016)

Paris au temps des abattoirs (mai 2016)

Le Procope, de l’Encyclopédie au Bonnet phrygien (mars 2015)

Années 50 à Paris : les petits métiers de la rue (février 2014)

Paris insolite : de la Petite Alsace à la Petite Russie (août 2013)

Connaissez-vous la plus vieille maison de Paris ? (février 2012)

Villa Montmorency, le « ghetto du Gotha » (juin 2011)

Montmartre : bienvenue au 12 rue Cortot (juin 2011)

Quel avenir pour le « Bal Nègre » ? (décembre 2010)

Dans la caverne d’Ali Baba (mars 2010)

Lieu de fête, lieu de honte, le « Vel’ d’Hiv’ » aurait 100 ans (février 2010)

L’étonnante histoire de « Fort Chabrol » (janvier 2010)

Dupuytren, ou le musée des horreurs (novembre 2009)

21 rue des Rosiers (juin 2009)


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • eric 27 octobre 2016 09:46

    Un endroit passionnant et potentiellement explosif...

    Oui, il y le lila et le jasmin.

    Il y a surtout une rare cohabitation. Mode d’emploi pour vivre ensemble...

    Les riches acheteurs bobo de maisonnettes avec jardin sont parmi les gagnant de la mondialisation.

    On a quand même des m2 à 8000 et plus dans le coin. A deux pas, de vieux immeubles avec des FdS retraités,

    Les nouvelles populations ont réussi à virer le prolo français grâce à la bulle immobilière, mais aussi à un marché de l’emploi très spécialisé. Les pauvres travaillent dans les services à la personne. Souvent au plus bas niveau ; C’est un quartier de rêve pour trouver infirmier à domicile, femme de ménage, nounous...Heureusement, ceux-ci, grâce notamment au élus qui vont bien, trouvent, eux, des logements HLM prêt de leur travail. Comme les femmes de ménage sont au black, les revenus de la famille permettent en effet d’être prioritaire. Le prolo de souche, à bac plus queque chose, est évidemment inemployable . Comme l’a montré Guyli, il se barre en province. Mais il en reste un peu...On trouve aussi des rsaistes par vocation, ds précaires, des intermittents du spectacle, ayant les relations qu’il faut. Pas loin, des HLM ou des immigrés récent rackettent leurs collègues chinois.

    Les écoles privées, de préférence catho. connaissent des files d’attente considérables. Des gamins de bobos, auto nommé Blazer noir ratonneraient les gosses migrants, rapporte un sociologue.

    Sur le plan gastronomique, c’est top. Le bon couscous du coin pas cher voisine avec l’établissement branché. Il faut dire qu’il y a du temps libre et du fric dans le coin...

    Allez, je ne vais pas donner des nom, mais j’ai de riches copains écolos alter écolos progressistes, qui, depuis leur maison avec parc arboré sur belleville, donnaient des leçon de vivre ensemble à toute la famille...Oui, mais les gosses ont grandis...

    Ils ne sont pas les seuls. Hors, les syndicats de l’éducation nationale ont contingenté les places dans le privé :

    Donc, dès le primaire, il faut mettre vos enfants au cathé, les scouts sont un pus. Participer outrageusement à la fête paroissiale. Parfois, cela ne suffit pas. Il faut trouver une place dans un quartier éloigné. Mais ce n’est pas grave. La solution est proche du problème ; Tu prends une nounou au black et c’est elle qui se tapera le métro le matin avec tes gosses de 5 ans...

    Les vrais problème vont arriver lors de la ré-allocation des HLM à la génération suivante : les gosses des « en place » actuel« ou les enfants des bobos qui ne pourront pas tous tenir à la Mouzaïa ?
    Enfants mutants d’écolos bio, sur de leurs droits, mais formés par les bonnes sœurs d’extrême droite, il sauront expliquer pourquoi il faut virer les migrants troisième génération à leur profit au nom du progrès social.

    MaIs cela ne nous dit pas ou ils trouveront leurs nounous...

    En excluant la région parisienne des zones de »mise à l’abri" des calisien, le gouvernement de gauche fait peut être une grave erreur politique...

    Pour que nos enfant soient bien gardés en socialie il faut en effet qu’un pauvre chasse l’autre...


    • Fergus Fergus 27 octobre 2016 11:44

      Bonjour, eric

      En effet, il y a dans ce quartier et ses alentours une très grande mixité sociale directement calquée sur la nature de l’habitat. Avec toutes les conséquences sociales que cela entraîne, positives ici, négatives là lorsque les lois de la rue prennent le pas sur l’éducation des jeunes.

      Vous parlez de 8000 euros le m², et c’est effectivement le prix atteint désormais par les maisons les plus recherchées, au cœur des allées tranquilles, notamment dans celles qui datent de « l’époque bourgeoise » des années 20 et 30.

      Toutes les « bonnes sœurs » ne sont pas d’extrême-droite, fort heureusement. Quant à virer « les migrants troisième génération au nom du progrès social », cela ne ressort pas d’une volonté délibérée, mais de l’action mécanique que joue le coût de l’immobilier sur l’habitat, tant en copropriété qu’en location dans les immeubles collectifs. On retrouve d’ailleurs cette problématique dans toutes les grandes capitales européennes.


    • Sacotin Sacotin 27 octobre 2016 15:12

      Bonjour Fergus,

       
      J’apprécie toujours autant vos articles, notamment ceux sur Paris. J’espère que vous en avez encore sous le coude.
      Cordialement.






      • Fergus Fergus 27 octobre 2016 15:43

        Bonjour, Sacotin

        Merci à vous. Oui, j’ai encore des idées d’articles sur Paris, mais je ne planifie rien : je les écris lorsque l’envie m’en prend, soit après un séjour dans la capitale, soit lorsqu’un thème particulier me revient en mémoire.

        Bien à vous !


      • Surya Surya 27 octobre 2016 17:33

        Bonjour Fergus, 


        J’aime bien la Mouzaïa, j’ai également visité le quartier, mais je lui préfère nettement ce quartier que l’on appelle (vraiment) la Campagne à Paris, situé dans le 20ème arrondissement, que j’ai trouvé beaucoup plus joli et moins encaissé, et, encore mieux, ce que j’appelle la Cité Fleurie dans le 13ème, mais je sais pas si ça s’appelle vraiment comme ça. Ca se trouve près de la place de Rungis, avec la rue des Iris, la rue des Orchidées... C’est ce coin là que je préfère.

        Et là je vais vous choquer, mais j’adore l’architecture des années 70 ! Je sais que vous n’aimez pas et c’est votre droit le plus strict, et tout le monde semble également détester et trouver ça froid et moche, mais en fait c’est loin d’être moche et je dirai même que immeubles étaient vachement beaux, c’est pourquoi j’en fais toujours la promo quand l’occasion se présente. Personnellement j’aime bien la place des Fêtes pour cette raison, même si ce n’est pas, je vous l’accorde, le plus bel exemple d’architecture des années 70. 

        Comparé à ce qu’on a fait ensuite dans les années 80, les années 70 c’était vraiment une période de grande inventivité en architecture je trouve. Et puis j’adore aussi, dans une autre décennie, Le Corbusier, na ! 

         smiley

        Merci pour ce très bel article et passez une bonne soirée smiley


        • Fergus Fergus 27 octobre 2016 18:01

          Bonjour, Surya

          Je connais bien également la vraie « Campagne à Paris », nom du lotissement lui aussi construit sur une ancienne carrière de gypse et principalement constitué des rues Siegfried et Irénée-Blanc, à deux pas de la porte de Bagnolet vers laquelle cascadent des escaliers. Destinées elles aussi à des personnes modestes, les maisons y sont plus grandes qu’à la Mouzaïa et les rues effectivement nettement plus larges.

          L’endroit est très séduisant, comme le sont effectivement, dans le 13e arrondissement, la Cité florale et les rues Dieulafoy et du Docteur Leray avec la belle homogénéité de leurs maisons aux toits très pentus, peintes elles aussi de couleurs pastel. Celles-ci, je les connais d’autant mieux que j’ai habité dans le 13e où réside encore ma belle-sœur, à deux pas de ces rues.

          Sur l’architecture des années 70, le fait est que je suis rétif à celle de la place des Fêtes. Mais il est des endroits qui me conviennent, à commencer par les trois tours dites des Pyramides à côté du métro Chevaleret : Khéops, Khephren (où j’ai longtemps habité) et Mykérinos. Vous devez certainement les connaître.


        • Ouam Ouam 28 octobre 2016 15:00

          @Fergus :

          « ....Je connais bien également la vraie « Campagne à Paris », nom du lotissement lui aussi construit sur une ancienne carrière de gypse et principalement constitué des rues Siegfried et Irénée-Blanc, à deux pas de la porte de Bagnolet vers laquelle cascadent des escaliers. Destinées elles aussi à des personnes modestes, les maisons y sont plus grandes qu’à la Mouzaïa et les rues effectivement nettement plus larges.... »

          hihihihi, tous ces coins mouzaia, les escaliers de bagnolet dont tu parles ou lorsqu’on monte en haut on voit jusqu’au 1er étage de la t effeil (ou avant que les bobos les virent il y avait un camp gitan), les citées plus bas ou toutes les femmes sonts embourkannées ou enfoulardées à l’afghanne grace aux freres sallafs (il y a meme un parti muslim sur les listes électoralles) et meme une assoc assez grande de comité anti drogue (oublié son nom) tellement que certains n’en peuvent plus, et des que la police interviens, c’est toujours avec l’hélico en appui, bref une belle zone de la mondialisation heureuse, qui est comme tu le constates une parfaite réussite sociale smiley

          Je trouve qu’ils devraient y installer Calais la bas, au point ou ils en sonts smiley

          C’est qd que tu visites certains coins de Pierrefite (la cité je sait plus le nom mais bien connue), stains, evidemment celles de bondy, et de bobigny, st denis, pantin (le bas), etc...

          T’a l’air d’ouvrir les yeuxs, c’est positif au moins ... sur la boboitude qui cotoie la pauvreté mais toujours...de loin, et qui bien sur ne mets pas ses propres gamins dans les écoles publiques du coin, mais dans la privée un peu plus haut puisque tu connais le coin de bagnolet sur le bvd, ou certaines parisiennes

          Vieux motard que jamais !

          On peut discuter de montreuil ou c’est la meme, ou du 20eme, ah le 20eme..ou le 19eme vers la rue de flandres... hummmm.... du pur bonheur aussi.

          Ps Place des fetes c’est des citées soft (c’est super moche les tours en béton) mais apres...

          Tu parles de la place ou il y à le marché ? la j’voit pas ?

          Le 13Eme en revanche (le quartier chionois) est tres tranquille, rien a voir avec bagnolet, stains, bondy et certaines zones du 19eme et 20eme, plus bas vincennes la pareil c’est des quarties ou les bobos bien pensants se réfugient des zones chariatiques (t’a pas une voilée la bas ou c’est super rare), laissant ces plaisirs de la vie aux sans dents smiley


        • Fergus Fergus 28 octobre 2016 16:07

          Bonjour, Ouam

          Mon propos n’était pas de me livrer à une étude sur la transformation sociologique des quartiers périphériques de Paris, mais de zoomer sur une curiosité architecturale dont on ne peut nier le charme.

          Pour ce qui est des bobos, j’ai moi-même souligné cette évolution dans l’article. Encore qu’il faille nuancer le propos : il existe encore dans les « villas » de la Mouzaïa des personnes âgées - d’origine souvent modeste - n’appartenant pas à cette catégorie de Parisiens nouveaux-venus dans le quartier.

          Je n’ai pas parlé de « marché ».

          Vincennes et Saint-Mandé sont des annexes de Paris, très bourgeoises. En l’occurrence une bourgeoisie juive dominante pour Saint-Mandé. Idéal pour manger casher dans le secteur ! Du moins quand il n’y pas un attentat.

          Pour ce qui est du Chinatown parisien, je connais là aussi très bien, ayant habité tout près et géré comme éducateur sportif pas mal de jeunes issus de ce quartier, et notamment des tours des Olympiades.


        • Surya Surya 27 octobre 2016 18:25

          Eh bien non, je les connaissais pas ! Je connais peu le quartier Chevaleret, c’est dommage. Merci de me l’avoir signalé. Elles sont pas mal du tout ces tours en effet.

          Il y a un immeuble à Courbevoie qui représente tout à fait ce que je veux dire, il est vraiment intéressant, et il serait un peu plus propre, ce serait parfait. Il y a des trucs à Beaugrenelle aussi que j’adore.
          Et que dire de la magnifique tour Ariane à La Défense ? En voici un petit bout  smiley

          • Fergus Fergus 27 octobre 2016 19:04

            @ Surya

            L’avantage avec une agglomération comme Paris et sa proche banlieue, c’est que l’on peut y trouver tous les types d’architecture, et par conséquent satisfaire tous les goûts. smiley


          • Surya Surya 28 octobre 2016 09:38

             smiley Fergus n’aime pas « ma » tour Ariane adorée, snif... smiley

            Tant pis, je resterai seeeuuule contre tous !! 

            passez un bon week end smiley

          • Fergus Fergus 28 octobre 2016 11:24


            Bonjour, Surya

            Ce n’est pas que je n’aime pas le genre de constructions que représente la tour Ariane, mais j’y suis indifférent. En revanche, j’apprécie la vue d’ensemble qui parfois peut-être très belle. Ce n’est pas le cas à La Défense ni même à Londres (trop hétéroclite) mais ça l’est en revanche en d’autres lieux, à l’image de Manhattan ou de Marina Bay à Singapour, ici photographiée en 2005.

            Bon week-end également !


          • Montdragon Montdragon 27 octobre 2016 21:00

            C’est si beau ce quartier..à visiter aussi la vraie Mouzzïa..Place des Fêtes !
            Ahhh le parfum de l’Orient !


            • Fergus Fergus 27 octobre 2016 22:45

              Bonsoir, Montdragon

              Le fait est qu’il y a plus de descendants d’Abd-el-Kader place des Fêtes que dans les allées de la Mouzaïa. L’occasion de se faire des amis pour aller déguster un bon tajine ! smiley


            • alinea alinea 27 octobre 2016 21:37

              À force, tu vas finir par nous faire aimer Paris !!
              Ton regard positif sur le monde ( dommage, tu n’as pas joint beaucoup de photos !) est précieux et tellement nécessaire par les temps qui courent ; merci, sincèrement.


              • Fergus Fergus 27 octobre 2016 23:10

                Bonsoir, alinea

                A Paris, il y a les grands monuments. Ils sont magnifiques pour la plupart, mais ce n’est pas ce que je préfère : dans les villes, ce sont avant tout les maisons, les lieux où vivent les gens qui m’intéressent. Et il ne manque pas à Paris d’ambiances particulières, avec ici et là un côté village sympathique.

                Merci à toi pour ton commentaire !


              • Ouam Ouam 28 octobre 2016 15:07

                @alinea :

                nan te fie pas à la photo, c’est une zone boboisée qui se trouve à deux pas du parc des buttes chaumonts, c’est pas du tout représentatif du nord est de paris.

                En fait tu à des zones pour les bobos tres riches (celle ci en est une), et le reste ou ce n’est pas du tout la meme ambiance qui y regnes.

                a +


              • Fergus Fergus 28 octobre 2016 16:28

                @ Ouam

                « c’est pas du tout représentatif du nord est de paris. »

                C’est le moins que l’on puisse dire, encore que le 19e soit très contrasté.

                « des zones pour les bobos très riches (celle ci en est une) »

                A nuancer : les 250 maisons de Fouquiau sont petites, et la superficie habitable ne doit pas y dépasser 70 à 80 m² à vue de nez. Cette surface réduite,ajoutée à l’absence de parking, en réduit le prix qui ne doit pas dépasser les 6500 euros le m², ce qui met l’achat d’une de ces maisons à moins de 500 000 euros. En revanche quelques maisons sur la rue de Mouzaïa et les maisons du début du 20e siècle situées dans les allées de la partie nord du quartier sont plus grandes et plus chères : avec des surfaces habitables (Carrez) de 120, 130 ou 150 m² et un prix frisant les 8000 euros le m², il faut débourser là nettement plus d’un millions d’euros.

                Question : à partir de quelle somme un bobo est-il « très riche » ? smiley


              • Ouam Ouam 29 octobre 2016 07:02

                @Fergus : 

                « Question : à partir de quelle somme un bobo est-il « très riche » ? »

                la réponse est facile, la tu parles de 500.000 euros pour un habitat

                500.000 / par un smic en supposant que la personne ne dépense rien pour vivre cela donne pécisement 500 mois, et 500 mois cela donne une vie entire de smicard rien que pôur se la payer 41,6666 années si tu veut que je soit très précis.

                De plus le prix des maisons que tu cites est souvent plus élevé que ces 500.000 Euros

                Tu me demande mon avis alors tu va l’avoir.

                Pour moi, tous les gens gagnant plus de 2000€ NET, on devrais tout prendre au bout ce qui dépasse cette somme cad 100% (*) pour les redisbuer par exemple à tous les autres necessiteux qui sonts dans la précarité sévère.

                Et c’est bien des GROS bobos, cad des pros de la mondialisation heureuse, ceux la, les memes qui donnent des lecons à la terre entiere, qui s’achetent ce genre de biens, qui mettent leurs chiards dans des écoles bourgeoises et qui pronent un vivre ensemble dans lesquel ils ne participent absolument pas !

                 

                (*) Et surtout ne me traites pas d’extrémiste, regarde ce qu’il s’est passé aux USA pourtant pays capitaliste par exellence sur les hauts revenus pendant une trop courte période de son histoire, cetait bien 90 ou 95% non ?.

                Pour ceux ne me croyant pas cf :

                http://rue89.nouvelobs.com/blog/graphique/2011/08/25/etats-unis-en-un-siecle-moins-dimpots-plus-dinegalites-218376

                 

                Et cette somme de plus serait variable, pour les gens ayant des boulots DIFFICILES, cad 2000€ NET pour ceux bossant dehors, p exemple : Maçons, couvreurs, plombiers, travail sur les routes, agriculteurs, égouttiers, flics, pompiers etc...

                Ceux bossant bien au chaud dans des bureaux 1500€ max ... au dessus de cette somme -> haircut du reste à 100% ou 95% direct comme les USA.

                Et concernant la rue Belgrand, celle partant de Bagnolet vs la Pt de bagnolet, tu a juste DEVANT l’hopital tenon un petit vieux qui dors dehors tous les jours et depuis des mois sous les intempéries, c’est un caucasien, tu n’a pas pu ne pas le voir

                Lui n’est pas logé dans des batiments ni aidé, tu ne peut nier, on est tous les deux du coin.

                 

                Idem tu ne peut nier les tentes QUESHUA sur cette rue ou des gens dorment dedans, dans une précaritée extreme, ainsi que les tres nombreuses personnes dans une misere absolue faisant la manche devant les magasins tous les 10metres.(que bizarrement tu n’a pas dans la rue de bobo style mouzaia, ni celle non plus le long des buttes)

                Il y a, à Pt de bagnolet au bout de la rue un mini camp de migrants avec des tentes, le canapé etc... ou ils font la manche au feu rouge.

                 

                Je me ballade bcp dans Paname, et ceci, j’ai pas du tout vi non plus dans les quarties chics du 7eme ni dans l’ile de la cité, ni le 15eme ni le (etc), ni sur le champ e mars...neuilly n’en parlons pas...c’est bizarre hein ? t’en pense quoi toi de ce fait ? puisque tu me pose des questions ...

                 

                Oui je persiste et je signe le bobo est bien plus haissable que le migrant qu’il fait lui venir pour baisser le salaire des prolétaires et amplifier encore la misère pour que les gens se déchirent encore plus entre eux et ne soient surtout pas occupées à revendiquer pour plus d’égalité salariale et de redistribution.

                 

                Destructurer une sociétée par des cultures et des modes de vies radicalement différents est le meilleur moyen d’etouffer toutes formes de revendicatiions en allant systématiquement vers le moins disant pour ceux en bas de l’échelle.

                Et à force de leurs délires d’abrutis (les bobos) ils vont finir par nous faire élire la blondasse, et que je ne les entendent pas ces décérébrés du tdc apres s’en plaindre, parce que ca sera eux, avec leurs agissements irréfléchis et inconsidérés qui l’auront placée au pouvoir.

                Pour ma part, je ne leur jetterai pas la pierre, comprenant leur choix meme si je n’adheres pas.

                 

                Tu à voulu mon avis tu l’a eu, et tout le paquet.

                Excuses mes nombreuses fautes de frappes et l’ordre pas très structuré des idées, c’est tapé a fond la caissee et en vrac smiley)

                Marre des gens qui défendent les gros bourges et filent des leçons de morale sans cesse aux prolétaires, et c’est pas spécialement pour toi, mais ce que je peut lire de la part de la caste des bien pensants ici et ailleurs et dans les merdias smiley


              • Ouam Ouam 29 octobre 2016 07:05

                @Ouam : Erratum je voulais dire de Gambetta à pt de bagnolet...mais tu à du comprendre mon erreur, excuses


              • Fergus Fergus 29 octobre 2016 09:41

                Bonjour, Ouam

                Tout d’abord, je ne suis pas « du coin » : A Paris, j’ai surtout vécu dans le 13e arrondissement et travaillé sur la rive gauche et du côté de Gare de Lyon. Mais Paris est une ville dont j’ai exploré presque tous les quartiers populaires, et bien qu’installé en Bretagne depuis des années, j’y retourne à peu près tous les mois et continue mes « explorations ».

                Pour ce qui est du New Deal initié par Roosevelt, je crains que ce ne soit pas possible en France, eu égard à l’imbrication des économies au sein de l’Europe. On ne peut unilatéralement aller beaucoup plus loin en termes d’imposition sans engendrer de gros problèmes avec le monde de l’industrie et de la finance, particulièrement au moment où Paris cherche à récupérer des boîtes actuellement implantées à Londres et poussées vers le continent par le Brexit. Or, si Paris perd cette opportunité, ce sera Francfort qui ramassera la mise. La période n’est pas aux hausses de l’impôt.

                Cela dit, je ne prétend pas qu’il ne faut pas plus taxer les « riches ». Mais à mon avis, ce n’est pas par le biais de l’impôt qu’il faudrait le faire, mais par la restauration de la TVA à 33 % sur les produits de luxe et par une réforme ambitieuse des règles de mutation (droits de succession) visant à casser les dynasties. Sur ce plan, je suis entièrement d’accord avec les solutions préconisées naguère par Albert Jacqard. Autre chose : je suis résolument pour l’instauration d’un Revenu Minimum d’Existence qui permettrait aux démunis et aux bas salaires d’améliorer l’ordinaire et aux autres de choisir s’ils le souhaitent un temps partiel pour gagner en qualité de vie.

                Tu parles de salaires limités pour les personnes « bien au chaud dans les bureaux ». Cela n’a guère de sens à mon avis car il y a des jobs tertiaires éprouvants comme il y a des emplois de technicien ou d’ouvrier relativement peinards. Et vice-versa. En fait débattre de cela est impossible tant les disparités sont grandes d’un secteur à l’autre. C’est pourquoi je pense qu’il faut laisser à chaque branche le soin de fixer elle-même sa grille de salaires. En revanche, je serais partisan de raboter les écarts de manière drastique en ramenant la fourchette de 1 à 20.


              • Ouam Ouam 30 octobre 2016 11:23

                @Fergus :

                salut fergus, je vais essayer de répondre sur certains points.

                ben alors ta tva à 33 est aussi illisoire parce qu’il me semble (j’y mets les reserves d’usage) que le taux maxi autorisé dans l’ue est de 25% tout rond.

                Donc c’est comme la taxe new deal, on l’a dans l’os,

                n’hésites pas à me reprendre si jamais je me trompes.

                Pour les ouvriers vers les cadres (ou ceux au chaud dans les bureaux) oui je maintiens (apres c’est vrai tu à raison tu trouvera des exeptions, les regles 100% justes n’existant pas)

                mais je t’invites à consulter les ages de mortalitées en fonction des types d’activitées effectuées.

                 

                Je pense qu’il te sera difficile de comparer un prof avec un égouttier, un banquier avec un macon, un etc... tu comprends ce que je veut te dire (enfin ose l’esperer ?) et de plus l’etat de ces gens lors de leur retraites pour ceux y arrivant, certains ont été cassés (physiquement) dans leurs vies, d’autres pas.

                 

                 

                « je suis résolument pour l’instauration d’un Revenu Minimum d’Existence qui permettrait aux démunis et aux bas salaires d’améliorer l’ordinaire et aux autres de choisir s’ils le souhaitent un temps partiel pour gagner en qualité de vie. »

                 

                sur ce point nous sommes parfaitement d’accords,

                j’y rajouterai surtout pour pouvoir aussi tenter la création d’une sociétée (style start up) ou la visibilitée n’est pas du tout avérée qui peut etre un flop ... soit un google...

                et lorsqu’un pays heberge un google ou un apple, ou un etc... c’est le jackpot rien que par l’attrait d’emploi qu’il peut créer dans le bassin technologique autour.

                 

                J’ai pris ceci, mais ca peut etre un magasin, un resto, une assoc, ca permettra aux gens d’etres plus audacieux, craignant moins de se retrouver completement démunis si ca foire.

                 

                Puis je ne vois pas bcp de gens rester inactif en attendant 500 euros, c’est sur que pour les gens les 1er mois ca sera la libertée et glandouillage (la compensation) mais tres vite par manque de lien social, ils retrouneront immanquablement vers les autres pour creer quelque chose dans un centre d’interets commun.

                et pompon sur le chapeau : ca virera peut etre les emplois que je qualifie de neausabonds style le marquetting telephonique non ciblé etc...enfin vous voyez.

                excusez les fautes de frappes au km, bon dimanche


              • Fergus Fergus 30 octobre 2016 11:47

                Bonjour, Ouam

                Sur le taux de TVA, il est vrai qu’il est contingenté par l’UE. Mais rien n’empêche la France de trouver des alliés pour faire évoluer le taux sur les produits de luxe dans le cadre de l’article 48. Cela dit, pas évident comme combat...

                Il va de soi que je ne cherche pas à comparer les emplois d’ouvrier en général avec les emplois du tertiaire en général ; l’espérance de vie comparée est en effet là pour démontrer l’impact des conditions de travail sur la vie des gens. D’où la nécessité à mes yeux de permettre à tous ceux qui ont exercé des métiers pénibles, dangereux ou exposés à des problèmes de santé de partir plus tôt en retraite, et sur ce plan les textes en vigueur sont un bras d’honneur à toutes ces personnes.

                D’accord également sur la nécessité de donner à ceux qui entreprennent à titre individuel plus de facilités à l’installation et de souplesse fiscale dans les premières années d’exercice.

                Un mot encore sur le « marketing téléphonique » : c’est une véritable plaie pour tous ceux qui sont harcelés, et une galère pour les employés, confrontés - du fait du ras-le-bol des correspondants - à des réactions souvent discourtoises, et parfois carrément agressives.


              • Ouam Ouam 30 octobre 2016 15:41

                @Fergus :

                salut fergus,

                on est globalement d’accord sur les constats alors (avec queques différences et c’est bien)

                mais soit c’est moi qui suis vachement pessimiste smiley

                ou toi un peu trop optimiste. oui pour cette partie ci (pas le reste)

                 

                « Sur le taux de TVA, il est vrai qu’il est contingenté par l’UE. Mais rien n’empêche la France de trouver des alliés pour faire évoluer le taux sur les produits de luxe dans le cadre de l’article 48. Cela dit, pas évident comme combat... »

                 

                T’u y crois vraiment ? non mais au fond de toi meme ? pas en me l’écrivant mais en y réfléchissant vraiment !

                ou c’est parce que tu est vraiment vraiment tres tres tres optimiste ?

                Ou c’est moi qui suis tres tres tres pessimiste... smiley

                Je me réfère pas exemple à l’amende récente de 11 millards (t’a pas pu ne pas en entendre parler) avec apple et la commission europénne et l’irlande, et tu à constaté comme moi ce qui s’est passé au bout, je te parles de ceci puisque c’est du cas d’école concret (du dur) concernant la fiscalité..

                 

                Donc apres en ayant fait ce constat, tu crois sérieusement que :

                - le lobby du luxe ne va pas etre plus qu’extremement actif

                - et que tu ne va pas trouver au moins UN etat pour bloquer/noyeauter le truc ?

                 

                en ayant l’ensemble de ces considerations sous les yeux, le barometre de l’optimisme est ou ?

                toujours au top ?, alors la chapeau bas !, parce que j’en suis malheureusement...

                incapable !....j’ai aussi mes limtes smiley


              • Fergus Fergus 30 octobre 2016 17:09

                @ Ouam

                Eu égard à la coloration de la Commission Européenne et au positionnement politique de nos gouvernants, qu’ils soient issus du PS ou de LR, je n’y crois pas du tout.

                Seul un type comme Mélenchon aurait le courage de tenter d’imposer ce genre de réforme. Entre autres. Malheureusement, la probabilité pour qu’il soit élu en 2017 est infime. Sur un champ de courses, il serait coté à 95 contre 1 !


              • Sacotin Sacotin 27 octobre 2016 22:54

                Dans le XIIIème, la la belle harmonie de la place d’Italie a été bousillée par la construction du centre commercial dans les années 70 !


                • Fergus Fergus 27 octobre 2016 23:17

                  @ Sacotin

                  En effet, il y avait là auparavant un habitant ancien qui aurait très bien pu être restauré. A cette époque j’habitais à la Butte-aux-Cailles qui, elle, a été préservée.

                  Bonne nuit.


                • Yohan Yohan 28 octobre 2016 19:48

                  Le 19ème n’a pas bonne réputation, mais sa mauvaise réputation est exagérée. Grâce au parc des Buttes Chaumont, ce quartier s’est moins ghettoïsé que le XXème, il s’est même boboïsé. Il y a bien sûr quelques îlots mal famés du côté des hauts de Belleville. Le XXème est bien plus problématique notamment dans le bas Belleville. Dans le XXème vous avez tout de même la Campagne à Paris à la Pte de Bagnolet, l’équivalent de la Mouzaia. Ces ilôts préservés étaient en fait des espaces construits et alloués aux ouvriers qui ont bâti sur les maréchaux les immeubles en brique rouge. Aujourd’hui, ils sont très prisés de la upper class et les prix ont nettement grimpé. Beaucoup d’artistes, de journalistes, de professionnels de la com, de fonctionnaires, de bobos de gôche


                  • Fergus Fergus 28 octobre 2016 20:12

                    Bonsoir, Yohan

                    Le fait est que le 19e et le 20e n’ont pas le même profil.

                    Pour ce qui est de la « Campagne à Paris », nous l’avons évoquée plus haut dans ce fil, Surya et moi. Plus petite que le quartier de la Mouzaïa, elle n’en est pas moins charmante. Qui plus est, sa situation protégée en surplomb du boulevard Mortier et de la rue Belgrand lui confère une tranquillité rare dans l’est parisien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès