• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Parisienne !

La Parisienne !

La Parisienne !

JPEG - 69.3 ko

Non ! Il ne s'agit pas d'évoquer ici le charme et l'élégance de la Parisienne d'aujourd'hui : d'autres journaux de mode ont pour vocation de le faire... La Parisienne est aussi associée à une oeuvre d'art de l'époque minoenne...

La Parisienne ! Une des fresques crétoises les plus connues représente le visage fardé d'une jeune femme au profil grec, à la bouche gourmande, à l'oeil immense et étonné... Son visage mutin, apprêté et charmeur lui a valu ce surnom : la Parisienne...

Une Parisienne qui date tout de même de plus de 2500 ans puisque la fresque a été découverte dans les vestiges du palais de Cnossos en Crète...

La fresque constituait à l'époque minoenne l'ornement essentiel des palais crétois.Trouvé à Cnossos, ce petit fragment de fresque éblouit le spectateur qui est étonné par l' œil charbonneux, par les lèvres sensuelles maquillées de rouge, le nez mutin de la demoiselle. Des boucles de cheveu rebelles encadrent le visage radieux et eblouissant de la jeune femme... Des boucles harmonieuses retombent sur le front et le cou élancé...

La fresque dans des tons de bleu, de rose, d'ocre très doux donne une impression de bonheur effronté, l'oeil démesuré, la bouche rouge bien soulignée attirent le regard : la parisienne semble porter un oeil étonné sur le monde... elle observe attentivement ce qui l'entoure, elle sait profiter des bonheurs de la vie...l'oeil sombre et profond révèle une intensité dans le regard, une volonté de dévorer la vie et de la croquer à pleines dents...

Le vêtement dans des tons de bleu apparaît somptueux et plein d'élégance... une robe ajourée qui dévoile des épaules... La coiffure apprêtée nous fait voir des boucles qui descendent en cascades sur le cou de la jeune fille...

Elegance, raffinement et en même temps liberté, effronterie sont bien perceptibles dans cette image qui nous est parvenue par delà les siècles... Ces contrastes font tout le charme de ce tableau...

La "Parisienne" peinte vers 1500-1450 av JC pourrait être la représentation d'une jeune prêtresse élégamment coiffée et fardée ....

Cette parisienne au regard si attachant n'a pas fini de séduire ceux qui la contemplent : elle révèle un art plein de raffinement, une harmonie dans les couleurs pastel, elle fait rêver...

Image de rêve, image de bonheur lumineux, de sérénité, cette fresque nous émeut aussi par sa modernité : cette jeune femme apparaît radieuse, émancipée, libérée dans son expression ouverte sur le monde ...

Cette image nous touche par delà les siécles : sa beauté à la fois simple et apprêtée, presque désinvolte nous semble si proche et familière...

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 12 janvier 2013 10:39

    Merci, Rosemar, pour cette subtile découverte. On remarque l’avènement de la civilisation par une révolution esthétique en la comparant à l’art néolithique où la beauté était beaucoup plus charnelle, comme chez la Venus de Willendorf.


    • rosemar rosemar 12 janvier 2013 10:51

      Bonjour Deneb


      en effet une évolution notable dans les formes et les traits...Les fresques crétoises et minoennes sont magnifiques...par exemple : la fresque du pêcheur...




    • noodles 12 janvier 2013 11:56

      Puisque c’est la seule idée qui soit venue aux inventeurs de ce trésor archéologique, c’est flatteur pour les parisiennes de 1900, date approximative de la découverte des fresques du palais de Cnossos. La parisienne représentait alors un idéal, un canon de beauté (et d’esprit ? ) .

      Ils auraient pu penser à une crétoise, non ; une grecque, non ; une belle brune italienne, non ; une carmen espagnole alors ? NON ! 
      Et voilà : une parisienne ! C’est cela seul qui plaît ! 
      Tout de suite, mais tout de suite, j’ai pensé : si c’était aujourd’hui, les découvreurs auraient-ils baptisé la belle sous ce nom ou alors auraient-ils pensé à l’habitante d’une autre capitale...il n’en manque pas, ni de belles femmes non plus ...
      Ou auraient-ils cédé à la starmania, à la « pipolisation » ? 
      En ces temps de Miss ceci, de Miss cela, tiens, quelle star française ressemblerait à cette beauté des temps révolus ? 
      Je fais appel aux commentateurs pour qu’ils comblent en moi ce vide mental angoissant. Merci !
      noodles  
      Belle journée rosemar et à tous ! 

      • rosemar rosemar 12 janvier 2013 12:50

        Bonjour noodles


        merci pour ce message mais je crois que la Parisienne reste, de nos jours, une référence ...
        Paris est encore une ville qui fait rêver ainsi que les Parisiennes...La France rayonne encore malgré ce qu’en disent certains...

        Belle journée à tous...

      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 janvier 2013 18:02

        Barbara.....


      • King Al Batar King Al Batar 12 janvier 2013 13:53

        La Parisienne, entre 25 et 30 ans est l’espèce des femmes la plus prétentieuse qu’on trouve dans notre pays. Ne se prenant pas pour de la merde, et considérant son cul comme un carosse, elle se la pête, prends la plupart des êtres humains de haut et ne s’amourache que de ceux qui lui manifeste un mepris et une indifference certaine.
        Complètement séduite, conquise, et fier d’appartenir à la société de consommation, elle s’imagine promise à un bel avenir, et pense que le monde lui appartient, et que tous les hommes sont à sa disposition...

        Généralement, elle finit célibataire à 30 ans, ou mal marié future divorcé à 35... Car l’une de ses particularités consiste en choisir le pir des batars pour partager sa vie. Pour les célibataires de 30 ans ou plus, se rendant bien compte que le carosse surévalué se transforme peu à peu en citrouille, elle s’empresse de revoir ses exigences a la baisse, et ne se base plus uniquement sur l’image que l’homme va renvoyer d’elle pour choisir son compagnon... Bref elle délaisse un peu le paraitre pour l’etre et devient enfin un femme.

        Pour l’avoir pratiqué pendant plus d’une décénie, celle de ma vingtaine, aimé puis méprisé pour le peu de valeur morale, je peux vous dire que les Parisiennes trentenaires sont bien plus interessantes, et que les provinciales entre 25 et 30 sont bien moins prétentieuses, si bien que vous n’êtes pas obligés de vous faire passer pour un salop pour les séduire...

        Je fais exprès d’être cru, j’ai bien sur rencontré des Parisiennes très gentilles, et pas forcément attirées par les salopards... Je ne généralise pas, je dresse un portrait peu élogieux de la belle connasse des temps modernes... En genéral, ca dure 5 ans... Pas plus.


        • rosemar rosemar 12 janvier 2013 14:15

          Bonjour King 


          merci pour ce message : vous avez l’air d’être connaisseur en « parisiennes »...
          La parisienne est réputée pour être superficielle, c’est vrai . et j’en connais ..elle représente aussi l’élégance, la beauté....



        • paco 12 janvier 2013 14:48

           cher King, tu as du écrire sur un titre sans avoir lu l’article. Ton « belle connasse des temps modernes » mériterait juste quelques baffes, voire un rdv en psy. Tu as du morfler à un moment de ta vie, ok, certes, ça nous est tous arrivé. Mais insulter les femmes sur un article qui parle de beauté intemporelle, tu frises le Nobel du crétin de base. Si. 


        • King Al Batar King Al Batar 12 janvier 2013 15:00

          A Paco, qui n’a pas du lire mon post jusqu’au bout, et encore moins celui qui est inscrit trois ligne en dessous...
          Viens pas me faire chier et me traiter de crétin.
          Je parle d’une toute petite classe de personne, en l’occurance la Parisienne (du 75, pas du 91, 92 etc... La intramuros) entre 25 et 30 ans... Comme n’importe qui pourrait parler du banlieusard entre 16 et 21 ans male, ou je ne sais quoi.
          En plus c’est un délire Ducon, mais visiblement, bouffon de ces dames que tu es tu n’as pas pu t’empecher de te prendre pour un chevalier du clavier...
          Et cono, tu m’aurais eu en ace de toi, tu aurais baissé le regard, et ne serait certainement pas venu faire le bonhomme avec moi.

          J’ai de nombreuses expériences avec les Parisiennes, parce que j’ai vécu 20 ans dans une cité du 93 puis 15 dans le centre de Paris. Effectivement, j’ai été surpris de constater à quelle point les gamines prétentieuses et superficielles adoraient les bad boy de banlieue, dont je faisais partie, car capable de peter la gueule de ses copains les bourgeois. Puis ensuite de devenir matérialiste, mais toujours amoureuse de celui qui les fera souffrir. Ce que je me suis lassé de faire il y a plusieurs années maintenant.

          J’ai toujours adoré les espèces de bouffons chevalier de ton espèce, souvent pret a fanfaronné pour faire le beau devant les dames, mais rarement courageux après s’être pris un petit soufflet qui lui rapelle la réalité de la vie et la brutalité de la loi du plus fort. Toi tu dois être l’ami des femmes... Mais tu dois pas les toucher souvent.


        • paco 12 janvier 2013 16:05

           tu me fais rire ; Il ne te reste que la branlette


        • King Al Batar King Al Batar 12 janvier 2013 16:24

          C’est toi qui m’amuse, Monsieur l’ami des femmes... Ton comportement protecteur est d’un ridicule et humiliant pour elles. On a l’impression que tu t’es pris pour l’ami des betes.
          tkt les femmes savent très bien se défendre toute seul, elle n’ont pas besoin d’un bouffon de ton espèce...
          En ce qui me concerne j’aime les femmes, comme un dingue, mais je ne te cache pas que je préfère la naiveté d’une Parisienne gamine de 22 ans, ou le regard empli de désillusion de la trentenaire non marié (voir divorcé) a celui de l’arrogante petite prétentieuse Parisienne de 27 ans, qui croit que le monde l’attend, et se comporte comme une enfant gatée. J’en ai eu assez de jouer les tyran et t’avoue préferer la sincérité.
          Allez vas faire copain copain avec les filles et d’abaisser à la flatterie mielleuse proche de la flagornerie... le vieux toutou collant...
          Moi je suis dur, ferme, arrogant, blessant mas viril monsieur, et je me bats tous les jours pour ne pas me faire bouffer les couilles dans cette société féminisé et demasculinisante... Visiblement toi tu as baissé les bras depuis bien longtemps...
          Je te conseillerais bien la branlette aussi, mais es tu encore capable de t’elever... Je me le demande


        • paco 12 janvier 2013 22:17

           « la brutalité de la loi du plus fort ».... Tu as, King, quelques repères oubliés. Je crois. Hair en étant cru, je peux le faire aussi, mais mépriser les femmes....


        • paco 12 janvier 2013 22:36

           Mais King, dans quel monde tu vis ?


        • King Al Batar King Al Batar 12 janvier 2013 13:55

          Mais merci pour cet article qui nous la présente sous un jour bien plus ancestral et plus flatteur.
          J’ai appri quelque chose aujoud’hui.
          Merci Rosemar



          • lulupipistrelle 12 janvier 2013 14:30

            Merci pour ce billet qui éclaire un peu l’actualité.


            Merci en général pour votre assiduité, on peut quelquefois ne pas être d’accord, mais merci quand même d’entretenir une atmosphère de conversation de salon, bien agréable, qui change de la foire d’empoigne , le quotidien de cette agora. 

            • lulupipistrelle 12 janvier 2013 14:31

              PS j’aime aussi le fight, mais je ne suis pas binaire. 


            • rosemar rosemar 12 janvier 2013 15:00

              Bonjour lulupipistrelle 



              Merci pour ce message : la culture, l’art en général adoucissent les moeurs ...et nous en avons tous besoin ...C’est vous qui m’avez donné envie d’écrire un article sur cette parisienne dans un dernier commentaire ...même si je pensais en écrire un à ce sujet depuis longtemps...Je n’aime pas beaucoup les foires d’empoigne ....

              et j’aime bien l’idée de tenir « salon »...

              Belle journée...






            • rosemar rosemar 12 janvier 2013 15:05

              Oui , c’était un commentaire sur l’article : Tendances de la mode....je crois...


            • paco 12 janvier 2013 15:09

               Atmosphère de salon, bien vrai. Chacun de ses articles est serein. Ca n’empeche pas qu’on se foute sur la gueule, joyeusement et copieusement,


            • lulupipistrelle 12 janvier 2013 15:21

              On est des Gaulois. 


            • paco 12 janvier 2013 15:33

               Et c’est ce que j’aime.
               Avais tu bu avant de choisir ton pseudo ?
               Non ? Viens donc en abuser avec moi.....


            • lulupipistrelle 12 janvier 2013 15:37

              La lulu est une alouette qui chante à l’aube, et la pipistrelle, une chauve-souris du crépuscule... 


              Comprenne qui pourra. 

            • paco 12 janvier 2013 21:25

               Connaitre votre étymologie me régale. Bravo.


            • rosemar rosemar 12 janvier 2013 23:09

              C’est comme dans une cour de récré....


            • paco 12 janvier 2013 23:26

               Eclat de rire... Vous etes taquine, Rosemar....


            • paco 12 janvier 2013 15:23

               Rosemar, faites un jour un article sur toute la beauté de la Cathédrale-Mosquée de Cordoue.
               ( j’vous filerais des infos en off.)


              • rosemar rosemar 12 janvier 2013 15:30

                Bonjour paco 


                il me faudrait alors beaucoup d’infos car je n’ai pas vu cette Mosquée...j’en ai vu en Turquie mais pas celle de Cordoue ...
                Cette parisienne, je l’ai vue en Crète dans le palais de Cnossos...

              • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 janvier 2013 15:27

                La  Parisienne est un genre de fantasme . 


                Un pain au chocolat qui fait saliver à la pensée de le tenir . 

                Un croustillant décolleté  faisant découvrir les merveilles du monde .

                Le sourire éblouissant d’ une nana  pétant la santé .

                Des yeux verts sous une avalanche rousse . . 

                Les volutes d’ une gitane flamenco . 

                Une parole gentille après l’ amour .

                Des Parisiennes il y en a partout  , capiteuse et capitale .

                • rosemar rosemar 12 janvier 2013 16:04

                  Bonjour rocla 


                  je vois que vous êtes vous aussi connaisseur en Parisiennes...

                  Vous n’auriez pas un air de musique pour « swinguer » un peu ?

                • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 janvier 2013 16:31

                  http://youtu.be/SZ51LNgcQRo


                  Bonjour Rosemar , 

                  y a qu’ a demander ... smiley

                • rosemar rosemar 12 janvier 2013 17:11

                  Merci rocla


                  on peut aussi penser à la romance de Paris...



                • paco 12 janvier 2013 22:48

                   captain, vous etes un délicieux poète.


                • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 janvier 2013 11:10

                  Oui Paco , je leur fais pouette-pouette  elles me font pouette-pouette


                  sous la couette et pi vala ... smiley

                • rosemar rosemar 12 janvier 2013 16:30

                  Qui a voté contre la Parisienne ??


                  • lulupipistrelle 12 janvier 2013 19:43

                    Des binaires 


                  • rosemar rosemar 14 janvier 2013 08:41

                    Je dirai plutôt : des grincheux....


                  • rosemar rosemar 14 janvier 2013 08:46

                    Et même des grincheux qui ont moinssé certains commentaires....


                  • velosolex velosolex 12 janvier 2013 17:01

                    Ouah on rigole ;
                    Rosemar en guide, dévissant sur l’esthétisme de la parisienne, pendant que les guignols derrière, à peine sortis du car scolaire, 
                    y vont de leurs commentaires,
                     plus sensibles aux charmes dénudées de la meuf, comme on dit..
                    Et à son derrière
                    qu’à la part vestimentaire !

                    Et voilà toute la différence d’appréciation entre hommes et femmes qui éclate au grand jour.
                    Souchon, que j’aime bien pour sa fraicheur et son humour, a dit de jolies choses sur le désir et la mode.

                    Elles, très fières,

                    Sur leurs escabeaux en l’air,

                    Regard méprisant et laissant le vent tout faire,

                    Elles, dans l’suave,

                    La faiblesse des hommes, elles savent

                    Que la seule chose qui tourne sur terre,

                    C’est leurs robes légères.

                    Bravo Rosemar pour cette petite rubrique sur « l’éternel féminin »
                    Quand à l’illustration de « l’éternel masculin »,
                    les réponses en sont la meilleure illustration

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès