• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La prostituée de l’Apocalypse

La prostituée de l’Apocalypse

Le livre de l’Apocalypse est porteur de révélations présentées à travers des symboles et des images pas toujours faciles à comprendre. Il faut croire qu’elles sont là, comme des phares, pour nous guider sur cette longue route conduisant l’Humanité vers la fin des temps. Il est important de noter que cette fin des temps ne marque d’aucune manière la fin de l’Humanité. Tout au contraire, elle lui ouvre toute grande les portes d’un ciel nouveau et d’une terre nouvelle.

« Et j`entendis du trône une forte voix qui disait : « Voici la maison de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n`y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » Ap.21, 3-4

Nous n’en sommes évidemment pas encore là et les temps que nous vivons en ce début du 21e siècle nous plongent dans la tourmente des guerres, des famines, des ambitions de pouvoirs et de domination, du mensonge édifié sur le socle de la vérité. Tous ces évènements jettent un éclairage particulier sur ces révélations qui touchent particulièrement les derniers temps de cette longue histoire. Je voudrais m’arrêter, dans le présent texte, à cette prostituée et à cette Babylone dont nous parle l’Apocalypse au chapitre 17.

« Cette femme était vêtue de pourpre et d`écarlate, et parée d`or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d`or, remplie d`abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre.  » Ap.17, 4-5

Les historiens et exégètes ne s’entendent pas sur l’identification de cette prostituée pas plus que sur celle de cette Babylone. Il y a toutefois une tendance forte qui reconnaît, dans cette prostituée, l’Église de Rome. Sur cette question, je vous réfère à cette analyse.

Aux fins du présent article, j’aborderai ce sujet par le biais des deux pactes secrets entre le Vatican et Washington, conclus, le premier, en juin 1982, et le second, en mars 2014. Dans une première partie, j’aborderai le Pacte signé en juin 1982 par le pape Jean-Paul II et le président Reagan. Dans une seconde partie, je traiterai du pacte signé entre le pape François et le président Obama.

Le Pacte du 7 juin 1982

Si nous pouvons en parler aujourd’hui, c’est qu’avec les années beaucoup d’éléments de son contenu en ont été révélés. Je me permets, pour en traiter, de citer de larges extraits d’un excellent article d’Eduardo Febbro qui en fait un bon résumé.

« Le premier pacte a été scellé le 7 juin 1982 dans la bibliothèque du Vatican entre l’ex-président étasunien Ronald Reagan et le pape de l’époque Jean Paul II. Ce pacte, connu sous le nom de “Sainte Alliance” doit son existence à l’un des personnages les plus sombres de la diplomatie du Vatican : Pio Laghi, ex-Nonce apostolique en Argentine (1974-1980) et artisan, dans les années 80, de la reprise des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et Washington. Laghi était un homme de robe, ambiguë et à la main de fer, ami et protecteur de la Junte militaire argentine, réactionnaire et aveuglé par le spectre du communisme.

Le pacte Reagan/Jean Paul II avait un seul objectif  : fomenter une cabale pour renverser le communisme, à n’importe quel prix. Richard Allen, premier conseiller de Reagan à la Sécurité nationale, dira qu’il s’agissait de “l’une des alliances les plus secrètes de tous les temps”

La Sainte Alliance conduisit à un montage financier frauduleux organisé par le Vatican pour épauler clandestinement le syndicat polonais Solidarnosc, dont le leader de l’époque, Lech Walesa, deviendra président de la Pologne après la chute du Mur de Berlin.

 Ronald Reagan et Jean-Paul II étaient habités par la même obsession. Le juge William P. Clark, autre conseiller de Reagan à la sécurité nationale (et aussi le plus influent), dira également que tous deux “partageaient les mêmes choix spirituels et la même vision de l’empire soviétique : le bien et le droit triompheraient selon les plans divins” (The Judge : William P. Clark, Ronald Reagan’s Top Hand, de Paul Kengor et Patricia Clarck Doerne, Ignatius Press 2007).

Quant à l’utilité du Vatican dans cette croisade anticommuniste, le secrétaire d’État de Reagan, Alexandre Haig, l’a très bien résumée : “Le réseau d’information du Vatican était meilleur et plus rapide que le nôtre”. Pour l’Amérique latine, cette Sainte Alliance fut synonyme d’un véritable bain de sang, de guerres et de répression. Le Saint-Siège poursuivit de façon inhumaine tout ce que le continent comptait de progressiste en soutane. S’appuyant, pour ce faire, sur les secteurs les plus réactionnaires de l’Église et du pouvoir politique local et avec la participation de la Maison Blanche, c’est sans aucune hésitation, non plus, qu’il s’est acoquiné avec des congrégations et des personnages impliqués dans des agressions sur mineurs ou des vols en tout genre, comme ce fut le cas avec « Les légionnaires du Christ », de Marcial Maciel, que Jean-Paul II éleva à des hauteurs incroyables alors même que ses escroqueries et abus sexuels étaient de notoriété publique. De nombreux adeptes de la « Théologie de la Libération » payèrent de leur vie une telle persécution.

La complicité entre le Vatican et Washington est parfaitement documentée, et reflétée jusque dans les discours officiels de Ronald Reagan :

“L’Amérique latine est une zone pour laquelle nous éprouvons une préoccupation commune. Nous voulons y travailler en étroite collaboration pour promouvoir la paix, la justice sociale, les réformes et empêcher la propagation de la répression et des régimes tyranniques athées.” (Ronald Reagan, Jack Nelson, “Reagan, Pope Join in Urgent Plea for Peace”, Los Angeles Times, June 8, 1982).

Monter ce dispositif anticommuniste éleva Jean-Paul II au rang d’interlocuteur privilégié des membres de la CIA et d’autres personnages de la sécurité nationale américaine qui allaient à Rome grâce à Pio Laghi. À partir du milieu 1981, une sorte de “navette de renseignements” (intelligence shuttle) s’instaura entre Washington et le Saint-Siège.

L’un des visiteurs réguliers de cette époque est aussi de triste mémoire pour l’Amérique latine, le général Vernon Walters, ambassadeur itinérant de l’administration Reagan, ex-directeur adjoint de la CIA à l’époque du Coup d’État contre Salvador Allende. Dans son livre « The Mighty and the Meek » (St Ermin’s Press, 2001), le général Walters révèle les dessous de ses entretiens papaux. “L’administration avait conscience de la collusion d’intérêts entre l’Église Catholique et les États-Unis dans leurs efforts pour contenir l’expansion communiste. Je devais, en accord avec les ordres reçus, exposer les faits en m’appuyant sur les meilleures sources d’information disponibles. C’est ainsi qu’ont débuté les allers-retours réguliers au Vatican, deux ou trois fois par an. (…) Je faisais au Pape le compte-rendu des menaces engendrées par les missiles, les forces terrestres conventionnelles, l’aviation et la marine soviétiques”. Mais les sujets de discussion allaient bien au-delà. Aux dires des journalistes Carl Bernstein et Marco Politi (« His Holiness : John Paul II and the Hidden History of Our Time », Doubleday, 1996), les entretiens avec le Souverain Pontife portaient aussi sur l’Amérique Centrale, région, à cette époque, durement touchée par la guerre au Salvador, au Guatemala et au Nicaragua sandinistes, où Washington apportait son aide militaire aux “contras”. Pio Laghi, lors de sa mission en tant que délégué Apostolique aux États-Unis (1980), assistait régulièrement aux réunions de sécurité et rencontrait fréquemment le directeur de la CIA, William Casey, qui était catholique. (…) En juin 1982, alors que Reagan et Jean-Paul II célébraient leur Sainte Alliance, dans les sphères pontificales proches du secrétaire d’État du Saint-Siège, Agostino Casaroli, et l’archevêque Achille Silvestrini, négociait avec le secrétaire d’État US Alexandre Haig et avec le juge William Clark. »

Ce rôle, joué par l’Église à travers l’État du Vatican et tout particulièrement sous la direction du pape Jean-Paul II, en fait une candidate de premier plan pour occuper le poste de la prostituée de l’Apocalypse. On a évidemment célébré en grande pompe l’écroulement de l’ex-Union soviétique (URSS) ainsi que la démolition du mur de Berlin. Ce qu’on a moins célébré c’est cette porte toute grande ouverte aux États-Unis et à l’Empire pour occuper toute la place de la gouvernance du monde. D’un monde bipolaire, l’humanité passa à un monde unipolaire. La Babylone contemporaine, en bonne compagnie de l’Église, se retrouva le maître absolu du monde. Quoi de mieux, pour les puissants de ce monde qu’un monde unipolaire où règne un seul maître qui peut en tout temps décider de ce qui est bien et de ce qui est mal, ce dont G.W. Bush ne s’est pas privé de faire.

LE PACTE DU 21 MARS 2014

Toujours selon Eduardo Febbro, ce second pacte, entre le papa François et le président Obama n’aurait rien à voir avec l’esprit et les orientations prises dans le cadre du pacte entre le pape J.P.II et Reagan. Il s’agirait d’un pacte de toute autre nature et d’une approche totalement différente du premier pacte.

« Les personnages de cette saga diplomatique des temps modernes n’ont pas grand-chose à voir avec les membres du sinistre dispositif mis en place par Reagan et Jean-Paul II dans les années 80. Les diplomates expérimentés de Rome conjuguent dorénavant leurs efforts de négociations secrètes avec les envoyés spéciaux de Cuba et divers conseillers de la nouvelle génération venus tout droit de Washington. Le spectre du communisme ne poursuit plus personne. La jeunesse a été également un allié de poids. Voici l’exemple de l’un des hommes clés de ce cercle restreint, Ricardo Zúñiga, nommé par Obama en 2012 conseiller aux Affaires latino-américaines à la place de Dan Restrepo. Né au Honduras, en 1970, Zúñiga émigre aux États-Unis à l’âge de quatre ans. L’autre pilier central est Ben Rhodes, vice conseiller à la Sécurité nationale pour les communications stratégiques et l’écriture de Discours, lui aussi jeune (il est né en 1977). Leurs interlocuteurs ont été des hommes expérimentés et plus âgés, par exemple le secrétaire d’État du Vatican, Pietro Parolin, qui avait été nonce au Vénézuéla de 2009 à 2013.  »

Il ne fait pas de doute que l’approche soit différente et que les acteurs soient également de profils différents. Toutefois, de là à dire que le « spectre du communisme ne poursuit plus personne » m’apparaît plutôt discutable. Pour illustrer mon point de vue, je prendrai quelques exemples récents venant de la haute hiérarchie catholique.

Mon premier exemple, je le puise chez un personnage qui occupe de très hautes fonctions dans la hiérarchie et au Vatican. Il s’agit du cardinal Oscar Andres Rodriguez Maradiaga du Honduras, membre du G-9, groupe spécial pour conseiller le pape sur les réformes de la Curie, et président de Caritas international.

Déjà, nous savons qu’il a joué un rôle important dans le coup d’État militaire au Honduras qui renversa le président démocratiquement élu, Manuel Zelaya. Le Cardinal n’était pas d’accord avec ce dernier qui s’était trop rapproché de Chavez, de son socialisme et de l’ALBA. Sur l’ensemble de cette question, je vous réfère à cet article que j’avais alors écrit sur cette grande alliance.

Il est bon de noter que les interventions du cardinal MARADIAGA apparaissent comme un signal de départ à quelque chose qui va se produire. Sa conférence de presse à Berlin a devancé d’un mois le lancement des activités de déstabilisation du gouvernement de Nicolas Maduro. En janvier de cette année, il a de nouveau discrédité, dans une conférence sur les réformes au Vatican, Hugo Chavez et son socialisme du XXIe siècle perçu comme un véritable fiasco. Religion Digital

« Le président de Caritas International a rappelé que le défunt président du Venezuela, Hugo Chavez, s’était présenté avec la promesse de lutter contre la corruption ce qui lui valut de nombreux votes. Toutefois, ce projet a fracassé. Ce socialisme du XXIe siècle n’était rien de plus que du capitalisme déguisé au service de quelques grands voleurs. Cela a fait bien des dommages » (R.D).

Au sujet de la participation populaire à la gouvernance de l’État, comme c’est le cas dans les pays émergents de l’Amérique latine, il a ces paroles :

« Les populismes dont ils s’alimentent ne sont que des feux de paille. »

Quelques semaines plus tard, c’était au tour de l’Épiscopat du Venezuela de prendre la parole pour dénoncer le communisme, le marxisme, le socialisme, l’autoritarisme. Une condamnation en règle du gouvernement qu’il accuse d’être le responsable de la rareté des biens essentiels dans les centres de distribution. Sur ce point précis, je vous réfère à un article demandant aux évêques de se rétracter, la rareté des biens étant causée par les principaux distributeurs du pays qui retenaient ces biens dans des entrepôts pour créer le mécontentement de la population contre le gouvernement en vue de la préparation d’un coup d’État.

Comme par pur hasard, les actions de déstabilisation du gouvernement et de préparation à un coup d’État suivirent les déclarations de ces hommes d’Église. Le 12 février 2015, le gouvernement du Venezuela démonta un coup d’État qui devait se réaliser ce jour même. Encore ici, je vous réfère à cet article portant sur ce démantèlement.

Fait à noter : à aucun moment de toute cette guerre économique et de ce coup d’État démonté, le Vatican et l’épiscopat vénézuélien ne sont intervenus pour dénoncer les responsables oligarchiques pour leurs actions criminelles. Pas une fois, ils se sont excusés pour avoir mal interprété les évènements. Pas une fois, ils ont élevé la voix pour rappeler le respect de l’ordre constitutionnel et dénoncer les actions de violence.

Et que dire de leur silence devant ces politiques agressives et interventionnistes de Washington dans les affaires internes du Venezuela. Ils ignorent le support que le Venezuela reçoit de la part des divers organismes d’intégration de l’Amérique latine comme UNASUR, CELAC, ALBA, et de l’ensemble des pays non-alignés.

Pourquoi le Vatican se tait-il devant ces actions unilatérales des États-Unis dans les affaires internes du Venezuela ? Dans pareille circonstance, ne devrait-il pas rappeler à cet État interventionniste le respect du droit international des peuples et des nations à disposer d’eux-mêmes. Également, une occasion pour rappeler que seules les Nations Unies ont autorité pour procéder à pareilles interventions et cela dans le cadre du droit international. Sur toutes ces questions, le Vatican se tait.

D’ailleurs, ce silence du Vatican, chaque fois que Washington est impliqué, peu importe l’endroit dans le monde, est devenu une règle d’or. Nous ne l’avons pas entendu sur l’usage arbitraire des sanctions contre la Russie, pas plus d’ailleurs sur le non-respect des frontières syriennes où les avions militaires étasuniennes entrent et sortent sans se soucier du gouvernement syrien.

CONCLUSION

Je pense qu’il faut, au nom de la transparence, que le pape François rende public le contenu de ces accords secrets. Il en va de la crédibilité de l’Église et du pape François. La catholicité de l’Église l’oblige à prendre en compte la totalité de l’humanité. Ce serait bien mal vu s’il fallait qu’elle soit, par des pactes secrets, de mèche avec l’empire du mensonge, de la guerre, des conquêtes. Une enquête récente établit que 90% des victimes de la guerre sont des civils, que sur 248 conflits, les États-Unis en ont provoqué 201. Il est plus qu’urgent que la lumière soit faite sur ces pactes secrets et que la transparence promise par le pape François franchisse ces dernières résistances.

 Je viens de mettre en ligne un article faisant l’éloge du pape François et défendant le positif de ses engagements et de ses paroles. Je crois ce pape sincère, mais peut-être aussi un peu naïf, comme il le reconnaissait lui-même dans son entrevue à la Revue jésuite. Il ne peut toutefois pas ignorer que son entourage a des atomes crochus avec Washington et que le lobby de ce dernier est très actif au sein de l’État du Vatican.

Si le deuxième pacte nous est présenté à travers les bons offices du pape François qui a rendu possible la reprise des relations entre Cuba et les États-Unis ainsi que l’échange de prisonniers, cela ne peut suffire pour nous convaincre qu’il n’y a pas anguille sous roche dans la partie secrète du pacte.

Je termine ce trop long article par une dernière observation évoquée dans ce second pacte. Il s’agit de la lutte contre le terrorisme. Le Vatican ne peut pas s’engager dans une lutte contre le terrorisme sur la base de ce que l’empire décide lui-même ce qui est terrorisme et ce qui ne l’est pas. Il est important que l’Église se fasse une idée sur ce qu’est le terrorisme et ceux qui en sont la principale source.

Pour le moment, tout indique que la prostituée de l’Apocalypse est quelque part dans cet État du Vatican qui a main mise sur l’Église tout en ayant le cœur sur l’Empire, cette Babylone contemporaine.

Oscar Fortin

Le 21 février 2015

http://humanisme.blogspot.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • iaito68 23 février 2015 12:03

    Oscar,
    Babylone la grande c’est la terre toute entière... l’humanité dans son ensemble, qui est rebelle à Dieu.
    Pas la peine de chercher des réponses compliquées...


    • Aldous Aldous 23 février 2015 17:45

      @iaito68
      Babylone est sa société qui mélange le sacré et le profane, c’est en cela que consiste la prostitution.


      Rome n’est qu’un aspect de Babylone, l’autre, c’est le monde marchand qui pleurera la chute de Babylone.

      En pratique l’Eglise devrait jouer vis à vis de la société temporelle le rôle que joue la conscience vis à vis de la volonté dans l’individu.

      Les bêtes qui émergent dans les temps eschatologiques sont des sociétés sans conscience, en cela semblable aux bêtes sauvages. 

      Face à ces sociétés et leur pouvoir mondial unique, prophétisé par l’évangile sur le nom de règne de l’Antichrist, il y a une société bicéphale, comme le symbolise ses armoiries, qui continue de conserver à l’Eglise sont rôle de conscience collective, c’est le monde orthodoxe.

      L’aigle bicéphale inventé par les byzantins pendant la dynastie des Paléologue ne représente pas l’Orient et l’Occident. Les deux têtes couronnées symbolisent la double hiérarchie, politique et spirituelle indépendantes et en harmonie, une sorte de séparation des pouvoirs. En contraste l’hierarchie pontificale soumettait le temporel au spirituel (théorie des deux glaives) exposant l’Eglise corruptions temporelles, et l’exposant a la critique (croisades inquisition...) La révolution a inversé les rôles, le spirituel est inféaudé au politique. Le pape François s’exclame « qui suis-je pour juger ! » comme si le rôle moral de l’Eglise était abolit laissant le monde temporel et marchand édifier ses propres régles éthiques, contradictoires et monstrueuses, comme la location d’utérus, que l’Evangile prophétise sous le nom de règne de l’iniquité.

      Il n’est pas étonnent que l’opposition vienne de Moscou, successeur de Byzance, désormais libérée du communisme.

      IC XC NIKA



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 2015 18:53

      @Aldous
      Vous pouvez nous dire quelles sont les prises de positions de l’Église orthodoxe sur les évènements en cours ? Comme il n’existe pas l’équivalent du Vatican, comment cela se passe ?


    • oscar fortin oscar fortin 23 février 2015 19:14

      @Fifi Brind_acier : J’aimerais bien en savoir plus sur le sujet. Dans les deux cas ils partagent les mêmes Livres du Nouveau Testament. Je sais que le Patriarcat de Moscou est le plus important. Je vais voir si je puis trouver quelque chose à ce sujet, mais pas tout de suite. Dans les jours à venir.


      Merci et bonne fin de journée

    • Aldous Aldous 23 février 2015 20:00

      @Fifi Brind_acier


      Dans l’orthodoxie, le dépôt de la foi n’est pas au sommet mais à la base. En clair, les monastères, les théologiens, les ermites, les anachorètes. Les moines des divers pays orthodoxes se fréquentent et publient des livres. Il y a des tendances majoritaires et des cavaliers seuls. L’avis courant est que le nouvel ordre mondial annonce le règne de l’Antichrist et que l’Occident est Babylone.

      Comment ça marche ? 

      Pour monter dans la hiérarchie il faut être déclaré digne par le peuple lors de la cérémonie d’ordination (les gens crient « axios » qui veux dire « digne », si on s’y oppose l’ordination n’a pas lieu), y compris pour le patriarches.

      Il n’y a pas de « congrégation pour le doctrine de la foi » comme au Vatican car la doctrine de la foi n’est pas modifiable sauf à réunir un concile oecuménique, chose impossible depuis que Rome fait cavalier seul.

      Les patriarches gèrent l’Eglise administrativement et parlent au nom de l’Eglise aux responsables laïcs. Mais leur avis n’est qu’un reflet de la foi orthodoxe, ils ne décident de rien. Aucun hiérarque ne peut, par exemple, décréter que les prêtres doivent tous être célibataires. Un patriarche qui prend des libertés peut être démit de ses fonction par son synode. C’est arrivé à celui de Jérusalem il y a quelques années sur fond de scandale immobilier.

      Paradoxalement cette « faiblesse » est une force politique. Les gens se sentent représentés par leur patriarche et ça leur donne du poids vis à vis de « César ».

      Ceci dit, les dirigeants politiques font comme ils veulent. Alexis Tsipras est sans doute athée, Vladimir Poutine se retire parfois au monastère de Varlaam.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 2015 20:05

      @Aldous
      Oui, je sais tout cela, mais cela ne me dit pas comment ils réagissent aux situations économiques ou politiques du moment.


    • nobody 23 février 2015 20:18


      @laito68

       

      Ce que vous dites est tout a fait exact : la terre entière adore les dieux de Babylone (argent et pouvoir). Cependant le tableau dépeint par Jean au chapitre 17, représente 2 personnages : Babylone et la Bête = l’humanité est divisée en deux camps..

      Les informations fournies dans les chapitre 17 et 18 nous permettent assez facilement d’identifier Babylone.

       

      Ap17 : la femme est l’épouse du Christ (elle a reçu la Révélation), c’est une prostituée (car elle s’est détournée de lui pour adorer des idoles), son nom est Babylone (symbole impérial, au temps de Jean, des Cités-Etats avaient constitué des empires, comme Rome ou Carthage).

      « Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues.(symbole impérial) ». Cette femme était vêtue de pourpre (symbole impérial) et d’écarlate.

      Babylone est la société occidentale dans son ensemble et plus particulièrement sa puissance impériale : les USA.


      a) Babylone est sûre de sa puissance, elle sera la plus grande puissance militaire de son temps.

      Ap18 :7« Je suis assise en reine, je ne suis point veuve, et je ne verrai point de deuil ! »

       

      b)  Babylone sera la plus grande puissance commerciale de son temps AP17 :11 « Et les marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à cause d’elle, parce que personne n’achète plus leur cargaison,
      12 cargaison d’or, d’argent, de pierres précieuses, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d’écarlate, de toute espèce de bois de senteur, de toute espèce d’objets d’ivoire, de toute espèce d’objets en bois très précieux, en airain, en fer et en marbre,
      13 de cinnamome, d’aromates, de parfums, de myrrhe, d’encens, de vin, d’huile, de fine farine, de blé, de bœufs, de brebis, de chevaux, de chars, de corps et d’âmes d’hommes(= corruption). »

      Ap18 :19« La grande ville, où se sont enrichis par son opulence tous ceux qui ont des navires sur la mer. »

      Babylone sera la plus grande puissance commerciale de son temps et c’est vers elle que convergeront les marchandises du monde, elle sera immensément riche et pourra se payer le luxe d’acheter les âmes des hommes de la terre.


    • soi même 24 février 2015 02:15

      @Aldous, vous savez que l’histoire de se jeté les anathèmes est en réalité un conflit des différentes confections Religieuses Chrétiennes , et l’on peut dire aujourd’hui si l’on comprend ses propos, de Rudolf Steiner tenue en 1908
      ( ( L’Apocalypse de saint Jean, un des documents les plus révélateurs de l’ésotérisme chrétien. La confusion s’établit à partir d’une certaine époque dans la pensée humaine, qui interprète matériellement des symboles d’événements spirituels. La structure générale de l’Apocalypse et les différents niveaux d’initiation.. )


    • Aldous Aldous 24 février 2015 10:03

      @Fifi Brind_acier
      En Grèce l’Eglise organise des collectes pour nourrir les gens dans le dénuement et pour les aider à se loger.

      Politiquement, elle s’est mobilisée depuis 2000 contre ce qu’elle appelle la « gouvernance numérique » c’est à dire les papiers d’identité numériques et le fichage centralisé des citoyens à Bruxelles (système d’information Schengen). Des milliers de gens ont manifesté contre la carte d’identité numérique puis son avatar la « carte du citoyen ». 
      La mise sous tutelle de la Grèce par la Troïka a sans doute comme origine ce refus des Grecs de se soumettre à la gouvernance numérique de l’UE. C’est du moins ce que l’Eglise Grecque avait prévu dès la signature de Schengen :


      Pour ce qui est de la Russie, c’est bien plus simple : Poutine défends les valeurs chrétiennes officiellement, c’est une conséquence de la résurgence extraordinaire de l’Eglise russe depuis 1999.
      Il y a des milliers d’églises qui ont été rebâties. Les gens se pressent par milliers dans le froid pour assister aux ostentations de reliques envoyées par la Grèce, comme la croix de Saint André.

    • MagicBuster 23 février 2015 12:18

      Europe a été violée par ZEUS.
      je vous laisse deviner qui fait SEUS.

      http://matricien.org/patriarcat/mythologie/pantheon/viol-europe/

      .../...
      C’est ainsi que le cœur du mythe, à savoir les tribulations d’Europe enlevée sur le rivage de Tyr et violée par Zeus en Crète où il l’a emmenée, s’avère mettre en scène, originellement, non pas la plaisante « histoire d’amour » que l’on a présentée traditionnellement, mais la grande révolution historique qu’a connue l’humanité aux âges du Bronze : d’une culture du féminin sacralisé dans la « première Histoire », l’humanité est passée à la culture du féminin déchu et livré à l’homme, devenu le guerrier conquérant de cette « deuxième histoire » qui est encore la nôtre.

      Le « dépoussiérage » de ce mythe permet de saisir les causes de la violence contemporaine, issue de la désacralisation conjointe du féminin de l’humain et de la Nature, intervenue voici plus ou moins 5000 ans, c’est-à-dire hier au regard d’une aventure humaine vieille peu ou prou de 2 millions d’années.
      .../...


      • cathy30 cathy30 23 février 2015 12:49

        Si la religion finale devait être le Nouvel Âge ou le catholicisme ou autres, aucun membre d’églises chrétiennes ne tomberait dans le piège, ce serait trop gros. Mais le judaïsme appuyé sur une fausse interprétation des Écritures, non seulement ferait du ravage dans un avenir proche, mais en fait déjà en ayant inculqué dans la tête des « chrétiens d’églises » qu’il leur faut quasiment adorer les Juifs et le judaïsme et écouter béatement tout ce qu’ils disent. Voilà qui a bien plus de chances d’amener les gens vers l’Apostasie.

        Des mouvements existent déjà depuis bon nombre d’années pour préparer ce terrain si fertile à l’apostasie finale. Étudiez vous-mêmes les doctrines du Nouvel Âge, pour ne nommer qu’un de ces nombreux groupes dont les idées sont fondées sur la Kabbale juive (talmud). On vous parlera de Dieu, de Jésus et même des anges. Mais creusez un peu pour voir dans quel contexte. Vous découvrirez qui est Dieu, pour eux. Ils sont complètement d’accord avec plusieurs religions orientales qui enseignent ouvertement que chaque être humain possède en lui la puissance nécessaire pour devenir son propre dieu. Avec des religions qui mettent présentement l’emphase sur l’amour seulement, l’ensemble de leur enseignement est orienté vers la tolérance des autres et non sur la Parole de Dieu. La vérité des hommes prend ainsi préséance sur la vérité divine. C’est ainsi que, dans les derniers jours, l’esprit de l’homme non converti sera dénué du véritable secours dans cette plaine stérile religieuse, et il ne verra point venir le bien ; mais il habitera au désert spirituel, dans les lieux secs, dans une terre salée et inhabitable.

        Le deuxième indice nous dit qu’elle aura une influence mondiale, car elle est assise sur les « grosses eaux ». Jean nous explique le symbolisme de ceci au verset 15, où l’ange lui dit :« Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, sont des peuples, et une multitude, et des nations, et des langues. » Cette religion mondiale très populaire aura une multitude d’adeptes dans tous les pays du monde. Elle exercera ainsi beaucoup d’influence sur les chefs de ces nations, car leurs citoyens auront été enivrés du vin de leur impudicité. Impudicité voulant dire ici « fornication spirituelle » et non « physique ». Des esprits enivrés de fausses doctrines. La Prostituée s’est assisse sur tous les peuples. Elle s’est infiltrée partout. Elle n’a pas besoin de se faire des adeptes à la façon des sectes ou des religions modernes, en faisant du prosélytisme. Elle exerce plutôt son influence dans tous les aspects de la société des peuples ; elle dirige leur manière de penser ; elle suggère insidieusement des idées ; elle s’empare des rênes de l’économie ; elle incline, par un marketing bien orchestré, l’opinion publique dans le sens qu’elle désire ; elle fabrique des lois et en défait d’autres ; bref, elle s’attache à guider le destin du monde !


        • oscar fortin oscar fortin 23 février 2015 13:30

          cathy30 : merci pour votre réflexion et commentaire. Le sujet abordé est évidemment enveloppé de bien des mystères et se prête à bien des interprétations. Lorsque je regarde concrètement ce qui se passe actuellement dans notre monde, je réalise que la religion est moins celle qui dirige les politiques des principaux dirigeants du monde mais plutôt celle qui est utilisée par ces dirigeants pour mener à terme leurs projets de domination et de conquête. Dans le livre de l’Apocalypse, ces dirigeants ou ces puissances sont identifiées à la bête avec laquelle la Prostituée (religion-église) collabore. Hier, les catholiques méditaient sur ce passage de l’Évangile qui fait la narration des trois tentations de Jésus au désert. Une de ces tentations est l’invitation qui lui est faite de s’associer à Satan pour dominer le monde. La seule condition est de lui demeurer soumis. Comme disait récemment Obama, faire ce qu’il veut qu’on fasse. « Il nous faut parfois tordre les bras de certains récalcitrants pour qu’ils fassent ce que nous voulons. » C’est avec cet puissance de l’empire que l’Église catholique a signé un pacte secret en 1982 et en 2014. En le faisant, elle cédait à la seconde tentation, celle du compromis avec le malin. Nous sommes dans un contexte de domination du monde. Dans la situation actuelle, les religions sont plus souvent que moins récupérées par les puissants pour mieux se gagner l’appui des peuples. Il s’agit évidemment d’une opinion personnelle qui se défend par les arguments que j’y apporte.


          Merci et bonne journée



          • cathy30 cathy30 23 février 2015 13:43

            @oscar fortin
            depuis plusieurs années, un phénomène religieux « quasi miraculeux » a fait surface. Tous ces groupes religieux ont avoué explicitement leurs infractions passées, accompagnées d’excuses envers les pauvres victimes. Pour désintoxiquer cette malheureuse situation, un mouvement œcuménique mondial fut donc créé par l’Église catholique afin de réconcilier et ramener au bercail toutes les églises chrétiennes. Un grand nombre de chrétiens ne réalisent pas ce qui se cache derrière cette réconciliation. Le but réel est de diluer leur enseignement doctrinal  pour amener toutes leurs brebis au même niveau d’enseignement, afin de mieux les manipuler vers une religion mondiale.


          • soi même 23 février 2015 13:54

            @oscar fortin, (Dans le livre de l’Apocalypse, ces dirigeants ou ces puissances sont identifiées à la bête avec laquelle la Prostituée (religion-église) collabore. Hier, les catholiques méditaient sur ce passage de l’Évangile qui fait la narration des trois tentations de Jésus au désert. Une de ces tentations est l’invitation qui lui est faite de s’associer à Satan pour dominer le monde. ) Intéressant rapprochements, vous oubliez juste un détail, tous cela concerne intiment tous les hommes, nous sonnes aussi soumis aux trois tentations de Jésus Christ dans le désert !
            Nous sommes tous l’objet de devenir des 6.6.6 , qui est un état où l’Homme ne pourra plus évoluer  !
            Et ce n’est pas en rejetant la faute sur d’autre que l’on aura une véritable réponse à ce problème ?

            Que tant que tu te sentiras pas Malade, , il ne faut gère pensé vivre une guérison !

            http://uncletaz.com/tazimgz/group.jpg

             


          • oscar fortin oscar fortin 23 février 2015 14:26

            @soi même : Merci pour votre commentaire et vous avez raison de dire que nous avons tous et toutes à répondre à ces trois tentations qui planent sur nos vies. Par contre, tous et toutes, n’ont pas la même responsabilité au niveau des institutions et des missions. Jésus avait la mission de venir inaugurer le règne du Père en totale opposition au règne de Satan. Il ne pouvait être question de quelque arrangements de complicité pour modeler sa mission à celle de Satan. Tout ceci pour dire qu’on ne peut fermer les yeux sur les décisions de certains en les diluant dans l’ensemble des responsabilités collectives. Dans le présent texte, les signataires des pactes secrets portent un nom et assument des responsabilités institutionnelles. Il faut savoir les regarder en face et les analyser pour ce qu’ils sont.


            Avec tout mon respect et bonne fin de journée.


          • oscar fortin oscar fortin 23 février 2015 14:29

            @cathy30 : vous soulevez un point très important, celui de la gouvernance mondiale. Ce mouvement religieux auquel vous faites référence peut se présenter comme la religion de cette gouvernance mondiale. Le peuple qui adore son veau d’or. Illuminati et tout ce qui s’y rattache ne doit pas être très loin derrière ce mouvement. Un sujet fort intéressant.


          • soi même 23 février 2015 14:50

            @oscar fortin,vous avez une réflexion qui dates un peut, Jésus est le précurseur des épreuves de l’Humanité et comme il porte le Christ , il indique bien, Je Suis, Le Chemin, La Vérité , La Vie !

            L’époque est mure aujourd’hui pour se porté seul, l’on n’a plus besoin de Pape, de Gourou, de Prophète, Le vieux mot d’ordre du Temple de Delphes et redevenus l’exigence de notre époque :

            Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux !

          • cathy30 cathy30 23 février 2015 15:51

            @oscar fortin
            Oui je suis venue à l’essentiel, le communisme est également un de leur méfait sorti tout droit de Mordecai/Marx.


          • soi même 23 février 2015 16:09

            @cathy30, que vous dites est la première étape, la seconde c’est celle si ;
            http://www.dailymotion.com/video/x1...

            Ne vous égarez pas ce qui est présenté là , n’est que l’aspect physique d’une question suprasensible .....


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 2015 19:26

            Les USA veulent diriger le monde depuis le début du 19e siècle.
            Comme avant eux, tous les Empires.
            1812 : « Nous allons utiliser notre droit au libre échange pour égaler les exploits de Rome ».
            Ils ont toujours eu des délires d’Empereurs romains.


            Leur monnaie le démontre, elle est copiée sur une précédente monnaie, celle de l’ Empire espagnol, le REAL espagnol. Sur les pièces du réal espagnol, on peut lire « Plus oultre, plus ultra », formule reprise de St Paul aux Ephésiens qui signifie : au delà des colonnes d’ Hercule pour dominer le monde. « Nous sommes tous un seul peuple sur terre= empire mondial ». C’était en 1736.

            Extrait de la conférence d’Asselineau sur les monnaies et l’euro, première partie de la conférence :
            Au centre des pièces espagnoles, la représentation des colonnes d’ Hercule, avec une banderole autour, qui deviendra le symbole du dollar : $

            Le drapeau espagnol a conservé ces symboles du temps où l’ Espagne dominait le monde.
            On y voit les colonnes d’Hercule qui marquaient le détroit de Gibraltar, avec la banderole autour, devenue le symbole du dollar.


            Ils sont en guerre pour réaliser cet objectif 222 ans sur 239 ans de leur existence.
            Pour les USA, la liberté est celle du commerce et du pillage, pas du tout la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes.

          • lsga lsga 23 février 2015 19:32

            @Fifi Brind_acier
            et la France depuis Charlemagne.


          • soi même 23 février 2015 20:48

            @Fifi Brind_acier, exusemoi ma grande vos commentaires sont artificiesl et sans grandes valeurs mystiques !


          • soi même 23 février 2015 21:01

            @lsga, comme d’habitude tu pètes la bouteilles de champagne !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 2015 21:17

            @soi même
            Si vous saviez comme je m’en fous de vos valeurs mystiques..., vous cesseriez de me casser les pieds.


          • soi même 23 février 2015 23:58

            @Fifi Brind_acier, et bien explique moi tu te sens obligé de répondre à un réac de première bourre ?

             smiley


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 2015 07:25

            @lsga
            Pour une fois, je suis d’accord avec vous, l’ Empire de Charlemagne, qui était bien loin d’occuper l’espace de l’actuelle Union européenne, est utilisé par les européistes comme ancêtre de cette fiction européenne. Il fait même l’objet d’un prix décerné aux meilleurs soutiens de L’UE dont la liste est étonnante : « Le Prix Charlemagne décrypté »


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 2015 07:41

            @soi même
            Elle est bien bonne celle là ! Vous venez cracher votre mépris de « grand humaniste » sur chacun de mes commentaires, et je devrais ne pas répondre ?
            « Fermez-la », mais la place est déjà prise par Valls, aussi « grand humaniste » que vous.

            Voici le témoignage d’un ancien haut responsable de l’ Anthroposophie que vous défendez.


          • soi même 24 février 2015 11:01

            @Fifi Brind_acier, et oui , tu n’as montré d’une façon éclatante, ceci :

            « Les pauvres gens ne soupçonnent jamais le diable, quand même il les tiendrait à la gorge ».

            Johann-Wolfgang-Von-Goethe dans Faust.

            Je vous l’accorde au même titre que vous je ne suis pas plus humaniste que les autres, à cette vanité humain de pensé que l’on est toujours mieux que l’autre !

             


             smiley

             


          • arthes arthes 23 février 2015 14:32

            Quelle « grandiose » et amusante représentation de l’Humanité, Soi même, et tellement vraie smiley

            Si seulement chaque humain commençait par« voir en lui même » pour les reconnaitre et les combattre les tentations qui l’égarent,...Ah, bah, il découvrirait en meme temps un monde à coté duquel le mot « féérique » est encore trop faible, et ce monde lui appartient, mais bon...


            • Hermes Hermes 23 février 2015 15:22

              @arthes

              Ce serait effectivement la levée du « voile » c’est à dire en Grec ancien : l’apocalypse. smiley


            • soi même 23 février 2015 16:34

              @arthes, a si les hommes étaient moins aveugle,s il y a des images qui leurs parleraient immédiatement :

              http://www.photo.rmn.fr/CorexDoc/RMN/Media/TR1/Q3S4GY/06-514326.jpg

              http://www.jwstudy.com/jwbbs/img/2/1382881703_government_page_197.jpg


            • Passante Passante 23 février 2015 14:40

              Bonjour Oscar Fortin,


              dès le chapitre suivant (apo 18), il n’est plus question, avec quelle insistance...
              que : des « marchands de la terre »
              tout cela est très clair sur la subordination du pouvoir politique à la finance.
              le vatican est donc au grand max, et quelle misère, un boulon du vaste rouage.
              de plus, on ne sait rien du nouvel accord...


              • Gnostic Gnostic 23 février 2015 15:51

                Salut Oscar

                 

                J’ai visité l’ile de Patmos et la grotte ou Jean (prénom saint) a écrit l’apocalypse

                 

                Dans le fond de la grotte il y a plein de bouteilles d’Ouzo (pastis grec). Le guide nous a dit que c’étaient les bouteilles que Jean s’envoyait derrière le col de la cravate avant d’écrire son évangile.

                 

                Il y recevait aussi beaucoup de prostituées qui lui donnaient du plaisir et de l’inspiration.

                 

                 smiley

                 

                Maintenant le cas du pape François. Il fait ce qu’il peut pour retarder la chute du catholicisme mais il est tenu par les … par les israéliens du Mossad qui détiennent la preuve irréfutable de la non déicité du dénommé Jésus et sa non résurrection.

                 

                Du coup il doit obéir à l’empire sinon apocalypse qui signifie révélation publique

                 smiley


                • oscar fortin oscar fortin 23 février 2015 16:54

                  @Gnostic : Vous en savez des choses. Bien des gens aimeraient en savoir autant avec cette même certitude. J’ai des certitudes qui reposent sur la foi et d’autres sur la raison. Dans mon cas les deux certitudes qui en résultent ne se contredisent pas, elles sont le plus souvent complémentaires. Que Jésus soit ressuscité me vient de la foi, mais ma raison n’y trouve qu’une fenêtre ouverte sur un univers inconnu. Ma raison ne saurait me convaincre s’il est réellement ressuscité ou pas, la résurrection telle qu’expérimentée par le Christ est un phénomène historiquement insaisissable qui repose sur le témoignage des disciples. On y croit ou on n’y croit pas, libre à chacun d’y mettre son grain sel. On ne viendra pas toutefois me dire que l’on peut faire la démonstration rationnelle que la résurrection de Jésus n’existe pas. J’aimerais bien que vous m’en fassiez la démonstration.


                  Avec tout mon respect


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 février 2015 19:34

                  @oscar fortin
                  salut,
                  Tout cela montre que le Vatican est un Etat comme les autres, qui fait de la géopolitique depuis toujours, mais sans le dire clairement à ses ouailles...
                  Un peu comme Sarkopipo et Hollande alors ?
                  Mes condoléances aux catholiques.
                  On a les mêmes à la maison.


                • oscar fortin oscar fortin 23 février 2015 20:51

                  @Fifi Brind_acier : Que dire de plus. Dans plusieurs de mes articles en espagnol, je demande à ce que le pape et l’Église sorte le plus vite de l’État du Vaticanqui n’a finalement rien à voir avec l’Église, communauté des croyants portés par un même Esprit aux multiples dons.


                • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 23 février 2015 17:21

                  « Cette femme était vêtue de pourpre et d`écarlate, et parée d`or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d`or, remplie d`abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre.  » Ap.17, 4-5


                  Cette description correspond exactement à ce qu’est LA TELEVISION.

                  • Aldous Aldous 23 février 2015 17:50

                    @Qaspard Delanuit
                    C’est plutôt Apocalypse 13:14 et 15


                    Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l’épée et qui vivait. 

                    Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât, et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tué

                  • njama njama 23 février 2015 17:33

                    En juin 1982, alors que Reagan et Jean-Paul II célébraient leur Sainte Alliance ...

                    3 ans plus tard :
                    « Ces hommes sont l’équivalent des pères fondateurs des États-Unis. » Ronald Reagan (1985)


                    • njama njama 23 février 2015 17:45

                      "Car la Vérité, c’est que le monde doit changer, Je n’ai rien dit d’autre à Mes Témoins. Ma Parole est la Loi Qui vient ; les nations s’Y sont-elles encore jamais soumises ? Même Pierre ne L’a pas accomplie.

                      Pour cela on tirera de leurs palais et de leurs temples les hypocrites qui ont fait faussement de Ma Parole la loi qui est. Elle est la Loi Qui sera. Encore quelques princes à Rome, ailleurs aussi, et le dernier sera tiré de son lit à l’aube.

                      Ne pleure pas sur les malheurs qu’on verra ce jour-là, car J’ai laissé aux princes le temps d’écouter Ma Parole, et même plus que le temps du repentir !
                      (Évangile d’Arès 1974- 28/ 7-9) ici
                      je pense qu’il est grand temps que le navire de Pierre rectifie le cap ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires