Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La réalité en trompe-l’œil du modèle britannique

La réalité en trompe-l’œil du modèle britannique

La visite récente de Nicolas Sarkozy à Londres remet au goût du jour le fameux modèle britannique de capitalisme. Vantant ses mérites et voulant importer les recettes de la potion magique britannique au pays des Gaulois, Nicolas Sarkozy succombe à un mirage qui a été partagé par beaucoup d’hommes politiques avant lui. Pourtant, si l’on analyse objectivement ce modèle de capitalisme, ses vertus ne sont pas si évidentes et la potion proposée ne correspond pas à l’étiquette de ses prescripteurs. Les travaux récents des économistes sur la comparaison des modèles de capitalisme remettent en cause bien des idées reçues et montrent surtout que le modèle anglais n’est pas exportable. Pire, son efficacité supposée est loin d’être évidente si l’on prend les statistiques officielles.

Si l’attrait idéologique pour le modèle anglais est lié aux décalages qui semblent exister entre les taux de chômage anglais et français (5% contre plus de 8% en France), les chiffres de l’OCDE ou d’Eurostat montrent un visage très différent des tendances en matière de création d’emplois dans les deux pays.

Dans un article récent du Monde, l’économiste Francisco Vergara[1] analyse clairement ces tendances. Si l’on prend la création d’emplois, depuis 30 ans, c’est la France qui en a créé le plus (+11,25% contre 5,82%). Cette évolution pourrait être attribuée à des causes démographiques mais que constate-t-on ? La structure démographique anglaise ressemble à celle de la France (même pourcentage de population en âge de travailler qui augmente au même rythme dans les deux pays, pyramide des âges similaires).De plus, les générations du baby-boom ne commencent que depuis 2005 à partir à la retraite dans les deux pays. Que cachent donc ces chiffres contradictoires du chômage anglais ? Il ne semble pas exister de raison objective à un taux de chômage aussi faible... Traditionnellement, lorsqu’on analyse le chômage, on distingue deux catégories d’acteurs : les actifs (emploi + chômage) et les inactifs. Or, une troisième catégorie d’acteurs n’est jamais analysée, ce sont des chômeurs invisibles qui n’apparaissent pas dans les chiffres du chômage : c’est le stagiaire qui est une personne très prisée car il n’est ni employé ni chômeur (qui travaille gratuitement) ; le travailleur en attente d’emploi, les personnes en longue maladie, les travailleurs découragés, ou les personnes qui gardent leurs enfants....Transformer un chômeur en inactif est un art qui masque la vérité des chiffres du chômage... Tony Blair est un maître prestidigitateur qui a fait passer, entre 1990 et 2000, plus d’un million de personnes d’une catégorie à l’autre. En Angleterre, le moyen le plus efficace est la catégorie du «  Long term Sick » ou « Disabled  ». L’Angleterre a, entre 1990 et 2000, divisé son chômage par deux et augmenté le nombre de ses malades d’un million. En 2006, plus de 2 millions de personnes sont malades de longue durée en Angleterre[2].

Le marché du travail anglais




D’autres chiffres sont aussi éloquents : la population inactive est en constante augmentation en Angleterre. Depuis 1990, elle représentait 23,5 % de la population des 16-65 ans, et elle atteint, en 2000, 25%. Cette évolution est inverse pour la France qui diminue sa population inactive. L’on peut dire que la France s’est plus remise au travail depuis 1990 que l’Angleterre (augmentation de 2 970 000 des actifs contre 960 000) alors que l’Angleterre a masqué son chômage par l’accroissement de ses inactifs. Dans ce pays, la population active a moins augmenté que l’emploi (-560 000) et que la population en âge de travailler, ce qui explique la baisse du taux de chômage. Cette évolution est aussi très intéressante lorsque l’on analyse la nature des créations d’emplois. Les chiffres de l’OCDE sont marquants : de 1990 à 2004, la France a créé 82% d’emplois de plus que l’Angleterre, soit 900 000 emplois de plus. En 2005, 25,5% des emplois anglais sont à temps partiels contre 17,2% des emplois français. Si l’on observe la durée du travail, les chiffres pourraient donner raison à M. Sarkosy puisque la durée légale du travail est très supérieure en Angleterre. Mais si l’on observe la durée moyenne du travail, un Français travaille en moyenne quatre heures de plus qu’un Anglais. Ceci s’explique de fait par le nombre important de temps partiels en Angleterre. 36,2% des salariés anglais travaillent moins de 30 heures et 22% plus de 45 heures.

Si l’on observe le type d’emploi créé, le modèle anglais s’est appuyé essentiellement sur la création d’emplois publics. 560 000 emplois publics ont été créés entre 2000 et 2005 dont 150 000 dans l’éducation et 280 000 dans la santé.

Le mirage anglais laisse aussi pantois lorsque l’on examine la population française qui vit à Londres. Tordons d’abord le cou à une idée reçue, les Français préfèrent rester en France : Les Français installés en Angleterre sont extrêmement peu nombreux (moins de 95 000 dont près de 38 000 à Londres). Les jeunes Français ne quittent pas la France parce qu’ils ne trouvent pas de travail chez eux, mais parce qu’ils veulent faire des études (26,4%) et perfectionner leur anglais. Les migrations pour le travail représentent seulement 22,3% des migrants. L’Angleterre avait 2 247 740 étudiants en 2004 contre seulement 1 720 000 en 1996. En 2004, 300 060 venaient de pays non membres de l’Union européenne, et seulement 89 545 de l’Union européenne. Parmi ceux-ci seulement 11 295 Français font leurs études en Angleterre. La France est devancée par tous les autres grands payseuropéens. Ici encore, il convient de relativiser l’attractivité du modèle anglais...

Les motifs de migration en Grande-Bretagne en 2003

2003

Total

Travail

Accompagne

Etudes

Autre

Inconnu

Entrées

512 600

114 400

75 100

135 100

149 700

38 300



22,3 %

14,7 %

26,4 %

29,2 %

7,5 %

Sorties

361 600

91 200

58 700

10 900

115 800

85 000



25,2 %

16,2 %

3,0 %

32,0 %

23,5 %

La théorie selon laquelle les jeunes Français migrent alors que les vieux Anglais viennent en France ne résiste pas non plus à l’analyse. Si l’on examine l’âge des migrants anglais, seulement 2,6% sont des retraités contre 51,9% qui ont entre 25 et 44 ans.

Le modèle anglais est bien un vrai « miroir aux alouettes » pour le personnel politique français.

Si le Royaume-Uni appartient sans aucun doute à un modèle de capitalisme de marché financier, il convient d’analyser ses performances globales sans a priori et sans se masquer une réalité moins glorieuse que ses hagiographes oublient de mettre en évidence. La thèse selon laquelle la mondialisation des marchés, en augmentant la pression concurrentielle sur les systèmes économiques, impliquerait l’adoption par la France d’un modèle unique proche du modèle anglais mérite d’être profondément discutée au regard des performances de l’économie britannique. Contrairement à ce que pense A. Giddens, le sociologue gourou de Tony Blair, l’Angleterre n’est pas « une étincelle pour l’interaction créatrice entre les Etats-Unis et l’Europe continentale ».



[1] Auteur de Les Fondements philosophiques du libéralisme, éditions La Découverte, 2002

[2] Pour plus de précisions voir http://travail-chomage.site.voila.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (200 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article


  • LE CHAT LE CHAT 12 février 2007 10:39

    Renaud chantait miss Maguy , Trust chantait « angleterre , angleterre , la misère des années de guerre .... » l’ultralibéralisme laisse beaucoup de monde de coté , et le royaume uni attire les miséreux du tiers monde qui sont exploités par un patronat digne du 19eme siècle ....


    • Stef 12 février 2007 11:53

      Merci pour cet article, et dire qu’il y encore des gens qui croient aux promesses des 2 prétendants nous vantant l’« EXCELLENCE » du Royaume Uni, on voit bien ou ils veulent nous mener.... BLAIR est un menteur et Heureusement, les politiques Français qui lui font du pied, vont se vautrer, car les FRANCAIS ne sont pas dupes....

      3 boulots pour survivre et à vivre à 5 en colocation.....plus d’industrie. Merci pour leurs désirs d’avenir et le tout est possible.... Le but est de nous rendre comme des bêtes (communautarisme et pression du travail), et ne plus avoir le temps de prendre du recul sur le sens de la vie.... Attention, la terre brule dèjà !!!!

      Un seul choix, voter contre ces MENTEURS....et encore moins pour le gros porc et sa porcellette ;). La balle au centre quoi !!!!


    • Anthony Meilland Anthony Meilland 12 février 2007 12:07

      Ségolène Royal a pris ces distance avec Tony Blair et son modèle britannique. On peut certes lui reprocher ces égarements initiaux, mais le discours d’hier à Vilepintes ne me semble pas aller dans le sens de la copie du modèle anglo-saxon.

      Sinon, il est vrai que Bayrou lui aussi a pris le parti de défendre notre modèle de société.

      Seul Sarkozy semble encore croire à la magnificience du modèle britannique ou de celui des USA. La question centrale est donc de savoir si nous voulons augmenter la pauvreté dans notre pays en acceptant le dogme ultra-liberal (éconmoique parce que sur les moeurs et la politique il n’est pas vraiment libéral) de Sarkozy ?

      Sarkozy président Thatcher premier ministre => doublement de la pauvreté en quelques années.


    • Anthony Meilland Anthony Meilland 12 février 2007 12:09

      Il manque un signe = entre Sarkozy président = Thatcher premier ministre


    • ZEN zen 12 février 2007 14:47

      @ The Cat

      No Worry ! Cela n’affecte pas la Queen, qui a tout loisir pour soigner ses chats...


    • LE CHAT LE CHAT 12 février 2007 15:04

      @ZEN

      salut mon chtibuddha , je crois savoir que the queen préfère les petits chiens corgies ! pfffff smiley


    • gointheuk 12 février 2007 18:38

      @ Stef

      Merci pour cet article, et dire qu’il y encore des gens qui croient aux promesses des 2 prétendants nous vantant l’« EXCELLENCE » du Royaume Uni, on voit bien ou ils veulent nous mener.... BLAIR est un menteur et Heureusement, les politiques Français qui lui font du pied, vont se vautrer, car les FRANCAIS ne sont pas dupes....

      Blair est un menteur sur pas mal de choses (apparement).

      Ceci dit, c’est pas en France qu’on verait un homme politique raconter des mensonges smiley

      3 boulots pour survivre et à vivre à 5 en colocation

      Honnetement vous croyez vraiment que c’est comme ca partout au RU ?

      De la meme maniere, vous croyez vraiment qu’en France il n’y a pas de telles situations honteuses ?

      .....plus d’industrie. Merci pour leurs désirs d’avenir et le tout est possible.... Le but est de nous rendre comme des bêtes (communautarisme et pression du travail), et ne plus avoir le temps de prendre du recul sur le sens de la vie.... Attention, la terre brule dèjà !!!!

      Un seul choix, voter contre ces MENTEURS....et encore moins pour le gros porc et sa porcellette ;). La balle au centre quoi !!!!

      C’est vrai ca. Etre insultant c’est toujours une bonne idee.  smiley


    • dégeuloir 12 février 2007 23:13

      Rit gain,tate cher,blair eau,cetrop d’air,chie et raque,aznaze,et maintenant sarkophage ?.....c’en est trop des ravages de l’ultra-libéralisme ....... smiley mmmiiiiaaaouu pfffffff pfffff


    • 12 février 2007 10:55

      Intéressant papier.

      A lire en relation avec celui-ci, l’excellent ouvrage de Ph. Auclair, « Le royaume enchanté de Tony Blair ».

      La situation au RU est très différente de ce que prétendent beaucoup, en particulier dans les milieux conservateurs et ceux des économistes. Les statistiques du chomage sont encore plus biaisées qu’en France, puisque l’on a sorti des valeurs officielles des chomeurs que l’on a reclassés comme invalides. Le pays compte 13 millions de pauvres. La livre est surévaluée... Les protections sociales sont très limitées : vous pouvez être viré du jour au lendemain sans indemnité. La protection des jeunes mères est aussi très limitée avec pour conséquence un taux de natalité asssez faible.

      Argument « massue » des économistes : le PIB par tête est supérieur à celui de la France. Certes, mais si le PIB faisait le bonheur des citoyens, cela se saurait ! Ce PIB devient de toutes façons inférieur au PIB de la France dès que l’on réintègre le coût de la vie (insee). A mediter aux Echos ou à la Tribune...

      Je vais au RU de temps en temps pour mon travail. Ce que je vois est un pays assez malade, bien plus malade que la France. Les gens ont du mal à se loger et cela quelle que soit la région. Il est courant que l’on soit logé à plus de 100 km de son lieu de travail. L’obésité est aussi flagrante qu’aux USA. Et les retraités vivent sous la menace constante de la chute des prix de l’immobilier ou des cours de la bourse, le montant garanti des retraites atteignant 20% du meilleur salaire dans bien des cas.

      Les services publics sont dans un mauvais état pour ne pas dire plus... Le métro de Londres est une horreur. Les trains sont souvent en retard. J’ai parcouru plusieurs fois 250 km sur de grandes lignes, sur des banquettes en bois, avec des portes des wagons condamnées par du ruban adhésif !!!! On ne compte plus les friches industrielles.

      Alors France ou RU, choisis ton camp camarade ! Et penses y au moment de voter !


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 12 février 2007 11:19

        Un livre à lire absolument !

        Terrifiant le chapitre : « Le Royaume-Uni, c’est l’URSS »


      • ZEN zen 12 février 2007 14:49

        @IP:xxx.x36.23.50)

        C’est pas gentil, j’allais justement conseiller cet excellent livre...


      • gointheuk 12 février 2007 15:13

        > Je vais au RU de temps en temps pour mon travail. Ce que je vois

        Moi, j’y habite et j’y travaille.

        > est un pays assez malade, bien plus malade que la France. Les gens ont du mal à se loger et cela quelle que soit la région. Il est courant que l’on soit logé à plus de 100 km de son lieu de travail.

        Vous croyez donc qu’en France, ca n’arrive pas ?

        J’ai habité 10 ans a Paris et maintenant je vis dans une « grande » ville de province anglaise (+400000 hab). J’habite à 15 min à pieds de mon travail.

        Dans cette ville, les logements ne manquent pas et sont de bonnes qualités (ceux que j’ai vu en tout cas).

        Au niveau des documents à fournir, c’est beaucoup moins problématique au RU qu’en France, tout du moins qu’à Paris (je sais : « Paris » n’est pas la France). Il n’y a qu’un mois de dépot par exemple. On ne m’a pas demandé de caution parentale. Essayez donc d’avoir facilement un logement à Paris même avec un bon travail et un bon salaire, c’est pas évident (c’est du vécu).

        > L’obésité est aussi flagrante qu’aux USA.

        A ce que j’ai vu, il n’y en a pas plus qu’en France. Par contre ils aiment bien grignoter des chips et des gateaux.

        > Les services publics sont dans un mauvais état pour ne pas dire plus... Le métro de Londres est une horreur. Les trains sont souvent en retard. J’ai parcouru plusieurs fois 250 km sur de grandes lignes, sur des banquettes en bois, avec des portes des wagons condamnées par du ruban adhésif !!!! On ne compte plus les friches industrielles.

        C’est bizarre car j’ai souvent pris le train et je ne reconnais absolument pas ce que vous decrivez.

        Si vous trouvez que le métro de Londres est une horreur, prennez donc celui de Paris, c’est bien plus sale.

        Dans les trains anglais que j’ai pris, les sièges étaient toujours assez récents et confortables. A l’interieur des trains, il y a, par exemple, des panneaux électroniques qui indiquent le prochain arret ou l’heure. Il y a ça en France ? C’est pourtant bien pratique.

        Le coup des banquettes en bois, c’est sur quelle ligne de train ?

        A propos de déplacement, le réseau de cars (National Express) entre les villes est repandu (d’ailleurs ca existe en France ?), avec des cars récents (climatisation, toilettes, etc.) et en plus ce n’est pas tres onéreux, mais c’est plus long qu’en train...

        Pour vous rassurer, il y a aussi beaucoup de problemes au RU, comme la pratique du « binge drinking » (en gros, c’est se saouler).

        Le plus grand probleme, c’est qu’ils ne parlent pas français. Oui, oui, c’est de l’humour smiley

        Au Royaume-Uni, tout n’est pas rose, mais c’est loin de l’enfer que (presque) tout le monde ici décrit.


      • jujubinche 12 février 2007 15:31

        Cher gointheuk

        J’ai aussi vecu au RU, et honnêtement, sur deux points je tiens vous exprimer mon désaccord. (oui je sais c’est pompeux smiley

        Franchement les trains anglais et français sont incomparables, ne les comparons donc pas. Entre un TGV et les michelines rafistolée « virgin » qui servent de train outre manche, y’a un monde.

        Ensuite, vous comparez les difficultées de logement entre Paris et une ville de province anglaise. Ce n’est pas très honnête de votre part, et nous connaissons tous la situation désastreuse du logement britannique.

         smiley


      • gointheuk 12 février 2007 16:37

        Cher jujubinche

        Je ne suis pas d’accord entre le « monde » entre les trains en France et au Royaume-Uni. Si vous voulez dire qu’un TGV va plus vite qu’un train britanique, je vous accorde que le TGV va plus vite.

        En ce qui concerne le confort, je vous assure que les trains britaniques (ceux que j’ai pris) sont assez confortables. http://en.wikipedia.org/wiki/British_Rail_Class_333

        C’est aussi pour cela que je voudrais bien connaitre la ligne de trains avec les banquettes en bois.

        Je vous accorde qu’il est tres couteux de se loger a Londres, mais Londres n’est pas le Royaume-Uni, tout comme Paris n’est pas la France. Merci de ne pas associer le logement a Londres avec le reste du Royaume-Uni (vous parliez d’honnêteté).

        La question est de savoir pourquoi vouloir absolument aller a Londres ?


      • gointheuk 12 février 2007 16:44

        > Les protections sociales sont très limitées : vous pouvez être viré du jour au lendemain sans indemnité

        Avez-vous plus de precisions sur cela ?

        Parce que sur mon contrat de travail (britanique), je vous assure qu’il y a une periode de preavis (un mois, c’est-a-dire comme la majorite des salaries en France).


      • Jaimz 12 février 2007 17:03

        Favoriser le bus au train c’est vraiment rétrograde... à une époque où tout le monde par d’écologie. Je suis d’accord avec le fait qu’il y a beaucoup de pannes sur le réseaux férrés anglais, pour les banlieusards londonniens c’est une galère chaque jour !


      • 12 février 2007 17:07

        @ gointheuk

        Vous croyez donc qu’en France, ca n’arrive pas ?

        Si mais pas avec la fréquence que je constate chez mes collègues britaniques...

        Essayez donc d’avoir facilement un logement à Paris même avec un bon travail et un bon salaire, c’est pas évident (c’est du vécu)

        Cela est encore moins évident à Londres. Je peux trouver un deux pieces de 40 m2 en banlieue est ou a 35 km de Paris pour 650 euros. Vous avez quoi pour 400 livres a Londres ou alentour ? « Just » pour le fun !

        A ce que j’ai vu, il n’y en a pas plus qu’en France. Par contre ils aiment bien grignoter des chips et des gateaux.

        Alors vous ne regardez pas autour de vous. L’obésite touche 24% de la population du RU (2003) contre 9,5% en France à la même date (ocde)... Soit 2,5 fois plus !

        Si vous trouvez que le métro de Londres est une horreur, prennez donc celui de Paris, c’est bien plus sale.

        Pas forcément vrai. En tous cas je suis rarement passé de 35°C a 0°C dans le metro a Paris alors que cela m’est arrive plusieurs fois en hiver à Londres. Les retards et les pannes y sont plus fréquents qu’à Paris, sauf sur le RER. Je n’ai jamais attendu le métro 20 minutes sur un quai de gare à Paris, cela m’est arrivé regulièrement à Londres.

        On peut aussi comparer les bus de Paris aux bus londoniens, qui sont à bout et d’ailleurs en cours de remplacement si mes nouvelles sont bonnes.

        Le coup des banquettes en bois, c’est sur quelle ligne de train

        Sur Londres (liverpool st) Ipswich et Ipswich Norwich en 1999. Les adhesifs doivent dater de 2001, eux.

        Le plus grand probleme, c’est qu’ils ne parlent pas français. Oui, oui, c’est de l’humour

        Je sais bien et ils sont surpris quand je leur dis dans mon anglais correct que je parle aussi espagnol et me débrouille un tout petit peu en italien.


      • 12 février 2007 17:13

        @ gointheuk (IP:xxx.x00.215.137)

        Les protections sociales sont très limitées : vous pouvez être viré du jour au lendemain sans indemnité

        Avez-vous plus de precisions sur cela ?

        Parce que sur mon contrat de travail (britanique), je vous assure qu’il y a une periode de preavis (un mois, c’est-a-dire comme la majorite des salaries en France).

        Parce que vous avez un contrat en bonne et due forme.

        Sur 2 expats que je connais, un n’a pas de contrat même après avoir insisté pour en avoir un... Certes il a trouvé un job dans ces conditions en 48 heures ou presque, mais pour moi, c’est pas du travail...

        L’autre a une semaine de préavis, dans l’hotellerie, sans indemnité mentionnée... Glauque, non ?


      • Fred 12 février 2007 17:28

        Et le probleme de pouvoir se faire virer du jour au lendemain est ?

        J’ai fais 5 ans aux US dans un contrat similaire et je n’en suis pas mort. Quand tout le monde a le meme contrat, les banques ne vous demandent pas si vous avez un CDI ou un CDD, idem pour les proprios.

        De plus ca marche dans les deux sens, vous pouvez partir quand vous voulez. Forcemment dans notre culture c’est impensable car ca veut dire chomage pendant plus d’un an en moyenne.


      • gointheuk 12 février 2007 18:09

        @ (IP:xxx.x36.23.50)

        Cela est encore moins évident à Londres. Je peux trouver un deux pieces de 40 m2 en banlieue est ou a 35 km de Paris pour 650 euros. Vous avez quoi pour 400 livres a Londres ou alentour ? « Just » pour le fun !

        Aucune idee, Londres ne m’interesse pas. Il y a du boulot en province et c’est beaucoup moins cher.

        Alors vous ne regardez pas autour de vous. L’obésite touche 24% de la population du RU (2003) contre 9,5% en France à la même date (ocde)... Soit 2,5 fois plus !

        Si, si, je regarde autour de moi justement et c’est difficile de croire qu’un britannique sur quatre est obese, mais bon les chiffres ne trompent jamais (c’est quoi deja le sujet de l’article ?)

        Pas forcément vrai. En tous cas je suis rarement passé de 35°C a 0°C dans le metro a Paris alors que cela m’est arrive plusieurs fois en hiver à Londres. Les retards et les pannes y sont plus fréquents qu’à Paris, sauf sur le RER. Je n’ai jamais attendu le métro 20 minutes sur un quai de gare à Paris, cela m’est arrivé regulièrement à Londres.

        Je parlais surtout de proprete hein ?

        Je trouve que le metro a Paris est beaucoup plus sale que celui de Londres, c’est tout.

        On peut aussi comparer les bus de Paris aux bus londoniens, qui sont à bout et d’ailleurs en cours de remplacement si mes nouvelles sont bonnes.

        C’est vrai qu’ils ont l’air plus poussifs. Les vieux « Routemaster » ont presque disparu je crois.

        Sur Londres (liverpool st) Ipswich et Ipswich Norwich en 1999. Les adhesifs doivent dater de 2001, eux.

        Je le note. Si j’ai l’occasion de prendre cette ligne je regarderai. Ceci dit, je crois qu’ils ont ameliore sensiblement le reseau ferre depuis cette date. Je vous assure que je n’ai jamais vu de banquettes en bois dans les trains (et c’est plus recent).

        Je sais bien et ils sont surpris quand je leur dis dans mon anglais correct que je parle aussi espagnol et me débrouille un tout petit peu en italien.

        Oulala, mon anglais est loin d’etre correct.

        D’ailleurs je pense qu’un Anglais avec un niveau en francais identique a mon niveau en anglais aura du mal a trouver un « bon » boulot en France.


      • gointheuk 12 février 2007 18:28

        Et le probleme de pouvoir se faire virer du jour au lendemain est ?

        De ne plus avoir de revenu (sauf allocation chomage) par exemple.

        En periode de plein emploi, si tu es sur de retrouver un emploi, ca va, mais en cas de recession...

        J’ai fais 5 ans aux US dans un contrat similaire et je n’en suis pas mort. Quand tout le monde a le meme contrat, les banques ne vous demandent pas si vous avez un CDI ou un CDD, idem pour les proprios.

        Ouais, mais je prefererais quand meme un contrat unique avec comme base le CDI qu’un contrat unique avec comme base le CDD.

        De plus ca marche dans les deux sens, vous pouvez partir quand vous voulez. Forcemment dans notre culture c’est impensable car ca veut dire chomage pendant plus d’un an en moyenne.

        C’est vrai que les trois mois de preavis pour les cadres, ce n’est pas forcement evident pour changer de boulot.

        Le plus drole c’est les RH qui ont l’air surpris(es) quand tu annonces que tu as trois mois de preavis, du style « ah bon, mais comment ca se fait ? » (je parle de la France hein ?)


      • granul 12 février 2007 22:20

        Diverses questions à vous poser, Goingtouk :
         où avez-vous fait vos études ?
         quel âge avez-vous ?
         avez-vous des enfants ?
         avez-vous déjà été malade au Royaume-Uni ?

        Au Royaume-Uni, tout va très bien si vous avez moins de 40 ans, que vous venez de l’étranger (où vous avez fait vos études), si vous êtes en bonne santé, et sans enfants ou parents âgés à charge.

        Malheureurement, réunir ces conditions toute sa vie n’existe que dans les contes de fées. Tôt ou tard, on est donc rattrapé par la vraie vie, en GB comme ailleurs. Et ce jour-là, il vaut beaucoup mieux être en France.

        Les insuffisances du système britannique ne se limitent donc pas au confort des sièges de bus. Ce pays est devenu inhumain, au sens premier du terme. Et je ne parle même pas des millions de caméras !.


      • Fred 13 février 2007 10:57

        " Et le probleme de pouvoir se faire virer du jour au lendemain est ?

        De ne plus avoir de revenu (sauf allocation chomage) par exemple.

        En periode de plein emploi, si tu es sur de retrouver un emploi, ca va, mais en cas de recession...

        J’ai fais 5 ans aux US dans un contrat similaire et je n’en suis pas mort. Quand tout le monde a le meme contrat, les banques ne vous demandent pas si vous avez un CDI ou un CDD, idem pour les proprios.

        Ouais, mais je prefererais quand meme un contrat unique avec comme base le CDI qu’un contrat unique avec comme base le CDD.

        De plus ca marche dans les deux sens, vous pouvez partir quand vous voulez. Forcemment dans notre culture c’est impensable car ca veut dire chomage pendant plus d’un an en moyenne.

        C’est vrai que les trois mois de preavis pour les cadres, ce n’est pas forcement evident pour changer de boulot.

        Le plus drole c’est les RH qui ont l’air surpris(es) quand tu annonces que tu as trois mois de preavis, du style « ah bon, mais comment ca se fait ? » (je parle de la France hein ?)"

        Quand la periode au chomage est de 4 mois en moyenne, ce n’est pas plus inquietant que ca. Forcemment en France avec une periode moyenne de 14 mois, ca fait un peu plus peur.

        En periode de recession quand l’entreprise va mal, un CDI devrait vous proteger parce que ? Le I dans CDI veut dire indertermine pas infini.


      • gointheuk 13 février 2007 12:48

        @ granul

        Diverses questions à vous poser, Goingtouk :

        Et je vais vous repondre honnetement.


         où avez-vous fait vos études ?

        France


         quel âge avez-vous ?

        < 35 ans


         avez-vous des enfants ?

        pas encore


         avez-vous déjà été malade au Royaume-Uni ?

        non

        Au Royaume-Uni, tout va très bien si vous avez moins de 40 ans, que vous venez de l’étranger (où vous avez fait vos études), si vous êtes en bonne santé, et sans enfants ou parents âgés à charge.

        Mais c’est la meme chose en France et partout ailleurs voyons !

        Il vaut mieux etre riche et en bonne sante que pauvre et malade, au Royaume-Uni comme en France !

        Par exemple, en France, passé quarante ou cinquante ans, si on se retrouve au chomage, ca peut etre très dur.

        Malheureurement, réunir ces conditions toute sa vie n’existe que dans les contes de fées. Tôt ou tard, on est donc rattrapé par la vraie vie, en GB comme ailleurs. Et ce jour-là, il vaut beaucoup mieux être en France.

        Mais qui a dit le contraire ? Pas moi.

        Justement, c’est parce que je suis « jeune » et en relative bonne sante que je peux me permettre de « tenter l’aventure ».

        Je ne suis pas en train de dire que c’est le Royaume Enchanté (je rebondis sur « contes de fées »), mais c’est une aventure humaine tres interessante.

        J’ai essaye de partir sans apriori, mais c’est difficile avec ma tete de petit Francais qui connait tout smiley

        C’est vrai que cela m’a surpris quand j’ai appris que j’avais le meme nombre de jours de vacances qu’en France (et en plus je les ai meme la premiere annee), que les horaires sont les memes (37.5h/sem), qu’il y a un preavis avant de te licencier, etc. bref je trouve que les conditions de travail ne sont pas si differentes que ca par rapport a la France.

        Bien entendu, c’est mon experience personnelle.

        Il y des Francais qui vont au RU et qui se font exploiter dans l’hotellerie par exemple. Mais croyez-vous que les etrangers qui parlent a peine le francais et qui viennent travailler en France sont mieux traites ?

        Les insuffisances du système britannique ne se limitent donc pas au confort des sièges de bus.

        Ce n’est pas tres honnete de votre part de parler du confort des sièges car je ne faisais que repondre a quelqu’un qui disait que les banquettes etaient en bois.

        Ce pays est devenu inhumain, au sens premier du terme. Et je ne parle même pas des millions de caméras !.

        1 pour 14 habitants il parait.

        Ceci dit, prenez le metro ou le RER a Paris et regardez le plafond : les cameras y pullulent sans que cela derange les gens.

        Pour conclure, vous prefereriez que je vous dise que vivre au Royaume-Uni, c’est une horreur sans nom, que les gens sont tous malheureux, que les hopitaux ca n’existe pas et que 99% des gens dorment dans la rue, le 1% restant etant les hyper-riches.

        Je suis désolé de vous décevoir, mais ce n’est pas le cas.


      • granul 13 février 2007 21:01

        « Mais c’est la meme chose en France et partout ailleurs voyons ! »

        Que nenni !

        Les études, par exemple, ce n’est pas du tout la même chose. Des universités assez bas de gamme (mais quand même assez chère) ou des grandes écoles privées (très chères). Beaucoup d’étudiants commencent donc leur vie active avec plusieurs dizaines de milliers de livres de dettes, avant même d’avoir touché un seul salaire.

        La retraite publique minimale, c’est 186 £ (à quelque chose près ?). On imagine facilement les conséquences du moindre pépin de santé. Si tu as un cancer à 40 ans, tu finis ta vie dans la misère. Une sécu dont on ne parle même pas : 15% de laissés pour compte, 80% qui se débrouillent comme ils peuvent et 5% pour qui ça va bien (merci pour eux !).

        Beaucoup de gens sont obligés de cumuler 2 emplois à temps partiel mal payés, parfois au black. D’où un niveau de revenus souvent faible, et un endettement moyen de 66000€ par adulte. Avec l’hypothèque rechargeable, l’endettement à taux variable et la baisse de l’immobilier, on assiste en ce moment à une forte augmentation des faillites personnelles. Que du bonheur, on vous dit...

        Le dynamisme économique britannique est fait de bouts de ficelle, de niches internationales ou de secteur économiques « bubble gum » : l’immobilier, la sécurité (obsessionnelle), les prestations financières, les transports, la distribution... L’économie britannique s’en est tirée jusqu’ici uniquement grâce à la manne pétrolière de la Mer du Nord, et parce que certains de ses partenaires européens ont une fiscalité plus élevée. Si la France et l’Allemagne divisent par 2 leur impôt sur les sociétés, l’économie anglaise s’effondre (j’exagère à peine).

        Et surtout, ce qui est le plus incroyable, dans un pays se disant « libéral » : une invasion de technocrates, chargés de compter tout, de peser le pour et le contre, de prescrire des solutions qui changent tout le temps. Une horreur. Certains salariés britaniques décomptent même dans leur temps de travail la durée nécessaire pour remplir une panoplie complète d’états, formulaires ou évaluation. C’est devenu une fonction à part entière : la collecte de données sur ce à quoi on emploie son temps professionnel.

        Ma conclusion : c’est le royaume du vent.


      • herve33 12 février 2007 10:56

        Excellent article qui prouve encore la démagogie de certains de nos politiciens . L’Angleterre a privatisé tout ce qui est privatisable , les services publics tombent en ruine , si bien que de nombreux anglais viennent se faire soigner en France . Même le controle aérien a été partiellemnt privatisé la-bas , et le résultat est loin d’etre très positif :

        http://www.futura-sciences.com/news-bug-informatique-tour-controle-mesaventure-anglaise_3775.php


        • Anthony Meilland Anthony Meilland 12 février 2007 11:00

          Pour compléter votre tableau du modèle britannique, il convient aussi d’évoquer la pauvreté.

          Le RU comptait 6% de pauvres en 1979 (50% du revenu médian), 16% en 1997, et 13% en 2004. En France le taux était de 8% en 1980 et avoisine maintenant les 6%.

          Un très bon site pour se rendre compte de la réalité du modèle britannique :UK poverty

          On pourrait aussi évoquer un système de santé déplorable, un système de retraite privé qui risque d’exploser, et un système éducatif en décrépitude.


          • Fred 12 février 2007 12:11

            En regardant votre site, on s’apercoit aussi que l’anglais moyen gagne un peu plus de 1200£ par mois soit 1800€ apres paiement du loyer a comparer au salaire median francais de 1600€ avant paiement du loyer.

            Les plus pauvres gagnent a peu pres 140£ par semaine soit 850€ par mois apres paiement du loyer. Je ne sais pas combien il reste a un smicard en France apres avoir paye son loyer mais ca doit etre moins que ca sachant que le smicard n’est pas considere parmis les plus pauvres.

            Ce qui craint au Royaume-Unis est effectivement la sante et la retraite qui doit etre fait en plus.


          • Shawford 12 février 2007 12:22

            Bien vu

            et je te dis pas le coût du loyer en Angleterre.. mais aussi l’indigence du système de santé

            Que de paradoxes !


          • filux 12 février 2007 14:05

            Si on compte en « salaire plein », on s’aperçoit que le salarié français et mieux rémunéré que son homologue britannique. Les patrons savent pourtant bien le faire remarquer quand il s’agit de parler de « cout réel du travail ».


          • Fred 12 février 2007 14:20

            Oui mais globalement le salarie ne regarde que ce qu’il touche en net et la l’anglais touche plus. Reste a comparer apres paiement du loyer, retraite, sante, education...


          • Redj 12 février 2007 18:24

            C’est clair !

            Je travaille dans l’assurance maladie, et je peux vous dire qu’il y a énormement d’anglais qui viennent se faire soigner ici, à tel point que dans le nord ouest il y a des services spécialisés pour gérer ça !! Donc bon, ça à l’air super le RU, rien que pour ça ! Tu bosses tu bosses, il t’arrive un pépin et ben là c’est la galère !!

            Ah au fait, tous ces expats qui vantent le RU, ils peuvent me dire où ils se font opérer s’ils ont un gros problème ?? Ici ou là-bas ?


          • gointheuk 12 février 2007 19:17

            @ Redj

            Ah au fait, tous ces expats qui vantent le RU

            Je ne « vante » pas le RU, je dis juste que ce n’est pas l’enfer sur terre.

            , ils peuvent me dire où ils se font opérer s’ils ont un gros problème ? ? Ici ou là-bas ?

            Pour le moment, je n’ai pas eu affaire au systeme de sante britannique, donc honnetement je ne sais pas, et j’espere ne pas me poser la question.

            Les visites chez le « generaliste » et les soins sont gratuits, mais pas les medicaments, ni les protheses dentaires.

            D’apres ce que j’ai compris, ce qui peut etre long, c’est de pouvoir consulter un specialiste ou etre opere. Ca se compte en mois. C’est pour cela qu’un certain nombre de Britanniques adhere a une assurance medicale privee, pour avoir etre soigne plus rapidement.


          • Vilain petit canard Vilain petit canard 12 février 2007 11:02

            Merci leon pour cette analyse claire du « modèle » anglais.

            Après avoir sacrifié son agriculture, puis son industrie, l’Angleterre compte vivre sur une économie tertiaire, bancaire en particulier. La prochaine étape, si on suit la logique du système, c’est une économie de rentiers, accrochée aux flux financiers mondiaux, et adossée à l’économie américaine. Cet aspect est systématiquement omis par les adorateurs de modèles étrangers : les modèles danois, anglais, allemand, aémricain, etc.

            Quant au tour de passe-passe tansformant les chômeurs en malades, il est étonnant qu’aussi peu d’organes de presse en ait fait leurs titres. C’est pourtant flagrant. Et scandaleux. Pas de critique trop rapide : nous, on a inventé le RMI, qui en un an a transformé 1 million de chômeurs en RMIstes, dont on sait maintenant que ce sont des assistés nuisibles à la société, qui se gobergent de subventions indûes.

            L’important, c’est que vu du Ministère, on ait des bons chiffres... mais qui y croit encore ? Il suffit d’être passé par la case « chômage » pour se rendre compte qu’on devient immédiatement « socialement indésirable ».

            Au passage, une grande campagne de radiations à l’ANPE est en cours depuis quelques mois : vive les statistiques !!!


            • jade 12 février 2007 21:34

              C’est pour cela que les anglais viennent s’installer en France pour acheter un bout de terre ou une vieille maison à rénover


            • Vilain petit canard Vilain petit canard 13 février 2007 10:35

              Eh oui j’ai moi-même acheté (pas cher) ma bicoque à un Anglais ! J’habite dans un trou perdu en Vendée, et trois de mes voisins sont anglais ! A noter qu’il ne s’agit pas de retraités, mais de gens dans la quarantaine, qui vivent à cheval sur les deux pays - et en profitent pour faire quelques opérations immobilières. L’immobilier français à petite échelle est un bon placement, en d’autres termes.


            • paul 12 février 2007 11:43

              c’est à cela que l’on voit que le hongrois slave ne comprend rien aux gaulois, il n’a pas la même culture. une culture c’est plusieurs générations et il est la première génération de naguy bocsa de sarkozy a être né en France.

              tout dans ses propos montre qu’il cherche à comprendre le fonctionnement du pays, des citoyens, il tatonne. c’est pourquoi il ratisse large dans tout et son contraire. pas facile de prendre les gens pour des gogos après plusieurs décennies de mensonges et promesses non tenues.

              il soutient bush alors que les français sont contre, il soutient le libéralisme alors que les français sont contre, il soutient la constitution européenne alors que les français la rejette.

              en plus de ne rien comprendre, aime t il la France ???


              • 12 février 2007 18:35

                Jusqu’à preuve du contraire, les hongrois ne sont pas des slaves !

                Il est inepte de s’attaquer à NS sur ce plan là, NS est français, point barre. De la même eau,c’est abject de s’attaquer à sa, relative, petite taille. Il y a eu en France des gens de petite taille qui furent de très bons hommes d’état, je pense en particulier à Pierre Mendès France.

                Par contre, ce qui fait sens, c’est de montrer que NS est plein de contradictions, disant A un jour et Z le lendemain. Que son programme n’est qu’un programme de libéralisme débridé qui va paupériser la majorité des français au profits d’une minorité de possédants. Qu’il parle de rassemblement alors qu’il est un diviseur. Qu’il est dangereux parce que l’application de son programme va immanquablement provoquer des troubles publics, etc, etc.


              • aquad69 12 février 2007 11:52

                Merci beaucoup, Léon.

                Il faut le crier haut et fort : le libéralisme économique est une supercherie.

                Non seulement il appauvrit des populations entières, mais il n’est même pas efficace pour développer l’économie !

                Je vous renvoie à « the big one » de Michel Moore, qui date déjà de 1997, pour une image de l’arrière-cour des USA.

                Cordialement Thierry


                • jade 12 février 2007 21:48

                  Je ne suis jamais allé aux E-u mais j’ai l’impression que là-bas, il y a des très riches, des très pauvres et des immigrés qui sont au service des riches. Pour la classe moyenne, il y a ceux qui ont un travail et une protection sociale par l’entreprise (et qui sont donc soignés) ; pour les autres, ils doivent vendre leur maison s’ils doivent se faire soigner mais ils sont soignés quand même grâce au medicare même s’ils n’ont pas d’argent. Par exemple, une femme qui accouche est renvoyée chez elle au bout de 2 jours, même avec une couverture sociale. Les petites maladies ne sont pas couvertes et donc les américains ne vont pas chez le médecin et se soignent eux-mêmes, achètent leurs médicaments (90% de ceux-ci sont achetés sans ordonnance) et ils se trompent sans doute souvent. Comme ils ne peuvent aller chez le médecin, ils attendent d’être très malades pour se soigner et cela coûte encore plus cher puisque les américains dépensent 12% de leur PIB en santé, alors que 50 millions d’américains(sur 300) n’ont pas de couverture sociale.

                Ajouter une réaction

                Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                FAIRE UN DON

Auteur de l'article

leon


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès