• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La riposte de Frédéric Mitterrand

La riposte de Frédéric Mitterrand

Englué dans une sordide polémique, Frédéric Mitterrand a réussi son examen de passage. Il se dévoile comme un très habile homme politique.

Le Ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand était l’invité du journal de 20 heures sur TF1 ce jeudi 8 octobre 2009. Pour lui, c’était un passage obligé pour répondre à une polémique qui gonflait comme une baudruche depuis quelques jours à propos de son livre "La Mauvaise Vie" publié en 2005.
 
Une polémique bien glauque
 
L’affaire a commencé avec les propos le 5 octobre 2009 de Marine Le Pen, vice-présidente du Front national, dans l’émission "Mots Croisés" sur France 2, propos qui furent relayés par Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste. Après une première brèche ouverte par François Bayrou contre Daniel Cohn-Bendit le 4 juin 2009 (toujours à propos d’un bouquin, écrire va devenir dangereux), ce qui n’a pas valu au président du MoDem un succès fou aux élections européennes, le niveau du débat politique semble voler désormais bien bas.
 
Je n’ai pas eu d’étonnement sur la manière assez remarquable dont Frédéric Mitterrand a passé cette épreuve politique déterminante. Bon communicateur malgré son absence d’expérience politique, je l’avais déjà remarqué le 21 juillet 2009 lors de son premier discours (préparé) à l’Assemblée Nationale à propos de la loi Hadopi 2 où il avait montré un ton très lyrique et emphatique (sur un sujet qu’il connaissait cependant peu).
 
Homme de lettres, assurément. Homme de théâtre, sans doute aussi. Fort du soutien du Premier Ministre François Fillon et du Président de la République Nicolas Sarkozy qui l’avait reçu à l’Élysée le matin même, Frédéric Mitterrand a su trouver les mots pour convaincre.
 
Convaincre de quoi ? Que sa présence au gouvernement de la République n’est pas une honte.
 
Une opposition de dessous de ceinture
 
La polémique qu’il a tenté d’éteindre jeudi soir est d’autant plus étrange qu’en toute logique, elle aurait dû avoir lieu dès la publication de son livre en 2005 (à l’époque, on avait même salué le courage de l’auteur, et Nicolas Sarkozy avait découvert en lui un homme d’une grande solidité) ou au moins, au moment de sa nomination au gouvernement le 23 juin 2009. Car il n’y a rien eu de nouveau à ce sujet. Pourquoi ne découvre-t-on son livre que trois mois après ?
 
Mais c’est ainsi : les opposants au gouvernement actuel, aveuglés par les artefacts de l’actualité et les soubresauts de l’opinion publique, préfèrent se laisser guider par la future chef de file de l’extrême droite plutôt que d’initier enfin un débat politique sain et novateur. Le Parti socialiste, avec son ambitieux Benoît Hamon, a une fois encore perdu une occasion de se taire.
 
Homme de scène et d’émotion
 
Sur la forme, Frédéric Mitterrand n’a pas déçu. Théâtral donc, posé, clair, avec une voix forte, un ton ferme, il a sorti tout ce qu’il avait à dire. Il a su jouer du regard avec son interlocutrice Laurence Ferrari pourtant tenace, loin de vouloir lâcher le morceau, un peu comme les yeux dans les yeux de son oncle François Mitterrand lors de son débat du second tour avec Jacques Chirac le 28 avril 1988.
 
Il a aussi exprimé son émotion, à deux reprises. La première parce qu’il avait du mal à articuler et donc, il s’est arrêté pour dire à quel point à ce plateau de télévision (pourquoi TF1 d’ailleurs ? pourquoi pas la télévision publique ? question d’audimat ?) il avait à défendre son honneur, celui de sa famille… et finalement aussi celui du gouvernement dont la plupart des membres l’ont soutenu publiquement.
 
La seconde fois à la fin par de la colère en réaction à une question préparée à l’avance (sera-t-il présent à l’Assemblée Nationale en cas de discussion d’un projet de loi contre le tourisme sexuel ?), question doublement ridicule, d’une part parce que cela signifiait que son interlocutrice ne l’avait pas écouté juste avant (d’où la colère), mais aussi ridicule dans la mesure où le dispositif législatif existe déjà pour combattre le tourisme sexuel (mais de cela, Frédéric Mitterrand n’en a pas parlé, sans doute trop focalisé sur sa propre personne).
 
Fermeté dans les valeurs morales
 
Sur le fond, Frédéric Mitterrand a dit tout ce qu’il fallait pour que le "pays" soit rassuré. Et il l’a dit de façon convaincante.
 
D’une part, il a affirmé nettement qu’il était contre le tourisme sexuel, qu’il le combattait avec la plus grande force comme tout citoyen sûr de ses valeurs. Que les "échanges" tarifés étaient regrettables mais qu’ils étaient en substance constitutifs d’une face noire qui existe, d’une réalité. Sale.
 
D’autre part, il a démenti avoir eu des relations pédophiles et il a protesté contre tous ceux qui citaient son livre en y incluant de façon inexacte l’expression « jeunes garçons » alors que selon lui, il s’agissait d’hommes d’une quarantaine d’années, ou un peu moins, mais avec peu de différence d’âge par rapport à lui à l’époque (lire à cette occasion l’article sur Rue89 et les réactions). On ne pourra que se rallier à la version de l’auteur même du livre, puisqu’il n’y a aucune raison d’interpréter les écrits d’un auteur autrement que par les explications de celui-ci.
 
Cerise sur le gâteau, Frédéric Mitterrand a reconnu avoir réagi sur le coup de l’émotion lors de l’arrestation de Roman Polanski le 26 septembre 2009 à Zurich et que sur le fond, son but était de dire que la France n’abandonnait pas ses artistes. Un aveu de réaction trop rapide et trop émotionnelle qu’avait également exprimé la veille sur Public Sénat un candidat à la candidature socialiste à l’élection présidentielle de 2012, Pierre Moscovici (qui avait aussi condamné à cette occasion les attaques nauséeuses de Benoît Hamon contre Frédéric Mitterrand).
 
Le "je" narratif est-il autobiographique ?
 
Concernant la réalité de la chose racontée, Frédéric Mitterrand a été moins convaincant quand il insistait pour dire que son livre n’était pas une autobiographie mais le récit d’un homme qui a vécu des mauvais moments et que beaucoup d’hommes ont pu aussi vivre, mais la perspicacité de Laurence Ferrari a permis quand même de lui faire reconnaître qu’il avait lui-même vécu ce qu’il avait décrit.
 
Fin du soubresaut ?
 
Alors, l’affaire Frédéric Mitterrand survenue après l’affaire Roman Polanski est-elle désormais close ?
 
Je l’espère.
 
Et j’espère que le débat public reprendra sur des bases saines, sur des critiques concernant l’action du gouvernement, mais pas sur des considérations très en dessous de la ceinture.
 
Et pendant ce temps, il y en a une qui doit bien s’amuser d’avoir provoqué tout ce raffut… Pauvre démocratie française ! On a encore bien des progrès à faire.
 
 
Sylvain Rakotoarison (9 octobre 2009)
 
 
Pour aller plus loin :
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.49/5   (114 votes)




Réagissez à l'article

113 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 octobre 2009 10:30

    Reste plus qu’ à faire la moyenne entre l’ article de Sylvain Rakotoarison et Allain Jules et un aura une idée de l’ affaire ...


    • jps jps 9 octobre 2009 12:10

      Frederic Mitterand a écrit dans son livre : ’ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment’. 
      qu’aujourd’hui il vienne nous expliquer que ces gosses avaient 40 ans, c’est un mensonge !


    • LE CHAT LE CHAT 9 octobre 2009 12:20

      on attend avec impatience la Taverne et imopète pour avoir la position centriste modémiste !  smiley


    • Gasty Gasty 9 octobre 2009 12:45

      Je me demande pourquoi Lerma aime autant le petit Nicolas S****** ??? Curieux, étrange.... ! Il a quel âge celui là ?


    • Fergus Fergus 9 octobre 2009 10:39

      Vous avez une nouvelle fois tout faux, Sylvain. Copié-collé de l’un des mes commentaires du jour sur un autre article :

      A l’image de Sarkozy, habitué du genre, Mitterrand s’est montré hier soir menteur et manipulateur. A aucun moment, la polémique qu’il a lui-même déclenchée en soutenant de manière outrancière et choquante Polanski ne s’est développée autour d’un amalgame entre pédophilie et homosexualité. Ce scandaleux amalgame n’est fait que par Mitterrand lui-même et ceux qui cherchent à sauver son maroquin. Contrairement à ce qu’a prétendu le ministre de la Culture, l’écrasante majorité de ceux qui demandent aujourd’hui sa démission reconnaissent sans la moindre équivoque le droit des homosexuels à pratiquer la sexualité de leur choix.

      La question en débat est la suivante : peut-on tolérer dans un gouvernement de la République censé représenter aux yeux de monde la Nation et le peuple français un présumé pédophile ? Car, n’en déplaise à certains éditorialistes, le doute subsiste après le passage de Mitterrand sur TF1. Et un doute malheureusement étayé par des écrits dont il a voulu gommer le caractère sulfureux en prétendant n’avoir eu des rapports tarifés en Thaïlande qu’avec des prostitués à peine plus jeunes (5 ans, a dit-il) que le presque quarantenaire qu’il était.

      A qui fera-t-on croire qu’un homme ayant eu des rapports avec des prostitués de cet âge irait employer dans son autobiographie les termes de jeunes garçons ou de gosses ? A qui fera-t-on croire que les puissants remords exprimés dans le livre – et qui sont le signe d’un homme sensible – pourraient concerner des rapports avec des adultes ?

      Manifestement, Mitterrand reste profondément marqué et perturbé par ses expériences, au point d’en perdre tout discernement comme l’a démontré sa position dans l’affaire Polanski. Une position qu’il a aggravée par des propos hallucinants en affirmant en substance : « en tant que ministre de la Culture, je me dois de défendre les artistes, quelles que soient leurs fautes ». Entendre en l’occurrence quels que soient leurs crimes. C’est évidemment insupportable !!!


      • bo bo 9 octobre 2009 11:16

        Le tourisme sexuel est un crime contre l’humanité. Il est d’autant plus grave quand il est le fait de personnes qui le pratiquent en le sachant.
        Le repentir répare-t-il le crime fait à la société ?, c’est là toute la question, et ce n’est pas la moindre.
        Notre société occidentale est empreinte de cette idée de repentir de l’individu et la privilégie au détriment de l’évaluation du mal fait à la société et à la réparation qui lui est du.
        C’est ce point qui est remis en cause et fait aujourd’hui débat


      • Francis, agnotologue JL 9 octobre 2009 11:31

        Le tourisme sexuel procure aux compagnies aériennes une clientèle fortunée et rentable. Combien parmi ces gens, se disent écolos ? A commencer par DCB !

        Harcelons et terrassons les prédateurs amoraux.


      • lord_volde lord_volde 9 octobre 2009 13:08

        L’auteur est un petit maipulateur de la pire espèce car il tente de faire l’amalgame entre les propos de Marine Le Pen dénonçant la pédophilie supposée d’un haut représentant de l’Etat Français adepte valeureux du toursime sexuel sans fard, ni complexe, bien au contraire. Il a cru en ses rêves en tentant de nous esbroufer avec le semblant d’explication même pas crédible du pédophile sexuel allant conquérir la gloire éternelle par la souillure revendiquée de la jeunesse thaïlandaise pauvre et misérable. Nous ne sommes pas dupes des mensonges et des méthodes empruntés à la pédagogie sioniste par ses piètres défenseurs dont les minables plaidoyers ne font qu’exacerber la légitime revendication de son refoulement du gouvernement. 
        Je post ici un commentaire que j’ai déposé sur Agoravox.tv

        L’individu dénommé Frédéric Mitterrand a été promu ministre de la république Française et a en charge l’exercice du portefeuille de la culture. Il est le représentant de la culture et des valeurs traditionnelles de la France. La nomination de ce sombre et pathétique personnage au poste qu’avait occupé avant lui André Malraux entache la France d’une souillure indélébile et nous fait très honte. Ce criminel sexuel notoire qui arpentait de manière habituelle certains pays pauvres bien connus pour la prostitution des enfants jetés en pature à la perversion des adultes parasites, aurait mérité un châtiment afflictif et infamant eu lieu de recevoir une suprême récompense et des gratifications honorifiques.

        Sur sa récente intervention à TF1.
         
        (Il ne faut pas oublier que la journaliste de TF1 a été l’ex-maîtresse de l’empereur Naboléon en personne et que les questions posées ont été communiquées et travaillées. Il y a eu concertation a priori et les tensions a posteriori entretiennent l’illusion du spontané et de l’impréparation).
         
        Bien sûr qu’il ment effrontément. Il ne va pas mentir sur tout, d’autant plus que ses aventures et exploits sexuels en taölande comme au miroc sont connus et sus par de nombreuses personnes. Un gosse est un gamin et non pas un « beau gosse » comme certains essaient de nous en imposer la version édulcorée. Le recours aux glissements sémantiques faciles visant à atténuer la portée des actes constants et habituels perpétrés par cet ignoble individu sont irrecevables et inopérants car nous n’allons pas extrapoler sur les réalités passées et encore présentes que nous connaissons tous (La prostitution des enfants et des mineurs en thaïlande était encouragée et entretenue par le système de corruption et de perversion dont le coeur (du système) reposait justement sur le tourisme sexuel occidental.
         
        Le mensonge habile se dissimule souvent dans les arrières pensées des bribes de vérités assenés en guise de défense crédible. Ce sale type qui fustige sans vergogne à la fin de son explication sophistiquée le tourisme sexuel et la pédophilie (c’est un sioniste habitué à répandre des fausses vérités et des vrais rumeurs) reste et demeure l’un des animateurs qui ont encouragé par leurs sordides penchants, les réseaux de la prostitution infantile, notamment en thaïlande.

        C’est devant la justice et le prétoire que ce besogneur de la noire misère et de la détresse des « gosses » innocents aurait dû se retrouver pour y répondre de ses ignominies affichées et revendiquées en lettres de noblesse. S’il a couché sur papier glacé ses exploits sexuels assortis de perversion et d’abomination, c’est qu’il n’a pu résister à son éloquence teintée d’abjection qu’il a lui-même reconnu en soulignant la prétention littéraire et stylistique de sa verve plumière. Les vantards se font souvent couillonner après coup, car soit ils parlent trop, soit ils écrivent trop à l’instar de ce bas-du-front.

        Il est utile de préciser qu’avant 2004, les crimes sexuels perpétrés contre des mineurs se prescrivaient par dix années révolues au jour de leur commission et au terme du dernier acte de poursuite et d’instruction, et qu’après 2004, la prescription a été allongée à 20 ans. Il existe aussi un délit d’incitation de mineur à la débauche qui pourrait trouverà s’appliquer contre le livre paru en 2005 qui justement fait l’apologie du tourisme sexuel. Un procès ouvert contre ce dandy serait salutaire et utile en terme de pédagogie. 


      • lord_volde lord_volde 9 octobre 2009 13:28

        Ajout : Il tente de faire l’amalgame entre....et la polémique actuelle suscitée par l’ignoble et honteuse compromission d’un ministre allant flamberge au vent défendre obséquieusement un pédophile avéré coupable de crime sexuel contre une mineur de treize ans. L’insensé F. Mitterrand a déclenché lui-même la polémique du larron pris en faute d’un crime similaire d’habitude. Quand on veut défendre une cause immorale, encore faut-il ne pas drainer derrière soi des casseroles chaudes qui peuvent enflammer la cuisine politichienne visqueuse. 


      • appoline appoline 9 octobre 2009 19:26

        Bonsoir Mylord,

        L’intervention de Frédéric Mitterrand n’aura certainement pas l’effet escompté malgré quelques galipettes pour retomber sur ses pattes. Il y a des sujets avec lesquels il ne faut pas plaisanter même chez la France d’en bas. Cet individu a le don d’agacer les foules, ce qui était une réalité bien avant qu’il n"écrive son torchon, tout ceci servit avec une pointe d’immunité, ça va froisser dans les chaumières.

        Si Polanski essaie de se défiler devant une décision de justice, Mitterrand va se heurter à la moralité. Sarkosy lui a fait des compliments sur son livre lors de son entrée au gouvernement, j’espère que les français s’en souviendront lors des prochaines élections, les erreurs s’accumulent, sans oublier qu’il y a ce que l’on sait mais surtout ce que l’on ne sait pas.


      • lord_volde lord_volde 9 octobre 2009 23:13

        L’intervention de Frédéric Mitterrand n’aura certainement pas l’effet escompté malgré quelques galipettes pour retomber sur ses pattes. Il y a des sujets avec lesquels il ne faut pas plaisanter même chez la France d’en bas. Cet individu a le don d’agacer les foules, ce qui était une réalité bien avant qu’il n"écrive son torchon, tout ceci servit avec une pointe d’immunité, ça va froisser dans les chaumières.

        Si Polanski essaie de se défiler devant une décision de justice, Mitterrand va se heurter à la moralité. Sarkosy lui a fait des compliments sur son livre lors de son entrée au gouvernement, j’espère que les français s’en souviendront lors des prochaines élections, les erreurs s’accumulent, sans oublier qu’il y a ce que l’on sait mais surtout ce que l’on ne sait pas.

        @ Dear Miss Appoline

        La foule est dangereuse et manipulable d’après les théoriciens de la sociologie et de la psychologie collective. Napoléon la craignait et pour s’en prémunir a réinventé le plébiscite tout en réorganisant les structures de l’empire. La foule est capricieuse aussi et se cherche toujours un chef charismatique en qui elle porte ses espoirs de jours meilleurs. Les élites se congratulent et se protègent mutuellement, notamment quand un coup dur frappe l’un des leurs. Ils forment par leur paroles et leurs réseaux un cordon sanitaire autour de leurs protégés mis en péril par la force de la plèbe exigeante qui réclame leur part de droit et la tête des salauds sur le billot de la guillotine. 
        Quand aurais-je le plaisir de lire un joli papier dessiné par ta belle plume ? 


      • appoline appoline 10 octobre 2009 20:25

        @ Mylord,

        Il faudrait pour cela que je finisse un article sur les illluminatis, mais tu sais Mylord, quand on entre dans un monde à la fois glauque et fascinant, on a tendance à en dire trop ou trop peu. Un monde très fermé ou seule la sérénité est garante de l’équilibre ; ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, il suffit juste de ne pas se tromper de chemin.


      • masuyer masuyer 9 octobre 2009 10:41

        L’avantage du journalisme citoyen c’est que même si t’as pas la télé y en a qui la regarde pour toi.


        • Rough 9 octobre 2009 10:41

          fredo nous prend pour des idiots....son livre est autobiographique sans aucun doute...il l’a dit, redit et rabaché lors de sa sortie...alors dire aujourd’hui que ce n’était peut-être pas tout à fait autobiographique c’est du foutage de gueule....un peu comme la pipe de clinton qui n’était pas un acte sexuel ! Comme quoi on peut être à la fois tarlouze et tartuffe....
          Quant aux « garçons » thaïlandais qui seraient boxeurs et auraient 40 ans....c’est à mourrir de rire.....sans déconner des prostitués de 40ans en Thaïlande....Le fredo y raconte n’importe quoi....Pour qui sait lire le français il est évident que les éphèbes dont parle fredo ont très certainement entre 15 et 20 ans...certainement pas 12 ou 13 ans comme certains veulent le faire croire mais pas non plus 40 ans le dit fredo....


          • jps jps 9 octobre 2009 19:28

            Rough a raison
            Frédéric Mitterand a écrit :

            Mon garçon n’a pas dit un mot, il se tient devant moi, immobile, le regard toujours aussi droit et son demi-sourire aux lèvres. J’ai tellement envie de lui que j’en tremble.[...] Dans chaque club, les garçons se tiennent sur la scène très éclairée par petits groupes de quatre ou six ; ils portent la tenue distincte de l’établissement et de sa spécialité, minimale et sexy[..]Le numéro est accroché à l’aine, en évidence. La plupart d’entre eux sont jeunes, beaux, apparemment épargnés par la dévastation qu’on pourrait attendre de leur activité. J’apprendrai plus tard qu’ils ne viennent pas tous les soirs, sont souvent étudiants,[..] quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies [..] Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément [..] il me plaît au-delà du raisonnable. La profusion de garçons très attrayants, et immédiatement disponibles, me met dans un état de désir que je n’ai plus besoin de refréner ou d’occulter. [..] il a plus de mal à retirer son pantalon et son caleçon américain, il évite mon regard, un fond de pudeur, une ombre d’inquiétude peut-être devant mon comportement qui doit lui paraître exagéré, insolite. Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment [..] il y revient autant que je le souhaite, lèvres fraîches, langue en profondeur, salive salée de jeune mâle sans odeur de tabac ni d’alcool. Sa peau est d’une douceur exquise, son corps souple se plie quand je l’effleure et quand je le serre.

            Pourtant cet aveu ne s’accompagne d’aucun remords apparent. Ne se trouve-t-on pas dans une apologie implicite ?


          • appoline appoline 9 octobre 2009 19:40


            « il est évident que les éphèbes dont parle fredo ont très certainement entre 15 et 20 ans. »

            Je pense que ce triste sire est suffisamment cultivé pour ne pas employer un mot pour un autre donc éphébes veut bien dire jeune homme. C’est vrai que lors interview, on avait plutôt tendance à penser qu’il se tapait des petits vieux.
            Le pervers est par nature manipulateur, menteur et comme nous l’avons vu hier soir, dans le déni. Ce qu’il a fait, il ne l’admettra pas, ça peut-être même plus loin que ses écrits. Le pervers est un malade mental, tous les experts psychiatres l’affirment, on ne peut le guérir, le cristal a des imperfections de la naissance à la mort.


          • Francis, agnotologue JL 9 octobre 2009 20:01

            @ Appoline : « lors de l’interview, on avait plutôt tendance à penser qu’il se tapait des petits vieux. »

            Seul un pervers peut mentir aussi effrontément. Et aussi il était sur TF1 : il fallait convaincre des millions de téléspectateurs qui n’ont que ce média pour les in-former.
             
            La vérité il n’en a rien à foutre, la vérité c’est sa parole de ministre, et il sait que pour l’estblishment il n’est qu’un cas à taire de plus.

            Sa défense est aussi lamentable que celle de Hortefeux : soutenir aujourd’hui que ces prostitués avaient son âge alors que dans son livre il les appelle des gosses le décrédibilise complètement.


          • linus20024 linus20024 9 octobre 2009 10:44

            Quand je lis des articles pareils, je me dis que ce pays ressemble plus à un cloaque qu’à une démocratie.
            On carbonise médiatiquement ceux qui dénoncent des faits graves (Hamon, Bayrou rapport à Cohn Bendit et ses écrits etc...) et on est étonnament magnanime avec un type, de surcroit ministre de la culture, qui racontait en 2005 sur tous les plateaux de la télévision ses pérégrinations en Thailande et aujourd’hui tente de faire croire maladroitement qu’il s’agit d’une semi-fiction.
            Une personne ordinaire aurait fini en taule pour de tels actes.
            Cet article est à gerber tant il est partisan. On croirait du Christophe Barbier tiens.
             Faudra pas vous étonner si la cote des extrêmes, en particulier celle du FN, remonte en flèche dans les prochains mois.
            Quant à l’objectivité de la presse, on sait désormais quoi en penser.
            Soutien mordicus à Mitterrand sans la moindre nuance. A vomir.

             


            • Alpo47 Alpo47 9 octobre 2009 10:47

              Les « bras m’en tombent ».

              Bon, la défense inconditionnelle du ministre de la CUL-ture semble bien être la difficile tâche assignée à l’auteur. Car il faut vraiment avoir une très, très grande « bonne volonté » vis à vis du pouvoir et de F.M, pour rédiger ce texte.
              Simple, il suffit de s’attacher essentiellement à la forme, tout en l’enjolivant, et d’ignorer le fond : Un ministre de la République reconnait s’adonner au tourisme sexuel avec des garçons, gosses...

              Et dire que dans sa présentation, l’auteur se permet la citation : « ...Seul est éternel, le devoir envers l’être humain comme tel... ».

              Un devoir sélectif, en somme...

              PS ; Un petit sondage : Combien sont allé vomir après la lecture de cet article ?


              • linus20024 linus20024 9 octobre 2009 10:51

                Vu la note attribuée à l’article, un bon paquet apparemment.


              • Commodus Commodus 9 octobre 2009 10:47


                Il est un moyen simple pour Frédéric Mitterrand d’être lavé de l’accusation de pédo-criminalité lancée par Marine Le Pen : porter plainte pour diffamation ou/et dénonciation calomnieuse. Cela provoquerait une enquête judiciaire propre à laver son honneur.


                • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 9 octobre 2009 14:57

                  Oui mais la fille du borgne pourrait demander la liste des bordels où Mitterand
                  a « consommé » des prostitués majeurs : je ne suis pas convaincu que les bordels en question offrent ce genre de services ...

                  On parie ?


                • R.L. 9 octobre 2009 10:49

                  Tout faux !
                  Ferrari a été nulle, comme d’habitude. Elle n’a pas « lu tout le livre. Seulement les passages... », ce sur quoi a sauté Mitterrand. Pauvre journaleuse.
                  Dimanche, le ministre aura déclaré qu’il est « le ministre des artistes » comme l’a montré en avance A2 à son 20 heures hier soir (émission de Drucker tournée le mercredi).
                  Et Darcos est le ministre du MEDEF et non du travail...
                  Désolé, le ministre s’est prononcé d’une manière scandaleuse sur l’affaire Polanski :
                  1- Sur la forme (juridique), il n’en savait pas plus que moi alors et a sorti nombre de conneries.
                  2- Sur le fond, c’était plus que minable : un artiste peut faire ce qu’il a fait et n’est pas poursuivable. Mais il a le droit de poursuivre (HADOPI). Tiens, ça ne vous rappelle pas un procès en ce moment ?
                  Et maintenant, les « jeunes garçons » sont des boxeurs de 40 ans. Bien sûr, tout le monde sait que certains vont en Thaïlande pour toute sorte de raisons, sauf pour les (très) jeunes garçons et les (très) jeunes filles ! Et bien sûr, les hommes de 40 ans n’existent que là bas !

                  La seule question qui demeure : jusqu’où va -t-on pouvoir aller en matière de vie publique ? Jusqu’où ce qui nous sert d’élite va pouvoir continuer à se foutre de nous ? Des crimes des banques à l’hypocrisie et à la complicité des gouvernements, il n’y a plus rien de vrai, de réel, de « normal » !


                  • appoline appoline 9 octobre 2009 19:47

                    « Et maintenant, les « jeunes garçons » sont des boxeurs de 40 ans »

                    Pauvre Frédo, il est vraiment trop con de se faire 14 000 kilomètres pour se taper ce qu’il peut avoir sous la main.
                    Devrait se mettre à la numérologie, comme tonton.


                  • Lagrange 9 octobre 2009 10:52

                    Non, mais sans plaisanter c’est un article ironique, n’est-ce pas ?
                    Je ne peux imaginer une telle crasse devant vos yeux M. R. Qui peux décemment croire que l’on se rend en Thaïlande pour s’envoyer des éphèbes de 40 ans ? L’attitude passée de FM est écoeurante, sa défense actuelle à l’image de votre « réflexion » l’est tout autant. On ne peut justifier l’exploitation de la misère humaine.


                    • morice morice 9 octobre 2009 11:14

                      Non, mais sans plaisanter c’est un article ironique, n’est-ce pas ?

                      ben non, c’est bien ça le problème !

                    • linus20024 linus20024 9 octobre 2009 10:54

                      J’ai bien aimé par ailleurs tout le professionnalisme de Pujadas qui lors du journal de 20h, reproduit une séquence de ... Vivement Dimanche où le ministre de la culture est cuisiné par notre Bob Woodward national, j’ai nommé Michel Drucker...


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 octobre 2009 10:55

                        Cerise sur le gâteau, Frédéric Mitterrand a reconnu avoir réagi sur le coup de l’émotion lors de l’arrestation de Roman Polanski le 26 septembre 2009 à Zurich et que sur le fond, son but était de dire que la France n’abandonnait pas ses artistes. Un aveu de réaction trop rapide et trop émotionnelle

                        ....Les réactions à chaud sont souvent révélatrices, et dans le cas présent cela me fait penser à une réaction à chaud d’un pédophile qui soutient un autre pédophile point barre !

                        J’aurais aimé que la journaliste lui demande des éclaircissements sur cette phrase :

                        de son livre !

                        « les montagnes de dollars que ça rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, »

                        Dans son livre Mitterrand parle de jeunes éphèbes !!!


                        Ephèbe
                        En grec, le terme désigne les garçons âgés de 15 à 20 ans, mais à Athènes on l’utilisait pour désigner les membres de l’éphébie, institution fondée vers 335 à la suite de la défaite d’Athènes à Chéronée qui donnait aux jeunes hommes de 18 à 20 ans l’obligation de suivre une préparation militaire. Elle s’est rapidement étendue à tout le monde grec. Les éphèbes, rémunérés 4 oboles par jour étaient soumis à la vie de caserne et à une discipline sévère.source

                        @+P@py



                        • Fergus Fergus 9 octobre 2009 17:37

                          Bonjour, Papy.

                          La précision sémantique est bien venue pour démonter, s’il en était besoin, à quel point il n’a jamais été question dans ce livre d’adultes quadragénaires (que Mitterrand aurait pu trouver tout aussi bien à Paris), mais de jeunes garçons ou de jeunes hommes.

                          A cet égard, la prestation de Mitterrand hier à la télévision a été pitoyable et catastrophique pour la classe politique, une fois de plus prise la main dans le sac d’un réflexe de défense clanique nauséabond totalement méprisant pour le peuple français.


                        • Charles Martel Charles Martel 9 octobre 2009 10:58

                          "Englué dans une sordide polémique, Frédéric Mitterrand a réussi son examen de passage. Il se dévoile comme un très habile homme politique."

                          vous avez tout bon. Manipulateur, menteur, racontar et théâtral : un très bon homme politique de notre temps.

                          Hélas pour ceux qui attendent de la politique autre chose que de la communication hypocrite.


                          • morice morice 9 octobre 2009 11:11
                            « a réussi son examen de passage » :

                            Alors celle-là ; Sylvain, elle est trop forte et je ne peux y rester indifférent !! Si vous parlez d’examen, évoquez alors plutôt la mise en examen. Comme beaucoup l’ont remarqué, l’homme a effectivement menti. Et dans les grandes largeurs :

                            Dans son ouvrage, il parle de :
                            « La misère ambiante, le maquereautage généralisé, les montagnes de dollars que ça rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes »
                             »Le numéro est accroché à l’aine, en évidence. La plupart d’entre eux sont jeunes, beaux, apparemment épargnés par la dévastation qu’on pourrait attendre de leur activité. « J’apprendrai plus tard qu’ils ne viennent pas tous les soirs, sont souvent étudiants,
                            Mon garçon n’a pas dit un mot, il se tient devant moi, immobile, le regard toujours aussi droit et son demi-sourire aux lèvres. J’ai tellement envie de lui que j’en tremble.
                             »La profusion de jeunes garçons très attrayants« 
                             »il a plus de mal à retirer son pantalon et son caleçon américain, il évite mon regard, un fond de pudeur, une ombre d’inquiétude peut-être devant mon comportement qui doit lui paraître exagéré, insolite. Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment« 
                             »il y revient autant que je le souhaite, lèvres fraîches, langue en profondeur, salive salée de jeune mâle sans odeur de tabac ni d’alcool. Sa peau est d’une douceur exquise, son corps souple se plie quand je l’effleure et quand je le serre« 

                            difficile après ses écrits de dire comme hier soir qu’ »il a affirmé nettement qu’il était contre le tourisme sexuel, qu’il le combattait avec la plus grande force comme tout citoyen sûr de ses valeurs« .

                            Or, hier soir, Mitterrand nous a parlé de » boxeur de quarante ans « ... une défense bien pitoyable, au regard des ECRITS.

                            Il a donc mensonge quelque part. De là aussi à dire que c’est arrivé à tout le monde de faire des erreurs et qu’il s’agit d’une simple erreur.... non, il y a bien eu chez lui apologie quelque part du tourisme sexuel. Et il n’est pas le seul à l’avoir fait. Quant au coup du roman-fiction, il y a belle lurette que Mitterrand n’ose même plus la faire, celle-là. Le coup de la fausse-vraie autobiographie... Car il n’est pas le seul ....

                            Pascal Sevran avait écrit lui  »« Pourquoi faire tant d’histoires quand les enfants s’amusent avec des plus grands qu’eux ? ».« On l’a déjà oublié, semble-t-il.... mais il n’a pas été nommé ministre, lui... fort heureusement.

                            Bref, hier soir, Sylvain, désolé de vous CONTREDIRE, mais Mitterrand s’est enfoncé tout seul devant les caméras de TF1. Assumer, tout l’art de la politique : je ne vous apprends rien, Sylvain...

                            J’aurais aimé que vous DENONCIEZ plutôt, voyez-vous, la prise de position de Marine LePen, qui ne vise pas Mitterrand sur la pédophilie supposée seulement : elle lui reproche avant tout d’être homosexuel, et elle PROFITE de l’AUBAINE dans ce cas. C’est cela qu’il faut dénoncer, plutôt : comme il conviendrait de NOTER le silence effarant de Christian Vanneste, si prompt habituellement à sauter sur la même aubaine. Il vient ENFIN de réagir : lisez donc, vous avez un SUPERBE EXEMPLE DE LA LANGUE DE BOIS EN POLITIQUE CE JOUR... ici -même :


                            Vanneste, »casseur d’homos« , n’ose pas attaquer lui l’homosexualité de Mitterrand ! A qui il ne reproche qu’un »narcissisme« ... il n’est donc guère mieux, sinon pire que Marine lePen, dont la réaction est »attendue« alors que celle de Vanneste est bien un calcul politique de plus !!!

                            et on reparlera peut-être aussi de Houellebecq, qui, comme par hasard en ce moment se fait tout petit là...  »Je compris à quel point le tourisme sexuel était l’avenir du monde"...

                            Et personne pour rappeler ces deux fleurons de la culture française ? Même pas vous, Sylvain, si prompt à parler des grands hommes de ce bas monde ?

                            • LE CHAT LE CHAT 9 octobre 2009 12:22

                              @momo

                              est ce que les éphèbes quadragénaires pointaient à la CIA ,  smiley  smiley


                            • LE CHAT LE CHAT 9 octobre 2009 12:30

                              @momo

                              est ce Jorg Haider a connu Brüno  ?


                            • spearit 9 octobre 2009 13:10

                              "voyez-vous, la prise de position de Marine LePen, qui ne vise pas Mitterrand sur la pédophilie supposée seulement : elle lui reproche avant tout d’être homosexuel"

                              Cela n’engage que vous...

                              Elle lui reproche plutôt d’être pédophile en lui citant son livre, avez-vous mal entendu ??

                              Mais vous avez raison, c’est la prise de position qu’il faut attaquer, pas les pédophiles !!


                            • latitude zéro 9 octobre 2009 15:16

                              @morice

                              "J’aurais aimé que vous DENONCIEZ plutôt, voyez-vous, la prise de position de Marine LePen, qui ne vise pas Mitterrand sur la pédophilie supposée seulement : elle lui reproche avant tout d’être homosexuel, et elle PROFITE de l’AUBAINE dans ce cas. C’est cela qu’il faut dénoncer"

                              Je suis plutôt d’accord avec votre commentaire mais ce passage ci dessus le décrédibilise en partie.
                              Marine Lepen dénonce la pédophilie et le tourisme sexuel, et non l’homosexualité !

                              La vérité Momo , la vérité , la vérité la vérité !!!!!

                              Je précise que je ne suis pas du FN mais plutôt à l’opposé !


                            • micmac 9 octobre 2009 11:13

                              Je ne sait si l’auteur l’a fait consciemment mais les titres de paragraphes sont très ambigus :

                              « Une opposition de dessous de ceinture »
                              « Homme de scène et d’émotion »
                              « Fermeté dans les valeurs morales »
                              « Fin du soubresaut ? »

                              Reste à savoir :
                              - qui a porté le débat en dessous de la ceinture ?
                              - si un homme de scène est indiqué pour un poste politique ?
                              - si la fermeté est placée dans les valeurs morales ou caudales ?
                              - si la fin du soubresaut s’accompagne d’un flot séminal ?


                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 octobre 2009 11:19

                                Morice a inventé l’ aubaine espagnole , on y amène ce qu’ on veut .

                                ’’ La petite aubaine ’’

                                repas tiré du sac .


                                • wesson wesson 9 octobre 2009 11:26

                                  Bonjour Sylvain,

                                  ahhhh nous sommes heureux d’avoir la réaction d’un membre de l’UMP (Union pour la Masturbation Pédophile).

                                  Votre article cautionne ça :

                                  "Mon garçon est prêt à tout pour tenir son contrat ; le I want you happy qui ne connaît pas d’exception. [...] Le miroir de côté me renvoie notre image, moi comme un fou et lui comme un mort, et cette image me foudroie. Je suis pris d’un sentiment immense de compassion et de tendresse à son égard, à le voir si docile et démuni, alors qu’il m’avait paru le plus libre et le plus fort de tous, le jeune roi des clubs couché avec un autre salaud de menteur étranger en attendant que ça se passe« 

                                   »Dans chaque club, les garçons se tiennent sur la scène très éclairée [...] Le numéro est accroché à l’aine, en évidence. La plupart d’entre eux sont jeunes, beaux, apparemment épargnés par la dévastation qu’on pourrait attendre de leur activité.« 

                                   »Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément. La lumière est moche, la musique tape sur les nerfs, les shows sont sinistres et on pourrait juger qu’un tel spectacle, abominable d’un point de vue moral, est aussi d’une vulgarité repoussante. Mais il me plaît au-delà du raisonnable. La profusion de garçons très attrayants, et immédiatement disponibles, me met dans un état de désir que je n’ai plus besoin de refréner ou d’occulter. L’argent et le sexe, je suis au cœur de mon système ; celui qui fonctionne enfin car je sais qu’on ne me refusera pas."

                                  Je peine à imaginer votre réaction et celle des médias si de tels propos avaient été écrit par un ministre de gauche !


                                  • Leviathan Leviathan 9 octobre 2009 11:27

                                    A voir absolument :

                                    Frederic Mitterand dans l’émission « On n’est pas couché »
                                    http://www.dailymotion.com/playlist/xt7k4_jackyshow38_reseaux-criminels/video/x4oqpb_zemmour-face-a-frederic-mitterrand_news


                                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 octobre 2009 11:32

                                      Frederic Mitterand dans l’émission « On n’est pas couché 

                                      En plus il a fait ça debout , mais quel salaud ...


                                    • foufouille foufouille 9 octobre 2009 11:28

                                      2012 ......
                                      2° tour ........
                                      marine contre nagui bocsa


                                      • masuyer masuyer 9 octobre 2009 11:34

                                        Un second tour FN aile dorite contre aile gauche.

                                        On a le Hamas qu’on mérite smiley


                                      • Francis, agnotologue JL 9 octobre 2009 11:46

                                        Eh, Marine Le Pen pourrait bien en effet, reprendre à Sarkozy les voix de la gauche écoeurée par la trahison des dirigeants socialistes et qui ne connaissent en matière d’information que TF1.


                                      • foufouille foufouille 9 octobre 2009 13:24

                                        en plus marine ca ferait « feministe »
                                        faut ajouter la trahison de bove et des verts monsieur taxe
                                        le reste est trop loin pour passer a 20%

                                        on espere quand meme que les promesses seront tenus
                                        donc pas de megret


                                      • Alpo47 Alpo47 9 octobre 2009 11:37

                                        Il est vrai que l’auteur ne s’honore pas avec ce texte.
                                        Je le cite : « Une polémique bien glauque ». Pour lui, s’exprimer sur le tourisme sexuel d’un ministre est trouble, c’est cela qu’il faut dénoncer. Les faits en question, ne semblent pas devoir être sujet à discussion pour l’auteur ???

                                        Comme je ne pense pas à une candeur excessive, nous avons donc avec Sylvain, un nouveau manipulateur des idées.
                                        Bien glauque.


                                        • Francis, agnotologue JL 9 octobre 2009 11:41


                                          L’auteur SK, cite dans son CV, la philosophe Simone Weil  : « Seul est éternel le devoir envers l’être humain comme tel. »

                                          Et fait l’apologie d’un ministre qui a utilisé des êtres humains, des enfants peut-être comme de la marchandise. L’image du boxeur est un cache sexe destiné à nous masquer la fragilité de ses victimes.

                                          Ne nous laissons pas détourner de la réelle affaire : il s’agit d’un ministre qui devrait démissionner. Comme son camp sait très bien qu’une démission éclabousserait ce gouvernement déjà terriblement ébranlé, tout le monde est monté au créneau.

                                          Sarkozy qui croit que plus ça va mal, plus on peut cogner pourrrait bien être l’arroseur arrosé, si on lui retourne son principe : « tirer sur l’ambulance », ce que lui-même fait tous les jours à l’égard de la République, à notre égard.


                                          • Francis, agnotologue JL 9 octobre 2009 11:42

                                            Sarkozy qui croit que plus ça va mal, plus on peut cogner pourrrait bien être l’arroseur arrosé, si on lui retourne son principe : « tirer sur l’ambulance », ce que lui-même fait tous les jours à l’encontre de la République, à notre encontre.


                                          • wesson wesson 9 octobre 2009 12:01

                                            au passage,

                                            Lors de la rédaction de son livre, M. Mitterrand avait 58 ans (né en 1947, livre paru en 2005)

                                            En supposant qu’il relatait une expérience vielle de 5 ans (le temps que la prescription sur ce genre de crime s’applique, à l’époque), on peut situer son âge au moment du récit à 53 ans.

                                            Il prends bien soin de préciser qu’il a eu des rapports avec des personnes avec lesquelles il n’avait pas 5 ans de différence d’âge (la norme de l’ONU), ce qui nous mets notre boxeur prostitué thaïlandais à 48 ans.

                                            En prenant en compte les conditions d’existence assez sévères du pays, 48 ans là bas c’est des vieillards.

                                            Ma parole, c’est plus un pédophile, c’est un gérontophile !


                                            • Sophirama Sophirama 9 octobre 2009 14:11

                                              Ce pauvre Mitterrand dans sa recherche de vieux « gosses » a suivi le parcours type du gérontophile : bordels thaïlandais, bordels indonésiens, bordels tunisiens, etc.


                                            • Paul Cosquer 9 octobre 2009 12:07

                                              ça y est ! Vous êtes mûr pour renvoyer votre carte du MoDem...

                                              Moi, je donne entièrement raison à Bayrou de continuer de défendre les valeurs morales et éducatives, ce qui n’est manifestement pas votre cas. Deux articles de votre part le montrent. Alors, allez jusqu’au bout de votre logique et démissionnez du Mouvement Démocrate !


                                              • BA 9 octobre 2009 12:36

                                                Evidemment, j’ai lu ce qu’on a pu écrire sur le commerce des garçons d’ici et vu quantité de films et de reportages ; malgré ma méfiance à l’égard de la duplicité des médias je sais ce qu’il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation ; l’inconscience ou l’âpreté de la plupart des familles, la misère ambiante, le maquereautage généralisé où crapahutent la pègre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic. [...]

                                                Bizarrement, il a plus de mal à retirer son pantalon et son caleçon américain, il évite mon regard, un fond de pudeur, une ombre d’inquiétude peut-être devant mon comportement qui doit lui paraître exagéré, insolite. Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment, ils considèrent leur désir avec satisfaction mais avec une sorte de persistance dans l’étonnement candide ;

                                                Frédéric Mitterrand, « La mauvaise vie ».

                                                http://www.liberation.fr/livres/0101595944-que-dit-la-mauvaise-vie


                                                • Philou017 Philou017 9 octobre 2009 12:41

                                                  L’auteur : Mais c’est ainsi : les opposants au gouvernement actuel, aveuglés par les artefacts de l’actualité et les soubresauts de l’opinion publique, préfèrent se laisser guider par la future chef de file de l’extrême droite plutôt que d’initier enfin un débat politique sain et novateur.

                                                  Le débat sur Agoravox a commencé bien AVANT l’intervention de Mme Le Pen.

                                                  Ce genre d’argument situe bien le niveau de l’article : au ras des pâquerettes.

                                                  S’il est bien sur préférable de parler de politique, il est aussi nécessaire de s’élever contre les dérives des castes au pouvoir quand elles dérapent à ce point sur le cas d’un fuyard coupable de viol sur mineure de 13 ans (président et ministre des affaires étrangères y compris).

                                                  Mais le débat politique avec Sarkosy n’a-t-il pas tendance à se limiter à « vous êtes avec moi ou contre moi » ? Où et quand Sarkosy a-t-il proposé de consulter les Français sur un quelconque problème ? (sans parler du TCE)

                                                  L’auteur s’est engagé sur une pente drôlement savonneuse. Du genre celle où on ferme les yeux sur les dérives de la Nomenklatura pour rester dans le monde bisounours du « débat politique ». Naîveté ou cynisme ?


                                                  • Pyrathome pyralene 9 octobre 2009 12:41

                                                    Pauvre démocratie française ! On a encore bien des progrès à faire.

                                                    C’est Sarkotoarison , en personne , qui vient nous dire ça.....
                                                     Vous finissez de vous décrédibiliser définitivement.....CQFD


                                                    • Den 9 octobre 2009 13:11

                                                      Je n’ai pas pris la peine de lire cette « plaidoirie »...

                                                      Il faut bien préciser que F.M a évoqué hier soir des garçons de « son âge, 45 ans ».....alors qu’au cours de ses voyages, dans les années 70, il avait dans les 25 ans.....y a comme un lèger problème..


                                                      • wesson wesson 9 octobre 2009 14:14

                                                        Bonjour Den,
                                                        la réponse est fort simple : M. Mitterrand n’a jamais cessé de voyager.

                                                        D’ailleurs, il est membre du Club International des Grands Voyageurs (CIGV)

                                                        Voilà ce que ce club écrit de lui-même (traduit de l’anglais par mes soins)

                                                        « Un club mondial a finalement été formé, pour les personnes partageant la même mentalité entre membres : Très amicale et à l’esprit ouvert [...] »

                                                        On vous le fait pas dire !

                                                        et le club de rajouter même

                                                        « La tolérance est notre crédo »

                                                        et effectivement concernant la tolérance, il y a des maisons pour ça !


                                                      • Imhotep Imhotep 9 octobre 2009 13:22

                                                        Deux perles dans ce texte :

                                                        - comme son oncle droit dans les yeux ... justement il mentait droit dans les yeux. Extraordinaire. Un lapsus ?
                                                        - la cerise sur le gâteau : la réactivité émotive comme qualité politique. Euh scusez-moi j’ai déclenché la guerre nucléaire. Vous captez j’ai été pris dans l’émotion du moment, le gars là-bas, çui qui gouverne ç’pays, m’a dit kek’chose qui m’a pas plu. Alors évidemment j’ai appuyé sur le bouton.

                                                        • APPOCALYPTO APPOCALYPTO 9 octobre 2009 13:25

                                                          Englué dans une sordide polémique, Frédéric Mitterrand a réussi son examen de passage. Il se dévoile comme un très habile homme politique.

                                                          Quelle honte d’écrire ça !!


                                                          • pierrot123 9 octobre 2009 13:43

                                                            Si seulement Mr.Frederic Mitterand avait démontré la moindre habileté politique dans cette intervention...
                                                            Le pauvre, il a été tout simplement « à la ramasse », comme on dit, pendant toute l’interview...D’une affligeante nullité (des « gosses » de 40 ans !)

                                                            On a pas dû regarder la même chaîne, le rédacteur de cet article surréaliste (payé ?) et nous autres, simples pékins....


                                                          • momosaitou 9 octobre 2009 13:52
                                                            Silence radio de Sarkozy mais les archives parlent
                                                            Nicolas Sarkozy
                                                            , lui, ne s’est pas exprimé publiquement depuis qu’a éclaté la controverse sur le livre de Frédéric Mitterrand. Mais, le 7 juillet dernier, il avait confié, dans un entretien au Nouvel Observateur, qu’il avait « trouvé son livre ’La Mauvaise vie’ courageux et talentueux ».

                                                            Sylvain, votre parti pris ne vous honore pas !


                                                            • foufouille foufouille 9 octobre 2009 14:04

                                                              le sylvain, il defend sa caste


                                                              • cubrad 9 octobre 2009 14:13

                                                                Il n’allait tout de même pas avouer en direct. De plus démissionner aurait également signifié un aveu. Cette interview était totalement superfétatoire, rien ne pouvait en sortir sinon de faux semblants de prétextes permettant à la clique de construire une argumentation : « ben voilà, il est innocent, il nous l’a dit, c’était des vieux ». Personne n’y croit, même pas eux même, mais ça permet de faire la réponse institutionnelle indépassable. Il est intéressant de constater que FM a suffisamment de poids pour Sarkozy pour qu’il ne se débarrasse pas illico de ce paquet encombrant.


                                                                • BA 9 octobre 2009 14:14

                                                                  Evidemment, j’ai lu ce qu’on a pu écrire sur le commerce des garçons d’ici et vu quantité de films et de reportages ; malgré ma méfiance à l’égard de la duplicité des médias je sais ce qu’il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation ; l’inconscience ou l’âpreté de la plupart des familles, la misère ambiante, le maquereautage généralisé où crapahutent la pègre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic. [...]

                                                                  Bizarrement, il a plus de mal à retirer son pantalon et son caleçon américain, il évite mon regard, un fond de pudeur, une ombre d’inquiétude peut-être devant mon comportement qui doit lui paraître exagéré, insolite. Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment, ils considèrent leur désir avec satisfaction mais avec une sorte de persistance dans l’étonnement candide ;

                                                                  Frédéric Mitterrand, « La mauvaise vie ».

                                                                  http://www.liberation.fr/livres/0101595944-que-dit-la-mauvaise-vie


                                                                  • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 9 octobre 2009 15:10

                                                                    Bien sûr que ce genre d’affaire a des relents un peu puants...Quoique, ces (soi-disant) élites qui nous gouvernent ne bénéficient t-ils pas d’une impunité totale quoiqu’ils fassent, meurtres de masse, piochage dans les caisses publiques, forfaitures, enrichissements personnels, mensonges publics, coups tordus et crapuleries en tout genres, ils se permettent tout, tout en sachant que ce sera étouffé, raison d’état oblige (Chirac)...L’affaire Baudis en est la plus connue et la plus évidente, ce type et ses amis juges et proc (dont Marc Bourragué) adeptes du marquis De Sade ont été blanchis sans problème (ils ont quand même eu chaud aux fesses)... 


                                                                    Bien sûr que Frédo Mitterrand s’est certainement tapé des jeunes garçons en Thaïlande, il n’est pas allé là-bas pour les cocotiers, comme pas mal d’autres malades, ça n’a rien d’extraordinaire. S’il a des ennuis je m’en fout, c’est un vrai connard, il n’y a qu’à regarder la vidéo ou il attaque l’adorable Sonia Rolland parce qu’elle ose défendre le Rwanda son pays d’origine (par sa mère)... 


                                                                    • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 9 octobre 2009 15:18

                                                                      Voici ci-dessous l’article qu’Agoravox vient de me refuser par deux fois, notamment au prétexte « qu’il n’appoeterait rien de nouveau à l’actualité en cours »....

                                                                      MAIS QU’EST-CE QUI LEUR PREND ?????

                                                                      Parce que Mme Marine LE PEN nous fait un numéro éculé, (j’ai bien écrit éculé !!!) la classe politique s’engouffre, à commencer par le PS ....

                                                                      Mais où va-ton ?????

                                                                      Qui s’est offusqué à la parution du livre en question alors qu’en même temps M. Frédéric Mitterrand était Directeur d’une Chaîne de télévision publique à vocation internationale, TV 5  ?????

                                                                      Qui s’est offusqué lorsque M. Frédéric Mitterrand a été nommé à la Villa Médicis ?????

                                                                      Qui s’est offusqué lorsque M. Frédéric Mitterrand a été nommé Ministre ????

                                                                      Et pourtant, dès la parution de son livre, TOUT AVAIT DEJA ETE DIT !!!

                                                                      Alors pourquoi « s’en rendre compte » seulement aujourd’hui ????

                                                                      Je vous propose ci-dessous la critique parue à l’époque dans « Le Monde des Livres »

                                                                      Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal mso-style-parent :«  » ; margin:0cm ; margin-bottom :.0001pt ; mso-pagination :widow-orphan ; font-size:12.0pt ; font-family :« Times New Roman » ; mso-fareast-font-family :« Times New Roman » ; p margin-right:0cm ; mso-margin-top-alt:auto ; mso-margin-bottom-alt:auto ; margin-left:0cm ; mso-pagination :widow-orphan ; font-size:12.0pt ; font-family :« Times New Roman » ; mso-fareast-font-family :« Times New Roman » ; @page Section1 size:612.0pt 792.0pt ; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt ; mso-header-margin:36.0pt ; mso-footer-margin:36.0pt ; mso-paper-source:0 ; div.Section1 page:Section1 ; > [if gte mso 9]> —>Le Monde des LIVRES

                                                                      Frédéric Mitterrand au risque de l’intime

                                                                      Article paru dans l’édition du 08.04.05

                                                                      Qu’on n’attende pas de révélations de « La Mauvaise Vie ». L’auteur de cette « autobiographie en creux » est un homme pudique

                                                                      On connaît sa voix, sa diction, son ton qui force l’écoute, sa volonté de se montrer comme « une personne amusante, pleine d’entrain et qui veut être entendue ». On s’est peut-être dit, parfois, que sa manière de s’affirmer, ce jeu entre enthousiasme et désinvolture, était une façon de se cacher, de ne pas donner prise à ceux qui souhaitent toujours «  en savoir plus ».

                                                                      Mais l’on n’imaginait sûrement pas l’homme que révèle ce livre, La Mauvaise Vie (éd. Robert Laffont, 360 p., 20 ), délicat, pudique jusque dans l’impudeur. Un homme qui, souvent, ne s’est pas aimé et le dit avec élégance, sans prendre la pose de l’aveu, en restant à égale distance de l’ostentation et de l’autoflagellation, dans un récit courageux et émouvant, écrit sans afféterie, dans un beau style, simple et clair.

                                                                      «  C’est un geste de mémoire », mais ce ne sont pas pour autant des Mémoires, avec ce que cela suppose de construction chronologique et de mise en spectacle de soi-même. Ceux qui attendraient de Frédéric Mitterrand, créateur, en 1971, du cinéma et de l’espace L’Entrepôt, homme de télévision et de radio depuis plus de vingt ans, des histoires de coulisse, des secrets de stars, des ragots mondains, seront plus que déçus.

                                                                      Les amateurs de roman familial - il est le neveu de François Mitterrand - en seront tout autant pour leurs frais. C’est l’absolu contraire des livres écrits - ou plutôt non écrits - par ceux qu’on nomme aujourd’hui des « people ». Un texte pour vrais lecteurs. Un récit de solitaire, une autobiographie en creux, où l’on suit le parcours intime de Frédéric Mitterrand à travers des rencontres marquantes, des bonheurs, des chagrins.

                                                                      «  Les noms réels ne sont pas cités, sauf un, précise-t-il. C’est dans ce désir constant de mise à distance que je suis sans doute le plus sincère. » Il a été cet enfant - né en 1947 - d’une bourgeoisie aisée, « et en expansion », élevé par des bonnes, notamment « une méchante et une gentille ».

                                                                      «  J’ai toujours aimé les bonnes. Elles étaient les plus constamment présentes, dans mon enfance. La méchante a sans doute eu une influence négative sur mon rapport aux femmes. La gentille m’aimait bien - dans le livre, il raconte leurs retrouvailles, après des années -, mais au fond, je n’ai pas compté pour elles, ni pour l’une ni pour l’autre, tandis qu’elles ont eu de l’influence sur mon avenir. On ne peut pas annuler la lutte des classes. »

                                                                      Très tôt, il a éprouvé une attirance pour les garçons, « avec ce que cela suppose de secret, de clandestinité, on était dans les années 1950, c’était une autre société ». Il ne cache pas, dans son récit, ses sentiments mêlés, « peur, exaltation, honte (...), et certainement une dose de masochisme ». Il n’aime pas le mot « homosexualité, trop médical », et ne se reconnaît ni dans la stratégie du « coming out » ni dans une quelconque idée de « communauté gay ». Il explore son passé pour enfin se comprendre, mais conclut : « Je ne saurai jamais pourquoi je me détestais autant. »

                                                                      Pense-t-il que l’homme public qu’il est prend des risques en disant, ainsi, sa vérité ? « Pas vraiment. Il y a des choses beaucoup plus graves. C’est important pour moi, mais ce n’est pas grand-chose. Pourtant, ça va peut-être faire des dommages. Mais, quand même, ce n’est rien. »

                                                                      MOMENTS D’EXISTENCE

                                                                      Faire des dommages ? Certainement inquiéter ses proches par cette persistante mélancolie. Etchoquer quelques autres par ses propos sur les hommes. Evidemment, si l’on s’arrête, en feuilletant au lieu de lire, sur des scènes de drague, de bordel - en France dans les années 1970, assez joyeuses ; en Thaïlande plus tard, plus tristes -, on peut utiliser La Mauvaise Vie pour tenir, comme certains aiment à le faire à la télévision, des propos vulgaires. Ce serait une trahison totale du geste de Frédéric Mitterrand.

                                                                      Il faut le lire dans la continuité pour comprendre ces moments d’existence qu’il livre : l’enfant qu’on lui confie, qu’il va élever et éduquer - «  oui, c’est sûrement une nostalgie de la famille, et une manière de me réconcilier avec mon enfance en donnant à quelqu’un une belle enfance »  ; l’enfant et l’adolescent qu’il a été - avec une très belle évocation de sa grand-mère maternelle ; le jeune homme tourmenté, qui est dans l’embarras avec les hommes qu’il aime et « ne sait pas quitter » ; l’homme qui n’est pas « mal parce qu’il préfère les hommes, mais mal avec lui-même », qui a « toujours aimé des femmes sans pouvoir les désirer » - on appréciera deux subtils portraits de femmes célèbres, facilement identifiables.

                                                                      Et, au bout du compte, le Frédéric Mitterrand de La Mauvaise Vie ne peut plus aller rencontrer des garçons qu’« ailleurs ». « Il me faut l’inconnu, la terre étrangère, le pays sans repère, écrit-il. Là où l’on ne saura jamais rien de moi, il existe une chance, si ténue soit-elle, que j’obtienne l’abandon et l’oubli, la rupture des liens et la fin du passé. Le choix. »

                                                                      Alors, la Thaïlande. Et un chapitre « Bird », dans un bordel de Patpong, où les garçons, par numéros, sont présentés aux clients, dont Frédéric Mitterrand, qui sait très bien pourquoi il réprouve ce genre de pratique, ce que cela suppose de désastre, de violence. Pourtant, il va choisir un garçon d’une vingtaine d’années et raconter le moment qu’ils passent ensemble. C’est courageux, mais risqué. Même lu par des lecteurs qui ne seront pas hostiles a priori, par principe, cela peut facilement être sordide, glauque, lugubre - et tous les autres synonymes.

                                                                      Et même si on a été passionné jusque-là par le livre - c’est l’avant-dernier chapitre -, on est inquiet. C’est évidemment impudique, mais avec une singulière délicatesse. C’est étonnamment émouvant. «  Peut-être parce que je n’ai en rien voulu me placer du côté de la révélation ou du témoignage, conclut presque timidement Frédéric Mitterrand. Les témoignages pour moi ne sont pas des livres, je voulais essayer de faire un livre, et... », il finit par le dire, « un acte littéraire ». Qu’il se rassure, c’en est un.

                                                                      Josyane Savigneau

                                                                      Pour faciliter votre lecture, j’ai pris la liberté de colorier en rouge les « bons » passages ....

                                                                      Le p’tit père Bayrou s’était fait taper sur les doigts, il y a quatre mois seulement, en « exhumant » un livre de Conh-Bendit pour des raisons strictement politiciennes.

                                                                      Manifestement, ce mauvais exemple n’a pas porté ses fruits puisque la classe politique recommence, et avec gourmandise en plus  !

                                                                       

                                                                      Pauvre France !

                                                                      Vous pouvez retrouver cet article sur mes blogs, ainsi que bien d’autres qui me sont refusés ici...

                                                                      www.lamauragne.over-blog.com

                                                                      www.lamauragne.blog.lemonde.fr






                                                                      • Pyrathome pyralene 9 octobre 2009 17:16

                                                                        oui ! pauvre France que tu fais partie......commence le compte à rebourg , il n’y en plus pour très longtemps ....


                                                                      • Nometon Nometon 9 octobre 2009 15:22

                                                                        Je me permets de répéter ce que j’ai dit ailleurs sous un autre article :

                                                                        Non seulement la démission de Frédéric Mitterrand est indispensable, mais pour ma part, j’espère qu’une association de défense de l’enfance portera plainte afin qu’il y ait enquête et jugement.

                                                                        Quant au « courage » des épanchements immondes de ce prétentieux qui ne fut jamais rien que le nom d’un autre, quant à la « vérité » de ces pages où la laideur de son âme transparaît à chaque ligne, où les scrupules s’évanouissent en un instant devant la pure auto-satisfaction, où il continue encore de « faire la morale » alors qu’il profite de l’indigence et de la misère en beau salaud qu’il est, la colère me gagne !

                                                                        Je suis parfaitement d’accord avec Linus, Imhotep et Lord_volde.
                                                                        Et à tous ceux qui expriment de la compassion, voire plus (on le devine), pour un Frédéric Mitterrand, en oubliant si commodément les « garçons » anonymes, ces « éphèbes » de l’autre bout du monde, qui ont le malheur de n’être ni neveu d’un ancien Président, ni Ministre de la République, ni fortuné, ni membre des cercles à Paris où l’on boit champagne en dégoisant de rire, j’affirme qu’ils devraient mieux choisir les victimes et les vérités qu’ils défendent.
                                                                        Les victimes, ce sont ces enfants !

                                                                        Aucun humaniste ne peut tolérer qu’on leur fasse ainsi deux fois injures : la première lorsque Frédéric Mitterrand ferme les yeux sur leur âge et bien que justement, ce soit cet âge qui « l’excite » ; la seconde quand il se répand dans un livre, comme un chasseur des safaris anglais à l’âge victorien, pour la galerie et non content, qu’il se croit encore assez digne pour représenter officiellement la culture de ce pays. Notre pays.

                                                                        Cet homme est d’une laideur insondable.


                                                                        • joelim joelim 9 octobre 2009 20:38

                                                                          Exact. Mais tout n’est pas perdu pour lui : il a un ticket avec l’auteur. 

                                                                          Pour ce dernier c’est la polémique qui est sordide... Mais en quoi est fait l’auteur, je vous le demande ? Qu’est-ce que cette société pathologique qui soutient l’esclavage sexuel de jeunes ?

                                                                          Une idée : si par extraordinaire FM reste à son poste, il faudra vérifier quelles sont les pénalités qu’il a prévu pour les jeunes qui téléchargent trop. A mon avis il est utile de se méfier un peu sur ce coup là...

                                                                        • Patrick FERNER 9 octobre 2009 15:25
                                                                          Ouverture d’une enquête sur Frédéric Mitterrand ?

                                                                          8 octobre 2009 par La Question

                                                                          Le Syndicat France Police a annoncé jeudi son intention de saisir le procureur de la République de Paris pour obtenir l’ouverture d’une enquête préliminaire contre Frédéric Mitterrand pour “infraction” à l’article 225 du Code pénal réprimant la fréquentation de prostitués mineurs. Michel Thooris, secrétaire général de ce syndicat policier, déclare :

                                                                          La confession de M. Mitterrand dans son livre suffit amplement à justifier l’ouverture d’une enquête préliminaire pour ces faits graves qui ne semblent pas être prescrits par la loi“.

                                                                          L’article 225-12-1 du Code pénal prévoit que

                                                                          “le fait de solliciter, d’accepter ou d’obtenir, en échange d’une rémunération ou d’une promesse de rémunération, des relations de nature sexuelle de la part d’un mineur qui se livre à la prostitution, y compris de façon occasionnelle, est puni de trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende.[...] dans le cas où les délits prévus par les articles 225-12-1 et 225-12-2 sont commis à l’étranger par un Français ou par une personne résidant habituellement sur le territoire français, la loi française est applicable par dérogation”.

                                                                          Et une enquête sur ses soutiens, dont Bertrand Delanoë qui vient de qualifier ce livre de “courageux” ?


                                                                          • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 9 octobre 2009 15:36

                                                                            Ce qui est assez curieux, c’est de voir que tous ceux qui condamnent Frédéric Mitterrand et qui le traitent de menteur sont les mêmes qui portent foi en une oeuvre littéraire du même Frédéric Mitterrand ! Et au nom de quoi Frédéric Mitterrand raconterait exactement sa vie dans un bouquin sensé faire sensation ? Ce n’est pas nouveau qu’un écrivain noircisse ou au contraire édulcore la réalité dans ses récits. Houellebecq l’a fait aussi avec sa manière. Et les polémiques l’ont toujours servi (le but étant de vendre ses livres).

                                                                            Ce qui était essentiel, c’est que Frédéric Mitterrand ait condamné fermement le tourisme sexuel et la pédophilie. Il l’a fait sans détour et avec émotion et fermeté. Il l’a fait deux fois même. Le reste relève de sa vie privée, et si sa vie privée était condamnable, il y aurait des lois et des juges pour cela. La France est un Etat de droit, pas un pays du Far-West où on veut lyncher sans même instruire un dossier.

                                                                            Heureusement, même François Bayrou s’est repris et s’attaque maintenant avec raison aux lyncheurs. Comme quoi, tout homme a le droit de faire des erreurs et de changer. Chapeau à François Bayrou donc.

                                                                            A propos de la reconnaissance d’une réaction trop rapide et émotionnelle, je précise que la « cerise sur le gâteau » que j’évoque, ce n’est pas de réagir à chaud avec maladresse, c’est d’avoir reconnu qu’il avait réagi à chaud. Et il n’est pas le seul à l’avoir reconnu, puisque je cite Pierre Moscovici qui avoue être lui aussi tombé dans une réaction émotionnelle. Il vaut mieux reconnaître et assumer ses erreurs, non ?

                                                                            Il est vrai que Frédéric Mitterrand n’a pas été très pertinent lorsqu’il a fait croire que tout le monde a déjà fait des erreurs similaires. Heureusement que non, mais cette réflexion dénote sans doute surtout de l’égocentrisme. Cette maladresse n’est pas une raison pour salir l’honneur d’un homme.

                                                                            Enfin, une question qui me taraude et que j’ai déjà posée : mais pourquoi rien n’a été dit contre Frédéric Mitterrand lors de la publication de son livre il y a quatre ans ? Et pourquoi rien en juin 2009 lors de sa nomination au gouvernement ? Décidément, certains ont la mémoire changeante...


                                                                            • oncle archibald 9 octobre 2009 15:49

                                                                              « Ce qui était essentiel, c’est que Frédéric Mitterrand ait condamné fermement le tourisme sexuel et la pédophilie » ... Je rêve ou quoi ?? Vous connaissez quelqu’un, ministre de surcroît, qui viendrait commettre un crime en direct sur TF1 au 20 heures ?? Car, si je ne m’abuse, l’apologie du tourisme sexuel et de la pédophilie sont considérés répréhensibles par la loi. Oui ou non ?

                                                                            • Paul Cosquer 9 octobre 2009 15:52

                                                                              Je ne suis pas d’accord avec tout ce que vous écrivez. D’abord, vous dites votre admiration pour Mitterrand et vous dénigrez Benoît Hamon. Personnellement, je préfère Benoît Hamon et je le vois comme un leader d’avenir très crédible avec lequel il faudra compter. Je le juge intelligent et excellent tacticien. S’il pouvait rejoindre le MoDem, ce ne serait que mieux...

                                                                              Pour François Bayrou, s’il a commis une erreur lors des Européeennes, c’est sur le plan tactique uniquement. Sur le fond, je ne pense pas que ses valeurs morales aient changé et qu’il approuve les écrits et les attitudes favorisant la pédophilie. Il fallait bien qu’il fasse une concession car c’est tout le MoDem qu’il engageait derrière sa position. Paris vaut bien une messe. Mais dans son for intérieur, je doute qu’il ait beaucoup d’estime pour ce Mitterrand-là ! Mais je peux me tromper, c’est mon idée, je ne suis pas dans la tête des gens.


                                                                            • Philou017 Philou017 9 octobre 2009 16:17

                                                                              Le reste relève de sa vie privée, et si sa vie privée était condamnable, il y aurait des lois et des juges pour cela.
                                                                              Ce n’est plus sa vie privée, puisqu’il l’a rendu publique. Et de toute façon, si un type fait n’importe quoi dans sa vie privée, il n’a pas à être ministre. Argument tendancieux.

                                                                              même François Bayrou s’est repris et s’attaque maintenant avec raison aux lyncheurs.

                                                                              Pauvre Bayrou. Encore à contre-courant. Les lyncheurs ? Mitterand a bénéficié sur le sujet d’un laxisme plus que n’importe quel autre citoyen.

                                                                              La France est un Etat de droit, pas un pays du Far-West où on veut lyncher sans même instruire un dossier.
                                                                              Le dossier est instruit depuis plusieurs jours sur Internet, à charge et à décharge, et spécialement sur Agoravox.
                                                                              Un travail qu’évitaient soigneusement nos journalistes dits « professionnels », trop occupés à s’inquiéter de la « faschosphere ».
                                                                              Pour garder un peu de crédibilité, je vous conseille d’éviter des termes comme « lynchage » qui sont tout à fait déplacés. Mr Mitterand est rejeté par l’opinion, c’est tout.

                                                                              Enfin, une question qui me taraude et que j’ai déjà posée : mais pourquoi rien n’a été dit contre Frédéric Mitterrand lors de la publication de son livre il y a quatre ans ?
                                                                              Parce que les médias n’ont pas trouvé grand chose à redire au livre. Il n’empêche qu’il y avait eu des remous. Mais l’attitude bienveillante des médias (en général) envers Mitterand a noyé le poisson.
                                                                              Parce qu’il y a un microcosme Mediatico-politico-notable qui se croit tout permis et s’auto protege de façon efficace.


                                                                            • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 9 octobre 2009 16:31

                                                                              A Philou017

                                                                              Vous êtes en contradiction : soit il y a un « microcosme médiatico-politico-notable » qui empêche tout débat, et dans ce cas, comment se fait-il que le débat soit là (ce qui n’est pas en soi inintéressant) ? soit ce microcosme n’empêche pas le débat et pourquoi n’a-t-il pas eu lieu plus tôt ? En 2005, en juin 2009, Internet existait et s’enflammait déjà, n’est-ce pas ?

                                                                              Je vous concède que le mot lynchage mériterait d’être précisé, un « lynchage médiatique » disons, mais François Bayrou y va quand même plus fort puisqu’il parle assez crûment d’ « effets de meute » (le terme est assez fort et fait penser à l’honneur donné aux chiens de François Mitterrand lors du suicide de Pierre Bérégovoy en mai 1993).

                                                                              François Bayrou dit lui-même du bouquin (sur France Info) : « Je n’y ai pas vu d’apologie, mais l’aveu de quelque chose de profondément douloureux ».

                                                                              Sinon, dans un Etat de droit comme la France, ce ne sont pas les commentateurs patentés d’Agoravox ni les médias qui sont chargés d’instruire les dossiers judiciaires, mais les juges. C’est écrit dans le code de procédure pénal.

                                                                              Cordialement.


                                                                            • Paul Cosquer 9 octobre 2009 16:43

                                                                              Cher camarade, c’est parce que notre François, il est trop gentil et c’est sa charité chrétienne qui parle (c’est dieu qui jugera etc). Mais il ne peut pas cautionner ça !

                                                                              Sur les effets de meute, je suis d’accord avec lui, moi qui suis un loup solitaire qui préfère danser avec les loups que hurler avec les chiens...


                                                                            • Pyrathome pyralene 9 octobre 2009 17:09

                                                                              On vous a pas beaucoup entendu venir défendre Matthieu Kassovitz....monsieur Sarkotoarison , ainsi que toute la clique qui monte au créneau.... plus personne ! On a pas entendu , non-plus , le sinistre de la culture , défendre un artiste , comme il s’en vante , bien au contraire !!...


                                                                            • lord_volde lord_volde 9 octobre 2009 19:06

                                                                              Les procureurs sont aux ordres du gouvernement et l’ouverture d’une enquête préliminaire ou d’une poursuite pénale dépend exclusivement de la volonté du Procureur de la République de Paris, Monsieur Marin, qui est un grand ami de Naboléon et dont la préoccupation principale est donnée à sa carrière. Un juge du siège ne peut pas s’autosaisir et ne peut qu’instruire les dossiers sur réquisition du Parquet. Nous savons que la justice Française est à double vitesse et que le lien hierarchique entre les chefs de parquet et le garde des sceaux rend difficile le travail des premiers. Sur Mitterrand, le processus qui a enflammé la toile internet a commencé par le soutien honteux qu’il a apporté à un violeur pédophile d’enfant, en l’occurrence Polanski et que la quasi majorité des personnes ignoraient l’existence de ce bouquin puant vantant ses exploits de nature pédophile. Vous pouvez essayer toutes les esbroufes possibles, rien ne nous fera changer d’opinion, et surtout pas la posture grotesque ayant consisté à le pousser à condamner fermement le tourisme sexuel qu’il a porté aux nues à travers un livre autobiographique et ses expéditions fréquentes en thaïlande et au maroc pour exploiter le marché aux esclaves sexuels moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. EN PRENANT LA DEFENSE D’UN PERSONNAGE ARROGANT ET NEFASTE VOUS VOUS VAUTREZ AUSSI DANS LA FANGE ET L’ABJECTION.


                                                                            • lord_volde lord_volde 9 octobre 2009 19:09

                                                                              rectificatif : ignorait


                                                                            • Philou017 Philou017 9 octobre 2009 19:36

                                                                              @Sylvain Rakotoarison  : "Vous êtes en contradiction : soit il y a un « microcosme médiatico-politico-notable » qui empêche tout débat, et dans ce cas, comment se fait-il que le débat soit là (ce qui n’est pas en soi inintéressant) ? soit ce microcosme n’empêche pas le débat et pourquoi n’a-t-il pas eu lieu plus tôt ? En 2005, en juin 2009, Internet existait et s’enflammait déjà, n’est-ce pas ?« 

                                                                              Le microcosme l’empêche tant qu’il peut. Mais il n’est pas omnipotent. Et il doit compter avec Internet. Quand un gros truc se déclenche sur Internet, ils ont du mal à l’étouffer.
                                                                              C’est pas faute d’avoir essayé comme l’Express qui a dégainé son »analyse sur la faschosphere" en y mêlant Agoravox d’ailleurs.
                                                                              En 2005, Mitterand n’était pas ministre, ni même vraiment engagé politiquement. Tout le monde s’en fichait un peu, à partir du moment où il n’était pas prouvé qu’il avait enfreint la loi de façon formelle.
                                                                              Sa déclaration stupéfiante qui essayait de minimiser un viol sur mineure de moins de 13 ans, par un membre du microcosme Parisien qui plus est, a ranimé les mémoires. Personnellement j’avais complètement oublié ce bouquin, dont je n’avais entendu que de vagues échos. Mais j’ai eu le temps d’en prendre connaissance depuis.

                                                                              Je vous concède que le mot lynchage mériterait d’être précisé, un « lynchage médiatique » disons,
                                                                              Vious rigolez ? il n’y a strictement aucun lynchage médiatique. tout ce que j’ai pu lire montre de la part de la presse soit une défense asse hypocrite de Mitterand, soit une attitude neutre et prudente.
                                                                              Les attaques sont venues d’internet, et comme vous pouvez le constater sur Agoravox, il y a débat, et certainement pas lynchage. Je trouve que jusqu’ici, m. Mitterand a bénéficié d’une tolérance peu commune de la presse, y compris dans l’appréciation bienveillante de son bouquin en 2005.
                                                                              Et pas un journal ne s’est mouillé pour rappeler des faits discutables au moment de sa nomination.

                                                                              mais François Bayrou y va quand même plus fort puisqu’il parle assez crûment d’ « effets de meute » (le terme est assez fort et fait penser à l’honneur donné aux chiens de François Mitterrand lors du suicide de Pierre Bérégovoy en mai 1993).

                                                                              Bayrou a senti passé le vent du boulet quand il s’est attaqué au coté sulfureux d’un membre de l’oligarchie. Je trouve qu’il a été atttqué de façon incroyablement injuste, alors que personne ne parlait des insultes proférées par Cohn-Bendit.
                                                                              Bayrou s’est littéralement fait casser par le microcosme dont je parle plus haut. C’est pour cela qu’il part publiquement en sens inverse, alors qu’il y a bien plus de raisons de critiquer Mitterand que Cohn-Bendit sur le même sujet.
                                                                              Là-dessus, Bayrou a laissé passer une bonne occasion de la fermer.

                                                                              Quand à l’effet de meute, c’est une blague. Encore une fois la presse est extrêmement tiède sur ce sujet et les attaques du PS sont faites sur le bout des lèvres.
                                                                              Rien à voir avec l’affaire Bérégovoy qui était à mon avis un enjeu avant tout politique. Ici, c’est l’opinion publique qui pour une fois arrive à se faire entendre.

                                                                              Sinon, dans un Etat de droit comme la France, ce ne sont pas les commentateurs patentés d’Agoravox ni les médias qui sont chargés d’instruire les dossiers judiciaires, mais les juges. C’est écrit dans le code de procédure pénal.

                                                                              On instruit ce que l’on veut. Vu que dans ce genre d’affaire mêlant de hauts personnages , il n’y a pas grand chose à attendre de la presse et de la justice, tous deux soumis au pouvoir, avec des cercles de notables qui se soutiennent.
                                                                              Je trouve très satisfaisant que Internet fasse en quelque sorte le procès de Mitterand, car sinon personne ne le ferait.

                                                                              Il est triste de voir que seule une Marine Le Pen a le courage de soulever des questions qui méritent d’être posées. Notre classe politique est encore une fois au-dessous de tout.

                                                                              Ceci dit, je tiens à préciser que je n’attaque pas l’homme Mitterand, mais sa capacité à être ministre.


                                                                            • joelim joelim 9 octobre 2009 20:47

                                                                              Là-dessus, Bayrou a laissé passer une bonne occasion de la fermer.

                                                                              Il se discrédite totalement, oui. Déficit en lucidité.

                                                                              Quand à l’effet de meute, c’est une blague. Encore une fois la presse est extrêmement tiède sur ce sujet et les attaques du PS sont faites sur le bout des lèvres.

                                                                              Oui, mais c’est le genre de sophisme qu’affectionnent les gens comme l’auteur. Un outil rhétorique qu’ils utilisent quand ils ne sont pas d’accord avec d’autres citoyens qui s’expriment eux-aussi librement.

                                                                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 octobre 2009 22:07

                                                                              @ Sylvain Rokotoarison :


                                                                              Si vous croyez ce que vous venez d’écrire, vous êtes sot et vous discréditez. Si vous ne le croyez pas, vous êtes infâme et vous déshonorez. Je crois que vous êtes dans la deuxième catégorie, ce qui permet de changer de pseudo et de se refaire une vertu. En attendant, je vous mets dans ma filière - très mince - de ceux à qui je ne prends plus la peine de répondre, car je n’aurais que des insultes à leur adresser pour leur mauvaise foi.

                                                                              Pierre JC Allard


                                                                              Pierre JC Allard



                                                                            • Paul Cosquer 9 octobre 2009 22:22

                                                                              Pierre, vous annoncez que vous aller insulter l’auteur mais il me semble que vous avez déjà commencé en lâchant le mot « infâme », comme ça gratuitement sans prouver ce que vous avancez. C’est pas du débat, ça !


                                                                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 octobre 2009 22:59

                                                                              @ Cosquer : Mais non, puisque je formule au conditionnel... Il n’est peut-être pas infâme smiley Et je ne prouve rien, puisque je n’accuse pas : il s’agit d’une simple opinion... Opinion, toutefois, qui semble partagée à cette heure par 88% des lecteur de l’article.. 


                                                                               PJCA

                                                                            • Paul Cosquer 10 octobre 2009 08:54

                                                                              Pierre, je ne crois que cela soit du conditionnel de déclarer ranger définitivement un rédacteur dans la catégorie des infâmes. Et je ne pense pas non plus que 88% des votants aient fait, comme vous l’affirmez un peu légèrement, cette étiquetage moral qui serait digne d’un effet de meute « infâme ». Je crois plutôt que vous êtes dans vos fantasmes. Les 88% s’adressent surtout à Mitterrand et au Pouvoir qui le soutient. L’auteur exprime son point de vue et il est tombé sous le charme de l’olibrius, c’est navrant mais c’est humain.

                                                                              Quant à Frédéric Mitterrand, il ne mérite que le crachat du Peuple. Il déshonore la France !


                                                                            • Paul Cosquer 10 octobre 2009 08:59

                                                                              Avertissement : Et attention de ne pas confondre la voix du Peuple avec un vil effet de meute. Sans quoi, c’est encore Le Pen qui va récolter les amertumes du Peuple écoeuré...


                                                                            • oncle archibald 9 octobre 2009 15:38

                                                                              Monsieur Rakotoarison en cireur de bottes ne doit pas craindre le chomage, au moins jusqu’en 2012 .. 

                                                                              Le plus fort de tout c’est qu’il ose écrire pour dédouaner frédéric Mitterand : « il a sorti tout ce qu’il avait à dire. Il a su jouer du regard avec son interlocutrice Laurence Ferrari pourtant tenace, loin de vouloir lâcher le morceau, un peu comme les yeux dans les yeux de son oncle François Mitterrand lors de son débat du second tour avec Jacques Chirac le 28 avril 1988 » 
                                                                              Il n’a sorti du bout des lèvres que ce que son interlocutrice a réussi à lui arracher, et comme son oncle, les yeux dans les yeux, il a énoncé sans broncher un gros mensonge ..

                                                                              • oncle archibald 9 octobre 2009 15:50

                                                                                Il y a de curieux disfonctionnement sur AV, surtout sur les fils « sensibles » ..


                                                                                • Lapuissanceduportduhavre Lapuissanceduportduhavre 9 octobre 2009 16:23

                                                                                  Hé Fred...tu déconnes à écrire toi même des articles pour te défendre


                                                                                  • Lapuissanceduportduhavre Lapuissanceduportduhavre 9 octobre 2009 16:27

                                                                                    C’est Fred qui invite Roman à diner et celui-ci lui répond « Oh non, il n’y a que des éphèbes boxeurs de 40 ans à tes soirées !!! »


                                                                                    • ELCHETORIX 9 octobre 2009 16:41

                                                                                      QUELLE RIPOSTE ? , rien que le titre est un détournement de la vérité .
                                                                                      Ce « ministre » est sur la défensive et doit démissionner ainsi que celui qui l’a nommé sur les « conseil » de la carla .
                                                                                      Tous ceux qui défendent l’indéfendable ne sont pas crédibles .
                                                                                      Donc , monsieur SYLVAIN , votre article est nul et non avenu .
                                                                                      Si ces « turpitudes » de cette « caste » et soit disant « élite » , continuent , je crains et souhaite que la mandature de cet imposteurde président n’arrive pas çà son terme.
                                                                                      « le grand soir » pourrait arriver plus tôt que prévu...


                                                                                      • frédéric lyon 9 octobre 2009 17:00

                                                                                        La campagne internet du FN a fait long feu. 


                                                                                        Ce media parait trop limité en impact et en audience, lorsqu’on le compare au média télévision ou au media presse papier.

                                                                                        L’intervention de Frédéric Mitterrand referme en fait ce dossier et les quelques brebis égarées du PS qui l’ont critiqué un peu trop vite, tel que B. Hamont, ont été rappelé à l’ordre et se rétractent à présent.

                                                                                        Et puis l’opinion publique s’en fout de cette histoire.

                                                                                        Il y a une élection législative partielle dans les Yvelines ce weed-end et le principal intérêt de cette élection est de voir si les Verts confirmeront leur bonne forme face au PS, il n’est pas de savoir quel sera le score du parti de Marine Le Pen qui est sur une pente savonneuse et qui ne retrouvera pas la forme avec ce genre de campagne pour salir un homme.

                                                                                        Nous en serons bientôt débarrassé, je doute fort qu’il survive à la retraite de son fondateur.

                                                                                        • Pyrathome pyralene 9 octobre 2009 17:13

                                                                                          Mais mon tout petit ! ton maitre a besoin des voix du FN , pour se faire réelire !! .....ton grincheux en arrive à se bouffer la teubi.... smiley


                                                                                        • Primipile 9 octobre 2009 17:01

                                                                                          La vrai question, que certains d’entre vous posent, un avocat la reprend en des termes plus que clairs, elle est ici :

                                                                                          http://www.john-bastardi-daumont.com/article-frederic-mitterrand---pourquoi-se-defendre-a-la-television—et-ne-pas-attaquer-en-justice---37225477.html


                                                                                          • bluelight 9 octobre 2009 18:47


                                                                                            auteur minable ...

                                                                                            Qui fait semblant de croire que le sordide, le glauque, le dessous de ceinture est le fait de la dénonciation des crimes sexuels et du tourisme sexuel et non dans ces faits eux-mêmes !

                                                                                            Mitterrand très habile homme politique dit cet auteur dans une méthode Coué encore plus surréaliste que la propagande de la Corée du Nord !

                                                                                            Un homme politique très habile n’aurait pas soutenu un violeur ’people’ risquant d’être une cible après avoir écrit sa ’mauvaise vie’ !

                                                                                            extraits de ce que j’ai écrit ailleurs :

                                                                                            C’est une valeur républicaine essentielle que l’égalité des citoyens de la loi. Q’un ministre ayant stupidement exposé les détails de son tourisme sexuel prenne la défense d’un ’people’ violeur aggravé de fillette de 13 ans est incompatible avec l’égalité des citoyens devant la loi, au delà de la question éthique. Que ce ministre, homme blessé attaqué sur sa ’mauvaise vie’ à la suite de ce soutien scandaleux, après choisisse comme défense le fait que certains assimileraient homosexualité et pédophilie est ridicule, comme si les touristes sexuels en Thaïlande choisissent en priorité des personnes de 40 ans, quels que soient leur sexe et orientation sexuelle (voir le film Lady Bar) . La gauche caviar et la droite bling bling montrent leur abjecte nature, celle d’une justice de classe : tolérance zéro pour les internautes, pour les petits délinquants qui se suicident en prison, confusion entre liberté sexuelle consentie et liberté du prédateur sexuel, absolution des pires crimes ’people’, le viol aggravé commis par un cinéaste, ou les assassinats perpétrés par Battisti et Petrella, Battisti a même été fait citoyen d’honneur par Delanoë !
                                                                                            Et si c’étaient de riches étrangers qui venaient en France se payer les services sexuels de jeunes français, ceux qui compatissent avec le ministre touriste sexuel s’indigneraient ! Le tourisme sexuel ne fonctionne que par l’inégalité de classe, que la classe ’people’ cherche à maintenir en se mettant au dessus des lois.



                                                                                              • BA 9 octobre 2009 19:03

                                                                                                L’affaire a fait la une du Quotidien de la Réunion de ce jour : Frédéric Mitterrand a effectué, en mars dernier, un témoignage de moralité pour défendre deux mineurs, dont son filleul, fils d’un couple d’amis, dans une affaire de viol collectif.

                                                                                                La victime, une jeune fille de 16 ans,  a été violée par plusieurs jeunes sous la menace d’un couteau. Une affaire qui a déjà été jugée, mais qui revient en appel à la fin du mois d’octobre.

                                                                                                Certes, Frédéric Mitterrand n’est évidemment pour rien dans le crime commis par ces deux garçons. Mais il vient au secours de ces deux mineurs violeurs en écrivant son témoignage sur du papier à en-tête de la Villa Médicis — où il officiait —  alors qu’il n’agit là qu’en tant que personne privée.

                                                                                                En outre, dans son témoignage écrit, le ministre, qui ne l’était pas à ce moment-là, engage l’organisme dont il avait la charge - la Villa Médicis - dans un soutien aux deux jeunes criminels puisqu’il propose de leur organiser des stages sur mesure en vue de faciliter leur réinsertion : «  En tant que directeur de l’Académie de France à Rome, je m’engage personnellement à faciliter toute mesure de réinsertion.  »

                                                                                                Dans le même texte, il précise : «  Je dispose d’un certain nombre de contrats qui pourraient être mis à profit.  » Là encore, l’usage de la première personne est peu approprié et traduit une conception très particulière des usages républicains : est-ce la vocation de la Villa Médicis que d’aider à la réinsertion de mineurs violeurs de l’Ile de la Réunion ? En l’occurrence, le fonctionnaire Frédéric Mitterrand utilise à son profit personnel la responsabilité que l’Etat lui a confiée.

                                                                                                Le correspondant à Paris du Quotidien de la Réunion a tenté - vainement - de faire réagir le Ministère de la Culture sur le sujet. Comme au début de la semaine, le Ministre choisit la politique de l’autruche...

                                                                                                Y aura-t-il une suite à cette nouvelle affaire Mitterrand ? Sans doute pas. D’abord parce qu’après s’être censurés sur la polémique Le Pen-Mitterrand, les médias ont saturé leur public avec ce qui est devenu l’« affaire » : depuis jeudi, radios, télévisions et presse écrite ne parlent plus que de cela.

                                                                                                Ensuite parce que même s’il s’agit encore de sexualité, l’attitude de l’ancien directeur de la Villa Médicis est surtout condamnable du point de vue des usages républicains. Et on sait bien qu’en la matière, le sarkozysme n’en est pas à un écart près.

                                                                                                 

                                                                                                http://www.marianne2.fr/Mitterrand-temoin-de-moralite-de-deux-violeurs_a182392.html


                                                                                                • foufouille foufouille 9 octobre 2009 19:16

                                                                                                  de pire en pire


                                                                                                • Philou017 Philou017 9 octobre 2009 19:48

                                                                                                  Merci pour ces infos.


                                                                                                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 octobre 2009 22:28

                                                                                                  Cette intervention est-elle confirmée. Si oui, il faudrait que ce type démissionne avant de faire plus de mal. Est-ce que l’on ne comprend pas en haut lieu que, sur simple dénonciation

                                                                                                  de quiconque n’aime pas la France et mettant le livre en preuve, on pourra lui faire interdire l’entrée aux USA ? Je serai heureux de cette très rare occasion de féliciter les USA de quoi que ce soit.

                                                                                                   Quelqu’un peut me dire où l’on trouve en ligne le programme du FN ? Au lieu de le critiquer sans l’avoir lu j’en ferai un une critique impartiale. A voir si Agoravox la publiera...



                                                                                                  Pierre JC Allard



                                                                                                • Francis, agnotologue JL 10 octobre 2009 00:08

                                                                                                  vendredi 09 octobre 2009 : Frédéric Mitterrand cité comme témoin de moralité dans un procès d’assises pour viol

                                                                                                  « Frédéric Mitterrand est cité en tant que témoin de moralité dans un procès d’assises en appel qui se déroulera à la Réunion où doivent comparaître trois hommes poursuivis de viol collectif sur une jeune fille alors âgée de 16 ans, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Les trois hommes, dont l’un était mineur au moment des faits, avaient comparu le 27 mars devant la cour d’assises des mineurs et avaient été condamnés à des peines allant de huit ans d’emprisonnement à 15 ans de réclusion. Tous trois se disent innocents et leur procès en appel est prévu les 28, 29 et 30 octobre. Frédéric Mitterrand, alors directeur de la Villa Médicis à Rome, avait écrit au président de la cour d’assises avant le premier procès comme témoin de moralité de deux des accusés. »


                                                                                                • wesson wesson 10 octobre 2009 00:21

                                                                                                  Bonsoir M. Allard,

                                                                                                  Le programme du front national est là :

                                                                                                  http://www.frontnational.com/pdf/programme.pdf

                                                                                                  Sa lecture en est pour le moins étonnante : une bonne part des mesures évoquées ont été reprises tel quel par l’UMP (Union des Mâles Pédophiles) et sont appliquées ou en voie de l’être.


                                                                                                • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 10 octobre 2009 10:07

                                                                                                  A Wesson 10 octobre 00:21 ,

                                                                                                  Vous continuez encore à promouvoir publiquement l’extrême droite. Vous mettez partout sur Internet le lien du programme du Front national. Comment cette façon de faire s’appelle-t-elle sinon faire la publicité des idées de ce parti ? Je ne vous apprends rien sur les méthodes de référencement dans les moteurs de recherche, n’est-ce pas ?

                                                                                                  Cela expliquerait pourquoi vous soutenez tant Marine Le Pen.
                                                                                                  Au moins, c’est clair. Les lecteurs sont prévenus.

                                                                                                  Cordialement.


                                                                                                • Eloi Eloi 9 octobre 2009 19:31

                                                                                                  je l’avais déjà remarqué le 21 juillet 2009 lors de son premier discours (préparé) à l’Assemblée Nationale à propos de la loi Hadopi 2 où il avait montré un ton très lyrique et emphatique (sur un sujet qu’il connaissait cependant peu).

                                                                                                  Un ton lyrique et emphatique ? Rien à foutre.
                                                                                                  Vous ne fait que décrire un inutile coûteux de plus.


                                                                                                  • Defrance Defrance 9 octobre 2009 20:33

                                                                                                    Reprocher de ne pas l’avoir signaler plus tot ?

                                                                                                     Mais QUI a lu son livre ? des gens comme lui , et pour ce qui concerne Sarko, si il lit aussi bien qu’il parle il n’a pas du comprendre ! Personnellement je ne lit JAMAIS ce type de littérature torche cul et de nombreux francais sont comme moi, la vie d’un depravé n’a aucun interet !

                                                                                                     Les graduation dans l’age vont de l’enfant , du garçon, de l’adolescent, le jeune homme, l’homme et le vieillard !
                                                                                                     Même si il est vrai qu’un vieillard mâle reste un garçon, j’ai rarement vu le terme dans la littérature.
                                                                                                     De plus il utilise aussi le terme d’esclave, qui implique le non consentement de la victime !
                                                                                                     Pour finir , un homosexuel n’est pas obligé d’aller en Thaïlande pour assouvir sa passion, l’europe suffit.

                                                                                                     J’espère que les association de defense des enfants de la prostitution Thaï vont placarder la Photo du MÔsieur pour receuillir des temoignages !

                                                                                                     Pour finir ses victimes ontt du avoir la peur de leur vie en voyant sa tronche !


                                                                                                    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 9 octobre 2009 20:57

                                                                                                      Il n’a vraiment pas de chance. Une polémique chasse l’autre. Le malheureux est maintenant aux prises avec une fâcheuse affaire de moeurs concernant des mineurs.

                                                                                                      http://www.marianne2.fr/Mitterrand-temoin-de-moralite-de-deux-violeurs_a182392.html

                                                                                                      Selon lepoint.fr même son cabinet reconnait « que Frédéric Mitterrand a agi avec une certaine légèreté, n’écoutant que son bon coeur ».


                                                                                                      • BA 9 octobre 2009 22:13

                                                                                                        Evidemment, j’ai lu ce qu’on a pu écrire sur les commerce des garçons d’ici et vu quantité de films et de reportages ; malgré ma méfiance à l’égard de la duplicité des médias je sais ce qu’il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation ; l’inconscience ou l’âpreté de la plupart des familles, la misère ambiante, le maquereautage généralisé où crapahutent la pègre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses n’en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic. […]

                                                                                                        Bizarrement, il a plus de mal à retirer son pantalon et son caleçon américain, il évite mon regard, un fond de pudeur, une ombre d’inquiétude peut-être devant mon comportement qui doit lui paraître exagéré, insolite. Ces gosses ont largement l’habitude des hommes bien qu’ils ne les aiment pas vraiment, ils considèrent leur désir avec satisfaction mais avec une sorte de persistance dans l’étonnement candide ;

                                                                                                        Frédéric Mitterrand, «  La mauvaise vie  ».

                                                                                                        http://www.liberation.fr/livres/0101595944-que-dit-la-mauvaise-vie


                                                                                                        • Yohan Yohan 9 octobre 2009 22:36

                                                                                                          Pour avoir tous les avantages financiers de son poste, il faut s’y maintenir six mois mini. Vous savez maintenant pourquoi il va s"accrocher


                                                                                                          • Senatus populusque (Courouve) MA 9 octobre 2009 22:38

                                                                                                            A voir : le court-métrage « Mon copain Rachid », dont Frédéric Mitterrand a produit la version cinéma.


                                                                                                            http://www.dailymotion.com/video/x4f58f_copain-rachid_shortfilms


                                                                                                            • Rage Rage 9 octobre 2009 23:05

                                                                                                              Bonsoir,

                                                                                                              On nage en plein délire, en pleine tragédie même.

                                                                                                              Il va bien falloir un jour qu’on se réveille tous, parce que là vraiment on touche le fond du fond, le pétrole, l’enfer même.

                                                                                                              On a gentillement créé des ministères de l’expulsion, toléré et soutenu le management par la tyrannie, mis en valeur la société de l’artifice et du bling bling, expulsé les classes moyennes des HLM (sisi Boutin l’a fait), paupériser des milliers de français etc... etc...

                                                                                                              Mais là on passe encore à pire.
                                                                                                              Après la ministire de la culture soudoyée par Universal, après le roquet de service qui aboit, le pilote de course qui ment plus vite que son ombre, ...
                                                                                                              le ministre de la culture qui fait du tourisme sexuel !

                                                                                                              Et on OSE dire qu’il s’est défendu loyalement ? Qui lui jeterait la première pierre ?
                                                                                                              Mais nous DEVRIONS TOUS LE LYNCHER tant les propos qui ont été tenu hier sont baignés de mensonge et de provocation.

                                                                                                              Un ministre qui va se faire plaisir avec des gosses qui se prostituent par pauvreté extrême, qui traduit cela en « partouse entre adultes consentants » : de qui se moque t’on ? Qui croit à ce genre de mensonge ?

                                                                                                              Pendant ce temps là, ça se suicide à FT, ça craque de partout mais heureusement on parle un coup d’un traitre qui rase un camp d’Afghan et qui les renvoit dans un pays en guerre, un coup d’un facho qui insulte les arabes et enfin d’un homo pédophile.

                                                                                                              Scandaleux. Je n’ai pas mot que le mot bilan suivant : débectant.

                                                                                                              Notre pays est bien loin de ses heures de gloire, de Malraux ou bien de Jaurès.

                                                                                                              Réagissons bordel !


                                                                                                              • Francis, agnotologue JL 9 octobre 2009 23:56

                                                                                                                « Pendant ce temps là, ça se suicide à FT, »

                                                                                                                Les chiffres des accidents de la route font état d’une recrudescence de 17% des victimes corporelles. Parmi les causes évoquées, le gouvernement se garde bien de citer le désespoir des travailleurs. Le stress généré entre autres par la perspective d’une perte d’emploi augmente considérablement les risques d’accident.


                                                                                                              • docdory docdory 9 octobre 2009 23:36

                                                                                                                @ Sylvain Rakotoarison


                                                                                                                Souvent , j’aime bien vos articles ( sauf le précédent , concernant les subventions aux élèves absentéistes ) . 
                                                                                                                 Mais là , franchement , vous vous faites rouler dans la farine par le laborieux plaidoyer de Frédéric Mitterrand !
                                                                                                                 Bien que le front national soit a des années-lumières de ce que je pense , Marine le Pen a eu dans cette histoire un indéniable sens de l’Etat, et l’analyse implacable qu’elle fait dans cette vidéo du pitoyable système de défense de Mitterrand est impressionnante de justesse d’argumentation .



                                                                                                                • Francis, agnotologue JL 9 octobre 2009 23:50

                                                                                                                  Il se pourrait bien en effet, que la fille fasse aussi bien, voire mieux que le père, et qu’en 2012 elle soit challenger de l’actuel tenant du titre.

                                                                                                                  Cela aurait le mérite d’être clair : l’individualisme et le communautarisme auront triomphé et nous aurons le choix entre deux totalitarismes : totalitarisme d’Etat contre oligarchie.


                                                                                                                • Francis, agnotologue JL 10 octobre 2009 00:14

                                                                                                                  M. Mitterrand cité comme témoin de moralité dans un procès d’assises pour viol

                                                                                                                  http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-40590269@7-40,0.html 

                                                                                                                  On y trouve davantage d’nformations.


                                                                                                                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 10 octobre 2009 15:48

                                                                                                                    Sur le Web circule une pétition demandant la démission de Frédéric Mitterrand.


                                                                                                                    http://www.lapetition.be/en-ligne/oui-la-dmission-de-frdric-mitterand-5154.html


                                                                                                                    Je viens de signer la pétition ( n° 740 )


                                                                                                                    J’epère que la Vox-Populi sera la plus forte et que ce triste et arrogant personnage soit démit de son poste de Ministre de la Culture.
                                                                                                                    Raconter ses plaisirs sexuels dans des pays ou se pratique un infâme tourisme, et soutenir avec force et détermination un artiste condamné pour pédophilie, est tout simplement indigne de la charge qu’il occupe.
                                                                                                                    Comme Ministre de la Culture, la France mérite mieux.


                                                                                                                    Gilbert Spagnolo dit P@py

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès