• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Russie ou Israël ? Quel camp choisissez-vous ?

La Russie ou Israël ? Quel camp choisissez-vous ?

Les militants du Parti Communiste Français des années 50-60-70 soutenaient ouvertement Joseph Staline, dont la politique de Capitalisme d'État appuyée sur une armée violente qui terrorisait des parties entières de sa population sur des bases ethniques et raciales n'avait rien à envier au Nazisme. Au moins, ces militants pseudo-communistes pouvaient dire qu'ils ne savaient pas. De plus, il est incontestable que les politiques extérieures des USA à la même époque étaient tout aussi brutales, et que, elles, étaient beaucoup mieux connues du grand public (même si, sur leur propre sol, il est incontestable que le libéralisme économique et politique des USA les rendaient plus "humanistes", c'est à dire plus prompt à laisser le marché plutôt que la police militaire gérer la répression). 
 
On aurait pu espérer que la chute de l'URSS signait à jamais la mort du Bismarckisme, c'est à dire du Capitalisme d'État, et que la révélation de l'horreur absolue du Stalinisme allait définitivement guérir les militants de gauche du soutien à une Nation contre une autre. La bourgeoisie, quel que soit son pays et sa Nation, reste la bourgeoisie. Le Capitalisme, qu'il soit libéral ou étatique, reste le Capitalisme. La bureaucratie, qu'elles soient à la tête des banques ou à la tête de l'État, reste la bureaucratie. 
 
Mais non, en ce début de 21ème siècle, force est de constater que rien n'a changé. Les militants de gauche sont toujours aussi aliénés qu'au siècle précédent. Encore aujourd'hui, quand l'Oligarchie Internationale provoque un Choc, au sens de Mélanie Klein : ceux-ci foncent droit dans le panneau.
 
 
Ainsi, en fonction des pays, des partis, on voit partout des prolétaires en état de choc courir soutenir tel ou tel bourgeois, telle ou telle nation, prendre parti pour tel ou tel camps. Ainsi, on voit des prétendus opposants au "système" prendre parti tour à tour pour :
  • Le Hamas contre Israël
  • L'Iran contre Israël et les USA
  • Les Kurdes contre l'Irak
  • Chavez contre les USA
  • La Russie contre l'Union Européenne
  • L'Ukraine de l'Est contre l'Ukraine de l'Ouest
  • Bassar Al Asad contre les Islamistes
  • La France contre le Mali, la Côte d'Ivoire, le Niger
  • Kadhafi contre les islamistes et la France
  • et j'en passe et des meilleurs...
 
Tout cela serait sympathique donc, s’il s'agissait de matchs de Football dans une coupe du monde. Mais non, il s'agit de guerres impérialistes, qui cachent des questions économiques derrière des questions nationales et culturelles. Ce sont des guerres dans lesquelles des centaines de milliers de prolétaires sont écrasés dans la violence la plus extrême.
 L'imbécile choisi un camps.

Comme dans le livre 1984, nos prolétaires qui prennent parti dans les guerres impérialistes ne se soucient pas de savoir si il y a une quelconque cohérence entre leurs alliances, et l'allié d'un jour peut devenir l'ennemi du lendemain sans même qu'ils ne s'en rendent compte.

« En ce moment, par exemple, en 1984 (Si c’était bien 1984) l’Océania était alliée à l’Estasia et en guerre avec l’Eurasia. Dans aucune émission publique ou privée il n’était admis que les trois puissances avaient été, à une autre époque, groupées différemment. Winston savait fort bien qu’il y avait seulement quatre ans, l’Océania était en guerre avec l’Estasia et alliée à l’Eurasia. Mais ce n’était qu’un renseignement furtif et frauduleux qu’il avait retenu par hasard parce qu’il ne maîtrisait pas suffisamment sa mémoire. Officiellement, le changement de partenaires n’avait jamais eu lieu. L’Océania était en guerre avec l’Eurasia. L’Océania avait, par conséquent, toujours été en guerre avec l’Eurasia. L’ennemi du moment représentait toujours le mal absolu et il s’ensuivait qu’aucune entente passée ou future avec lui n’était possible.  »

George Orwell:1984

Tout le monde retient de 1984 Big Brother, qui est pourtant l'élément le moins important du livre. Son élément principal : c'est que la bourgeoisie maintient en permanence la guerre, un jour contre un pays, le lendemain contre un autre ; et que la base même de l'asservissement, consiste à pousser le prolétariat à prendre parti dans ces guerres, pour un camp ou un autre.

Ainsi, en Europe, on voit des chargements entiers de gauchistes et de prétendus antisystèmes prendre position pour l'Estasia contre l'Eurasia. Comme ils habitent en Eurasia, le fait de prendre parti contre leur propre bloc leur donne l'impression d'être contre le système. Ainsi, en Russie, voit-on des chargements entiers de gauchistes et de prétendus antisystèmes prendre position pour l'Eurasia contre l'Estasia. Comme ils habitent en Estasia, prendre parti contre leur propre bloc leur donne l'impression d'être contre le système. Des deux côtés, ces troupeaux de gauchistes ou de prétendus antisystèmes considèrent l'autre troupeau de gauchistes et d’antisystèmes comme des agents secrets grassement rémunérés par les services secrets de leur bloc. Ainsi, les antisystèmes européens considèrent les antisystèmes russes comme des agents de la CIA ; et les antisystèmes russes voient les antisystèmes européens comme des agents de Poutine. 

 
Remarquons que les milliardaires de l'Estasia et de l'Eurasia se délectent ensemble de ce spectacle, eux qui fréquentent les mêmes bordels de luxes, et qui volent dans les mêmes Jets Privées de paradis terrestres en paradis terrestres. Ces guerres : cela ne les concerne pas. Eux vivent heureux dans l’opulence et la richesse sur le dos de leurs prolétariats respectifs. Eux s’entendent parfaitement bien entre eux, et se réunissent régulièrement dans des hôtels de luxe pour parler de la politique du monde tout en mangeant des mets raffinés. Ils rient de voir leurs prolétaires prendre parti dans leurs guerres impérialistes comme dans leurs compétitions de football, de les voir s’improviser généraux et spécialistes en géopolitique comme de s’improviser entraineurs et sélectionneurs.   
 
 
Comment peut-on en arriver à un tel niveau de crétinisme ? Le niveau intellectuel des êtres humains est certes extrêmement faible, leur capacité de calcul ridicule, leurs empans mnésique et perceptif pitoyables, leur espérance de vie risible ; mais tout de même, on ne peut qu’être étonné par leur capacité à toujours se précipiter dans le crétinisme le plus complet...
 
Quoi qu'il en soit, comme dans 1984, l'incohérence de la prise de position de ces prétendus antisystèmes ne semble pas leur poser de problème. Parmi ces incohérences, nous pourrions en lister deux, qui sont particulièrement absurdes, et parfaitement représentatives de l'état avancé d'aliénation du prolétariat français  :
  • Le soutient de « l'extrême gauche » française à l'extrême droite nationaliste palestinienne : le Hamas. Le Hamas associe pourtant l'extrême gauche au complot juif, et dans sa charte, il écrit noir sur blanc que les révolutions françaises et russes étaient le fruit du Complot Juif. Le Hamas est anti-communiste, antisocialiste. Une bonne partie de ces mêmes gauchistes soutiennent Poutine, qui lui, n'hésite pas à écraser manu-militari les « bobos gauchistes » dans son propre pays.

 

  • Le soutient des pro-palestiniens à Poutine : de nombreux militants, de gauche comme de droite, qui soutiennent l'extrême droite nationaliste Palestinienne, et honnissent l'extrême droite nationaliste israélienne, soutiennent Vladimir Poutine, c'est à dire l'extrême droite nationaliste Russe. Or, malheureusement pour eux, Poutine prend lui position pour Israël, contre les palestiniens.

 

Le spectacle désolant de cette masse d'imbéciles qui prend parti dans les guerres impérialistes comme si il s'agissait de match de football est absolument affligeant. On peut espérer que l'augmentation des capacités intellectuelles des êtres humains dans les siècles à venir permettra de corriger ce problème.
 
Quoi qu'il en soit, pour ceux qui sont étonnés par la prise de position pro-israélienne de Poutine, rappelons-leur qu'elle est, elle, très logique. Poutine, comme Israël, comme les USA, utilise le terrorisme islamiste pour maintenir sa population dans un état de choc permanent. Comme Israël, Poutine utilise un petit territoire musulman, censé regorger de terroristes potentiels, pour focaliser toutes les haines. De la même manière que la bourgeoisie Israélienne bombarde régulièrement la bande de Gaza pour motiver les palestiniens à commettre des actes de terrorisme, et ainsi à maintenir le patriotisme en Israël ; Poutine, lui aussi, bombarde régulièrement la Tchétchénie et y commet les pires horreurs pour les encourager à commettre des attentats. On remarquera que quand cela ne suffit pas, il commet lui-même ces attentats et les attribuent à l'ennemi Tchétchène.
 
 
Bref, notre monde commence à ressembler de plus en plus à 1984. Le monde se divise en quelques grands blocs. Ces blocs se font régulièrement la guerre, un jour l'un avec l'autre, le lendemain l'un contre l'autre. Tous utilisent des petits groupes de populations qu'ils oppriment et brutalisent avec la plus grande violence pour les pousser au terrorisme, de manière à maintenir leurs populations respectives dans un état de choc, et à les forcer à prendre parti pour un camp ou un autre :
 
« Comment ne peux-tu pas prendre parti contre Israël : ne vois-tu la barbarie extrême avec laquelle ils écrasent le peuple Palestinien ? »
 
« Comment ne peux-tu pas prendre parti contre la Russie : ne vois-tu la barbarie extrême avec laquelle ils écrasent le peuple Tchétchène ? »
 
« Comment ne peux-tu pas prendre parti contre les USA : ne vois-tu pas la barbarie extrême avec laquelle ils écrasent le peuple Irakien ? »
 

Ce que je vois, ce n'est ni Israël, ni la Russie, ni les USA ; ni l'Estasia, ni l'Eurasia, ni l'Océania. Ce que je vois, c'est la bourgeoisie. Je sais qu'elle n'a ni patrie, ni nation. Je sais que nous devons la renverser pour mettre fin à cette horreur généralisée qui règne sur terre. Ce que je sais, c'est que nous ne pouvons la renverser uniquement et seulement qu’en abolissant la propriété privée des moyens de production, c'est à dire en renversant l'État, en abolissant le Salariat, en collectivisant les multinationales, en remplaçant le suffrage censitaire des actionnaires par le suffrage universel direct mondial. Pour accomplir une telle tâche, qui est titanesque, il est nécessaire que tous les peuples du monde s'unissent, pour partout, en tout endroit, simultanément, renverser l'Oligarchie Internationale, et instaurer une démocratie directe mondiale.

 

« PROLÉTAIRES EURASIENS, ESTASIENS, OCÉANIENS : UNISSEZ VOUS ! »
« PROLÉTAIRES DE TOUS LES PAYS : UNISSEZ-VOUS ! »
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.75/5   (111 votes)




Réagissez à l'article

167 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 21 juillet 2014 13:04

    Je choisis la FRANCE avec des frontières pour dénoncer les assassins qui tuent le peuple Palestinien..Je choisis la FRANCE pour dénoncer les collabos qui installent des nazis en Ukraine..Je choisis le FRANCE pour que mon pays redevienne un pays de liberté en chassant du pouvoir la mafia qui s’y trouve !


    • Aristoto Aristoto 21 juillet 2014 13:14

      C kui/koi La ’France’ ?


    • lsga lsga 21 juillet 2014 14:08

      comme vous n’avez pas lu l’article, je vous remet la phrase qui s’adresse à vous :

       
      « Le spectacle désolant de cette masse d’imbéciles qui prend parti dans les guerres impérialistes comme si il s’agissait de match de football est absolument affligeant.  »

    • Jimmy 21 juillet 2014 13:12

      Article d’un troll de l’union européenne qui permet au moins de comprendre ce qui préoccupe cette dernière actuellement. A savoir : contrebalancer l’excellente opinion qu’ont les peuples européens de Vladimir Poutine ce qui va à l’encontre de l’agenda de leurs maîtres américains. Ceux-ci en effet désirent enfoncer un coin entre la Russie et l’Europe pour affaiblir la Russie qu’ils détestent et commercer exclusivement, à leur avantage, avec l’Europe au sein du traité en négociation actuellement.


      • lsga lsga 21 juillet 2014 16:55

        mais as tu lu l’article au moins ? 

         


      • Jimmy 21 juillet 2014 17:05

        j’ai regardé les images et leurs commentaires cela ne suffit pas ?


      • lsga lsga 21 juillet 2014 18:32
        c incroyable le nombre de gens qui commentent les articles sans les lire : LIS.
         


      • Jimmy 21 juillet 2014 20:01

        OK j’ai lu
        abandonnez votre opinion anti-système et militez pour une hypothétique révolution internationale
        c’est à dire : ne vous préoccupez pas de l’alignement de votre gouvernement avec les intérêts américains au détriments des nôtres
        ne vous préoccupez pas des atteintes à la liberté d’expression
        ne vous indignez pas du massacre du peuple palestinien
        ignorez les guerres proxies que les USA mènent un partout dans le monde
        on règlera tout ça d’un seul coup lors de la grande révolution prolétarienne
        cela sert tellement bien les intérêts américano-sionistes que j’ai cet horrible soupçon


      • lsga lsga 22 juillet 2014 00:03
        non, vous n’avez pas compris.

        Les conflits militaires entre les USA, la Russie, l’Europe, Israël, la Palestine, la Chine, le Brésil... Bref, entre toutes les puissances impérialistes, sont des conflits factices, ayant pour principal objectif de conforter le pouvoir de l’Oligarchie dans chacun de ces pays.

        La Première Guerre Mondiale en est l’exemple paradigmatique. 

        Il n’y a aucun conflit entre l’Oligarchie Russe et l’Oligarchie US. Il y a de la concurrence, certes, nous sommes dans le Capitalisme. Mais les guerres, c’est avant tout leur dernier ressort contre les crises, contre les peuples. Une simple partie d’échec entre bon camarades oligarques, qui leur permet au passage de s’épouiller des conflits sociaux. 

      • Jimmy 22 juillet 2014 11:12

        pour ce qui est de la première guerre mondiale j’ai moi aussi des doutes
        mais les conflits actuels ne sont pas factices, ils illustrent la volonté hégémonique de l’otan contre le reste du monde et le but de ton article est de mettre le flou dans tout cela, tu l’as écrit avec talent mais le mensonge, même le plus habile, ne peut rien contre la vérité en pleine lumière
        pour comprendre les enjeux la meilleure source est sans doute le site voltairenet : http://www.voltairenet.org/


      • lsga lsga 22 juillet 2014 11:37

        Non, mon article met les choses aux claires.


        L’Oligarchie Russe a les mêmes intérêts que l’Oligarchie US. Ils se mettent d’accord pour déclencher des conflits militaires entre eux, et ainsi cacher leur incapacité respective à contrer la crise économique. Au passage, ils s’épouillent de leurs conflits sociaux.
         
        Avec Internet, le risque que les gens se renseignent était très élevé. Heureusement, l’Oligarchie Mondiale a trouvé la parade : les militants « antisystème » RUsse vont boire la propagande occidentale, et les militants « antisystèmes » Occidentaux vont lire la propagande Russe. 

        Le réseau Voltaire se contente de relayer la propagande Russe. Leurs articles sont des copiés/collés de ce que tu trouveras sur Russia Today.
         
        Vous parles de « NOM » a longueur de journée, vous faites tout le temps référence à 1984, et vous êtes pourtant incapables de comprendre que les conflits mondiaux sont factices, qu’il n’y a pas d’opposition entre les oligarques, et que mêmes les forces « antisystèmes » sont contaminés par l’Oligarchie. Hey : relis 1984. 

        Seule l’opposition systématique à toutes les oligarchies, sans exception, est capable de faire tomber ce que vous appelez le « NOM », et qui est simplement le Capitalisme. Seul une union mondiale des « peuples » peut y arriver. 

      • Xenozoid 22 juillet 2014 11:58

        @Isga« Seul une union mondiale des « peuples » peut y arriver. »

        Et c’est en traitant tout le monde de crétins que tu penses y arriver ?...Sérieusement,tu es sure que c’est la bonne méthode ?


      • mmbbb 22 juillet 2014 22:18

        dans ce medias il y a des intervenants enfermes dans des ideologies d’un autre age Y a t il des syndicats unis en Europe Non ? Par ailleurs ces donneurs de lecons sont souvent des petits bourgeois dont l’arrogance et la condescendance decrebilisent leurs propos Melechon se retire de la vie politique et l’exemple de la defaite du discours traditionnel politique de la gauche Les prolos preferent le FN Il y a en effet un probleme de comprehension du message politique ou du moins les prolos sentent intuitivement que Melenchon Besancenot sont des bourgeois en dehors de leur realite sociale


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 juillet 2014 22:13

        Quand vous accordez votre clientèle a une entreprise dont les profits contribuent à financer les bombes qui tuent les enfants de Gaza, vous êtes complice d’un crime contre l’humanité. Diffusez ce message.


        Pierre JC Allard


      • amiaplacidus amiaplacidus 21 juillet 2014 13:23

        Si l’avenir c’est la « cohérence » et la « logique » de l’auteur, alors on est mal parti !


        • Rounga Rounga 21 juillet 2014 13:31

          Bon, l’article est pas mal. Effectivement c’est stupide de prendre un parti pour. Mais ça n’empêche pas de prendre aussi parti contre, en se souvenant que les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcément mes amis.

          Mais je rebondis là-dessus :

          Le niveau intellectuel des êtres humains est certes extrêmement faible, leur capacité de calcul ridicule, leurs empans mnésique et perceptif pitoyables

          La question est : par rapport à quoi ? Quel point de comparaison avez-vous pour décréter le niveau intellectuel des êtres humains « extrêmement faible » ? C’est pourtant le niveau le plus élevé qu’on ait constaté dans le règne animal...Ou alors partez-vous d’une échelle absolue d’intelligence ?

          • Rounga Rounga 21 juillet 2014 13:52

            En fait je n’avais lu que jusqu’à la phrase citée. Ensuite c’est l’antienne périmée de l’union internationale des prolétaires, qui n’arrivera jamais. 


          • lsga lsga 21 juillet 2014 14:02

            dans l’absolu.


            75 d’espérance de vie : c’est risible. On meurt en étant enfant. Comment voulez-vous atteindre la « sagesse » en un temps aussi court ? ce n’est pas possible. 400 ou 500 ans d’espérance de vie serait un strict minimum pour avoir le temps d’apprendre convenablement les bases des différentes sciences, et faire le tour de ses différentes passions/désirs etc. La vérité, c’est que la crise d’adolescence finit vers les 150-200 ans. A 80 ans, personne n’est vraiment lassé de la vie (de la vieillesse oui, mais pas de la vie). Pour être blasé de la vie, et donc atteindre un certain niveau de tranquillité et de stabilité cognitive, il faut des siècles. 
             
            Un empan mnésique de cinq + ou - 2 : c du foutage de gueule ! Comment voulez-vous résoudre des théorèmes complexes dans des conditions pareilles ? Les étudiants de mathématiques se gavent avec de produits dopants. Moi qui prenait du Ginko, je peux vous le dire : dès que votre empan mnésique augmente un peu, et que vous arrivez à rajouter une ou deux retenues de plus : hop ! on comprend tout de suite beaucoup mieux. 

            Tant qu’à l’intelligence en général, tout ceux qui ont un peu plus de 150 de QI (et qui représenteront la norme, la moyenne, voir les sous-doués d’ici un siècle ou deux) vous le diront : c’est affreux d’être entourés par des attardés mentaux. 
             
            A cela, ajoutez que les êtres humains n’ont pas d’unité psychique assurée au niveau biologique, c’est à dire que leur « conscience d’eux-mêmes » dépend entièrement de leur travail « spirituel » et donc de leur bon vouloir, et c’est le ponpon. 
             
            On vit sur une planète de crétins, immatures, qui meurent à l’état de larve, ultra violents, totalement stupides, et parfaitement schizophrènes. L’immense majorité d’entre-eux fonctionnent sur la base de collections de réflexes : ce sont des pantins, des robots, qui ne maîtrisent ni leur corps, ni leurs affects, ni leur intellect. 
             
            Construire une civilisation avec cette bande de clowns sanguinaires n’est vraiment pas de la tarte.

          • Rounga Rounga 21 juillet 2014 14:10

            Qu’on vive 75, 500 ou 10 000 ans, ça nous paraîtra toujours trop court. La sagesse n’est pas une question de temps, ni de puissance mentale.


          • lsga lsga 21 juillet 2014 14:15

            oui oui, micromegas & co.


            75 ans ce n’est pas trop court. C’est BEAUCOUP trop court. 400 ans, c’est un minimum. Grâce à Google, Larry Page, et les nanotechs, on y sera peut-être avant la fin du siècle. 

          • Hermes Hermes 21 juillet 2014 14:20

            Isga,

            vous avez bien synthétisé la situation : avec la durée de vie actuelle, un travail sérieux est indispensable. Mais il y a (au moins) deux jokers c’est :

            1- que cela signifie qu’il est possible de s’en rendre compte, et si on a la volonté, de le faire
            2- que la compréhension n’est pas réalisée par l’intellect (qui adore en ramasser les miettes, la complexifier, et la théoriser), mais surtout par uns synthèse émotionnelle, qui survient quand le travail a permis de « voir » (par rassemblement d’une unité psychique tranquille).

            Le comportement alors se restructure. On se rend compte de sa propre responsabilité, et on l"assume, sans attendre les milliards d’autres, car on découvre alors que le seul moyen de libérer les autres, c’est de se libérer soi-même de ses contradictions et de sa souffrance. Et peu importe si une vie ne suffit pas smiley

            Bon courage.


          • Rounga Rounga 21 juillet 2014 14:24

            Mais en fait t’es un angoissé, Isga. Pas trop dégoûté de n’avoir pas plus que quelques décennies à vivre, tout au plus ? T’as pas de bol de ne pas être né dans le futur, quand même. Mais est-ce qu’au siècle prochain, la science pourra empêcher qu’une tuile se détache d’un toit pour aller fracasser par surprise le crâne d’un tranquille piéton ? Parce que tant qu’à vivre jusqu’à 400 ans, il faudrait avoir quelques garanties, et ne pas risquer de mourir d’une minute à l’autre, comme c’est le cas en ce moment même. Ça gâcherait tout.


          • Ariane54 Ariane54 27 juillet 2014 17:59

            Une petite histoire pour détendre l’atmosphère :
            Dieu créa le monde puis il distribua la longévité.
            Lorsqu’il arriva à l’homme, il ne lui restait que 25 ans.
            L’homme s’insurgea et dit : Dieu, tu me donnes l’intelligence, tu me crées à ton image et tu ne me donnes que 25 ans. Mais que veux-tu que je puisse faire en si peu de temps ?
            Dieu réfléchit et lui dit : Tu as raison, l’homme... je t’ai créé intelligent. Alors utilise ton intelligence pour convaincre tes frères les animaux de te céder une partie de leur longévité.
            Alors l’homme alla trouver le cheval qui, déjà conquis par l’homme accepta de lui donner 25 ans.
            Puis il alla trouver le chien qui, déjà totalement dévoué à l’homme lui offrit volontiers 25 ans.
            Puis il alla trouver le singe qui, lui n’était pas très chaud pour lui donner quoi que ce soi (il avait un peu de l’égoïsme de l’homme dans ses gènes). Toutefois, face aux promesses des autres, il ne put faire autrement que de lui céder 25 ans.
            Fort de ces promesses, l’homme retourna vers Dieu qui lui dit :
            Très bien, l’homme : la première tranche de 25 ans tu vivras comme un homme, la deuxième, tu travailleras comme un chien, la troisième, quant à la quatrième, tu ressembleras tellement au singe que tout le monde rira de toi.

            Assez revanchard, Dieu, non ?


          • kalachnikov lermontov 21 juillet 2014 13:52

            @ Isga

            Mon dieu, quelle démagogie ! J’adore ta façon de communiquer par l’image.

            Bon, je ne vais pas t’embêter aujourd’hui, cela étant, aussi n’en dirais-je guère plus. Bon après-midi, mon cadet.


            • Dwaabala Dwaabala 21 juillet 2014 13:55

              Si l’humanité est à ce point constituée d’imbéciles, le jour où tous les peuples du monde s’unissent, pour partout, en tout endroit, simultanément, renverser l’Oligarchie Internationale, et instaurer une démocratie directe mondiale ne viendra que lorsqu’ils auront lu l’auteur.


              • Hermes Hermes 21 juillet 2014 13:59

                Bonjour Isga,

                 croire qu’il y a d’un côté les bons, de l’autre les méchants est certes simpliste, et de nos jours bien peu s’y hasardent. Il faut une petite dose de courage ! Mais croire qu’il y a d’un côté le Peuple, de l’autre les Oligarques relève d’un même manichéisme.
                 L’opinion que l’on a du monde n’est que la projection des contradictions de notre monde intérieur, et la violence qui s’y exerce - qu’elle soit militaire, économique, financière, religieuse, politique, raciale, moraliste, générationnelle, familiale, sexuelle, informationnelle, environnementale, etc. - cette violence est la projection des cauchemars qui se déroulent dans le psychisme de chacun endormi par ses contradictions.
                 Dire qu’une des facettes d’interprétation de cette violence est la clé, c’est juste affirmer que sa propre projection est la meilleure, et par la négation totale des autres facettes, projeter sa propre violence.
                 A mons sens, aucune facette n’englobera jamais les autres en les niant, car ce n’est pas en bétonnant son propre filtre sur la réalité, qu’on arrivera à percevoir la réalité dans sa globalité (intérieure/extérieure).
                 Là ou on se rejoint néammoins (derrière tout ce décorum marxiste), c’est dans la compréhension de l’inutilité totale des guerres dans une optique de progrès humain.

                Bonne journée.


                • Hermes Hermes 21 juillet 2014 14:08

                  Je corrige la première phase :

                  remplacer « bien peu s’y hasardent » par « bien peu se hasardent à le dénoncer »

                  Merci.


                • lsga lsga 21 juillet 2014 14:14

                  D’un côté le prolétariat, de l’autre, la bourgeoisie.

                  Les 99%, et les 1%.
                   
                  Le manichéisme n’est ni bon, ni mauvais  : voilà ce que dit celui qui véritablement n’est pas manichéiste.

                • Hermes Hermes 21 juillet 2014 14:21

                  Certes, il est juste le reflet d’un des points de vue.... smiley


                • La râleuse La râleuse 21 juillet 2014 15:38

                  Bonjour Isga,


                  Voilà bien, selon moi, l’article le plus intelligent qui soit écrit concernant non seulement le cas spécifique du conflit israélo-palestinien mais qui englobe les autres conflits donnés en exemple.

                  Le seul point de désaccord où je me vois avec vous, c’est quand vous évoquez « la bourgeoisie » comme étant le mal à combattre. 

                  La bourgeoisie est une bien petite « plaie » s’agissant de malfaisance. Les nuisibles ne sont même pas les petits capitalistes mais les grands capitalistes qui tiennent les dirigeants politiques sous leur coupe et sont les véritables responsables des guerres. 

                  Quant à « 1984 » que vous citez, je crois que ce n’est plus une fiction depuis déjà quelques années.


                  Cordialement,


                  • La râleuse La râleuse 21 juillet 2014 15:41

                    Bonjour Isga,


                    Voilà bien, selon moi, l’article le plus intelligent qui soit écrit concernant non seulement le cas spécifique du conflit israélo-palestinien mais qui englobe les autres conflits donnés en exemple.

                    Le seul point de désaccord où je me vois avec vous, c’est quand vous évoquez « la bourgeoisie » comme étant le mal à combattre. 

                    La bourgeoisie est une bien petite « plaie » s’agissant de malfaisance. Les nuisibles ne sont même pas les petits capitalistes mais les grands capitalistes qui tiennent les dirigeants politiques sous leur coupe et sont les véritables responsables des guerres. 

                    Quant à « 1984 » que vous citez, je crois que ce n’est plus une fiction depuis déjà quelques années.


                    Cordialement,


                    • Valas Valas 21 juillet 2014 15:57

                      Article de propagande contenant beaucoup de mensonges avec un titre binaire alors que la géopolitique actuelle est tellement plus complexe...
                      Les raccourcis du genre Poutine copain avec Israël ou Poutine le méchant qui tue des Tchétchènes sont erronés, je connais très bien ces sujets, et cela décrédibilise ce papier.
                      Il est vraiment dommage d’avoir autant de connaissance et en faire une salade frisée trop vinaigrée.


                      • lsga lsga 21 juillet 2014 16:53

                        tu as lu l’article au moins ? 


                      • Montagnais Montagnais 21 juillet 2014 16:00

                        Bravo Isga
                        .

                        On savait depuis tout le temps que vous pensiez très-justement et très-intelligemment
                        .

                        D’accord avec Râleuse ! Voilà bien, selon moi, l’article le plus intelligent qui soit écrit
                        .

                        D’accord aussi avec Gnostic : "Quant à espérer que les masses deviennent moins CONS, je crois que vous fabulez. « 
                        .

                        Après avoir désigné les »organisateurs", faudrait continuer en traitant la question de son immense arsenal de moyens
                        .

                        Ave


                        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 21 juillet 2014 16:35

                          « il est nécessaire que tous les peuples du monde s’unissent, pour partout, en tout endroit, simultanément »

                          C’est exactement ce que veut l’Oligarchie internationale et si ça peut se faire démocratiquement plutôt que par une guerre mondiale (comme disait Attali) tant mieux !
                          Conclusion : vous êtes un agent du Nouvel Ordre Mondial qui nous vend sa bonne soupe en désignant un ennemi fantôme qui n’a pas de visage (et qui nous ressemble) : la bourgeoisie, alors que le véritable ennemi est bien l’Oligarchie, cad, avant tout la finance internationale pas du tout bourgeoise mais terriblement orgueilleuse au point de penser « faire le travail de Dieu » et de considérer la plèbe comme du bétail.
                           
                          Vous nous la bâillez belle avec votre vieille outre empaillée, la bourgeoisie. Vous avez cent ans de retard.
                           
                          En fait, vous êtes la voiture balai du N.O.M, pour amener ses opposants à aller dans la même direction au final, dans la plus totale stupidité, comme voter Mélenchon pour lutter contre les banques smiley
                          On a vu ce que ça a donné après : « votez Flamby » qui, malgré ses déclarations fracassantes fera ami-ami avec ladite finance et mettra la France en coupe réglée pour tenir coûte que coûte les échéances d’une dette illégitime et même criminelle qui fait de nous des esclaves.


                          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 21 juillet 2014 16:36

                            Oeuf corse, mon message s’adressait à Isga


                          • lsga lsga 21 juillet 2014 16:53

                            quand je parle d’imbéciles, je pense surtout au gens comme vous. Votre niveau intellectuel extrêmement faible transparaît sous chacun de vos mots. 


                            Votre « nouvel » ordre mondial n’a rien de nouveau, il s’appelle le Capitalisme. Poutine, Obama, Hollande, Merkel, Netanyahu sont tous potes comme cochons : le voilà votre « nouvel » ordre mondial. 
                             
                            Comme en 1914, pour cacher leur incapacité à régler la crise (la 24ème depuis le début du 19ème siècle), pour empêcher les mouvements de manifestations intenses qui touchent chacun de leur pays, ils s’organisent pour se faire la Guerre, et pour qu’ainsi les sous-doués dans votre genre prennent parti. 
                             
                            Internet aurait put être la libération du prolétariat de la propagande. Au lieu de cela, en occident, ceux qui comme vous veulent fuir la propagande occidentale sombrent dans la propagande Russe ; et en Russie, ceux qui veulent fuir la propagande Russe sombrent dans la propagande occidentale. Bravo : vous êtes des crétins. 


                          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 21 juillet 2014 19:06

                            Passer pour un crétin aux yeux d’un idiot est un délice de fin gourmet disait en substance Oscar Wilde. Je ne sais pourquoi, je pense à lui... smiley


                          • amiaplacidus amiaplacidus 21 juillet 2014 19:25

                            Petite remarque, la citation est de G. Courteline.

                            Mais cela n’enlève rien au fait qu’elle est fait en parfait adéquation avec le contexte.


                          • lsga lsga 21 juillet 2014 19:33
                            non mais foncièrement : vous êtes totalement stupide. Admettez-le, et vous progresserez.
                             
                            Franchement : pour remplacer la propagande occidentale par la propagande russe, il faut vraiment être totalement aliéné. 

                          • Golgotha barbeuk Golgotha barbeuk 21 juillet 2014 19:49

                            Si je vous ai bien compris pour éviter un totalitarisme à la 1984 avec des blocs qui s’affrontent non-stop ils faut établir un gouvernement mondial mis en place par une révolution mondial (totalitarisme du type « meilleur des monde »).

                            Cet article est d’autant plus comique qu’il commence par une critique de Staline.

                            Franchement pour être internationaliste en 2014 faut vraiment n’avoir tirer aucune leçon du XXeme siècle. Parmis les apôtres du NWO on trouve d’anciens trotskyste et maoiste. Comment expliquez vous que ces types, étant jeunes, ont cru (ou fait semblant de croire) au mythe de la révolution prolétarienne mondiale, et maintenant ce sont des néo-conservateurs partisans de l’exportation de la démocratie à coup de bombes.

                            Le socialisme et le libéralisme sont les 2 faces d’une même pièce, appelez là comme vous voulez (internationalisme, gouvernement mondial ou nouvel ordre mondial). D’ailleurs ceux qui nous gouvernent du PS à l’UMP ne s’en cachent plus ce sont tous des socio-libéraux révendiqués ( ils nous préparent sans doute un gouvernement d’union national « républicains » pour gérer la grande crise qui arrivent)

                            Si vous n’aimez pas le monde qui vient, il vous reste 2 types de révolution possibles :

                            Une nouvelle révolution nationale, qui se base sur le fait d’avoir un ennemi en commun, un sentiment d’appartenir à un même peuple, une même culture, des valeurs communes. Perso j’y croie plus beaucoup, l’abrutissement par les médias, l’immigration et la mondialisation bien avancée ont déjà dilué cette résistance.

                            Ou une révolution par le bas, c’est à dire rejeter intégralement et radicalement la société de consommation, se réapproprier la terre qui nous entour, détruire l’argent, vivre de troc, ne plus reconnaître l’Etat, produire pour nous même et pour notre communauté proche (famille, amis, voisins, collègues). Plus rien à foutre des lois nationales, des règlements européens, des diktats supranationaux. On vit selon les règles de la décence commune, on produit, on gère, et on se défend sur nos territoires comme des indiens avec la technique et l’intelligence en plus en espérant que cela suffise pour ne pas finir comme eux.

                          • lsga lsga 22 juillet 2014 00:04
                            Un gouvernement mondial est strictement impossible. 

                            Il faut abolir l’État. 

                            L’instauration d’une démocratie directe de conseil à échelle mondiale, c’est le strict inverse d’un gouvernement mondial. 

                          • lsga lsga 22 juillet 2014 00:05

                                


                          • soi même 22 juillet 2014 00:18

                            Là tu as fait fort, j’aime ton silence !
                            Sa repose de tes âneries !


                          • lsga lsga 22 juillet 2014 00:37

                            est-ce que tu as compris qu’un gouvernement mondial est physiquement impossible, pour de simples questions de complexité ? Le rapport entre la complexité d’un gouvernement et la complexité de l’appareil de production qu’il doit gérer est un rapport géométrique. Ça s’appelle la loi de Plotnikov, c’est ce qui explique la chute de l’URSS :

                             
                            « Les coûts de planification croissent au carré de la production »
                             
                            Est-ce que tu comprends que l’instauration d’une démocratie directe : c’est l’abolition du gouvernement ? C’est pourtant simple à comprendre. 

                          • soi même 22 juillet 2014 13:46

                            Chut pourquoi , gâches tu notre plaisir ?


                          • libre&consciente libre&consciente 21 juillet 2014 17:01

                            Toujours besoin d’un coupable pour se venger, pour tourner toute sa haine et sa rancoeur, pour vider son sac de bile noire. Ce n’est pas nouveau dans l’histoire de l’Humanité. C’est toujours le même topo. Si seulement Noé avait accompli sa mission jusqu’au bout, on n’aurait plus affaire à ce genre de médiocrité primitive liée à la nature humaine.
                            @l’auteur : faudrait faire un peu d’effort sur la syntaxe de tes phrases c’est parfois un peu dur à comprendre. Merci d’avance :)


                            • ELCHETORIX 21 juillet 2014 17:31

                              Bonjour Isga , je n’ai pas encore lu entièrement ton article
                              Mais ta pensée ou du moins tes convictions me semblent intéressantes , surtout que sur l’article de Wesson la plupart des commentateurs dénigrent ton point de vue .
                              Si pour toi les « bourgeois » sont les « oligarques » alors mon intérêt pour ton raisonnement s’accroît .
                              Néanmoins , concernant ton point de vue au sujet de Poutine , j’y suis opposé .
                              Du moment que le dirigeant de la Fésération de RUSSIE est diabolisé , pour moi , sa « ligne » politique me convient car c’est un patriote qui défend le monde Slave et sa religion Chrétienne orthodoxe , valeurs qui me conviennent en opposition avec la dégénérescence de celles de « l’Occident - Empire en déclin »
                               Donc je vais reprendre la lecture de ton « billet » et essayer de comprendre ton point de vue idéologique .


                              • ELCHETORIX 21 juillet 2014 17:48

                                Bon , sur le fond , en grande partie , je te rejoins .
                                En gros , je suis d’accord pour la nationalisation des moyens de production mais pas seulement , que reviennent aux peuples la production énergétique , la distribution de l’eau et autres comme la nationalisation des banques et assurances , la démilitarisation en commençant par éradiquer toutes les armes de destruction massives, destruction de l’armement nucléaire et chimique et bien d’autres choses , en somme le pouvoir pour les peuples et par les peuples .
                                Sinon je suis contre la colonisation , les expropriations , la domination quelle qu’elle soit , la compétition , la surpopulation , la destruction de l’environnement par les multinationales etc..
                                Hasta la victoria siempre !
                                RA.


                              • Lou Lou 22 juillet 2014 06:23

                                @Isga
                                Eh comment vous allez vous y prendre pour leur piquer leur moyens de productions aux bourgeois ? On n’ est plus au XVII siècle, ils ont des drones, des jets, des missiles . C’ est pas avec des fourches que vos oligarques vont lâcher le morceaux ...
                                En plus votre mépris du peuple transpire dans vos commentaires, un vrai petit bourgeois qui se méprise lui même en fait ...
                                Pour analyser les contradictions du capitalisme l’ analyse Marxiste fonctionne mais pour la mise en place de votre société de rêve c’ est une autre paire de manches ...
                                En attendant le grand soir, permettez moi de me contenter de Poutine et de la Russie face aux sociopathes d’ USraël et la 4ième guerre mondiale qu’ ils nous préparent ( la 3 ième est économique et se déroule en ce moment )


                              • Lou Lou 22 juillet 2014 06:24

                                @Isga
                                Eh comment vous allez vous y prendre pour leur piquer leur moyens de productions aux bourgeois ? On n’ est plus au XVII siècle, ils ont des drones, des jets, des missiles . C’ est pas avec des fourches que vos oligarques vont lâcher le morceaux ...
                                En plus votre mépris du peuple transpire dans vos commentaires, un vrai petit bourgeois qui se méprise lui même en fait ...
                                Pour analyser les contradictions du capitalisme l’ analyse Marxiste fonctionne mais pour la mise en place de votre société de rêve c’ est une autre paire de manches ...
                                En attendant le grand soir, permettez moi de me contenter de Poutine et de la Russie face aux sociopathes d’ USraël et la 4ième guerre mondiale qu’ ils nous préparent ( la 3 ième est économique et se déroule en ce moment )


                              • lsga lsga 22 juillet 2014 12:01

                                « par ailleurs, quelle que soit l’époque, jamais rien d’important ne s’est communiqué en ménageant un public, fut il composé des contemporains de Pericles »

                                 
                                Une chose est sûr, pour obtenir l’abolition de la propriété privée des moyens de production, il faut déjà demander cette abolition, c’est à dire qu’il est nécessaire les prolétaires prennent conscience qu’ils forment une Classe, et que face à eux, une autre classe ne repose que sur ce seul et unique privilège. Dans le fond, renverser la Bourgeoisie sera plus simple que de renverser la noblesse : il n’y a qu’un seul privilège à abolir, et le remplacement du suffrage censitaire des actionnaires par un suffrage universel mondial direct/semi-direct y suffira. 

                                La Révolution n’est pas nécessairement une guerre. Elle peut prendre différentes formes. Quand elle prend la forme d’une Guerre, c’est que le « peuple » a été au préalable armé. Par exemple, le Tsar Nicolas II espérait redorer son blason en participant à la Guerre Mondiale, les prolétaires et les paysans qu’il a envoyés au front en sont revenus armés jusqu’aux dents pour le renverser. 

                                Nous verrons bien quelle forme prendra la prochaine révolution. Personnellement, je pense qu’elle peut commencer avec une grève générale mondiale. Toutefois, si on laisse les Oligarques organiser la 3ème Guerre Mondiale, il y a fort à parier qu’elle prendra la forme d’une seconde Révolution Bolchévique. Qui vivra verra. 

                              • foufouille foufouille 21 juillet 2014 18:38

                                article marrant.

                                j’en pète de rire


                                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 juillet 2014 19:18

                                  Isga est ton coussin ?


                                • foufouille foufouille 21 juillet 2014 21:15

                                  plus proche du papier t............

                                  quand je pète, ça fait des taches

                                   smiley


                                • Diogène diogène 21 juillet 2014 18:56

                                  Bon, moi j’ai lu l’article, et j’ai lu ça :


                                  « Mais non, en ce début de 21ème siècle, force est de constater que rien n’a changé. Les militants de gauche sont toujours aussi aliénés qu’au siècle précédent. »

                                  Et je me souviens d’avoir lu un commentaire signé Isga qui disait grosso modo que c’est facile de démolir quand on n’a rien à proposer.

                                  Que le capitalisme d’état ou le capitalisme tout court soient à jeter à la poubelle dans le même container de tri sélectif, on a compris.

                                  Mais on met quoi à la place pour faire tourner l’économie.

                                  C’est pas la peine de mettre un bonnet phrygien si c’est pour mettre en application les p^réceptes de Guizot. ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Guizot )

                                  • lsga lsga 21 juillet 2014 19:32

                                    Le socialisme scientifique et démocratique :


                                    Mais oui, il faudrait peut-être que j’écrive plus à ce sujet là. 

                                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 juillet 2014 19:24

                                    M’sieur ,pourrais pas ...piscine ce jour là ...et z’avez pas b’soin d’un Qi négatif comme mon mien .


                                    • franc 21 juillet 2014 19:24

                                      Article que je ne peux ni approuver ni désapprouver ,il y’a des choses avec lesquelles je suis absolument d’accord et des choses pas ’d’accord du tout 



                                      d’accord pour ne pas choisir un camp contre l’autre entre les israéliens et les palestiniens 

                                      d’accord avec la division entre le camp des capitalistes bourgeois (1%) et le camp des prolétaires (99%)


                                      Pas d’accord avec l’antiRussie et l’anti-Poutine 

                                      Pas d’accord avec le mondialisme contre les nations sous prétexte que les bourgeois sont solidaires internationalement.Les prolétaires du monde entier peuvent être aussi solidaires internationalement tout en luttant au niveau national pour la conquête du pouvoir ,car il est plus facile de conquérir le pouvoir au niveau national qu’au niveau mondial,principe cartésien de diviser un gros problème difficile en petits problèmes plus faciles à résoudre ,et ensuite raccorder les solutions.

                                      • lsga lsga 21 juillet 2014 19:30

                                        le pouvoir, c’est le contrôle de l’appareil de production.


                                        L’appareil de production aujourd’hui, ce sont les multinationales.
                                        Contrôler un État Nation, c’est donc ne rien contrôler du tout.

                                        Il faut collectiviser les multinationales, ce qui revient à instaurer une démocratie directe mondiale. 

                                      • chantecler chantecler 21 juillet 2014 19:55

                                        Euh non : le pouvoir c’est le pognon . Aussi simple que ça .
                                        Plus t’as de pognon plus t’as de pouvoir .
                                        Et si t’es à la tête d’une grande banque par exemple t’as un sacré pouvoir .
                                        Tu peux tout t’acheter , par exemple les médias , et même les individus (vénaux , ou des tueurs pour éliminer les gêneurs ).


                                      • lsga lsga 22 juillet 2014 00:08

                                        L’argent n’est qu’une suite de symbole, aujourd’hui de bit sur des ordinateurs. 


                                        La Finance est incapable de maîtriser l’économie. Nous vivons aujourd’hui la 24ème crise mondiale du Capitalisme depuis le début du 19ème siècle, précisément car la Finance est incapable de gérer convenablement l’appareil de production.

                                        Bref : le pouvoir, authentique, c’est de posséder les usines, les champs, les ressources énergétiques. En cas de Guerre, ce ne sont pas des billets que l’on s’envoie au visage. 
                                         
                                        Ne demandez pas le contrôle de la Finance ou de l’État : ce serait contrôler du vent. Demander le contrôle de la production : concrète, matérielle. 

                                      • julius 1ER 21 juillet 2014 19:46

                                        Choisir entre Israël et Poutine ??????????? mais ce qu’ils représentent sont des régimes autoritaires, alors c’est ni l’un, ni l’autre . Depuis l’assassinat de Rabbin, la politique d’Israël n’a fait que se radicaliser, d’ailleurs son représentant B Netanhyaou n’est que l’illustration de ce que représente l’extrème-droite au pouvoir cad une impasse, et le Hamas finalement est sorti comme par hasard de l’histoire après l’assassinat dudit Rabbin, comme s’il n’y avait pas de relation de cause à effet..... Le Hamas c’est l’alibi parfait pour réussir à ne pas mettre en place une confédération entre la Palestine et Israël seule voie possible pour en finir avec cette guerre, alors cette surenchère meurtres et répression permet aux éléments les plus extrémistes d’occuper le pouvoir et ce des deux côtés si bien que tant que ces extrémismes seront en place aucune voie vers la paix n’est possible..... en fait ce qui se passe en Israël n’est que le copié-collé de la politique d’apartheid mené pendant presque un siècle en Afrique du sud, alors toute ressemblance ne serait que fortuite !!!!


                                        • lsga lsga 22 juillet 2014 00:08

                                          ça t’arrive de lire les articles avant de commenter ?


                                        • julius 1ER 21 juillet 2014 19:47

                                          Choisir entre Israël et Poutine ??????????? mais ce qu’ils représentent sont des régimes autoritaires, alors c’est ni l’un, ni l’autre . Depuis l’assassinat de Rabbin, la politique d’Israël n’a fait que se radicaliser, d’ailleurs son représentant B Netanhyaou n’est que l’illustration de ce que représente l’extrème-droite au pouvoir cad une impasse, et le Hamas finalement est sorti comme par hasard de l’histoire après l’assassinat dudit Rabbin, comme s’il n’y avait pas de relation de cause à effet..... Le Hamas c’est l’alibi parfait pour réussir à ne pas mettre en place une confédération entre la Palestine et Israël seule voie possible pour en finir avec cette guerre, alors cette surenchère meurtres et répression permet aux éléments les plus extrémistes d’occuper le pouvoir et ce des deux côtés si bien que tant que ces extrémismes seront en place aucune voie vers la paix n’est possible..... en fait ce qui se passe en Israël n’est que le copié-collé de la politique d’apartheid mené pendant presque un siècle en Afrique du sud, alors toute ressemblance ne serait que fortuite !!!!


                                          • Xenozoid 21 juillet 2014 20:07

                                            isga est le nouvel ordre mondial,sur ago,bravo, emparons nous des moyens de production,les télés ,voitures, publicité,cocacola mac do,,,,,etc,etc .et n’oublions pas les Armements, a mon avis on cartone les usines d’armement en premier,on aura plus chance et on y va.....

                                            Le 20 ème siècle a marqué la fin d’un millénaire qui a vu le monde colonisé par et organisée sous la civilisation occidentale, qui a vu la révolution industrielle et la surpopulation restructurer l’humanité et la surface de la planète elle-même. Ce siècle avait commencé avec cinquante ans alternant boucherie, famine et nationalisme enragé tels que la race humaine ne l’avait jamais vu auparavant. Il fut conclu avec un silence inquiétant, car avec la fin de la « guerre froide », l’idée même d’une alternative à nos conditions de vie modernes et sociale fut de plus en plus difficile a concevoir et dans le même temps, nous devenions de plus en plus organisé et arrangé par les systèmes technologiques que nous mettions en place avec les intentions censées rendre nos vies plus libres et significatives.

                                            Avec ce 20e siècle terminé et les rétrospectives sentimentales de mises, ce que nous devons vraiment faire n’est pas de regarder en arrière avec nostalgie, mais regarder vers l’avenir avec espoir. Maintenant plus que jamais et après un début fracassant du nouveau millénaire, il y a une impression de déjà-vu, il serait donc de bons tons d’examiner si dans nos vies modernes, nous avons appris à vivre au cours des 1000, 100, 10 dernières années en ce qui concerne la définition de tous nos besoins et désirs en tant qu’êtres humains, et se préparer pour un nouveau futur et à un nouveau chapitre. Nous devons utiliser les leçons que nous avons tirées du passé pour planifier une nouvelle ère dans la vie humaine. Mais en avons-nous tiré des leçons ?

                                            http://fc00.deviantart.net/fs70/i/2013/249/d/2/seedsofdestruction_by_svoran e-d6l92rl.jpg

                                            N’attendez pas de permission, pour une lointaine « révolution mondiale », pour plus tard « quand vous aurez plus de temps. » Exiger la joie, le danger, la passion dans votre vie aujourd’hui !


                                            • lsga lsga 22 juillet 2014 00:10

                                              Private Joke entre nous deux : tu es bien sûr que c’est vrai parce que c’est faux et que la vérité n’existe pas et qu’elle a été inventé par les puissants ? smiley smiley smiley smiley

                                               
                                              Xenozoid : appelle au renversement mondial de l’Oligarchie, tu seras plus utile à ta propre cause. 

                                            • Xenozoid 22 juillet 2014 10:00

                                              tu vois ,private joke a part tu sais quoi de « ma cause », une hypothétique « révolution mondial »ce n’est pas une sortie de week end pour gamin en mal de devenir,c’est une sortie de paradigme qu’il faut,car raconté des vérités toutes faites et prémâché,n’en fait pas une Isga ,les idées mêmes si elles sont bonnes,ne sont là que pour être vécue et/ou expérimenté,l’avenir sera t’il meilleur que le présent ?

                                              L’optimisme et le pessimisme ne sont pas des catégories utiles pour la réflexion . Comme l’écrivait Marx dans une lettre à Ruge : « c’est précisément la situation désespérée qui me remplit d’espoir "


                                            • bakerstreet bakerstreet 21 juillet 2014 22:54

                                              « Qui veut noyer son Ighsha l’accuse de la rage ! »


                                              Pas la peine !
                                              La bêtise suffira !

                                              • lsga lsga 22 juillet 2014 00:10

                                                sinon, vous avez lu l’article ? 


                                              • alinea alinea 21 juillet 2014 23:04

                                                Je suis plutôt d’accord avec Xenozoïd ; car sûr ce que vous dîtes est vrai, mais tout ce qui est vrai n’est pas faisable ; alors avoir cet idéal seul en tête, je ne vois pas bien où cela nous mène !
                                                Plutôt que voir le monde entier main dans la main, comme Benetton ou les laines Woolmark, je crois plus à un rétrécissement de notre rayon d’action, prendre la main là où l’on peut, soi d’abord, puis son clan, ses amis sa famille, puis la commune, puis puis.. au moins pendant ce temps on vit !
                                                laisser tomber internet, le téléphone mobile, le cinoche, les voyages, tout ce qui nous coupe de nous-mêmes.
                                                Après, dans cent deux cents mille ans, nous verrons ! Mais si tout le monde commençait petit, dans cent ans, ça serait bon !
                                                En attendant il me plait de comprendre le monde et de haïr tranquillement ceux qui m’emmerdent le plus , ceux qui nous narguent, et qui n’ont même pas l’appareil productif, juste le pouvoir ! On change ceux-là, chacun chez soi c’est quand même plus réaliste, et les autres, on les castre ! Chaque chose en son temps !!


                                                • lsga lsga 22 juillet 2014 00:11

                                                  malheureusement, Xénozoid pense que la vérité n’existe pas, et que c’est une invention du pouvoir. 


                                                • alinea alinea 22 juillet 2014 00:46

                                                  Ah bon ?!!!!!!!!!!!



                                                • lsga lsga 22 juillet 2014 13:56

                                                  La Nation ne vous appartient pas, ce n’est pas « votre » Nation, c’est celle des bourgeois.

                                                   
                                                  Votre force de travail : voilà la seule et unique chose que vous possédez. 

                                                • Xenozoid 22 juillet 2014 14:00

                                                  Votre force de travail : voilà la seule et unique chose que vous possédez.
                                                  ok, et toi c’est quoi ta force de production ?celle du robot qui doit produire pour être ?


                                                • foufouille foufouille 22 juillet 2014 14:33

                                                  « Bourgeois : qui vit sur la base du profit, qui possède l’outil de production. Exemple : le boulanger propriétaire de sa boulangerie qui gagne 600€ par mois. »

                                                  @lsga

                                                  c’est en france ?


                                                • Pyrathome Pyrathome 21 juillet 2014 23:15

                                                  On vit sur une planète de crétins, immatures, qui meurent à l’état de larve, ultra violents, totalement stupides, et parfaitement schizophrènes. L’immense majorité d’entre-eux fonctionnent sur la base de collections de réflexes : ce sont des pantins, des robots, qui ne maîtrisent ni leur corps, ni leurs affects, ni leur intellect. ....
                                                  .
                                                  Le mec qui ose écrire ça est complètement givré !
                                                  Lady Isgaga, c’est exactement ce que pense une poignée d’illuminés dans ce bas monde qui se prennent pour des dieux qu’ils ne seront jamais...
                                                  Pauvre sot vaniteux !!


                                                  • lsga lsga 22 juillet 2014 00:28

                                                    Nous vivons sur une planète de crétins : c’est un fait. Le niveau intellectuel des êtres humains est très faible, à peine supérieur à celui d’un chimpanzé (30 point de QI sépare leurs deux moyennes.... 70 pour les chimpanzé, 100 pour les êtres humains) Bon, les singes n’ont pas d’Einstein, mais les Einstein ne sont pas du tout représentatifs de l’immense majorité de l’espèce humaine...

                                                     
                                                    Immatures qui meurent à l’état de larve : en 75 ans d’existence, vous n’avez pas le quart de la moitié du temps nécessaire à une conscience pour se saisir convenablement d’un corps. La représentation cognitive que vous avez de votre propre corps, de chacun de ses nerfs, de ses membres, est extrêmement faible. Vous êtes à peine capables de vous servir de vos membres : tout juste capables de lever vos bras et de vous servir de vos jambes. Quand vous contrôlerez un à un chacun des pores de votre peau, chacune des veines de votre chair, votre coeur, votre digestion, votre sudation, alors, vous serez plus qu’une simple larve. Seulement, pour cela, il faut au moins 400 ans de temps conscient dans un corps (ou alors, comme les yogi et autres masochistes, il faut y consacrer 100% de votre misérable existence)
                                                     
                                                    Parfaitement schizophrènes : les êtres humains n’ont pas d’unité consciente à l’échelle biologique. Votre cerveau n’a pas d’organe centralisateur qui attrape vos constructions mentales et vos représentations pour les unir comme un fil qui unit les perles d’un collier. Vous avez des personnalités multiples, instables, en conflit les unes avec les autres, et vous êtes toujours tirailler entre 1000 pulsions qui vont dans des sens contradictoires. Seul un enseignement dit « spirituel » peut vous permettre de combattre cet état misérable et méprisable d’éclatement perpétuel, mais vos vies sont trop courtes pour y remédier véritablement.

                                                    Enfin, de toute manière, l’immense majorité d’entre vous abandonnent même purement et simplement la conscience, et se contentent au quotidien de vivre sur des ensembles de réflexes, comme des cadavres auquel on enverrait des secousses électriques. Vous diminuez votre empan perceptif à l’échelle de votre empan mnésique, et se faisant, vous oubliez même ce que veux dire voire et sentir consciemment : vous vous souvenez du présent au lieu de le vivre. 

                                                    Des larves, méprisables, stupides, violentes, inconscientes. Seul la science, la spiritualité, et le socialisme, peut vous sortir de cet état sordide et puant. Il se peut que vous auto-détruisiez avant. 


                                                  • alinea alinea 27 juillet 2014 14:03

                                                    Oh ! j’avais pas lu ! c’est gentil ça ; alors si les gens sont si cons, pourquoi vouloir améliorer leurs conditions de vie ? Mondialement en plus ? J’avoue ne pas comprendre !
                                                    Me situant en dessous du niveau de la mer ( le QI n’ayant rien à voir, vu que les plus gros QI appartiennent à des gens incapables de s’intégrer dans des cases) j’apprécie particulièrement ; j’ai toujours adoré, notez bien, la prétention de certains à juger leurs cons-frères-soeurs- citoyens-parses, pagnons- pagnes-plices-pères-mères-mensaux-, cons par essence puisque avec nous !


                                                  • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 juillet 2014 22:10

                                                    Isga

                                                    « Des larves, méprisables, stupides, violentes, inconscientes ».

                                                    Pour quelqu’un qui se réclame de la « Sociale », je trouve vos propos particulièrement excessifs, et dignes des plus violentes diatribes NAZIS sur l’espèce humaine.

                                                    J’ai lu avec attention votre article. Il ne mène à rien, même pas à une réflexion profonde sur le devenir politique de nos sociétés occidentales.

                                                    Et prendre comme fil conducteur « 1984 », pour votre article, est un peu réducteur à mon avis. On eût préféré une analyse plus fouillée des enjeux géo-politiques et géo-psychologiques qui régissent les rapports politiques et humains dans notre époque instable et dangereuse.

                                                    Une révolution mondiale prolétarienne, il n’y a que vous pour y croire, mais je pense qu’il ne s’agit en fait que d’un alibi...Pour taper encore et encore sur Poutine.

                                                    Cordialement.


                                                  • wesson wesson 21 juillet 2014 23:56

                                                    Bonsoir Isga, 


                                                    si on peut résumer votre article (si toutefois un hachis menu de victimes au travers des différents conflits de la planète puisse signifier quoique ce soit), en gros vous traitez tout le monde d’imbécile.

                                                    Et c’est là où j’en vient à votre idéal de révolution mondiale : ce n’est pas assis sur votre chaise devant votre ordinateur en disant aux prolétaires que ce sont tous des cons que vous pourrez éventuellement déclencher votre révolution mondiale.


                                                    • bakerstreet bakerstreet 22 juillet 2014 00:22

                                                      Wesson

                                                      La vue d’un chat me fait toujours craqué !
                                                      Le problème vient que nous ressemblons trop aux chiens
                                                      A ces brutes tordues qui par habitude
                                                      Montent les crocs et aboient derrière les grilles
                                                      Qui voudraient manger le soleil
                                                      Et ne savent même pas monter aux arbres
                                                      Pour décrocher d’un miaulement la lune.....




                                                    • lsga lsga 22 juillet 2014 00:31

                                                      bon, vous avez regardé les images : c’est bien. Maintenant, lisez l’article. 


                                                    • wesson wesson 22 juillet 2014 00:46

                                                      J’ai lu l’article, mais il n’y a rien à en retenir, c’est juste une logomachie sans queue ni tête, digne d’un adolescent en crise : gnééé poutine il est méchant, gnééé obama il est méchant, gnééé netaniahou il est méchant, gnééé tout le monde il est méchant et vous êtes tous des cons de pas leur péter la gueule.


                                                      la prochaine fois, mettez moins d’image et plus de contenu, ou sortez votre rapière et mettez en pratique vos si bons conseils.

                                                      Et comme contrairement à vous je ne suis pas irrespectueux au point de répéter une centaine de fois la même chose, ce sera ma dernière contribution sous ce fil. La technique du tapis de bombe internet, je la laisse aux petits bourgeois qui se la jouent rebelle en causant prolétariat sur leur ordinateur dernier cri dans le nid douillet de leur confortable demeure.

                                                    • alinea alinea 22 juillet 2014 00:49

                                                      Quand il ne sont pas derrière des grilles, ils ne sont pas si cons, les chiens, et je vous jure qu’ils regardent les chats qui volent de branche en branche et décrochent la lune, avec un désir quasi mystique ; et pas du tout une jalousie !! smiley


                                                    • lsga lsga 22 juillet 2014 00:52

                                                      méchant ? cela ne fait même pas partie de mon vocabulaire.


                                                      Allez : essaye encore : contre-dit. 

                                                      Tu encourages l’émergence d’un guerre mondiale, et tu pousses nos enfants à aller se battre sur le front. Tu fais partie de ces mêmes gens qui pendant la 1ère Guerre Mondiale étaient bien planqués à l’arrière, et expliquaient aux gamins pourquoi ils devaient aller mourir sur le front. Tu appelle cela « respect » ? J’appelle cela « bêtise ». 



                                                    • Onecinikiou 27 juillet 2014 13:19

                                                      « dans le nid douillet de leur confortable demeure. »


                                                      Plus certainement dans celle de leurs parents, bourgeois sans aucun doute. Mais l’argent n’a pas d’odeur, surtout celui de papa !

                                                      Igsa, c’est le Clément Méric du net.

                                                    • soi même 22 juillet 2014 00:26

                                                      Isga t’es au naturel où t’as pété les plombs ?
                                                      Moi, je suis bonapartiste, je pense que l’on devrais retrouver le 1 Empire !
                                                      Bon je ne sais si tu as serré la main du petit père du peuple, à mon avis cela t’orrais guérir si tu aurais pue le faire !


                                                      • lsga lsga 22 juillet 2014 00:34

                                                        oui oui : l’Histoire retourne en arrière, c’est bien connu. Elle repasse les plats... Tu ferais mieux de te suicider : au ciel, tu trouveras peut-être Bonaparte. Sur terre, plus jamais, à aucun moment donné, dans les 15 prochains milliards d’année, le 1er empire ne réexistera. 


                                                        Hey :



                                                      • alinea alinea 22 juillet 2014 00:51

                                                        Dans le prochain, d’article, vous m’éclairerez sur la procédure ; je ne manque pas d’imagination d’habitude, mais là, je ne vois pas ! Unir 99% des humains pour en virer 1% ; ce n’est peut-être pas la peine ; il suffit de viser les bons !


                                                      • lsga lsga 22 juillet 2014 00:55
                                                        moins de 10% de la population suffit en effet à déclencher et remporter une révolution. Heureusement, vu que le processus d’aliénation fait que la majorité est toujours réactionnaire. 

                                                      • bakerstreet bakerstreet 22 juillet 2014 02:36

                                                        Bon isga je vais essayer de vous répondre.


                                                        Le chat, ce n’est pas gratuit, outre le petit coup de griffe, j’aime bien ce coup de rappel de vaccin à la vie. 
                                                        Le problème vient que vous intellectualisez trop, tout en n’ayant pas la rigueur ; avec pas mal de mépris, la salade ne passe pas !

                                                        Il vous faudrait d’abord moins de mépris, ce ton « commissaire du peuple » ! Un peu d’empathie, c’est le minimum syndical, l’amour des gens, de toutes conditions de tous pays !
                                                         Sinon pas moyen de bâtir dessus quelque chose sans ces fondations indispensables pour que ça tienne debout.

                                                        Vous avez de la colère, c’est bien, et l’envie de faire passer des choses, mais faudrait mettre de la souplesse et un peu d’huile dans votre moteur qui chauffe et tourne trop vitre, et pour finir fait bien trop de fumée. 
                                                        Vous aimer Orwell, lisez donc ses mémoires, ce type s’est battu toute sa vie : Contre les communistes qui l’accusaient d’être capitaliste, contre les capitalistes qui le jugeaient marxiste, contre la maladie qui lui voulait la peau.
                                                        Etait-ce un chat, ou un chien ?
                                                        Peut-être au fond que c’était un oiseau ?

                                                        Pour ou contre Poutine, pour ou contre Israël, un jour, en se moquant des alliances apparemment contradictoires à de tels engagements, là n’est pas la question.

                                                        L’empathie, c’est se sentir Tchetchene quand les tchechenes de base prennent des bombes sur la gueule, c’est se sentir palestinien ce jour, ça sera demain se sentir israélien si le destin tourne en leur défaveur. 

                                                        Non je ne parle pas des décideurs, des politiques, ni de cette minorité à vomir qui compose les extrémistes de tous pays, je parle de ces citoyens de base, sur lesquels nous nous identifions.

                                                        Il n’y a pourtant pas de contradiction dans l’amour constant de la vie : Une loi fondamentale, qui inaugure mal de la valeur de beaucoup de religions sensés nous servir de guide. Le communisme et tous les totalitarismes, privilégiant justement l’idée à l’homme en font partie.

                                                        Faut il privilégier l’idée, à l’homme ?. 
                                                        Je me souviens de Boris Vian qui avait fait un beau poème où il se demandait ce qu’il devait garder, s’il avait à choisir, entre une locomotive et un oiseau.
                                                        Boris vian était un type qui adorait la mécanique.

                                                        Mais finalement il privilégia l’oiseau, si fragile, si beau, si chaud dans le creux de la main.
                                                        Que nous prenions cela comme modèle et comme exigence, au dessus des idées, et demain ce genre de massacre ne sera plus tolérable pour personne. 

                                                        Les chats ne sont pas toujours cools ! 
                                                        Ils dorment d’un oeil, ronronnent mais peuvent vous envoyer un coup de patte vite fait bien fait. 
                                                        Plus d’un oiseau s’est fait avoir.

                                                        A qui se fier je vous le demande ?
                                                        Chienne de vie !


                                                      • lsga lsga 22 juillet 2014 11:01

                                                        L’amour, je laisse ça aux curés ; la moral, aux bourgeois.

                                                         
                                                        Vous avez lu mon article ? J’ai commencé par traité les communistes des années 50-60-70 de Capitaliste. Je me bats contre absolument tout le monde, sans exception. Je n’ai pas de leçon à recevoir de vous sur le modèle d’Orwell, j’en suis infiniment plus proche que vous. 
                                                         
                                                        Avec votre sentimentaliste bon marché, votre romantisme écoeurant, vos bonnes intentions dégoûtantes, vous vous retrouvez à soutenir les nationalistes. Alors vos poèmes, vos rimes, et votre amour : gardez les vous, ils ne m’intéressent pas. 

                                                      • bakerstreet bakerstreet 22 juillet 2014 14:46

                                                        Isga, ça ira, ça ira, les aristocrates......

                                                        Dans votre combat homérique contre les moulins à vent, j’avais envie de vous plaindre, tant vous êtiez touchant, avec vos pauvres moyens, ces deux neurones binaires« on », et « off », pour éteindre la lumière, et la fermer.

                                                        Mais il semble bien que vous teniez d’avantage de la hyène ou du chacal que du chien !
                                                        Un brin de poésie, une métaphore, une invitation à la nuance, et à lofer au vent vous déroute et vous rend chafouin. 

                                                        En Bretagne ce genre de gus, bonnet rouge ou non, malhabile à la manœuvre, se rend ridicule en faisant des ronds dans l’eau.
                                                        Mais vous voilà déjà buvant la tasse !
                                                        Vous coulez, et vous êtes le seul à ne pas vous en rendre compte....

                                                        Orwell, laissez tomber, vous n’avez rien compris, il est à l’antipode de vous ! 
                                                        Un esprit tout en nuances, justement, bien loin de vos imprécations et de vos aboiements de roquet, en transe, derrière une grille, s’attaquant à tous les passants qui passent !

                                                        Laissez tomber Orwell, attaquez vous à la rigueur aux pieds nickelés.
                                                        Il y a quelque chose de Ribouldingue en vous !

                                                      • Leoatrox dakanos 22 juillet 2014 00:51

                                                        Je suis d’accord avec le fond de l’article. Le fait est que peu importe la position prise lors de conflits internationaux, on finira toujours par soutenir une oligarchie plutôt qu’une autre (je dis « oligarchie », car ici, le terme « bourgeoisie » est mal employé). La raison est simple : toutes les régions du monde sont gouvernés par des oligarchies, dont les buts sont semblables, à savoir garder leur position dominante et continuer de s’engraisser sur le peuple en le faisant partir à la guerre, en le faisant travailler, consommer, etc... 


                                                        Il est également vrai que parmi les « anti-systèmes » de tous bords, beaucoup ont tendance à soutenir aveuglément un pays, un dirigeant ou une idéologie, en refusant d’en voir les crimes, les intérêts, ou les défauts. Je pense que ces comportements sont surtout dû au fait qu’on voit toujours l’herbe plus verte chez le voisin, ce qui a tendance à nous faire préférer n’importe quel pays/dirigeant/idéologie, tant que ce n’est pas celui/celle qui nous domine.

                                                        • lsga lsga 22 juillet 2014 00:54

                                                          cher Dakanos, les mots ont un sens. Le terme Oligarchie tel que tu l’utilises, c’est le camarade Lénine qui l’a forger : 



                                                          Lis. Clique sur ce lien et lis. Tu en as pour 10 minutes. 
                                                           
                                                          La novlangue consiste à dire que les mots « bourgeois », « prolétaires » et « lutte des classes » sont démodés. L’analyse scientifique des sociétés n’est pas une mode. 

                                                        • soi même 22 juillet 2014 01:01

                                                          Télégramme de Lénine au président du Comité exécutif du soviet de Nijni-Novgorod daté du 9 août 1918.

                                                          Le président du comex du soviet venait de lui faire part d’incidents impliquant des paysans protestant contre les réquisitions.

                                                          « Il est évident qu’un soulèvement de Gardes blancs est en train de se préparer à Nijni-Novgorod. Il faut former immédiatement une troïka dictatoriale (vous-même, Markine et un autre), introduire sur-le-champ la terreur de masse, fusiller ou déporter les centaines de prostituées qui font boire les soldats, tous les ex-officiers. Pas une minute à perdre. Il faut agir résolument : perquisitions massives. Exécution pour port d’arme. Déportations massives des mencheviks et autres éléments suspects. »

                                                          Le lendemain, 10 août, Lénine envoya un autre télégramme de même teneur au Comité exécutif du soviet de Penza :

                                                          « Camarades ! Le soulèvement koulak dans vos cinq districts doit être écrasé sans pitié. Les intérêts de la révolution tout entière l’exigent, car partout la lutte finale avec les koulaks est désormais engagée. Il faut faire un exemple. 1/ Pendre (je dis pendre de façon que les gens le voient) pas moins de 100 koulaks, richards, buveurs de sang connus. 2/ Publier les noms. 3/ S’emparer de tout leur grain. 4/ Identifier les otages comme nous l’avons indiqué dans notre télégramme hier. Faites cela de façon qu’à des centaines de lieues à la ronde les gens voient, tremblent, sachent et se disent : ils tuent et continueront à tuer les koulaks assoiffés de sang. Télégraphiez que vous avez bien reçu et exécuté ces instructions. Vôtre, Lénine. P.S. Trouvez des gens durs.


                                                        • lsga lsga 22 juillet 2014 01:05

                                                          oui : je ne suis pas pro-lénine, qui dès 1922, a mis fin au conseillisme en annulant la victoire des Mencheviks, et se faisant, contredit tout ce qu’il avait écrit.


                                                          Si l’homme politique a été décevant, et sanglant, le théoricien révolutionnaire, lui, a été grandiose. Mais encore une fois : je ne suis pas d’accord avec toute sa pensée.

                                                          Quoi qu’il en soit, les concepts d’Oligarchie Financière et d’Impérialismes tels que vous les utilisez vous-même : c’est Lénine qui les a forgé. 

                                                          Les concepts forgés par vos « penseurs » d’extrême droite ? ils sont tombés aux oubliettes, même vous, militant d’extrême droite, ne les utilisez plus. 

                                                        • Leoatrox dakanos 22 juillet 2014 01:26

                                                          Tel que je le vois, un oligarque peut-être un bourgeois, mais un bourgeois n’est pas forcément un oligarque. Le bourgeois n’est donc pas « l’ennemi à abattre », il n’est qu’une incidence, le résultat d’une société inégalitaire, l’oligarque en revanche ne fait pas que profiter du système pour lui, il a également, d’une façon d’une autre, un pouvoir sur une partie, voir sur la totalité de la population. L’oligarque est donc bien plus dangereux. 


                                                          Sinon, je trouve effectivement le concept de lutte des classes dépassé, dans la mesure où l’existence même de ces classes est à reprocher au système et à ceux qui le dirigent (et non à votre voisin rentier, qui a pu se payer sa nouvelle voiture parce que l’ancienne avait déjà 5 ans et un feu cassé). La lutte des classes n’est pour moi qu’un moyen de plus qu’ont les dirigeants de diviser la population, pour mieux la dominer.

                                                        • Rounga Rounga 22 juillet 2014 08:43

                                                          je ne suis pas pro-lénine, qui dès 1922, a mis fin au conseillisme en annulant la victoire des Mencheviks, et se faisant, contredit tout ce qu’il avait écrit.

                                                          Si l’homme politique a été décevant, et sanglant, le théoricien révolutionnaire, lui, a été grandiose. Mais encore une fois : je ne suis pas d’accord avec toute sa pensée.

                                                          Moi je te sens plus proche de Kautsky.

                                                        • Diogène diogène 22 juillet 2014 09:56

                                                          Moi je dirais plutôt Beria !


                                                        • lsga lsga 22 juillet 2014 10:18

                                                          lol


                                                          mes deux amours actuels sont Rosa Luxembourg et Ernest Mandel. 



                                                        • julius 1ER 22 juillet 2014 10:20

                                                          @soi-même 

                                                          il faut quand-même remettre cela dans le contexte d’une guerre civile qui fait rage de toutes parts....... citer des télex est facile mais tu pourrais avoir les mêmes de l’autre côté entre Wrangle et les déchus Tzaristes !!!!!!!!

                                                        • soi même 22 juillet 2014 11:47

                                                          Comme contraste avec Lénine le message de Poutine que tu n’aime pas puisque tu as visiblement supprimer ;


                                                        • lsga lsga 22 juillet 2014 12:15

                                                          tu flood les commentaires avec un post qui fait 10km de long. 


                                                          Tu n’as qu’à en faire une proposition d’article, je suis sûr que ça passerait sans problème. ça te fera au moins un article. 

                                                        • lsga lsga 22 juillet 2014 12:15

                                                          tu flood les commentaires avec un post qui fait 10km de long. 


                                                          Tu n’as qu’à en faire une proposition d’article, je suis sûr que ça passerait sans problème. ça te fera au moins un article. 

                                                        • soi même 22 juillet 2014 12:27
                                                          « Un appel à la prudence sur la question syrienne ». Lettre ouverte de Vladimir Poutine aux Américains
                                                          Tribune publiée dans le New York Times, le 11 septembre 2013, par le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine.


                                                          Les récents événements entourant la Syrie m’ont poussé à m’adresser directement au peuple américain et à ses dirigeants politiques. Il est important de le faire en ces temps de communication insuffisante entre nos sociétés. 
                                                           
                                                          Les relations entre nous sont passées par différentes étapes. Nous étions les uns contre les autres pendant la guerre froide. Mais nous avons aussi été des alliés, à une époque, et nous vaincu les nazis ensemble. L’organisation internationale universelle - l’Organisation des Nations Unies - a ensuite été mise en place pour empêcher qu’une telle dévastation ne se reproduise jamais. 
                                                           
                                                          Les fondateurs de l’Organisation des Nations Unies ont compris que les décisions concernant la guerre et la paix ne devaient se produire que par consensus, et avec le consentement de l’Amérique, le veto par les membres permanents du Conseil de sécurité a été inscrit dans la Charte des Nations Unies. La profonde sagesse de ce point a étayé la stabilité des relations internationales pendant des décennies. 
                                                           
                                                          Personne ne veut que l’Organisation des Nations Unies subisse le sort de la Société des Nations, qui s’est effondrée parce qu’il lui manquait un véritable levier. Cela serait possible si les pays influents contournent les Nations Unies et entreprennent une action militaire sans l’autorisation du Conseil de sécurité. 
                                                           
                                                          L’attaque potentielle des États-Unis contre la Syrie, malgré la forte opposition de nombreux pays et des principaux responsables politiques et religieux, y compris le pape, se traduira par davantage de victimes innocentes et une escalade, la propagation potentielle du conflit au-delà des frontières de la Syrie. Une attaque augmenterait la violence et déclencherait une nouvelle vague de terrorisme. Elle pourrait saper les efforts multilatéraux visant à résoudre le problème nucléaire iranien et le conflit israélo-palestinien et déstabiliser davantage le Moyen-Orient etl’ Afrique du Nord. Elle pourrait détruire l’équilibre de l’ensemble du système du droit et de l’ordre international. 
                                                           
                                                          Le Syrie n’est pas témoin d’une lutte pour la démocratie, mais d’un conflit armé entre le gouvernement et l’opposition, dans un pays multireligieux. Il y a peu de champions de la démocratie en Syrie . Mais il y a plus qu’assez de combattants d’Al Quaïda et d’extrémistes de tous bords qui luttent contre le gouvernement. Le Département d’Etat des Etats-Unis a désignéd’emblée le Front Al Nusra et l’Etat islamique d’Irak et le Levant, combattant avec l’opposition, comme des organisations terroristes. Ce conflit interne, alimentée par les armes étrangères fournies à l’opposition, est l’un des plus sanglants dans le monde. 
                                                           
                                                          Des mercenaires des pays arabes combattent là-bas, et des centaines de militants en provenance des pays occidentaux et même de Russie, sont l’objet de notre profonde inquiétude. Ne pourraient-ils pas retourner dans nos pays avec l’expérience acquise en Syrie ? Après tout, après les combats en Libye, les extrémistes sont passés au Mali. Ceci nous menace tous. 
                                                           
                                                          Dès le début, la Russie a prôné un dialogue pacifique permettant aux Syriens d’élaborer un plan de compromis pour leur propre avenir. Nous ne protégeons pas le gouvernement syrien, mais le droit international. Nous devons utiliser le Conseil de sécurité des Nations Unies et croyons que la préservation de l’ordre public dans le monde complexe et turbulent d’aujourd’hui est l’une des rares façons d’empêcher les relations internationales de sombrer dans le chaos. La loi est toujours la loi, et nous devons la suivre que nous le voulions ou non. Selon le droit international actuel, la force n’est autorisé qu’en cas de légitime défense ou par la décision du Conseil de sécurité. Tout le reste est inacceptable en vertu de la Charte des Nations Unies et constituerait un acte d’agression. 
                                                           
                                                          Personne ne doute que le gaz toxique a été utilisé en Syrie. Mais il y a tout lieu de croire qu’il n’a pas été utilisé par l’armée syrienne, mais par les forces de l’opposition, afin de provoquer l’intervention de leurs puissants protecteurs étrangers, qui seraient du côté des fondamentalistes. Les rapports selon lesquels les militants (rebelles) prépareraient une nouvelle attaque - cette fois contre Israël - ne peuvent pas être ignorés. 
                                                           
                                                          Il est alarmant de constater que l’intervention militaire dans les conflits internes dans les pays étrangers est devenue monnaie courante aux États-Unis. Est-ce dans l’intérêt à long terme de l’Amérique ? J’en doute. Des millions de personnes dans le monde voient de plus en plus l’Amérique non pas comme un modèle de démocratie, mais comme s’appuyant uniquement sur la force brute, bricolant des coalitions réunies sous le slogan « vous êtes avec nous ou contre nous ». 
                                                           
                                                          Mais la force s’est révélée inefficace et inutile. L’Afghanistan est sous le choc, et personne ne peut dire ce qui se passera après que les forces internationales se seront retirées. La Libye est divisée en tribus et en clans. En Irak, la guerre civile se poursuit, avec des dizaines de morts chaque jour. Aux États-Unis, beaucoup de gens établissent une analogie entre l’Irak et la Syrie, et se demandent pourquoi leur gouvernement veut répéter les erreurs récentes. 
                                                          Peu importe comment les frappes cibleront, ou les armes sophistiquées employées, les victimes civiles sont inévitables, y compris les personnes âgées et les enfants, que les frappes sont censées protéger. 
                                                           
                                                          Le monde réagit en demandant : si on ne peut pas compter sur le droit international, alors il faut trouver d’autres façons d’assurer sa sécurité. Ainsi, un nombre croissant de pays cherchent à acquérir des armes de destruction massive. Ce qui est logique : si vous avez la bombe, personne ne va vous toucher. Nous sommes partis de la nécessité de renforcer la non-prolifération, alors qu’en réalité cela s’érode. 
                                                          Nous devons cesser d’utiliser le langage de la force et reprendre le chemin du règlement diplomatique et politique civilisé. 
                                                           
                                                          Une nouvelle possibilité d’éviter une action militaire a émergé dans les derniers jours. Les Etats-Unis, la Russie et tous les membres de la communauté internationale doivent tirer parti de la volonté du gouvernement syrien de mettre son arsenal chimique sous contrôle international pour destruction ultérieure. A en juger par les déclarations du président Obama , les Etats-Unis voient cela comme une alternative à l’action militaire. 
                                                           
                                                          Je me réjouis de l’intérêt du président à poursuivre le dialogue avec la Russie sur la Syrie. Nous devons travailler ensemble pour maintenir cet espoir vivant, comme convenu au Groupe des 8 réuni à Lough Erne en Irlande du Nord en Juin, et réorienter le débat vers les négociations. 
                                                           
                                                          Si nous pouvons éviter la force contre la Syrie, cela permettra d’améliorer l’atmosphère dans les affaires internationales et de renforcer la confiance mutuelle. Ce sera notre réussite commune et ouvrira la porte à la coopération sur d’autres questions cruciales. 
                                                           
                                                          Ma relation professionnelle et personnelle avec le président Obama est marquée par la confiance croissante. J’apprécie cela. J’ai étudié attentivement son discours à la nation mardi. Et je serais plutôt en désaccord avec ce qu’il a dit sur l’exceptionnalisme américain, affirmant que la politique des États-Unis est « ce qui rend l’Amérique différente. C’est ce qui nous rend exceptionnels ». Il est extrêmement dangereux d’encourager les gens à se considérer comme exceptionnels, quelle que soit la motivation. Il y a de grands pays et les petits pays, des riches et des pauvres, ceux qui ont de longues traditions démocratiques et ceux cherchent encore leur chemin vers la démocratie. Leurs politiques diffèrent, aussi. Nous sommes tous différents, mais quand nous demandons la bénédiction du Seigneur, nous ne devons pas oublier que Dieu nous a créés égaux. 
                                                           
                                                           
                                                          Vladimir V. Poutine, président de la Fédération de Russie.
                                                          Traduction assurée par le site Benoit&Moi que nous remercions : http://benoit-et-moi.fr/2013-III/actualites/la-lettre-de-poutine-aux-americains.html

                                                          Vendredi 13 Septembre 2013

                                                        • soi même 22 juillet 2014 12:31

                                                          J’y pues rien c’est l’intégralité de son écrit qui est intéressant de lire, il déniaise ce qui suive comme un chef les doctrines dominantes !


                                                        • Montdragon Montdragon 22 juillet 2014 02:39

                                                          Article éminemment anarchiste, qui reste une utopie.
                                                          La mé-fiance est reine en ce monde, vous pensez que la la fin du chaos viendra avec un meilleur QI, je pense à une meilleure morale basée sur la con-fiance (pas fiduciaire, hein..).
                                                          J’ai bon espoir dans un million d’années.


                                                          • lsga lsga 22 juillet 2014 10:20

                                                            article simplement communiste. Ce n’est pas parce que les staliniens, les néonazis, les keynésiens, les étatistes, se prétendent tous communistes qu’il faut leur laisser le mot. 

                                                             
                                                            Ni LO, ni le NPA, ni le PCF ne sont communistes. 

                                                          • goc goc 22 juillet 2014 04:13

                                                            je ne suis pas sur que l’auteur, qui rappelons-le est un fervent défenseur de la barbarie sioniste, soit le mieux placé pour nous donner des leçons de démocratie ou d’humanisme, et encore moins pour nous traiter de crétin.

                                                            Quoique pour ce dernier point, on ne peut pas lui reprocher de ne pas en avoir un échantillon sur lui. Il a même plein de valises dans le coffre de sa R16


                                                            • lsga lsga 22 juillet 2014 10:21

                                                              Un défenseur de la barbarie sioniste ? 

                                                              looooool
                                                               
                                                              Tu as lu mon article sur le sujet ? Tiens lis : 
                                                               

                                                            • Furax Furax 22 juillet 2014 09:05

                                                              @L’auteur
                                                              Je te croyais proche de Chavez...encore que, bon, non en fait, c’est plutôt Cécile Duflot !
                                                               smiley)
                                                              (Note bien que tous ces « Verts de Gris » sont les plus va-t’en guerre de tout le cirque politique ; Irak,Libye, Ukraine etc.)
                                                               
                                                              "Comment ne peux-tu pas prendre parti contre la Russie : ne vois-tu la barbarie extrême avec laquelle ils écrasent le peuple Tchétchène ?
                                                              « 
                                                              Ils ont cogné sec, c’est sûr. mais j’ai vu récemment un documentaire sur Grozny, je n’en revenais pas. Oubliées les ruines. Ca ressemble plutôt à Dubai
                                                              http://2.bp.blogspot.com/-GSdQJWOOXa4/T7KM1FjLGHI/AAAAAAAAF4c/RSUpSHVTXFo/s1600/024+-+groznw-citi.jpg
                                                              Et un mal de chien à trouver un habitant qui exprime le moindre regret des »Islamistes"
                                                              (un petit vieux bien logé dans un appartement neuf, avançait que, quand même, les russes avaient été durs !)


                                                              • lsga lsga 22 juillet 2014 10:24

                                                                J’aimais beaucoup la dynamique de la Révolution Vénézuélienne, qui donnait une place très importante aux conseils populaires. J’aimais beaucoup troller les imbéciles néo-fascistes avec Chavez, qu’ils idolâtraient, alors que Chavez se référaient en permanence à la gauche et à l’extrême gauche.

                                                                 
                                                                Mais, au final, Chavez a été incapable d’organiser la mort de l’État, il a conserver tous les pouvoirs pour lui-même, à instaurer une bureaucratie publique dont l’incompétence n’a rien à envier aux banquiers, et il a laissé son pays dans un bien triste état.

                                                              • Rounga Rounga 22 juillet 2014 10:42

                                                                Mais, au final, Chavez a été incapable d’organiser la mort de l’État, il a conserver tous les pouvoirs pour lui-même, à instaurer une bureaucratie publique dont l’incompétence n’a rien à envier aux banquiers, et il a laissé son pays dans un bien triste état.


                                                                sa décharge, la mise en pratique de la théorie socialiste est moins facile que la glose sur les rapports de production à mettre en place pour la réaliser. Car, si tant est que tout le monde s’accorde sur le but à atteindre et que l’occasion se présente pour passer à l’acte, tout le monde divergera sur les moyens. Il faudra donc composer avec les forces antagonistes : réactionnaires, contre-révolutionnaires, déviationnistes On ne coupe donc pas au jeu de la politique politicienne qui consiste à acquérir du pouvoir et à le garder.

                                                              • lsga lsga 22 juillet 2014 11:03

                                                                c’est très facile :

                                                                 
                                                                Encore faut-il être capable d’abandonner le pouvoir pour le donner à la population. Chavez, comme Lénine, en a été incapable. 

                                                              • Rounga Rounga 22 juillet 2014 11:26

                                                                Je ne vois pas très bien pourquoi tu me diriges vers ce site. J’imagine que c’est pour me dire qu’il suffira d’instaurer la démocratie directe pour accomplir la révolution. Ce que je crois, c’est que si on procédait à ce type d’élections, on reviendrait très vite au système capitaliste, car la plupart des prolétaires lui sont en fait attachés. L’idée d’abandonner les consoles de jeux, les blockbusters qui coûtent des centaines de milliers d’euros, les boîtes de nuit, qui n’existeraient plus, ou tout du moins pas dans les proportions actuelles au sein d’une économie socialiste et rationnelle, les terrifierait. A force de travailler comme des cons, ils consomment comme des cons et s’imaginent que c’est ça la vraie vie. Avant de procéder au vote, il faudrait déjà leur permettre de s’émanciper et de sortir du comportement de consommateur passif en les rendant propriétaires de leur travail. On voit donc qu’il faut réaliser le but avant le moyen, ce qui est assez embêtant.


                                                              • lsga lsga 22 juillet 2014 12:04

                                                                Rounga : partager le pouvoir est très facile, et toujours immédiatement faisable. Si Chavez ne l’a pas fait, pas plus que Lénine, c’est une erreur grave de sa part. Maintenant que le leader charismatique qu’il était est mort, la Révolution Bolivarienne est dans un triste état, dérivant clairement vers le nationalisme et la gabegie pétrolière. 




                                                              • Furax Furax 22 juillet 2014 12:45

                                                                Et ton vote pour les « Verts » ?
                                                                Et Grozny ?


                                                              • Rounga Rounga 22 juillet 2014 13:01

                                                                 partager le pouvoir est très facile, et toujours immédiatement faisable


                                                                Si c’est le cas, alors pourquoi Lénine, Chavez, Mao, Castro, etc. ne l’ont pas fait ? Est-ce par bêtise, par égoïsme, par lâcheté ?

                                                              • lsga lsga 22 juillet 2014 14:02

                                                                ils ne l’ont pas fait car la majorité est aliéné, et donc réactionnaire, et que ça leur pose problème de rendre le pouvoir à une population réactionnaire. Je les comprends.


                                                                En Tunisie par exemple, à peine les révolutionnaires progressistes ont obtenu la démocratie, que la majorité réac a mis les islamistes au pouvoir.

                                                                Idem en Russie : à peine le Conseillisme instauré, que la majorité réactionnaire a mi les Mencheviks au pouvoir (enfin, avant que Lénine ne les envoie en Sibérie)

                                                                Idem en France : à peine les révolutionnaires de 1848 obtiennent le suffrage universel, que la majorité réactionnaire de la population met Napoléon 3 au pouvoir. 

                                                                Les progressistes se battent pour que les réactionnaires puissent prendre le pouvoir. C’est triste, mais c’est comme cela. 



                                                              • Rounga Rounga 22 juillet 2014 14:11

                                                                ils ne l’ont pas fait car la majorité est aliéné, et donc réactionnaire, et que ça leur pose problème de rendre le pouvoir à une population réactionnaire. Je les comprends


                                                                Donc ça revient à ce que je disais deux commentaires plus haut.
                                                                Et ça veut aussi dire que Chavez et Cie ont finalement agi judicieusement.

                                                              • Diogène diogène 22 juillet 2014 09:13

                                                                98 réactions à 9h12, faut le faire !

                                                                Est-ce qu’on gagne qq chose à 100 ?

                                                                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 juillet 2014 09:52

                                                                  Isga,
                                                                  vous êtes le prototype même du type que je ne recevrais pas à ma table sous mon tilleul centenaire au moment de se détendre. Polémiquant sans argument neufs et solides, déséquilibrant chaque débat, a priori sur les uns et les autres, réponses trop courtes pour certains, copié collés pour d’autres, enfin tout sauf un modérateur équitable et agréable, ne vous étonnez pas.


                                                                  • lsga lsga 22 juillet 2014 10:25

                                                                    Votre petite maison d’hôtes ne m’intéresse pas. Les petits bourgeois ne m’aiment pas. Je ne les aime pas non plus. 




                                                                  • Vache à lait Vache à lait 22 juillet 2014 10:37

                                                                    Sur le fond, je suis entièrement d’accord avec toi Isga. D’ailleurs c’est à la portée de tout le monde, il suffit d’avoir un peu de jugeote pour voir que l’on est sans cesse manipulé. C’est le jeu de l’Homme depuis sa naissance.
                                                                    Il ne faut pas pourtant croire qu’avec l’essor des technologies de communication il est maintenant possible de faire la part des choses. La situation est la même, toujours, on reçoit des informations, mais comment les valider, comment savoir si elles sont véridiques ? Bon sang, vous voyez bien ce que l’on peut faire pour tronquer une information, bidouiller dans le moindre détail une vidéo, un son ! La technique de l’image permet de tout faire actuellement. L’exemple le plus flagrant ce sont les films à gros budget. A part certains acteurs qui se démènent devant des écrans verts, tout n’est qu’invention virtuelle. Les acteurs eux-même peuvent être virtuels, quand aux vrais, il sont tellement retouchés qu’on peut les considérer comme des cyborgs...

                                                                    Quand au pouvoir de manipulation de la classe politique, grassement rémunérée par la classe bourgeoise, elle est sans limite. Le pouvoir politique n’est plus qu’un voile de mensonges qui devrait faire s’insurger tous les peuples. Il se répètent, se contredisent, disent n’importe quoi, usent de démagogie et de mots tiroirs à outrance, ils ne font rien de ce qu’ils avaient ’promis’.

                                                                    Mais ils font rêver, et ouai. Il est classe le bonhomme avec son beau costard, sa merco limousine avec chauffeur, ses repas au Fouquet’S, ses nanas. Tout le monde il est gentil avec lui, il paie rien, il fout rien, le panard quoi ! Et les patrons du CAC 40 c’est pareil, ils sont blindés de plusieurs millions par an, ils foutent rien eux aussi, que jongler avec et s’acheter tous les caprices qui leurs passent par la tête !

                                                                    Cupidité...

                                                                     Je préfère de loin l’enseignement d’Epicure.


                                                                    • Emmanuel Glais 22 juillet 2014 11:16
                                                                      Il faut arrêter de dire que c’est l’article d’un troll du NOM. L’essentiel du fond est pertinent. Néanmoins, il me semble que peu de gens soutiennent le Hamas et beaucoup dénoncent la complaisance officielle de la République, voire sa connivence, avec Netanyahou. Ce que dénoncent aussi beaucoup de manifestants du web et de la rue c’est l’hypocrisie de la position française, le traitement médiatique du problème, et d’autres choses qui n’ont rien à voir avec le Hamas. 
                                                                      Isga confond aussi démocratie (directe) et suffrage universel... mais ça ce n’est pas nouveau. 

                                                                      • lsga lsga 22 juillet 2014 11:25

                                                                        J’oppose le suffrage censitaire des actionnaires au suffrage universel des conseils socialistes. Je ne confond donc rien.

                                                                         
                                                                        Passer des lois ne sert à rien. Il faut donner le contrôle de l’appareil de production à la population. Il s’agit donc bien de faire éclater le suffrage censitaire des actionnaires, beaucoup plus que d’ouvrir les bancs de l’assemblée nationale à tous.

                                                                      • Vache à lait Vache à lait 22 juillet 2014 11:45

                                                                        Le problème tu le sais bien, c’est que tu rêves en couleur... C’est important de rêver, mais quand cette action devient plus que nécessaire à sa survie, à l’acceptation de son rôle et de sa vie, cela devient dramatique.

                                                                        Je pense, depuis le temps que l’Homme existe, qu’il n’est pas fait pour vivre en paix. Aucun réel exemple (du moins connu) de civilisation spirituelle et pacifique n’a vu le jour, ou n’a pu survivre à l’assaut des autres assez longtemps pour se faire connaître.

                                                                        A l’heure du présent, si tu l’ouvres, soit on ne t’écoute pas (un grave problème le manque d’écoute), soit on se fout de toi et on minimise rapidement, soit on te fait blocage.

                                                                        L’homme censé préfèrera se cacher et vivre dans son jardin de paix. Seulement voilà, la terre, l’air, tout est souillé. Le règne végétal est aux abois,remplacé par des monocultures et des envahissantes piégées de toxines ; le règne animal nécessaire à sa propagation tend à disparaître définitivement ; la chaîne alimentaire va bientôt s’écrouler, et là, là les gens se rendront compte de ce que cela représentait concrètement.


                                                                      • lsga lsga 22 juillet 2014 12:10

                                                                        tu rêves, tu fais des projections idéalistes. 


                                                                        Je pose simplement des analyses, analyses basées pour l’essentiel sur l’évolution de l’appareil de production. Du matérialisme : que du matérialisme.
                                                                         
                                                                        La société Industrielle, pour fonctionner, avait besoin de sortir du Féodalisme et de passer à la république bourgeoise. C’était une nécessité. Le marché, pour s’étendre, a besoin de la liberté individuelle (les droits de l’Homme sont l’incarnation de ce process). C’est d’ailleurs pour cela que les blocs non démocratiques et protectionnistes ne peuvent que s’effondrer dans une économie industrielle.
                                                                         
                                                                        De la même manière, la société de l’information, pour fonctionner, aura besoin du Socialisme. Internet, Linux, le logiciel libre, comme la science, a besoin de l’abolition de la propriété privée des moyens de productions intellectuels pour fonctionner. Il en va de même pour la gestion et la planification écologique, c’est à dire le passage à l’industrie verte : elle a besoin d’une démocratie mondiale pour être mise en place. Bref : comme prévu, le Socialisme correspond au niveau technologique suivant.
                                                                         
                                                                        bref : le passage au niveau suivant ne se fera qu’à cette condition là. Or, tout le monde, y compris les oligarques, ont intérêt à ce que ce passage ai lieu. 

                                                                      • Emmanuel Glais 22 juillet 2014 22:04

                                                                        Vous envisagez la « démocratisation du monde » seulement à partir de la prise de contrôle des moyens de production par les producteurs eux-mêmes. Fort bien. J’espère que ça arrivera. Et vite.

                                                                        Toutefois il me semble que trop souvent les travailleurs ne se savent pas quel pouvoir ils détiennent en tant que producteurs (je considère qu’un service est le plus souvent une production). 
                                                                        Il faut donc que les gens prennent conscience de leur condition de producteurs. Vous semblez, optimiste, penser que ça arrivera tout seul. Les conditions matérielles portent la bourgeoisie et le prolétariat vers un monde sans frontières, conformément à l’oracle du père Karl. 
                                                                        Pour autant les frontières perdurent. Il y a environ 4 fois plus d’Etats aujourd’hui qu’en 1914. 
                                                                        Vous ne pouvez faire fi des identités. 
                                                                        Dans le monde, la religion fait bouger des gens, l’ethnie et la tribu aussi. On voit avec le conflit en Thaïlande que le rapport ville-campagne polarise des sociétés. 
                                                                        La prise de contrôle de l’Etat par les peuples est une étape essentielle pour la démocratisation du monde. La démocratie, d’ailleurs, si elle existe déjà, n’existe que dans des territoires réduits. Une démocratie mondiale n’adviendra pas uniquement par l’économie. Nous devons devenir aussi citoyens. Déconstruire les mythes philosophiques et historiques qui nous ont attaché à la République faussement démocratique. 
                                                                        Nous devons apprendre à discuter, et à faire émerger une expertise citoyenne plutôt qu’à remettre notre destin dans les mains d’ « experts » corrompus et d’aristocrates élus. Bref, l’analyse matérialiste est nécessaire, mais la sphère des mythes, des représentations doit être appréhendée pour combattre les fléaux du capitalisme et de la démocrature. 
                                                                        Je vous conseille de doubler votre socialisme conseilliste d’une analyse institutionnelle (voir Chouard, Rosanvallon, Blondiaux etc...).
                                                                        Je pense qu’il ne faut pas en revanche parler de « démocratie mondiale » mais d’un monde de démocraties, car la démocratie, une et universelle, est une idée qui peut effrayer. En revanche un monde de démocraties n’a rien de totalitaire au sens où il est souhaitable que partout ce soit les peuples (dèmos) qui aient leurs propres destins en main. Reste à éviter le piège de la confusion entre peuple et majorité. 

                                                                      • soi même 22 juillet 2014 12:10
                                                                        « Un appel à la prudence sur la question syrienne ». Lettre ouverte de Vladimir Poutine aux Américains
                                                                        Tribune publiée dans le New York Times, le 11 septembre 2013, par le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine.


                                                                        Les récents événements entourant la Syrie m’ont poussé à m’adresser directement au peuple américain et à ses dirigeants politiques. Il est important de le faire en ces temps de communication insuffisante entre nos sociétés. 
                                                                         
                                                                        Les relations entre nous sont passées par différentes étapes. Nous étions les uns contre les autres pendant la guerre froide. Mais nous avons aussi été des alliés, à une époque, et nous vaincu les nazis ensemble. L’organisation internationale universelle - l’Organisation des Nations Unies - a ensuite été mise en place pour empêcher qu’une telle dévastation ne se reproduise jamais. 
                                                                         
                                                                        Les fondateurs de l’Organisation des Nations Unies ont compris que les décisions concernant la guerre et la paix ne devaient se produire que par consensus, et avec le consentement de l’Amérique, le veto par les membres permanents du Conseil de sécurité a été inscrit dans la Charte des Nations Unies. La profonde sagesse de ce point a étayé la stabilité des relations internationales pendant des décennies. 
                                                                         
                                                                        Personne ne veut que l’Organisation des Nations Unies subisse le sort de la Société des Nations, qui s’est effondrée parce qu’il lui manquait un véritable levier. Cela serait possible si les pays influents contournent les Nations Unies et entreprennent une action militaire sans l’autorisation du Conseil de sécurité. 
                                                                         
                                                                        L’attaque potentielle des États-Unis contre la Syrie, malgré la forte opposition de nombreux pays et des principaux responsables politiques et religieux, y compris le pape, se traduira par davantage de victimes innocentes et une escalade, la propagation potentielle du conflit au-delà des frontières de la Syrie. Une attaque augmenterait la violence et déclencherait une nouvelle vague de terrorisme. Elle pourrait saper les efforts multilatéraux visant à résoudre le problème nucléaire iranien et le conflit israélo-palestinien et déstabiliser davantage le Moyen-Orient etl’ Afrique du Nord. Elle pourrait détruire l’équilibre de l’ensemble du système du droit et de l’ordre international. 
                                                                         
                                                                        Le Syrie n’est pas témoin d’une lutte pour la démocratie, mais d’un conflit armé entre le gouvernement et l’opposition, dans un pays multireligieux. Il y a peu de champions de la démocratie en Syrie . Mais il y a plus qu’assez de combattants d’Al Quaïda et d’extrémistes de tous bords qui luttent contre le gouvernement. Le Département d’Etat des Etats-Unis a désignéd’emblée le Front Al Nusra et l’Etat islamique d’Irak et le Levant, combattant avec l’opposition, comme des organisations terroristes. Ce conflit interne, alimentée par les armes étrangères fournies à l’opposition, est l’un des plus sanglants dans le monde. 
                                                                         
                                                                        Des mercenaires des pays arabes combattent là-bas, et des centaines de militants en provenance des pays occidentaux et même de Russie, sont l’objet de notre profonde inquiétude. Ne pourraient-ils pas retourner dans nos pays avec l’expérience acquise en Syrie ? Après tout, après les combats en Libye, les extrémistes sont passés au Mali. Ceci nous menace tous. 
                                                                         
                                                                        Dès le début, la Russie a prôné un dialogue pacifique permettant aux Syriens d’élaborer un plan de compromis pour leur propre avenir. Nous ne protégeons pas le gouvernement syrien, mais le droit international. Nous devons utiliser le Conseil de sécurité des Nations Unies et croyons que la préservation de l’ordre public dans le monde complexe et turbulent d’aujourd’hui est l’une des rares façons d’empêcher les relations internationales de sombrer dans le chaos. La loi est toujours la loi, et nous devons la suivre que nous le voulions ou non. Selon le droit international actuel, la force n’est autorisé qu’en cas de légitime défense ou par la décision du Conseil de sécurité. Tout le reste est inacceptable en vertu de la Charte des Nations Unies et constituerait un acte d’agression. 
                                                                         
                                                                        Personne ne doute que le gaz toxique a été utilisé en Syrie. Mais il y a tout lieu de croire qu’il n’a pas été utilisé par l’armée syrienne, mais par les forces de l’opposition, afin de provoquer l’intervention de leurs puissants protecteurs étrangers, qui seraient du côté des fondamentalistes. Les rapports selon lesquels les militants (rebelles) prépareraient une nouvelle attaque - cette fois contre Israël - ne peuvent pas être ignorés. 
                                                                         
                                                                        Il est alarmant de constater que l’intervention militaire dans les conflits internes dans les pays étrangers est devenue monnaie courante aux États-Unis. Est-ce dans l’intérêt à long terme de l’Amérique ? J’en doute. Des millions de personnes dans le monde voient de plus en plus l’Amérique non pas comme un modèle de démocratie, mais comme s’appuyant uniquement sur la force brute, bricolant des coalitions réunies sous le slogan « vous êtes avec nous ou contre nous ». 
                                                                         
                                                                        Mais la force s’est révélée inefficace et inutile. L’Afghanistan est sous le choc, et personne ne peut dire ce qui se passera après que les forces internationales se seront retirées. La Libye est divisée en tribus et en clans. En Irak, la guerre civile se poursuit, avec des dizaines de morts chaque jour. Aux États-Unis, beaucoup de gens établissent une analogie entre l’Irak et la Syrie, et se demandent pourquoi leur gouvernement veut répéter les erreurs récentes. 
                                                                        Peu importe comment les frappes cibleront, ou les armes sophistiquées employées, les victimes civiles sont inévitables, y compris les personnes âgées et les enfants, que les frappes sont censées protéger. 
                                                                         
                                                                        Le monde réagit en demandant : si on ne peut pas compter sur le droit international, alors il faut trouver d’autres façons d’assurer sa sécurité. Ainsi, un nombre croissant de pays cherchent à acquérir des armes de destruction massive. Ce qui est logique : si vous avez la bombe, personne ne va vous toucher. Nous sommes partis de la nécessité de renforcer la non-prolifération, alors qu’en réalité cela s’érode. 
                                                                        Nous devons cesser d’utiliser le langage de la force et reprendre le chemin du règlement diplomatique et politique civilisé. 
                                                                         
                                                                        Une nouvelle possibilité d’éviter une action militaire a émergé dans les derniers jours. Les Etats-Unis, la Russie et tous les membres de la communauté internationale doivent tirer parti de la volonté du gouvernement syrien de mettre son arsenal chimique sous contrôle international pour destruction ultérieure. A en juger par les déclarations du président Obama , les Etats-Unis voient cela comme une alternative à l’action militaire. 
                                                                         
                                                                        Je me réjouis de l’intérêt du président à poursuivre le dialogue avec la Russie sur la Syrie. Nous devons travailler ensemble pour maintenir cet espoir vivant, comme convenu au Groupe des 8 réuni à Lough Erne en Irlande du Nord en Juin, et réorienter le débat vers les négociations. 
                                                                         
                                                                        Si nous pouvons éviter la force contre la Syrie, cela permettra d’améliorer l’atmosphère dans les affaires internationales et de renforcer la confiance mutuelle. Ce sera notre réussite commune et ouvrira la porte à la coopération sur d’autres questions cruciales. 
                                                                         
                                                                        Ma relation professionnelle et personnelle avec le président Obama est marquée par la confiance croissante. J’apprécie cela. J’ai étudié attentivement son discours à la nation mardi. Et je serais plutôt en désaccord avec ce qu’il a dit sur l’exceptionnalisme américain, affirmant que la politique des États-Unis est « ce qui rend l’Amérique différente. C’est ce qui nous rend exceptionnels ». Il est extrêmement dangereux d’encourager les gens à se considérer comme exceptionnels, quelle que soit la motivation. Il y a de grands pays et les petits pays, des riches et des pauvres, ceux qui ont de longues traditions démocratiques et ceux cherchent encore leur chemin vers la démocratie. Leurs politiques diffèrent, aussi. Nous sommes tous différents, mais quand nous demandons la bénédiction du Seigneur, nous ne devons pas oublier que Dieu nous a créés égaux. 
                                                                         
                                                                         
                                                                        Vladimir V. Poutine, président de la Fédération de Russie.
                                                                        Traduction assurée par le site Benoit&Moi que nous remercions : http://benoit-et-moi.fr/2013-III/actualites/la-lettre-de-poutine-aux-americains.html

                                                                        Vendredi 13 Septembre 2013

                                                                        • soi même 22 juillet 2014 12:11
                                                                          « Un appel à la prudence sur la question syrienne ». Lettre ouverte de Vladimir Poutine aux Américains
                                                                          Tribune publiée dans le New York Times, le 11 septembre 2013, par le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine.


                                                                          Les récents événements entourant la Syrie m’ont poussé à m’adresser directement au peuple américain et à ses dirigeants politiques. Il est important de le faire en ces temps de communication insuffisante entre nos sociétés. 
                                                                           
                                                                          Les relations entre nous sont passées par différentes étapes. Nous étions les uns contre les autres pendant la guerre froide. Mais nous avons aussi été des alliés, à une époque, et nous vaincu les nazis ensemble. L’organisation internationale universelle - l’Organisation des Nations Unies - a ensuite été mise en place pour empêcher qu’une telle dévastation ne se reproduise jamais. 
                                                                           
                                                                          Les fondateurs de l’Organisation des Nations Unies ont compris que les décisions concernant la guerre et la paix ne devaient se produire que par consensus, et avec le consentement de l’Amérique, le veto par les membres permanents du Conseil de sécurité a été inscrit dans la Charte des Nations Unies. La profonde sagesse de ce point a étayé la stabilité des relations internationales pendant des décennies. 
                                                                           
                                                                          Personne ne veut que l’Organisation des Nations Unies subisse le sort de la Société des Nations, qui s’est effondrée parce qu’il lui manquait un véritable levier. Cela serait possible si les pays influents contournent les Nations Unies et entreprennent une action militaire sans l’autorisation du Conseil de sécurité. 
                                                                           
                                                                          L’attaque potentielle des États-Unis contre la Syrie, malgré la forte opposition de nombreux pays et des principaux responsables politiques et religieux, y compris le pape, se traduira par davantage de victimes innocentes et une escalade, la propagation potentielle du conflit au-delà des frontières de la Syrie. Une attaque augmenterait la violence et déclencherait une nouvelle vague de terrorisme. Elle pourrait saper les efforts multilatéraux visant à résoudre le problème nucléaire iranien et le conflit israélo-palestinien et déstabiliser davantage le Moyen-Orient etl’ Afrique du Nord. Elle pourrait détruire l’équilibre de l’ensemble du système du droit et de l’ordre international. 
                                                                           
                                                                          Le Syrie n’est pas témoin d’une lutte pour la démocratie, mais d’un conflit armé entre le gouvernement et l’opposition, dans un pays multireligieux. Il y a peu de champions de la démocratie en Syrie . Mais il y a plus qu’assez de combattants d’Al Quaïda et d’extrémistes de tous bords qui luttent contre le gouvernement. Le Département d’Etat des Etats-Unis a désignéd’emblée le Front Al Nusra et l’Etat islamique d’Irak et le Levant, combattant avec l’opposition, comme des organisations terroristes. Ce conflit interne, alimentée par les armes étrangères fournies à l’opposition, est l’un des plus sanglants dans le monde. 
                                                                           
                                                                          Des mercenaires des pays arabes combattent là-bas, et des centaines de militants en provenance des pays occidentaux et même de Russie, sont l’objet de notre profonde inquiétude. Ne pourraient-ils pas retourner dans nos pays avec l’expérience acquise en Syrie ? Après tout, après les combats en Libye, les extrémistes sont passés au Mali. Ceci nous menace tous. 
                                                                           
                                                                          Dès le début, la Russie a prôné un dialogue pacifique permettant aux Syriens d’élaborer un plan de compromis pour leur propre avenir. Nous ne protégeons pas le gouvernement syrien, mais le droit international. Nous devons utiliser le Conseil de sécurité des Nations Unies et croyons que la préservation de l’ordre public dans le monde complexe et turbulent d’aujourd’hui est l’une des rares façons d’empêcher les relations internationales de sombrer dans le chaos. La loi est toujours la loi, et nous devons la suivre que nous le voulions ou non. Selon le droit international actuel, la force n’est autorisé qu’en cas de légitime défense ou par la décision du Conseil de sécurité. Tout le reste est inacceptable en vertu de la Charte des Nations Unies et constituerait un acte d’agression. 
                                                                           
                                                                          Personne ne doute que le gaz toxique a été utilisé en Syrie. Mais il y a tout lieu de croire qu’il n’a pas été utilisé par l’armée syrienne, mais par les forces de l’opposition, afin de provoquer l’intervention de leurs puissants protecteurs étrangers, qui seraient du côté des fondamentalistes. Les rapports selon lesquels les militants (rebelles) prépareraient une nouvelle attaque - cette fois contre Israël - ne peuvent pas être ignorés. 
                                                                           
                                                                          Il est alarmant de constater que l’intervention militaire dans les conflits internes dans les pays étrangers est devenue monnaie courante aux États-Unis. Est-ce dans l’intérêt à long terme de l’Amérique ? J’en doute. Des millions de personnes dans le monde voient de plus en plus l’Amérique non pas comme un modèle de démocratie, mais comme s’appuyant uniquement sur la force brute, bricolant des coalitions réunies sous le slogan « vous êtes avec nous ou contre nous ». 
                                                                           
                                                                          Mais la force s’est révélée inefficace et inutile. L’Afghanistan est sous le choc, et personne ne peut dire ce qui se passera après que les forces internationales se seront retirées. La Libye est divisée en tribus et en clans. En Irak, la guerre civile se poursuit, avec des dizaines de morts chaque jour. Aux États-Unis, beaucoup de gens établissent une analogie entre l’Irak et la Syrie, et se demandent pourquoi leur gouvernement veut répéter les erreurs récentes. 
                                                                          Peu importe comment les frappes cibleront, ou les armes sophistiquées employées, les victimes civiles sont inévitables, y compris les personnes âgées et les enfants, que les frappes sont censées protéger. 
                                                                           
                                                                          Le monde réagit en demandant : si on ne peut pas compter sur le droit international, alors il faut trouver d’autres façons d’assurer sa sécurité. Ainsi, un nombre croissant de pays cherchent à acquérir des armes de destruction massive. Ce qui est logique : si vous avez la bombe, personne ne va vous toucher. Nous sommes partis de la nécessité de renforcer la non-prolifération, alors qu’en réalité cela s’érode. 
                                                                          Nous devons cesser d’utiliser le langage de la force et reprendre le chemin du règlement diplomatique et politique civilisé. 
                                                                           
                                                                          Une nouvelle possibilité d’éviter une action militaire a émergé dans les derniers jours. Les Etats-Unis, la Russie et tous les membres de la communauté internationale doivent tirer parti de la volonté du gouvernement syrien de mettre son arsenal chimique sous contrôle international pour destruction ultérieure. A en juger par les déclarations du président Obama , les Etats-Unis voient cela comme une alternative à l’action militaire. 
                                                                           
                                                                          Je me réjouis de l’intérêt du président à poursuivre le dialogue avec la Russie sur la Syrie. Nous devons travailler ensemble pour maintenir cet espoir vivant, comme convenu au Groupe des 8 réuni à Lough Erne en Irlande du Nord en Juin, et réorienter le débat vers les négociations. 
                                                                           
                                                                          Si nous pouvons éviter la force contre la Syrie, cela permettra d’améliorer l’atmosphère dans les affaires internationales et de renforcer la confiance mutuelle. Ce sera notre réussite commune et ouvrira la porte à la coopération sur d’autres questions cruciales. 
                                                                           
                                                                          Ma relation professionnelle et personnelle avec le président Obama est marquée par la confiance croissante. J’apprécie cela. J’ai étudié attentivement son discours à la nation mardi. Et je serais plutôt en désaccord avec ce qu’il a dit sur l’exceptionnalisme américain, affirmant que la politique des États-Unis est « ce qui rend l’Amérique différente. C’est ce qui nous rend exceptionnels ». Il est extrêmement dangereux d’encourager les gens à se considérer comme exceptionnels, quelle que soit la motivation. Il y a de grands pays et les petits pays, des riches et des pauvres, ceux qui ont de longues traditions démocratiques et ceux cherchent encore leur chemin vers la démocratie. Leurs politiques diffèrent, aussi. Nous sommes tous différents, mais quand nous demandons la bénédiction du Seigneur, nous ne devons pas oublier que Dieu nous a créés égaux. 
                                                                           
                                                                           
                                                                          Vladimir V. Poutine, président de la Fédération de Russie.
                                                                          Traduction assurée par le site Benoit&Moi que nous remercions : http://benoit-et-moi.fr/2013-III/actualites/la-lettre-de-poutine-aux-americains.html

                                                                          Vendredi 13 Septembre 2013

                                                                          • soi même 22 juillet 2014 12:11
                                                                            « Un appel à la prudence sur la question syrienne ». Lettre ouverte de Vladimir Poutine aux Américains
                                                                            Tribune publiée dans le New York Times, le 11 septembre 2013, par le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine.


                                                                            Les récents événements entourant la Syrie m’ont poussé à m’adresser directement au peuple américain et à ses dirigeants politiques. Il est important de le faire en ces temps de communication insuffisante entre nos sociétés. 
                                                                             
                                                                            Les relations entre nous sont passées par différentes étapes. Nous étions les uns contre les autres pendant la guerre froide. Mais nous avons aussi été des alliés, à une époque, et nous vaincu les nazis ensemble. L’organisation internationale universelle - l’Organisation des Nations Unies - a ensuite été mise en place pour empêcher qu’une telle dévastation ne se reproduise jamais. 
                                                                             
                                                                            Les fondateurs de l’Organisation des Nations Unies ont compris que les décisions concernant la guerre et la paix ne devaient se produire que par consensus, et avec le consentement de l’Amérique, le veto par les membres permanents du Conseil de sécurité a été inscrit dans la Charte des Nations Unies. La profonde sagesse de ce point a étayé la stabilité des relations internationales pendant des décennies. 
                                                                             
                                                                            Personne ne veut que l’Organisation des Nations Unies subisse le sort de la Société des Nations, qui s’est effondrée parce qu’il lui manquait un véritable levier. Cela serait possible si les pays influents contournent les Nations Unies et entreprennent une action militaire sans l’autorisation du Conseil de sécurité. 
                                                                             
                                                                            L’attaque potentielle des États-Unis contre la Syrie, malgré la forte opposition de nombreux pays et des principaux responsables politiques et religieux, y compris le pape, se traduira par davantage de victimes innocentes et une escalade, la propagation potentielle du conflit au-delà des frontières de la Syrie. Une attaque augmenterait la violence et déclencherait une nouvelle vague de terrorisme. Elle pourrait saper les efforts multilatéraux visant à résoudre le problème nucléaire iranien et le conflit israélo-palestinien et déstabiliser davantage le Moyen-Orient etl’ Afrique du Nord. Elle pourrait détruire l’équilibre de l’ensemble du système du droit et de l’ordre international. 
                                                                             
                                                                            Le Syrie n’est pas témoin d’une lutte pour la démocratie, mais d’un conflit armé entre le gouvernement et l’opposition, dans un pays multireligieux. Il y a peu de champions de la démocratie en Syrie . Mais il y a plus qu’assez de combattants d’Al Quaïda et d’extrémistes de tous bords qui luttent contre le gouvernement. Le Département d’Etat des Etats-Unis a désignéd’emblée le Front Al Nusra et l’Etat islamique d’Irak et le Levant, combattant avec l’opposition, comme des organisations terroristes. Ce conflit interne, alimentée par les armes étrangères fournies à l’opposition, est l’un des plus sanglants dans le monde. 
                                                                             
                                                                            Des mercenaires des pays arabes combattent là-bas, et des centaines de militants en provenance des pays occidentaux et même de Russie, sont l’objet de notre profonde inquiétude. Ne pourraient-ils pas retourner dans nos pays avec l’expérience acquise en Syrie ? Après tout, après les combats en Libye, les extrémistes sont passés au Mali. Ceci nous menace tous. 
                                                                             
                                                                            Dès le début, la Russie a prôné un dialogue pacifique permettant aux Syriens d’élaborer un plan de compromis pour leur propre avenir. Nous ne protégeons pas le gouvernement syrien, mais le droit international. Nous devons utiliser le Conseil de sécurité des Nations Unies et croyons que la préservation de l’ordre public dans le monde complexe et turbulent d’aujourd’hui est l’une des rares façons d’empêcher les relations internationales de sombrer dans le chaos. La loi est toujours la loi, et nous devons la suivre que nous le voulions ou non. Selon le droit international actuel, la force n’est autorisé qu’en cas de légitime défense ou par la décision du Conseil de sécurité. Tout le reste est inacceptable en vertu de la Charte des Nations Unies et constituerait un acte d’agression. 
                                                                             
                                                                            Personne ne doute que le gaz toxique a été utilisé en Syrie. Mais il y a tout lieu de croire qu’il n’a pas été utilisé par l’armée syrienne, mais par les forces de l’opposition, afin de provoquer l’intervention de leurs puissants protecteurs étrangers, qui seraient du côté des fondamentalistes. Les rapports selon lesquels les militants (rebelles) prépareraient une nouvelle attaque - cette fois contre Israël - ne peuvent pas être ignorés. 
                                                                             
                                                                            Il est alarmant de constater que l’intervention militaire dans les conflits internes dans les pays étrangers est devenue monnaie courante aux États-Unis. Est-ce dans l’intérêt à long terme de l’Amérique ? J’en doute. Des millions de personnes dans le monde voient de plus en plus l’Amérique non pas comme un modèle de démocratie, mais comme s’appuyant uniquement sur la force brute, bricolant des coalitions réunies sous le slogan « vous êtes avec nous ou contre nous ». 
                                                                             
                                                                            Mais la force s’est révélée inefficace et inutile. L’Afghanistan est sous le choc, et personne ne peut dire ce qui se passera après que les forces internationales se seront retirées. La Libye est divisée en tribus et en clans. En Irak, la guerre civile se poursuit, avec des dizaines de morts chaque jour. Aux États-Unis, beaucoup de gens établissent une analogie entre l’Irak et la Syrie, et se demandent pourquoi leur gouvernement veut répéter les erreurs récentes. 
                                                                            Peu importe comment les frappes cibleront, ou les armes sophistiquées employées, les victimes civiles sont inévitables, y compris les personnes âgées et les enfants, que les frappes sont censées protéger. 
                                                                             
                                                                            Le monde réagit en demandant : si on ne peut pas compter sur le droit international, alors il faut trouver d’autres façons d’assurer sa sécurité. Ainsi, un nombre croissant de pays cherchent à acquérir des armes de destruction massive. Ce qui est logique : si vous avez la bombe, personne ne va vous toucher. Nous sommes partis de la nécessité de renforcer la non-prolifération, alors qu’en réalité cela s’érode. 
                                                                            Nous devons cesser d’utiliser le langage de la force et reprendre le chemin du règlement diplomatique et politique civilisé. 
                                                                             
                                                                            Une nouvelle possibilité d’éviter une action militaire a émergé dans les derniers jours. Les Etats-Unis, la Russie et tous les membres de la communauté internationale doivent tirer parti de la volonté du gouvernement syrien de mettre son arsenal chimique sous contrôle international pour destruction ultérieure. A en juger par les déclarations du président Obama , les Etats-Unis voient cela comme une alternative à l’action militaire. 
                                                                             
                                                                            Je me réjouis de l’intérêt du président à poursuivre le dialogue avec la Russie sur la Syrie. Nous devons travailler ensemble pour maintenir cet espoir vivant, comme convenu au Groupe des 8 réuni à Lough Erne en Irlande du Nord en Juin, et réorienter le débat vers les négociations. 
                                                                             
                                                                            Si nous pouvons éviter la force contre la Syrie, cela permettra d’améliorer l’atmosphère dans les affaires internationales et de renforcer la confiance mutuelle. Ce sera notre réussite commune et ouvrira la porte à la coopération sur d’autres questions cruciales. 
                                                                             
                                                                            Ma relation professionnelle et personnelle avec le président Obama est marquée par la confiance croissante. J’apprécie cela. J’ai étudié attentivement son discours à la nation mardi. Et je serais plutôt en désaccord avec ce qu’il a dit sur l’exceptionnalisme américain, affirmant que la politique des États-Unis est « ce qui rend l’Amérique différente. C’est ce qui nous rend exceptionnels ». Il est extrêmement dangereux d’encourager les gens à se considérer comme exceptionnels, quelle que soit la motivation. Il y a de grands pays et les petits pays, des riches et des pauvres, ceux qui ont de longues traditions démocratiques et ceux cherchent encore leur chemin vers la démocratie. Leurs politiques diffèrent, aussi. Nous sommes tous différents, mais quand nous demandons la bénédiction du Seigneur, nous ne devons pas oublier que Dieu nous a créés égaux. 
                                                                             
                                                                             
                                                                            Vladimir V. Poutine, président de la Fédération de Russie.
                                                                            Traduction assurée par le site Benoit&Moi que nous remercions : http://benoit-et-moi.fr/2013-III/actualites/la-lettre-de-poutine-aux-americains.html

                                                                            Vendredi 13 Septembre 2013

                                                                            • trevize trevize 23 juillet 2014 17:58

                                                                              T’es du genre monomaniaque, toi...


                                                                            • Montagnais Montagnais 22 juillet 2014 12:48

                                                                              « mes deux amours actuels sont Rosa Luxembourg et Ernest Mandel. »
                                                                              .
                                                                              Pas Hérault de Séchelles ? (sans qu’on songe à vous prêter ses chaleurs antiphysiques )
                                                                              .
                                                                              Pas Saint-Just ? ( sans pour autant vous prêter le même parrain )
                                                                              .
                                                                              Pas Maximilien ? (sans pourtant vous voir le visage rongé de petite vérole ..)
                                                                              .
                                                                              Pas Danton ? ( remarqué pour sa capacité à couvrir les taureaux .. )

                                                                              Pas Lucile ? ( dont les contes peuvent aisément rivaliser avec les vôtres ..)
                                                                              .
                                                                              Pas Marat ?

                                                                              Ne nous décevez pas Isga


                                                                              • Xenozoid 22 juillet 2014 12:58

                                                                                si tu aimes l’humour je te dédie cela,juste pour meubler,c’est une petite planche,ceux qui se rappellent de fluide glacial connaissent


                                                                                • Pyrathome Pyrathome 22 juillet 2014 13:48

                                                                                  Je résume l’article :

                                                                                  Vous êtes tous des cons,
                                                                                  allez tous vous faire enc..... !
                                                                                  Moi je suis le meilleur mais totalement incompris, monde cruel et crétin....bouh bouh !!  smiley 


                                                                                  • lsga lsga 22 juillet 2014 14:04

                                                                                    tu as lu l’article ? Tu sais, tu peux essayer de le contredire aussi... si tu y arrives...


                                                                                  • Xenozoid 22 juillet 2014 14:18

                                                                                    il y a quelque temps j’avais dis que isga et antigauchiste ëtaient les mêmes,je maintiens


                                                                                  • Pyrathome Pyrathome 22 juillet 2014 14:42

                                                                                    tu as lu l’article ?
                                                                                    .
                                                                                     Ben oui, j’ai perdu mon temps et c’est bien pour ça que je te résume le con densé....
                                                                                    Je sais, ton papa Jupiter a encore mal à la cuisse de t’avoir con-çu, je suis au courant, passe-lui mes amitiés.... smiley


                                                                                  • lsga lsga 22 juillet 2014 15:11

                                                                                    bin contredit ne serait-ce qu’une seule phrase de l’article alors...




                                                                                  • Xenozoid 22 juillet 2014 15:21

                                                                                    tu vois Isga, tu n’a de personalité et de pouvoire que ce que tu lui donne,a part ca tu ne fait que prendre tout le monde pour des cons, tu a besoin de nuances et de vécu,chose dont je suis certaint tu n’a pas,mais c’est mon opinion


                                                                                  • Mowgli 22 juillet 2014 14:37

                                                                                    Isga : « pour obtenir l’abolition de la propriété privée des moyens de production, il faut déjà demander cette abolition. »

                                                                                    Beaucoup plus simple : on abolit les moyens de production,
                                                                                    Plus de moyens de production, plus besoin d’ abolir !


                                                                                    • Xenozoid 22 juillet 2014 14:42

                                                                                      surtout que si ce n’est que pour produire des merdes obsolete après 3 ans,et les teles et les voitures et les armes et j’en passe, on est pas sorti du bac a sable,Isaga a quoi servira le transvasement du pouvoir si rien ne change ?


                                                                                      • Furax Furax 22 juillet 2014 15:56

                                                                                        @Je répète ma question smiley
                                                                                        « Et ton vote pour les « Verts » ?
                                                                                        Et Grozny ? »

                                                                                        « Je te croyais proche de Chavez...encore que, bon, non en fait, c’est plutôt Cécile Duflot !
                                                                                         )
                                                                                        (Note bien que tous ces « Verts de Gris » sont les plus va-t’en guerre de tout le cirque politique ; Irak,Libye, Ukraine etc.)
                                                                                         
                                                                                         »Comment ne peux-tu pas prendre parti contre la Russie : ne vois-tu la barbarie extrême avec laquelle ils écrasent le peuple Tchétchène ?
                                                                                        « 
                                                                                        Ils ont cogné sec, c’est sûr. mais j’ai vu récemment un documentaire sur Grozny, je n’en revenais pas. Oubliées les ruines. Ca ressemble plutôt à Dubai
                                                                                        http://2.bp.blogspot.com/-GSdQJWOOX...
                                                                                        Et un mal de chien à trouver un habitant qui exprime le moindre regret des »Islamistes« 
                                                                                        (un petit vieux bien logé dans un appartement neuf, avançait que, quand même, les russes avaient été durs !)
                                                                                         »


                                                                                        • Xenozoid 22 juillet 2014 16:25

                                                                                          j’oubliais, qui a dis le nationalisme ,l’idéalisme et la religion ont le même dieu ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

lsga

lsga
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès