Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La vraie démocratie, une idée qui pourrait réunir les français (à condition (...)

La vraie démocratie, une idée qui pourrait réunir les français (à condition qu’on leur explique)

« Les peuples une fois accoutumés à des maîtres ne sont plus en état de s’en passer. » Rousseau

 

  • L'élection donne le pouvoir à un petit nombre : elle est par définition oligarchique.
  • Les meilleurs (aristos) sont sensés être élus. L'élection est donc idéalement aristocratique
  • L'élection permet aux plus riches (0,01% de la population) d'acheter le pouvoir comme on achète une baguette de pain. Elle conduit donc à un régime ploutocratique.

Nos élus sont sponsorisés. L'intérêt général n'est pas défendu par les élus. Les élus défendent les intérêts de leurs sponsors.

A la Révolution l'élection a été voulue par les riches justement parce qu'elle n'est pas un processus démocratique, elle sert à empêcher les forces progressistes de prendre le pouvoir. Quand on sait que se sont des députés royalistes qui en 1875 ont voté pour l'instauration de la République, cela devrait nous inciter à réfléchir quant au but de cette "démocratie". La République, dira Lamartine, c'est "la forme la plus conservatrice de la société" ; elle seule est "de force à se mesurer avec le communisme et le socialisme armés". Pourquoi ? Parce que le système républicain suppose le suffrage universel et offre au "volcan populaire" une "voie d'évaporation". Il se dégage une majorité dont les décisions s'intitulent volonté nationale. Au 19ème siècle, les paysans culturellement conservateurs sont numériquement supérieurs au prolétariat des villes. La bourgeoisie royaliste au pouvoir, qui craignait le communisme comme la peste, donnent la République au "rouges" pour qu'elle les fasse taire. D'ennemis du roi, ils passent au rang d'ennemis du peuple (plutôt malin, non ?).

L'élection a un grave défaut : elle ne donne pas le pouvoir aux meilleurs mais à ceux qui le veulent et à ceux qui ont les moyens de se faire élire grâce au soutien des banques. Voter pour élire, ce n'est pas exercer un pouvoir, c'est abandonner son pouvoir de citoyen à une personne qui décidera tout à notre place, sans que nous ayons aucun moyen légal de contester son action.

 

ELECTION = OLIGARCHIE, ARISTOCRATIE, PLOUTOCRATIE = ATTENTION DANGER !

L'élection sans contrôle et sans garde fou est dangereuse. L'oligarchie n'est acceptable que si elle rend des comptes à un pouvoir démocratique qui lui est supérieur.

 

TIRAGE AU SORT = DEMOCRATIE

Le tirage au sort donne le pouvoir à l'ensemble des citoyens sans distinction. C'est le seul processus démocratique.

 

Objection : Le tirage au sort une idée loufoque, idéaliste et utopique.

Réponse : FAUX ! C'est exactement le contraire, c'est l'élection qui est utopique et le tirage au sort qui est réaliste. L'élection est un système qui repose sur la confiance. Le pouvoir corrompt. Les élus sont des professionnels de la politique et doivent leur élection à des puissances d'argent. Ils n'ont aucune obligation de tenir leurs promesses et la constitution ne nous offre aucun moyen légal de contester leurs actions.

Le tirage au sort -dans la démocratie athénienne- donnait peu de pouvoir, pour un temps court et jamais 2 fois de suite, à des citoyens qui rendaient des comptes pendant et après leur mandat. On avait donc un système basé sur la défiance. C'est moins noble comme sentiment mais, compte tenu de la nature humaine, c'est beaucoup plus réaliste.

 

Objection : Vous pourriez tirer au sort des extrémistes voire des fous.

Réponse  : Admettons que dans une assemblée citoyenne de 500 personnes, nous ayons 50 personnes (chiffre improbable volontairement élevé) radicales, extrémistes et dangereuses. 1) Il est peu probable que ces personnes s'entendent entre elles. 2) Elles ne représentent que 10% de l'assemblée. 3) Elles auraient peu de pouvoir et sur une durée limitée. 4) La constitution pourrait prévoir une procédure exceptionnelle de mise à l'écart (ce que la démocratie athénienne appelait ostracisme).

 

Objection : La politique est une affaire sérieuse et compliquée, vous allez tirer au sort des incompétents.

Réponse  : La compétence est importante, mais elle ne vaut que si la personne compétente défend l'intérêt général et une cause juste. Des députés qui défendent les intérêts des marchés financiers, des lobbys pétroliers, des milliardaires et des pollueurs n'ont aucun intérêt pour 99% de la population. Il n'y a pas de meilleur exemple pour illustrer ces propos que cette lamentable séance parlementaire du 4 décembre dernier.

Ce qui compte le plus c'est honnêteté.

Le jury populaire en cour d'assise est un très bon exemple pour illustrer comment pourrait fonctionner une démocratie. Vous avez des gens qui pour la plupart sont profanes en matière judiciaire et qui pourtant, après avoir assisté à tous les débats, avoir entendu toutes les parties, les avocats, les experts, ont acquis suffisamment d'expérience pour rendre un jugement en leur âme et conscience. Pourquoi ce qui est possible pour un jury d'assise ne le serait pas pour la politique ?

 

En 2015 est paru aux éditions du Seuil, un livre formidable de Jacques Testard "L'humanitude au pouvoir" dont voici le résumé :

Enfin une bonne nouvelle en politique : on peut se fier à la capacité des citoyens à raisonner et à décider dans l'intérêt public ! "Humanitude". C'est ainsi que l'auteur baptise l'étonnante capacité des simples citoyens à comprendre les enjeux, à réfléchir, à délibérer et à prendre des décisions au nom de l'intérêt commun de l'humanité. Cet état transitoire se manifeste chez les personnes invitées à constituer des jurys citoyens pour trouver une solution à un problème d'intérêt général. C'est là un phénomène bien établi par l'expérience répétée de tels jurys réunis à l'occasion de controverses sociotechniques. Jacques Testard propose d'exploiter cette capacité humaine en institutionnalisant un nouvel outil privilégié d'orientation et de gestion des sociétés : Les conventions de citoyens. L'auteur montre pourquoi et comment ce type de convention pourrait constituer une étape obligée dans l'élaboration des choix publics fondamentaux : l'examen critique des programmes électoraux, les controverses sur des sujets de société, les choix à portée anthropologiques tels ceux qui s'imposent à tous les humains pour les risques éthiques, écologiques et sanitaires liés aux innovations technologiques.

 

La constitution au cœur du problème.

L'impuissance des peuples est programmée dans la Constitution. Or dans tous les pays, les constitutions, censées protéger les citoyens des abus de pouvoir sont écrites par ceux-là même qui sont au pouvoir ! Il y a conflit d’intérêt : Ce ne sont pas a ceux qui sont au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir.

Etienne Chouard a très bien analysé ce problème "Les hommes de pouvoir sont très profondément illégitimes, par construction, par définition, pour toucher à la Constitution, ce texte leur est supérieur, ils devraient le craindre et surtout pas le maîtriser. Si les professionnels de la politique peuvent juridiquement rédiger et corriger « la constitution », c’est parce que ce texte supérieur qui devrait nous protéger, et qui prétend être une « constitution », n’est PAS une constitution digne de ce nom : c’est une anti-constitution, un leurre, une prison pour le peuple au lieu d’être une protection."

Pour une véritable démocratie exigeons une nouvelle constitution écrite par une assemblée constituante dont les membres tirés au sort seraient inéligibles à vie afin d’éviter tout conflit d’intérêt.

 

Une constitution digne de ce nom pourrait comporter :

  1. Le remplacement du Sénat par une Assemblée du Peuple tirée au sort qui aurait le pouvoir de voter, proposer et abroger des lois, censurer le gouvernement, demander la destitution du chef de l'Etat par référendum.

Un jour d'élection on pourrait imaginer qu'il y ait une deuxième urne dans la quelle des citoyens volontaires pourraient déposer leur nom pour un tirage au sort. Cela pourrait également concerner les élections locales ; un conseil municipal (pour les villes de plus de 5000 habitants) ou régional pourrait être composé de 50% de citoyens tirés au sort ou plus...

  1. L'Assemblée des Partis (l'équivalent de l'Assemblée Nationale) pourrait rédiger la loi, tandis que l'assemblée du peuple aurait pour principale mission de voter la loi.
  2. Seule l’Assemblée du Peuple peut demander une modification de la constitution. Toute modification doit être approuvée par référendum.
  3. La souveraineté nationale appartient au peuple français et non aux élus. Toute constitution européenne ne peut émaner que d’une assemblée populaire européenne tirée au sort.
  4. Le référendum d’initiative populaire pour voter une loi ou pour la refuser. Voir l'exemple de la Suisse.
  5. La reconnaissance du vote blanc et nul : si au deuxième tour d'une élection plus de 50% des bulletins de vote sont blancs ou nuls alors l'élection est annulée et les candidats présents ne peuvent plus se représenter.
  6. Interdiction aux banques de financer les partis politiques. A l'heure actuelle les banques prêtent de l'argent uniquement aux partis qui leur sont favorables ce qui est profondément antidémocratique. Le FN est même financé par les banques Russes. Cela signifie que si vous êtes riches vous aurez des représentants pour défendre vos intérêts, et que le peuple (99%), qui de toute manière, se fait berner par ses "représentants" n'a que ses yeux pour pleurer. Les partis politiques ne pourraient être financés que par la cotisation des adhérents. Lors d'une élection, les professions de foi des candidats ou des partis seraient sur un site internet gouvernemental et ne seraient plus distribuées dans les boîtes aux lettres. Le bulletin de vote pourrait être imprimé en ligne ou en mairie voire même écrit à la main dans l'isoloir.
  7.  Le non cumul des mandats ; un seul mandat non reconductible ; le contrôle et la reddition des comptes pour les élus et les tirés au sort pendant et après leur mandat, leur révocabilité.
  8. Le mandat impératif. Un élu ou un gouvernement devrait avoir l'obligation de mener une action qui soit conforme à ses engagements électoraux, et cela dans une durée définie. Ce mandat ne serait pas absolu afin de pouvoir conserver souplesse et liberté d'initiative. Dans sa profession de foi un candidat aurait l'obligation de donner un calendrier précis de ses actions. L'élu ou le gouvernement qui ne tiendrait pas ses engagements pourrait être soumis à un vote de censure. A l'heure actuelle, le mandat impératif est illégal, il s’oppose au mandat représentatif.
  9. Une réelle séparation des pouvoirs avec un pouvoir exécutif qui exécute et qui ne gouverne pas, qui ne soit pas maître de l’ordre du jour devant le Parlement.
  10. Une presse indépendante des pouvoirs économiques et politiques. Liberté d’expression pour toutes les opinions, droit au blasphème et interdiction faite aux grandes entreprises de détenir des médias, journaux et instituts de sondages.
  11. Interdiction de spéculer sur les matières premières ce qui provoque guerre et famine. Interdiction de spéculer sur la dette d'un état comme ce fut le cas pour la Grèce en 2008
  12. Seul l’Etat peut créer la monnaie. Interdiction à l’Etat d’emprunter auprès des banques privées. La Banque de France passerait sous le contrôle de l’Assemblée du Peuple qui déciderait des besoins en monnaie de l’Etat.

Ce dernier point est absolument capital : il n'y pas de démocratie sans contrôle de la monnaie par le peuple. J'aime à rappeler ces propos de Nathan Rothschild (1777-1836) : « Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation, et je me moque de qui fait ses lois »

 

La vraie démocratie s’attaque à la cause de tous les problèmes, parce qu'elle ne défend les intérêts de personne en particulier, donc de tous. (lien)

Elle permettrait qu’enfin l’intérêt général soit défendu et plus les intérêts de quelques-uns. Cette proposition politique hors parti permettrait aux français de se réapproprier le débat politique qui a été laissé à un petit nombre, de passer du statut d'électeur passif et démotivé à celui de citoyen actif.

La seule possibilité de changement c’est de sortir d’un cadre institutionnel qui organise l’impuissance du peuple.

Ce message contredit des évidences ancrées en nous par toute notre éducation (mythe de l’élection, oubli du tirage au sort, sens du mot démocratie) et sera donc rejeté par certains par simple réflexe, mais il fait appel à l’intelligence de chacun pour comprendre sa logique.

 

Liens :

http://www.le-message.org

http://lavraiedemocratie.fr

Etienne Chouard (voir les vidéos sur You tube et son blog : http://etienne.chouard.free.fr

Jacques Testart : L'humanitude au pouvoir Comment les citoyens peuvent décider du bien commun, Edition du Seuil. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • beo111 beo111 11 février 11:08

    La phrase de Rousseau en entrée montre bien que c’est mal barré  smiley


    Reste que comme il est précisé dans l’article, ce n’est pas aux hommes de pouvoir d’écrire les règles de pouvoir, et qu’une mobilisation citoyenne peut interrompre un congrès de Versailles, lorsque les politiciens professionnels vont vouloir changer une fois de plus la constitution.

    D’ailleurs, je pense qu’il faut faire grève ce jour là, car si les députés et sénateurs font ce qu’ils ne doivent surtout pas faire, c’est-à-dire changer les règles auxquelles ils doivent être soumis, eh bien qu’ils fassent mon taf à ma place pendant qu’ils y sont.

    • foufouille foufouille 11 février 11:34

      cinquante pour cent est pas mal comme idée. mais toutes les classes sociales doivent être représentées. il faut aussi que les pétitions soient utilisables.


      • jpm jpm 11 février 13:10

        Merci pour cet article très clair et très complet sur ce que devrait être une vraie démocratie. Il est clair que le tirage au sort est une solution contre la ploutocratie qui nous gouverne. J´aime beaucoup l´idée de remplacer le sénat par une assemblée de citoyens tirés au sort. Ainsi chaque classe sociale pourra être représentée car le Hazard ne fait pas de politique ni de discrimination.

        Ce genre d´idée reste malgré tout difficile à faire passer dans le grand public... car notre chère classe dirigeante qui manipulent si bien nos chers élus va tout faire pour discréditer ces propositions de bon sens grâce à l´ensemble des media qui sont déjà à leur botte.


        • cleroterion cleroterion 11 février 19:13

          @jpm
          Je pense qu’il faut marteler sans relâche ce genre de message sur les réseaux sociaux. Faire de la propagande auprès des associations, des parties de gauches, des lycéens etc. Et surtout, le jour des élections ne pas s’abstenir bêtement mais déposer dans l’urne un message revendiquant la démocratie.


        • gogoRat gogoRat 11 février 19:45

          ATTENTION , DANGER !! ... de simplisme

          • ’Pour une véritable démocratie exigeons une nouvelle constitution écrite par une assemblée constituante dont les membres tirés au sort seraient inéligibles à vie afin d’éviter tout conflit d’intérêt.
            Une constitution digne de ce nom pourrait comporter :
            Le remplacement du Sénat par une Assemblée du Peuple tirée au sort qui aurait le pouvoir de voter, proposer et abroger des lois, [..]’

                
          Mille fois NON !!
           à moins que la constituante ne regroupe toutes les citoyennes et tous les citoyens,
           ou, infiniment moins réaliste, que la constitution ne soit ainsi réécrite par tirages au sort ... toutes les 10 secondes ( pour que l’effet statistiquement potentiellement démocratiques ait quelque chance de pouvoir se manifester !)
           
           Ainsi, le fait que le grand public refuse cette fausse bonne idée, plaide justement en faveur de l’intuition que la vraie démocratie, donnant un égal pouvoir à chaque citoyen (une égale dignité ! ), reste un espoir de bon sens !

        • jpm jpm 12 février 09:26

          @gogoRat

          le grand public refuse ce que vous qualifiez de « fausse bonne idée », car il ne la connait tout simplement pas. Donner un egal pouvoir a chaque citoyen est probablement un voeu pieux... mais tout le monde n´a pas le temps de se consacrer a la gestion de la communaute... et ce n´est pas plus mal que nous soyons representes pour cela. Le probleme, c´est comment choisir ces fameux representants... et comment eviter qu´ils ne deviennent des professionnels de la politique. Le tirage au sort me semble une tres bonne technique... tout comme on tire au sort les jures de court d´assises, pour eviter que ce soit des professionnels de la justice qui decident tout.


        • colere48 colere48 11 février 14:28

          La loterie nationale, c’est donc démocratique, non ?


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 février 16:04

            Quand en 2003 j’avais redéfini ce qu’est la « démocratie », dans le recueil de la Vérité historique intitulé «  » SYNTHÈSE DES EVÈNEMENTS HISTORIQUES«  »,  en disant que celle-ci doit être « l’obéissance aux lois justes et non aux hommes politiques », la France (politique, scientifique, médias et autres) avait décidé de dissimuler mes écrits et de ne jamais les rendre publics. 


            J’avais alors averti des conséquences et aujourd’hui seuls les gens avertis savent ce qu’auraient pu devenir la France si elle n’avait pas montré tout son mépris et tout son égoïsme raciste ! 

            Aujourd’hui je vous le dis : Désespérez de l’avenir de la France car je sais qu’elle irrémédiablement déchue... Ce que vous vous rappelez longtemps et que je vous rappellerais aussi longtemps que fonctionnera le monde du Web ! 

            Le mot « démocratie », qui ne contient en vérité qu’un monstrueux « leurre démocratique » est enrobé de toute la merde puante et au nom duquel meurent sans cesse des millions d’individus tout en renforçant le pouvoir de la racaille des milliardaires malades et inguérissables, est classé le mot le plus bâtard de l’Univers ! 

            La Grèce du bla bla philosophique (qui avait malmené et déformé cette science pendant des dizaines de siècles pour finalement passer la main à la France particulièrement la plus malade et la plus atteinte de l’Hellénisme et en général à l’Occident qui impose ce fléau au monde entier), ne se relèvera jamais ! 

            La solution humaine est donnée dans mon article : «  » DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS HUMAINS«  » ICI : (Ne faites pas attentions aux commentaires qui dénignent et qui montrent tout le mépris sous couvert de l’anonymat et des sobriquets) ! 


            Vous pouvez ramasser toute l’intelligence occidentale et interroger tous les intellectuels occidentaux et même si vous le préférez interroger le Ciel : IL N Y A PAS UNE AUTRE SOLUTION !
            Vous pouvez ignorez ce commentaire et ne répondre que lorsque la France ira mieux c’est-à-dire lorsque les poules auront des défenses d’éléphants !!!

            En attendant, vous irez bien piocher ici pour renforcer votre conviction... https://www.facebook.com/M.A.Madjour/notes

            • gogoRat gogoRat 11 février 19:11

              ATTENTION ! : l’enfer est pavé de bonnes intentions
                
               Ok pour pour que chacun témoigne de sa vision de La-Vraie-Démocratie ...
               mais attention toutefois à ne pas catéchiser des idées faussées, des déclarations à l’emporte-pièce, sans nuances ; sans ouverture à l’intelligence collective.
               Sinon le ’remède’ devient pire que le mal : en confortant, cette fois avec des témoignages factuels, les mauvaises opinions sur ce que peut véhiculer le mot ’démocratie’.
                
               Idées fausses :
               -le vote serait nécessairement oligarchique, voire anti-démocratique ;
               - l’élection serait toujours oligarchique et aristocratique, conduisant nécessairement à des régimes ploutocratiques.
               ( Jusqu’à se désoler que ’L’élection a un grave défaut : elle ne donne pas le pouvoir aux meilleurs [...]’  !!! 
               - étymologie de aristocratie : aristos = meilleur , excellent / kratos = pouvoir, autorité )

               -le tirage au sort serait nécessairement démocratique

               ( Penser à la loi du jury de Condorcet
               Considérer que, si le tirage au sort peut permettre , mathématiquement,des principes démocratique, d’une part ,il est nécessaire de s’inquiéter des ressorts mathématiques impliqués ; et d’autre part ne pas perdre de vue que l’objectif démocratique participe bie plus d’une recherche d’équilibre, de dosages, que d’une équation à résoudre une bonne fois pou toutes par un procédé miracle ou expert ...)

               
               Même l’argument qui partait bien, se perd en route :
              « Voter pour élire, ce n’est pas exercer un pouvoir, c’est abandonner son pouvoir de citoyen
              à une personne qui décidera tout à notre place, sans que nous ayons aucun moyen légal de contester son action. »

               => Y aurait-il une fatalité à ce que la technique du scrutin ne puisse servir qu’à désigner un ou des ’délégués’ omnipotents ? (fusse seulement le temps limité d’un mandat)
               Dans ce cas , qui ressemble effectivement à ce que nous subissons en France, non seulement les votants n’ont ’aucun moyen légal de contester’, mais, bien pire, ils ont cautionné et revendiqué un devoir de se conformer aux caprices des ’incarnés’ qu’ils prétendent désigner.
               
               Une autre façon d’utiliser le scrutin , qui n’est pourtant pas incompatible avec notre actuelle constitution  ! :
              ’Le Président de la République [...] assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État’.


              • cleroterion cleroterion 11 février 21:29

                @gogoRat
                Ce n’est pas le vote qui est oligarchique, c’est l’élection. Ce n’est pas un jugement de valeur, c’est une vérité indiscutable ; de même que tirage au sort au sort est le seul processus démocratique.

                N’oubliez pas que le mot démocratie a changé de sens au cours du 19 eme siècle pour désigner exactement son contraire.
                L’élection peut avoir des vertus. Si par exemple vous voulez désigner le président d’ un club d’échec il vaut sans doute mieux qu’il soit élu que tiré au sort. L’élection c’est excellent pour désigner un serviteur disponible, compétent et dévoué. Mais plus les enjeux de pouvoir sont importants (maire de grande ville, députés, député européen), plus l’élection pose problème avec des risques de clientélisme de corruption et d’abus de pouvoir.
                Pour répondre à votre 2eme objection, je pense, qu’à l’heure actuelle, voter pour élire ce n’est pas exercer un pouvoir mais donner un pouvoir à une personne qu’on ne contrôle pas. C’est donc de facto un abandon de pouvoir. C’est pour cela qu’il faut placer les élus sous le contrôle citoyen. Le pouvoir démocratique doit être au dessus et non en dessous du pouvoir des élus.


              • gogoRat gogoRat 12 février 00:17

                @cleroterion

                 Pour éviter de répondre à une pétition de principe par une autre, je me contenterai d’évoquer une possibilité d’élection (et pas seulement de vote) qui puisse échapper à cette fatalité supposée de caractère oligarchique :
                 rien n’empêche d’envisager des élections d’individus mandatés pour assurer des rôles d’arbitrage et/ou de contrôle, plutôt que de ’représentants’ et/ou de guides, prétendant incarner leurs électeurs !
                 
                 L’abandon de pouvoir auquel nous convient celles et ceux qui détournent le sens des mots utilisés pour désigner des consensus réels est l’objectif d’un abus qu’un peuple attentif et rigoureux dans ses analyses devrait savoir déjouer.

                 ( Rappel : Notre actuelle constitution dit que le rôle de notre Président de la République est d’arbitrer.
                 Même pas besoin de révolutionner à tout va : commencer par savoir lire devrait pouvoir être fort intéressant en ce sens.
                )


              • lsga lsga 11 février 21:25

                Mettre les mots « vrais démocratie » et « français » côte à côte est en soit antinomique.
                Une vraie démocratie ne peut-être que mondiale.
                Une démocratie nationale est forcément une fausse démocratie, au service des intérêts de la nation, et non pas au service des intérêts du peuple.


                • cleroterion cleroterion 11 février 22:25

                  @lsga
                  Une démocratie mondiale est souhaitable mais cela me parait un peu prématuré. Il y’a des expériences de démocratie locale en France ou en Espagne qui marchent bien, ils ne demandent qu’ à être étendus à une plus grande échelle.

                  Je ne suis pas d’accord avec vous quand vous dites que les intérêts du peuple seraient sacrifiés à ceux de la nation. Je pense même que c’est le contraire. En démocratie, tout ne serait pas une question de gestion efficiente. La politique (au sens grec du terme) imposerait des controverses, des remises en question, des surprises, incompatibles avec les intérêts de la nation tels que définis aujourd’hui, mais indispensable pour construire une société solidaire et authentiquement responsable.

                • lsga lsga 12 février 00:09

                  @cleroterion
                  la démocratie communale sera en effet l’unité fondamentale de la démocratie mondiale.
                  On peut parler de « vraie démocratie parisienne », ou de « vrai démocratie marseillaise ».
                  Mais « démocratie française » : c’est une oxymore.
                  La Nation est l’anti-thèse de la démocratie.


                • jpm jpm 12 février 09:31

                  @lsga

                  mais pourquoi ne pourrait on pas considerer les nations comme des grosses communes... et sinon pourquoi choisir la commune et pas le quartier.

                  La democratie peut s´exercer (ou pas) a n´importe quel niveau. Je ne vois pas en quoi la commune, la nation ou la planete devrait etre l´unitie fondamentale.

                  Ce qui compte c´est qu´un peuple souverain se dote des moyens de se gerer... democratiquement en permettant a chaque compensante de la population de donner son avis et de faire respecter ses droits. Vaste programme.... En tout cas, j´aime beaucoup l´idee du tirage au sort... qui permet de lutter contre les effets pervers de l´election.


                • Jao Aliber 12 février 19:26

                  Une société qui meurt produit toujours les conditions matérielles de la société qui le remplacera.

                  Il suffit d’observer une grande entreprise du CAC 40. On a l’Assemblée générale qui vote les lois, contrôle le Conseil d’Administration(pouvoir exécutif) de l’entreprise.Ensuite, on a le Conseil de Surveillance.Mais on remarque que le dernier mot revient toujours à l’Assemblée générale représentant le pouvoir des actionnaires.

                  Avec la nationalisation des entreprises, touts les salariés deviennent actionnaires de touts les entreprises.L’assemblée nationale représentera le véritable pouvoir.Il contrôlera le gouvernement, etc.

                  L’assemblée nationale actuelle est faible, dans la révolution à venir, il sera le représentant du pouvoir suprême qui contrôlera le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire.

                  Ensuite les députés qui représenteront les salariés, seront révocables à tout instant par ceux qui les a élus.

                  Bref, la classe salarié contrôlera toute la vie politique de la nation, à travers le parlement et le sénat.



                  • Zolko Zolko 14 février 23:03

                    Bien entendu je suis d’accord sur le principe du tirage au sort, mais la rengaine sur la democratie réelle, ça me gonfle. Pour faire simple : j’encule la democratie, on met cette etiquette sur tout et n’importe quoi - devinez ce que signifiait RDA - alors par pitié, parlez du tirage au sort mais sans invoquer le Dieu « Democratie »


                    • cleroterion cleroterion 15 février 19:15

                      @Zolko
                      Je ne fais qu’appeler les choses par leur nom. La démocratie a été inventée par les athéniens et fonctionnait principalement par le tirage au sort. Ce n’est donc pas une étiquette mise sur n’importe quoi contrairement à la RDA.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès