Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Le berger qui criait « Au loup »

Le berger qui criait « Au loup »

Dans ma jeunesse, l’instituteur affichait, au-dessus du tableau noir, une petite phrase de morale. Dans la journée, nous avions le développement de l’énigme.

Je me souviens de l’une d’entre elles : Personne ne croit un menteur, même quand il dit la vérité. C’est l’histoire du jeune berger,qui illustrait cette morale. Mais notre société a changé. 

Le mensonge devient un élément de langage en politique. Dilué dans un discours, il abreuvera pourtant notre esprit, comme le filet d’eau qui échappe au torrent des intentions sincères. Mentir est un art que maitrise parfaitement le politicien. 
 
Mentir par omission demeure plus subtil. Une faille dans le barrage de la démocratie ne sera décelée qu’au moment de la catastrophe. Emporté par la vague des « je ne savais pas », combien de cadavres flotteront jusqu’à la mer de l’amer indifférence. Détourner un sac de terre de chez Molex, pour colmater Moulinex, ne suffira pas pour arrêter le moulin à vendre du vent.
 
Plus pernicieux, entasser les mensonges. Un gros mensonge lèvera les trompettes des hérauts de la juste parole. Mais l’accumulation de petits mensonges, dressera un obstacle pour contempler l’azur de la vérité.
 
Sur ce site, Imhotep pour lui rendre hommage, dénonce avec forces preuves, les turpitudes de nos zélés zélus. Trop c’est trop, les magouilles sont comme la pluie qui mouille le breton. Une habitude ! Les affaires vont ruisseler jusqu’aux gargouilles de notre lassitude. Evitons simplement de passer sous le flot qui douche nos espoirs d’un monde plus propre.
 
Le bébé cadum de l’Elysée, peut adorer Monsieur Hallyday. Mais nous savons (sans mousse) reprendre ses paroles : Noir, c’est noir. Il n’y a plus d’espoir…
 
Le mensonge : Un mal qui répand la terreur, Mal que le Ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre, La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom) Capable d'enrichir en un jour l'Achéron, Faisait aux animaux la guerre
 
Cette pandémie, même les vaccins de Mme Bachelot, ne peuvent l’enrayer. L’encéphalopathie mensongère est à notre porte. Humainement, on ne peut pas abattre le troupeau. Mais vu l’âge des porteurs contaminés, une quarantaine de quarante ans, serait salutaire.
 
Des voix discordantes tentent d’emboucher les trompettes pour lézarder ce mur lamentable. Mais comme pour le naufrage du Titanic, le bruit de la vapeur purgée des chaudières et de l’orchestre, nous empêchent de nous entendre et de nous unir.
 
La France, fleuron de la démocratie, sombrera-t-elle comme le fleuron des paquebots transatlantiques, en heurtant l’iceberg du mensonge ? 
 
  
Illustration : http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2009/06/07/200906070683_w350.jpg


Sur le même thème

Les éleveurs dans le piège à loup
Entre émotions et exceptions: Retours sur le Festival Musical de Namur 2014
Monsieur Hulot et le grand mensonge de la transition énergétique
Marcel Proust et les eaux printanières
Professionnel de la désinformation


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires