• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le combat d’Abdelkrim est toujours actuel

Le combat d’Abdelkrim est toujours actuel

Ce texte a été écrit en 2010. Bien qu'il fasse appel à l'histoire, il reste d'une actualité brûlante.

En 2011 dans le cadre des soulèvements populaires qui ont secoué tout le Maroc et le monde arabe et surtout depuis la mort tragique de Mohcine Fikri en octobre 2016, les portraits d'Abdelkrim étaient omniprésents dans toutes les manifestations. « Le sang d'Abdelkrim coule dans nos veines » disait un manifestant à Emzouren (1). A vrai dire le Rif, cette région du Maroc coincée entre la Méditerranée et les montagnes sauvages, s'est toujours rebellé contre les injustices et l'arbitraire des pouvoirs en place. Il faut invoquer le passé pour mieux comprendre aujourd'hui la souffrance et les revendications de la population du Rif. Comme disait Marx, « la tradition de toutes les générations mortes pèse comme un cauchemar sur le cerveau des vivants. (…) La résurrection des morts servit par conséquent à magnifier les nouvelles luttes, non à parodier les anciennes ... » (2). Mais Abdelkrim reste largement méconnu ici en Europe. C'est « le grand oublié de l'histoire ».

--------------------

(1) http://bit.ly/2rmsO7n

(2) K. Marx « Le dix-huit brumaire de Louis Bonaparte »,Editions Sociales pages 70, 71.

 

 

 

Abdelkrim, le grand oublié de l'histoire

 

 

Abdelkrim, cet homme qui a tant aimé les montagnes et les vallées du Rif et de tout le Maroc, lui qui s'est dressé courageusement contre le joug colonial, n'a toujours pas sa tombe dans son propre pays près d'un demi siècle après sa mort.

Aujourd'hui encore et malgré une farouche volonté du pouvoir politique pour occulter le passé, son souvenir reste gravé dans la mémoire populaire et enfoui dans le cœur du peuple marocain.

Cet homme, dont la simplicité et la modestie impressionnaient toutes celles et ceux qui l'ont connu, a pu tenir tête, dans une véritable guerre de libération, à l'Espagne et à la France. Ce précurseur et grand oublié de l'histoire, qui est-il ?

 

Abdelkrim avec quelques milliers de combattants divisés en groupes très mobiles et une maîtrise parfaite du terrain, a infligé une humiliante défaite au général espagnol Silvestre pourtant à la tête d'une armée autrement plus puissante. C'était en juillet 1921 à Anoual dans le Rif marocain. La résistance l'a emporté sur l'envahisseur. De ce point de vue, on peut dire qu'Abdelkrim était le précurseur de la guérilla moderne. Plus tard, Hô Chi Minh puis Mao le citeront en exemple.

 

Abdelkrim devient avec cette victoire le symbole de la lutte anticoloniale et donne en même temps l'espoir aux peuples qui luttent pour leur libération.

La défaite espagnole a permis au général Miguel Primo de Rivera de s'emparer du pouvoir par un coup d'État. C'était le 13 septembre 1923. Il faut préciser également que c'est durant la guerre du Rif que s'est illustré par sa cruauté un certain Francisco Franco ce qui lui a valu d'être promu général !

 

Mais Abdelkrim veut libérer tout le Maroc. Il concentre ses troupes sur la ville de Fès occupée par la France comme l'essentiel du territoire marocain. Le maréchal Lyautey, jugé hésitant face aux avancées du guérillero du Rif par le gouvernement de Paul Painlevé, est remplacé par un autre maréchal, Philippe Pétain. C'était en juillet 1925.

Abdelkrim était là encore l'un des premiers à avoir combattu le fascisme européen que représentaient Miguel Primo de Rivera, Francisco Franco et Philippe Pétain sur le sol de ce Rif où il aurait tant aimé se reposer définitivement.

 

A cette époque Abdelkrim était seul à combattre ces hommes qui seront responsables plus tard de la guerre civile(Espagne) et de la collaboration avec les nazis( France) dans leur propre pays.

 

La république du Rif était une autre création de cet homme tant méprisé par les colonialistes, impérialistes et autres fascistes. Après la victoire d'Anoual, Abdelkrim proclama la république dans un pays où les rois se succédaient les uns après les autres et ce depuis des siècles. Abdelkrim fut le premier président du Maroc moderne !

 

Le triomphe d'Abdelkrim fut aussi éphémère que sa république. Malgré un vaste mouvement de solidarité de la classe ouvrière européenne notamment française, Abdelkrim était seul avec ses combattants ; seul avec ses idées qui n'étaient pas vraiment dans l'air du temps : se battre contre le colonialisme, l'impérialisme, la domination, l'exploitation etc. etc. Il rêvait d'un Maroc, d'une Algérie, d'une Tunisie et de tout le Monde arabe totalement libérés et modernisés. Il faisait exploser dans cette région du monde des projets et des idées, pour l'époque, révolutionnaires.

Contre ce rêve, ces projets et ces idées, il avait face à lui deux États dont la France, une véritable puissance coloniale, trois généraux fascistes et non des moindres, le Makhzen et même les nationalistes bourgeois marocains.

Ses compagnons, des hommes rudes et austères habitués à la vie dure de cette région du Maroc coincée entre la méditerranée et des montagnes sauvages, étaient traités par Paul Painlevé de barbares et de bien d'autres adjectifs encore "..Ces barbares ! Ces populations obscures...qui diffèrent de nous, par la couleur de la peau et qui, ayant "tout à apprendre de l´Europe" n´en menacent pas moins la civilisation européenne".

« Ces barbares », avec des rêves dans la tête et les armes à la main menaçaient donc « la civilisation européenne ». Il faut les écraser.

Le maréchal Pétain et le dictateur Miguel Primo de Rivera ont scellé un accord en vertu duquel les deux armées, française et espagnole, doivent s'unir contre le rebelle rifain.

Abdelkrim, malgré le courage de ses combattants, ne pouvait affronter seul deux Etats en même temps. Il décida donc de se rendre à la France. C'était en mai 1926.

 

L'envahisseur l'a emporté sur la résistance ! La force brutale des armes a écrasé les idées de libération, de modernité et de prospérité que portaient Abdelkrim et ses compagnons.

Abdelkrim fut déporté à La Réunion. C'était un départ sans retour !

 

Cet exil définitif, n'a pas empêché les deux armées coalisées de se venger des populations civiles. Des armes chimiques, interdites par les conventions internationales, ont été utilisées notamment le gaz moutarde(l'ypérite). Les douars, les villages,et les souks du Rif ont été aspergés de ce gaz toxique. Des dizaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants sont morts dans des conditions atroces. Pourtant, la protection des civils était l'une des conditions de la reddition d'Abdekrim. Sa demande n'a pas été respectée. Mais comment aurait-elle pu l'être ? Les vainqueurs imposent toujours leur volonté aux vaincus. Cela rappelle étrangement, mais dans des condition très différentes, le comportement de l'armée israélienne et des phalangistes libanaises lorsqu'elles se sont vengées sur les réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila après le départ d'Arafat de Beyrouth vers Tunis. C'était en septembre 1982.

On peut légitimement s'interroger sur ce culte, poussé parfois jusqu'au fétichisme, qu'a le colonisateur ou l'occupant pour la mort et la souffrance des populations civiles.

 

Abdelkrim et sa famille passeront de longues et pénibles années d'isolement et de réclusion sur l'île de La Réunion. C'est au cours de son transfert vers la France et durant l'escale de Port-Saïd qu'Abdelkrim a « réussi à s'évader » avec l'aide de quelques nationalistes marocains, algériens et tunisiens. C'était en mai 1947.

Il s'est installé au Caire où il a repris son combat anticolonial et fondé le"Comité de libération du Maghreb arabe".

 

Fidèle à ses principes de résistant et à la mémoire de ses combattants tombés les armes à la main, Abdelkrim refusait de remettre ses pieds sur le sol marocain tant que le dernier soldat étranger n'aurait pas quitté le Maghreb.

 

« Je suis venu trop tôt » disait-il juste avant sa mort (2). Trop tôt pour que les idéaux, pour lesquels il a sacrifié sa vie et sa liberté, triomphent. Cétait un précurseur, un avant-gardiste et un internationaliste qui exigeait, pour son époque, presque l'impossible.

 

Abdelkrim s'est éteint au Caire le 6 février 1963 loin de son Ajdir natal.

 

Le visiteur étranger sera frappé par l'état de pauvreté dans lequel vivent aujourd'hui les habitants du Rif. Le combat de leurs ancêtres était aussi contre cette misère et pour un Maroc prospère, mais ils étaient écrasés par des ennemis beaucoup plus puissants. En partie, la France et l'Espagne coloniales sont responsables de cette situation. Mais le même visiteur remarquera également que dans beaucoup de foyers notamment les plus modestes, le portrait d'Abdelkrim est toujours accroché au mur comme pour se rappeler que son combat est toujours actuel.

 

Mohamed Belaali

 

 

--------------------------------------------------------

(1) Germain Ayache, cité par Chems Eddine Chitour in « L´épopée de l´Emir Abdelkrim El Khattabi » http://www.alterinfo.net/L%C2%B4epopee-de-l%C2%B4Emir-Abdelkrim-El-Khattabi_a20679.html

(2) http://www.humanite.fr/2004-05-22_Medias_1919-1926-la-guerre-du-Rif

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • monsegu monsegu 17 juin 16:22

    Merci de m’avoir rappelé cette guerre du Rif où mon père a combattu dans le contingent français ; sans qu’il comprenne bien les raisons du soulèvement et surtout le contexte historique que tu as retracé ici. Pour ma part, j’ignorais qu’Abdelkrim avait vécu jusqu’en 1963.


    • titi 17 juin 19:30

      @L’auteur

      Je relève juste ceci

      « En partie, la France et l’Espagne coloniales sont responsables de cette situation »

      Colonisation du Maroc par la France : 1905 - 1956 soit 51 ans
      Maroc indépendant : 1956-2017 soit 61 ans

      Si en 61 ans les marocains ont pas réussi à s’en sortir faudrait peut être aller chercher les responsabilité chez les marocains.
      Et plutôt que dans ses dirigeants, plutôt dans l’archaïsme d’une partie de sa population, les freins religieux, les tribus, la corruption.

      Et je rappelle une date : 1936 fermeture du marché aux esclaves de Rabat.


      • baleti baleti 18 juin 04:09

        @titi


        Tu compare un verre a moitié vide, avec un verre a moitié plein.

        En 1901, au congres des évêques de France a Macon, ordre du jour, « est se que l’on doit considérer la femme comme un humain ». Tous le monde a ses casseroles.
        C’est trop dure d’avoué que le colonisateur, encore de nos jours, soutien des dictateurs,pour mieux contrôler ou piller ses pays.

      • popov 18 juin 10:10

        @baleti


        En Arabie Saoudite, par contre, la femme vient d’être reconnue comme un mammifère. C’est un progrès car avant elle faisait partie du mobilier. 

        Les « savants islamiques », constatant que la femme peut mettre des enfants au monde et le allaiter, qu’elle possède des os ont donc décidé de la promouvoir au rang de mammifère.

        Dorénavant, quand une femme sera maltraitée, je suppose qu’elle pourra se plaindre à la société protectrice des animaux. Et si elle tombe malade, son mari devra lui payer les frais de vétérinaire comme à n’importe laquelle de ses chamelles.

      • baleti baleti 18 juin 21:29

        @popov


        Le prophete mohamed a dit
        «  »le meilleur d’entre vous ’les homme) est celui qui se comporte bien avec les femmes)

        L’islam c’est comme la démocratie, des gens s"en servent pour des intérêts qui te dépasse.

      • popov 19 juin 10:05

        @baleti

        Bien se comporter avec les femmes, c’est se comporter comme Mahomet ?


      • baleti baleti 20 juin 03:10

        @popov


        Justement, bien se comporter, en général, a plusieurs définition.

        Avoir des maitresses, n’a rien de choquant dans nos société moderne, c’est meme un signe de réussite, mais avoir le courage de les épouser, le devient .
        L’hypocrisie, caractérise une philosophie de vie, qui n’est qu’un moyen de paraitre,
        Le cochon qui patauge dans sa merde, pouvons nous croire qu’il s’y plait ?????????

      • titi 30 juin 18:53
        @baleti

        Justement c’est un de mes crédos : ce qu’on reproche souvent au colonisateur, est à rapprocher de ce qui était pratiqué par le colonisateur chez lui.

        Les pratiques des guerres coloniales étaient elles pire que les pratiques des guerres en Europe ?
        Les enfumades en Algérie sont elles plus graves que les enfumades du Comté de Bourgogne ?

        ceci étant dit ?
        Où en est le Maroc après 61 ans d’indépendance ? l’école ? la sécu ?

        Parlez nous des « petites bonnes » ? En 2017... je ne vous parle pas de 1901.

        Des immeubles interdits aux noirs à Casa ? En 2017... je ne vous parle pas de 1901.
        Des règles de succession où un fils = 2 filles ? En 2017... je ne vous parle pas de 1901.
        etc...

      • Jao Aliber 18 juin 00:51

        Ce qui révolte c’est que la population du Rif soit entraîné aujourd’hui par des gens qui se disent un mouvement de lutte contre la misère et des « laissés pour compte » ! Si seulement les Rifains savaient !


        La bourgeoisie locale utilise la misère des gens pour parvenir à leur fin.Ce qui secoue Al Hoceima, c’est ce qui a secoué la Guyane française(printemps 2017).

        On ne pourra jamais combattre la bourgeoisie marocaine par des manifestations, des jets de pierre, etc. mais par l’union.Non pas l’union des chômeurs et précaires rifains mais de tout le Maroc.

        Et cette union nécessite un travail très patient d’éducation de la population chômeuse en sciences sociales révolutionnaires, émancipatrices par un parti politique.

        Le Makhzen n’est pas le problème aujourd’hui.Son tour viendra mais avant il faut lutter contre une ennemie mille fois plus puissante : la misère de l’ignorance.

        • baleti baleti 18 juin 04:02

          @Jao Aliber


          la misère de l’ignorance.

          Le marocain doit déjà comprendre, qu’embrasser la main du roi et du bourgeois, n’est pas un signe de respect, mais un acte de soumission.

          Le premier ennemie du marocain, est un marocain. Le système de délation, mis en place par le roi, est le moyen le plus efficace, d’étouffer les mouvement de contestation, avant même qu’elle ai pus s’organiser.

          A l’auteur

          Article très intéressant, un très bon rappelle, de ses hommes qui avais une haute opinion de la justice.



        • baleti baleti 18 juin 04:35

          L’histoire de la ville de Salé, nous démontre le hold up historique des autorité dominante.



          Les marocains, les maghrébin en général, doivent connaitre leur histoire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès