• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le danger de l’extrême droite (1) : arborer des signes distinctifs à (...)

Le danger de l’extrême droite (1) : arborer des signes distinctifs à l’école

Dans l'affaire du décès du jeune Clément Méric, une chose a été remarquée : l'endroit où il a été sauvagement battu. Au 60 rue Caumartin, où se passait une vente de polos de marque Fred Perry, qui n'ont qu'un seul tort : d'être devenus les uniformes respectables de néo-nazis, qui ainsi déguisés, passent plus inaperçus qu'à se balader en uniforme SS, qui est pourtant plus représentatif de leurs idées, mais moins facile à porter dans la rue semble-t-il. Evidemment, ce n'est pas une loi universelle : plein de jeunes les portent, ces Fred Perry, qui ne sont pas pour autant néo-nazis, comme plein de jeunes s'habillent en Hugo Boss en ignorant totalement ce qu'il a pu dessiner jadis comme vêtements. Etranges déguisements, donc, qu'il convient de décrypter. L'école est le lieu même de ses confrontations vestimentaires, on le sait depuis longtemps ; même qu'un écrivain avait jadis écrit avec deux collègues un livre plutôt léger sur la question. C'était au temps où ce dernier avait des cheveux et des idées, avant même de se transformer en gigolo et de venir raconter ses exploits à la télévision devant les caméras de Mireille Dumas (tiens, ses vidéos ont toutes été supprimées depuis peu..., il faut les dénicher plus loin).. Retour sur cette incongruité des vêtements perçus comme des uniformes, affichant les idées politiques de l'individu qui les porte... et ses conséquences.

Car il reste en effet un milieu où on peut déceler assez vite ses penchants nauséabonds : l’école, avant même le lycée ou l'université chez certains. Les lycées professionnels regorgeant de ce genre d'élèves. Comme j’ai gardé pas mal de liens avec mes anciens collègues, on m’en informe régulièrement. Or, ces dernières années, il faut bien avouer qu’on a atteint la côte d’alerte. Spécialement dans les lycées professionnels, justement, où sévit une mode véritable d’appartenance soit à des bandes, soit à des groupes tendance nazillonne. Et pour les distinguer, me souffle un jeune collègue, rien de tel que leurs "fringues", ou leurs inscriptions sur leurs trousses d'écolier,  parfois constellées de croix nazies... souvent dessinées à l'envers, l'auteur n'ayant pas toujours un don pour la reproduction picturale. L'affichage ostensible de décoraations de supporter de foot tendance bourre-pif est aussi un signe qui ne trompe pas, me souffle mon ami enseignant (effondré), dans ce milieu d'excités. Le must étant le tatouage, voire la page d'accueil de l'ordinateur affichant un Panzer du plus bel effet (un collègue en a vu un qui faisait un bruit de moteur de char au lancement de Windows !). Les codifications étant un autre territoire significatif, le 88 n'étant chez eux ni un département ni le calibre d'un canon de DCA, mais... un hommage à Adolf Hitler, la huitième lettre de l'alphabet étant un H... vous allez me dire qu'il faudrait écrire 18 alors : oui, à part que 88 signifie chez eux "Heil Hitler" tout simplement !! Sur le net, c'est plus simple : ce sont tous des "Werwolf", du nom d'une compagnie de SS. En France, on en a plusieurs, bien sûr et même chez les adultes comme celui venu squatter les forums après s'être fait virer des manifestations de célébrations du débarquement...

Du vécu scolaire avec de la graine de nazillon, ça remplit des cahiers entiers d'anecdotes. Au florilège on a en vrac, relevé par un ami enseignant que l'on appellera "Duc" : "un élève plutôt distrait pendant un cours, jouait en fait avec des balles de 22. La semaine suivante c'était une matraque télescopique ! Tous arrivent à l'école avec des poings américains, discutent sur MSN en salle informatique avec d'autres nazillons et se saluent en disant "Sieg". L'un d'entre eux s'est fait arrêter en gare de Lille en possession d'un revolver (Il allait soi-disant à Lens le vendre à un type rencontré sur internet ! ). Lors d'une journée sportive où les élèves se rencontraient, ils ont passé leur temps à bavarder avec un autre élève venu d'ailleurs et habillé en Lonsdale et Fred Perry de la tête aux pieds. Ils ont même échangé leurs numéros, histoire de se retrouver pour aller faire des tours ensemble, on suppose pour faire du lèche vitrine...). Il y en a plein ainsi. "Si vous arrivez en Wolkswagen à l'école, comme prof, vous êtes le roi :  Volkswagen : " Ya qu' ça d' vrai, c'est allemand !" vous disent-ils, de même que s'ils apprécient e prof d'allemand du lycée de Douai, c'est simple :" C'est l'meilleur parce qu' il s'appelle Gunter". Imparable ! Une véritable obsession chez eux, que l'Allemagne :"quand on leur demande " Quelle est votre destination de rêve pour les vacances ?" La réponse est invariable : " L'Allemagne". Quand ils terminent une interro 15 min avant la fin, Ils sortent une feuille blanche pour dessiner des petites croix, des SS, des WP (White Power évidemment...). Parfois, c'est la chaise qui prend. Un autre a mis en fond d'écran sur son pc portable une photo des rails de train qui mènent à Dachau...." Tout ça dans le Nord. Et encore, on est pas encore descendu dans l'Aisne... "où l'une des figures frontistes du département n'est autre que Michelle Dall'Ara, ancienne du Parti national français européen (PNFE), formation néo-nazie active du milieu des années quatre vingt à la fin des années quatre vingt dix" rappelle si justement Droites Extrêmes.

Pour habiller tout ce beau monde, il y a des magasins. A Chauny (dans l'Aisne, on y est !) véritable cocotte-minute où s'opposent régulièrement skins et beurs, et où le FN fait plus de 20%, un endroit susceptible de sauter d'un jour à l'autre, on a de quoi en effet. Marianne y avait trouvé un vendeur de fringues Lonsdale, du Fred Perry, du Hardcore, ou du Hooligan, les quatre marques les plus prisées . "Lorsque trois adolescents font leur entrée et viennent le saluer, son discours se fait moins policé. Ce qu’il considérait quelques minutes plus tôt comme un simple « phénomène de mode » (le fait de porter ce genre de vêtements) devient finalement « une tendance plus profonde », plus « lancinante ». Et alors qu’il se regarde dans une glace en bombant le torse, il balance au plus chétif d’entre eux : « Il faut faire du sport, comme ça, personne ne vient t’emmerder dans la rue ! » Un « judicieux » conseil pour l’avenir. Pour le sien, d’avenir, Philippe ne s’en fait pas : « Tant qu’il y aura des bougnoules, il y aura de la vente ! » lâche-t-il dans un grand éclat de rire… Les trois jeunes relèvent à peine. L’un d’entre eux a le sourire scotché aux lèvres. C’est Romain, l’élève de Gay-Lussac. Il explique à nouveau refuser de se voir assimiler lui et les siens à des « skins ou des néo-nazis » : « On est nationalistes. On a l’amour du drapeau, c’est tout ». La jeune fille qui l’accompagne, veste Lonsdale et croix en strass façon Madonna autour du cou, entreprend quelques pas de danse et finit par ajouter son grain de sel : « La presse met de l’huile sur le feu, grossit les choses. Elle dit qu’on est des néo-nazis, qu’on “tape” des “sieg” (« sieg heil », le salut hitlérien, ndlr), mais c’est faux ! » À Chauny, le « c-est-pas-nous-les-responsables-c-est-les-autres » est presque un art. Et pas seulement pour les jeunes, qu’ils fassent d'ailleurs partie d’un camp comme de l’autre. Ils ont apparemment été à bonne école : les adultes chaunois, face à ces événements, savent eux aussi se renvoyer copieusement la balle…"  La fille décrite, prénommée Lucie, vite retrouvée sur Facebook s'avérait être la fille d'un des leaders locaux du FN. Elle y posait en ... Lonsdale !

A l'école, "l'effet Lonsdale" (qui faisait en décembre dernier sa pub en Angleterre sur l'organisation de tournois de boxe pour l'armée !) débute de plus en plus tôt : "Une professeure de français au collège que nous avons contactée et qui souhaite garder l'anonymat, juge la "situation très inquiétante". "Ce n'est pas propre à Chauny mais plutôt à l'ensemble du département" souligne-t-elle. Et de raconter : " Cela a commencé l'année dernière. On a surpris des élèves de 6e/5e qui avaient des portraits d'Hitler sur leurs portables. On est intervenu. Et puis, on s'est mis à voir arriver au collège certaines marques de blousons très caractéristiques. Immédiatement après, les gamins qu'on prenait en flagrant délit dans la cour ont changé d'attitude. Ils ne s'excusaient pas mais revendiquaient sur le mode : "je suis facho et alors" ? Du coup on a pris des mesures radicales". C'est ainsi que le port des fameux blousons a été, entre autres, interdit dans l'établissement. "Cette année, poursuit-elle, c'est pire. Cela s'est radicalisé, cette fois sur un mode violent. Deux à trois fois par semaine on intervient dans la cour du collège pour stopper une bagarre à la suite de propos racistes". Et de conclure : "il y a des jeunes adultes- grands frères, oncles, voire parents- derrière que les plus jeunes copient." Clément, lui, est professeur de sciences naturelles dans les environs de Chauny. Son constat n'est pas vraiment différent de celui de sa collègue. "Parmi les jeunes skins de Chauny, j'ai des anciens élèves. Il y a un militant FNJ sur la ville mais qui n'a pas forcément une grande influence sur eux. Eux arborent des croix gammées stylisées, des croix celtiques. L'an passé je les ai vus à la gare routière- l'endroit d'où part chaque soir tous les cars desservant les villes environnantes- se livrer à des agressions racistes sur les gamins qui rentraient chez eux".

Derrière tout ça, il y a des adultes... manipulateurs. Tel celui de Méteren, au bord de la Flandre, qui s'est fait pincer par les services sociaux, début 2009, ses propres filles s'étant plaintes d'avoir à faire chez lui le salut nazi. les policiers, alertés, avaient découvert un chef d'entreprise ayant déposé le bilan, animateur d'un site internet planqué en Malaisie faisant 2 gigas de données sur l'Hitlérisme. Au milieu de ses délires, un très inquiétant manuel du parfait petit nazi en collège, avec plein de recommandations, telles que "si tu veux passer inaperçu sur un forum, prend un pseudo féminin, les modérateurs de forum sont toujours plus indulgents avec les filles que les garçons". A lire les inscriptions sauvages chez Agoravox, je me dis parfois que notre nazi des Flandres a fabriqué pas mal de petit(e)s. "Les auteurs touchent aussi au ridicule quand ils développent le thème de « la coiffure du national-socialiste » (en fait, la mode des années 30-40) ou exposent des « directives pour la sélection d'une compagne et pour la procréation ». Avec cette phrase attristante : « Il n'est pas aisé de se faire aimer pour ce que l'on est, à savoir un authentique nazi. » Le texte le plus inquiétant est intitulé « Militer en milieu scolaire ». On touche là au danger majeur. La cible de recrutement est clairement définie, fragile et influençable. C'est au programme de troisième qu'on aborde la Deuxième Guerre mondiale et les régimes totalitaires. Plutôt que des bourrins bas du front, on cherche des jeunes cultivés, capables de convaincre des camarades, de donner la contradiction à un prof, Extrait du manuel : «  Procède toujours de manière intelligente et progressive. N'attaque pas un professeur de front mais mets-le en difficulté, de préférence devant toute la classe. » Le contenu du forum assaut.mnsf confirme d'ailleurs la jeunesse des membres. On signe là volontiers ses interventions par le sigle « o » qui symbolise le salut nazi. Attention, on ne parle pas de centaines de gamins en ligne. Le record de fréquentation du forum est de 63 le mercredi 12 décembre 2007" avaient expliqué mes anciens collègues de la Voix du Nord.

 Les extrémistes se reconnaissent entre eux en effet par plusieurs signes : la coupe de cheveux, qui les fait tous ressembler à des oiseaux (des canaris "à toupet allemand", ce doit encore venir de là !!!) , mais aussi les tatouages (pour les plus âgés) et les vêtements, surtout chez les scolarisés. Il existe donc un uniforme du collégien ou du lycéen néo-nazi."Les révoltes adolescentes, on le sait, passent souvent par le vêtement" affirme le Figaro, non sans raison. Au point qu’un collège des Ardennes, le collège Blanc Marais situé à Rimogne a été obligé d’interdire le port de vêtements Lonsdale, portés comme signe de ralliement. Ça n’est pas si vieux que ça, comme info, ça date du 1er octobre 2009. Pour y arriver, le principal, Alain Michnik, a fait jouer la loi... sur la laïcité !  Leur pensée leur appartient et nous la respectons, mais dans le collège il n’y a pas place pour le prosélytisme, l’embrigadement ou le sectarisme. Nous sommes là, au contraire, pour apprendre à ces jeunes à s’en prémunir  »affirmant « on ne joue pas avec des symboles de ce type ». Mais pourquoi donc Lonsdale ? Car au milieu, ça fait NSDA pardi ! plus qu’un P et c’est complet... On a un bon exemple de ce genre de gag de mauvais goût, avec les t-shirts modifiés, au "P" rajouté, qu'arborent des jeunes qui souhaitent davantage arborer leur goût pour le nazisme. Même que l'un d'entre eux avait réussi à poser tout sourire avec Marine le Pen à Lyon, en septembre 2011. Le Lonsdale » se tranformant en "LoNSDAPe — Europe". A gauche, Grégoire C, à droite arborant le La Totenkopf, le symbole des gardiens SS des camps de concentration et d'extermination son ami Anthony, batteur du groupe néo-nazi lyonnais Match Retour.

 
Non, en fait ça, Lonsdale-Lonsdape c’est donc plutôt une légende : mais il est vrai que ce genre de t-shirt est devenu emblématique d’une jeunesse, comme l'a écrit Libération : « Les jeunes Lonsdale n'existent pas ! » Enervé, Ronald Krijger, responsable du catalogue Lonsdale chez Punch, dément le penchant supposé de ses clients pour l'extrême droite. La marque, spécialisée dans le vêtement de boxe depuis 1960, est pourtant devenue le signe de ralliement de toute une jeunesse néonazie en Europe du Nord. Si elle n'est pas la seule griffe fétiche de ce marché de niches, aussi amateur des marques anglaises Fred Perry et Ben Sherman, elle est la seule à avoir été détournée à des fins politiques. Certains de ses clients n'en laissent, en effet, apparaître que les quatre lettres centrales, NSDA, dans l'entrebâillement de leur blouson. L'allusion au National Sozialistische Deutsche Arbeiter Partei (NSDAP) d'Adolf Hitler est ainsi faite en toute impunité, sans risque de poursuites pour port d'insignes nazis. Des lycéens ont par ailleurs donné un sens nouveau à Lonsdale, en déclinant chaque lettre à leur manière : « Laat ons Nederlanders samen de allochtonen elimineren » (« Néerlandais, éliminons ensemble les étrangers »). En 2006, déjà, la marque avait dû faire face à ces accusations de liens avec l’extrême droite que sa clientèle a créés toute seule : au départ, visiblement, il n’y a aucune relation. Pour lutter contre cette image, la marque avait sponsorisé des événements gays en 2004 : ce fut un véritable échec commercial. En Allemagne, c’est Steinar qui a subi le même sort. Lui, c’est un peu différent : le logo runique déjà était douteux. la firme est devenue depuis arabe, rachetée par un émir de Dubaï.... gag amusant, une liste fort intéressante de clients français avait été sortie discrètement des ordinateurs de la firme... on y trouvait comme clients un ancien président du FNJ, et ex-secrétaire départemental du FN de Loire-Atlantique, le délégué général du RED (Rassemblement étudiant de droite qui ressemble au GUD), et.... un lot complet de militaires du 2eme REP (la Légion étrangère basée à Calvi !). L’uniforme fait le soldat, dit-on, c’est bien connu ! 
 
Ces "uniformes" portés par idéologie, façon armée, ça aboutit invariablement à des heurts entre camps différents : le 23 novembre dernier, dans la Somme, les personnels du lycée Pierre-Mendès-France se mettaient en grêve pour dénoncer les heurts récurrents dans l’établissement : "le coup de poing entre élèves dans les couloirs est allé jusqu’à la bataille rangée devant l’établissement quand des « renforts » extérieurs sont convoqués. « ça se joue entre d’un côté les nazillons et de l’autre les beurs » nous apprend Veille-Education. Un témoignage d’une élève du Courrier Picard énonce les griefs et démontre une véritable notion de territoire au sein même de l’établissement : « Près de l’ascenseur, aux escaliers, c’est le coin réservé des Arabes », raconte-t-elle, sans le moindre racisme. C’est juste qu’il est tacitement interdit d’y poser le cartable ou le pied si on ne fait pas partie du clan. Et que ça titille « les fachos » nous dit le journaliste". Vêtements, territoire, bagarre : c’est une notion ancienne, celles des bandes d’Apaches (tatoués à l’œil) du début du siècle, du West Wide Story, version nettement plus crapoteuse.
 
Le plus étonnant, c'est le port de vêtements Hugo Boss...ou plutôt leur absence chez nos nazillons de lycées ou de collèges. car ce qu'ils ne savent pas, c'est que le roi des fringues "tendance" actuelle a été celui qui a taillé les chemises brunes et les uniformes de SS, ce qu'a expliqué l'historien allemand Roman Köster. "Sous le titre "Hugo Boss 1924-1945-Eine Kleiderfabrik zwischen Weimarer Republik und Drittem Reich" (Hugo Boss 1924-1945. L’histoire d’une usine d’habillement pendant la République de Weimar et le Troisième Reich) l’ouvrage d’une centaine de pages raconte l’histoire d’un homme qui a créé une usine d’habillement à Baden-Wuerttemberg en 1924. Il rapporte comment la société s’est retrouvée au bord de la banqueroute en 1931, comment son patron est entré au Parti nazi, et comment il a décroché un gros contrat… celui de la fabrication de chemises brunes. "Il est clair qu’Hugo Ferdinand Boss n’a pas rejoint le parti nazi parce qu’il avait décroché la fabrication des uniformes, mais parce qu’il adhérait au National socialisme", explique Roman Köster. Au fil des années, la rumeur a enflé au sujet de l’ancien patron qui est passé d’"opportuniste du troisième Reich" à "créateur de l’uniforme nazi", ou "tailleur personnel d’Hitler". "Il n’y a pas d’indication que la société Hugo Boss ait joué un rôle déterminant dans la fabrication des uniformes nazis, ni qu’elle ait été impliquée dans leur conception", écrit aujourd’hui Köster. Il ne fait aucun doute en revanche que l’usine a bien eu recours à des travailleurs forcés, essentiellement des femmes. Quarante prisonniers de guerre français y ont notamment travaillé d’octobre 1940 à avril 1941". La firme n'a que récemment révélé les faits (la première fois n'avait été qu''en 1997, dans le Washington Post)... et continué ses spots publicitaires comme si de rien n'était... gommant au maximum sa propre histoire, gênante : "L’entreprise de Hugo F. Boss compte 324 ouvriers en 1944. Après la guerre, Hugo Ferdinand Boss est déclaré « opportuniste du Troisième Reich », reçoit une lourde amende de 80 000 marks et est privé de ses droits civiques. À sa mort en 1948, la société passe aux mains de son gendre Eugen Holy."
 
Cette histoire de reconnaissance par le vêtement, un petit ouvrage l’avait analysé dans les années 80... avec un humour plutôt douteux, il est vrai, les trois signataires décrivant "Les mouvements de mode expliqués aux parents". Ils avaient même eu droit à un plateau de Bernard Pivot ! Mais on y trouvait aussi de lourdes charges venues d'une pensée de droite dure, notamment contre les homos, devenus plus que caricaturaux selon eux. L’intellectuel de gauche en prenait aussi largement pour son grade, présenté comme un gars "triste" (voir pages 90/91) et sa description plutôt à charge : "lunettes rondes, lèvres minces, sac artisanal (du Rouergue) contenant un exemplaire des œuvres de Nicos Poulantzas édité chez Maspéro". Les auteurs s’en prenant au passage à certaines personnalités, Elisabeth Badinter, étant décrite comme « BCBG, tendance pas de frivolité féminine  » (page 136), alors que Marie-Christine Barrault était « tendance sophistiquée mais naturelle  » (page 137)...
 
 
Le Ska, fort à la mode en 1984 était aussi évoqué, et le punk abordé par sa punkette, nécessairement "petite et boulote", aux "parents petits-bourgeois". Le skinhead y figurait déjà, mais avait été étrangement ménagé en étant taxé de "new wave", comme beaucoup trop de modèles décrits, et en lui enlevant toute idéologie néo-nazie, à peine si on le taxait de raciste. A l'intérieur de l'ouvrage, une page intriguante sur le "look 3e Reich" sentait le bâclé racoleur, les trois auteurs préfigurant quand même dans leur propos les dérives du rejeton de Diana, Harry, vu portant l'uniforme nazi lors de beuveries dont il a le secret...
 
 
Bref, un ouvrage fort tendance.... mais bien peu tendancieux, et sentant fort la critique facile venue plutôt d’observateurs de droite, politiquement. Au détour d’une de leurs descriptions, on avait en effet un "ce qui est très gauchiste", dont un on peut" penser que les bons sauvages d’aujourd’hui sont des loubards de banlieue" qui en disait long sur leur pensée profonde. Une idée que reprendra LePen, et qui sévit toujours aujourd’hui, puisqu' on la lit tous les jours chez Agoravox, hélas ! Une adaptation pure er simple du fameux "classes laborieuses, classes dangereuses" de la vision capitaliste. Ou un "en vieillissant, devenir éducateur" qui flirtait bon elle aussi avec les thèses LePenistes selon quoi les enseignants seraient tous des gauchistes... Or cet ouvrage, le seul pendant bien longtemps sur le sujet, avait trois signataires : Hector Obalk, Alexandre Pasche et... Alain Soral. Oui, le même, à qui on devrait re-balancer certains propos de cet ouvrage aujourd’hui. Obalk (de son vrai nom Éric Walter) sévit depuis sur Arte, à disserter sur l’Art à la télévision, acoquiné parfois avec l’impertinent Carles. Interviewé par Ardisson, dont il se moquait pourtant ouvertement dans son ouvrage il y a 25 ans déjà... mais il se connaissent si bien, il est vrai... à gloser sur Andy Warhol comme pur produit publicitaire (purée les coupures et le montage des émissions d’Ardisson !!).
 
 
Pasche s’est reconverti depuis dans la com’ écolo après s’être bien moqué des bobos ("j’ai connu les années 80 et dans les années 80 dans les agences on ne s’occupait pas d’éthique" : bel aveu...) après des ouvrages plus que légers, et son improbable "contre l’écoblanchiment " ou son concept fumeux de "mode éthique". Un site le décrira justement comme assez déchanté : "cette journée pose sur le monde le regard morne d’une génération qui a le ventre plein, mais le vague à l’âme". Et Soral, eh bien... il surfe toujours davantage sur les franges de l’extrême droite. A défaut d’avoir des idées, à l’époque, Soral avait des cheveux, un nœud pap et des bretelles. Déjà, dans sa manière de se fringuer, c’était le même foutoir que dans son idéologie actuelle dirons certains ! Et dire qu’il a enseigné à l’école ESMOD ! Le plus ridicule, pour lui, aujourd'hui, étant l'affichage de son idéologie politique du moment : "l'extrême centre", montrant déjà à quel point il se foutait du monde et n'avait... aucune idée politique !!!
 
Il n'en a toujours pas davantage, trente ans plus tard. Ou plutôt, il s'acoquine avec des négationnistes, ce qui n'est guère mieux... sinon bien pire. Cela fait longtemps que le jeune dandy à bretelles a perdu ses cheveux et abandonné toute réflexion. Il se gave aujourd'hui de racontars, et tient des propos incohérents, mais tient à parler de tout, quitte à tout mélanger, admiré par des buveurs de paroles sans aucun recul.  A 19 ans à peine, Clément Méric en avait déjà, des idées, et ne souhaitait pas que cette engeance installe son style et ses idées nauséabondes parmi les jeunes de son âge. Il en est mort. Plus loin, nous verrons qui est à l'origine de ce drame. Et pourquoi l'extrême droite est à bannir des sites internet...
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.36/5   (106 votes)




Réagissez à l'article

223 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 7 juin 2013 09:39

    voici une photo d’un échantillon des JNR avec au centre leur chef Serge Ayoub :
    http://t.co/wWm5M5EBoJ

    ces gens la defilaient contre le mariage pour tous...Ne vous trompez sur l’extreme droite, leur objectif à tous, c’est une dictature anti-ouvrière, où les Roms et les sans-papiers, les syndicalistes, les militants de gauche et d’extrême gauche, les homosexuels seraient pourchassés et réprimés. La droite, dont de nombreux dirigeants viennent de cette mouvance, est toute prête à pactiser. Les skinheads comme ceux qui ont assassiné le jeune militant de gauche sont des barbares. Pour l’instant, ils ne constituent pas des troupes de choc contre le mouvement ouvrier mais ce serait une naïveté de ne pas préparer les travailleurs et les militants de gauche les plus conscients aux luttes politiques contre l’extrême droite que le développement de la crise peut engendrer..............

    voir ci dessous : LES FACHOS ARRIVENT


    • morice morice 7 juin 2013 09:51

      Les skinheads comme ceux qui ont assassiné le jeune militant de gauche sont des barbares.


      le mot me paraît faible...

      • bdoume bdoume 7 juin 2013 18:11

        Le témoignage d’un vigile présent sur les lieux du drame et qualifié de « témoin principal » par les policiers, vient accréditer la thèse de la légitime défense. Il aurait expliqué que l’un des militants d’extrême gauche aurait incité les autres à se battre contre les skinheads, qui cherchaient plutôt à éviter l’affrontement et à partir discrètement, rapporte Le Point.


      • morice morice 7 juin 2013 09:57

        amusant, je n’ai jamais eu un texte paru aussi vite, à 9 h du mat’ !!! 



        • Anaxandre Anaxandre 9 juin 2013 17:03

            Concernant la modération - je dois le confesser - plus les articles font preuve d’une étonnante mauvaise foi, quasi toujours gauchisante par ailleurs, plus je les soutiens. Il est si facile ensuite de démolir ce galimatias dicté non pas par l’intelligence et la méthode scientifique mais par la pure idéologie partisane.


            Rien de solide dans cet « article » de propagande : la manière dont sont mis en avant quelques faits marginaux ultra-minoritaires piochés ça et là sur la toile pour nous faire croire que l’idéologie nazie serait extrêmement préoccupante dans nos collèges et lycées est évidemment un mensonge et une stupidité ; et en réalité une tentative de manipulation grossière. Par ce type de procédé simpliste et réducteur on peut affirmer une chose et son contraire, et on ne convaincra que les naïfs, ou ceux de sa propre chapelle. On veut d’abord démontrer quelque chose et l’on va ensuite chercher des éléments susceptibles d’accréditer sa thèse, voilà la méthode des doctrinaires.

            Ici, aucune statistique fiable, aucune analyse objective sur les réalités de l’endoctrinement politique de la jeunesse dans les écoles et les universités (bien peu d’extrême droite !) ; non, juste un minable procédé de petit « faiseur » systématique qui ne trompe personne, ou si peu...


        • Anaxandre Anaxandre 10 juin 2013 02:11

            Bravo !

            Pour une fois que vos liens sont pertinents...

            smiley smiley smiley

        • Laurent Deregnaucourt 7 juin 2013 09:58

          A quand un article objectif sur « les dangers de l’extrême-gauche »  ?


          • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 7 juin 2013 10:30

            quand les poules auront des dents ?


          • Dreako 7 juin 2013 10:34

            Il y aurait surement des choses a dire la dessus, de mon point de vue les extremes sont toujours mauvais


          • 65beve 65beve 7 juin 2013 15:19

            @Laulau,
             « A quand un article objectif sur « les dangers de l’extrême-gauche » ? »

            On attend le votre avec impatience.


          • ThaTon ThaTon 7 juin 2013 10:06

            J’ai hâte de lire vos révélations sur la conclusion de l’enquête de police et vos arguments pour l’épuration de l’Internet par un comité de surveillance responsable devant le gouvernement qui, comme chacun le sait, ne transige pas avec l’éthique.


            • morice morice 7 juin 2013 11:11

              vous allez devoir admettre que la loi Gayssot est une nécessité, mon vieux.



            • ThaTon ThaTon 7 juin 2013 11:17

              Bien sûr, la République en dépend. Je dirais même qu’il faut l’étendre à tous les sujets polémiques. La France perd trop de temps à discuter des évidences.


            • Castel Castel 7 juin 2013 11:28

              La loi Gayssot est une nécessité, mais elle ne doit être appliquée que pour des petits merdeux et pas pour des chercheurs.
              Sinon, cela nous fait revenir à l’époque de Galilée. Cela créé des martyres et c’est contre-productif.


            • Traroth Traroth 7 juin 2013 13:56

              La loi Gayssot est une absurdité. Même si c’est répugnant, il faut laisser les fascistes s’exprimer. Si on avait un peu plus laissé parler Le Pen, personne n’aurait d’illusion sur lui. Parce que visiblement, au moins à une certaine époque, il ne demandait qu’à exprimer ses ignobles idées en termes clairs et explicites. Si on l’avait laissé faire, le FN n’aurait jamais dépassé les 5%. La loi Gayssot, c’est l’illustration de l’échec de la paresse en politique.


            • BlackListed BlackListed 8 juin 2013 08:58

               « Où l’on montre que dans un État libre il est loisible à chacun de penser ce qu’il veut et de dire ce qu’il pense »


              Baruch Spinoza, dans son Traité théologico-politique paru en 1670


            • morice morice 8 juin 2013 09:17

               « Où l’on montre que dans un État libre il est loisible à chacun de penser ce qu’il veut et de dire ce qu’il pense »


              Spinoza n’avait visiblement pas l’internet...

              car il aurait défini que la manipulation des esprits y est tellement facile qu’elle met en danger la démocratie....

            • Magma des cendres rouges rené descendre 9 juin 2013 00:35

              quand vous dites manipulation des esprits, vous parlez des autres bien sur, le votre ne peut l’être...


            • pyjahman pyjahman 9 juillet 2013 16:51

              @Castel

              La loi Gayssot est une nécessité, mais elle ne doit être appliquée que pour des petits merdeux et pas pour des chercheurs.

              C’est grave ce que vous dites :
              Une loi est faite pour tous, et appliquée à tous.


            • morice morice 9 juillet 2013 17:34

              c’est particulièrement crétin comme réflexion : une loi ça s’applique par définition à tout le monde, et je ne vois pas en quoi ça bloquerait les recherches sur la question.


              A part de venir faire en douce l’apologie des négationnistes, genre Faurisson, je ne vois pas pourquoi tenir ce propos je le rappelle idiot....

              comme quoi....

            • King Al Batar King Al Batar 7 juin 2013 10:23

              Bonjour Morice.
              Comme bien souvent ca fait plaisir de vous lire. J’adore vos articles parce qu’ils sont toujours détaillés et ne laissent rien au hasard.
              Ma Grande soeur possédait ce bouquin les mouvemen de modes expliqués aux Parents. J’ai été très surpris de réaliser qu’il avait été écrit (ou plutot co-écrit) par Soral il y a quelques années.

              Pour mapart, j’ai grand dans le 93, puis j’ai toujours habité dans des quartiers « colorés » de Paris (aujourd’hui le 13ème) et je peux vous dire que les skins rasent les murs depuis plus de 15 ans...
              On est cons à Paris, on pensent souvent que l’on est à l’image de la France mais pas du tout. Les Skins, un mec avec des logos chelous sur sa trousse, en général il finit a poil rapidement.

              J’ai une petite question à vous poser, ne pensez vous pas qu’on essaye de faire ressurgir un vieux fantome du passé, grace à cette histoire. Genre ambiance année 80, « touche pas à mon pote ». C’est évidemment malheureux pour ce jeune homme décédé, et pour ses parents. Mais franchement, les skins sont ils réellement les personnes les plus dangereuses en France ? On dirait qu’il n’ont jamais vu le gang du Clos Saint Lazare à Stains (la délicieuse ville de mon enfance).

              Depuis quelques temps, j’ai l’impression qu’on nous fait croire que les nouveaux combats sont la lutte contre l’homophobie, et maintenant la renaissance des néo nazi... Et malheureusement, j’ai l’impression que ce sont deux faux combats. S’il est certes déplorables que des homos se fassent peter la gueule parce qu’ils se tiennent la main, et encore plus qu’un gamin se fassent tuer à coup de poing, il est des tonnes d’agression en banlieues et dans les quartiers chaud, ou meme un regard, une coupe de cheuveux ou la possession d’un téléphone high tec, suffit à se faire défonser la gueule et crever...

              Croyez moi, les plus ros méchants ne sont vraiment pas les skins, ni les néo nazis, qui en nombre et en méchanceté ne représente qu’une poussière comparée au poudrière des cités. Attention je n’incrimine pas forcément les jeunes violents (déjà parce que je le déplore mais j’en fut), mais c’est un simple constat.
              Combattre les skins ne supprimera pas la violence dans notre pays, meme pas 5%... Par contre, la les caillera pourrait enfin se montrer utile, s’il leur venait la bonne idée de faire le menage comme ce fut le cas en début 90.

              Bien cordialement


              • morice morice 7 juin 2013 10:50

                je vous conseille le film épatant « Smain cité Pablo Picasso » de Anna Pitoun, de Caravane Films en DVD, 14 euros... ça devrait beaucoup vous plaire, j’en suis sur !!



              • King Al Batar King Al Batar 7 juin 2013 10:52

                Je vous remercie du conseil. Je vais voir pour me mater ca ce soir, et je vous en dirai ce que j’en ai pensé smiley


              • Cocasse Cocasse 7 juin 2013 15:38

                King al Batar : j’ai bien conscience de ce que vous relatez depuis longtemps, et pour moi ce n’est pas juste « une impression », mais votre intervention est intéressante. Par contre je vois mal comment la racaille pourrait être utile...


              • King Al Batar King Al Batar 7 juin 2013 16:25

                Salut Cocasse,

                c’est simple, 200 skins font pas le poids contre 4000 lascars...


              • Cocasse Cocasse 7 juin 2013 17:16

                Vu comme ça c’est sur. Ils sont en net sous-effectifs. Même en se battant vaillament, c’est Alamo.

                Je suis d’accord avec votre analyse, le skin appartient plus au passé nostalgique, ils ne sont plus très nombreux. J’ignore si ce genre de mouvement pourrait ressuciter. On voit que les jeunes de la mouvance identitaire n’ont pas les mêmes revendications. D’ailleurs je n’ai pas l’impression que les skins revendiquent plus que ça. C’est plutôt un art de vivre, entre couillus, pour la bière, la baston et le style. Même si Ayoub est quelqu’un d’engagé avec une certaine culture.

                Non, ma remarque allait plus dans le sens qu’on y gagne pas au change. Et je m’inquiète bien davantage de la menace anarchique que représente ces « lascars » à la fois au niveau du nombre que des motifs de violence.

                 


              • lulupipistrelle 7 juin 2013 18:26

                J’ai des doutes.... 500 Normands ont conquis la Sicile , ils avaient 25000 lascars en face. 


              • Magma des cendres rouges rené descendre 9 juin 2013 09:06

                ce film est hors sujet. oui king, ce fantasme existe et il existe depuis la fin des année 70. Ce fantasme permet aux gens de gauche(dont je fais partii) de faire contre poids a une grande part de délinquance issue de l’immigration de 1 ere 2 eme ou x eme génération, qu’on appelle caillera pour être politiquement correct. Les fafs ou les skins passés par un prisme déformant de la situation, focalisent l’attention des gauchistes naïf (que je ne suis pas) jusqu’à une peur paranoïaque. Vécu 40 balais en banlieue 93, jamais croisé un skin. Vu de rare fois a paris sans jamais être agressé. Par contre quai bonne nouvelle, vu des nords africains les agresser, bagarre générale, j’étais avec ma famille je suis parti, c’était en 1980. Comme je l’ai dit il m’a été donné a Paris de côtoyer dans la même classe 1 mec qui avait viré dans un de ces groupuscule, un mec sympa mais dont les propos firent froid dans le dos. Tiens d’ailleurs dans le débat j’entends souvent parlé de débiles profond, et bien non quelques mecs dans son groupe avait une culture certes endoctrinée, mais étonnantes, ça se passait vers Oberkampf. Mon meilleur camarade de classe virait a l’époque, je n’ai pas pu l’en dissuader. C’est la seule période de ma vie ou j’ai pu voir ces personnage malsains, mais c’était un micro épiphénomène de 20/30 personnes, pas la horde décrite par mr mauvaise foi, dictateur en ces lieues/

                début 2000, le phantasme était encore la. A l’époque je donnais des cours de musique a une fille qui bossait a la mairie de gauche de Villetaneuse et dans un canard baba cool. Avant une manif lors du célèbre 2 eme tour chirac le pen. J’entend la communication risible avec un ami ’ouaip, c’est hyper chaud a la manif... " en fait elle m’expliquait que le défilé d 1 million de personne allaient se faire agresser par la poignée de mabouls nazifiants. les yeux lui sortaient de la tête, elle faisait de grand gestes théatraux, elle en était ridicule,on s’est engueulé, j’ai arrêté les cours, personne n’a agressé personne a cette manif. Je trouvais cela dangereux aussi de véhiculer une fausse image de la république car il n’est pas donné a tout le monde de vérifier cela ou l’article ici présent.

                 

                de même j’avais un ami d’ultra gauche, on avait 20 ans, on se ballade rue de rennes, et il croise des fafs, que fait le mec... il hurle dans la rue les insultant de facho et fils de putes ’ c’est ca lutter contre les fachos) la bave au lèvres... ben il s’est fait pêter la gueule, et venait nous faire constater qu’il était une victime de la haine... tragico:comique avec le recul. Je connais donc très bien ce phénomène, et même s’il n’y a pas lieu a se réjouir de la mort d’un homme, tous ces bons médias les politiquement corrects qui nous présent en affirmant sans connaitre ce qu’il s’est passé, l’ultra gauche, en en faisant trop ne font que renforcer les autres dans leurs convictions, voyant qui plus est un jeune dans une manif avec un foulard sur le visage, pour qu’on l’apparente automatiquement aux casseurs j( note aussi qu’on se dit d ultra gauche mais qu’on est une fashion victime... l’ultra gauche a bien changée).

                Tout ce fantasme ou acharnement systématique, ne combat en aucun cas l’extrême droite dont les discours des dirigeants on été stratégiquement rendus corrects lors de cette histoire (je ne parle pas des groupuscules). 40ans que des momos utilisent ces ficelles grossières, chercher a annuler les élections, interdire de parole et de débat, traiter 20 % de personnes de cons...dissolution de groupes qui se reformeront le lendemain. c’est pas comme ça qu’on y arriva. C’est débat ou l’on démonte les arguments, pédagogie, ne pas laisser a Marine le pen s’emparer des sujets de société et dire rigoureusement le contraire de celle ci, ainsi le jour ou le pen dit que le soleil est beau, les autres fantasmeur, mettrons des lunettes de soleil et regarderont le trottoir en rasant les murs, c’est pas comme ça que ça marche, et la preuve, ça marche pas..

                Il faut arrêter de polluer le débat au faussant la vision de ceux qui ne peuvent constater de visu la réalité. Passez nacht ou nebel aux enfants, y compris dans les banlieues du 93 ou le discours sur les juifs est innacceptable, laissez les 5 minutes sans parler après la projection. . et ce sera diablement efficace

                 

                 


              • foufouille foufouille 7 juin 2013 10:31

                http://next.liberation.fr/mode/2013/06/06/on-peut-presque-dire-que-ce-drame-etait-ineluctable_908841

                les antifas portent les memes vetements

                ton histoire des punks et skin est a revoir
                il y a d’abord eut les punks au crane rase, puis les skins plus tard
                les red skins ecoutent du reggae pas les skins. un raciste ne va pas ecouter de la musique de black genre bob marley


                • morice morice 7 juin 2013 11:06

                  les antifas portent les memes vêtements....



                  arrêtez de raconter des conneries.. ou buchez la question. Ou achetez un Fred Perry, vous saurez qui va venir vous aborder dans la rue !



                • LE CHAT LE CHAT 7 juin 2013 11:13

                  @foufouille

                  j’écoute du black métal , je ne suis pas raciste ! smiley


                • King Al Batar King Al Batar 7 juin 2013 11:25

                  Euh...
                  JE crois que Foufouille a raison.
                  Dans les années 80, les Redskins, étaient des skins communiste, associés au Antifa, et qui portaient les memes tenues que les skins.
                  Tout cela venant d’Angleterre, il y a eu des confusion en France.
                  Mais oui historiquement, les adversaires premier des skins, avant les gangs de banlieus étaient des punk, des redskins etc... et s’habillaient comme eux.


                • foufouille foufouille 7 juin 2013 11:25

                  @momo
                  lis donc l’article et sort de ton trou perdu
                  pour info les punks ressemblent aussi aux skins sans la crete (memes styles de fringues)
                  tu as aussi les hardos qui portent des rangers, etc


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 juin 2013 11:49

                  Il me semble qu’a l’origine ,en GB,tout est parti du mouvement Moods ,des fils d’ouvriers de toutes origines qui rejetaient et Hippys (bourgeois) et Rockers (pour eux crados) .
                  Il voulaient affirmer leur fierté ouvrière .Pour les cheveux ,les aimant mi long (bol) ,le rasage complet intervint chez ceux d’entre eux qui aimaient le coup de poing, pour ne plus se faire attrapper par la crinière par les policiers à cheval ...


                • Corinne Colas Corinne Colas 7 juin 2013 19:46

                  Le skin, c’est comme la chanson du furet pour les gamins : « il est parti, il est revenu mais il est toujours là ». Confondre punk et skinhead, ce n’est pas sérieux... Un punk n’a jamais eu le crâne rasé !!!! Le punk est mort quand la crête iroquoise est arrivée !

                  Un skin peut aussi en cacher un autre... ils ne sont pas tous d’extrême-droite. Ils se battent (se battaient plutôt vu le dépeuplement de la mouvance) aussi entre eux car à un moment, certains ont eu des idées politiques mais le skin néo nazi a la tête si vide que même Le Pen n’a rien pu en tirer ! 

                  Oui les « antifas » expliquent ici (vers la fin) pourquoi ils portent les mêmes vêtements que les skins :

                      Un reportage très intéressant à voir : Antifa : Chasseurs De Skins

                   

                  http://www.youtube.com/watch?v=boVr0SRS1Pw

                   

                  à l’époque, ils les volaient sur ceux qu’ils « combattaient ». On peut supposer qu’aujourd’hui, ils les achètent car le Skinhead semble devenu une denrée plus rare que le supporter bourrin du PSG. 

                   

                  On nous parle de lutte contre le fascisme ! On constate en réalité que pour les uns et les autres (Antifa ou SKIN) tout tourne autour des fringues, de la musique, de la testostérone, des muscles qui vont avec. Cela en a toujours été ainsi !

                  "Les révoltes adolescentes, on le sait, passent souvent par le vêtement"

                  Je n’’ai pas la télévision mais Radio TAM TAM me dit qu’il y aurait partout des manifestations en France à cause de ce fait-divers et grâce à Agoravox TV, je sais que les politiques savent aussi pleurer sur commande (ils mériteraient comme DSK de monter les marches à Cannes).

                   De même sur cette plate-forme, les commentaires et les articles n’ont pas fini de pleuvoir !

                   Les lecteurs honnêtes feront au moins le constat suivant :

                  - ce papier-ci n’instrumentalise pas la mort du jeune étudiant, c’est le seul à traiter du danger des signes distinctifs et des confrontations qui découlent du marquage identitaire.

                   Chaque jeune investit le monde adulte selon son imaginaire, son histoire familiale. La récupération de l’idéologie nazie pour façonner son identité ou exprimer son malaise à l’entrée dans le monde adulte, témoigne d’une grande misère. 

                  Se promener avec un coup de poing américain ou autre objet contondant , témoigne de la violence des jeunes macaques de la jungle urbaine...

                  Il est tout aussi triste de constater la même pauvreté intellectuelle de ceux qui prétendent combattre le fascisme en s’appuyant sur des symboles et en s’attaquant à des abrutis avec une hargne commune.

                  La récupération de la CNT à ces fins, signe le déshonneur et l’avènement d’Idiocratie.

                  Loin des codes vestimentaires propres à enflammer la jeunesse magnifiquement empapaoutée par les adultes cyniques, en ce moment a lieu près de Londres une réunion de skinheads très dangereux sous la houlette du meilleur copain de notre président, le patron d’AXA et maître de cérémonie pour cette occasion. Ils ont tous le costume-cravate afin de ne pas être reconnus et ceux-là ne seront pas inquiétés : 

                  http://lesmoutonsenrages.fr/2013/06/07/bilderberg-2013-la-liste-complete-des-participants-qui-vont-repenser-le-monde-pour-notre-interet-ou-sutout-pour-le-leur/


                • marcdouziech 7 juin 2013 23:25

                   Les lecteurs honnêtes feront au moins le constat suivant :

                  - ce papier-ci n’instrumentalise pas la mort du jeune étudiant, c’est le seul à traiter du danger des signes distinctifs et des confrontations qui découlent du marquage identitaire.

                  Merci Corinne Colas, bravo Morice


                • AlainV AlainV 9 juin 2013 14:29

                  Je recopie, car c’est bien là que se situe le vrai problème :

                  "Loin des codes vestimentaires propres à enflammer la jeunesse magnifiquement empapaoutée par les adultes cyniques, en ce moment a lieu près de Londres une réunion de skinheads très dangereux sous la houlette du meilleur copain de notre président, le patron d’AXA et maître de cérémonie pour cette occasion. Ils ont tous le costume-cravate afin de ne pas être reconnus et ceux-là ne seront pas inquiétés : 

                  http://lesmoutonsenrages.fr/2013/06/07/bilderberg-2013-la-liste-complete-des-participants-qui-vont-repenser-le-monde-pour-notre-interet-ou-sutout-pour-le-leur/



                • Bartneski bartneski 7 juin 2013 10:36

                  Marine Lepen et les médias nous rabâchent à longueur de journée que le Fn n’est pas un parti politique d’extrême droite. Dans ce cas, où se situe le FN ?

                  Chers lecteurs et ardents défenseurs de notre civilisation en déclin à cause des homos, des immigrés, des cas soc’, de l’europe et des communistes, chers gars de la Marine, chers concitoyens, je m’adresse à vous.

                  Trouvez-vous normal que des individus se promènent en bande partout en France, vêtus de bombers, de rangers, de treillis militaire, de signes nazi tatoués sur le corps, de T-shirt revendiquant appartenir à une race pure et supérieure et détenteurs d’armes blanches ? Trouvez-vous normal que ces milices, car il s’agit bien de cela, répondent à des provocations verbales par l’ultra violence pouvant entraîner la mort sous prétexte que cet enfoiré l’avait bien cherché ? Etes-vous si désespéré au point de penser que la solution finale serait la seule issue à nos emmerdes ?

                  Récemment, un des votres m’a expliqué qu’il serait souhaitable de stériliser les cas soc’ car à quoi bon leurs laisser faire de futurs chômeurs ?.. Puis il a rajouté que l’on devrait leur donner à tous un balai pour les faire bosser gratos en échange des allocs et que s’ils refusent, alors on leurs couperait les vivres. Et puis tant mieux s’ils crèvent la gueule ouverte, ça serait des parasites en moins dans notre si belle société.

                  Que se passe t-il dans vos têtes, dans vos coeurs, dans vos vies ? Que se passe t-il pour que vous trouviez tout cela normal ? Que se passe t-il pour que la haine et le rejet de la différence deviennent ordinaire ? Trop d’arabes, trop de noirs, trop de juifs, trop d’homos, trop de cas soc’, trop de communistes, trop d’europe et puis quoi encore ? Trop de handicapés ? Trop de chinois ? Trop de vieux ? Trop de malades ?

                  Que vous arrive-t-ils ? Vous êtes devenus fous en pensant que vous détenez la raison ? Où est passée votre humanité ? Savez-vous que vous êtes vivants ? Savez-vous que la vie est belle ? Savez-vous que sur plusieurs millions de spermatozoïdes, vous êtes l’élu ? Savez-vous pourquoi vous êtes l’élu ? Etes-vous convaincus que votre vie ne sert qu’à faire du fric et haïr son prochain ? Savez-vous que les arabes, les noirs, les juifs, les chinois, les handicapés, les communistes, les européens etc... sont vos égaux au point de pouvoir se reproduire ensemble en mélangeant nos gênes ? Savez-vous que mêmes les homos peuvent se reproduire et avoir des enfants naturels ?

                  Savez-vous tout cela ou êtes-vous complètement lobotomisés, zombifiés et aveuglés par votre souffrance ? Savez-vous que vous souffrez ? Savez-vous ce qu’est la souffrance ? Savez-vous que la famille et les proches de Clément souffrent ? Savez-vous quelle souffrance ressentent des parents qui viennent de perdre leur enfant ? Savez-vous que la haine n’engendre que la haine ? Savez-vous que la violence n’engendre que la violence ?

                  Savez-vous que je souffre en vous lisant ? Savez-vous que j’ai envie de vomir et de pleurer devant tant de souffrance humaine ? La votre, la leur, la sienne ? Savez-vous que je souffre de vous voir souffrir ? Savez-vous que je souffre de n’être plus fier de vous ? Savez-vous que je souffre de perdre espoir en des jours meilleurs ? Que je souffre de penser qu’inéluctablement, la délivrance et la libération de nos souffrances ne se fera que dans la douleur ?

                  Mon peuple est prisonnier de ses phobies. Il est paranoïaque, amnésique et schyzophrène. Il cède à la haine, l’individualisme et la violence en pensant que c’est le remède à ces souffrances. Mon peuple est manipulé et déshumanisé pour le compte de l’argent, d’un drapeau, d’une couleur de peau, d’une religion, d’une idéologie.

                  Mon peuple se divise, se déchire et banalise la violence la mort.

                  Toi qui m’a lu jusqu’ici, regarde toi dans le mirroir et pose toi cette question : « Si c’était mon fils ? »

                  Sincères condoléances à la famille et aux proches de Clément, mort pour ses convictions.

                  Amour et Paix.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès