Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le film « made in France » censuré : quand les tabous ont la vie dure (...)

Le film « made in France » censuré : quand les tabous ont la vie dure !

Il faudra encore patienter pour visionner en salle le thriller d'anticipation de Nicolas Boukhrief, "Made in France", qui devait sortir en salle en... novembre 2015, et dont l'arrivée est repoussée au printemps 2016 suite aux évènements dramatiques qui correspondaient traits pour traits au scénario de ce film.

On remarquera tout d'abord que le titre s'inspire sans doute du "Made in Britain" sorti dans les années 1980, drame social qui dénonçait l'explosion de la délinquance juvénile dans l'Angleterre thatchérienne. Boukhrief a donc repris le synopsis, adapté à la situation actuelle des poudrières urbaines françaises, où communautarisme, refus d'intégration, délinquance et abandon des pouvoirs publics ont poussé les jeunes vers l'islamisme radical. Cela sur fond de dénationalisation de l'hexagone, où le rejet d'une éducation au patriotisme républicain et à la conscience collective sont encouragés par nos oligarchies, ultra-libéralisme oblige. Le capitalisme sauvage n'a ni identité, ni loi, ni frontière. Ses valeurs, fric et égocentrisme, se sont concrétisées par le rap "nique la France" et le retrait des services publics des quartiers. C'était sans compter sur l'invité surprise depuis les années 1990, l'islamisme...

Contrairement à l'opus britannique, la "fabrication à la française" n'est pas seulement à dominante sociale, fin de l'époque de la lutte des classes oblige. C'est l'ethnico-religieux, on l'aura compris, qui est de mise. Puisque l'on a empêché enseignants et éducateurs de former des patriotes, les jeunes se tournent vers les repères traditionnels, ceux de leurs origines familiales. Une donne non anticipée dans les années 1970, lors des premières vagues d'immigration nord-africaine, quand le patronat voulait remplacer les prolos syndiqués par une main d'oeuvre docile, analphabète et sous-payée. Et athée, à l'époque. Qui s'est soucié des diatribes prophétiques de Malraux ?

Donc Nicolas Boukhrief a tourné un long-métrage nerveux et sans concessions, qui reprend point pour point toutes les phases de la jihadisation des jeunes, de l'endoctrinement au passage à l'acte. Il nous rappelle que les attentats étaient prévisibles, qui peut feindre d'avoir été surpris par les horreurs du 13 novembre ? Il est vrai que le syndrôme de non-acceptation des réalités frappe de plein fouet une bonne partie des français, il n'y avait qu'à constater le peu de réaction de ces derniers au lendemain des tueries. Passivité, surprise ou surtout peur de l'avenir ? Car la situation sociale et nos poudrières urbaines n'incitent pas à l'optimisme.

On remarquera que ce n'est pas un policier mais un journaliste qui infiltre les islamistes dans le film. Ce choix de Boukhrief n'est peut-être pas innocent. Comme beaucoup de français, il doute de l'efficacité de nos services de police. Qui pourrait lui donner tort ? Les Amimour, Mostefai et compagnie étaient connus mais mal surveillés, certains sortaient de prison (ou pire, l'avaient évité contre... engagement à ne pas partir en Syrie !). Abdeslam Salah a pu fuir en franchissant trois barrages de police sans encombre. Certains de ses potes s'exerçaient au tir dans les clubs de la police nationale ! Incroyable de naiveté et d'imprévoyance, quand il ne s'agit pas de négligence à la française. Au passage, on ajoutera que personne n'a exigé la démission du ministre de l'intérieur Cazenave qui pourtant allait de soi après un tel ratage. 

Mais l'intention première du film semble être une mise en garde face à l'avenir. L'absence de perspectives pour les jeunes engendre la violence, ce qui n'est pas nouveau. Seule la nature de l'idéologie, l'islamisme, est inédite en France. Un pays qui a su éviter le terrorisme "rouge" il y a quarante ans, quand il sévissait en Italie et en RFA. Mais à l'époque nos services publics, dont la police et la justice, étaient efficaces. C'était avant les années désastres Chirac-Sarkozy, prolongées avec Hollande, où le retrait de l'état était la priorité. Au passage, le remplacement des éducateurs par des imams bénévoles dans les prisons, ce n'était pas un calcul fiscal ? Hypocrisie quand tu nous tiens...

Sombre avenir en tout cas, au moment où des marées de migrants risquent de venir renforcer nos problèmes sociaux. Sans croissance économique, sans politique d'assimilation des jeunes, une classe dirigeante à côté de la plaque et un conformisme ambiant figé, notre pays doit se préparer à un bien difficile XXIè siècle. Merci toutefois à Nicolas Boukhrief d'essayer de faire bouger les choses, en relançant le cinéma "coup de poing" à la Boisset et à la Ken Loach. On concluera en rappelant que l'absence de culture est hélas le trait commun de la plupart des extrémistes. D'ailleurs le message du tueur en chef Abaoud, qui exibait sa kalachnikov et son coran (qu'il était probablement incapable de lire) devant son pick-up trainant des cadavres de soldats syriens, n'était-il pas "quand j'entends le mot culture je sors ma kalash" ? Un message parait-il très bien reçu dans les prisons françaises, auprès d'une population sous-éduquée et condamnée à la marginalisation sociale... comme quoi l'Histoire n'est qu'un éternel recommencement.


Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • juluch juluch 11 janvier 16:45

    J’ignorais tout de ce film.....il va surement faire du bruit à sa sortie.


    Merci pour cette bonne analyse Je suis Diesel.

    • Loatse Loatse 11 janvier 18:19

      Censure ? vous êtes sûr ?


      Je parierai plutôt sur une évaluation du nombre d’entrées pas vraiment favorable au vu du contexte actuel.. sans compter l’effet de saturation en rapport avec le thème abordé qui est amplement diffusé, discuté, tous les jours ou presque en documentaires, infos télévisées...


      Le public ne serait il pas plutôt enclin à se changer les idées, à se distraire en allant voir des comédies par exemple ?

      • Rensk Rensk 12 janvier 11:53

        @Loatse

        Seulement ceux de TF1 qui remplissent de coca-cola les têtes des gens...


      • armand 11 janvier 18:37

        ya eu le même problème en Belgique avec le même type de film, mais c’était surtout parce que le film ne présentait pas du tout la réalité mais celle fantasmée par nos amis us.


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 11 janvier 19:43

          0l’auteur.
          Bon petit billet.
          Censure ? Trouille absolue, plutôt !
          Trouille d’un Pouvoir aux abois qui ne sait plus quoi faire et se cache derrière l’enfumage de « commémorations » à n’en plus finir pour...« tenir » jusqu’en 2017 et tenter de pousser l’état d’urgence à ses limites extrêmes.
          Voir sur la question ma propre analyse :

          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/etat-d-urgence-le-double-ennemi-174187

          Etat d’urgence, le double ennemi intérieur et extérieur ou l’urgence de vider l’eau du bocal
          Accueil du site > Tribune Libre > Etat d’urgence, le double ennemi intérieur et extérieur ou (...)
          Etat d’urgence, le double ennemi intérieur et extérieur ou l’urgence de vider l’eau du bocal
          par Renaud Bouchard
          mardi 17 novembre 2015
           

           « Je suis fatigué d’avoir encore à répondre à ces questions. 

          Nous poursuivrons les terroristes partout. (…) Si on les prend dans les toilettes, eh bien, excusez-moi, on les butera dans les chiottes. »

          V.V. Poutine, déclaration d’Astana, 24 septembre 1999 – Interfax

          «  Esli, pardon, v tualete ix pojmaem, i v sortire zamochim »

           


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 janvier 09:00

            @Renaud Bouchard

            Une seule solution, comme dirait Gaston Lagaffe :
            « Votez Renaud Bouchard ! » smiley


          • Shawford Naoh 12 janvier 09:04

            @Lucky Laurent

             smiley smiley smiley smiley


          • TSS 12 janvier 00:51

             Il ne sortira pas en salle ,il n’est prevu qu’en « streaming » sur internet... !!


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 janvier 08:59

              Merci pour l’info, j’ai bien aimé les films de ce réalisateur (« Le Convoyeur », « Cortex », un peu moins « Les Gardiens de l’ordre »)


              • elpepe elpepe 12 janvier 10:33

                on n aura pas le film car censure, mais une vraie guerre civile, avec des vrais morts, et de vrais ravages, questions de quelques annees, voir moins, a suivre


                • bnosec bnosec 12 janvier 12:58

                  « Puisque l’on a empêché enseignants et éducateurs de former des patriotes »

                  Les enseignants et formateurs étaient les premiers partisans de cet empêchement, non ?


                  • Ruut Ruut 12 janvier 13:29

                    @bnosec
                    Certains ont essayés ils ont fini en prison.


                  • fcpgismo fcpgismo 12 janvier 13:28

                    Français collabos de l’islamonazisme.

                    La terreur des attentats va faire oublier toutes ces petites filles voilées et soumises de plus en plus nombreuses dans les rues de France.
                    Chartres des jumelles de 8 ans voilées,il ne manquait plus que la baguette dans les mains du père.

                    • L'enfoiré L’enfoiré 12 janvier 15:45

                      Bonjour,


                       Quand on me parle d’un film que je ne connais pas, je me plonge sur Internet pour y voir la bande de lancement.
                       Surprise : aucune n’est disponible. Beaucoup d’adresses de liens, pourtant.
                       La censure aurait-elle fait son oeuvre ?
                       La peur aurait-elle mis le trouillomètre au niveau maxi ?

                       Chez nous, nous avons eu la pièce de théâtre « Djihad » 
                       Une pièce que l’on disait devoir représenter dans les écoles.
                       L’arme du rire....
                       Puis il y a eu ce que Kroll a fait ressortir
                       Conclusion : On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde
                       

                      • L'enfoiré L’enfoiré 12 janvier 15:54

                        « en rappelant que l’absence de culture est hélas le trait commun de la plupart des extrémistes »


                        En fait, ce n’est pas vraiment une absence, mais une différence qu’il faut faire ressortir pour l’harmoniser et les sortir des ghettos qui se sont créés.

                        • sophie 13 janvier 12:38

                          encore un article flopissant, bravo fabien ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès