• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Jeu est terminé pour le Qatar

Le Jeu est terminé pour le Qatar

Les dirigeants qatariens doivent être honnêtes avec eux-mêmes en ce moment. Ils doivent changer leur position et comprendre le point de vue et les exigences, au lieu d'accuser le bloc d'imposer une tutelle sur Doha. Peut-être que le Qatar se réveillera de l'illusion et de l’auto-tromperie et se rendra compte que personne ne veut imposer sa tutelle au Qatar ni à d'autres États et que tous les États du CCG veulent la paix et la sécurité. Les EAU et le reste des pays du CCG connaissent bien l'importance de la sécurité et de la stabilité. Les Émirats arabes unis sont plus préoccupés par les problèmes de sécurité et de stabilité que les autres pays, car ils ont une course de développement compétitive mondiale féroce qui consomme du temps, des efforts et des investissements. Il n'y a pas de temps pour les crises avec une partie régionale ou internationale, en particulier les membres du CCG, compte tenu de la particularité culturelle des six nations.

Les dirigeants qatariens ont besoin d'une réflexion pour comprendre ce qui se passe et se rendre compte que certaines personnes peuvent être trompées pendant un certain temps, mais qu’il est impossible de tromper toutes les personnes tout le temps. Les mesures sévères étaient inévitables, que les déclarations de l'émir soient publiées ou non. La région est maintenant à un véritable carrefour qui nécessite l'ouverture d'une nouvelle page basée sur la franchise et l'honnêteté. Il n'y a pas de place pour fermer les yeux sur les pratiques de la tromperie.

La menace pour la sécurité nationale dans le Golfe et le monde arabe a placé tous les leaders dans une position de responsabilité historique ; soit de s'acquitter de leurs devoirs et affronter les sources du danger et de la menace, soit d’accepter le destin des peuples arabes, où des millions n'ont plus leur place dans leur patrie.

Les pertes causées par les positions du leadership qatarien sont envahissantes et peuvent être un suicide politique que nous ne souhaitons pas aux Qatariens, même si leur leadership est d'accord. Les dirigeants qatariens doivent se rendre compte qu'il est déraisonnable de sacrifier leur peuple pour protéger le groupe de terroristes qu’ils abrite, diviser les Arabes et parier sur les organisations terroristes et la protection présumée des mollahs. Qui peut soutenir Doha contre la tyrannie des mollahs, en cas de conflit avec eux ?

Les dirigeants qatariens doivent également se rendre compte qu'il n'est pas honteux de se détourner des erreurs, mais l'inconvénient est de se laisser aller à l'entêtement et à la vanité et de refuser la réalité et la logique. La question porte sur les intérêts d'un État et de son peuple, et non sur des conflits personnels ou des crises individuelles. Les dirigeants qatariens doivent reconnaître l'échec du projet Qatari, mis en jeu depuis de nombreuses années, puis agir selon la logique et la raison dans de telles circonstances.

Il est dommage qu'un État du CCG agit en tant que mandataire au nom des groupes terroristes, ou un régime incompétent qui ait une haine profonde contre les peuples du CCG et qui attend le moment où il peut mettre la main sur ses gains.

J'ai déclaré dans un article précédent que l'une de mes explications pour la position qatarie est que le pays a été impliqué avec des gangs criminels et des organisations terroristes de sorte qu'il lui est difficile de reculer, et encore moins de prendre des mesures punitives contre ces organisations. La retraite, dans ce cas, peut signifier exposer les secrets et révéler ce qui était derrière les coulisses, surtout que ce qui a été révélé jusqu'à présent indique les catastrophes commises par les dirigeants qatariens dans le financement du terrorisme et de ses organisations.

Être impliqué dans ce piège est coûteux, difficile et compliqué, et finira inévitablement par plus de catastrophes qui arriveront aux dirigeants, à l’État et au peuple du Qatar en raison des gangs terroristes, des organisations et des sponsors régionaux.

Les dirigeants qatariens doivent savoir que le jeu est terminé, qu'il n'y a pas de retour et qu'il n'y a aucun moyen de sortir de la remise des comptes et de revenir aux pratiques passées. Cette politique amènera le pire au leadership qatarien, qui doit également se rendre compte que les mollahs d'Iran ne feront pas grand-chose pour l'appuyer. Les mollah attendent, et leurs ambitions ne sont pas loin du gaz et des richesses naturelles du Qatar. Les organisations terroristes attendent également le moment de la chute pour piller ce qu'ils peuvent et aller à un autre pays pour répéter leur jeu.

Certains croient que les dirigeants qatariens peuvent sortir de la remise des comptes au moyen d'une médiation du Golfe qui est actuellement en cours, mais ils doivent se rendre compte que l'idée de signer des accords évasifs est passée. Les médiateurs du GCC eux-mêmes sont conscients de la mesure dans laquelle les dirigeants qatariens sont manipulés et ne veulent pas être impliqués dans un nouvel embarras, mais ils s'inquiètent beaucoup de l'unité du CCG et de la nécessité de résoudre les différences au sein d'une même maison.

Les pays du boycott et du compte rendu savent également que leurs positions ont une implication politique et économique. Le Qatar n'est pas le seul concerné par ces décisions, ce qui était inévitable ; elles sont douloureuses mais nécessaires d'urgence. Il n'y aura aucune possibilité de manipulations et de tromperies répétées exercées par les dirigeants qatariens dans l'accord précédent, où l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis se sont conduits conformément au principe de bonne volonté.

À mon avis, les dirigeants qatariens doivent également être conscients que les mesures prises jusqu'ici ne sont pas la fin. Il existe des documents et des procédures encore plus sérieux pour le leadership lui-même, en particulier en ce qui concerne le processus de changement politique au Qatar, qui est important pour l'intérêt national du Qatar et des peuples des pays du CCG.

L'étape du boycott a été une occasion précieuse pour les dirigeants qatariens de corriger leur cours. Le Qatar se rendra-t-il à la réalité avant qu'il ne soit trop tard ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.59/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Leonard Leonard 15 juin 11:32

    Vous êtes fan de Goebbels hein ?


    Vous aimez la propagande...

    • wawa wawa 15 juin 12:07

      @Leonard

      là, c’est tellement gros que cela en devient grotesque,
      c’est toujours une rigolade de lire cet « auteur »


    • Leonard Leonard 15 juin 12:48

      @wawa

      Le probleme reste tout de même ce manque cruel d’impartialité doublé d’un absence de remise en question...

      Ce mec est comme les lobbies... horrible 

    • babelouest babelouest 16 juin 11:08

      @Leonard
      c’est vraiment curieux, de constater à quel point pour lui c’est forcément le Qatar qui pose problème. Celui-ci réside naturellement dans le triangle Riyad-Tel Aviv-Washington.


    • agent ananas agent ananas 15 juin 12:48

      Au lieu d’accuser les autres de terrorisme, vous feriez mieux de balayer devant votre porte.
      Et il y a un grand ménage à faire chez vous. Doit on vous rappeler quelle était la nationalité d’Ossama Ben Laden ou celle des terroristes du 11/9 ?


      • phan 16 juin 06:43
        @agent ananas
        Ben Laden avait il plusieurs passeports ?
        L’incendie était un agent terroriste ? a pulvérisé la Tour N° 7 à New York, par contre la tour Grenfell à Londres tient toujours debout (et respect aux victimes) .



      • Decouz 15 juin 13:06

        C’est katarstrophique, il faut y mettre le mollah !


        • microf 15 juin 15:33

          Je vois déjá certains États prédateurs prêts á foncer sur la Qatar pour le dépecer, le piller et confisquer ses richesses comme ilsl´ont fait hier en Irak, Iran, Koweit, Lybie.


          • Decouz 15 juin 19:47

            Analyse de la situation par Bari Atwan :
            Pour l’instant , impasse, le Qatar ne s’en sort pas si mal, car il s’est montré bien disposé par rapport à la médiation proposée par le Koweit, il a le soutien de l’Iran et de la Turquie, il passe plus pour une victime du fait de l’embargo qui touche les populations civiles pendant le mois du Ramadan, et de l’expulsion de ses ressortissants. Pour sa part il n’a expulsé aucun citoyen des pays qui lui sont opposés, au contraire ils sont toujours les bienvenus au Qatar. Expulser des civils est une mesure bien plus dommageable que d’expulser des diplomates, ces derniers peuvent partir rapidement sans problème, alors que des civils ont des liens économiques et familiaux.
            L’impasse risque de ne pas durer. Trois possibilités pour la coalition anti Qatar :
            -certains plaident pour un solution pacifique, une augmentation des sanctions à long terme, le conflit n’irait pas loin, la sympathie pour le Qatar du fait de l’embargo ne durerait pas, mais ses effets seraient limités.
            -une solution intermédiaire viserait à asphyxier les finances du Qatar, sous le prétexte de son soutien au terrorisme, si cette option était soutenue par les USA, l’économie serait paralysée et le « soft power » , pouvoir financier sur les médias et la politique, gelé.
            -certains préféreraient une option militaire, mais elle aurait été plus judicieuse avant que le Qatar ne se tourne vers l’Iran et la Turquie, cependant ils pensent que Trump appuierait pareil choix, impliquant éventuellement un changement de régime. Ils misent soit sur une division au sein de la famille régnante, soit sur un recrutement de familles opposées (ce qui semble difficile, compte tenu des précédents où les membres d’une tentative de coup d’état ont été traités durement, le prix à payer serait trop lourd, le pouvoir ne pourrait selon un conseiller « être piqué deux fois par le même serpent »).
            Le Qatar a refusé les exigences (expulser les leaders du Hamas, rompre avec les Frères Musulmans, lutter sérieusement contre le terrorisme, fermer Al Jezeera), à Paris lundi le ministre des affaires étrangères a dit qu’il n’était pas question d’interférer dans les affaires intérieures ou extérieures du Qatar, question de souveraineté, ni de fermer Al Jazeera.

            http://www.raialyoum.com/?p=692087


            • Alpo47 Alpo47 15 juin 20:18

              Cet auteur est le pire -et le plus mauvais- propagandiste qui se répand dans Agoravox. Les faits lui importent peu, il énonce SA vérité. Du « story-telling » typique.

              Alors que ces jours-ci, on apprend que les EAU ont dépensé 3 milliards USD pour financer la révolution ratée en Turquie.

              Détourner l’attention ?


              • covadonga*722 covadonga*722 15 juin 20:38

                yep c’est tellement fini pour le qatar qu’ils viennent de faire un gros cheque a Donald Trump


                • Trelawney Trelawney 16 juin 09:35

                  @covadonga*722
                  La devise de la CIA étant : « la seule façon de gagner une course hippique est de miser sur tous les chevaux »


                • bonalors 15 juin 21:39

                  oui définitivement se sont des vilains garçons a force de jouer avec des Kalachnikovs ils vont finir par se blesser ...


                  • Leonard Leonard 16 juin 07:48

                    Dieudonné et Sorel sont des agents du Mossad.


                    Et Donald Trump est le petit fils d’Enstein...

                    • Trelawney Trelawney 16 juin 09:49

                      CCG : Conseil de Coopération du Golfe, créé sous l’impulsion de l’Arabie saoudite et sous la pression des États-Unis le 25 mai 1981, dans le but d’assurer la stabilité économique et politique de la région. Et surtout dans le but d’ostraciser l’Iran.


                      Comme le Qatar a décidé de faire ami ami avec l’Iran pour l’exploitation d’un gisement gazier entre les deux pays, ce CCG n’a plus de raison d’être

                      Sur les 19 terroristes du 11 septembre 2001, 15 étaient saoudiens et les 4 autres étaient Kowétiens, l’excuse du financement du terrorisme par le Qatar et pas l’Arabie Saoudite ne tient pas

                      • QAmonBra QAmonBra 16 juin 10:26

                        @u wahhabite de service.



                        Si le jeu est terminé, dites vous, il ne l’est pas que pour le Qatar et vous allez bientôt l’apprendre à vos dépens. . . 

                        • phan 16 juin 10:48

                          Le jeu est « presque » terminé pour le Qatar !
                          Pourquoi presque ? Après la Turquie, c’est un pays musulman qui possède la « bombe » : le Pakistan a décidé de déployer 20.000 soldats pour soutenir ses « frères » du Qatar.
                          Avec les Rafales et les avions de combat de type F/15QA, le jeu n’est pas encore terminé !


                          • Zolko Zolko 16 juin 11:07

                            Comme disait Jaques Chirac à W. Bush : « ce n’est pas un jeu et ce n’est pas fini ».


                            • ADEL 16 juin 15:18

                              Il me semble que vous êtes beaucoup plus dans la posture du propagandiste que de l’analyste politique indépendant.Si le Quatar peut être considéré comme un trouble-fête au sein du conseil du golfe arabique, l’arabie saoudite en est lucifer et le parrain historique attitré jusqu’à ce jour de l’islamisme hypocrite pronant ouvertement son prosélytisme assis sur les pétrodollars, manne aujourd’hui rapidement évanéscente d’un côté, et de l’autre côté, sur l’islamisme sectaire djihado-terroriste financé et défendu ouvertement par ces aârabs en syrie et ailleurs. les 2 tendances se complétant et se ressourçant sur les mamelles du wahabbisme, doctrine de dangereux ignares népotistes et assassins. 



                                • cartouche cartouche 17 juin 12:53

                                  Bonjour,


                                  Je vais vous couper la tête, ne bougez pas, ce ne sera pas douloureux.

                                  (1) Les dirigeants qatariens doivent changer leur position. Tous les États du CCG veulent la paix, la sécurité et la stabilité*. Les Émirats arabes unis sont plus préoccupés que les autres*, dans un contexte de compétitivité mondiale féroce. Il n’y a pas de temps pour les crises avec une partie régionale compte tenu de la particularité culturelle des six nations.

                                  (2) Certaines personnes peuvent être trompées pendant un certain temps. Les mesures sévères étaient inévitables, que les déclarations de l’émir soient publiées ou non. Nouvelle page basée sur la franchise et l’honnêteté, ne pas fermer les yeux. 

                                  (3-4)Une phrase horriblement impérialiste ou panarabe maladroite, suivie de menaces. il est déraisonnable de sacrifier le peuple (quatari) pour protéger le groupe de terroristes qu’ils abritent, Qui peut soutenir Doha contre la tyrannie des mollahs, en cas de conflit avec eux 

                                  (5-6)Du mépris, des généralités. Les dirigeants qatariens doivent reconnaître l’échec du projet Qatari, mis en jeu depuis de nombreuses années, puis agir selon la logique et la raison dans de telles circonstances. De la haine.

                                  (7)Le pays (le Quatar) a été impliqué avec des gangs criminels et des organisations terroristes de sorte qu’il lui est difficile de reculer, et encore moins de prendre des mesures punitives contre ces organisations. La retraite, dans ce cas, peut signifier exposer les secrets et révéler ce qui était derrière les coulisses.

                                  (9)Les dirigeants qatariens doivent savoir que le jeu est terminé, les mollahs d’Iran ne feront pas grand-chose pour l’appuyer. Les organisations terroristes attendent également le moment de la chute pour piller ce qu’ils peuvent et aller à un autre pays pour répéter leur jeu.

                                  (10-11)Une médiation du Golfe qui est actuellement en cours, du mépris, de l’impérialisme, Un bloc incompréhensible, conformément au principe de bonne volonté. 

                                  (12)Il existe des documents et des procédures encore plus sérieux pour le leadership lui-même, en particulier en ce qui concerne le processus de changement politique .

                                  Bloc 1 Les sources pour les position commune de la CCG* et spécifique des EAU* ?
                                  Bloc 2 Les sources sur les déclarations de l’émir du Quatar ?
                                  Bloc 9 Les sources sur les-dites intentions des molla d’Iran ?
                                  Bloc 12 Hahahahahaha... Pardon. Pouvez vous produire des preuves d’une violation du droit international par... qui exactement ?

                                  Vous voyez que ca fait pas mal. A votre service.

                                  ++

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès