• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le jihadisme, nouvelle resucée du guevarisme dans l’impérieux besoin (...)

Le jihadisme, nouvelle resucée du guevarisme dans l’impérieux besoin de tuer ?

« Je n’osais pas tirer. À ce moment, je voyais un Che, grand, très grand, énorme. Ses yeux brillaient intensément. Je sentais qu’il se levait et quand il m’a regardé fixement, j’ai eu la nausée. J’ai pensé qu’avec un mouvement rapide, le Che pourrait m’enlever mon arme. "Soyez serein, me dit-il, et visez bien ! Vous n’allez tuer qu’un homme !". Alors, j’ai reculé d’un pas vers la porte, j’ai fermé les yeux et j’ai tiré une première rafale. Le Che, avec les jambes mutilées, est tombé sur le sol. Il se contorsionnait et perdait beaucoup de sang. J’ai retrouvé mes sens et j’ai tiré une deuxième rafale, qui l’a atteint à un bras, à l’épaule et dans le cœur. Il était enfin mort. » (témoignage du sergent Mario Teran, dans "Paris Match" en 1977). C’était il y a quarante-cinq ans…

L’arrestation des onze membres d’une cellule islamiste le samedi 6 octobre 2012 (le douzième membre, Jérémie Louis-Sidney, a été tué après s’être violemment opposé à la police) à la suite de l’attentat antisémite du 19 septembre 2012 contre une supérette de Sarcelles montre que de plus en plus de petits délinquants deviennent en France des "jihadistes", et cette tendance à la radicalisation se déroule comme le catalyseur d’une révolte intérieure apporté par des éléments extérieurs à la France essentiellement grâce à Internet et aux réseaux sociaux où les extrémistes et les intégristes renforcent la détermination des plus paumés.

Dans l’émission littéraire de Public Sénat "Bibliothèque Médicis", l’un des invités de Jean-Pierre Elkabbach remarquait le 22 septembre 2012 que le terrorisme islamiste avait remplacé le guevarisme dans la tête de certains jeunes désœuvrés tentés par l’activisme contre le "grand capital" et le supposé "impérialisme américain". Du reste, l’ancien ministre Éric Raoult a émis cette même analogie dans un débat sur BFM-TV le 8 octobre 2012.

Cette idée n’est pas sans pertinence. On peut en effet imaginer qu’un jeune homme, sans le sou, n’ayant donc rien à perdre, écorché, avec une rage personnelle très intense contre la société, pourrait se métamorphoser en terroriste de la cause extrémiste de l’islamisme. Il ne peut plus donner dans le gauchisme révolutionnaire comme dans les années 1970 et 1980 (Action directe, Brigades rouges etc.) car le communisme a idéologiquement été définitivement battu.

En revanche, une autre forme d’activisme meurtrier a pu voir le jour à partir des année 1990 (avec le terroriste Kelkal) pour essentiellement combattre le monde dit occidental (qui n’existe pas plus qu’un monde oriental). Dans les "banlieues", cela a pu donner des cas extrêmes comme Merah. La barbe de Ben Laden a remplacé l’étendard de Che Guevara.

En général, ce sont surtout des convertis récents qui n’ont rien à voir avec l’islam (et qui sont très différents de la plupart des musulmans qui, eux, prônent la non-violence et souvent subissent à leurs dépens les amalgames) mais ils concrétisent le mal-être par des actions violentes contre leur pays, la quête de repères surtout. Expert en sécurité et renseignement stratégique, Claude Moniquet remarque : « Ces gens ont une conception sommaire du jihadisme et n’ont pas une vraie connaissance de l’islam. (…) Ces gens qui sont en rupture sociale épousent une idéologie qui justifie et ennoblit leurs actes. ». Expert en islam, Samir Amghar observe de son côté : « Nous assistons à l’émergence d’une nouvelle tendance du salafisme, l’islamo-banditisme, formée par des délinquants, souvent convertis en prison, qui gardent leurs habitudes de violence ou d’exactions, mais en les justifiant par des motifs religieux islamiques de lutte contre l’Occident. ».

L’anti-occidentalisme est le point de convergence, exactement comme l’exprimait le 24 février 1965 à Alger un guérillero : « Les pays socialistes ont le devoir moral d’arrêter leur complicité tacite avec les pays de l’ouest exploiteurs. ».

C’était un Ministre de l’Industrie très vindicatif néanmoins doté d’une grande intelligence. Non, je ne parle pas d’Arnaud Montebourg mais bien d’Ernesto Guevara qui est mort il y a tout juste quarante-cinq ans, le 9 octobre 1967, à l’âge de 39 ans.

Tiens, parlons justement du Che Guevara. À la différence de l’avocat socialiste, le Che n’a pas débité seulement du verbe mais a agi, et quand je dis "agi", cela veut dire "a pris les armes" et a voulu "répandre" la révolution cubaine un peu partout dans le monde, en particulier au Congo et en Bolivie. Cette exportation de la révolution avait, selon lui, valeur universelle : « Il n’y a pas de frontières dans cette lutte à mort. Nous ne pouvons pas rester indifférents face à ce qui se passe dans n’importe quelle partie du monde. La victoire de n’importe quel pays contre l’impérialisme est notre victoire, tout comme la défaite de quelque pays que ce soit est notre défaite. ».

Si les adorateurs de Staline et de Mao sont revenus parfois très tôt de leur adoration (heureusement), ce n’est pas le cas pour Che Guevara et il n’est pas rare, encore aujourd’hui, de voir dans nos démocraties pacifiées certaines personnes, parfois jeunes, parfois bien plus jeunes que les quarante-cinq années qui les séparent de sa mort, arborer en effigie cette figure quasi-légendaire de la révolution. Un homme aimant, entouré de sa famille comme l’on peut le voir avec plein de tendresse sur certaines photos. Un homme intellectuel et cultivé, capable de discuter avec Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre (dans ses petites souliers).

yartiGueva05

Intelligent, esprit vif, passionné, courageux, allant jusqu’au bout, indubitablement, Guevara a tout pour faire le parfait héros romantique de tous les révolutionnaires en culotte courte (ou tranquillement installés dans leur salon derrière un écran) qui se sont (malgré ce qu’ils en disent) très bien adaptés à la société de consommation.

Cette idolâtrie encore actuelle pour ce médecin argentin est très étonnante car il a peu soigné et il a été contre le principe général du christianisme dans lequel il a baigné qui est que la vie est sacrée et qu’il n’y a rien au monde qui puisse justifier le meurtre d’un homme.

Car il faut dire ce qu’il en est : ce type était un tueur, un tueur en série, un tueur idéologique, le pire des tueurs, car tueur sans émotion, tueur froid et cynique, sans un seul sentiment humain, bref, sans aucun romantisme, justement. Un tueur comme on peut le retrouver dans l’excellente pièce "Les Justes" d’Albert Camus.

Un Robespierre incorruptible prêt à tuer l’humanité entière pour sa prétendue juste cause. Cause dont on a d’ailleurs complètement oublié le fondement (à part l’anti-américanisme primaire). Sa mort brutale à un âge encore jeune n’a jamais été une surprise et devant celui qui allait le "liquider", il dédramatisait sa propre tragédie. Pour lui, la vie humaine ne valait rien. En tout cas, pas grand chose.

Rappelons les assassinats multiples commis par Guevara. Il a tué de ses propres mains des dizaines d’hommes.

Fidel Castro (qui est toujours vivant malgré ses 86 ans et sa maladie) lui avait délégué la présidence des tribunaux d’exception car Guevara n’aurait jamais eu un seul geste de clémence, il n’hésitait pas à recourir systématiquement à la peine de mort contre les ennemis du régime.

Rappelons aussi quelques citations du révolutionnaire qui font penser étrangement aux terroristes islamistes actuels.

Par exemple, en Égypte, il expliquait son action ainsi : « Le moment décisif dans la vie de chaque homme est quand il doit décider d’affronter la mort. S’il la confronte, il sera un héros, qu’il réussisse ou non. Cela peut être un bien ou un mal politique, mais s’il ne se décide pas à l’affronter, jamais il ne cessera d’être seulement un homme politique. ». C’est typiquement un cas désespéré d’illuminé dangereux.

Autre exemple de cerveau noyé dans une sorte de démence sectaire, ce discours à New York le 11 décembre 1964 : « Nous avons fusillé, nous fusillons et nous continuerons à fusiller tant que cela sera nécessaire. Notre lutte est une lutte à mort. » …sans définir d’ailleurs quelle en est la nécessité ni jusqu’où cela s’arrêterait. Robespierre et les têtes tranchées qui s’accumulèrent pour le bien de "sa" révolution… mais cela fait penser aussi (eh oui) à Hitler qui avait aussi un impérieux besoin de tuer.

Cité également par Wikipédia, le Che n’hésitait pas à évoquer en avril 1967 son véritable moteur : « la haine comme facteur de lutte ; la haine intransigeante de l’ennemi, qui permet à l’être humain de dépasser ses limites, et le transforme en une efficace, violente, sélective et froide machine à tuer ».

Du reste, Guevara était vaguement authentique et honnête avec lui-même et les autres et reconnaissait en 1965 : « [Le vrai révolutionnaire] doit allier à un tempérament passionné une froide intelligence et prendre de douloureuses décisions sans que se contracte un seul de ses muscles. » même s’il ne s’interdisait pas cette hypocrisie géante : « Les révolutions sont moches mais nécessaires, et une partie du processus révolutionnaire est l’injustice au service de la future justice. ».

C’est exactement le principe de la "dictature du peuple". On cherche à introduire le paradis humain en dévastant les pays et en y installant… un enfer. Erreur de discernement, folie, aveuglément, besoin de tuer à tout prix ? Le stalinisme qui a tué une vingtaine de millions de personnes, la Révolution culturelle de Mao qui a tué une vingtaine d’autres millions de personnes, la dictature nazie qui a également, sous la coupe d’une idéologie aberrante, a tué des dizaines de millions de personnes, la logique folle des khmers rouges de Pol Pot qui ont massacré une grande partie de la population cambodgienne…

Oui, tout cela est une injustice au service de l’impossible future justice. Et c’est aussi ce genre de folie qui fait mettre dans la tête d’influençables la volonté de jeter un avion avec eux sur des tours d’immeuble faisant des milliers de morts qui n’avaient fait de mal à personne… Folie meurtrière. Aujourd’hui, elle est passée du rouge au vert, à l’évidence...


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (9 octobre 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Nouveau monde.
11 septembre 2001 : jihadisme vs complotisme.
Merah.
Rue des rosiers.

yartiGueva02



Moyenne des avis sur cet article :  1.64/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Georges Yang 9 octobre 2012 13:04

    Vous êtes totalement à côté

    Les salafistes ne remettent pas en cause le capitalisme, ni le profit, ils s’interdisent seulement les taux d’intérêts (mais les banques islamique ont trouvé un artifice)

    Le seul point de comparaison est que le marxisme était aussi une religion (religion parfaite car débarrassée de Dieu)


    • Yvance77 9 octobre 2012 13:13

      Des billets minables, l’auteur en a fait plus d’un... mais là il se surpasse c’est quasi lunaire !


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 9 octobre 2012 14:20

        Encore un chegérophile qui n’apprécie pas qu’on salisse son idole !


      • Gabriel Gabriel 9 octobre 2012 13:21

        Des petites corrections s’imposent Monsieur Rakotoarison,

        Comme vous le dites si bien, rien au monde ne peut justifier l’assassinat d’un homme, aussi je vous encourage vivement à en parler à vous petits copains financiers qui mettent des tyrans à la tête des états afin d’en piller les ressources naturelles et puis, chiffrez moi le nombre de millions de victime que leurs politiques fait et continue à faire. Le Che, ne vous en déplaise, n’était pas un tueur de sang froid, cynique et sans valeurs humaines comme vos sacro saintes idoles capitalistes mais, un révolutionnaire ayant pris les armes pour que la population crevant de misère puisse vivre décemment. Je sais pour vous ce n’est qu’un sale gauchiste de plus. Vous parlez d’anti-américanisme terme mal à propos car, c’est seulement contre la politique libérale et expansionniste de ses gouvernements successifs qui n’ont pas hésité à déclencher des guerres un peu partout sur le globe à des fins spéculatives qu’il s’est battu. Alors certes, le Che à tué au nom de la liberté, ce qui n’en fait pas un saint je vous l’accorde, tout le monde n’est pas Gandhi et en terme d’exemple, celui sur lequel vous crachez actuellement, vaut cent fois mieux que les ordures que vous prenez pour modèle.


        • oncle archibald 9 octobre 2012 17:41

          Mourir pour des idées, l’idée est excellente
          Moi j’ai failli mourir de ne l’avoir pas eue
          Car tous ceux qui l’avaient, multitude accablante
          En hurlant à la mort me sont tombés dessus
          Ils ont su me convaincre et ma muse insolente
          Abjurant ses erreurs, se rallie à leur foi
          Avec un soupçon de réserve toutefois
          Mourons pour des idées, d’accord, mais de mort lente,
          D’accord, mais de mort lente

          Jugeant qu’il n’y a pas péril en la demeure
          Allons vers l’autre monde en flânant en chemin
          Car, à forcer l’allure, il arrive qu’on meure
          Pour des idées n’ayant plus cours le lendemain
          Or, s’il est une chose amère, désolante
          En rendant l’âme à Dieu c’est bien de constater
          Qu’on a fait fausse route, qu’on s’est trompé d’idée
          Mourons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
          D’accord, mais de mort lente


          Encore une fois merci Georges !

        • BlackDjai BlackDjai 9 octobre 2012 13:49

          Du grand n’importe quoi !!!!

          Article bon à jeter à la poubelle ou à faire lire à des abrutis partageant le modèle de société que vous pronez.

          10 minutes de mon temps perdu pour lire cette daube.


          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 9 octobre 2012 14:18

            Ouais, t’as raison, retourne donc te prosterner devant la statue de Kim Jong Il.


          • Constant danslayreur 9 octobre 2012 13:54

            « Fidel Castro (qui est toujours vivant malgré ses 86 ans et sa maladie) » smiley 

            Avant même son caoua du matin, Sylvain a un autre rituel sacré, écouter attentivement les infos des fois que Fidel aurait enfin clamsé durant la nuit... smiley


            • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 9 octobre 2012 14:16

              Rhooooooooooooooooo !

              Vous avez écrit un article où vous .... OSEZ ... CRITIQUER ... le marxisme ET l’islamisme !

              Il faut oser hein !

              Ne vous étonnez donc pas d’avoir des scores encore plus mauvais que d’AUCUNS !




              • Pyrathome Pyrathome 9 octobre 2012 14:42

                Bravo Sylvain, record battu !! à inscrire dans le livre guiness des records 100% d’avis défavorable.....
                Même l’auteur a voté contre son article, c’est dire à quel point de désœuvrement il se trouve smiley...
                Faut dire qu’associer le Che et le mythe Oussama, fallait oser.....pour un peu, il accuserait Fidel Castro d’avoir dynamité en personne les 3 WTC le 11 septembre 2001.....ah ah ah !!!


                • kall kall 9 octobre 2012 15:31

                  "ce type était un tueur, un tueur en série, un tueur idéologique, le pire des tueurs, car tueur sans émotion, tueur froid et cynique, sans un seul sentiment humain« 
                  Doit-on comprendre que vous n’aimez pas Ernesto  ?

                   »Un Robespierre incorruptible prêt à tuer l’humanité entière pour sa prétendue juste cause"
                  Doit-on également déduire que Maximilien ne vous est guère sympathique ?

                  Pardonnez mes interrogations mais, vos propos subtils, la finesse de vos assertions et les nuances de votre pensée sont extrêmement délicats à appréhender.


                  • LE CHAT LE CHAT 9 octobre 2012 16:03

                    est ce que Oussama finira sur les t shirt des bobos dans 30 ans ????
                    Les jeunes qui portent fièrement le Che le portent ils pour une autre raison que les gamines arborent Hello Kitty ?


                    • Hermes Hermes 9 octobre 2012 17:44

                      Sylvain,

                      autant j’affirme que la guerre est l’expresion ultime de l"égarement de notre conscience, autant j’’estime que la provocation est une perte de temps et d’énergie et un appel à la violence.

                      Allons, allons, reprenez-vous, vous blasphémez et Agoravox n’est pas Charlie Hebdo : CH-HE, si vous saisissez bien, il est partout  !

                       smiley smiley smiley smiley


                      • Hermes Hermes 9 octobre 2012 17:50

                        Plus sérieusement, sans faire ces raccourcis historiques un tantinet rapides qui nuisent à l’écoute du lectorat d’agoravox (que vous choisissez d’ailleurs en écrivant ici), vous auriez pu plus simplement faire un article sur la névrose romantique suicidaire et investiguer sur ses origines.

                        Cdt


                      • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 9 octobre 2012 18:40

                        Bonjour Sylvain,

                        Merci pour votre excellent article.

                        Juste quelques remarques :

                        1 Le Che n’était pas un tueur. Il l’est devenu ...La lutte contre Battista était légitime. Les bavures à la libération de Cuba ne sont pas excusables, mais elles peuvent se comprendre.

                        Le probléme c’est que Cuba sous l’impulsion de Raul Castro et quelques autres a trés vite sombré dans une orgie de crimes, qui a fait plus de victimes chez les démocrates Cubains (qui s’étaient pour beaucoup battu avec Castro) que chez les miliciens de Battista. La complaisance servile des intellectuelles de gauche (de Sartre à l’ineffable Ramonet chez nous) a voué à une sorte d’impunité ce régime pourri. Guevarra là dedans n’a rien été de plus qu’un petit soldat au service d’un Pol Pot au petit pied. Et une icône pour les nostalgiques des SS de gauche, ceux qui admirent les génocidaires de Vendée et les promoteurs de l’Holomodor.

                        2 Vous dites que les Djihadistes , en particulier les convertis, ne sont pas des « vrais » musulmans. Pourquoi ne le seraient ils pas ?

                        Pour continuer la comparaison avec les tueurs Guevaristes, ceux ci se réclament d’une idéologie socialiste. Et ils sont « socialistes » (au sens marxiste).

                        Ca ne veut pas dire que le socialisme, le communisme ou l’Islam sont criminels en soi.

                        De Jaurés à ...Hollande , les exemples ne manquent pas de socialistes respectueux des droits humains (même si parfois ça leur « retombe » dessus : voir l’exemple Allende).

                        Idem d’ailleurs pour les démocrates « libéraux »....Et idem pour les religions.

                        La question que je me suis toujours posé serait plutot de savoir si certaines personnes vouées au crime ne se saisissent pas de la premiére idéologie qui passe pour assouvir leurs penchants criminels : Guevara et Hitler, Ben Laden et Turreau ne sont ils pas en fait les mêmes personnes à un instant et à un endroit différent ?

                        Ou alors y a t il des enchainements tels qu’ils peuvent conduire un peintre en aquarelle pacifique à devenir un Hitler, un play boy de bonne famille à devenir Ben Laden ?

                         

                         

                         

                         


                        • Christian Labrune Christian Labrune 10 octobre 2012 00:22

                          « Le Che n’était pas un tueur. Il l’est devenu ...La lutte contre Battista était légitime. Les bavures à la libération de Cuba ne sont pas excusables, mais elles peuvent se comprendre. »

                          @Victor Lazlo,

                          Je ne vous suis pas lorsque vous écrivez « Le Che n’était pas un tueur, il l’est devenu ». J’observe cependant que la suite de votre propos est quand même tout à fait équivalente à une condamnation. Certes, il n’était pas né avec un couteau entre les dents, mais je suppose que Staline ou Hitler, au berceau, ne se comportaient pas comme Hercule et paraissaient de charmants bébés comme la plupart des autres. En tout cas, le bon docteur Guevara n’a pas mis très longtemps à devenir « le petit boucher de la cabaña » et les plus récents biographes s’accordent à considérer que lorsqu’il fallait refroidir quelques opposants, il se faisait un vrai plaisir, tout en fumant un bon cigare, de les trucider lui-même au révolver.

                          Néron dans sa jeunesse et dans les premiers temps de son règne, s’il faut en croire Tacite, éprouvait une très vive répugnance lorsqu’il lui fallait se prononcer sur une condamnation à mort. Il n’était pas un tueur-né, lui non plus, mais il a fini par se faire à une vraie fascination de la violence qui est au fond assez banale. Je vois par exemple avec consternation que 80% des lecteurs de cet article se feraient volontiers les défenseurs de ces sortes de grands prédateurs. Ce qui leur manque, probablement, ce n’est qu’une occasion historique comparable à celle des journées de septembre 92. On n’en a toujours pas fini avec la « bête immonde ».

                           


                        • gordon71 gordon71 9 octobre 2012 19:00

                          Folie meurtrière. Aujourd’hui, elle est passée du rouge au vert, à l’évidence...


                          contre les évidences que personne ne songe à discuter :
                          , la réalité :

                          L’office de police intergouvernemental Europol classifie ainsi chaque année les attentats (réussis, déjoués ou échoués) des années précédente en fonction du groupe les commettant : islamiste donc mais aussi séparatiste, extrême-gauche, droite, et divers. Si l’on fait la somme des chiffres de ces cinq dernières années, ce sont lesséparatistes qui ont été le plus souvent impliqués dans des entreprises d’attentats, très loin devant les autres. Sur 2056, ils en ont commis 1750, soit 85%.

                           En comparaison les actes d’islamistes ou de l’extrême droite sont négligeables, avec respectivement 9 et 6, soit 0,4 et 0,3%.




                          • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 9 octobre 2012 21:25

                            Bonjour Gordon,

                             
                            Vous avez raison.
                            Néanmoins la portée de ces attentats n’est pas du même acabit.
                            Jusqu’à maintenant on a pas vu d’indépendantistes Corses ou Bretons flinguer des fillettes dans des cours d’école ou déposer des bombes dans le métro aux heures d’affluence.

                            Quand il y a eu les bombes islamistes en Espagne et qu’Aznar a essayé de faire porter le chapeau à l’ETA , personne n’y a cru un instant : revélateur ...





                          • exocet exocet 9 octobre 2012 22:49

                            Qu’est-ce qu’il compare che Guevara, médecin sacrifiant sa carrière pour faire la révolution dans un pays ou les pauvres étaient écrasés, avec des jihadistes, des gros nazes incultes et quasi analphabètes (malgré l’école obligatoire jusqu’à 16 ans) qui agissent par jalousie
                            .
                             Qui agissent parcequ’ils sont aigris : de tout petits leur maman leur a dit : « tu es le plus beau mon fils », ils avaient à la maison les soeurs commes esclaves domestiques pour laver leurs slips sales, et en grandissant ils se rendent compte qu’ils ne sont pas le centre du monde et que les femmes ne se bousculent pas pour remplacer leurs soeurs et leur mère.

                            D’ou, ils se disent : ces salopes d’Européennes ne veulent pas de moi parcequ’elles sont racistes, et, soit ils branchent les passantes dans la rue les traitant de salopes si elles ne répondent pas, soit ils violent (tournantes), soit ils deviennent jihadistes.

                            Ce n’est pas la peine de chercher des raisons alambiquées à tout ça.

                            Quant à « Sylvain Rat Kotoarison », s’il peut comparer ça à Che Guevara, c’est peut-être que lui aussi n’est pas très net de ce côté là.

                            Article tout bonnement insultant pour l’humanité toute entière.


                            • Christian Labrune Christian Labrune 9 octobre 2012 23:58

                              à l’auteur

                              Un article tout à fait remarquable sur l’opium des petits bourgeois, révolutionnaires en pantoufles, si nombreux sur AgoraVox, qui rêvent encore de la grande Terreur et de sa guillotine et ne parviendraient plus à bander sans invoquer le petit boucher de la Cabaña et quelques autres crapules du même tonneau.

                              Vive Poutine ! Vive Chavez ! Vive Ahmadinejad ! Tels sont les applaudissements qu’il faut ici entendre tous les jours. J’ai même lu naguère sur ce site qu’on ne savait rien d’autre de Pol Pot, au fond, que ce qu’en dit la grande presse occidentale, et qu’on finirait bien par le réhabiliter !

                              Viva la muerte ! C’est l’aspiration la plus largement partagée ici et c’est ce qui fait que 80% de nostalgiques des pires systèmes politiques détestent votre article. C’est très bon signe. 


                              • David 10 octobre 2012 00:45

                                Cher Christian Labrune, vous dites : « Un article tout à fait remarquable sur l’opium des petits bourgeois, révolutionnaires en pantoufles, si nombreux sur AgoraVox »

                                Petits-bourgeois anar avec 40 d’éducation nationale dans les pattes ? C’est bien VOUS que vous décrivez ?????

                                Typique de l’anar à col roulé, anti-libéral, anti-communiste, anti-nationaliste avec un traitement de prof ou de retraité qui tombe tous les mois... (je ne vous en veux pas pour cela, mais soyez reconnaissant...)

                                Merci à l’État FRANCAIS (que je respecte, sincèrement puisque sa "puissance a fait en sorte que je puisse étudier et avoir un peu d’argent quand le boulot se faisait rare (c’est toujours le cas pour d’autres, Dieu (ahhh) les aide))...

                                ET vous, cher Christian LABRUNE qu’avez-vous fait de toutes ces décennies ???


                              • Christian Labrune Christian Labrune 10 octobre 2012 13:08

                                Cher David,

                                J’ai bien effectivement quelques dizaines d’années d’éducation nationale « dans les pattes », comme vous dites, et je veux bien que vous me traitiez de petit bourgeois. Examinons posément les autres accusations.

                                « Anar », dites-vous. De fait, j’ai toujours eu plus de sympathie en théorie pour le socialisme libertaire que pour l’autoritaire, mais les anarchistes se sont toujours agités eux aussi dans un sinistre panier de crabes et je doute, si je lisais aujourd’hui le Monde libertaire ou d’autres publications du même tonneau (ce que je ne fais plus depuis trente ans) que je puisse être en rien d’accord avec leurs thèses ridicules et simplistes.

                                Anti-communiste, oui, assurément. Communisme et fascisme, pour moi, c’est kif-kif.

                                Anti-libéral, oui, au vu de ce que produit aujourd’hui une idéologie ultra-libérale dont les premiers penseurs, au XIXe siècle, étaient pourtant assez estimables.

                                Anti-nationaliste : non, pas vraiment : je n’ai jamais été favorable à la construction européenne et je le suis de moins en moins.

                                Pendant les dernières décennies (je vous réponds vraiment point par point), je me suis surtout efforcé d’empêcher la destruction du système d’instruction publique français, très bien mise en oeuvre à partir du milieu des années 80, sur l’injonction de l’OCDE, par des socialistes que l’homme à la francisque (dont ils osent toujours se réclamer) égarait doucement sur les chemins qui mènent à la trahison. Actions dans la tradition anarcho-syndicaliste, mais dirigées aussi bien contre les syndicats existants, devenus très jaunes et très collaborationnistes, que contre le pouvoir qui inspirait les « réformes » destinées à tout détruire.

                                L’erreur de votre intervention repose sur une mauvaise interprétation de l’expression « révolutionnaires en pantoufles » qui était en tête de la mienne. Vous avez cru que le bonhomme qui écrivait ça se prenait, lui, pour un véritable révolutionnaire. Mais c’est que j’ai absolument horreur des révolutions et que je suis tout sauf un révolutionnaire. Je peux bien tonner d’une manière assez violente contre les socialistes qui jouissent actuellement du pouvoir et dire qu’ils sont des traîtres, je ne me prends pas pour Fouquier-Tinville et si les petits crétins de l’ultra gauche qui valent à peu près ceux de l’extrême droite - dont ils partagent la plupart des thèmes de propagande - entreprenaient de les massacrer, je serais automatiquement du côté de ceux qu’on massacre, quoi qu’on puisse leur reprocher. J’admets très bien une certaine violence polémique sans concessions, mais certainement pas qu’on se fasse l’allié et le collaborateur empressé des totalitarismes les plus massacreurs et les plus abjects. Le moteur de la plupart de ceux qui écrivent sur AgoraVox, c’est le ressentiment ou la haine. Il leur faut des boucs-émissaires. Faut qu’ça saigne ! C’est de cette façon qu’ils pensent, comme tous les fascistes, qu’on pourra résoudre les problèmes, et beaucoup mieux que par un très difficile et épineux débat démocratique. Le « révolutionnaire » contemporain, après deux siècles de révolutions sanglantes, ne peut être qu’un espèce de demeuré, un attardé, un crétin qui aurait survécu aux grandes catastrophes du crétacé.


                              • Stof Stof 10 octobre 2012 10:21

                                Bush a bien accusé Chavez de faire partie d’Al Qaida...


                                • Le péripate Le péripate 10 octobre 2012 11:51

                                  J’ai vu une fois dans le bureau d’une célébrité que je ne citerais pas un portrait du Ché.

                                  Ce jour-là j’ai compris que le monde marchait sur la tête.


                                  • jaja jaja 10 octobre 2012 13:19

                                    "C’est de cette façon qu’ils pensent, comme tous les fascistes, qu’on pourra résoudre les problèmes, et beaucoup mieux que par un très difficile et épineux débat démocratique. Le « révolutionnaire » contemporain, après deux siècles de révolutions sanglantes, ne peut être qu’un espèce de demeuré, un attardé, un crétin qui aurait survécu aux grandes catastrophes du crétacé.« 

                                    Quel débat »démocratique" peut-on avoir avec un type qui écrit ce tombereau d’injures....Dès le début ça commence mal et ne pour ne pas l’insulter en retour il faudrait être un saint....
                                    Ainsi il y a des posteurs dont il fait partie qu’il vaut mieux éviter si l’on veut vraiment débattre....


                                    • exocet exocet 10 octobre 2012 13:49

                                      pour « Christian labrune », quelqu’un qui veut se libérer de l’oppression économique ou du colonialisme ne peut être qu’un fasciste.

                                      Quant à lui, pensionné de l’éducation nationale, il vit confortablement sur le dos de ceux qui produisent les richesses.

                                      On voit de suite pour qui il roule. Si on parle d’Israel et ses colonies à ce sayan, il sera capable de justifier l’exploitation des Palestiniens, leur écrasement dans la pauvreté, l’humiliation, la spoliation et le vol de leur nation et de leurs terres....

                                      Comme l’écrit Jaja, il n’est pas possible de débattre avec quelqu’un qui se comporte de manière insultante, qui se montre malhonnête et de mauvaise foi.


                                      • Christian Labrune Christian Labrune 10 octobre 2012 18:03

                                        @jaja & exocet

                                        Merci infiniment. Je m’efforce toujours d’être concis, de ne pas abuser de la patience des lecteurs et je craignais, après l’envoi, de n’avoir pas été suffisamment explicite lorsque je parlais de l’opium d’une certaine extrême gauche/droite à base de ressentiment délayé dans un jaja d’hémoglobine que j’ose cependant encore espérer de pur fantasme. Vous apportez très opportunément deux illustrations assez éclairantes pour que le lecteur un peu distrait soit en mesure de voir à quoi je faisais allusion.

                                        Tout cela me semble très suffisant, mais si vous pouviez en rajouter un peu ça n’en serait que plus édifiant et je ne saurais m’en plaindre. Je n’oserais cependant abuser de votre temps et de votre attention : la préparation du Grand Soir doit déjà bien vous occuper.


                                        • Christian Labrune Christian Labrune 10 octobre 2012 18:44

                                          « Quant à lui, pensionné de l’éducation nationale, il vit confortablement sur le dos de ceux qui produisent les richesses. »

                                          @exocet,

                                          J’ai oublié de vous remercier particulièrement pour cette petite phrase que je recopie. Je pense pouvoir le faire au nom de tous les professeurs en exercice ou retraités ou même morts, qui sauront -pas les morts, évidemment- apprécier à sa juste valeur la pertinence de votre remarque.

                                          Les professeurs constituent, je le reconnais bien volontiers, parmi les exploiteurs, une des catégories les plus abominables. Grassement payés toute leur vie à ne rien faire, ou presque rien (parler devant des jeunes, cela n’a jamais fatigué personne !) ils accumulent des fortunes considérables volées aux vrais travailleurs, dont ils pourront jouir jusqu’à la fin de leur vie sans être réellement inquiétés. C’est très injuste. Les fonctionnaires seront toujours des parasites ; Sarkozy l’avait bien laissé entendre, mais on ne le répètera jamais assez.

                                          Le très regretté Mao Zedong avait su initier en Chine une Révolution culturelle qui reste un modèle : beaucoup de lettrés, de professeurs, après des séjours un peu prolongés dans la belle campagne où ils découvraient enfin ce que c’est que le vrai travail, avaient fini par y laisser leur peau. Mais les communistes chinois se sont lassés eux-mêmes : les exterminations, il faut le reconnaître, cela fatigue beaucoup les nerfs, après un certain temps. 

                                          Bref, on compte sur vous pour relever un jour ce flambeau d’une certaine radicalité qui devrait bien finir par réaliser une société enfin sans classes, et la fin de l’Histoire. En attendant, faut qu’ça saigne !

                                           


                                          • ojog2 15 octobre 2012 10:19

                                            Le Che supervisait les executions après jugement des tortionnaires de Batista coupable d’une répression de 20 000 morts + tortures

                                            L’auteur reprends à son compte la propagande de l’extreme droite cubaine de Miami qui veut faire passer les sbires du régime de Batista pour des opposants politique
                                            En 1976 un avion Cubain explosait en plein vol victime d’un attentat organisé par LUIS POSADA CARRILES et Orlando BOSCH deux « freedoom fighters » de MIAMI et qui n’ont jamais été inquiété par la justice US !!!!
                                            Entre le CHE et les Freedoom Fighters de Miami qui ressemble le plus aux émules de Ben Laden

                                            NB je conseille à l’auteur de consulter la fiche de LUIS POSADA CARRILES

                                            • brando 18 novembre 2012 15:03

                                              Lisez les articles suivants :


                                              « Al-Hakim II d’Espagne,Createur d’une Bibliotheque de 400.000 Livres,n’etait pas Musulman,car il etait Homosexuel Pratiquant et le faisait savoir Publiquement »

                                              http://www.avraidire.com/2012/03/al-hakim-ii-despagnecreateur-dune-bibliotheque-de-400-000-livresnetait-pas-musulmancar-il-etait-homosexuel-pratiquant-et-le-faisait-savoir-publiquement/

                                              «  Mahomet/Muhammad dans la Litterature Occidentale »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès