• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Livre noir de la chasse aux migrants : Lampedusa et les « valeurs » de (...)

Le Livre noir de la chasse aux migrants : Lampedusa et les « valeurs » de la forteresse Europe

« Mais pourquoi t’obstines-tu à partir ? A traverser les mers en nous laissant
Tu t’aventures à mettre en péril ta précieuse vie. Pour t’exiler, en renonçant à nous 
Ce voyage n’est pas légal .Et sa fin peut être malheureuse L’embarcation est petite et en bois pourri. Et tu risques de te noyer sans pouvoir nous revenir » 

Merzak Ouabed ( Poèmes, les raisons de la colère)

 

 Un excellent poème qui, mieux que mille discours nous décrit la tragédie de ceux qui risquent leur vie pour une vie meilleure. Une tragédie une de plus a endeuillée 350 familles des 350 disparus de Lampedusa victimes à la fois des marchands de mort qui les ensardinent dans des rafiots mais aussi des pays riverains qui font tout pour les éloigner des côtes quitte à ne pas les secourir.. Il y a une semaine en effets, des damnés de la Terre sont morts à un kilomètre de la terre promise en l’occurrence le rivage de L’île de Lampedusa, une île italienne, d’une superficie de 20,2 km2 et peuplée par moins de 6 000 habitants Elle se trouve à 205 km de la Sicile, 167,2 km de la Tunisie, 220 km de Malte et 355 km de la Libye. (Lampédusa : Encyclopédie Wikipédia)

La proximité de la Tunisie et de la Libye qui bordent le canal de Sicile font de l'île un point d’entrée privilégié pour les immigrés irréguliers qui veulent gagner l’Europe. Ceux-ci tentent la traversée au péril de leur vie dans des embarcations de fortune venant de GabèsZarzisSfaxMahdia, ou de la côte libyenne. L'île de Lampedusa s’est faite connaitre plusieurs fois notamment Ce phénomène a commencé en 1992 et n'a cessé de s'amplifier 31 700 migrants sans papiers sont arrivés sur l'île en Entre les 11 et 13 février 2011, plus de 5 000 Tunisiens sans papiers sont arrivés sur l'île, profitant d'un relâchement de surveillance douanière et policière suite à la Révolte tunisienne du 14 janvier 2011 . (Lampédusa Encyclopédie Wikipédia)

 Cette fois, un bateau transportant environ cinq cents migrants a fait naufrage, jeudi 3 octobre, près de Lampedusa, Selon les médias italiens, seuls cent cinquante passagers ont été sauvés jusqu'à présent. Les naufragés avaient passé déjà plusieurs heures dans l'eau Selon le Corriere della Sera, "une trentaine d'enfants et trois femmes enceintes" feraient partie des personnes toujours dans l'eau. Ils seraient partis du port libyen de Misrata.  

 Une première polémique a éclaté après que plusieurs survivants ont affirmé qu'au moins trois bateaux de pêche étaient passés à proximité du navire en difficulté sans s'arrêter. Cela rappelle l'affaire Zenzeri et Bayoudh (2007) dans laquelle deux capitaines de pêche ayant secouru des boat people en détresse se sont vus accusés d'aide à l'entrée irrégulière sur le territoire du fait des lois Bossi- Fini. Les migrants venant d’Afrique Noire et qui meurent en traversant le Sahara pour venir s’embrocher sur les barbelés dans le Maroc espagnol sont aussi à plaindre que ceux qui tente la traversée par mer

 

Les remords tardifs : Des larmes de crocodile

 A l’unanimité la presse européenne a poussé des cris d’orfraie ! Scandale ! Ce n’est pas permit ! il faut faire quelque chose ! Le même discours depuis vingt ans avec la même indifférence une fois que l’actualité passe à autre chose. « "Le massacre des immigrants, l’Italie en deuil", titre le Corriere della Sera. Dans l’article principal du quotidien de Milan, Gian Antonio Stella rappelle le grand nombre de personnes qui se sont noyées en tentant de traverser la Méditerranée depuis 1988 : au moins 19 142 selon le blog Fortress Europe. Stella rappelle aussi que peu de temps avant cette tragédie, le Conseil de l’Europe avait accusé l’Italie d’attirer l’immigration à cause de ses systèmes de dissuasion inadéquats, alors que d’autres institutions européennes critiquent régulièrement les politiques "dissuasives". [...] C’est l’affaire de tous. [...] Bruxelles devrait venir à Lampedusa et compter les morts. C’est aussi les siens. Pour le Spiegel Online, le naufrage de Lampedusa, est "l’échec de l’Europe" : Il y a certainement eu des scènes apocalyptiques : 500 personnes qui tombent d’un bateau en feu, nombreux d’entre eux ne sachant pas nager. Ce qui est arrivé fait trembler toute l’Europe. [...] La petite île se sent seule et ce n’est pas la première fois. Depuis 1999, plus de 200 000 personnes venant d’Afrique et d’Asie, fuyant la guerre, la faim et la misère, se sont échouées là-bas. On estime que 10 à 20 000 personnes sont mortes pendant la traversée. Depuis janvier 2013, 22 000 réfugiés ont atteint Lampedusa. Cette île est un symbole. Un symbole de l’échec de la politique d’immigration européenne. La plupart des naufragés venaient de Somalie et d’Erythrée, et fuyaient la faim et la guerre. Des survivants ont déclaré que malgré les appels au secours, trois bateaux sont passés sans se dérouter pour leur porter secours. Pour El País, "la crise de ces hommes en fuite ébranle l’Europe" : Il a fallu ce grand naufrage - et celui-ci est un des plus importants jamais vus - pour que les yeux se tournent vers les 5 000 habitants de l’île [Lampedusa] dont la maire [Giusi Nicolini], épuisée par la surdité des autorités italiennes et européennes, a envoyé une lettre à l’Union européenne en février 2013, dans laquelle elle pose cette question : "Quelle taille le cimetière doit-il atteindre sur mon île ?" »

 Sous le titre "Lampedusa coule", Gazeta Wyborcza constate que "le détroit sicilien est devenu le tombeau des Africains qui rêvent du paradis européen". [...] Ni les Italiens, ni les Européens ne veulent d'immigrés illégaux, sans éducation et pauvres. Rendre le système de surveillance de la mer Méditerranée, supervisé par Bruxelles, plus efficace pour sauver des gens de la noyade est une tâche ardue. Dans De Volkskrant, la chroniqueuse Sheila Sitalsing s’indigne de l’hypocrisie qui règne en Europe. Elle déplore que la politique d’immigration de l’UE se résume ainsi : Se disputer, se déculpabiliser et détourner les yeux. Cela fait des années que les pays du sud de l’Europe essaient avec la plus grande peine de mettre leurs problèmes colossaux d’immigration à l’agenda de Bruxelles, en avertissant : "Nous ne pouvons pas continuer à les accueillir, mais nous ne pouvons pas non plus les laisser mourir, et nous ne pouvons pas les renvoyer, donc, aidez-nous !" Et les pays du nord répondent : "Il faut les repousser quoi qu’il en soit, bon sang !" Dans son éditorial, le quotidien de Lisbonne titre : "Lampedusa et la honte de l’Europe". Público poursuit : La Méditerranée, cette mer qui fut la route et le centre des civilisations depuis l’Antiquité, s’est transformée en camp d’extermination Il n’y a pas de miracle. Mais une Europe tourmentée par la peur et la crise qui se renferme sur elle-même ne sera plus longtemps l’Europe si elle ne comprend pas que la mort en Méditerranée est également sa propre mort ».(1)

D’une façon poignante Alessandro Marino bravant l’interdit et risquant pour assistance à personne en danger selon la doxa des politiques italiens qui ont voté la loi scélérate, raconte sa peine . Il ravale ses larmes lorsqu'il raconte ses efforts désespérés pour tenter d'arracher à la mer des centaines de migrants, victimes d'un dramatique naufrage : « "On passait la nuit à bord de notre bateau. On a entendu des cris et on s'est précipité pour voir ce qui se passait, et là, nous avons trouvé une situation de cauchemar", raconte ce commerçant de Lampedusa."Il y avait entre 150 et 200 personnes dans l'eau. On a réussi à en sauver 47. Plus, et on risquait de couler nous aussi", ajoute-t-il. Beaucoup d'entre eux criaient. Ils étaient nus pour tenter de flotter le plus longtemps possible", Des migrants coincés sous la coque Ceux qui ont survécu ont raconté que le feu avait été mis à une couverture pour attirer l'attention des garde-côtes alors que le bateau commençait à couler. Mais le feu s'est propagé. Les passagers paniqués se sont alors tous précipités sur le même côté du navire, le faisant chavirer. La chose la plus dure c'était de voir les corps des enfants. Ils n'avaient aucune chance de s'en sortir [...] Ca ne prend pas beaucoup de temps de mourir dans les vagues et le froid ». (2)

 

La réglementation inhumaine et drastique de la Forteresse Europe

 Il vient que la forteresse Europe, véritable miroir aux alouettes pour les jeunes du Sud, se barricade plus que jamais. Notamment depuis une certaine Directive de la Honte sous la houlette du commissaire européen portugais qui, décidément, a la mémoire courte : il ne se souvient pas que ses aînés anciens immigrés dans le bas de l’échelle, étaient appelés, dit-on -suprême injure- les Arabes de l’Europe ! Cette Europe qui a mis en place le Sives qui permet de surveiller les côtes espagnoles de Ceuta et Mellila et qui permet de les voir, aussitôt qu’elles quittent l’Afrique. Cette Europe qui met en place une marine et une aviation de guerre Frontex pour repérer à l’avance les embarcations maudites et les rediriger sur leur pays d’origine. Cette Europe, qui sponsorise dans certains pays d’Afrique du Nord des camps de rétention, sous-traitant ainsi sa sale besogne pour venir choisir sur place ceux qui ont le meilleur génome, le meilleur diplôme, ce qui n’est pas sans nous rappeler les négriers qui choisissaient ceux qui avaient la meilleure dentition.(3)

 Qu’est-ce qu’un harraga ? Mot originaire de l’arabe maghrébin harrâg, ´´qui brûlent´´ (les papiers) migrant clandestin qui prend la mer depuis l’Afrique du Nord. On comprend sans peine le désespoir de ces migrants qui font des milliers de km pour venir, pour certains, du fond de l’Afrique, mourir d’une façon tragique, noyés et restant sans sépulture ou encore enterrés d’une façon anonyme parce que rejetés sur une plage. On se souvient avec colère et impuissance de l’image de cette harraga gisant sur une plage espagnole, couverte d’un carton, pendant que des jeunes filles et garçons s’ébattaient dans l’eau à quelques mètres de là. Non, le monde n’est pas juste ». (3)

 C’est justement lit-on sur « Press Europe » , l’augmentation des contrôles aux frontières qui oblige les migrants à prendre des itinéraires plus dangereux et qui les a rendus de plus en plus dépendants des trafiquants d’êtres humains pour passer la frontière. Les itinéraires sont devenus plus longs et plus dangereux et de ce fait, les migrants sont devenus plus dépendants des trafiquants d’êtres humains. Pendant deux décennies on a investi des fortunes dans les contrôles aux frontières et on a mis de plus en plus d’argent dans Frontex (l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures), mais même cela n’a pas arrêté les migrations.  Prendre sa responsabilité signifie pour les gouvernements européens qu’ils doivent donner aux réfugiés l’accès aux procédures de demande d’asile au lieu de les pousser vers la mort. Cela peut signifier par exemple que ledit Règlement Dublin doit être modifié. Ce règlement dit que les réfugiés ne peuvent demander un droit d’asile que dans le premier pays d’arrivée. La modification de ce règlement permettrait de créer la possibilité de demander l’asile dans d’autres pays européens ».(4)

 

La responsabilité de l’Europe dans le drame des migrants

 Avec sa lucidité coutumière Manlio Dinucci dénonce à la fois l’hypocrisie de l’Italie et plus globalement de l’Europe. Il écrit : « Honte et horreur » : ce sont les termes utilisés par le président de la république Napolitano à propos de la tragédie de Lampedusa. Ils devraient plus exactement être utilisés pour définir la politique de l’Italie à l’égard de l’Afrique, en particulier de la Libye d’où provenait le bateau de la mort. D’abord, le gouvernement Prodi, le 29 décembre 2007, souscrit l’Accord avec la Libye de Khadafi pour « faire obstacle aux flux migratoires illégaux ». L’accord prévoit des patrouilles maritimes conjointes devant les côtes libyennes et la fourniture à la Libye, d’un système de contrôle militaire des frontières terrestres et maritimes. On constitue à cet effet un Commandement opérationnel inter-forces italo-libyen. La Libye de Khadafi devient ainsi la frontière avancée de l’Italie et de l’Ue pour bloquer les flux migratoires d’Afrique ». (5)

« Des milliers de migrants venant d’Afrique sub-saharienne, bloqués en Libye par l’accord Rome-Tripoli, sont contraints de retourner dans le désert, condamnés à une mort certaine. Sans que personne à Rome n’exprime honte et horreur. On passe ensuite à une page plus honteuse encore : celle de la guerre contre la Libye. (…) Grâce à un actif commercial de 27 milliards de dollars annuels et un revenu par habitant de 13mille dollars, la Libye est avant la guerre le pays africain où le niveau de vie est les plus élevé, malgré les disparités, et se trouve félicitée par la Banque mondiale pour « l’utilisation optimale de la dépense publique, y compris en faveur des couches sociales pauvres ». Dans cette Libye environ un million et demi d’immigrés africains trouvent du travail. Quand en mars 2011 commence la guerre USA/OTAN contre la Libye (avec 10mille missions d’attaque aérienne et de forces infiltrées les premières victimes sont les immigrés africains en Libye, qui, persécutés, sont contraints de s’enfuir. Rien qu’au Niger 200-250mille migrants reviennent dès les premiers mois, en perdant la source de revenus qui entretenait des millions de personnes. Nombre d’entre eux, poussés par le désespoir, tentent la traversée de la Méditerranée vers l’Europe. Ceux qui y perdent la vie sont eux aussi des victimes de la guerre voulue par les chefs de l‘Occident ».(5) 

À court terme, l’Union mise sur l’efficacité d’Eurosur, un système d’échange d’informations et d’images satellitaires entre gardes-côtes, opérationnel en décembre, pour mieux détecter les embarcations. L’UE considérant la pauvreté, le chômage, les conflits, un régime répressif comme autant d’explications à l’émigration, il lui est acquis que l’aide au développement et le soutien à la défense des droits de l’homme dans les pays de départ est un moyen d’empêcher à la source les tragédies. (..) La rigidité du système d’obtention des visas pour un État membre de l’UE est aussi l’une des causes de l’émigration illégale, citée par plusieurs ONG. Ainsi préconisent-elles un assouplissement des conditions d’obtention. (6)

 

La tragique réalité au-delà des larmes de crocodile

 « La grande majorité écrit Marcelle Padovani du Nouvel Observateur, des responsables politiques ne se soucient pas de ce problème – car c'est un sujet très complexe. Nous sommes dans une période où le populisme progresse avec une montée des identités nationales. Certains dirigeants européens rêvent de faire de l'Europe "une petite Suisse protégée". La tragédie de Lampedusa pose avec acuité le problème de l’arsenal législatif qui accompagne l’arrivée des migrants en Italie. En question : la loi Bossi-Fini, Votée en 2002 pour faire plaisir à l’aile xénophobe du centre droit, elle criminalise tout candidat à l’entrée en Europe en instaurant le délit d’immigration clandestine. Elle favorise aussi la lâcheté de ceux qui croisent ces bateaux surchargés et ne leur portent pas secours : (…) L’absurde de cette situation est que ces candidats à l’expatriation qui déboulent sur le territoire italien et qui voudraient bien aller rejoindre leurs familles ou leurs connaissances dans d’autres pays, sont contraints d’attendre indéfiniment, parfois dans des conditions épouvantables, dans les Centres de permanence temporaire (CPT), des papiers qui leur permettront de circuler dans l’Union européenne. (7)

Après avoir asservi les peuples africains, les avoir dévitalisé en les pillant et en adoubant des potentats à demeure qui perpétuent un néo-colonialisme, la forteresse Europe notamment sous la poussée des élites populistes de droite ou de gauche se barricade, et empêche ces épaves humaines d’accéder au supermarché ou ce qu’il en reste. Comme solution ; toujours les mêmes recettes : Renforcer le dispositif de traque grâce à Frontex , des avions des bateaux de guerre des marines contre des pateras. Elle pense aussi s’entendre avec des gardes chiourmes sur les côtes africaines comme elle l’a fait avec Kadhafi, elle pense enfin à donner des miettes pour un hypothétique à même de freiner l’arrivée des hordes chez elle.

 Il est vrai qu’il n’y a pas de solution évidente surtout que l’austérité le chômage et la malvie commencent à envahir l’Europe. Naturellement l’allogène est mal vu. Cela ne dédouane pas pour autant l’Europe va-t-en guerre qui a déstabilisé en démolissant les états libyens, et syriens et en s’en lavant les mains par la suite. Assurément les valeurs de l’Europe étaient factices. Il faut espérer -encore un vœu pieux- que la Méditerranée qui a été le carrefour de tant de civilisation ne soit pas un cimetière pour les damnés de la terre et qu’elle puisse rassembler dans le cadre d’un co-développement qui a pour vertu ultime le partage, l’empathie la solidarité. Les ressources existent en Afrique, qui empêcherait une coopération winn-winn de l’égale dignité ? Il faut pour cela une seule petite condition que l’Europe et plus globalement se départissent de la sensation d’appartenir à la race des élus mais à celle d’une Eve commune qui a pris son essor, justement dans la corne de l’Afrique pour féconder les autres continents il ya de cela quelques millions d’années. Mais cela est une autre histoire…

 

1.http://www.presseurop.eu/fr/content/press-review/4201011-lampedusa-est-l-echec-de-l-europe

2.Un habitant de Lampedusa témoigne : "On a réussi à en sauver 47" AFP 04-10-2013

3.Chems Eddine Chitour http://www.alterinfo.net/phenomene-des-harraga-Algerie—ne-laisse-pas-tes-enfants-te-fuir_a29131.html

4. http://www.presseurop.eu/fr/content/article/4211401-le-cout-mortel-du-controle-accru-des-frontieres?xtor=RSS-9 Traduction : Michèle Cousin

5.Manlio Dinucci 05 octobre 2013http://www.mondialisation.ca/la-tragedie-de-lampedusa-ce-dont-litalie-doit-vraiment-avoir-honte/5353092

6. http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Lampedusa-comment-l-Europe-peut-agir-2013-10-08-1036714

7.Marcelle Padovani http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20131004.OBS9798/lampedusa-les-migrants-et-les-lois.html

 

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Bulgroz 10 octobre 2013 09:55

    « La responsabilité de l’Europe dans le drame des migrants » ????

    et la responsabilité de l’Islam, ça ne vous interpelle pas ?

    C’est la faute de l’Europe si la majorité des Algériens, Tunisiens, Marocains...ne rêvent que de venir en Europe ?

    C’est la faute au néocolonialisme ?

    Marre de ces discours qui tentent de nous donner mauvaise conscience pour justifier ces invasions. De-islamisez vous.


    • jaja jaja 10 octobre 2013 12:44

      Rien à voir avec cet islamisme que vous voyez partout...Mais tout à voir avec la surexploitation capitaliste de vos amis les patrons qui attendent cette main-d’oeuvre très bon marché avec impatience !

      Si les pays du Tiers-monde et notamment africains n’étaient pas si honteusement exploités cette situation n’existerait pas !
      Lutter contre notre propre impérialisme est un devoir bien oublié par beaucoup se proclamant « anti-système »....
      http://www.npa2009.org/node/39047


    • OMAR 10 octobre 2013 20:06

      Omar 33

      @Bulgroz

      En aucun cas votre responsabilité directe n’est engagée ou avérée...

      Cependant, les peuples occidentaux, donc les citoyens, ont peu ou pas assez réagi quand
       les gouvernements respectifs ont :

      -laissé faire leurs sociétés nationales aller piller le tiers-monde,
      - peu ou pas assez réagi quand ils ont envoyé leur armée détruire les rares infrastructures de ces pays..
      -encouragé l’exode des cerveaux vers l’Occident.
      -éliminé ou laissé éliminer les rares dirigeants tiers-mondistes progressistes..
      -laissé régner ou encouragé des despotes, mafieux et incompétents.

      Et la liste est longue...

      Et si les côtes européennes sont des cimetières pour les somaliens, les côtes maritimes somaliennes servent pour l’Occident, comme poubelle pour ses déchets radioactifs et les plus dangereux...
      http://www.courrierinternational.co...

      Alors, votre permanente culpabilisation de l’islam....


    • Yohan Yohan 10 octobre 2013 20:20

      T’es trop excessif Jaja. Tu n’as pas tort sur tout, mais à force de forcer le trait, tu n’es pas crédible.

      Actuellement, hormis dans la sécurité privée et très accessoirement dans certaines TPE du BTP gérées au ras des pâquerettes, il n’y a pas de demande pour de la main d’oeuvre migrante, dans le cadre d’un travail au black, et encore, même ce secteur est en train de changer ses mauvaises pratiques vu les risques encourus
      Cette période est terminée, le marché actuel du travail n’est plus en état d’absorber. Je peux t’assurer que les migrants eux-mêmes se rendent compte qu’ils se sont vu trop beaux en France ? Désillusion, le France n’est plus un eldorado. Seule espoir, mariage blanc, papiers, puis RSA comme avenir ? Crois tu que c’est de ça qu’ils ont rêvé.

    • foufouille foufouille 10 octobre 2013 13:37

      "Après avoir asservi les peuples africains, les avoir dévitalisé en les pillant et en adoubant des potentats à demeure qui perpétuent un néo-colonialisme"
      il y a des élections ou pas ?


      • jaja jaja 10 octobre 2013 14:06

        En Afrique ça dépend des moments et de plus particulièrement truquées en amont comme à la sortie des urnes...et toujours sous étroit « contrôle » militaire. Voire sous contrôle étranger comme les récentes élections au Mali occupé par l’armée française...Mais tout ceci est bien connu...

        De plus, comme le disait Coluche :« Si les élections changeaient quelque chose elles seraient interdites »....

        Le néocolonialisme n’a jamais craint les urnes qu’il manipule...


      • foufouille foufouille 10 octobre 2013 14:20

        comme chez nous. ce sont bien leurs ploutocrates qui sont responsable


      • jaja jaja 10 octobre 2013 14:52

        En Françafrique « leurs » ploutocrates sont choisis, placés au pouvoir et défendus militairement par la France.... pour faire la politique impérialiste et de pillage voulue par l’oligarchie française...


      • foufouille foufouille 10 octobre 2013 14:55

        mais il y a bien des « élections » comme chez nous. psoump


      • jaja jaja 10 octobre 2013 15:08

        Non, jamais « comme chez nous ».... Exemple en Centrafrique :

        "La Centrafrique vit depuis 1960 sous le signe de la violence, inaugurée par la disparition du « père fondateur de la République centrafricaine » Barthélémy Boganda. Sous la férule actuelle de François Bozizé, arrivé au pouvoir en 2003 par un coup d’État, on ne compte plus les exactions des forces de l’ordre contre la population et les assassinats politiques, l’impunité étant la règle. Ainsi, la famille du président de la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme, le très courageux Goungaye Wanfiyo, attend toujours une enquête sur le trop suspect accident de la route qui lui a coûté la vie en décembre 2008. Par ailleurs, les demandes de l’opposition d’une enquête internationale sur la disparition en janvier 2009 du chef rebelle Charles Massi, enlevé au Tchad, livré à la garde présidentielle de François Bozizé et présumé mort sous la torture, sont restées sans suite. Cela n’a pas empêché les militaires français de soutenir François Bozizé contre plusieurs rébellions armées, y compris en prenant part aux combats, comme en 2006 et 2007, aux côtés des forces armées centrafricaines, qui pourtant commettaient sous leurs yeux de graves exactions contre les populations civiles. Cela ne dérange pas non plus des investisseurs français comme Areva d’y conclure des contrats prometteurs, introduits en affaires à Bangui par les très françafricains Patrick Balkany – député UMP – et Fabien Singaye – conseiller de François Bozizé –

        La suite ici sur cet excellent site de l’association Survie (loi 1901) qui "a trois objectifs principaux : ramener à la raison démocratique la politique de la France en Afrique (lutte contre la Françafrique et le néocolonialisme), combattre la banalisation du génocide et réinventer la solidarité internationale par la promotion des Biens Publics mondiaux.

        http://survie.org/francafrique/republique-centrafricaine/article/les-centrafricains-sont-ils


      • OMAR 10 octobre 2013 20:14

        Omar 33

        @Foufouille, des élections made in France ou USA ?

        Celles qu’escomptait Michèle Alliot-Marie  qui proposait le savoir-faire français à la police tunisienne pour "régler les situations sécuritaires ?

        Ou celles de Sarko qui dégomma Kaddafi, pour installer un non-état gouverné par .....une anarchie islamisée ?


      • foufouille foufouille 10 octobre 2013 16:41

        "la promotion des Biens Publics mondiaux."

        c’est un NWO utopique ?
        on y arrive déjà pas en europe .........


        • spartacus spartacus 10 octobre 2013 17:56

          Comme quoi le social tue. 


          Attiré par les avantages sociaux, qui promettent de recevoir sans travailler, les individus se dirigent naturellement vers les solutions faciles, ou "estimées faciles.

          Un Smic en Algérie c’est 180€. Et pour cela il faut travailler dur dans une économie post communiste, étatiste et totalitariste, avec un état ultra corrompu d’élus à vie. 
          Une nomenklatura plus prompte à accuser les autres (comme l’auteur) que de voir sa propre responsabilité, et c’est à peu près pareil dans tout le nord Afrique.

          Les prestations sociales Européenne assurent plus qu’un travail à plein temps dans leur pays.

          • Gauche Normale Gauche Normale 10 octobre 2013 20:04

            Comme quoi on en apprend tous les jours sur vous.

            Je pensais que c’était caricatural de vous accuser de vouloir comprimer à fond le monde du travail au motif que « d’autres le font bien, eux ».

            En fait, non : vous êtes bel est bien pour l’exploitation à outrance.Tel est le drame de la compétitivité. Je suis sûr que les conditions de travail au Bangladesh sont encore trop luxueuses à vos yeux. 
            Et je le répète : je n’ai (hélas) même plus peur de caricaturer en disant cela.
            Alors je n’ai qu’une parole, et elle ne risque pas de vous dérouter puisque vous adorez la servir à ceux qui disent du bien de Maduro : si vous adorez ce pays, dépéchez-vous d’y aller ! smiley

            Ah oui, au fait : ce que vous appelez les avantages sociaux n’ont rien de « solutions faciles ». Il s’avère que 50% des Français qui y auraient droit ne touchent pas le RSA. Dès lors des habitants de l’autre côté de la Méditeranée ne risquent pas d’y être davantage au courant. Tout au plus se disent-ils qu’un pays riche est forcément plus prometteur que de vivre dans un pays soumis aux impérialismes... occidentaux.

          • spartacus spartacus 10 octobre 2013 21:07

            Le Bangladesh est loin d’être un pays libéral et l’état dispose de nombreuses usines. Les entreprises appartiennent obligatoirement à des Bengalis par la loi. Les investissements étranger se font principalement avec des Familles de fonctionnaires, seuls capables avec la corruption de disposer des droits d’enregistrement....


            , comme l’Algérie est une autocratie despotique...

            Si 50% des gens ne veulent pas du RSA, c’est que cette indemnité ne correspond pas absolument pas à la demande des gens pour laquelle elle est faite.

            Proposez un travail, même mal payé, certainement plus de 50% des gens le choisiront de leur plein grès, parce que le travail correspond à la demande. Le travail amène à l’autonomie, assure une reconnaissance sociale, et l’autonomie permet la liberté de ses choix individuels. 
            Le RSA est un enfermement dans l’assistant qui cloisonne, il est subit et pas choisit de son plein grès.
            Il vaut mieux proposer comme en Allemagne ou Luxembourg, des emplois, mêmes mal payés que de l’argent payable irraisonnablement par les générations suivantes.

          • foufouille foufouille 10 octobre 2013 23:16

            « Proposez un travail, même mal payé, certainement plus de 50% des gens le choisiront de leur plein grès, parce que le travail correspond à la demande. »
            mdr !!!
            pov’ crassus


          • Gauche Normale Gauche Normale 12 octobre 2013 17:45

            spartacus, je sais lire : vous tentez de nous culpabiliser en encensant l’Algérie où le SMIC est très faible. Et avec ça vous prétendez ne pas admirer le Bangladesh ? Ce pays où le code du travail ne doit pas étouffer ceux qui se permettent de faire travailler leurs ouvriers dans des usines pas très solides. Le salaire minimum est dérisoire et les employeurs soutiennent la main sur le cœur que si il y avait des syndicats, cela se traduirait par des pertes d’emplois. Vous avez exactement la même hargne à propos de « nos » syndicats ! Les employés, virables en un claquement de doigt, ne bénéficient pas de contrat.

            http://fr.transnationale.org/pays/bgd.php

            Si 50% des gens ne veulent pas du RSA, c’est que cette indemnité ne correspond pas absolument pas à la demande des gens pour laquelle elle est faite.
            Perdu. C’est avant tout par méconnaissance du dispositif. Dont on se demande d’ailleurs si elle n’est pas savamment orchestrée dans le but récurent de « faire des économies ».
            À part ça, j’en déduis que, finalement, les migrants ne sont pas si attirés que ça par le social contrairement à vos dires.
            Proposez un travail, même mal payé, certainement plus de 50% des gens le choisiront de leur plein grès
            Mais bien sûr ! Quand il y 10% de chômage et qu’il faut parfois envoyer des avalanches de CV vous croyez que c’est un choix ? Ce chômage est un formidable moyen de pression pour dire « si nos conditions ne vous conviennent pas, j’ai ici le CV de 10 personnes qui sauront s’en satisfaire ».
            de l’argent payable irraisonnablement par les générations suivantes.
            C’est de la propagande que de nous faire croire que nous vivons sur le dos des générations futures. Pas un sou de cette dette n’a été destiné à la population, au contraire. C’est pourquoi, il faut d’urgence se débarrasser de la dette (j’ai pas dit rembourser !). Quelques pistes envisageables :

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès