• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le messie viendra-t-il des urnes ?

Le messie viendra-t-il des urnes ?

Combien de temps allons-nous continuer à courber la tête, à accepter l’inacceptable ? Combien de temps des bonimenteurs vont-ils continuer à diriger nos vies, se foutre de nous et vivre à nos dépends ?

Combien de temps allons-nous regarder passivement ces parasites, poly-tiques, vider de tout son sang le pays et s’accaparer le fruit de notre travail collectif ?

Sommes nous si satisfaits de notre sort, de nos gouvernements, pour que les mobilisations récentes n’aient été que très peu suivie dans notre pays ? Sommes nous à ce point formatés, dressés pour ne surtout plus regarder la réalité en face ? Sommes nous si résignés, si soumis à notre sort, qui sera triste, n’en doutez pas, si nous l’abandonnons avec fatalité à d’autres ?

Actuellement c’est le monde entier qui se soulève contre la dictature des marchés, des spéculateurs et des banques. Un monde qui veut du changement, une réelle démocratie et non pas l’ersatz frelaté qu’on nous sert. En France cependant la protestation est faible. On a quand même vu l’école privée dans la rue et des retraités manifester contre l’austérité mais la mobilisation est restée en dessous de ce qu’elle devrait être.

Il y a pourtant de quoi s’indigner ! Corruption, mensonges, affaires en tout genre, hold-up néolibéral sur nos acquis sociaux, accroissement des inégalités, de la pauvreté… Nos oligarques se surpassent ! Nous filons tout droit vers le 19eme siècle et sa misère avec cette contre révolution néolibérale qui restaure le capitalisme prédateur tel qu’il existait avant qu’une guerre mondiale ne « mette un peu d’ordre » et un semblant de justice la dedans.

La semaine dernière une femme désespérée tentait de s’immoler devant l’Élysée… Combien faudra t’il de suicides de salariés, combien faudra t’il de misère pour qu’enfin les français se rappellent qu’ils savent et doivent faire une révolution ? Selon certains commentateurs l’approche de l’échéance électorale serait la raison de cette faible mobilisation. Le messie viendra t’il des urnes ? Vu l’état de notre (imparfaite) démocratie parlementaire et le déficit démocratique alarmant des institutions européenne qui régissent notre condition, permettez moi d’en douter ! Sauvons nous nous même !

Le train de mesures d’austérité engagé par le « fondé de pouvoir de l’oligarchie en place » qu’est Nicolas Sarkozy n’a pas encore donné sa pleine mesure et le « meilleur est a venir ». Il ne fait aucun doute en effet que cet ensemble de régressions sociales désigné du doux nom (euphémisme ?) de reforme par le valet du CAC 40 aura à terme le même impact que dans les pays plus gravement touchés que le notre. Il n’y a qu’à se pencher sur l’histoire récente de l’Amérique du sud pour avoir une vision (cauchemardesque) de l’aboutissement de la doctrine économique des « Chicago boys » actuellement à l’œuvre dans nos contrés. Ou encore de regarder le phénomène a l’œuvre aux USA ou la mortalité infantile augmente alors que ce pays a déjà le plus fort taux des pays dit développés. L’espérance de vie est également en baisse, dans la première économie du monde !!

Dans sa dernière (et au combien mémorable… sic) intervention télévisée Mr Sarkozy est resté fidèle à lui-même et à ses convictions, à ses mensonges. Alors même que les premiers effets de sa politique se font déjà sentir. Toujours la même rengaine ! Les mêmes faux arguments, les chiffres truqués pour défendre la même idéologie obscurantiste… Et pourtant ! Sur le plan des retraites on l’a vu, il n’y avait pas matière à réforme et de plus le président n’a pas tenu les promesses du candidat… Bravo les valeurs ! Encore et toujours l’évocation du fumeux « modèle » Allemand ! Pays développé qui, selon l’OCDE, a connu la plus forte croissance des inégalités, de la pauvreté ces dernières années et qui possède des rémunérations parmi les plus faibles d’Europe occidentale ! Le « président des riches » se pose également, dans cet exercice de propagande honteuse, en sauveur de notre modèle social alors qu’il en est le fossoyeur en organisant l’insolvabilité de l’état ! Du grand n’importe quoi !

En outre, comme le font remarqué les sociologue Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot « Quand un français sur six pointe à pole emploi, le slogan travailler plus pour gagner plus perd tout son sens. » Mais le candidat potentiel à l’élection présidentielle ne nous aura même pas épargné cette redite ! Preuve s’il en est de son manque d’imagination et de son incapacité à entendre et résoudre les problèmes des français (enfin, des français les plus pauvres surtout). Une qualité ressort pourtant de l’analyse de cette antienne : sa capacité de résistance au ridicule.

En ce qui concerne la médiatique dette, instrument ultime d’asservissement des populations, les différentes mesures de ce gouvernement l’ont fait exploser (de 64,2 à 84,5% du PIB de 2007 à mars 2011) à force de cadeaux fiscaux aux plus aisés. Puis il y eu le sauvetage des banques avec l’argent du contribuable, sans contreparties… Autrement dit, la transformation d’une dette privée (causée par la finance) qui se voient transformer en dette publique (réglée par le contribuable) par la magie néolibérale de notre apprenti Garcimor de président. (Bon ok ce n’est pas sympa pour Garcimor. Désolé.)

« Toute ressemblance entre le peuple français et un pigeon serait purement fortuite »

D’ailleurs au sujet de cette dette, un collectif national a été crée afin de demander un audit sur celle-ci et de vérifier ainsi sa légitimité. Je vous invite à aller sans tarder signer la pétition ici http://www.audit-citoyen.org/. L’Equateur a réalisé en 2008 un tel audit et celui-ci a mis en avant le fait qu’une grande partie de la dette était illégitime. Le pays a donc décidé de ne pas rembourser ces sommes. Tachons de ne pas tomber dans ce piège odieux qui condamnera ce qui reste de protection sociale dans notre pays et exigeons nous aussi que soit réalisé un audit ! Rien ne nous oblige à régler des dettes que nous n’avons pas contractées ! Contrairement à ce que veut nous faire croire toute la classe politique au ordres des spéculateurs ! Il n’y a pas de fatalité, il suffit juste de se mobiliser ! Ensembles nous pouvons changer l’ordre établi. Il faut juste le vouloir. Tout le monde a le droit de vivre décemment et notre bien être est lié au bien être des autres. Il est bon de se le rappeler.

Affranchissons nous de l’influence pernicieuse de cette pensée unique destructrice, de l’égoïsme véhiculé par celle ci. Retirons nos œillères et regardons notre monde. Regardons notre œuvre collective et tachons d’y apporter les changements qui s’imposent. Car si certains font mal les choses ici bas, ne se souciant que de leurs intérêts et de ceux de leur classe, la grande majorité se rend également complice, par son aveuglement, sa soumission, son fatalisme. Nous avons un devoir moral vis-à-vis de nos enfants. Nous n’avons pas le droit d’hypothéquer leur avenir pour satisfaire la cupidité d’un système prédateur et idiot qui, comme le disait déjà Marx détruit ses propres sources de profit, le travail et l’environnement. Autrement dit la planète et ses habitants. Il faut mettre un terme au grand gaspillage marchand, à son obsolescence programmée. Au dogme de la croissance, à l’exploitation désordonnée de tout ce qui peut l’être et conduit à épuiser les ressources de la terre. Ce qui risque même de mettre en péril l’avenir de toutes les espèces présentes sur le globe, y compris la notre.

On parle souvent de « moraliser le capitalisme » mais ne serait il pas plus judicieux de commencer par moraliser les capitalistes ? En effet, si j’en crois les « valeurs » de notre société, personne ou presque, ne souhaite, à priori, faire du mal ou faire souffrir les autres. Ou encore laisser quelqu’un en difficulté ou ne pas assister une personne en danger. Et pourtant, il est des gens qui n’obéissent pas à ce bon sens. Il ne devrait pourtant même pas y avoir matière à légiférer sur ce sujet… Des hommes et des femmes qui ne viennent pas en aide à leur prochain, et qui laissent des gens mourir de faim. Des gens qui exploitent les autres pour leur profit et qui en plus, par je ne sais quelle perversion de la pensée trouvent ça normal, juste ! Jean Ziegler va jusqu'à dire que « les spéculateurs, les requins de la finance, les monstres froids des grandes banques devraient être transférés devant un Tribunal de Nuremberg pour crimes contre l’humanité ». Les immenses profits générés par notre travail vont toujours dans les mêmes poches. On a chiffré ce que cela coûterait de résoudre de manière pérenne la faim dans le monde. Ce coût est loin d’être astronomique si on considère que le prix d’une bonne grosse guerre bien sanguinolente lui est supérieur. La production agricole actuelle (bien qu’imparfaite) permet de nourrir 12 milliards de personnes. Alors ?!

C’est que notre système (corrompu) repose sur l’injustice, sur une certaine idée de l’individualisme, expurgé de ce qu’il a de positif pour le réduire à un égoïsme triomphant. Sur l’exploitation du plus faible, sur l’enrichissement matériel à tout prix, sur l’inégalité. Celle-ci se retrouve à tous les niveaux. Solutionner ces problèmes revient à remettre en cause tout le système. On voit bien ici que ni le PS, ni le Front national ne sont en mesure de réaliser une pareille « réforme ». D’ailleurs ils ne l’envisagent même pas dans leurs programmes… Tout au plus proposent ils quelques aménagements et limitations au capitalisme pour que tout continue comme avant pour leur plus grand avantage et celui de leur classe sociale. Un élément de réflexion parmi tant d’autres : les cadres, ingénieurs, professions intellectuelles supérieures représentent 13% de la population active et 81% des députés. Les employés et ouvriers qui représentent 58% de cette population ne se voient attribués qu’un (1) petit pourcent de députés issue de leurs rangs. On ne peux que remarquer que ceux qui nous « représentent » ne constituent pas un « échantillon représentatif » de la population française et par conséquent le risque est grand qu’ils soient plus enclin à défendre leurs intérêts plutôt que les nôtres.

Il me parait également intéressant de citer ici une étude réalisée en 2009 par la New Economic Fondation citée par Pierre Rimbert dans le « Monde diplomatique » et qui démontre l’absence de logique dans l’établissement des rémunérations et souligne la profonde injustice de la répartition de celles ci. La méthode utilisée, dite du « retour social sur investissement » met en avant le peu de « valeur sociale » de métiers qui sont pourtant parmi les plus rémunérateurs soulignant encore l’incohérence de notre société.

La démocratie ne se résume pas à signer à intervalles réguliers un cheque en blanc à des dirigeants plus ou moins compétents, plus ou moins arrivistes, plus ou moins honnêtes. Celle-ci doit être défendue, améliorée chaque jour par les citoyens sinon on en arrive à la situation actuelle de corruption généralisée. Il est grand temps de reprendre en main les rênes de notre avenir commun. N’attendons pas que des gens comme Nicolas Sarkozy précipitent le pays vers la faillite. Aidé en cela par la connaissance de la « psychologie sociale  » qu’ont leurs conseillés en relations publiques. Propagandistes professionnels qui manient à merveille notre ego, nos sentiments, nos émotions, nos peurs, notre crédulité, les stéréotypes, les images… Pour mieux nous manipuler et nous faire intégrer que leurs intérêts sont les nôtres. Ils savent par exemple que « La puissance des mots est si grande qu’il suffit de termes bien choisis pour faire accepter les choses les plus odieuses » (Gustave Le Bon). Ils ont compris que « La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays. » (edward Bernays). Vous remarquerez au passage la conception singulière de la démocratie qui se dégage de ces propos.

En mars 2011 la section parisienne du MEDEF se réunissait pour traiter du thème de la « soumission librement consentie » avec comme question centrale « Comment amener les gens à faire librement ce qu’ils doivent faire ? »…

Cette faillite matérielle autant que morale de notre société est le résultat de la chimère néolibérale qui sert les intérêts des plus puissants qui nous méprisent à n’en pas douter. Chimère qu’ils ont progressivement introduit dans la société depuis trente ans par le biais de think tanks et autres relais médiatiques et qui est devenu la pensée maîtresse, unique. La seule « alternative » qu’ils nous offrent. Il s’agit pour nous de réapprendre à penser par nous même, à développer notre esprit critique à nous réapproprier le langage, redonner du sens aux mots qu’ils ont dévoyer pour servir leur cause. Au boulot mes camarades ! Travaillez plus pour raisonner plus !

Je laisserai le mot de la fin à Kropotkine « C’est seulement en nous constituant comme force, capable d’imposer notre volonté que nous parviendrons a faire respecter nos droits. » « Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent. »


Sources : Monde diplomatique - Le président des riches Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot - Le rôle de l'état Kropotkine - La psychologie des foules Gustave Le Bon - Propaganda Edward Bernays - et tout au long de cet article.


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • radiopirate radiopirate 2 novembre 2011 13:06

    bonjour et merci pour votre lecture et votre commentaire. j’espère apporter ma petite pierre a l’édifice commun.

    a mon sens c’est un éveil des consciences qui est essentiel pour le devenir de l’humanité. nous ne pouvons pas continuer à laisser faire. nous ne pouvons plus nous permettre uniquement quelques reformes. si nous ne réfléchissons pas a d’autres alternatives, a redéfinir la manière de vivre ensembles nous courons vers notre perte. il est plus que temps d’agir et effectivement cela doit venir du peuple. de nous ! il est temps de signifier à nos dirigeants que c’est fini l’exploitation de l’homme par l’homme. c’est insupportable. il faut créer des collectifs citoyens de réflexion, réapprendre a discuter entre nous, inventer d’autres possibles...
    relocaliser la production. si une grave crise survient nous n’aurons pas tous a manger. ce ne sont pas les 4% d’agriculteurs qui restent en france qui pourront subvenir a nos besoins...

    il faut réclamer et surtout imposer l’égalité pour tous, la vrai ! revoir l’éducation qui doit être émancipatrice, orientée vers l’apprentissage de l’esprit critique... vaste chantier ! mais pour l’heure il faut se débarrasser de ces êtres sans morale, sans bon sens qui régentent la planète pour leur seul profit égoïste.


  • Peau lisse vaut pas pied Peau lisse vaut pas pied 2 novembre 2011 20:57

    a mon sens c’est un éveil des consciences qui est essentiel

    Avec le propagande de TF entre autres, c’est pas gagné ...


  • Bovinus Bovinus 3 novembre 2011 12:16

    radiopirate :
    a mon sens c’est un éveil des consciences qui est essentiel pour le devenir de l’humanité.

    Je ne peux que très chaleureusement vous rejoindre là-dessus, mais il y a néanmoins un « petit » problème. Quand on fait de l’ « agitation », y compris auprès d’inconnus, on se retrouve confronté à trois grands cas de figure :

    - l’auditeur essaye désespérément de changer de sujet, ou prend le premier prétexte pour s’enfuir. Avec ceux-là, généralement, il n’y a pas grand-chose à faire : nul n’est plus sourd que celui qui ne veut point entendre. Ils constituent malheureusement la majorité, mais retourneront leur veste dès qu’ils sentiront le vent tourner.

    - l’auditeur semble intéressé, mais objecte que de toute façon, il n’y a rien à faire, et trouve différents prétextes pour justifier son inaction : il n’a pas le temps, il n’a pas les compétences, son activité professionnelle l’épuise et il préfère se détendre plutôt que de se prendre la tête à réfléchir sur le devenir du monde, ce n’est pas un individu seul qui peut y changer quoi que ce soit, etc. Tous ces arguments sont valables, et on pourrait encore en trouver beaucoup d’autres. Ceux-là ne sont pas des cas désespérés, et pourraient être amenés à changer d’attitude, mais ils ne sont pas encore parvenus à un stade de prise de conscience suffisant pour entamer un travail sur soi-même. Avec la catégorie des sourds, ils représentent la quasi-totalité du corps social.

    - l’auditeur est extrêmement intéressé, et il apparaît assez vite qu’il est déjà bien engagé sur la voie de la rébellion intellectuelle ; la seule chose qui lui manque parfois est le savoir de certains faits ou idées intéressantes. En gros, ils sont déjà totalement convertis, ou du moins, bien engagés sur cette voie.

    Le véritable combat est à mener sur la deuxième catégorie, mais c’est un travail ingrat qui ne peut mener à rien de tangible sans ressources très substantielles, c’est à dire, le soutien d’une puissance étrangère, celui de l’une des grandes composantes de l’État (qui sont au nombre de quatre : gouvernement, grande finance, complexe militaro-industriel, et services de renseignement), ou encore, celui de l’Église dominante. Et je vous parle non pas du point de vue sociologique, mais géopolitique.

    On est là en face d’un problème extrêmement complexe qui n’a été résolu que très rarement dans toute l’histoire de l’humanité. Les changements de paradigme ne se font pas d’un claquement de doigts ni sans casse.

    Cela dit, les idées sont résilientes.


  • Arafel Arafel 3 novembre 2011 13:36

    Pas « du peuple européen », mais « des peuples européens ».


  • JL JL1 2 novembre 2011 11:03

    Beaucoup, beaucoup de choses dans ce texte de radiopirate : « il n’y a rien à jeter » !

    J’ajouterais peut-être à ceci : "En outre, comme le font remarquer les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot « Quand un français sur six pointe à pôle emploi, le slogan travailler plus pour gagner plus perd tout son sens. »« 

    cela : »Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’opinion« (Paul Valéry)

    C’est la même chose que disait Victor Hugo : » Dans chaque camp, il y a des imbéciles et des crapules« .

    Il ne fallait pas être grand clerc pour savoir que ce slogan du »travailler plus pour gagner plus" c’était une arnaque : j’ai moi-même écrit avant la présidentielle un article à ce sujet, mais aucun grand média n’a dénoncé ce slogan pourri.

    Sarkozy a été élu par une poignée de crapules et une flopée d’imbéciles. Désolé !


    • radiopirate radiopirate 2 novembre 2011 13:17

      merci d’être passé ainsi que pour ce commentaire ! et les citations !

      gustave Le Bon lui disait qu’on domine plus facilement les peuples en excitant leurs passions qu’en s’occupant de leurs intérêts !






    • Robert GIL ROBERT GIL 2 novembre 2011 19:48


      Mais non !


      • radiopirate radiopirate 2 novembre 2011 22:04

        vous pouvez préciser votre pensée ?


      • Robert GIL ROBERT GIL 3 novembre 2011 10:19

        Messie, mais non !

        je sais ,....


      • suumcuique suumcuique 2 novembre 2011 20:26

        G. le Bon disait aussi des choses propres à refroidir les démocrates du bas comme du haut, les zélotes du multi-culturalisme, les fanatiques des mélanges. Des choses fort justes.


        • radiopirate radiopirate 2 novembre 2011 21:55

          Personne ne détient la « vérité » et Le Bon pas plus qu’un autre. Je me borne à reprendre ce qu’il a avancé comme idées dans le domaine de la psychologie sociale et en particulier en ce qui concerne la psychologie des foules. Certaines de ses positions sont d’un autre siècle et difficilement défendable de nos jours dans d’autres domaines.


        • non667 2 novembre 2011 20:37

          d’après les sondages les français ont enfin compris
          sarko 38% ok !
          hollande 58%  : smiley smiley


          • radiopirate radiopirate 2 novembre 2011 22:03

            Faut il se fier aux sondages ? permettez moi d’en douter. Ce n’est pas la semaine passée justement que deux sondages se contredisais ?

            Le français auront compris quand ils voudront s’impliquer personnellement dans « la vie de la cité » et ne ferons plus confiance à des pseudo élites pour les représenter. Quand il auront cesser de se mentir à eux même. quand ils entreprendrons un grand chantier pour remettre les choses à plat, décidés à repartir sur des bonnes bases.


          • Montagnais Montagnais 2 novembre 2011 22:23

            Hommage à la jeunesse et aux idéaux brandis par l’Auteur !


            Mais.. La démocratie ? Vous l’avez pas ? Elles ont pas lieu les élections ?

            La justice, elle est pas là, patente, partout visible, Etat de Droit ?

            La vertu ? Elle ne serait pas la marque indissociable du système, qui rémunère si-bien l’intelligence, le travail, l’éducation.. La Chance ?

            L’Information ? en manquerions ?

            Et les citoyens ? Pénurie ?

            Non non, tout va assez bien. Ou alors, c’est ailleurs la question.

            « s’accaparer le fruit de notre travail collectif » dites-vous.

            La vous exagérez un peu et déformez.. collectif ? Avec 20% d’inactifs, 20% d’enfants pas en âge de travailler, 25 % de vieux, 20% d’oisifs (Banksters, publicisses, culturisses, dealers, show-biz, politiques, députés, présidents, sénateurs, européens, animateurs, speakers, Française des Jeux, PMu, rugby, foot, ski, aquabicyclette, danses aquatiques, humoristes, chanteurs, artistes de variété, starlettes, stars, célébrités, prestidigitateurs, conseillers.. J’en oublie mille de catégories qui ne peuvent s’enorgueillir de participer au travail collectif..

            Alors ? Comment vous ferez ? Sachant qu’on voit s’écrouler inéluctablement.. 

            • radiopirate radiopirate 3 novembre 2011 19:02

              Les solutions, à ce qu’on peut convenir d’appeler notre problème, dépassent le cadre de cet article.
              Je n’ai pas la prétention d’avoir trouvé une solution. Je n’ai pas de formule toute faite à appliquer, juste quelques pistes. Autogestion, libre association, fédéralisme... Il y a, à mon sens, beaucoup à puiser dans le courant libertaire qui contrairement au doctrines rigides ne considère pas que « ...la meilleur forme de vie sociale, n’est pas quelque chose de fixe ni de valable en tout temps et en tout lieux... » Pour reprendre les mots de Malatesta. Qui disait ailleurs "... la seule chose que nous voulons, c’est que personne ne nous impose sa propre volonté, que personne ne soit à même d’imposer aux autres une forme de vie sociale, si elle n’est pas librement acceptée."

              Il est clair que nous n’héritons pas d’un cadeau si nous parvenons à prendre le pouvoir. il faudra composer. inventer... Mais n’est ce pas le propre de l’homme ! L’économie participaliste développée par Michael Albert est également une bonne piste de réflexion sur un autre possible. Je vous laisse le soin d’effectuer quelques recherches.

              sinon concernant la première partie de votre commentaire, j’imagine que c’est de l’humour car si pour vous c’est ÇA, la démocratie, la justice, la vertu, l’information... J’ai bien peur de ne pas pouvoir vous aider.


            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 2 novembre 2011 23:51

              Respect pour Garci-mort.

              RIP.


              • Metais 3 novembre 2011 01:03

                Le plus drôle c’est que l’on va se faire traiter de révolutionnaire alors qu’on n’a jamais été aussi légaliste en demandant simplement aux guignols que la majorité a élus de respecter strictement les règles de la démocratie et le vote des citoyens. A part cela , cette fois même les plus cons et les aveugles ont compris que Lisbonne ou le vote à répétition de l’Irlande par exemple n’étaient pas des cas isolés , mais au contraire étaient entrain de devenir la règle en Europe . « En haut » ou « quelque part » on décide et les peuples doivent se soumettre , d’ailleurs on n’a pas à leur demander leur avis ! C’est ce diktat que la Grèce vient de se ramasser dans la gueule : votre référendum et ce que vous pensez on en a rien à foutre , où vous acceptez illico notre plan ou on vous laisse crever ! C’est beau la solidarité européenne quand elle est exprimée ainsi par notre Bush national...I 


                • radiopirate radiopirate 3 novembre 2011 11:28

                  c’est bien résumé ! merci !


                • TigerSean TigerSean 3 novembre 2011 05:24

                  Radiopirate,

                  Vous écrivez fort bien ce que je clame à longueur de journée autour de moi.

                  Malheureusement, je suis arrivé à une conclusion qui me déprime :

                  Sommes nous à ce point formatés, dressés pour ne surtout plus regarder la réalité en face ?

                  Cette question, en interrogeant un individu lambda, dans nos villes ou nos campagnes, est pour moi le centre du débat.

                  Les médias : voilà ce qu’il faut arriver à changer pour permettre un envol de la conscience collective. Eux qui dépeignent Bernard Henry Levy, ou Alain Finkielkaut comme les maîtres de la pensée ; qui désignent Bernard Kouchner comme un humaniste ; qui pardonnent à Dominique Strauss-Khan toutes ses dilatations de slip, avant même de savoir si fond le l’histoire ; qui ont encensé Nicolas Sarkozy aux premières heures de son élection ; qui participent à la désinformation générale... C’est contre EUX qu’il faut lutter, car aujourd’hui, ils font croire au peuple que tout va bien, alors que les jeux semblent être faits ! Les médias lobotomisent les masses avec des programmes abrutissants, des questions éludées, un conformisme dictatorial à tous les niveaux, comme l’éducation, l’histoire, l’environnement, la santé, l’apparence physique, la moralité et j’en passe.

                  Ce n’est plus métro-boulot-dodo.. Mais intox-métro-télépoubelle-boulot-formatage-dodo...

                  En me promenant dans Paris l’autre jour, j’ai été frappé de voir autant de gens vivant dans la rue, rendus complètement fou... J’ai même vu une connaissance, un gars pourtant brillant. Ce système nous rend fou, et fait tout pour. La solidarité est moribonde, l’amour n’existe presque plus que par l’argent, la communication, malgré les les nombreux moyens, s’évanouit.

                  Que faire quand tout un chacun pense que l’autre ne pourra rien pour lui ? Beaucoup sont résignés... mais il faut se réveiller et couper le cordon. Tenter d’ouvrir les yeux au plus grnad nombre... mais c’est long !


                  • radiopirate radiopirate 3 novembre 2011 11:36

                    A mon sens le véritable problème c’est le système capitaliste et l’idéologie qu’il génère. C’est lui qui est responsable de la concentration actuelle des médias. c’est lui qui nivele par le bas la pensée, la culture...

                    il est clair que nous avons un problème avec les médias. ce qui est dramatique pour la démocratie car nous ne pouvons pas prendre de décisions sans avoir une information de qualité, objective. mais il ne peut être résolu que par un changement de système.


                  • PascalR 3 novembre 2011 08:11

                    Il est intéressant de s’interroger sur le pourquoi sommes-nous aussi passifs et malléables, pourquoi croyons-nous en des dieux imperceptibles et non concrets, pourquoi acceptons-nous de vivre dans un monde imparfait et pervers, pourquoi acceptons-nous d’être gouvernés par des monstres, pourquoi sommes-nous, en fin de compte, des petits guignols gesticulants et arrogants, mais qui crevons de peur devant l’immensité vide de l’univers.
                    Le mot est dit, c’est à cause de la peur qui nous habite tous et nous amène à ne pas nous révolter au risque de perdre ce pour quoi nous avons justement peur.
                    Peur de mourir, peur de manquer, peur de la misère, peur de la solitude, peur de tout, peur de n’être au fond que de petits animaux parmi tant d’autres.
                    Et de toutes les façons, quand bien même les peuples se révolteraient, et prendraient le pouvoir, ce serait un éternel recommencement, il ne faut pas se faire d’illusion.
                    Le monde est tel qu’il est car nous l’avons fait et qu’il est conforme à notre NATURE profonde.
                    Arrêtons de croire, naïvement et par arrogance, que nous, les humains, sommes capables d’être meilleurs que tous les autres. Non, nous sommes ce que nous sommes, mais personne n’a encore vraiment oser se regarder en face car nous en serions effrayés.

                    Qui sommes-nous vraiment, nous les humains ?
                    Quelques éléments de réponses sur http://www.lacontroversedubouffon.fr


                    • Le printemps arrive Le printemps arrive 3 novembre 2011 10:03

                       Vous avez raison sur le diagnostique, cependant j’ai l’impression que vous ne voyez que le verre à moitié vide.

                       Personnellement, je vois le verre se remplir de jour en jour.

                       Non, les vestes ne se retournent pas comme on peut le penser ici où là, mais on prend à ses grands frères les habits de celui qui remarque qu’il grandi : cf les idées d’Etienne Chouard, reprise de l’histoire, qui transcendent les clivages habituels auxquels on nous a conditionné.

                       Tout cela est le brouillon d’un nouveau monde que évolue très vite.

                       Pensant ( ou éduqué à penser) qu’un monde pyramidale était le meilleur, ceux que l’on a placés au sommet tremblent et paniquent car la base s’émancipe, leur laissant ainsi voir le vide de leur certitude (je suis en haut parce que je me suis fait tout seul , croyant ainsi léviter).

                       Nous ne sommes rien sans les autres, ils ne sont rien sans nous et eux aussi ont peur, ils pensent avoir beaucoup à perdre.

                       Bien cordialement


                    • radiopirate radiopirate 3 novembre 2011 12:07

                      La peur, instrumentalisée est effectivement un fléau et surtout un instrument puissant du pouvoir. Mais celle ci doit désormais changer de camp et je pense que c’est en train de se passer. Il n’y a qu’à voir les récentes déclarations de riches milliardaires qui après s’être gavé sans scrupules pendant des années consentent désormais à mettre la main a la poche...

                      Mais le fatalisme ou plutôt le prédéterminisme qui émane de vos propos est aussi un frein à l’évolution de l’homme et de sa condition. Il justifie la nécessité de dominer l’homme, cette « bête sanguinaire ». Je ne crois pas dans la nature mauvaise de l’homme « qui doit être guidé par une élite éclairée », vestige de la religion et du péché originel. Il y a des hommes qui font le bien. Des avancées concrètes sont possibles. l’esclavage est condamné par la société (même s’il se pratique encore a grande échelle sous une forme détournée). le travail des enfants est banni de notre société. (meme si dans certains pays il est encore d’actualité).


                    • Robert GIL ROBERT GIL 3 novembre 2011 09:35

                      Il faut sortir d’un système où l’idéologie et les belles paroles ne sont que du
                      marketing. Les membres de l’élite ne s’intéressent qu’aux intérêts de leur classe,
                      vous ne faites pas partie de leur monde. Cela explique toutes les promesses non
                      tenues faites par nos politiciens pour se faire élire ; mais attention les gens qui
                      mentent régulièrement pour arriver à leurs fins sont des manipulateurs. Pensez-y la
                      prochaine fois !
                      http://2ccr.unblog.fr/2011/11/02/un-candidat-sans-artifice/


                      • radiopirate radiopirate 3 novembre 2011 12:09

                        je n’ai rien à ajouter ! merci de votre commentaire.


                      • thomas1789 3 novembre 2011 09:46

                         Le point interessant si on enleve toute la propagande du complot des elites est la reference a l’audit de la dette equatorienne. Interessant, mais tres difficille d’avoir des informations detailles, et notamment pourquoi certaines creances sont considérés comme invalides.
                         De plus, le resultat de cette audit n’a pas conduit forcement aux actions attendues.
                         


                        • radiopirate radiopirate 3 novembre 2011 12:27

                          Je ne vois pas ou j’ai fais de « la propagande du complot des élites » ! J’ai mentionné des faits, j’ai avancé des arguments. je ne crois pas dans toutes ces théories fumantes qui ne sont là que pour brouiller les pistes, provoquer la colère et surtout qui dispensent de réfléchir, amalgamant tout ce qui peut l’être dans une simplification certes confortable mais éloignée de la réalité.

                          La psychologie sociale ainsi que la sociologie ne participent pas de ces « théories de complot » et si vous vous y intéressez un peu vous constaterez en revanche que c’est un outil puissant de contrôle et de connaissance des masses pour qui possède ce savoir.

                          Pour ce qui est de l’audit sur la dette, je crois avoir fourni quelques éléments de réflexion. Je vous laisse le loisir de rechercher et de compléter votre information. J’ajouterai juste devant votre scepticisme que même si celui ci ne « conduit pas forcement aux actions attendues », ça vaut quand meme le coup d’essayer plutot que de se soumettre passivement au bon vouloir des marchés.


                        • frédéric lyon 3 novembre 2011 09:47

                          Nous assistons à la fin de la politique et c’est le référendum Grec qui va finir de la tuer.


                          A la question : « voulez-vous rester dans l’Euro ? » Papandréou le socialiste va demander aux grecs de répondre « oui », comme tous les autres politiciens du pays.

                          Les fonctionnaires grecs auront leurs payes en décembre et la Grèce passera sous administration Franco-Allemande.

                          Et tout est bien qui finira bien.

                          • JL JL1 3 novembre 2011 10:12

                            « Nous assistons à la fin de la politique et c’est le référendum Grec qui va finir de la tuer. » (lyon)

                            Lyon confirme ici à l’insu de son plein gré que la politique et la démocratie sont devenues incompatibles. De fait, entre la démocratie et les marchés, nos politiciens ont épousé les marchés et trahis les peuples.

                            Puis lyon dire vrai, et le référendum tuer ces politiciens félons.  smiley

                            Ceci dit, ce post de lyon est digne de figurer dans l’anthologie de l’absurde, comme chacun peut le vérifier.


                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 3 novembre 2011 11:39

                            On ne sait pas si le Messie sortira des urnes , ce que l’ on sait c ’est que la vessie est près des burnes .


                            • radiopirate radiopirate 3 novembre 2011 12:10

                              oui ! il ne faut pas prendre les messies pour des lanternes !


                            • Bovinus Bovinus 3 novembre 2011 11:47

                              Excellent article, bien construit et références de qualité. Chapeau bas, camarade !


                              • radiopirate radiopirate 3 novembre 2011 12:29

                                merci pour tes encouragements ! C’est du taf ! Ça fait plaisir de voir qu’il est reconnu !


                              • Jean 3 novembre 2011 12:12

                                Il y a longtemps De Gaulle avait demandé (1965) à son premier ministre un budget équilibré ; ce qui fut fait sans difficulté ; Pompidou (issu du monde bancaire) était ulcéré par cette décision...

                                Réf. « vivre avec De Gaulle » Plon, pocket page 249

                                Sur la démocratie, trop de blabla, d’ articles sans effet

                                De Gaulle a donné les clés par la Ve (il faut à présent ouvrir la porte) : créer un parti apolitique (pas de parti, pas de nombre), élire un président qui dissout aussitôt les assemblées, remplacées par une constituante de « tirés au sort » (constitution préparée préalablement par le parti des vrais démocrates apolitiques)

                                Pour le reste voir thèses d’ Etienne Chouard et de quelques autres, l’ idée fait son chemin

                                -Avis aux amateurs-, plus de pros. en politique ! et plus de partis

                                http://www.dailymotion.com/video/xlz6kr_debat-entre-etienne-chouard-et-yvan-blot-sur-la-democratie-reelle_news


                                • Jean 3 novembre 2011 12:37

                                  ...qu’ on met sous un boisseau.


                                • miha 3 novembre 2011 12:28

                                  Merci pour cet article.

                                  Je rejoins d’autres commentaires pour dire que la réelle démocratie ne peut passer que par une constitution écrite par et pour le peuple, via une assemblée constituante composée de citoyens tirés au sort.

                                  Nous devons concentrer nos efforts pour convaincre autour de nous et revendiquer cela en priorité.

                                  Sur l’air de « gare au gorille » :

                                  « On nous bassine avec la dette

                                  qui n’est rien d’autre que du racket

                                  de ceux qui reçoiv’ des mallettes

                                   avouez que c’ n’est pas très net

                                   »tous pourris« est leur étiquette

                                  on en vomit plein la cuvette

                                  tire la chasse d’eau, relève la tête

                                  tous ces gens là, faut qu’on les jette.

                                  Démocrati i i i e ! »


                                  • Pi@h 3 novembre 2011 12:49

                                    Bravo pour votre article.

                                    Effectivement la Liberté se mérite, des peuples se sont saigner pour l’obtenir, c’est un manque de respect envers eux et surtout nous mêmes que de rester immobile.

                                    Il n’y a pire posture que l’atentisme, est ce que le Grecs seront dans le vrai en votant NON à ce référundum ? Personne n’a encore la réponse, mais au mois, pendant un instant ils auront eu leur destin entre leurs mains, et çà personne n’a le droit de le remettre en cause.

                                    Le Capitalisme lorsqu’il ne sert qu’une poignée d’individus devient logiquement un monstre incontrolable. Nous nous disons espèce évoluée, alors que notre système et nos valeurs reposent sur la prédation et la domination de son prochain. On nous fait croire qu’il n’existe aucune alternative à ce modèle sociétale, c’est FAUX. La solution à tous nos problèmes passe inéviatblement par une redistribution équitable et cohérente des richesses entre tous les acteurs économiques. Autrement c’est de l’esclavage déguisé.
                                    Et de tout temps, les esclaves se sont toujours révoltés.

                                    Notre mode de vie, notre système économique en l’état, nos valeurs nous conduisent forcément à notre perte. A long terme il n’y a pas de scénario bon ou mauvais, il n’y a que du mauvais....


                                    • radiopirate radiopirate 3 novembre 2011 19:16

                                      A nous d’inventer le bon !

                                      Merci pour le compliment et surtout pour votre commentaire.


                                    • luluberlu luluberlu 3 novembre 2011 15:11

                                      Il n’y eu jamais et n’y aura jamais de« Messie » sauf au Barça.


                                      • Jason Jason 3 novembre 2011 17:31


                                        Article magistral. Merci de citer, entre autres, Jean Ziegler dont le livre devrait être entre les mains de maint dirigeant.

                                        Permettez-moi un mauvais calembour. Si le messie ne viendra pas des urnes, peut-être le MAIS NON !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès