Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Le « modèle allemand » : vous avez dit « social » ?

Le « modèle allemand » : vous avez dit « social » ?

Cela fait un moment que l’on nous entretient du « modèle allemand ».

Le thème est récurrent depuis que la crise a mis en lumière les comportements économiques respectifs de la France et de l’Allemagne. Il a trouvé un surcroît de vigueur à l’occasion de la concertation patronat/syndicats, la référence - et révérence - au modèle « social » allemand venant alors au secours d’une négociation difficile en France. La célébration du cinquantenaire du Traité de l’Elysée vient de couronner l’édifice : la France, légère et inconséquente, comme chacun sait, un genou en terre, fait allégeance à l’Allemagne, sérieuse et opiniâtre, comme nul ne l’ignore. 

Qu’il y ait beaucoup à apprendre des expériences de nos voisins ne fait aucun doute. Que l’histoire et la personnalité de l’Allemagne lui aient ouvert des voies que nous pourrions utilement explorer - nous pensons ici en particulier au rôle des PME et de l’apprentissage - c’est très probable.

Mais c’est précisément parce que la qualité des relations entre nos deux pays est un élément clé de la construction européenne qu’il faut en préserver l’équilibre et garder les yeux ouverts sur les forces et faiblesses de chacun d’entre eux. 

Le « modèle social allemand » est axé sur la compétitivité à l’exportation, dans un espace économique mondial dérégulé. Le prix à payer est désormais connu : les statistiques sur le développement de la pauvreté en Allemagne ont confirmé qu’une fraction croissante de la population y est passée en mode « survie », au point que les syndicats allemands commencent à renâcler. La crise a aggravé la situation mais le processus de paupérisation, délibérément engagé par les lois « Hartz » sur le « marché » du travail, avait commencé à produire ses effets dès 2005. Il ne faudrait pas croire pour autant que le combat industriel et commercial soit gagné, car les « émergents » montent en gamme : la Chine prévoit un triplement de ses exportations de machines-outils et équipements de transport d’ici 2020 et la Corée du sud, la Thaïlande et l’Indonésie affichent elles aussi de vastes ambitions dans ce domaine. Il y aura toujours des troupes fraîches pour monter au front de la compétitivité ! Ni la qualité de vie, ni la préservation de l’environnement, ni la paix ne peuvent être au rendez-vous de cette logique de compétition, dans laquelle seul Panurge est au pouvoir. Il serait temps d’en prendre conscience et d’agir en conséquence.

Les choix de l’Allemagne correspondent aux orientations longtemps préconisées par la Banque mondiale (les fameux « ajustements structurels »), le FMI et l’OMC mais d’autres organisations internationales appellent désormais l’attention sur les risques sociaux et économiques qui résultent de la pression sur les bas salaires et du développement des inégalités, dans tous les pays. C’est le cas de l’OIT (Organisation internationale du travail) depuis plusieurs années. Dans son rapport 2012, elle recommande de « refuser de laisser la finance donner le ton pour l’élaboration des politiques. » C’est aussi le cas pour l’OCDE lorsqu’elle écrit, début 2012 : « Le creusement des inégalités est l’un des principaux risques pesant sur notre prospérité et notre sécurité futures ».

 Voir notre Président, questionné par un jeune allemand sur la question des « charges sociales » françaises (21 janvier), répondre que la France a « un problème de compétitivité », que « l’Allemagne a fait cet effort » et que la France doit rattraper le temps perdu et « rattraper l’Allemagne » augure mal du développement d’un front social en Europe. Il serait piquant que ce sursaut nous vienne de l’Allemagne à l’issue des élections qui y auront lieu au printemps prochain…

http://www.citoyensunisdeurope.eu/economie-et-societe/la-course-a-la-competitivite-ou-panurge-au-pouvoir-merkel-austerite-protectionnisme-libre-echange-mondialisation-pascal-lamy-omc-world-policy-conference-t425.html#p724

http://www.alternatives-economiques.fr/un-modele-qui-ne-fait-guere-envie_fr_art_1079_53364.html



Sur le même thème

Et si le très mauvais élève de l’Europe était …l’Allemagne
Des gouvernements de la zone euro faibles subissant le diktat des « politiques d’austérité » de l’Allemagne, au détriment de l’intérêt de leurs peuples et de l’absorption mondiale
Allemagne : un géant ?
Le « Modèle » allemand
Prospective mondiale : L’Allemagne, du Frein à la Croissance de l’Europe à une grave Rechute de l’Economie mondiale à l’horizon 2015-2017


Les réactions les plus appréciées

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

scripta manent

scripta manent
Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires