• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le nouveau crash qui condamne le V-22 Osprey

Le nouveau crash qui condamne le V-22 Osprey

Scène ahurissante près d'une plage d'Oahu, aux îles Hawaï ce week-end : un V-22 Osprey en manœuvre, après avoir fait quelques ronds en l'air au dessus des plagistes, s'est écrasé à proximité en voulant manifestement se poser en catastrophe, avec ses 19 Marines à bord. L'accident, pourtant impressionnant, a tout de suite été minimisé, comme à son habitude par les Marines et le Pentagone, qui l'ont décrit comme un "hard landing" alors que l'engin a été complètement détruit. Le miracle qui a eu lieu étant qu'à ce jour une seule victime ait été déclarée (pour l'instant), les 20 autres étant "blessées". Au vu de l'incendie qui a suivi et des vestiges restant de la carcasse de l'appareil, couché sur le côté, calcinée, on peut en effet parler de miracle. Cet accident était prévisible depuis longtemps, tant la "danseuse" du Pentagone repose sur un concept erroné. Un crash qui remet sérieusement en cause toute la lignée de futurs engins en préparation, copiés sur ce même principe vicié. 

Chez les Marines des Raiders, où il est détesté par la piétaille, on a fini par le surnommer "l'ascenseur de la mort", tant les cordes de son treuil, fouettées par le brassage de l'air de ses immenses pales, vous arrachent les tripes, prises dans un tourbillon infernal. L'Osprey, c'est la nouvelle Hummer des Marines. A l'intérieur, c'est un vrai cauchemar de plombier, dont les canalisations des multiples circuits hydrauliques suintent de partout : "ça aurait pu servir de décor à Aliens", dit Gizmodo. L'engin tue plus qu'il ne protège les gens qu'il transporte !!! Les Marines, où plutôt le Pentagone, le portent tous deux donc à bout de bras, le défendant quel que soient ces erreurs de fonctionnement, selon le principe qu'un appareil volant qui a déjà failli passer à la trappe (après une premier crash ayant tué 19 Marines en 2000) ne peut plus être jamais empêché de voler .  Et pour cela, il y a un moyen simple, celui d'accuser les erreurs de pilotage, et jamais faire appel à une question de déficience matérielle ou de conception technique. Ce que fait le Pentagone à chaque accident. L'incident du 13 juin 2012, d'un V-22 du 8th Special Operations Squadron d'Hurlburt Field en Floride, relaté par The Aviationist le 4 septembre 2012 est en ce sens significatif. L'armée avait en effet très vite accusé ce jour-là les infortunés pilotes le major Brian Luce et le capitaine Brett Cassidy, alors en mission d'exercice de nuit. Ils s'en étaient sortis vivants, avec leur équipage, au moins.

La faute aux pilotes, qui auraient trop tripatouillé les manches avant de s'écraser, selon l'Armée, avec les cinq hommes à bord, qui s'en étaient sortis blessés, mais vivants, donc. C'était vraiment pas de chance pour Brian Luce, déjà victime d'un autre crash... d'Osprey, le survenu en Afghanistan le 8 mai 2010, tuant son coéquipier, le pilote de l'appareil et blessant trois soldats sur les 20 transportés !!! Le rapport des militaires sur l'accident avait déjà carrément fait l'impasse sur un phénomène pourtant connu, qu'avait repéré un spécialiste, Rex A. Rivoli, Chief Technology Officer chez Themis, un homme plutôt convaincant : il a derrière lui 6 ans passés à l'US Air Force et 22 ans à la Garde nationale aérienne, et près de 7500 heures de vol dans des avions de combat et des hélicoptères tactiques, y compris les 531 missions de combat à bord du F-4E Phantom au Vietnam. "les conclusions de l'enquête sur les accidents de la Commission (AIB) pour le CV-22B, numéro de queue numéro 06-0032, dans l'accident du 13 juin 2012 sont une distorsion totale des faits et une tentative de blâmer les pilotes pour le très grave défaut de conception de l'aéronef V-22, "avait-il déclaré tout de go à The Aviationist. Selon lui, plusieurs incidents de roulis intempestifs avaient été déclarés auparavant.  "Personnellement, j'avais observé plusieurs cas de ce type en volant sur le V-22 à la fin des années 1990 en tant qu'observateur de l'Operational Test & Evaluation (DOT & E) Pendant la période de test opérationnel du V-22. Dans leur désir de respecter les étapes de coûts et de calendrier, elles ont été attiré peu d'attention par Bell-Boeing et l'équipe de gestion USMC et par conséquent, ils ont fabriqué une forte campagne pour discréditer ces préoccupations avec le DOT & E. Cet effort, soutenu par certains des meilleurs pilotes du monde et les ingénieurs aéronautiques a convaincu le DOT & E que le problème était mineur et les préoccupations étaient exagérées ". Son rapport évoquait en effet "la sensibilité du V-22 d'être sensible aux tourbillons issus d'autres avions ce qui est problématique pour le contrôle du roulis et peut entraîner un tonneau non-commandé de l'aéronef. À basse altitude, cela pourrait conduire à une perte d'aéronef". Un colonel en retraite avait conclu de même le 12 décembre 2003 : "les caractéristiques de vol du V-22 en VRS (état de vortex) sont problématiques pour le contrôle du roulis et l'avion est susceptible d'induire un roulis non contrôlable, en raison de la saturation du système de contrôle de vol lors d'un roulis lorsque l'aéronef traverse un vortex. Cette réponse de l'aéronef au phénomène de vortex est considérablement différente de celle de n'importe quel hélicoptère conventionnel". Un appareil plutôt imprévisible, donc, devenu l'objet de moqueries chez ses utilisateurs, au moindre crash, comme le montre cette photo d'un V-22 accidenté en Afghanistan et salué par un soldat fort moqueur (un cliché pas apprécié par l'armée, qui en fait la chasse sur les serveurs :

On avait alors clairement étouffé l'affaire, nous dit Rex A. Rivoli qui ajoute qu'il avait alors recruté "le professeur Gordon Leishman, l'un des meilleurs scientifiques rotor le métier du monde, chargé d'enquêter sur le phénomène en utilisant la simulation numérique". Le résultat de ces calculs a clairement indiqué que le sillage du rotor du V-22 pouvait devenir un danger grave pour le V-22 qui le suivait,  en raison de la conception de moteurs côte-à-côte : "sur la base de ces préoccupations, j'ai réussi à remettre sur le tapis la question avec le DOT & E et le responsable du programme d'évaluation conçus pour quantifier et la gravité du phénomène ". "Et sa conclusion était sans appel : les V-22 ne doivent jamais voler en formation serrée, le premier du groupe générant un effet de vortex arrière capable de renverser l'appareil suivant. Depuis ses recommandations, en effet les V-22 volent en formation lâche, comme on avait pu le voir à Hawaï... juste avant le crash, causé donc par autre chose. Le V-22 est en effet extrêmement sensible au roulis, même doté d'un logiciel correcteur d'origine israélienne "le V-22 est sujet au roulis de PIO (pilot-induced oscillation ou Oscillation Induite par le Pilote) en mode hélicoptère, au cours de tâches de haute précision comme les chargements à bord, le vol stationnaire de précision dans des espaces confinés, ou le vol de précision en stationnaire et lors de débarquements en visibilité obscurcie." notait déjà un rapport de 2003. A propos d'étouffer l'affaire, notons déjà la façon de présenter les choses dans la presse ; ainsi sur cette chaîne de télévision, où l'on évite de montrer la carcasse brûlée pour montrer le V-22 suiveur qui s'était posé à proximité de l'autre, dès la catastrophe survenue. Intentionnellement ou par incompétence ?

Car d'autres incidents ont eu lieu, souvent dissimulés ou "oubliés" par l'administration US. Telle cette désintégration complète d'un moteur en plein vol. Un incident (plus fréquent que dit officiellement) révélant une autre faiblesse de l'appareil : l'engin avait alors perdu de l'altitude, son moteur qui broyait alors ses aubes et ses engrenages ne fournissant plus que 66% de sa puissance alors qu'il était à fond. Le V-22 était censé pourtant pouvoir continuer à évoluer sur un seul moteur... ce qu'il sera incapable de faire. Des moteurs trop fragiles, éjectant des boulons, ou carbonisant le pont des avions les accueillants, ou se remplissant de sable en opérations extérieures (en Irak). Ça ou la perte soudaine de puissance au décollage qui éjecte un jour le Marine Cpl. Jordan L. Spears, resté trop près de la porte. Sans oublier une autre tare rédhibitoire : le brassage énorme de l'air par ses pales gigantesques, qui soulève la poussière dans des dimensions dramatiques, ou devient générateur de brume au dessus de l'eau (comme ici).

Les pannes ou ennuis se sont accumulées, largement minimisées (déjà celle-ci n'a créé aucune trace dans la presse européenne, par exemple). Un moteur qui flanche ou qui s'emballe et c'est la catastrophe, en provoquant une poussée dissymétrique (les rotors sont reliés par un arbre, mais au sol, la poussée des échappements demeure très forte) : "Le 27 mars 2006, sur la base aérienne du Corps des Marines à New River, en Caroline du Nord, un MV-22 attribuée au Medium Tiltrotor Training Squadron 204 a connu une augmentation imprévue de la puissance du moteur alors que l'équipage de trois hommes se préparait pour un vol. "Cela a provoqué le fait que l'avion s'est soulevé par inadvertance sur le pont à environ 30 pieds (cf : 9 mètres)," raconte le porte-parole de Marine Maj. Shawn Haney "Il est ensuite retombé ... en subissant des dommages majeurs à l'aile droite et au moteur droit." Heureusement, les trois membres d'équipage étaient sains et saufs.  Le coût pour réparer l'Osprey a totalisé 7 068 028 dollars, selon le Naval Safety Center, qui suit tous les accidents d'avions de la Navy et des Marines. Une enquête menée par la Marine et les fabricants de Bell et de Boeing a donné lieu à quelques réglages des commandes de moteur du V-22". Un saut de puce à 7 millions de dollars, et pas vraiment de solution technique à apporter ! Les moteurs, sources constants de problèmes : "selon un officier chargé de l'entretien des V-22 avec qui je parlais en 2013, les propulseurs de l'Osprey sont censés durer jusqu'à 1000 heures de vol, mais en pratique, les Marines remplacent ces engins à 1,5 millions de dollars composants aussi fréquemment que toutes les 150 heures" !!!

En fait l'engin est surtout bien trop compliqué (et trop coûteux)  : "avec sa capacité de changer de forme (nota il se replie entièrement !), le V-22 est un avion compliqué. Il y a dedans des kilomètres de lignes hydrauliques et de carburant qui courent à travers les ailes, et le fuselage doit être suffisamment robuste pour résister à la déformation, malgré le mouvement des deux moteurs de 971 livres. Pour ajouter au défi, les hélices doivent plier de sorte que le V-22 peut fonctionner à partir de navires. Une litanie de problèmes de fuite hydrauliques, d'incendies à bord, et dans certaines conditions, l'instabilité l'aéronautique de l'avion émaille son développement depuis 30 ans". Compliqué aussi à manœuvrer en vol : imaginez les ravitaillements avec des batteurs à œufs géants prêts à couper le tuyau de kérosène à la moindre fausse manœuvre...

Des tares relevées ici en détail il y a 12 ans déjà par le colonel en retraite Harry P Dunn, de l'USAF. L'appareil est en fait le symbole même du lobby militaire, qui s'entête à fabriquer un appareil, et fait tout pour le fourguer à l'armée même s'il ne marche pas correctement (on songe au F-35, autre danseuse !). En ce sens c'est le lobby de Boeing qui a œuvré. Boeing a racheté Bell, qui s'est intéressé très tôt aux rotors basculant et s'est échiné à fabriquer depuis 1977 le XV-15 (il y en a deux, le N702NA, qui se crashera, et le N703NA), un démonstrateur au développement plutôt poussif, financé en partie par la NASA et l'armée américaine. L'œuvre de Richard ("Dick") Spivey, de Bell Helicopter. Le lancement du programme Joint Advanced Vertical Lift Aircraft (JVX) en 1982 lui permet de postuler au concours, que Bell, pas encore Boeing, remporte en 1983 ;  L'appareil est appelé V-22 en 1985 et son premier vol a lieu... le 19 mai 1989, et la première bascule à l'horizontale le 14 septembre, il y a donc 26 ans... mais le développement est lent car les incidents nombreux : le 11 juin 1991, le cinquième prototype s'écrase, et le 20 juillet 1992, le quatrième prototype est complétement incendié à partir des nacelles moteurs défectueuses (i tue 7 personnes !). On s'achemine vers un fiasco. Cinq ans plus tard, en 1994, l'inspecteur général du Pentagone dénonce le fait que Boeing a placé les gens au pied du mur, "sans véritable autorisation" et sans "un avis formel" selon lui la conséquence de "facteurs politiques hautement inhabituels".  C'est en fait les liens entre l'ingénieur Spivey et John Lehman le premier secrétaire de la Navy de Ronald Reagan, surnommé "Young Winston" par ceux qui le connaissent, le prenant pour un nouveau Churchill. Devenu "fan" de l'engin, il ira jusqu'à une envolée lyrique restée célèbre : "je veux amener le Corps des Marines dans le XXIe siècle à la pointe de la technologie, et son bord d'attaque est celle des rotors basculants." C'est à lui que revient la gabegie engagée sous l'ère Reagan, donc !

Sans le soutien politique de Lehman, en effet, le V-22 n'aurait jamais vu le jour.  Comme le dit Matthew Continetti du Weekly Standard, à propos du livre de Richard Whittle "The Dream Machine, The Untold History of the Notorious V-22 Osprey", ce qui rend "La Dream Machine" intéressante est la lumière qu'elle jette sur le "gouvernement permanent," de Washington les lobbyistes, les consultants, les bureaucrates et les entrepreneurs qui semblent parfois vivre dans un univers différent du reste d'entre nous. Une des leçons du livre de Whittle est que personne ne rate pas une occasion de nager dans la piscine géante d'argent et la puissance qui est la capitale de la nation, où l'industrie de la défense est le plus gros poisson de tous". Après Reagan, on aura Bush et Dick Cheney qui essaieront pourtant par tous les moyens de bloquer l'appareil qui ne lui plaisait pas sans jamais y parvenir, preuve que la politique US n'est pas faire au Congrès mais chez Boeing ou Lockheed. Car les liens entre ingénieurs et l'armée sont évidents. Spivey avait fini sa carrière comme directeur de l'U.S. Army Aviation and Missile Research Development and Engineering Center's Aeroflight dynamics Directorate (AMRDEC) de Moffett Field, en Californie, spécialisée dans les appareils à décollage vertical : le sien. Lehman, grand soutien politique de Mitt Romney est lui devenu multi-millionnaire, en faisant sa fortune chez BAE, lié à Austal USA dans les bateaux, des ferrys, mais aussi ceux de la Navy, dont les LCS... construits chez l'australien Austal... et son chantier appartenant à Lehman !!!

Car malgré les critiques, la brique volante continuera ses dégâts "politiques". Trois ans plus tard le Defense Department critique pourtant sévèrement l'appareil, affirmant qu'il est "extrémement artificiel"... Boeing continue cependant à le développer, certain de ses atouts politiques (qu"il arrose copieusement au passage). En 1998, le GAO conclut qu'après 15 ans de développement et d'efforts, le design V-22 n'a toujours pas été stabilisé". Deux ans plus tard, le Pentagon's Test and Evaluation Office le déclare "opérationnellement inacceptable" après pourtant 14 années de vol ! Le 20 juin 1992, un des prototypes du V-22 s'écrase dans le Potomac, en tuant 7 de ses occupants : comme c'est un des prototypes, on "oublie" souvent leur décompte dans la liste des cadavres qu'il traîne. Une enquête du département accusera les multiples fuites d'huile de l'engin, dont celle ayant provoqué l'incendie du moteur droit, après une surchauffe. Selon les calculs des légistes, l'appareil avait impacté le fleuve sous... 79 Gs !!! L'engin parti de la base d'Eglin pour rejoindre celle de Qantico devait participer à une cérémonie, où il devait faire une démonstration aux pontes des Marines ! Le rapport du COI sera biaisé : alors que l'appareil ne volait déjà plus que sur un seul moteur, il accusera le pilote de Boeing, Pat Sullivan, affichant 600 heures de vol ayant déjà fait 42 vols sur les 93 du prototype, d'avoir "mal réagi" !!! L'accident avait été filmé du sol par l'armée : on ne verra jamais le film.

Les premiers engins de présérie sont livrés en 1996 et en 1999, l'US Navy déclare l'appareil malgré tout bon pour le service (?). Personne ne sait encore aujourd'hui sur quels critères. Le 8 avril 2000, l'un d'entre eux s'écrase, entraînant la mort de 19 Marines et le 11 décembre 2000, un second MV-22 subit le même sort en Caroline du Nord durant un vol de nuit, tuant quatre membres d'équipage. L'appareil a déjà tué 25 personnes en 8 mois de service... Il est aussitôt interdit de vol. Pour beaucoup il est déjà mort et enterré, jugé bien trop difficile à piloter et bien trop dangereux à faire voler. Mais survient le 11 Septembre, on lui invente de nouveaux besoins et on lui crée de toutes pièces une nouvelle carrière, à grands coups d'articles de presse dithyrambiques. C'est un vrai Phoenix ! !! Le 28 septembre 2005, après des années de lobbying, Boeing a gagné son pari : le Pentagone l'autorise à remettre en marche ses chaînes de montage, à raison de 3 appareils par mois. L'engin a été doté d'un ordinateur de bord plus efficace et d'un tableau de bord de la société israélienne Elbit. En 2010, le Pentagone en commande 458 exemplaires : 360 pour l'US Marine Corps, 50 pour l'US Air Force et 48 pour l'US Navy. A ce jour un peu plus de 230 exemplaires ont été livrés. Le vilain canard s'est mué en cygne ? Non, il est toujours aussi boîteux !!! Une veuve de pilote tué en 2000 en Caroline du Nord, Karen Runnels de Morven, en Georgie du Sud intentera sans succès un procès à Boeing Corp., Bell Helicopter Textron, et BAE Inc. jugeant l'appareil "défectueux et irrationnellement dangereux". Rien n'y fera. On ne lutte pas contre un tel lobby. Un lobby aux pratiques bien mystérieuses, qui pompe l'argent du contribuable sans lui rendre de comptes précis. Aujourd'hui, on est toujours à la recherche d'une quarantaine de cellules à 80 millions de dollars pièce, remisées ou accidentées, non comptabilisées : elles sont introuvables ! Une photo de "cimetière" a bien émergé, mais sans plus : un congressiste, Edolphus Towns, a tenté d’obtenir en mars 2010 l’inventaire des Osprey produits auprès des s Lt. General Trautman et le Lt Col. Karsten Heckl, des Marines, et leur emplacement actuel, et de ceux en cours de production : on ne lui a même pas répondu. Ces "cadavres" ont engraissé qui ??? Il manque 3 miiliards de dollars d'engins construits... et mis discrètement au rebus !!!

Malgré ses tares, on continue à essayer de le fourguer partout. Boeing, en ce sens est très fort. Ayant appris que la bonne vieille "mule" cargo qui ravitaille les porte-avions, le Grumman C-2 Greyhound, était au bord de la retraite, Boeing a proposé le V-22 comme remplaçant. Et a convaincu la Navy (grâce toujours aux contacts de Lehman), ce qui est une fort "mauvaise idée" pour FoxTrotAlpha. Quatre Osprey de plus ont ainsi été ajoutés aux 360 de départ pour apporter le courrier sur les porte-avions. Chargé comme un Greyhound, le V-22 , ne peut pas faire plus de... 50 miles. Car la contenance étant du tiers, le reste devrait être transporté sous élingue, ce qui consomme un pétrole fou. Un choix aberrant : "une des choses que l'Osprey ne fait pas bien, même avec un transport à longue distance de charge légère. Car malheureusement, aussi les unités su Marine Expeditionary lui permettent seulement de voyager 25-22 miles sur l'eau seul, sans ailier." On essaie et on propose tout comme variantes ou modifications. On a même été jusqu'à en faire le mode de transport présidentiel... enfin, on l'espère, mais à ce jour Obama n'a toujours pas le droit de l'utiliser, à vous de deviner pourquoi...

La tare principale du V-22, on la connaît bien, et c'est à nouveau ce qui vient de tuer (c'est visible sur la vidéo). Je vous l'avais expliqué ici-même en février 2010 : "l’engin possède un vice de fabrication incompressible et contre lequel il n’y a aucun remède : lorsqu’un hélicoptère sent que son moteur le lâche, il désolidarise le rotor principal de ce dernier et se laisse descendre en ce qu’on appelle l’autorotation. Cela a évité la mort à de nombreux occupants d’hélicoptère. L’Osprey ne peut pas le faire : ses hélices géantes doivent être impérativement lancées, le vent relatif ne les fait pas tourner. Une panne de moteur doublée d’une panne d’axe de transmission et c’est la mort assurée. A contrario, voilà un S-92 en autorotation maintenue en train de se poser... comme un avion. Un autre, verticalement (un peu sec, mais ça marche). Autre vice ingérable : les deux moteurs sont éloignés l’un de l’autre, et quand un Osprey se pose sur un porte-avions, il doit faire attention à ce que les deux nacelles soient au-dessus du pont : s’il se pose avec une seule, quand il va redécoller, il va verser automatiquement, car le flux d’éjection des gaz chauds des moteurs provoque une poussée conséquente.. que d’un seul côté !"

L'engin est bancal depuis le début. Alors on en est aux patchs et aux pansements. Il n''est pas armé ? Alors on tente de lui greffer une mitrailleuse dessous le plancher, ou sur le côté, à l'avant, voir un lance-roquettes, après avoir tiré par la porte de soute arrière, comme au temps du Viet-Nam sur les Chinooks.. Aucune solution n'est valable, tant l'engin vibre de partout (son bâti est léger, recouvert de matériaux composite). On constate que ses pales comme des batteurs à œufs géants brassent la poussière l'image ici est éloquente)  : c'est rien on a trouvé une solution... assez grotesque. On répand au sol une sorte de glue, appelée TerraLoc, qui, une fois aspergée, colle les grains de sable ensemble. Le procédé est vendu en faisant remarquer qu'il fait faire des économies, chaque moteur à changer revenant à...1.2 million de dollars, précise ke Lt. Col. Christina Willard, du 58th Operations Support Squadron commander.... chaque dispersion ne revenant "qu'à" 70 000 dollars... cela rappelle autre chose. Quand on a testé l'énorme Vought-Hiller-Ryan XC-142, en 1964, (au boucan infernal) un quadrimoteur a aile basculante et a décollage vertical, pour lui éviter d s'enfoncer dans le gazon on aspergeait celui-ci de résine et de fibre de verre, pour en faire un aérodrome en plastique résistant. L'avion comme le terrain d'atterrissage ont disparu aux oubliettes des gabegies inconséquentes.

Le "hard-landing" est devenu un sale habitude chez le V-22. Le 26 août 2013, un de ces engins se posait de cette manière, produisant immédiatement l'incendie de l'appareil sur la base de Creech Air Force Base dans le Nevada, où sont testés les Predator and MQ-1 et RQ-1 et les MQ-9 Reapers. On ne l'apprendra que 7 jours plus tard. L'appareil avait été détruit. Et on ne trouvera aucune photo des dégâts. Il est déjà difficile d'en obtenir lors de crashs de Predator, alors un V-22, pensez donc...   L'engin accidenté venait de la base de Kaneohe Bay, où 24 exemplaires ont été installés en août 2012 (jolie propagande en effet). Ils devaient primitivement aller à Kalaupapa, mais ont été déplacés "pour raisons environnementales". En fait, il fait aussi un tel boucan qu'il fabrique facilement des plaintes de riverains. L'appareil est assourdissant ! Mais on devine très vite aussi pourquoi est-on aller l'installer là bas. Des V-22 hawaïens est en effet sorti une drôle de bête, accompagnée de sa coûteuse jeep "étroitisée"(la Phantom Badger, et celle-ci) appelée GUSS, pilotable à distance). Le "futur" du transport pour la piétaille, selon le Pentagone. Le "Legged Support System Robot" (LS3)... une mule électronique à moteur -électrique- de tondeuse à gazon ! le nouveau "dada" du Pentagone.

Rien ne lui réussit, décidément : à Staten Island, dans le Clove Lake Park, (c'est en face de Brooklyn) lors du Memorial Day du 31 mai 2010, on avait invité un V-22 pour faire une démonstration. La belle idée ! L'engin n'a rien trouvé de mieux que de jouer à la tondeuse d'arbres, de couper des cimes et de les projeter violemment dans le public. Il a envoyé des gens à l'hôpital, dont une dame de 80 ans, Yolanda Maiurrno. Même en civil, il rate ses sorties ! Sale temps donc pour la danseuse... et ses acheteurs potentiels. Le Japon avait déjà tiqué en 2012, lors du crash au Maroc, au même moment où il envisageait d'en acheter. Celui de Creech de 2013 avait fait redoubler les opposants là-bas. Et depuis hier, le premier pays à avoir réagi au crash... c'est encore le Japon, qui avait souhaité en acheter, au moins 17 exemplairespour 2018 (le lot comprenant 40 moteurs Rolls-Royce de rechange) ! Triomphant, le Pentagone avait même déjà annoncé le 5 mai dernier au Congrès la recette de la vente avec un peu trop d'avance : il y en aurait eu pour 3 milliards de dollars ! !! Le premier à le faire a été le gouverneur de l'île d'Okinawa, Takeshi Onaga, qui a demandé à ce que tous les V-22 débarqués au Japon sur les bases militaires US soient contraints de rester au sol. Pour lui, l'accident d'Hawaï est celui de trop : "L'importance de cet accident est extrêmement grande. Nous allons faire une enquête adéquate sur la cause et l'explication, qui éventuellement, demandera le retrait des Ospreys." Ce soir, la vente japonaise s'éloigne à grands coups de pales de rotor...

 

PS : le principe a beau être vicié depuis le début, les miliaires s'obstinent. Le projet de remplacement des Blackhawks proposé par... est celui-ci (ci-dessous) : le V-280 "Valor" de chez Bell-Boeing la même histoire foireuse recommence. Elle remonte loin puisqu'on retrouve même les tous débuts de cette idée dans les années 60, avec un étrange petit prototype, le Bell-Bat, datant de 1964. L'engin avait été proposé dans le cadre du programme Light Helicopter eXperimental (LHX), ou avait été délclaré vainqueur le Comanche, qui n'a j'amais été produit. Cinquante ans et plus qu'on essaie de refiler un concept foireux !!! Les propulseurs à éjections rectangulaires sont la marque de fabrique de Richard ("Dick") Spivey !!!

Sources :

Ici un long documentaire dithyrambique, bien sûr, signé Richard Mackenzie du Natiional Geographic, ancien correspondant de guerre fournissant les télés en reportages supervisés par le Pentagone, qui élude très vite les ennuis des débuts et parle de ses "succès" en Irak. L'engin n'y a été envoyé... qu'après la fin des combats ! : la théorie de la "dream machine", exposée à l'infini... pure propagande, avec des encenseurs... à tous les étages !!! On a même dégotté pour l'occasion une pilote, Sarah Faibissof, venue nous parler de "new technology"... dans le reportage, on présente son prix à 50 millions de dolllars, alors qu'il en est 80 millions. Tout est bon pour fourguer la bête !!!

https://www.youtube.com/watch?v=DIvklTBjDy4

dossier à consulter :

https://www.youtube.com/watch?v=ej1kQXo-eAI

http://www.zpub.com/notes/osprey.html

http://oppositelock.jalopnik.com/a-brief-history-of-the-tilt-rotor-aircraft-1437462277

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/aviation-7-la-danseuse-du-69449

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/le-v-44-la-prochaine-danseuse-du-35556

http://www.g2mil.com/v-22survive.htm

http://www.g2mil.com/scandal.htm

http://www.g2mil.com/v-22retirement.htm

http://www.g2mil.com/V-22Amishaps.htm

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • morice morice 20 mai 2015 10:09

    et hop il recommence son ttrollage et son harcèlement. Vous le tancez quand, la modération ? Jamais ?


    exemple ce post 
    Volpone (---.---.---.215) 20 mai 09:38

    Et bé il était bien cet articolo

    ça s’est bien amusé cette nuit

    Et momo qui n’était pas couché à minuit passé ?

    Que font ses parents ?

    pour une fois que la croisière sur le mv AGORAVOX s’amuse, parce que attention c’est bientot le naufrage


    les attaques régulières de ce type sont celles de la fine équipe que vous avez voté en 2010 : 5 ans après ils vous harcèlent toujours !

    • morice morice 20 mai 2015 10:09

      lire viré à la place de voté bien sûr...


      • morice morice 20 mai 2015 10:18

        Pour les lecteurs, sachez quand même qu’un article sur les crimes de Bachar el Assad végète toujours depuis au moins 5 parutions proposées APRES.


        la modération EMPECHE toute parution qui évoque le cas d’Assad comme boucher de son propre peuple : au total j’ai plus de 10 articles jamais parus..

        il faudra qu’elle nous l’explique un jour ici, la MODERATION, pourquoi elle INTERDIT de parler d’Assad.

        A vous de trouver la solution : à part un financement du site par des amis du dictateur, je ne vois pass, à ce ce stade avancé de BLOCAGE SYSTEMATIQUE.

        car Agoravox est bouffé par les fachos, ont le sait et ça se lit hélas (hier une candidate du FN est venue poster son 8 eme article sans jamais avoir dit qu’elle était au parti et écrivait chez Soral), ce n’est pas une raison suffisante pour expliquer ce REJET SYSTEMATIQUE.

        tout ce que j’écris chargeant le Pentagone, ça passe. RIEN sur La Syrie et le rôle de Bachar, rien de neuf sur la mère Agnès, après un timide passage...

        c’est QUI qiui décide la modération ? Vos fachos tous devenus rédacteurs sous des pseudos ? Le FN qui entre chez vous comme il veut ??? 

        • Ben Schott 20 mai 2015 10:57

          @morice

          Les modérateurs d’Avox seraient des FACHOS parce qu’ils empêcheraient la parution de certains de vos articles, alors qu’elle autorise tous les autres ! Et vous voudriez que des FACHOS bannissent du site les FACHOS (forcément) qui postent des commentaires qui vous déplaisent ?
           
          Il y a une solution, que j’ai déjà évoquée : créez un blog où vous pourrez publier toutes vos divagations (que personne ne lira) et où vous interdirez tous les commentaires.
           
          Il faut savoir ce que l’on veut.


        • Pierre Pierre 20 mai 2015 11:25

          @morice
          On sait depuis quelques temps déjà que vous avez une dent contre l’Osprey. Vous arrivez à faire un article interminable sur toutes (?) les pannes survenues à l’Osprey depuis sa création sans dire une ligne sur ses réussites. Vous auriez pu synthétiser l’article en 3 pages et ajouter une page sur les missions réussies de cet hybride : mission de sauvetage d’un pilote en Libye en 2011, utilisation au Yémen par les forces spéciales des Etats-Unis, mission d’évacuation au Sud-Soudan etc. Quatre Osprey V-22 sont actuellement déployés au Népal pour des missions humanitaires. 

          Le grand avantage de l’Osprey, en plus de sa vitesse (509 km/h), est son autonomie de 2100 milles nautiques contre 1.000 pour le Sikorsky Super Stallion (315 km/h) qui équipe la marine des Etats-Unis. 
          PS. Je regrette que votre article sur les « crimes » de Bachar al Assad (votre autre bête noire) ne soit pas publié. C’était un bon sujet de polémique vu que l’article est truffé de contrevérités. Pour info : le score était de 7 « oui » contre 6 « non » quand j’ai voté « pour » il y a 3 jours.
          Dernier point. Cessez de traiter tous ceux qui ne sont pas d’accord avec vous de fachos. Venant de vous, ce mot est vide de sens.

        • soi même 20 mai 2015 11:37

          @Pierre ( Dernier point. Cessez de traiter tous ceux qui ne sont pas d’accord avec vous de fachos. Venant de vous, ce mot est vide de sens. )

          Merci Pierre pour cette remarque, en même temps chercher à caractérisé les personnes chez lui à aussi un autre but, il en attend un résultat, c’est une incantation digne d’un cafard !


        • Robert Lavigue Robert Lavigue 20 mai 2015 11:54

          @morice

          la modération EMPECHE toute parution
          la MODERATION, pourquoi elle INTERDIT
          ce stade avancé de BLOCAGE SYSTEMATIQUE
          expliquer ce REJET SYSTEMATIQUE
          c’est QUI qiui décide la modération ?

          Je vous l’écris en toute amitié, votre avenir de journaliste citoyen tel que vous le concevez est ici :
          http://www.kcna.co.jp/index-k.htm


        • morice morice 20 mai 2015 12:27

           Pour info : le score était de 7 « oui » contre 6 « non » quand j’ai voté « pour » il y a 3 jours.


          super je vais appeler personnellement Revelli pour lui dire

          je déconne, mais ici ils sont assez cons pour le croire !

        • morice morice 20 mai 2015 12:28

          l y a une solution, que j’ai déjà évoquée : créez un blog où vous pourrez publier toutes vos divagations


          c’est depuis 2007 que vous le dites, sous un autre pseudo.


        • Alex Alex 20 mai 2015 12:35

          @morice

          Ces « blocages » vous ont tout de même permis d’inonder le site de 1316 articles (1 tous les 2 jours) et 48376 commentaires (16 par jour). C’est scandaleux !

          Le plus étonnant est que vous accusez « LA modération » de toutes les turpitudes sans être viré de ce site : quand vous écrivez « un financement du site par des amis du dictateur, » vous n’attaquez pas les auteurs-modérateurs mais bien l’équipe de permanents qui filtre en dernier ressort les parutions.


        • Ben Schott 20 mai 2015 13:44

          @morice
           
          c’est depuis 2007 que vous le dites, sous un autre pseudo. ”
           
          Ah oui, lequel ? Vous êtes ce qu’on peut appeler un paranoïaque. Ce qui ne vous empêche pas de répondre sur le fond : puisque vous voulez avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière, pourquoi ne créez vous pas votre blog, grâce auquel vous pourriez publier tout ce qu’Avox vous interdit, et n’autoriser aucun commentaire (ou exclusivement ceux qui vous agréent) ? La raison en est simple : vous n’auriez pas le centième des lecteurs qu’Avox vous fournit. Un peu de reconnaissance, donc, pour le site qui héberge votre prose, sans quoi vous passerez toujours pour un de ces adolescents qui ne tarissent pas de reproches envers leurs parents mais qui leur réclament quand même leur argent de poche.


        • soi même 20 mai 2015 13:56

          @Alex, si ce n’est pas la manifestation d’un troll, c’est quoi au fond un Balrog de la Moria ?


        • morice morice 20 mai 2015 14:31

          Ah oui, lequel ? Vous êtes ce qu’on peut appeler un paranoïaque


          non non on a simplement mis un jour à 2 h du matin la photo de ma maison, et le gars qui a fait ça a fait 6 ans de prison pour meurtre.

          mais je reste cool.. avec ce genre de cons.


        • morice morice 20 mai 2015 14:34

          On sait depuis quelques temps déjà que vous avez une dent contre l’Osprey.


          vous n’avez rien compris : c’est le PRINCIPE qui est pourri ; à partir de là l’Osprey je m’en tape.

          ça tuera encore des mecs car c’est TROP DANGEREUX.

        • Ben Schott 20 mai 2015 14:57

          @morice
           
          “ non non on a simplement mis un jour à 2 h du matin la photo de ma maison, et le gars qui a fait ça a fait 6 ans de prison pour meurtre.
           
          Quel rapport avec une remarque que je vous aurais faite, selon vous, sous un autre pseudo ?
           
          Vous avez les fils qui se touchent, et ça se voit de plus en plus...


        • colere48 colere48 20 mai 2015 15:15

          @Alex

          Momo est agressif, c’est certain , mais quel type d’agressif est il ???

          Les personnes agressives se classent en 8 catégories :

           L’irritable : c’est celui qui s’énerve très vite ;

           Le persécuteur  : c’est celui qui rabaisse les autres. Par exemple il se moque et ridiculise les autres ;

           Le dictateur  : c’est celui qui assoit son pouvoir sur l’intimidation et la menace ;

           L’intolérant  : c’est celui qui accuse et juge ;

           L’arriviste
           : c’est celui qui ne pense qu’à lui, aux dépends des autres ;

           Le prétentieux : c’est celui qui se croit meilleur que les autres ;

           Le sauveur  : c’est celui qui fait à la place des autres ;

           Le sans-gêne  : c’est celui qui se permet tout ;

          A moins, à moins ... qu’il ne soit tous à la fois !  smiley


        • Ouallonsnous ? 20 mai 2015 20:03

          @morice

          Il n’y a pas que la modération qui est bouffée par les fachos et l’oligarchie anglo-yankee, ce qui reviens quasiment au même.

          Ik y a aussi des gens comme toi qui prêchent contre l’évidence !


        • morice morice 20 mai 2015 20:07

          petit détail sur le sauvetage en Libye



          il n’était pas seul :
          the aircraft package involved : two MV-22B Ospreys, two AV-8B Harrier jets ; a KC-130J tanker, and two CH-53E helicopters carrying the Marine Quick Reaction Force (which didn’t actually land, as it wasn’t required).

          d’autre part il a été dit que SEUL l’Osprey pouvait aller aussi loin : c’est FAUX : 

          As to the distances involved, the article says 130 nautical miles. The range of the CH-53E is 540 nautical miles. I’m unclear as to which part of that isn’t so clear.

          brefn on avait profité du sauvetage pour polir encore plus la statue du moulin à vent....

        • Alren Alren 20 mai 2015 21:06

          @morice


          La veille de la cérémonie à Ouistreham célébrant l’anniversaire du Débarquement du 6 juin 1944,
          mon attention a été attirée par un vrombissement énorme comme je n’en avais jamais entendu ; les gens sortaient de chez eux un peu inquiets. 
          Soudain est apparu au-dessus de nous, volant en avion mais plutôt lentement l’Osprey. 
          Comme c’est un avion de combat, j’ai tout de suite pensé qu’un ennemi équipé d’un lance-roquette, même primitif mais dont le possesseur savait se servir, abattrait sans difficulté le gros bourdon. 
          Plus fort encore après avoir fait lentement, très lentement demi-tour, l’appareil est repassé en mode hélicoptère à moins de vingt kilomètres heures. Comment un tel pataud pourrait-il éviter d’être descendu en zone hostile ? 
          Le nombre d’accidents que vous décrivez suffiraient largement si l’engin était russe ou français, à en faire la risée du monde entier !


        • Jean 25 mai 2015 19:02

          @colere48 deuxième fois que vous produisez un portrait tout craché du faux capitaine raclo


        • soi même 20 mai 2015 10:36

          Morice , j’attends avec impatience que vous écriez un poème épique, le Champs du Cor de Roland de Rose-veau !


          • soi même 21 mai 2015 01:41

            vous n’avez comme d’acoutumé repondue à coté : j’attends toujours avec impatience que vous écriez un poème épique, le Champs du Cor de Roland de Rose-veau  !


          • morice morice 20 mai 2015 10:38

            cessez votre trollisme, Varg, remontez dans votre cahute.



            • soi même 20 mai 2015 11:19

              Merci pour votre lien, intéressant comme chez vous , cette seconde nature vous vas comme un gans, si j’ai bien compris la chasse à la sorcière est ouverte, votre méthode est digne de la Stasi.

              A défaut d’humour, l’on plonge dans la fausse délation, vous me direz c’est pas mieux que ceux qui font la chasse aux barbues , sur le sujet un anti facho vaut bien un facho dans ses méthodes expéditives.

              Les détails l’ont les verra après, si il étaient pertinent et véridiques, il soit juste dans ce cas n’a pas beaucoup d’importance, le principale, c’est la cible ....


              • soi même 20 mai 2015 12:24

                Comme d’habitude , article alibis d’un troll en mal de pseudo reconnaissance !


                • morice morice 20 mai 2015 12:26

                  Merci pour votre lien, intéressant comme chez vous , cette seconde nature vous vas comme un gans, si j’ai bien compris la chasse à la sorcière est ouverte, votre méthode est digne de la Stasi.


                  vous n’avez jamais nié l’être. Dont acte.

                  • soi même 20 mai 2015 13:05

                    Votre manière de faire rappel un curieux procéder d’interrogation de l’inquisition, ( vous n’avez jamais nié l’être. Dont acte. ) pauvre fou, tu t’en racontes des histoires !

                    guignols dessine moi un mouton



                    • jymb 20 mai 2015 12:53

                      Je ne partage pas les opinions courantes de M. Morice, mais là c’est un article intéressant qui donne envie de fouiller le thème, donc merci 


                      • morice morice 20 mai 2015 13:09

                        Eh ben voilà, comme tout arrive : merci,jymb.


                        • morice morice 20 mai 2015 13:13

                          Pas de problème pour les Marines ; l’Osprey est toujours autorisé à s’écraser !

                          amusant : l’explication qu’il donne est celle donnée pour le crash de l’hélico d’Abbottabad !

                          aspiré par son propre vortex remontant du sol.. or les hélices de l’Osprey ne créent pas cet effet (elles sont séparées l’une de l’autre).

                          • Alex Alex 20 mai 2015 13:38

                            @morice

                            "or les hélices de l’Osprey ne créent pas cet effet (elles sont séparées l’une de l’autre)"

                            Ah ! Ah ! Ah ! 
                            Développez pour que l’on se marre !


                          • morice morice 20 mai 2015 15:41

                            pas de problème, puisque vous avez dit être à l’aise en anglais je ne vous traduit donc pas








                            "A helicopter normally encounters this condition when attempting to hover out of ground effect above the hovering ceiling for the aircraft, hovering out of ground effect without maintaining precise altitude control, and while making downwind or steep, powered approaches when the airspeed drops to nearly zero.


                            essayez de faire ça avec deux hélices de taille moins importante : le vortex ne se créera pas sous l’engin...

                            à part ça, bonne lecture, le troll qui s’accroche à ce qu’il peut...



                          • foufouille foufouille 20 mai 2015 16:09

                            @morice
                            haha !
                            This condition also occurs with tiltrotors, and was responsible for an accident involving a V-22 Osprey. Vortex ring state caused the loss of a heavily modified MH-60 helicopter during Operation Neptune Spear, the raid that killed Osama bin Laden. [4]


                          • Alex Alex 20 mai 2015 18:38

                            @morice

                            « puisque vous avez dit être à l’aise en anglais je ne vous traduit donc pas »

                            Dommage ! Une occasion perdue de se marrer.
                            J’ai déjà suffisamment de mal à comprendre le morice, alors l’anglais... 
                            En revanche, j’adore vous lire quand vous écrivez dans ce que vous pensez être la langue de Shakespeare : grands moments de bonheur ! smiley

                            Permettez-moi donc de recopier un passage extrait d’un article de très haut niveau :
                            « [D’après un colonel de l’USAF,] les caractéristiques de vol du V-22 en VRS sont problématiques pour le contrôle du roulis et l’avion est susceptible d’induire un roulis non contrôlable... »
                            Le journaliste-pilote-ingénieur-enquêteur d’approuver : « Un appareil plutôt imprévisible, donc »

                            Le même (à moins que ce soit un homonyme...) affirme ensuite : « or les hélices de l’Osprey ne créent pas cet effet » (le régime d’anneaux tourbillonnaires).
                            Qui a raison : l’inspecteur ou son homonyme ?
                            À moins que vous n’appliquiez la technique dite hersho-moricienne qui permet de dire tout et son contraire ?
                             

                          • soi même 20 mai 2015 18:54

                            ( Pas de problème pour les Marines ) Les sardines aussi !
                             


                          • jumbo11 21 mai 2015 15:41

                            @Alex
                            well , c’est les russes qui doivent bien se marrer , entre ce moulin a café et le f-35 , ils n’ont rien a craindre , si ce n’est que ces fers a repasser volant ne leurs tombes sur la tête , ha c’est vrai , les russes ont le ARMATA , qui n’a pas démarré lors de la parade du 9 mai , par contre l’armata va etre doté d’un canon qui va pulveriser un blindage de 1 metre d’epaisseur ; mdr


                          • morice morice 20 mai 2015 13:16

                            gag en cadeau 


                            « Alors pourquoi ne pas imaginer des V-22 porteurs de la cocarde à hameçons ? Pour les mêmes raisons qui ont fait renoncer à l’achat de C-2 : l’oseille. A 70M$ pièce, le V-22 est un beau jouet un peu cher. »

                            ben euh, pour transporter le courrier effectivement...

                            • Dom66 Dom66 20 mai 2015 17:45

                              Salut Mr Morice,

                              Très bon article et très complet sur cet engin qui est pour moi sûrement une bonne merde. Il y en a qui doivent palper pour que la construction de cet « ascenseur de la mort »  persiste.

                              J’ai manqué une démonstration de l’Osprey chez Boeing à Eevrett WA USA mais j’ai vu le résultat, un petit tas de ferraille.

                              Voila merci pour l’article

                              Sans vous fâcher, j’aime mieux que les histoires de coke.

                              Clt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires