Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le nouveau pape devra supprimer la pire des croyances

Le nouveau pape devra supprimer la pire des croyances

La croyance dans une "bonne criminalité voulue par Dieu" reste ce qu'il y a de pire dans l'enseignement des religions. C'est elle qui, depuis trois millénaires, conduit des croyants du monothéisme à la pratique effective de la criminalité religieuse.
 

L'hébraïsme l'a inventée. Il l'a divinisée, sacralisée, dogmatisée. Le judaïsme et le christianisme naissant ont confirmé qu'elle était "une bonne croyance".

Ces deux monothéismes ont cependant, chacun à sa manière, limité à une époque lointaine, celle de l'Ancien Testament, leur justification de la prétendue volonté criminelle de Dieu "pour la bonne cause".

La croyance criminogène, toutefois, a été transmise au nouveau prophète Mohamed qui en a fait le socle, aujourd'hui encore considéré comme indestructible, de la nouvelle religion qu'il a créée. Il a re-justifié, en re-définissant "la bonne cause", la prétendue criminalité de Dieu mais en annonçant valable et nécessaire sa mise en pratique jusqu'à la totale soumission de l'humanité "au seul vrai Dieu Allah".

N'oublions pas pourtant que, si Augustin, l'un des Pères de l'Eglise, a énoncé pour le courant chrétien la "bonne persécution" par les institutions religieuses avant l'arrivée de Mohamed, Maïmonide l'a répétée à son tour beaucoup plus tard pour la religion juive.

Augustin (354-430) écrit dans la Lettre 185 à Boniface : « La persécution exercée par les impies contre l’Église du Christ est injuste, tandis qu’il y a justice dans la persécution infligée aux impies par l’Église de Jésus-Christ. L’Église persécute par amour ; les impies par cruauté. »

Maïmonide (1135-1204) énumère, dans Le Guide des égarés, un certain nombre de grands massacres "commandés par Dieu" incluant "l'expédition faite par un peuple contre un autre pour le détruire par le glaive et pour effacer sa trace". Et si, pour Maïmonide, ces massacres "font indubitablement partie des actions de Dieu" celui-ci les commande "en raison du démérite de ceux qui sont punis". On ne doit en aucun cas y voir "des actions comme celles qui, chez nous, émanent d'une disposition de l'âme, savoir, de la jalousie, de la vengeance, de la haine ou de la colère".

Le Dieu de Maïmonide aurait donc perdu au moins l'un des attributs du "Dieu jaloux" de l'Ancien Testament qui, dans le Décalogue rapporté en (20-12) de l'Exode et en (5) du Deutéronome, déclare qu'il "punit la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants". 

En ce début de troisième millénaire, cependant, on peut penser que le pire est encore ailleurs : Le très dogmatique cardinal Ratzinger, qui deviendra par la suite le pape Benoît XVI a cru bon, avec l'approbation des autres rédacteurs, avec celle de Jean-Paul II, du Magistère et de toute la hiérarchie de son Eglise, de re-diviniser, re-sacraliser, re-dogmatiser la croyance criminogène une fois de plus dans le Nouveau catéchisme.

C'est ainsi que, entre autres "justes massacres", le très explicite appel à exercer un très explicite génocide au moins, celui qui est attribué à Dieu dans le Livre de Josué de l'Ancien Testament, est à nouveau très explicitement attribué à Dieu dans l'enseignement donné aux catholiques de 2013.

Ces horreurs voisinent, bien sûr, comme c'est le cas dans la plupart des textes importants des religions, avec ceux qui font dire a Dieu très exactement le contraire : Il commande l'amour, la paix, la justice, la générosité, tous les efforts pour réaliser le Bien-vivre-ensemble.

L'Eglise et ses fidèles, y compris ceux qui prétendent améliorer leur religion et secouer leur clergé en "mettant les pieds dans le bénitier" n'y voient pas d'incompatibilité. Benoît XVI croit, lui, pouvoir considérer ces éléments contraires comme des fondements de la complémentarité entre la foi et la raison.

Hors de l'Eglise catholique, des autres composantes du christianisme, du judaïsme et de l'islam, les philosophes et autres intellectuels ne se préoccupent guère de cette énormité. Comme ceux qui gouvernent le pays, comme beaucoup d'athées se disant fermes défenseurs de la laïcité républicaine, ils croient devoir limiter le rôle de celle-ci à la séparation des religions et de l'Etat.

Le pape est l'homme qui a, plus que tout autre, le pouvoir de mettre fin à la théologie criminogène. Celui qui s'en va ne saurait cependant être tenu pour seul responsable de sa consolidation.

Cette théologie, répétons-le, n'est d'ailleurs plus depuis longtemps criminogène, dans le christianisme, que de manière indirecte. Doit- elle pour autant être transmise une fois de plus aux croyants du monothéisme à venir ?

Qui peut croire qu'alors le monde où vivront nos enfants, petits-enfants et leurs descendants pourrait être religieusement pacifié ? Et qui peut croire qu'il pourrait être plus généralement pacifié s'il ne l'est pas religieusement ?

En étendant au collectif ce que Sartre disait de l'individu on pourrait estimer que "l'important ce n'est pas ce qu'on a fait des religions, c'est ce qu'elles font de ce qu'on a fait d'elles".

On pourrait dire plus précisément encore : "l'important ce n'est pas ce que le dogmatisme a fait des religions, c'est ce qu'elles font de ce que le dogmatisme a fait d'elles".

Il faudra exiger du prochain pape qu'il considère le message du Jésus des Evangiles comme réellement plus important que le respect de la tradition dogmatique dans ce qu'elle a de pire.

Il faudra exiger qu'il abandonne au moins le dogmatisme confortant la théologie criminogène.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.04/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • al.terre.natif 14 février 2013 12:25

    ah ben il faut se pencher, prendre la bible a coté de vous et la relire smiley

    exemples d’incitations à la violence dans la bible :

    Lv 24 14 « Emmenez cet homme hors du camp ! Tous ceux qui l’ont entendu insulter mon nom poseront leurs mains sur sa tête, puis toute la communauté d’Israël le tuera en lui jetant des pierres. »

    => liberté d’expression, peine de mort ... tout ceci est bien compatible avec nos lois républicaines ... et compatibles avec un message d’amour ...

    Nb 35 19 « C’est l’homme chargé de venger la victime qui tuera l’assassin, dès qu’il le trouvera. »

    => vengeance au lieu du pardon et de tendre l’autre joue

    1Ch 11 6 Il avait dit : « Le premier qui tuera un Jébusite deviendra commandant en chef de l’armée. » Joab, dont la mère s’appelait Serouia, attaqua le premier, et ce fut donc lui qui devint chef de l’armée.

    => encore du meurtre avec récompense politique ...

    D’autres citations ?

    La bible, comme le coran, contient des exortations à la violence, à la vengeance, au meurtre (si il est validé par Dieu). C’est une réalité.

    D’ailleurs, dans la bible, coexistent deux discours assez dissemblables, celui de l’ancien testament et celui du nouveau.

    Il ne faut pas oublier une chose pour les croyants : ce qui est écrit dans les livres saint n’est pas directement la parole de Dieu ! elle est sa retranscription par des hommes, qui eux n’ont jamais été parfaits. Concernant la bible (il me semble que le mm pb est présent pour le Coran), ce ne sont que des morceaux de textes compilés de différents auteurs (humains !) et choisis et compilés par des hommes.

    Ceci dit, pour moi la religion telle qu’on l’entends aujourd’hui n’a pas lieu d’être, c’est la foi personnelle et privée qui est importante.


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 février 2013 16:13


    @ Grandgil (et à tous)

     

    1/ Je vois qu’une mauvaise manip de ma part a fait sauter la légende de l’image accompagnant mon texte. Il faut rendre à Jérôme Bosch (1450-1516) ce « Portement de croix » dans lequel il situe si bien Jésus et sa sérénité, malgré la souffrance et l’entourage pour le moins fort peu compatissant.

     

    2/ Dans une première version j’avais ajouté ceci à la fin de mon texte, pour ceux qui voudraient compléter leur information sur son contenu :

     

    C’est sur Internet. C’est en Irak. C’est en 2004 et c’est un acte commis au nom de l’islam. Un jeune otage américain est égorgé et la scène est filmée en vidéo. Tout le monde, partout, pourra la voir. Le message des bourreaux est le suivant : « Il faut que les ennemis de Dieu sachent qu’il n’y a dans notre cœur aucune trêve ni pitié pour eux ».

    Dans « l’Europe chrétienne » et dans tout l’Occident c’est l’écoeurement. C’est pas chez nous, c’est pas dans notre religion qu’on verrait des horreurs pareilles ! Et pourtant…

     

    La suite est ici :

     

    http://www.centpapiers.com/la-decennie-au-profit-des-enfants-du-monde-va-finir-en-catastrophe/76309

     

    Il faut dire ici bien fort que les croyants fanatiques passant à l’acte criminel effectif « ont bon dos », et que les institutions de leurs religions respectives devraient, dans une société où la Justice profane serait réellement indépendante et objective, assumer au moins partiellement la responsabilité de leur crime.

     

    La suite est ici :

     

    http://www.centpapiers.com/benoit-xvi-premier-responsable-de-la-violence-religieuse-1/38279



  • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 février 2013 16:26


    Imaginez, Aldous, Victor Schoelcher disant, après l’abolition de l’esclavage :

     

    Bon, ça y est, une majorité a compris, dans la société profane, que l’esclavage c’est dégueulasse. Mais si les croyants veulent continuer de penser que leur Dieu trouvait ça très bien, et s’ils veulent continuer de le justifier en précisant qu’ « il faut bien l’interpréter »… c’est leur problème, on n’a pas à s’en mêler, de telles justifications ne peuvent pas faire de mal…

     

    C’est contre une situation de ce genre que je me bats depuis 20 ans.

     

    Si  ! Continuer d’enseigner, comme le font très officiellement les trois monothéismes, que Dieu a bien appelé à massacrer, et même à commettre un très explicite génocide au moins, mais que c’était il y a très longtemps et que, de toutes façons, c’était pour une bonne cause « qu’il faut bien comprendre »… ÇA CONTINUE DE FAIRE DU MAL

     

    Et NOUS avons tous à nous en mêler, ça n’est pas seulement LEUR problème.



  • pierrot pierrot 14 février 2013 18:31

    Il faut dire qu’évidemment les textes religieux ont tous été écrits par des hommes (et non par le mythe d’un dieu) et sont donc le reflet des mentalités de l’époque où ils ont été rédigés.

    Peut être y a t-il quelques exemples de textes religieux acceptables chez les bouddhistes et les zoroastriciens ?


  • Rounga Roungalashinga 14 février 2013 10:02

    Toujours votre vieille rengaine. Vous n’y êtes pas.


    • Aldous Aldous 14 février 2013 10:07

      Article flou, tournant autour du pot et mélangeant allègrement les religions.


      De quels crimes parle l’auteurs ?

      La lapidation ? La peine de mort ? couper les mains ? circoncire ? 

      Maïmonide étant juif, les décisions du Pape n’ont rien à voir avec ce qu’il a bien pu professer.

      Bref, on comprends que l’auteur en veut aux religions, mais on ne comprend pas pourquoi.

      Lui non plus sans doute.

      • Aldous Aldous 14 février 2013 11:55

        Théologien... certes. Mais théologien juif.

        En quoi le pape est-il concerné ?


      • Aldous Aldous 14 février 2013 11:57

        Au passage, l’esclavage a déjà été aboli.

        Il faut le réabolir ? Je ne vois pas où l’auteur veux en venir.


      • jullien 14 février 2013 12:22

        un des plus grands théologistes
        ça s’appelle un théologien.


      • Aldous Aldous 14 février 2013 12:56

        la bible c’est l’ancien et le nouveau testament... ce dernier est en grec.


        M’enfin je ne vois pas le rapport entre l’article et l’esclavage.

        Ohé ! Ca y est... on a aboli l’esclavage ! 

      • Aldous Aldous 14 février 2013 15:23

        Je vois bien l’affirmation de cette idée dans l’article mais pas sa démonstration.

        Ou est le texte légitimant un génocide au nom de Dieu ?


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 février 2013 16:30

        Excusez-moi, Aldous, j’ai répondu un peu au-dessus de votre première intervention par erreur

      • Aldous Aldous 14 février 2013 22:00

        J’ai lu votre message plus hait.


        Vous semblez ignorer ce qu’on appeles la dialectique.

        Tout dans les ecrits n’est pas a mettre au meme plan. Il y a la thèse, l’antithese et la synthèse.

        En termes christiques, l’ancienne alliance, la passion et la nouvelle alliance.

        Je ne pense donc pas qu’on puisse faire le même reproche aux diffferentes religions monothéistes en se basant sur l’ancien testament car il n’a pas la même valeur pour chacune...




      • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 février 2013 22:13

        Bien d’accord là-dessus, Aldous, mais si le christianisme abandonnait la partie indirectement criminogène de sa théologie, l’islam ne pourrait pas conserver la sienne qui est DIRECTEMENT criminogène... comme on le voit tous les jours.

      • voxagora voxagora 14 février 2013 10:24

        L’auteur a un avis.

        Mais il ne veut pas passer pour trucphobe ou anti/pour/miste,
        alors il nous mélange tranquillement les trucs et les machins,
        sachant malgré tout sur qui et sur quoi on peut se lâcher et sur qui et sur quoi il faut se taire.
        Et ça donne le discours sociétal d’aujourd’hui, lâche et à coté de la plaque.
        un modèle d’incohérence et d’hypocrisie.

        • voxagora voxagora 14 février 2013 10:29

          La preuve de la lâcheté de l’auteur et de l’instrumentalisation de la chrétienté,

          quand on est raciste (comme tout le monde) mais qu’on a peur que cela se sache et qu’on veut le dire quand même tout en ne le disant pas,
          est dans le titre, d’abord.

        • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 février 2013 15:03


          @ voxagora (qu’a priori je crois sincèrement indigné)

           

          Avant d’aller plus loin je vous apporte quelques éléments qui vous permettront de prouver mon racisme (comme chez tout le monde dites-vous, mais caché chez moi), ma lâcheté, mon hypocrisie…

           

          Après avoir tenté de convaincre, il y a maintenant plus de vingt ans, des croyants de mon entourage que c’était à eux d’exiger le rejet, par leur religion, de la conception criminogène de Dieu, j’ai essayé de publier un texte de mars 2000 titré « Désacraliser la violence religieuse ». Je l’ai proposé à une petite revue de philosophie qui faisait un numéro consacré à "La religion, à quoi bon ?" J’y lus bien des articles qui avaient un vague rapport avec le sujet, mais le mien n’y fut pas publié.

           

          Tout de suite après le 11 septembre 2001 j’adressai à l’éditeur qui me paraissait le plus à même de le publier un manuscrit comprenant ce texte et quelques autres sur le même sujet (dont plusieurs articles refusés par la presse). Titre de cette compilation : « Pour en finir avec la violence religieuse ». Il ne fut pas publié. Il ne le fut pas non plus par l’un des quarante éditeurs auxquels je l’ai proposé plus tard.

           

          En 2008 j’ai réduit mon manuscrit à l’essentiel : principalement le texte de mars 2000, pour lequel j’avais beaucoup travaillé, plus quelques autres. Entre temps je l’ai photocopié, agrafé, donné ou expédié gratuitement par la poste à quelques centaines de destinataires (cette précision pour signaler ma cupidité, que vous avez oublié de signaler dans votre liste montrant ma veulerie).

           

          En 2006 je compris que je pouvais reprendre mon combat sous une autre forme sur Internet et je commençai à y publier des textes signés d’un pseudo. Très vite je constatai que le pseudo était pour beaucoup le moyen, dans les controverses, d’insulter et mépriser à bon compte celui qui ne pense pas comme soi. Surtout, ça me parut conduire souvent ces controverses à des échanges de récréation à l’école primaire : - Toi t’es vraiment un con. - Non c’est toi qu’est le plus con, c’est celui qui le dit qui l’est… De préférence avec trois fôtes d’ortografe dans chaque ligne au moins.


          J’ai remis rapidement mon nom à la place de mon pseudo, et l’ai gardé même après avoir un jour été menacé de mort dans un commentaire sur Agoravox (je n’en ai pas fait un drame, les administrateurs du site ont enlevé rapidement la menace et mon commentaire).

           

          En 2006 aussi, écoeuré par la tricherie des « grands » médias et par les gouvernants sarkoziens dans l’usage du mot « islamophobie », j’ai dit très explicitement par écrit pourquoi « je suis islamophobe » (je n’avais jamais vu personne le faire aussi clairement auparavant).

           

          Je l’ai répété ici un peu plus tard, vous pouvez vérifier :

           

          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/lettre-ouverte-a-l-ambassadeur-des-82314

           

          Vous vous trompez, voxagora, et je vous propose de recadrer vos critiques à partir de mes positions réelles. Il y en a une au moins que je peux exprimer exactement comme vous :

           

          Je me bats contre "le discours sociétal d’aujourd’hui, lâche et à côté de la plaque, modèle d’incohérence et d’hypocrisie".

           

          Cordialement.



        • voxagora voxagora 14 février 2013 15:21

          Pierre Régnier,

          ne vous méprenez pas : je ne connais pas plus vos positions réelles que je vous connais vous.
          Ici nous nous renvoyons la balle sur des DISCOURS.
          C’est le problème de publier sous son nom propre : la sincérité doit un peu s’effacer sous la contrainte de faire coïncider ce qu’on pense et ce qu’on peut se permettre de dire, et cela donne quelquefois des discours confus. 
          Je crois que c’est ce qui vous est reproché, là.
          Quant au discours des commentateurs, il frappe fort parce qu’il doit être concis : Pan !
          Votre post me fait bouger de ma position, et me fait regretter de ne pas avoir pris de précautions sur la forme.
          Et donc, relativisons, si vous le voulez bien, puisque vous aussi avez une petite rectifiation à faire : je ne suis pas un homme.




        • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 février 2013 16:51


          Pas de problème, Madame voxagora, je relativise et conviens qu’il peut y avoir de bonnes raisons de publier sous un pseudo. L’un de mes meilleurs amis l’a fait toute sa vie d’enseignant pour ne pas risquer d’interférences entre son enseignement et ses livres.

           

        • Hermes Hermes 14 février 2013 10:45

          Pierre, ne jette pas la pierre..... smiley


          • ecolittoral ecolittoral 14 février 2013 10:58

            On tient un peuple par des croyances. Et chaque croyant « croit » qu’il détient la vérité. Donc que les autres sont dans l’erreur et qu’ils faut les ramener sur le bon chemin.

            C’est l’invention, par les plus malins, des religions et des idéologies.
            L’endoctrinement se fait par la persuasion, ce qui est le plus rentable à long terme, ou par la guerre ; dernier recourt peu productif pour recruter mais efficace pour consolider les actifs, ramener dans le rang les égarés et fabriquer des martyres.
            A chacun ses troupes. Moutons dociles en obéissants, transformer en sauveurs d’âmes combattants pour la juste cause.

            On ne demande pas à un général de lutter contre l’armée, à un chef religieux de se priver de ses troupes, à un financier international de se passer de notre porte monnaie.

            Les uns contre les autres, tant que le pouvoir et l’argent des uns ET les autres(chefs) sont sauvegardés.

            Les intérêts des chefs ne regardent pas les croyants « d’en bas ».

            • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 février 2013 17:21


              @ ecolittoral

               

              Pour moi un chef religieux n’a pas de troupes, et les simples croyants, sans responsabilités particulières, ne sont pas des croyants "d’en bas". Par ailleurs je ne vois pas les religions comme forcément inventions des plus malins. Je crois à la réalité de la recherche spirituelle sincère dans la religion, même si je ne pense pas qu’elle soit ainsi chez tous les membres.



            • Gasty Gasty 14 février 2013 11:06

              il faudrait commencer par excommunier les va en guerre, s’ils prononcent « Dieu nous garde, nous vienne en aide, nous protège » à chaque intervention meurtrière. Je pense entre autre aux états unies, très coutumier du fait.


              • Aldous Aldous 14 février 2013 11:58

                Les nouveaux va-t’en guerre le font au nom de l’humanisme. Pas de dieu.


              • Deneb Deneb 14 février 2013 12:03

                D’ailleurs, Allah Akhbar, c’est un cri humaniste.


              • Aldous Aldous 14 février 2013 12:59

                Ceux qui crient AllahouAkbar ne sont pas les va-t’en guerre mais les miliciens payés pour la faire.


                Les va-t’en guerre c’est les BHL et compagnie.

                Je les ai rarement entendu crier ça.


              • Deneb Deneb 14 février 2013 13:41

                Les miliciens payés pour crier AllahouAkbar ne sont pas du tout va-t-en-guerre, c’est en fait des méchants pacifistes.


              • lambda 14 février 2013 11:35

                Selon les prophéties le prochain Pape sera le dernier et aussi celui qui sera chargé de mettre en place une religion universelle, qui sera celle du Nouvel Ordre Mondial - on y est déjà

                http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/08/24/21858045.html


                • Aldous Aldous 14 février 2013 13:00

                  c’est assez clair en effet.


                • Gollum Gollum 14 février 2013 13:15

                  J’en cite un extrait : Remarquez que Lambert considère le Pape de l’Eglise Catholique comme le dirigeant religieux qui, « au moment historique fixé », interviendra pour unifier toutes les religions du monde, et pour instaurer la Religion Mondiale unique. Bien entendu, il déclarera aussi que c’est lui qui la dirigera. Mes amis, ceci nous permet de définir clairement le Pape comme étant le Faux Prophète !


                  C’est d’une débilité sans nom. L’unification des religions est tout simplement impossible vu les différences radicales entre elles. Même entre chrétiens cela est déjà d’une difficulté telle que l’on ne voit pas comment créer une religion mondiale unique..

                  Mais beaucoup aiment s’inventer des scénarios fictions avec un côté pseudo-initié de bagatelle qui ne trompe que ceux qui y adhèrent.

                • lambda 14 février 2013 13:39

                  @ gollum

                  Il y a ceux qui ont les yeux et les oreilles bouchés et serons séduits, étant prêts ainsi à s’engouffrer dans la gueule de la bête

                   


                • Aldous Aldous 14 février 2013 15:28

                  C’est très simple gollum.

                  Les 3 religions révélées attendent le retour du messie qui instaurera un gouvernement universel sur terre...

                  Il suffit de réaliser les révélations et les 3 religions disparaissent sous leur forme actuelle.

                  Pfuit...

                  Fini.

                  Au suivant.


                • Hermes Hermes 14 février 2013 15:41

                  @Lambda :

                  Bonjour, les religions ne naissent pas par décret. Il s’agit de mouvements qui s’agglutinent autour d’un être humain qui s’est réveillé et qui créent une doctrine sur la base de ses paroles.

                  C’est une façon de s’excuser de ne pas parvenir à les mettre en application, et le message initial qui est destiné autant à l’intellect qu’aux émotions et au corps, se retrouve dilué dans des interprétations purement intellectuelles, dans des extravagances émotionnelles....

                  « Ne crois en rien, il n’y a que le présent partout ».

                  L’expérience totale que celà sous entend n’est pas verbalisable... même si pour certains celà déclenche des flashs smiley

                  Bonne soirée.


                • Kookaburra Kookaburra 14 février 2013 11:51

                  L’Eglise n’a pas simplement ignoré des exigences de celui dont elle se réclame. Elle n’a pas seulement diminuer et transformé son message : elle l’a, en certains points, totalement retourné. Elle l’a subverti. D’où l’avènement du Luthérianisme. La révolte de Luther fut une révolte contre la corruption et la malhonnêteté de l’Eglise. Il ne voulait pas provoquer un schisme - il ne voulait que faire arrêter les pratiques inacceptables de l’Eglise.

                  La haine contre l’Eglise s’explique par son histoire sanglante et ses abus. Mais aujourd’hui elle a bien changé. Pourquoi tant de haine encore ?

                  Jésus fut le premier grand réformateur. Il chasse le Pharisiens du Temple et, dans son enseignement, il critique lAncien Testament en corrigeant nombreux préceptes. « Œil pour œil » devient « Offrir lautre joue » etc. Il a fondé une éthique que nous considérons aujourdhui comme universelle et laïque : légalité entre tous les êtres humains, la fraternité, la liberté de choix, la promotion de la femme, la justice sociale, la non-violence, la séparation des pouvoirs spirituel et temporel. A lépoque, cétait une éthique carrément révolutionnaire et subversive. Jésus relativise la religion rituelle au profit d’une spiritualité intérieure. Pour moi le christianisme est le Nouveau Testament et l’enseignement de Jésus. Je n’ai jamais féquenté une église, mais comme nous tous occidentaux je suis imprégné du christianisme - et je m’en félicite. La foi, bien sûr, c’est une autre affaire.


                  • BlackMatter 14 février 2013 19:09

                    « La haine contre l’Eglise s’explique par son histoire sanglante et ses abus. Mais aujourd’hui elle a bien changé. Pourquoi tant de haine encore ? »



                    De la haine sans doute pas. De la méfiance c’est certain. Chassez le naturel, il revient au galop.
                    On sait bien et on voit bien dans ce monde que quelque soient les églises ou les religions, si vous leur donnez le moindre pouvoir politique, elles chercheront à nous imposer leurs dogmes, y compris par la violence. Je ne crois pas qu’il y a des gentils chrétiens d’un coté et de méchants musulmans de l’autre (ou juifs ou autre chose). Si l’église a changé, c’est parce qu’elle n’a pas eu le choix et qu’on lui à retirer le pouvoir, par la force.

                  • robin 15 février 2013 08:44

                    L’Eglise a trahi Dieu et continue aujourd’hui :

                    - En s’occupant des affaires politiques humaines et en se comprettant avec eux (Jésus avait bien dit de laisser les affaires de César à César et de Dieu à Dieu),

                    - En s’octroyant des richesses qu’elle ne partage pas avec les pauvres,

                    - par les multiples scandales de pédophile qu’elle a volontiers couvert,

                    - en s’adonnant à l’idolatrie de son pape et de Marie alors que Dieu a de multiples fois indiqué qu’il ne tolérait d’adoration qu’à lui Même,

                    - en se compromettant dans des affaires financières qui sentent le soufre,

                    etc. etc.

                     

                     

                     

                     

                     

                     


                  • jullien 14 février 2013 12:31

                    @Tous et à toutes
                    ça n’a pas de rapport direct avec l’article mais j’ai une proposition : et si on créait un « Grand prix Agoravox 2013 de l’impudence » destiné à « récompenser » le journaliste ou le média le plus menteur, le plus absurde ou ayant le plus travesti les faits ?
                    Je propose déjà un candidat : la BBC qui dans sa couverture de la renonciation & abdication de Benoît XVI a donné la parole à des associations de victimes de prêtres violeurs pour dénoncer la supposée participation de Ratzinger/Benoit XVI à des « dissimulations » (cover-ups). Moins de six mois après l’affaire Jimmy Saville il fallait oser.


                    • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 14 février 2013 13:42

                      Ça fait longtemps qu’un pape a condamné les conflits sous toutes leur formes !

                      "jamais plus les uns contre les autres, jamais, plus jamais ! N’est-ce pas surtout dans ce but qu’est née l’Organisation des Nations-Unies : contre la guerre et pour la paix ? Ecoutez les paroles lucides d’un grand disparu, John Kennedy, qui proclamait, il y a quatre ans :« L’humanité devra mettre fin à la guerre, ou c’est la guerre qui mettra fin à l’humanité »
                      Dicours de Paul VI à l’ONU du 4 octobre 1965.
                      http://www.vatican.va/holy_father/paul_vi/speeches/1965/documents/hf_p-vi_spe_19651004_united-nations_fr.html


                      • Gollum Gollum 14 février 2013 13:44

                        Augustin (354-430) écrit dans la Lettre 185 à Boniface : « La persécution exercée par les impies contre l’Église du Christ est injuste, tandis qu’il y a justice dans la persécution infligée aux impies par l’Église de Jésus-Christ. L’Église persécute par amour ; les impies par cruauté. »


                        Je savoure cette citation qui montre que très tôt l’Église romaine a tourné le dos à un christianisme authentique, d’essence gnostique, pour se tourner vers une idéologie religieuse d’essence coercitive qui n’avait plus rien dès lors à voir avec une spiritualité authentique. Les citations aberrantes d’Augustin sont légion : notamment celles sur le baptême des enfants avec ces histoires de limbes..

                        Ce qui n’a pas empêché malgré tout l’essor d’un christianisme authentique parfois, christianisme médiéval avec les cathédrales, certains théologiens hors pair, certaines figures charismatiques : Saint François, Hildegarde de Bingen, etc..

                        L’ordre du Temple également..

                        On pourrait gloser longtemps sur le fait que la Providence et l’Esprit Saint aient laissé se développer ce christianisme qui s’est rapproché plus d’un césarisme spirituel que d’une authentique spiritualité.. Peut-être fallait-il laissé la place à l’Obscurité pour que puisse advenir l’Apocalypse..

                        Quoiqu’il en soit l’Église de Rome ne désavouera jamais son passé, ses docteurs. Il n’y a donc aucun espoir de réforme. C’est sa crédibilité qui est en jeu et elle s’arcboutera sur ses acquis sans rien réformer. C’est la loi de ce genre de grand corps gigantesque qui continue, en roue libre, sur sa lancée. Bon c’est vrai qu’il y a eu Vatican II qui a montré quand même de sacrés changements..

                        Dieu sera donc obligé de la détruire. Comme dans le rêve de Jung ou Dieu chie du ciel une grosse crotte sur une église ce qui veut bien dire ce que ça veut dire..

                        Cette destruction est en cours de par le jeu de la finance. En effet la survie de l’Église de Rome tient à ses avoirs (banque du Vatican) avoirs qui vont se trouver pulvérisés par la crise systémique en cours... 

                        Mais la mort du corps est la libération de l’esprit et de l’âme. Le christianisme sera donc transfiguré et rénové. Et l’on rebâtira des monastères.

                        Rappelons que tout cela est à notre porte, la démission du 111ème et dernier pape de la liste de Malachie ouvrant la porte de l’Imprévu.

                        • jef88 jef88 14 février 2013 14:18

                          ZZZZUUUUUUUUTTTTTTTT !
                          je pensais que les croisades étaient terminées !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès