• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Le réchauffement climatique et le terrorisme sont liés ». Ou la pensée (...)

« Le réchauffement climatique et le terrorisme sont liés ». Ou la pensée complexe de Jupiter

Le président Macron nous a fait un G20 qu'on pourra sans doute qualifier de médiocre par rapport à ses précédentes sorties, ceci mesuré évidemment à l'aune des médias qui malgré qu'il n'ait rien obtenu les précédentes fois nous l'avaient décrit comme le maitre des lieux, la nouvelle référence internationale, celui que tous attendaient depuis si longtemps. Cette fois rien ou pas grand-chose, même s'il aura tenté de faire son intéressant en retardant la photo officielle, trop occupé à distribuer bises et poignées de mains, et en nous faisant un discours assez surprenant où nous avons découvert que le terrorisme était la conséquence du réchauffement climatique. C'est de ce dernier point dont j'aimerais m'entretenir.

 
Notre président a parfois le verbe douteux. C'est peut-être normal pour un jeune de 40 ans et espérons qu'avec les années la sagesse viendra en même temps qu'il évitera certaines phrases malheureuses. On se rappelle des illettrées de Gad, du costard dont l'acquisition est subordonnée au travail (espèce de fainéasse, aurait-il pu rajouter), des tabagiques alcoolos des Hauts-de-France (hips !) qui votent mal à cause de leur cerveau ravagé, et, dernière en date, la classification des individus entre ceux qui ont réussi et ceux qui ne sont rien, les proportions n'ayant par contre pas été précisées.

En fait non, ce n'était pas la dernière. La dernière, à moins que depuis…, c'est ce rapprochement fait entre le réchauffement climatique et le terrorisme. Voilà ce qu'il a déclaré en tribune : "On ne peut pas lutter contre le terrorisme sans action résolue contre le réchauffement climatique, ou alors il faut aller expliquer aux gens qui vivent au Tchad, au Niger et ailleurs que le climat n'est pas un problème. Aujourd'hui, le terrorisme, les grands déséquilibres de notre monde, ce que nous sommes en train de vivre, est lié aux déséquilibres climatiques que notre mode productif international a générés. Et donc nous devons y répondre parce que tout et lié. Et donc si on veut traiter des questions de l'Afrique, du développement et du climat de manière séparée, très bien, mais je pense que ça n'a aucun sens. Comme cet agenda est lié, notre responsabilité, c'est de tenir de manière cohérente l'ensemble de ces engagements." Je vous ai reproduit le propos in extenso. J'ai tenté moi-même en effet après la lecture des premiers termes de la première phrase à comprendre le raisonnement macronien, non seulement liant terrorisme et climat, mais faisant du premier une conséquence du second. J'ai donc écouté et même réécouté, et je dois avouer que je ne suis pas parvenu à trouver les clés pour déchiffrer la pensée complexe de notre président, dont je comprends désormais qu'il ne veuille pas perdre de temps à s'exprimer le jour de la fête nationale à l'intention de pleupleus de mon genre.

 

Mais je ne renonce pas, et donc je travaille à comprendre. Et comme ça d'emblée, connaissant un peu l'Afrique et notamment la région citée par le président, je me demande pourquoi il n'a pas ajouté la lutte contre le paludisme à celle contre le réchauffement climatique. Parce que quand même, "allez expliquer aux gens qui vivent au Tchad, au Niger ou ailleurs, que le palu c'est pas un problème". Est-ce que la relation de cause à effet que j'exprime, d'une façon similaire à celle Macron, est moins recevable ? J'ai un peu l'impression que l'une et l'autre sont fausses. Le Tchad d'ailleurs n'apparait pas comme un pourvoyeur de terroristes. On a moins vu de Tchadiens se faire péter ces dernières années que de Français et de Belges. Les Tchadiens sont d'ailleurs davantage connus pour leur action contre le terrorisme que pour sa promotion. Mais passons ! C'est sans doute la pensée complexe du président que je n'ai pas encore saisie et qui me fait douter de la logique de ses propos.

 

Mais admettons que le président dise vrai. Alors ce que j'ose espérer c'est que, même si c'est une mesure insuffisante, reconnaissons-le, quand sera explosé le plan de lutte contre le terrorisme, on prendra en compte un nouveau dispositif se substituant à la fermeture des mosquées salafistes ou autres : plutôt que la fermeture, la climatisation.

Mais sans doute m'égaré-je. Puisque l'islamisme n'apparait pas dans le discours présidentiel et que le réchauffement climatique est la cause du terrorisme, pourquoi parler encore de mosquées, et de tout ce qui va avec. Comme son illustre prédécesseur, notre Jupiter qui ne sort pas de sa propre cuisse, semble avoir du mal à qualifier certaines choses. Aussi le terrorisme apparait-il comme un objet singulier, relativement autonome, connaissant désormais une prospérité variable selon les conditions météorologiques. Cette autonomie en fait d'ailleurs un objet pouvant être combattu en tant que tel. C'est assez curieux me direz-vous, ou ceux, seulement ceux qui considèrent le terrorisme comme un moyen davantage qu'un but, et surtout qui distinguent ceux qui l'utilisent de lui-même. Combattre le terrorisme, à mes yeux, c'est un peu combattre le déboulé de char, l'opération aéroportée ou le bombardement par l'artillerie lourde, soit des moyens combinés ou pas utilisés dans le cadre d'une guerre. C'est lutter contre le gaz sarin tandis que c'est son utilisation qui est criminelle. Sauf que, en l'occurrence, quand c'est en Syrie, on ne se trompe pas sur le sens, même si on peut éventuellement se tromper de cible, volontairement ou pas. Dire qu'on lutte contre le terrorisme est donc une connerie sans nom, à moins que ce ne soit qu'une pudeur de gazelle, comme dirait l'autre, pour ne pas avoir à désigner et donc à combattre ceux qui s'en servent dans le cadre de leur guerre de conquête. Mais évidemment c'est plus confortable, sur le plan international puisqu'on a des marchés juteux avec les Etats qui financent la chose, sur le plan intérieur quand déjà une partie de la population a fait sécession et qu'il s'agit de préserver une difficile apparence de paix sociale en attendant que…

En rapportant la faute sur le climat, et donc sur nous-mêmes au passage puisque "le mode productif international", c'est nous et certainement pas les Tchadiens ou les Nigerians, on gomme en d'un seul coup les causes qu'on attribuait au terrorisme. Et que ceux qui ont cru entendre les terroristes tirant sur la foule ou se faisant péter en criant "Allah Akbar", aillent se faire illico déboucher les esgourdes. Parce que confondre "Allah Akbar", avec "Putain qu'est-ce que j'ai chaud" ça craint quand même un peu.

 

Donc si je résume, nous, occidentaux, sommes les salauds qui produisent de manière irresponsable et sommes de ce fait coupables d'un réchauffement climatique lui-même générateur de terroristes en herbe. Mis à part effectivement des modes de production parfois scandaleux, mais venant de la part d'un ancien de chez Rothschild ça fait quand même pas très crédible, le reste me parait plus que douteux. J'ai toujours un peu de mal avec cette part soi-disant prépondérante des activités humaines dans de dérèglement climatique surtout depuis que je me suis penché sur le fonctionnement du GIEC et notamment la part prise par certains de ses membres les plus éminents dans la marchandisation du carbone, autrement dit des droits à polluer. Certains ont bâti des fortunes là-dessus. Je pense notamment à Al Gore, celui qui tentait de nous tirer des larmes avec son film frelaté. Mais admettons que le réchauffement climatique d'origine humaine soit une réalité. Je ne parviens pas à faire encore le lien avec le terrorisme, sauf à admettre que le terrorisme est corrélé avec l'immigration. Ce que j'imagine Macron et ses groupies ne sont pas prêts à faire.

Ben moi, si ! Mais les changements climatiques n'ont rien à voir avec le phénomène. Car, mis à part les quelques-uns venant d'ailleurs, et pas à cause du climat, l'essentiel de "nos" terroristes viennent bien de chez nous, y sont même nés, y ont grandi, y ont été scolarisé,… Ils sont surtout les témoins de l'absence, et même de l'interdiction d'une politique d'assimilation, de l'échec d'une politique d'intégration qui considérant les choses par le petit bout de la lorgnette n'a envisagé les choses que sous l'angle économique, et des lubies de ceux qui estiment que chacun peut vivre selon ses coutumes ou celles de ses ancêtres. Ainsi beaucoup de nos ardentes féministes s'offusqueront que vous ne féminisiez pas le nom de leur profession, mais seront distraites sur la manière dont les femmes sont traitées dans certaines zones de notre territoire (qui est déjà le "leur") ou refuseront de "faire le jeu du FN". Greffez là-dessus un islam aussi simpliste que conquérant, et le mélange devient explosif.

Cela dit, Macron touche du doigt un certain risque pour un avenir assez proche, à condition toutefois d'admettre que le terrorisme et l'immigration sont liés et le resteront tant qu'on n'aura pas d'exigences avec les immigrés et qu'on ne les refoulera pas s'ils ne les respectent pas, et ce n'est pas le chemin qu'on prend, c'est d'ailleurs sans doute trop tard, quand, pour peut-être des raisons climatiques, mais surtout pour des raisons démographiques et donc de ressources, une déferlante va se diriger vers l'Europe, faisant passer ce que nous avons connu jusqu'à aujourd'hui pour des incursions bénignes. Davantage que le risque représenté par le climat (et le palu), c'est de celui démographique dont devraient se soucier Macron et des pairs. Mais sans doute est-ce politiquement ou religieusement incorrect. Parler de changement climatique imputable à l'homme en laissant tomber la démographie, c'est juste un non-sens.

Macron peut donc bien déclarer que tout est lié, ce qui n'est pas faux à condition toutefois de bien définir les liens et les effets de causalité selon des critères croisés, prenant en compte la géographie (l'espace), l'histoire (les cultures), la religion (les croyances), la démographie, le temps (celui qui passe et pas celui qu'il fait), …, et les prospectives liées, et non pas de sélectionner ce qui plait ou d'éliminer ce qui ne plait pas. Or c'est bien ce que fait Macron en liant terrorisme, climat, modes de production, mais en éliminant démographie et surtout islam. Car c'est bien de terrorisme islamiste dont il s'agit, pas du concept. Et ne pas évoquer l'islam en parlant de terrorisme, même pour simplement reprendre l'antienne du pas d'amalgame, est quand même un peu fort.

 

Il est d'ailleurs étonnant que Macron l'homme cultivé et à la pensée complexe ne se soit pas penché sur la conquête islamique dans les zones qu'il cite, et qui sont des zones de friction qui avaient été "gelées", désolé pour cet adjectif pas très en phase avec la région, pendant la période coloniale (et post). Peut-être qu'une perspective historique mâtinée de culture religieuse lui aurait évité de tenter de nous vendre de cette manière la lutte contre le réchauffement climatique, puisqu'il semble être amené à se réfugier dans ce dernier réduit "make our planet great again" pour exister internationalement, un peu comme son prédécesseur qui nous a bassiné avec sa COP 21, en même temps que son ex et Fabius, tandis que cet accord est complètement bidon puisqu'assorti d'aucune sanction. Mais puisqu'il semble qu'il considère ces grand-messes comme un moyen de faire sa promotion, il est probable qu'on n'a pas fini d'en souper. Il nous a d'ailleurs déjà programmé un remake de la COP 21 dès décembre, peut-être organisé par Havas.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

634 réactions à cet article    


  • Arthur S Jeussey de Sourcesûre 10 juillet 2017 08:12
    « ... lesdites vapeurs ont une certaine malignité... [...] Qui est causée par l’âcreté des humeurs engendrées dans la concavité du diaphragme, il arrive que ces vapeurs... Ossanbabdus, nequer, potarinum, quipsa, milus. Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette. »Molière - Le Médecin malgré lui, II, 4

    • La mouche du coche La mouche du coche 10 juillet 2017 19:40

      En réalité, notre beau président n’a pas tout à fait tort de lier terrorisme au réchauffement climatique. Les deux sont des inventions des américains pour nous enfumer. Ils nous disent qu’il y a un réchauffement climatique pour nous faire peur et nous taxer, ils ont créé Daech pour nous faire peur et nous obligé à les suivre dans leur guerre et la suppression de nos libertés. 

      Terrorisme et réchauffement climatique sont deux piliers d’une escroquerie généralisée, celle de la propagande américaine. Comprenne qui peut.

    • Massada Massada 10 juillet 2017 08:12

      Les terroristes viennent commettre des attentats suicide en France parce qu’ils ont trop chaud en Afrique.

      Hum, vous en avez pris pour 5 ans smiley



      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 10 juillet 2017 08:26

        @Massada

        CQFD ! ! !


      • Leonard Leonard 10 juillet 2017 08:23

        C’est logique : Allah étant omniprésent... c’est lui le premier facteur de changement climatique...


        CQFD

        • Leonard Leonard 10 juillet 2017 08:56

          @Leonard

          Je précise que ceci etait une blague... 

          Quand même !

        • troletbuse troletbuse 10 juillet 2017 09:13

          Il est vrai qu’en France, on manque de vrais comiques. Ouf, on en a retrouvé un smiley
          Je vais envoyer cette superbe envolée à toutes mes connaissances. smiley)


          • Arthur S Jeussey de Sourcesûre 10 juillet 2017 09:32

            Photo extraite du grand spectacle gratuit de la campagne présidentielle.


            • baldis30 11 juillet 2017 08:52

              @Jeussey de Sourcesûre
              bonjour,

              ce qui est gênant dans le commentaire de la photo c’est le recours à Feydeau .... Courteline eût été bien plus à sa place ...


            • roman_garev 10 juillet 2017 09:50

              « Or c’est bien ce que fait Macron en liant terrorisme, climat, modes de production, mais en éliminant démographie et surtout islam. »

              L’auteur ne serait pas si loin de Macron en liant terrorisme, « démographie et surtout islam », mais éliminant à son tour le créateur réel du terrorisme islamiste (en la personne d’Al-Qaéda), à savoir Washington/CIA.

              • sweach 10 juillet 2017 10:43

                *J’ai donc écouté et même réécouté, et je dois avouer que je ne suis pas parvenu à trouver les clés pour déchiffrer la pensée complexe de notre président*


                Je suis d’accord que ce parallèle entre les deux est malheureux, mais on peut en voir un c’est le Pétrole qui est à la fois responsable du « pseudo » réchauffement que moi j’appel pollution et de la plupart des conflits armés.

                Il y a également l’eau, une ressource vitale qui va de plus en plus être à l’origine des conflits

                C’est donc la main mise sur des ressources naturel comme l’eau ou le pétrole qui sont bien souvent à l’origine des conflits armés. Ces mains mise sont due à l’ingérence d’autre nations qui crée des rébellions local qu’on traite parfois de terroriste.

                *J’ai toujours un peu de mal avec cette part soi-disant prépondérante des activités humaines dans de dérèglement climatique*
                Voila une bonne réaction, en science toutes hypothèse doit s’accompagner de preuve et il faut avouer qu’en matière de climat on est loin du compte.

                Toutes l’argumentation du réchauffement repose sur le CO2, pourtant ça ne tien pas debout.
                1) son effet de serre est trop insignifiant pour avoir un impact, il est dix fois inférieur à celui de la vapeur d’eau et il a un taux de 0.04% dans l’air.
                2) il se fixe dans les océans et son taux dans l’air est régulé par la température, donc l’augmentation qu’on observe n’est pas une cause mais une conséquence des augmentations de température observés (+0,85°C par rapport à un chiffre arbitraire)
                3) le taux du CO2 a toujours varié comme notre climat, le premier responsable des variations est l’activité solaire.

                Ce qui m’énerve le plus avec le réchauffement climatique, c’est que ce sujet surpasse un autre bien plus grave et bien plus réel qu’est la pollution. 
                PIRE ! afin de lutter contre le CO2 qui n’est pas un polluant, on augmente notre pollution

                Le CO2 est une bénédiction pour l’humanité, dans les générations futur ont passera vraiment pour des cons avec cette lutte absurde.

                • Alcyon 10 juillet 2017 11:45

                  @sweach
                  Ne parle pas de ce que tu ne connais pas. C’est fou le nombre de quidams qui se déclarent experts en climat et sortent des arguments aussi débiles. Les trois points sont les arguments typiques du climatosceptique qui ne comprend strictement rien mais se doit de spammer son ignorance et sa désinformation. Serait-il possible que tu te taises à l’avenir ?


                  1) Naturellement, la vapeur d’eau est un agent à effet de serre nettement plus puissant. Mais l’air est, au vu de la surface des océans sur Terre, saturé en vapeur d’eau. Le seul moyen d’augmenter la quantité de vapeur d’eau dans l’eau est de le réchauffer. Donc, le CO2 en lu-même n’amène pas directement un gros réchauffement, mais ce léger réchauffement amène l’air à pouvoir contenir plus de vapeur d’eau, qui elle amène la grosse partie du réchauffement climatique. Chimie et physique de base.

                  2) Déjà, le fait que le CO2 se fixe dans les océans est une catastrophe pour l’écosystème marin. Mais il ne se fixe pas totalement et une partie reste dans l’atmosphère. On sait mesure le nombre de parts par million dans l’atmosphère, qui grimpe en flèche. Ensuite, on sent tes limitations intellectuelles qui tu parles de cause et conséquence, tu es limité aux « soit un truc est une cause soit une conséquence ». Le climat est, en général, régulé par des cycles, comme le cycle de l’eau, et « température - CO2 » (en oubliant les intermédiaires) en est un, une augmentation de CO2 amène une augmentation des températures (via l’effet de serre, puis l’augmentation de la vapeur d’eau, etc) qui amène à son tour une augmentation du CO2. Chimie et physique de base.

                  3) Ce n’est même pas un argument bordel ! Il y a toujours eu des guerres, donc les guerres c’est bien ! Belle logique de gosse. Et l’activité solaire ne représente qu’une infime fraction des différences de températures observées, ça se calcule rapidement au lycée. Cet argument est basé sur du vent et tu démontres que tu n’as même pas été vérifier la différence énergétique entre un cycle haut et un cycle bas.

                  Tu fais partie de la lie de l’humanité. Nos petits-enfants se demanderont comment des gens comme toi ont été aussi stupides pour nier l’impact de l’homme sur le changement climatique. Le CO2 est tellement bénéfique que je te proposes d’émigrer sur Vénus.

                • Killian 10 juillet 2017 11:56

                  Bonjour, je me contenterai de critiquer uniquement la seconde partie de votre réponse, étant donné que je ne porte pas de réel intérêt pour la politique ou les conflits potentiels à venir, mon avis ne serait pas réellement pertinent.
                  Par contre, la science et notamment le réchauffement climatique m’intéressent, et vos arguments me chiffonnent.

                  1. Vous rejetez la possibilité d’un réchauffement climatique lié directement au CO2, alors que son augmentation dans notre atmosphère depuis la révolution industrielle (Source 1), de plus, le dioxyde de carbone est une molécule ayant un effet de sert (puisqu’elle possède 3 éléments chimiques), ce fait est aussi démontré (Source 2). Vous avez raison, son effet de serre est moindre par rapport à la vapeur d’eau, et d’autres gaz produisent de l’effet de serre (Source 2).

                  2. Il se fixe dans les océans et les plantes permettent aussi sa régulation, mais ces contres-effets ne suffisent pas à évacuer toute la concentration de carbone qu’on produit, c’est aussi parce qu’on a du mal a évaluer toute les réactions qui contre les effets du CO2 que nos estimations du réchauffement futur varient de quelque degré (Notez que le réchauffement est quand même inévitable si rien n’est fait, sa gravité est variable) De plus votre chiffre représente l’augmentation de la température du globe que depuis 1880 et démontre une situation alarmante (Source 3).

                  3. Tout à fait, le taux de CO2 a varié durant l’histoire de la planète, et a été bien plus élevé à certain moment sans empêcher la vie (Source 4). Le problème, c’est que l’humain ne survivra pas à l’augmentation de la température de façon constante et aussi soutenue. Oui, vous avez aussi raison, par rapport aux cycles solaires, en effet, ils ont une période de 11 ans environ et ils ont un impact sur la température terrestre, seulement après un simple calcul, on se rend compte que son effet est bien moindre comparé à celui du CO2.
                  Je ne saurai trop vous conseiller une vidéo de la chaine Youtube « Science Étonnante » qui explique le sujet à merveille (Source 5).

                  Le réchauffement climatique est un fait bien réel, provoqué par le rejet de CO2 dans l’atmosphère que nous réalisons depuis un siècle et demi, si nous ne faisons rien, nous sommes voué à disparaitre. Le CO2 n’est en aucun cas une bénédiction pour l’humanité, il est notre arrêt de mort.

                  En espérant que ce commentaire puisse au moins vous faire réfléchir quant à votre position sur le réchauffement climatique.


                • Sigismond Sigismond 10 juillet 2017 12:01

                  @Alcyon

                  La guerre pour la maitrise des ressources énergétiques et leur acheminement est une réalité. Le conflit syrien y trouve d’ailleurs son origine. Le refus de faire passer un gazoduc par Assad a été déterminant. Mais il n’aurait pas eu lieu sans qu’il y ait derrière des « passions » humaines prêtes à se mobiliser, non pas pour un tuyau ou du gaz, mais pour saisir une opportunité pour s’imposer. L’islamisme en soi est un parasite qui se greffe sur d’autres conflits. On pourrait citer le Mali. La vieille opposition entre le nord et le sud, entre les nomades et les sédentaires, entre les touaregs qui razziaient les populations noires et ces mêmes noirs arrivés au pouvoir, n’ayant jamais été résolue, les islamistes en ont profité pour se greffer sur le conflit.

                  On pourra donc trouver mille raisons au développement de l’islamisme et du terrorisme qui l’accompagne, mais aucune ne sera recevable tant que seront confondus les vecteurs ou catalyseurs avec la cause profonde. C’est dans l’islam que se trouve le vrai problème, ou du moins sa source initiale, pas ailleurs. Et régler le problème du tuyau de gaz en Syrie, ou de la place politique des nomades du nord au Mali ne tue pas l’islamisme mais le prive de certains de ses vecteurs d’expansion potentiels. En ce sens les propos de Macron, même si on les connote de ce que vous dites sont irrecevables puisqu’ils nient la réalité d’un problème et l’effacent même.

                  Le problème des ressources en eau est quant à lui essentiel et fait peser de graves menaces pour l’avenir. Si on n’agit pas c’est la rupture d’équilibres déjà déficients qui est assurée. Et l’islamisme ne sera qu’un problème parmi d’autres dans une phase initiale avant, peut-être et même sans doute, compte tenu des nouveaux équilibres démographiques induits, de se présenter comme la solution pour restaurer un ordre, un ordre nouveau bien évidemment, fondé sur la terreur et la contrainte.


                • Killian 10 juillet 2017 12:01

                  @Killian
                  J’ai visiblement du mal à écrire

                  1. Vous rejetez la possibilité d’un réchauffement climatique lié directement au CO2, alors que son augmentation dans notre atmosphère depuis la révolution industrielle (Source 1) est un fait incontestable, de plus, le dioxyde de carbone est une molécule ayant un effet de serre (puisqu’elle possède 3 éléments chimiques), ce fait est aussi démontré (Source 2).


                • Sigismond Sigismond 10 juillet 2017 12:16

                  @Killian
                  Merci pour ces éclairages exprimés de façon civilisée.N’étant pas spécialiste du domaine, à l’instar de l’essentiel des membres du GIEC dont il semble pourtant que ses conclusions ne puissent être contestées, je ne peux juste m’en référer qu’à quelques souvenirs liés à l’épistémologie des sciences, et donc à ce principe distinguant l’idéologie de la science expliquant que la première est conçue comme irréfutable tandis que la seconde l’est nécessairement. Or, et cela malgré d’autres travaux, malgré des objections liées à la méthodologie du GIEC, il apparait que la thèse du réchauffement climatique imputable à l’homme se présente davantage comme une idéologie, donc qu’il est interdit de contester, sauf à être considéré comme un connard (NKM), que comme une hypothèse scientifique.Permettez donc que je ne m’inscrive pas de façon aveugle dans une thèse dont j’ignore si elle est vraie, mais dont je sais que, hélas, elle est discréditée par ceux, et certains membres du GIEC et autre chantres du réchauffement d’origine entropique, elle s’avère très rentable pour leurs affaires financières.


                • sweach 10 juillet 2017 12:26

                  *C’est fou le nombre de quidams qui se déclarent experts en climat et sortent des arguments aussi débiles*

                  Je ne suis pas un expert, c’est juste de la logique

                  *la vapeur d’eau est un agent à effet de serre nettement plus puissant*
                  Merci de le reconnaître

                  *le CO2 en lu-même n’amène pas directement un gros réchauffement*
                  Oui je pense qu’on peu parler d’infime

                  *mais ce léger réchauffement amène l’air à pouvoir contenir plus de vapeur d’eau*
                  Argument que je n’ai jamais vu ? Mais même dans cette hypothèse le lien serait avec la température et non avec le CO2

                  *le fait que le CO2 se fixe dans les océans est une catastrophe pour l’écosystème marin*
                  Pourquoi ? L’acidification des océans est une blague et la mort des coraux pour le justifier ne s’attaque pas au vrai coupable que sont les crèmes solaires.

                  *il ne se fixe pas totalement et une partie reste dans l’atmosphère*
                  Oui 0,04% où 400ppm si tu préfère donc 99.96% se fixe, techniquement 100% des émissions se fixe et le taux résiduel est régulé par la température mais on ne va pas chipoter.

                  *On sait mesure le nombre de parts par million dans l’atmosphère, qui grimpe en flèche.*
                  Pas le moins du monde ce taux est passé de 315ppm à 400ppm donc de presque rien à presque rien.
                  On est loin des 900 ppm « naturel » de la période Permien qui était riche en carbone.

                  *Et l’activité solaire ne représente qu’une infime fraction des différences de températures observées*
                  Là vous vous tirez une balle dans le pied tous seul, l’activité solaire est l’acteur principal des températures de la terre je n’ai même pas besoin d’argumenter tellement c’est évident.

                  *Le CO2 est tellement bénéfique que je te proposes d’émigrer sur Vénus.*
                  humm il y a une petite controverse sur le CO2 de venus avec la loi de Wien^^ 
                  Mais bon avec un taux de 96.5% je veux bien croire que le CO2 est un effet de serre labas, mais à un taux de 0.04% pas le moins du monde sur terre.

                  Le CO2 est une bénédiction qu’on utilisera comme source d’énergie dans moins d’un siècle, j’imagine bien qu’on utilisera le calcaire pour pouvoir en produire.

                • HELIOS HELIOS 10 juillet 2017 13:09

                  @Killian

                  soyons simple ! les arguments sont toujours discutables, mais, il y en a un qui me semble difficilement contestable. Toutes les analyses faites dans les carottes glaciéres et es traces fossiles montrent que l’augmentation du taux de CO2 dans l’athmosphère est POSTERIEURE a l’augmentation de temperatiure.

                  On en conclu que baser l’argumentation sur le lien entre l’augmentation du taux de CO2 et l’augmentation de température est une formidable erreur technique. Baissons la temperature et le taux de carbone baissera lui aussi... et ce jour là nous serons de nouveau emm rdés par le manque de CO2.

                  Pour autant, toutes les mesures d’economie, c’est a dire de contraintes, sont bien applicables dans la mesure ou notre démographie délirante continue.

                  Lorsque nous nous apercevrons que l’augmentation d’un petit milliard d’habitants augmente la temperature globale de 4 a 5% que va-t-on faire ? 
                  rendre la pilule et la capote obligatoire ? effacer" 10 % des populations -une bonne petite guerre mondiale- en esperant que les autres disparaitrons avant nous ? trouver un virus specifique a une race (qui n’existe pas) mais spécifiquement impactée ?

                • Alcyon 10 juillet 2017 13:16

                  @sweach
                  La logique quand on parle de chiffre et de sciences, merci mais tu repasseras. Et tes évidences, garde les sérieusement. Les évidences d’incultes, j’en lis tous les jours et c’est pénible. Le cycle solaire amène une variation de DEUX WATTS par mètre carré, c’est-à-dire environ ZERO VIRGULE DEUX POURCENTS de sa puissance totale. Et depuis 15 ans, nous sommes dans un cycle décroissant.


                  Pas besoin d’argumenter, tu devrais passer ton bac. Et le passage sur le CO2 montre bien que tes cours de physique, tu les as brossé.

                • Alcyon 10 juillet 2017 13:18

                  @HELIOS
                  raisonnement débile. Encore un kikoolol qui ne comprend pas que A et B peuvent être lié autrement que par « A est la cause de B ou (exclusif) B est la cause de A ».


                  Retour au lycée pour toi, mon brave.

                • Alcyon 10 juillet 2017 13:28

                  @sweach
                  En passant, pour démontrer la bêtise complète du kikoolol, il utilise des pourcentages pour justifier. Car oui, on sait tous que Mars est très chaude à cause des 96,5% de CO2 dans son atmosphère, le fait que celle-ci n’est qu’infime n’entre pas en compte. Ou la « logique » me tromperais-je ? Car il me semble qu’il fait très froid sur Mars ....


                  C’est la quantité de molécules dans l’air qui importe. Le pourcentage, via les ppm, est juste un moyen rapide de donner la quantité, par rapport au reste de l’atmosphère.

                • sweach 10 juillet 2017 14:00

                  @HELIOS
                  *l’augmentation du taux de CO2 dans l’athmosphère est POSTERIEURE a l’augmentation de temperatiure.*

                  Merci, mais je pense qu’on a du boulot pour faire comprendre cela.

                  *l’augmentation d’un petit milliard d’habitants augmente la temperature globale de 4 a 5% que va-t-on faire ?* 
                  Il ne faut pas faire de lien entre population et température globale, mais plutôt faire un lien entre pollution et population.
                  Mais des mesures ont déjà été prise en se sens, l’éducation et les moyens de contraception on fait chuter le taux de natalité mondial, il est même inférieur à deux dans les nations ditent « développé »


                  Comme le dit Sigismond : la thèse du réchauffement climatique imputable à l’homme se présente davantage comme une idéologie

                  C’est assez problématique, car le CO2 se retrouve accusé de tout les maux, ça limite considérable tout développement utilisant ou produisant ce gaz.
                  Juste pour rappel la nature utilise le CO2 pour produire de l’énergie avec la photosynthèse, il faut être inconscient de considérer le CO2 comme un polluant.


                  Après je veux bien croire que nous somme responsable d’un réchauffement, les fumés produite par les usines à charbon, forme un dépot noir sur L’Arctique qui captent plus de lumière et fait fondre le pole nord, la terre capte ainsi plus de rayon solaire et nous avons ainsi un réchauffement.
                  Phénomène qui ne se produit dans L’Antarctique après c’est peut être le CO2 qui est raciste avec l’hémisphère sud ?

                • sweach 10 juillet 2017 14:07

                  @Alcyon
                  Heuu c’est toi qui parle d’effet de serre sur Venus et maintenant sur Mars


                  Moi je pense que l’épaisseur et la pression de l’atmosphère a quand même un rôle primordial.
                  Sinon 96.5% c’est pour venus, Mars c’est plutôt de l’ordre de 95% ^^

                  Contrairement à toi, je pense que les pourcentages sont bien plus parlant que les ppm pour expliquer pourquoi le CO2 ne joue qu’un rôle infime.

                • Alcyon 10 juillet 2017 14:23

                  @sweach
                  quand on ne connait pas un sujet, on se tait. Composition de l’atmosphère de Mars et voici celle de Venus. Les deux planètes ont un pourcentage de CO2 similaire. Assez bizarrement, l’une s’est réchauffée à 400 degrés et l’autre gèle.


                  Ce que tu penses, le Monde s’en fout. Il existe une méthode scientifique pour tester ses déclarations, et les tiennes sont démontées depuis 50 ans. Mais l’idiocratie arrive, et tu en seras l’un des piliers.

                  Si tu es trop limité pour comprendre que donner deux planètes avec un pourcentage dans l’atmosphère de CO2 très similaire ayant des destins opposés, c’est ton problème. Ce ratio est inutile si on ne connait pas l « quantité » d’atmosphère. Et quand on a compris ce simple fait, on remarque que Venus a une atmosphère bien plus grosse (et il y fait plus de 400 degrés) et Mars une atmosphère nettement plus fine, et il y gèle. Mercure n’en a pas, et il y a fait chaud sur la face éclairée (mais moins que sur Venus !) et froid sur la face non éclairée.

                  Quand on n’a même pas le niveau d’un étudiant de première en sciences, on évite de parler de sciences. Mais les idiots ne s’arrêtent pas à ce constat « évident ».

                • Killian 10 juillet 2017 14:55

                  @Sigismond
                  Pour simplifier mon propos, le réchauffement climatique est basé sur 2 faits simples :
                  Le premier est l’augmentation du taux de CO2 depuis les années 1850, qui est imputable à l’humain (date correspondant à la révolution industrielle, alors que le taux de CO2 a stagné depuis l’apparition de l’homme).
                  Le second étant le fait que le CO2 est un gaz à effet de serre.

                  A partir de là, on peut en déduire que le réchauffement climatique est dû à l’activité humaine de ces dernière années et à moins d’y mettre un frein, l’homme n’y survivra pas.

                  Vous êtes en droit évidemment de réfuter la thèse, vous êtes aussi en droit de penser qu’il s’agit d’une idéologie, vu le matraquage médiatique récent à ce sujet et le fait qu’elle est défendue de façon assez agressive (à tort, ce n’est pas en montrant les crocs qu’on permettra une prise de conscience), mais il ne faut pas oublier que cette thèse a été réfuté pendant longtemps et que la prise de conscience de la véracité de cette thèse n’est que très récente.
                  Vous êtes aussi en droit de réfuter les méthodes pour arriver à cette thèse, je les connais trop peu pour en parler, que ce soit pour les défendre ou les réfuter.

                  Même en partant du principe que rien n’est prouvé, il ne serait pas plus sage de limiter notre impact sur environnement dans le doute, plutôt que lâcher dans l’atmosphère tout le CO2 qu’on peut produire ?


                • JC_Lavau JC_Lavau 10 juillet 2017 15:33

                  @sweach. Tu en oublies pas mal, tu oublies toute la physiologie végétale, toute l’écologie végétale, toute la dynamique de la pédogenèse.

                  Avec le CO_2 et le Soleil, les plantes font des hydrates de carbone, qui à terre font des feuilles et des racines.
                  Avec ces feuilles et ces racines, le ruissellement est ralenti, est bien moins érosif.
                  Avec ces feuilles et ces racines, la rétention d’eau dans le sol est améliorée.
                  Avec plus de ces feuilles et racines, la roche-mère est attaquée par davantage d’acides fulviques. Et la décomposition des litières formes des complexes argilo-humiques qui améliorent considérablement la capacité du sol à retenir les cations, et les anions aussi.
                  Les aérosols dégagés par les arbres forestiers nucléent la germination des gouttelettes de nuages, surtout les nuages bas.
                  Ce qui augmente les pluies et diminue la température, par un fort albedo des nuages.

                  Indépendamment des plantes, davantage de CO_2 dans l’air augmente la corrosion chimique des continents, qui apportent davantage de cations dans les mers.

                  Le GIEC vous prend pour des billes, des nuls en sciences, quand il vous raconte toutes ses carabistouilles. Il s’agit d’une escroquerie à l’échelle planétaire, qui relève de la loi pénale : diffuser des nouvelles fausses pour s’enrichir.

                  GIEC : Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentristes.

                • Alcyon 10 juillet 2017 15:35

                  @JC_Lavau
                  dites les gosses, ,ça ne vous dirait pas de prendre un bouquin de physique et de chimie de lycée et de faire les calculs vous mêmes ? Si vous n’en êtes pas capables, taisez-vous simplement.


                  C’est quand même fou, on dirait un gosse de 12 ans expliquer comment fonctionne l’économie d’un pays en se basant sur ce qu’il fait de ses économies.

                • JC_Lavau JC_Lavau 10 juillet 2017 15:39

                  @Killian. Tu n’as jamais fait de spectrographie d’analyse. Tu n’as jamais étudié l’absorption spectrographique de l’atmosphère claire.

                  Tu n’as jamais étudié l’albedo des nuages.
                  Tu préfères faire aveuglément confiance à des escrocs, qui sont eux-même sous télécommande par les grands banksters et pétroliers.

                • JC_Lavau JC_Lavau 10 juillet 2017 15:44

                  @Alcyon. Tu es au nombre des galopins qui prétendent expliquer à leur père comment faire des enfants.


                • JC_Lavau JC_Lavau 10 juillet 2017 15:56

                  @Alcyon. Plus nul et outrecuidant qu’Alcyon, c’est difficile.

                  Plus de vapeur d’eau implique plus de nuages entre le sol et la stratosphère.
                  Jusqu’à plus ample informé, les nuages ont un albedo bien supérieur à celui des continents, et a fortiori des mers.

                  La fraude à « acidification des océans » a fait l’objet de mon premier article ici :
                  Une fraude éhontée.

                • Alcyon 10 juillet 2017 16:06

                  @JC_Lavau
                  Nuages = phénomène local.


                  Et ta pub pour ton article sourcé à la pisse et avec des questions dignes d’un élève de 15 ans maximum, non merci.

                • Killian 10 juillet 2017 16:11

                  @JC_Lavau
                  "Tu n’as jamais fait de spectrographie d’analyse. Tu n’as jamais étudié l’absorption spectrographique de l’atmosphère claire. Tu n’as jamais étudié l’albedo des nuages« 

                  Non en effet, je n’ai pas le matériel chez moi pour réaliser ce genre de manipulation en plus je n’ai qu’un cursus scientifique des plus banals, c’est pour ça que je laisse des gens qui ont fait des études et qui ont le matos pour travailler dans le domaine expérimenter, publier et parler du sujet.

                  Cela n’empêche pas de comprendre un sujet et des faits relativement simple pour peu qu’ils soient expliqués simplement.

                   »Tu préfères faire aveuglément confiance à des escrocs, qui sont eux-même sous télécommande par les grands banksters et pétroliers."  
                  Le GIEC est politisé en effet, ce qui donne le droit de douter de leurs conclusions, mais je pars du principe que malgré tout, il s’agit de gens consciencieux qui font leur travail correctement, et évaluent correctement les études sur le sujet (qu’elles soient pro-réchauffement ou non).

                  Je ne leur fais pas « confiance » pour autant, c’est suite à l’écoute des deux camps et de leurs arguments et faits respectifs que je me suis forgé mon avis. Avis qui peut être erroné, je le conçois.
                  Après, s’ils sont sous les commandes des « banksters » et des « pétroliers », soit, grand bien leur fasse. Mais je reste d’avis que d’adopter une démarcher écologique a moins de risque que de rester sur la même voie (de plus, qu’est-ce que ça rapporterait aux pétroliers de forcer les gens à passer au « vert » ?).


                • JC_Lavau JC_Lavau 10 juillet 2017 16:21

                  @Killian. Je te rappelle qu’aux européennes de mai 2014, ces escrocs aux goûts simples, Jean Jouzel et Valérie Masson-Delmotte réclamaient « Mille milliards d’euros pour sauver le climat ».

                  Les activités du GIEC, diffusion de fausses nouvelles pour s’enrichir, tombent sous le coup de la loi pénale.

                • JC_Lavau JC_Lavau 10 juillet 2017 16:26

                  @Alcyon. C’est ta môman ou ton curé qui t’ont appris à être de si mauvaise foi : « Nuages = phénomène local »  ?


                • Alcyon 10 juillet 2017 16:30

                  La mauvaise foi. Tu as fais les calculs pour la couche nuage globale ? Non ? Alors tais-toi ?


                • JC_Lavau JC_Lavau 10 juillet 2017 16:35

                  @Alcyon. Sens-toi libre de démontrer que toi, tu sais faire les calculs. Ton GIEC a renoncé : trop difficile pour lui.


                • Killian 10 juillet 2017 16:45

                  @JC_Lavau

                  N’étant pas un spécialiste en économie, je ne peux pas dire si ce chiffre correspond au besoin actuel et aux demandes qu’ils ont fait, donc je vais partir du principe qu’il est correct (inverser l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère, changer les habitudes de toute la planète, de derrière mon écran, 1 000 milliards d’euros pour ça ne me parait pas exagéré, d’autant plus que je n’ai pas idée de la période que cette somme va couvrir).

                  De plus il faut partir du principe qu’ils ne vont pas utiliser cet argent correctement et le détourner (oui, ça ne serait pas une première en politique, mais il faut leur donner le bénéfice du doute avant de les juger), et une transition vers un monde plus vert et une atmosphère plus respirable n’est sans doute pas gratuite.

                  Sans oublier, que oui, c’est 1 000 milliards que ça peut leur rapporter, mais au prix d’une condamnation à mort de toute l’espèce. Pourquoi mentiraient-ils alors ? Vous avez raison de vous méfier d’une telle demande, mais est-ce que votre méfiance est justifié ?



                • Killian 10 juillet 2017 17:08

                  @JC_Lavau
                  Vous m’excuserez de ne pas me pencher sur les articles, mais je ne souhaite pas les traiter, questions de biais.
                  La presse adore faire dans le sensationnalisme, vous n’êtes pas sans le savoir, elle aime aussi annoncer des faits sans qu’ils soient vérifiés. Mais le cas du réchauffement climatique est scientifique et est largement étayés de faits et approuvé par la communauté scientifique, il suffit de faire une recherche sur Google Scholar en tapant « Global Warming » pour avoir des millions de résultats.
                  Mais vous pouvez remettre en cause les avis d’expert et vous dire que les informations ont été trafiqués comme au CRU (données qui ont été réétudiés par le Berkeley Earth qui est indépendant, et validé). Mais combien de scientifique et d’expert a-t-il fallu payer et à quel prix pour les convaincre de modifier leur études et potentiellement perdre toute crédibilité une fois la supercherie mise au grand jour ?


                • JC_Lavau JC_Lavau 10 juillet 2017 17:23

                  @Killian. J’ai déjà expliqué les ruses pour compromettre jusqu’aux sourcils de milliers de scientifiques naïfs, mais qui ont une famille à nourrir.

                  Les menaces de « mad » (Marc Dubois) de dénoncer un collègue s’il exprimait des doutes, sont parfaitement claires, et publiques.
                  Oui la communauté scientifique mettra cinquante ans à se racheter la confiance du public, qu’elle a laissé embobiner à ce point.

                  Au temps où c’était la papauté qui s’acharnait contre la science et les scientifiques, les scientifiques débutants savaient d’où partaient les coups. Là ils se sont laissés prendre à revers : les traitres sont officiellement des leurs, et les précédents réflexes immunitaires n’ont rien vu venir..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès