• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le système politique idéal qui nous manque à tous

Le système politique idéal qui nous manque à tous

Je me souviens d'un certain citoyen romain, Cicéron, avocat de profession qui a écit ceci :

"Pour qu'un état soie viable, il faut un juste équilibre entre le pouvoir d'un homme, le pouvoir d'une élite, et le pouvoir de la masse".

C'est combien juste, et combien prémonitoire.

Il est facile de se représenter ce concept en dessinant un triangle équilatéral.

En chimie, c'est utilisé pour représenter la composition d'un alliage métallique comprenant 3 composants.

On appelle cela : "Un diagramme ternaire"

Le rapport entre la pointe et le côté de son dessous est le pourcentage du composant métallique dans l'alliage.

Ensuite, prendre un système politique (passé ou actuel) et jaugez l'importance de chaque pouvoir.

Idéalement, le centre du pouvoir doit être au centre exact du triangle.

- "L'homme" peut être un monarque ou un président.

- "La masse", peut s'interpréter comme le résultat d'un référendum populaire.

- "Une élite" est un concept plus compliqué. Idéalement, ce devrait être un mélange d'élus, incluant -même en dehors du système électoral classique) une élite économique, intellectuelle et artistique.

Repassez en revue tous les sytèmes politiques connus depuis la nuit des temps, et mettez-les dans un diagramme ternaire : Vous comprendrez rapidement pourquoi certains se sont écroulés comme des châteaux de cartes, pourquoi certains ont perdurés.

Il y a une maladie peu connue aussi, un véritable cancer, une "mort silencieuse", un peu comme l'hépatite C. Toutes les civilisations connues en ont souffert, généralement jusqu'à l'agonie : la bureaucratie.

Je ne me voile pas la face.

Les fonctionnaires sont indispensables au fonctionnement d'un Etat.

On pourrait peut-être les ranger dans ce diagramme ternaire cité plus haut, dans la catégorie de l'élite.

A condition qu'il ne soie pas envahissants, bien sûr. De ne pas dépasser un certain pourcentage de la population active.

Il est diffcile d'expliquer ce qu'est un un bon fonctionnaire.

Pour moi, un bon fonctionnaire est celui qui vous dit : "Ce que vous me demandez n'est pas possible, je ne peux pas vous dire "Oui" de par la loi, mais si vous faites ceci ou cela, alors, je pourrai vous dire "Oui". (sans demander de dessous de table)

Les fonctionnaires ne sont pas responsables des régimes politiques où ils vivent. Parfois, ils subisent ce système comme nous, parfois ils entretiennent un mauvais sytème par intérêt.

Notre bureaucratie européenne est un vrai cancer actuellement, et ce cancer nous rongera jusqu'à l'os.


Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • NEMO Jeussey de Sourcesûre 17 novembre 2016 12:00

    Vous semblez ignorer ce qu’on appelle le « lobbying » qui se traduit par la présence physique des représentants des grands groupes privés dans les bureaux des ministères, du parlement, de la commission et du conseil Européens, de l’OCDE etc...


    S’il existe un cancer, il ne concerne pas le comportement des fonctionnaires mais celui des lobbyistes dont le rôle principal est la corruption des décideurs, qu’il s’agisse des élus ou des techniciens.

    Votre triangle idéal ne tien pas compte de ces maffias ni du poids des banquiers et des industriels.

    C’est un peu juste comme formule magique.

    • JL JL 17 novembre 2016 12:20

      @Jeussey de Sourcesûre
       

       Pas mieux !

    • exosphene exosphene 17 novembre 2016 16:45

      Les fonctionnaires sont les étais d’une structure.
      Sachant que cette structure est appelée à s’assembler avec d’autres structures pour former un ensemble.
      Trop d’étais, la structure est trop rigide et manque de souplesse pour pouvoir se conformer à une l’architecture conjoncturelle et structurelle de l’ensemble.
      Pas assez d’étais, la structure manque de consistance pour assurer une cohérence de l’homogénéité de l’ensemble.
      Pour savoir combien d’étais il faut placer pour obtenir une structure adéquate, il faut d’abord définir sa position et les compatibilités nécessaires à son intégration dans l’ensemble, de manière à ce qu’elle ne se dénature pas de son potentiel naturel et unique.
      Sans cette structure réfléchie, conditionnée par une double vue externe et interne, rien n’est appelé à subsister dans l’ensemble.


      • ddacoudre ddacoudre 17 novembre 2016 19:24

        bonjour jean M
        je pense que l’on peut tout traduire en donné mathématique. mais la recherche de l’équilibre laisserait pensé qu’une fois trouvé ce serait la panacée, l’équilibre c’est comme pour un vélo, s’il reste sur place il n’ira nulle part, or le monde est en expansion et tout évolue, il faut donc en permanence rester sur la bicyclette et faire en sorte que l’équilibre tienne à la vitesse qu’on lui donne pour être en mouvement, il n’y a donc pas de finalité. en te lisant je pensais au principe de la thermodynamique, lorsque l’entropie cesse c’est qu’il n’y a plus de mouvement.
        cordialement.ddacoudre.over-blog.com.


        • Ruut Ruut 18 novembre 2016 08:11

          Un système décisionnel par vote via smartphone serait le plus équitable.
          Bien sur l’accès au Data étant National, Gratuit et Illimité.
          Et le code Réel du programme de vote visible de tous.


          • zelectron zelectron 19 novembre 2016 06:27

            une démocratie sans contrôle est un leurre


            • Jean-Marc LAMBERT Jean-Marc LAMBERT 19 novembre 2016 17:01

              @zelectron

              Le roi de la vieille cape...

              « Les voyages à des vitesses supérieures à celle de la lumière
              Ne pourront se réaliser que dans l’obscurité la plus totale
              De minuscules trous noirs serviront de viatiques intersidéraux
              Lorsque le sobre chameau passera par le chas de l’aiguille
              Le mécréant réduit à la plus simple expression corporelle
              Visitera les gigantesques dédales du macrocosme ambulatoire
              L’esprit universel insuffle un idéal à la misérable créature
              Les versets coraniques commencent à revêtir leur caractère sacré »

              (Poème de Pierre de Safinah, mon « Bouffon », du Forum de Safinah)

              Dans la tradition médiévale, le « Bouffon » du Roi était intouchable...
              Il était le reflet et le garant de son pouvoir.
              Un roi sans bouffon est un célibataire dont le peuple se galvaude.
              Un roi affligé d’un bouffon a reçu la bénédiction divine.
              Il est craint par les puissants, et protège les petits.

              Je suis un roi « de la vieille cape ».

              Je respecte les traditions médiévales.

              Je m’avoue être un peu dépassé par la technique.

              Mais DANS LES IDEES (la créativité), j’aurai toujours UNE LONGUEUR D’AVANCE sur mon temps !

              ---Signé OMEG AL’BAB---


            • Jean-Marc LAMBERT Jean-Marc LAMBERT 19 novembre 2016 13:23

              Les partis politiques connus sont des attrapes-nigaud aussi.

              Les statuts exigent -au préalable- d’avoir été membre adhérent pendant environ 5 ans avant de pouvoir prétendre exercer une fonction qui ne soie pas purement passive.
              Contradictoirement, les transfuges d’importance venant de partis concurrents sont toujours les bienvenus.

              Chez les libéraux en Belgique, les « jeunes » de moins de 40 ans sont enregistrés comme membres chez les « jeunes libéraux », pas comme membre du parti à part entière, donc, dans une sous-catégorie.

              Les réunions importantes (où on décide) se passent toujours un jour ouvrable, où les employés et les ouvriers du secteur privé ne peuvent se libérer.

              J’ai une fois demandé à un parti écolo qu’on me montre l’organigramme de ce parti : On me présenta une feuille assez chargée dont le contenu faisait un peu penser à un plat de spaghettis bolognaise : Tout était surveillé et contrôlé par tout le monde dans la pagaille la plus totale.

              Quand au meeting, les auditeurs sont seulement autorisés à poser des « questions » aux illustres orateurs, auréolés d’une importance douteuse.

              Je me souviens d’un certain Winstonc CHURCHILL, qui après fait membre du parti anglais qu’il honora toute sa vie, avisa un livre qui l’intriguait, à l’entré du siège : « Qu’est ceci ? »

              Réponse : - « Si vous voulez prendre la parole à un meeting de notre parti partout dans le pays, vous vous y inscrivez, et, le jour choisi, vous vous rendez sur place où vous serez attendu. »

              Chose absolument inimaginable dans tous partis politiques occidentaux soi-disant « démocratiques »...

              Enfin, cerise sur le gâteau : La communauté européenne. Il faut passer des examens extrêmement stricts pour accéder à une haute fonction, quand elle se libère.

              Mais si vous avez été ministre, et que vous pouvez produire un diplôme MBA (qui s’acquiert par correspondance pour quelques centaines d’euros), toutes les portes vous sont ouvertes, même si votre carrière est un aveu d’échec.

              Notez bien, on parachute parfois comme députés européens des personnes jugées indésirables dans une vie politique nationale, personnes qui se retrouve dans une cage dorée où tout fonctionne dans un extrême ralenti, vu le nombre d’intervenants.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès