• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le trafic d’armes en Irak et la responsabilité américaine

Le trafic d’armes en Irak et la responsabilité américaine

L’annonce le second week-end de novembre a fait l’effet d’une bombe. Normal, il s’agit d’armes. 190 000 « armes de poing » destinées à la police irakienne auraient disparu dans la nature. L’annonce sonne bizarrement : ce n’est pas la première fois que ça se produit, ou qu’on l’annonce. C’est donc plutôt une bombe à retardement. Oui, mais cette fois on a un coupable tout trouvé : un Irakien, bien entendu, chargé de les stocker et de les distribuer, paraît-il.

Et ç’est là ou ça coince. Car l’affaire ne date pas vraiment d’hier. En août dernier, déjà, le Washington Post affirmait que 110 000 mitraillettes AK-47 et 80 000 pistolets Glocks avaient été volés . C’était bel et bien la même info. La AK-47, c’est la célèbre Kalachnikov, le Glock un redoutable pistolet mitrailleur tirant du 9 mm Parabellum. Si vis Pacem, Para bellum, c’est bien connu. À part que là-bas, en Irak, la paix, on la cherche toujours.

Selon la BBC, les mitraillettes évaporées sur 3 ans représentent le 1/3 de ce qui aurait été distribué. 19 millards de dollars ont pourtant été accordés depuis 2003 à la sécurité de l’Irak par le Congrès américain. Sur ces 19 miliards, les armes en représentent 2,8. Une belle somme. Sur ce qui reste encore, le général Petraeus a dû reconnaître qu’il n’en avait livré que les 2/3. Aujourd’hui, il manque donc plus de 9 milliards de dollars, envolés ou plutôt dérobés sur place. Pendant ce temps, bien sûr les attentats redoublaient dans l’ensemble du pays.

Pourquoi donc la presse américaine revient ce week-end sur cette affaire ? Parce qu’un coupable, cette fois, a été localisé... après six mois d’enquête. Six mois pour découvrir que c’était l’armurier sélectionné par l’armée américaine, Kassim Al-Saffar, lui-même ancien de la guerre Iran-Irak. Au demeurant une belle boucherie, que le monde entier a largement ignorée. Selon les journalistes du New York Times, Al-Saffar s’était transformé en simple magasinier, offrant contre espèces sonnantes (en l’occurence des billets verts) ses armes en dépôt à, je cite, « des militaires irakiens, des gardes de sécurité d’Afrique du Sud » (tiens, les afrikaners et leurs troupes de la mort ont repris le travail ?) ou des « contractants américains ». Et ce jusqu août 2005, date à laquelle Saffar a quitté le pays (fortune faite ?). La révélation est de taille : l’armée américaine a fait avec Al-Saffar ce qu’elle a fait dans d’autres domaines, à savoir le recours à une entreprise privée... sans exiger en retour de contrôles sur les livraisons. Aucun contrôle : on tombe de haut ! Les Américains, inventeurs du code barres pendant la guerre 39-45 chez Boeing (pour le B-17, le premier avion à dépasser le million de pièces !), n’ont pas été fichus de les apposer sur les armes distribuées dans le pays qu’il disent vouloir contrôler ! On croit rêver ! On rêve effectivement, tant la suite est encore plus alarmante.

Laisser filer dans la nature plus de 100 000 kalachnikovs dans une région où c’est l’arme traditionnelle, qu’on manipule dès qu’on a passé l’âge de ne pas reculer en la tirant, c’est-à-dire assez tôt (moins de 14 ans !) est tout simplement... irresponsable. La notion de sécurité du pays, le credo bushiste, on s’assoit littéralement dessus en laissant profiférer pareille panoplie ! Quelle peut en être la raison ? C’est simple, il n’y que deux cas possibles :

- 1) les gens qui le font en tirent un profit financier directement.
- 2) le meilleur moyen de saboter un pays pour y prendre le pouvoir définitivement est d’y entretenir sciemment le chaos.

La première hypothèse, tout le monde s’en doute. Ceux qui pourraient croire encore que l’intervention américaine n’est qu’une belle opération visant à rétablir le progrès et la démocratie dans le pays n’ont qu’à regarder les comptes en banque florissants des principaux dirigeants américains qui l’ont décidé, cette guerre. Jamais un Rumsfeld ou un Cheney n’ont réalisé autant de profits personnels. Halliburton, Carlyle, le précurseur, Exxon (l’ancienne maison-mère de Condolezza Rice) sont les principaux bénéficiaires de contrats de fourniture à l’armée américaine, avant même la date d’invasion de l’Irak. Ces dirigeants sont assez cyniques en effet, pour avoir déclenché une guerre d’où ils pourraient tirer davantage de profits que si leur pays était resté en paix. C’est monstrueux, mais c’est comme ça : ce gouvernement (ou ses anciens membres) ne contient que des milliardaires. Même Colin Powell l’est. Et si le trafic d’armes ne suffit pas, autant se rendre à la banque directement. Le 23 septembre 2005, 1 milliard de dollars en petites coupures à ainsi disparu ... du minstère des Finances irakiens. À l’époque, on affirmait que cet argent devait servir à acheter des armes à la Pologne... des AK-47. Ce qui fut le cas quand même, avec on ne sait aujourd’hui quel argent... à part celui de l’armée américaine (et de ses contribuables) !

La seconde hypothèse est celle de l’entretien, jusqu’à ce que mort s’ensuive, de l’extermination des populations locales, aidées à s’entre-déchirer ethniquement, de manière à ne plus pouvoir représenter de poids dans les décisions gouvernementales. Ça paraît farfelu, mais au rythme des explosions à Baghdad et ailleurs, la population du pays baisse sérieusement, en dehors de tout exode à la périphérie. Attiser les haines intercommunautaires, c’est aussi ne présenter comme seule porte de sortie possible un gouvernement fort... en forme de dictature, avec restriction des droits fondamentaux, caméras partout, arrestations arbitraires, etc. Les 20 000 prisonniers irakiens détenus sur place sans jugement, à la manière de Guantanamo, en sont la preuve. Le palais de la dictature est en cours de finition, c’est l’ambassade américaine, autre gabegie et folie bétonnière dans un pays juste capable de s’alimenter en courant une heure par jour. À quoi bon croire que la paix va revenir en édifiant pareille forteresse ? On paye des gardes pour surveiller les poteaux électriques, mais on est incapable de fournir l’électricité, ce n’est pas le moindre des paradoxes irakiens. Les Américains, venus pour apporter l’ordre, ont apporté le chaos. Pire, ils l’entretiennent... scientifiquement !

Les deux théories se tiennent, sinon se complètent. Selon Ted Nordgaarden, un soldat alaskan sur place, au dépôt principal de munition, et adjoint du responsable des policiers irakiens, pour lui, tout était nickel «  la plupart des camions quittaient l’armurerie sous escorte de l’armée ». La « plupart ». Sachant qu’un apprenti-policier à Baghdad (qui risque sa vie comme traître pour certains) gagne 200 dollars, par mois et qu’un seul Glock se négocie 800 au marché noir... calculez... etc. Certains militaires américains, qui trouvaient que ça n’allait pas assez vite, pour se servir eux-mêmes et détourner les arrivées de matériel..., ont même foncé directement à l’aéroport, et pris les armes sans disposer des papiers officiels nécessaires : le soldat américain a semble-t-il lui aussi des fins de mois difficiles... (ses supérieurs aussi, voir plus loin). Des soldats vendants des armes à leurs propres ennemis ? Ce ne serait pas la première fois comme fait de guerre surprenant. La guerre entraîne le marché noir, invariablement. À part qu’à Baghdad ce sport a pris des dimensions inconmensurables. Pour l’instant, l’honneur est sauf, car dans tous les communiqués officiels américains on remarque cette phrase insistante « à cette date, aucun soldat américain n’a été tué avec ces armes ». Le communiqué de l’armée l’établissant est grotesque : une balle de 39 mm de calibre 7,62 mm n’a pas à ce qu’il semble de numéro de série, à ce que je sache. Oser fournir ce communiqué, c’est déclarer que ce n’est donc pas si grave que ça. Les tirs ne doivent concerner que les Irakiens entre eux, sans doute. Et en même temps admettre qu’il y a du coulage de matériel de guerre sur une grande ampleur, qu’on le sait, et qu’on ferme les yeux.

Irakien, donc, le responsable présumé des détournements ? Ça tombe bien, ça évite de parler, par exemple, de American Logistics Services, devenu depuis Lee Dynamics International, qui a touché un contrat de 11 millions de dollars pour construire 5 entrepôts d’armement en Irak, en béton, et les gérer. Depuis, l’armée américaine a suspendu leur contrat. À l’arrière même des entrepôts, on trouvait de simples containers de bateaux appartenant à Al-Assan, qui y faisait là son commerce à ciel ouvert d’armes détournées. « Plein de camions sortaient sans aucune autorisation », note un responsable local de l’approvisionnement de la police irakienne. On y rencontrait dès 8 heures chaque matin le colonel Levonda Joey Selph, de l’armée américaine. Venu pour prendre le thé, sans doute, les Irakiens étant les maîtres en la matière. L’individu est aujourd’hui ciblé par une enquête de l’armée sur ces activités délictueuses. Le hic, c’est que c’est un adjoint direct du général Petraeus, le grand responsable des armées en Irak, chargé de veiller au bon fonctionnement de la nouvelle armée irakienne. Cette armée nouvelle d’Irak s’entraîne à Kirkuk, grâce à un contrat de 48 millions de dollars du Pentagone emporté par Grumman, l’avionneur (?) dont le dirigeant est.. Donald Rumsfeld lui-même. « L’homme qui a privatisé la guerre ». Parmi les « entraîneurs », on retrouve en 2005 une figure bien connue des médias américains : Bernard Kerik, reconverti dans le métier après être resté quelques mois responsable du Homeland Security de W. Bush. L’homme est aujourd’hui... en prison aux États-Unis, il s’est rendu au autorités... plombant ainsi sérieusement la candidature de Rudolf Guliani, qui en avait fait le responsable de sa police new-yorkaise. (Oui, pendant le 11-Septembre également). Kerik est... un ancien repris de justice devenu chef de la police de New York. Ne souriez pas, nous, nous avons eu comme ministre de l’Intérieur... Charles Pasqua, ancien fondateur du SAC.

Disséminer les meutes en armes et crier ensuite au loup, il semble que la technique soit au point : le 29 août 2007 à 11 h 49 exactement, un mois à peine avoir perdu 200 000 armes, les Américains les retrouvent... Enfin, presque : dans un communiqué laconique ,« Washington somme Téhéran d’arrêter d’armer les insurgés irakiens. Depuis plusieurs mois, l’administration américaine multiplie les avertissements à l’encontre du régime iranien, qu’elle accuse de soutenir militairement les insurgés irakiens... ». Des AK-47 « iraniens », on parie. On trouverait dessus des inscriptions l’indiquant que ce serait parfait... Un code barre iranien, le must ! On peut aussi songer à cette étrange info survenu en 2004 : à Tikrit, des marines découvrent un stock de 100 000 kalachnikovs neuves, dont 80 000 cachées, selon eux, dans un hôpital. Les soldats qui assistent au transfert ont « les mains rouges de graisse », observent les militaires sur place, tant le matériel est intact. Le lendemain, on les retrouve soit chez Saffar, soit dans la rue, aux mains des « insurgés ». Pleines de graisse rouge. Un très bon article web (cf. ref. en bas de l’article) explique en détail les relations louches entre l’armée américaine et des franges armées manipulées. « A cursory look into some of the covert activities of the SAS, along with the equivalent Delta forces in the US, involving terrorist groups again reveals the fact that the British and US establishments are not engaged in fighting a war on terror, they are perpetuating the terror as part of their overall agenda ». L’idée développée dans le texte est la manipulation de l’opinion pour aboutir à un conflit avec... l’Iran , accusée d’amener des armes aux insurgés. L’auteur invoque le rôle trouble des SAS anglais en Irlande, et les méthodes qui sont les mêmes.

Mais les armes neuves (ou usagées !) viennent aussi d’ailleurs. D’un pays inattendu, coalisé de l’occupation de l’Irak, et responsable d’un scandale comme on a en rarement vu en matière de livraison d’armes. L’historique du contrat d’armement signé entre ce pays et le pouvoir irakien en place est à se rouler par terre. Même un film de Lautner fait sérieux, en comparaison. C’est tout simplement... hallucinant !

En réalité, les AK-47 de la nouvelle police irakienne viennent de Pologne, pays choisi par W.Bush pour installer ses missiles, en échange de donner du travail à l’industrie militaire polonaise. Et ce, « à la polonaise », ces vieux habitués des trafics de vodka et de matériel soviétique en tout genre : la commande de 36 hélicoptères et 600 véhicules passée, les contractants polonais fournissent des hélcicoptères d’origine russe vieux de 25 ans minimum (des Mil Mi-24 « Hind » dans un état de délabrement incroyable) et des voitures (neuves) pour la police made in Pologne, à savoir munies d’un blindage prétendu meilleur que celui des Humvees... L’engin s’appelle le DZIK (« sanglier »), c’est une simple camionnette Iveco entourée de tôles plus épaisses, dérivée d’une voiture de maintien de l’ordre. Ça se distingue davantage encore dans la version « pick-up », nommée « cargo ». Une fabrication made in Poland : 4 tonnes 1/2, monté autour d’un moteur de 150 ch, celui d’une voiture de tourisme ordinaire, le tout vendu 167 000 dollars (seulement) à la police irakienne. Juteux contrat, des autos mitrailleuses bricolées au prix des Ferrari. Aux premiers essais les journalistes américains ont été incapables de franchir une pente, l’engin se retournant comme un crêpe, et le moteur calait au moindre effort. Explication du constructeur : « The engine size was their decision, » raconte-t-il. « We adjust to the client’s requirements - and cost was a factor for them. » 150 ch pour 4,5 tonnes, l’engin a du nerf, c’est sûr, et en Irak les routes sont toutes en bon état, c’est bien connu également. Le journaliste essayeur relate que le moteur est l’équivalent d’une Mazda Miata (pour faire avancer un sorte de RangeRover blindée !). Beaucoup moins puissant que le véhicule dans lequel Rumsfeld traversait Baghdad en 2004 : lui prenait un autre IVECO, le Rhino Runner 2 de Labock technologies construit aux États-Unis. « 23 Passenger Armored Bus 2006 model available in black or sand-colored CARC paint ». « Valable en deux couleurs, noir ou »sable«  » et résistant à tout impact, dit le dépliant. La firme fait aussi dans le bus scolaire blindé, un must à l’américaine. Détail à savoir : l’engin américain, qui a aussi servi à amener Saddam Hussein à son tribunal, est doté d’un moteur de 240 ch, le double ou presque du « sanglier ». Dernier détail, quand les militaires et les policiers irakiens ont déballé leur DZIK flambant neufs, ils ont eu l’idée de tirer dessus à la Kalachnikov, comme ça, pour voir. La balle à traversé l’engin, comme elle traverse un Humvee. La vie d’un policier irakien ne vaut pas plus cher que celle d’un militaire américain. Et l’acier polonais... pas plus performant que les gilets pare-balles américains, dénoncés avec brio par un sénateur américain, partisan du plus performant (mais non testé par l’armée !) Dragon Skin. Pour mémoire, parmi les objets « égarés » par les militaires américain figurent 115 000 casques et autant de gilets pare-balles...« normaux ».

En fait, l’intégralité du contrat d’armes passé aux Polonais repose sur une escroquerie gigantesque. Au départ, en 2004, ce devait être Bumar comme firme, puis ce fut... Nour, une société installée... en Virginie ! Pour quoi elle ? Parce que la société, au dernier moment, annonçait un tarif imbattable (350 millions de dollars au lieu de 500 pour tous les autres !). Elle avait surtout été fondée par Huda Farouki, grand ami de... Ahmed Chalabi, l’actuel président du congrès irakien. Ce n’était pas son premier coup d’essai : lors des contrats Task Force Shield, destinés à protéger les champs de pétrole irakien, sa société avait eu, en août 2003, une large part du gâteau total, estimé à 147 millions de dollars. On lui en avait octroyé 42,8 millions pour entraîner 6 000 gardes pour protéger cette fois l’inftrastructure électrique du pays. Déjà, à cette époque, des AK-47 avaient disparu, comme les ordinateurs servant à la formation. Les dirigeants irakiens en place sont corrompus, on le savait, mais à ce point ! Ils ne font en fait que répéter leur modèle américain, qui profite financièrement de la guerre ! Finalement, des sénateurs américains vont faire dénoncer le contrat en 2005, qui va revenir... à la case départ, et donc à Bumar, en Pologne (qui renâcle alors à accueillir les missiles américains sans compensations). Six ministres irakiens font alors défection et quittent le gouvernement avec grand fracas : ils prennent aussitôt l’avion pour l’étranger, à se demander pourquoi... cette fuite aussi rapide. Les frères terribles polonais annoncent eux qu’ils vont accueillir les missiles américains, au grand dam de Vladimir Poutine : ils ont obtenu les compensations en ventes d’armes à l’Irak qu’ils souhaitaient.

Fournir, c’est bien, mais il faut aussi livrer sur place : c’est l’ancien ministre de la Defense irakien Hazem Shaalan qui dirige Bumar à Baghdad, et qui se choisit son propre adjoint comme responsable des contrats. Avant de fournir pour tout ce matériel militaire, notre homme, Ziad Cattan, n’était qu’un « simple vendeur de voitures d’occasion polonais, installé à... Baghdad ». « Avant encore, il n’avait vendu que des chaussures et des fleurs » comme il l’avoue lui-même en interview. Sidérant. Le voilà bombardé responsable d’un budget de 400 millions de dollars. « Ziad Cattan was a Polish Iraqi used-car dealer with no weapons-dealing experience until U.S. authorities turned him into one of the most powerful men in Iraq last year - the chief of procurement for the Defense Ministry, responsible for equipping the fledgling Iraqi army ». Le voilà en effet devenu par la grâce américaine une sorte de vice-ministre de la Défense.

Cattan avait passé 27 ans en Europe avant de rejoindre l’Irak... 2 jours seulement avant l’invasion américaine. Tous ses contrats, signés avec l’accord de Paul Bremer, le « proconsul de l’Irak » l’ont été avec une clause particulière d’exemption d’en référer au ministère de la Défense américain. Les« appels d’offres » américains atterrissent invariablement sur de bien étranges cibles, des sociétés sans aucune expérience préalable surtout. Toujours est-il que Bumar hérite à nouveau du contrat, fourgue les DZIKs calamiteux déjà décrits (600 véhicules !) et les hélicoptères promis, tous d’origine russe. Pour ce qui est des hélicos, une délégation de pilotes irakiens venus tester les Hind polonais reconfigurés à St-Petersboug, via Bumar... les a déclarés inaptes au vol. Tout juste bons à servir de curiosité aux Américains en goguette, qui adorent les piloter en cachette. Un peu vexé, le président de Bumar, Roman Baczynski a bien proposé en échange des Mil-17 de transport à la place, dont 8 exemplaires ont été construits de 1978 à 1986. On voudrait se moquer du monde qu’on ne ferait pas mieux. On équipe royalement la police ou l’armée irakienne de pièces d’archéologie aériennes et des véhicules blindés façon camionnettes de livraison, en se faisant un argent monstre au passage. Mil recommande de « scraper » ses hélicoptères au bout de 25 ans. Le plus récent proposé en avait 28 (NB : en france, nos derniers vaillants Super-Frelons de 1979 vont partir à la retraite... mais ce n’étaient pas des hélicoptères d’attaque... et leur entretien était fait avec grand soin).

On peut encore ajouter des fusils-mitrailleurs, des MP5 anglais (d’Heckler et Koch, qui équipent le Raid français) cette fois, le nec plus ultra en matière de compacité et d’intensité de tir. Le contrat stipule une vente à 3 500 dollars l’unité. Quand les policiers irakiens les déballent, ils éclatent... de rire (jaune). Les engins fournis sont de pâles copies égyptiennes, vendues à peine 200 dollars l’unité au marché noir de la mort, à Baghdad même. On ne s’arrête pas là : les balles de kalachnikof, dûment comptablisées par des petites mains polonaises sont vendues 16 cents l’unité. La balle se négocie partout dans le monde entre 4 et 6 cents. Les soldats américains se font tuer, mais ils ont au moins la satisfaction de constater que ça a coûté plus cher à l’administration américaine. Les morts, aux États-Unis, ont la valeur du plomb qu’ils ont dans le corps, c’est bien connu. Au marché noir de Baghdad, un fusil d’assaut AK 47 est vendu 25 dollars, un fusil léger américain modèle M-16, 84 dollars, un lance-roquette RPG-7, 350 dollars, et une mitrailleuse lourde anglaise Tommy à cylindre 42 dollars. On est loin, très loin, des tarifs annoncés aux contribuables américains. En France, on trouve des RPG-7 et 54 Kalachnikovs quand les policiers dénichent une cache de grand banditisme dans le Var. L’engin idéal pour s’attaquer aux convoyeurs de fond. L’essaimage irakien a des retombées jusque chez nous, contrairement à certains lecteurs d’Agoravox qui voudraient circonscrire le conflit à ses simples frontières. Un article récent assez effrayant du Monde indique que l’armement des banlieues françaises est loin d’avoir cessé. À la base, on retrouve les fuites d’armes du Kosovo. À la tête du trafic, un Croate, Radomic Micic, 42 ans, surnommé « Mitza » et deux Bosniaques, toujours en fuite. Leur stock d’armes impressionnant était planqué à Buverchy, un petit village discret de la Somme. Des armes et des « complets croates », ce qui signifie des faux papiers. Extrêmement inquiétant pour la politique intérieure française.

Et ce n’est pas fini : pour livrer le tout, on fait appel aux « Antonov de la mort », le surnom d’une compagnie très spéciale, Aerocom, détenue par un personnage incroyable, Victor Bout, fiché à interpol. Dans le monde, quand un Antonov 8, 12, 24, 26, 30 où 32 s’écrase, c’est-à-dire relativement souvent, étant donné le peu de maintenance qui prévaut chez Aerocom, une chance sur deux pour qu’il lui appartienne à la... Moldavie, pays d’origine de la société. Non, nous ne sommes pas dans le Sceptre d’Ottokhar de Hergé. L’homme est de tous les trafics d’armes à travers le monde. Ce sont ces avions qui ont fourni les premiers lots de AK-47, prélevés sur le stock de prise d’armes de la guerre des Balkans. On dénombre 350 000 armes de ce type qui ont transité par cette voie aérienne. Des prises de guerre... revendues au tarif fort, avec l’assentiment de l’Otan, qui a laissé circuler librement les avions de Bout. Ces derniers, en 2002, avaient exporté des AK-47 de la Serbie vers le Nigeria de la même manière.

Tous les moyens sont bons pour détourner l’argent. Parfois, il ne s’agit même pas d’armes. En juin dernier, le magazine AviationWeek révèle un autre beau scandale. Une firme alaskane, Shee Atika Languages LLC, a obtenu le 5 juin 2007 un contrat de 250 millions de dollars pour fournir des traducteurs à l’armée américaine, qui paraît-il en a bien besoin à Baghdad. La société censée se trouver dans... le Maine, à Rumford, au 94 River Street, Suite 300. Un journaliste qui a essayé de la contacter a constaté qu’il n’y avait personne à cette adresse. Le Special Operations Command qui a accordé le contrat est incapable de la localiser depuis. À côté se trouve pourtant une autre firme de traduction, International Management Services, qui a reçu, elle, 704 millions de dollars pour faire la même chose en Afghanistan. Et juste à côté encore Worldwide Language Resources. Les trois sociétés, en fait, partagent la même adresse postale. La première a été créée par un ancien agent des forces spéciales (Delta, comme par hasard), Lawrence Costa, la seconde par son fils, Stéphane, et la dernière par la veuve de l’ami de Costa, John Shaw, lui aussi ancien des forces spéciales. À eux trois, ils se partagent presque 1 million de dollars. Si la dernière possède bien une centaine d’employés, IMS n’en a que... quatre.

La guerre américaine a donc un coût pour le contribuable américain. Un groupe indépendant vient juste de l’évaluer. On en est à 611,5 milliards de dollars. Pour mémoire, il faut savoir que ça correspond à 530 jours d’essence gratuite pour tous les automobilistes américains (qui en consomment 1 453 598 125 litres par jour), ou à 17 fois le montant de l’assurance santé accordée cette année par l’administration Bush, ou à nourrir et éduquer la part la plus pauvre du monde pendant 7 années.

Des mitraillettes usagées vendues comme neuves, des prises de guerre revendues sous le manteau, des soldats qui revendent à l’ennemi leur propre matériel, des copies vendues à la place des neuves, des véhicules blindés en carton ou presque, des hélicoptères brinquebalants pour défendre le pays, des gilets pare-balles passoires, des traducteurs invisibles, l’Irak fait connaissance avec les tehniques de vente et la gestion de stocks américaines, à savoir le chaos et le pillage organisé, au seul profit de l’occupant, ou plutôt de quelques mafieux qui tirent seuls les bénéfices de l’opération.

La légèreté est de mise : on fournit des milliers d’armes, mais on ne possède aucun registre l’attestant. Des millions de dollars s’évaporent sans qu’une quelconque enquête ne démarre ou n’aboutisse. Sans que les représentants élus américains ne demandent de comptes à ceux à qui ils ne font que signer des chèques en blanc, en définitive. L’armée régulière a fait place à une myriade de compagnies de mercenaires, sans que l’Etat fédéral qui les envoie ne trouve à redire. Ces mêmes mercenaires qui mitraillent les populations en maîtres absolus du territoire qu’ils sont censés protéger. En fait, c’est donc aujourd’hui bien clair : les Américains en guerre rejouent Mash constamment, avec cynisme et dédain pour les populations locales. Bientôt des clubs de golf en plein Bagdhad, au milieu des corps ensanglantés des tueries kamikazes ? Ne souriez pas... au beau milieu de l’ambassade américaine, trôneront bientôt piscine, supermarchés... mais, non, pas de parcours de golf, ils n’ont pas osé cette fois !

Précisions : la référence de l’article sur la collusion entre services spéciaux et insurgés :
http://www.prisonplanet.com/articles/february2007/040207cell.htm
Les prisonniers irakiens sont 25 800 encore "ni inculpés ni jugés" :
http://www.saphirnews.com/500-prisonniers-irakiens-relaches_a7883.html

L’article, ayant été rédigé vers le 12 novembre, n’inclut pas les références aux événements récents, qui lui donnent raison sur la circulation intensive d’armes lourdes en banlieue française. L’article du Monde déjà cité est une bonne base, à laquelle on peut ajouter Libération et cet extrait "On sait que des millions d’armes circulent en France sous le manteau, au black. Des armes de chasse et de poing qui proviennent de cambriolages ou de trafics. On sait que les trafiquants et les délinquants des cités s’en servent entre eux : il y a de plus en plus de règlements de comptes". Pour Scheidermann, ce ne sont pas des armes nouvelles, elles datent de 15 ans. A Roubaix, récemment, un jeune, Donovan, a été tué en plein jour en pleine rue. Le reportage de LibéLille est assez édifiant. "Plus facile de trouver une arme qu’un stage", dit l’un des interviewés. En essayant sur le net, on trouve vite. En suisse, tout d’abord. Un petit tour sur un forum édifiant, et on y est vite, et en France. Et on trouve. Cher, mais on trouve. Le Saiga, la AK-47 russe, au même tarif. C’est moins cher qu’un Quad ! Sidérant !


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • CAMBRONNE CAMBRONNE 29 novembre 2007 14:01

    COPIE COLLE INDIGESTE

    Pour fournir votre étron quotidien vous ne rajoutez même plus une petite touche personnelle .

    Je n’ai lu qu’en diagonale mais il ne me semble pas avoir vu le nom de notre président de la république accolé à un nom d’oiseau .

    Vous vous perdez MORICE .


    • morice morice 29 novembre 2007 15:00

      Le gars, on lui explique d’où viennent les armes qui canardent NOS Crs (je suis républcain, monsieur), et le gars y dit « j’ai lu en travers ». Le CRS qui s’est pris une balle, il aimerait peut être savoir d’où ça vient... Il a juste eu le temps de « regarder de travers » le départ du coup, peut être. Votre légéreté n’a d’égal que le peut de cas que vous faites des forces de l’ordre en France, monsieur... Cambronne. Je vous pensais plus soucieux de ceux ui défendent vos biens, tout simplement...


      • CAMBRONNE CAMBRONNE 29 novembre 2007 15:18

        MORICE

        Une précision tout d’abord : Mes biens vous surprendraient peut être car si je déclare voter à droite je ne suis pas plus nanti que vous et j’ai comme vous probablement une retraite de fonctionnaire .

        En ce qui concerne les armes des banlieues, il est vrai que vous en parlez au milieu de votre article mais il ne me semble pas que ce soit l’essentiel du sujet que vous traitez .

        Pour l’instant les Kalachs ne sont pas sorties mais vous avez raison et ça peut venir .

        Je crois qu’on serait surpris du nombre de ce genre d’armes en circulation .Les interventions militaires françaises en ex Yougoslavie et en Afrique ont permis de récupérer beaucoup de ces armes qui n’ont pas toutes été détruites .

        Quelques petites histoires de trafics d’armes organisés par des militaires français sont sorties il y a quelques années .

        Quant à NOS CRS je me sens concerné par ce qui leur arrive car moi aussi je suis républicain . Il est à craindre que si ça se durcit ce seront les militaires qui prendront la relève .

        Vive la république quand même .


      • Avatar 29 novembre 2007 19:50

        Non, ils sont de gentils cow-boys venus pacifier (faut pas s’y fier smiley) des méchants arabes, après avoir pacifiés des centaines de milliers d’amérindiens avec les méthodes que l’on connait...

        Dire que la firme Colt osa appelé un de ses revolvers le « PeaceMaker » !!!


      • Avatar 29 novembre 2007 21:04

        Oui, au prix de presque un million de morts en quatre ans d’invasion illégale. (vous vous souvenez, les ADM ?)

        Saddam Hussein a fait environ 2 millions de morts en 35 ans de dictature...


      • Avatar 29 novembre 2007 21:36

        Mage Arthur,

        Jusqu’à l’été 2006 : 650 000 morts reconnus par l’étude de The Lancet, la célèbre revue scientifique britannique et nous sommes bientôt en 2008 Arthur...

        http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2006/10/11/004-irak-bilan-victimes.shtml

        http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1238

        http://www.wsws.org/francais/News/2006/octobre06/131006_irak.shtml

        http://en.wikipedia.org/wiki/Lancet_surveys_of_mortality_before_and_after_t he_2003_invasion_of_Iraq

        Vos sources sont Candides...

        Voltaire disait : « L’optimisme, c’est la rage de soutenir que tout va bien quand tout va mal... » smiley


      • Avatar 29 novembre 2007 21:42

        Et sachez que ces mêmes méthodes scientifiques ont été utilisées pour évaluer la mortalité dans les drames du Darfour et du Kosovo...


      • Avatar 29 novembre 2007 21:56

        Ah, ça y’est j’ai retrouvé un lien vers l’étude en question :

        http://i.a.cnn.net/cnn/2006/images/10/11/human.cost.of.war.pdf

        Page 14.

        Et ce lien car je sais que vous appréciez la presse étatsuniennes pour son objectivité smiley pour décrire la réalité de ce que vive les irakiens sur place depuis l’invasion US-UK...



      • morice morice 30 novembre 2007 02:00

        Mage, On se demande parfois pourquoi on écrit le « premier gouvernement démocratiquement élu d’Irak » est corrompu au dernier degré, et cet article le démontre par A+B. On doit donc crier en choeur « longue vie aux corrompus » ? Le chiffre de 650 000 est un vision basse : on compte aujourd’hui entre 900 000 et 1,2m de morts total, tous civils. Les 30 000 de Bush doivent à peine couvrir les exactions à Faloudja, qui a subi le phosphore et le napalm. Faut vous montrer les photos pour que vous puissiez accepter l’idée ? Si vous pensez que c’est démocratique, grand bien vous fasse. Faudra apprendre ce qu’est le clientèlisme, pourtant décrit dans ce texte, et le pillage des richesses nationales. Il faudrait vous rendre à l’évidence qu c’était certes un dictateur avant ,mais ils avaient l’électricité 8 h par jour. En moyenne, aujourd’hui c’est 1 heure. Imaginez les médicaments en hopitaux, et vous aurez une idée de la détresse des soins pour enfants. Mais ça, c’était pire avec Saddam : eh bien non. Tortionnaire de son propre pays, certes, et on le répète. Aujourd’hui, le pays est aux mains de ceux qui le pillent. Si vous préférez, pourquoi pas..Mais faudra sérieusement revoir vos sources. A Faloudja, on peut parler de génocide : les chefs de famille ont été abattus dans leur lit, une balle dans la tête. Des quartiers ont été bombardés au phosphore. Même ça Saddam ne l’avait pas fait. Pas un reportage télé sur Faloudja, que des photos volées..elles ne sont pas belles, figurez-vous. Arrêtez de croire ce qu"on vous donne à manger dans votre téléviseur. Coninuez à vous méfier des sondages, mais regardez au moins les photos. Pendant le raid israelien au Liban, on a utilisé des armes interdites par la convention de Genêve. Pas beau à voir non plus. Ce sont les guerres qu’il faut bannir, et ceux qui les font. Le procédé mis en place n’est pas l’accession à la démocratie, mais la mise en place d’une ploutocratie servile. Tout, sauf la démocratie.

        « la grande majorité des irakiens combattent aux côtés des armées coalisées, » ça reste à pouver : les milices mises en place se retourneront contre leurs alliés au premier prétexte venu. Les rivalités interconfessionnelles ont été entretenues pour qu’il n’existe pas de pays. Les américains préfèrent de loin un régime croupion qui sert leurs seuls intérêts, C’est ça qui a été « élu ». Croire le contraire, c’est ne pas avoir bûché très loin la question.

        « le Monde et plus sûr depuis que Saddam Hussein ne dirige plus l’Irak » autre hérésie : le monde est MOINS sûr, car les états se sont tous engouffrés dans la théorie du terrorisme obligatoire. Résultat : privations progressives des libertés individuelles, contrôle et surveillance renforcée : c’est donc tout l’INVERSE ! Cette accroissement policier crée de nouvelles tensions ,et le cycle recommence... C’est devenu moins sûr qu’en 2001. A tout moment, la France peut être touchée, avec des déclarations incendiaires de soutien inconditionnel à Bush. C’est devenu MOINS sûr, il faudrait vous en rendre compte ! Ben Laden a été ressorti aujourd’hui de son tombeau médiatique pour nous le répéter : il cite ce soir Sarkozy comme adversaire. On ne m’hôtera jamais de l’esprit qu’il est drôlement pratique, ce Ben Laden : à CHAQUE FOIS QUE BUSH A VOULU CONVAINCRE, il a été ressorti. On aurait voulu convaincre notre président des bienfaits de la lutte contre « l’axe du mal », cette appellation qui regroupe tout et son contraire, qu’on aurait pas fait mieux. En prime, on a plus que le son tant la dernière marionnette Laden prêtait à sourire (teindre une barbe avec Photoshop !). Raisonnez, que diable : il sort de sa boîte pour VOUS faire peur et AIDER Bush. Rien d’autre ! Raisonnez !!!


      • Avatar 30 novembre 2007 16:56

        Au Mage Arthur,

        Par définition, Il n’y a pas d’élection libre dans un pays occupé...


      • morice morice 30 novembre 2007 22:06

        « Se procurer une arme de guerre sur internet est donc un jeu d’enfant, CQFD. Mais, le lien ci-dessus renvoie vers un armurier on ne peut plus légal ! »..C’est exact Tigrou, les armes ne s’achètent pas chez les armuriers.Mais peut être qu’avec ç on a déjà une idée des tarifs,Non ? « D’ailleurs, les CRS ont été blessés par des fusils de chasse qui, à courte portée » du plomn, ou beaucoup de plomb mais aussi du 22. Je ne vais pas attendre le décès d’un CRS pour savoir si c’est bien du 7,62, voyez-vous. La prochaien fois, je le répète, j’invente tout et ne mets aucune référence ni traduction : « compilation d’hyperliens »vous dites, méprisant et hautain. Allez-y, pondez, on attend vos œufs sur Agoravox : marrant vous critiquez ce que je dis en prenant la position du tireur couché. C’est la MOINS FATIGUANTE, je vous l’avoue. Désolé de vous avoir réveillé !


      • morice morice 30 novembre 2007 22:19

        Mr Lyon, quand vous cesserez d’aboyer les slogans de l’extrême droite profonde (c’est inclus dedans ?), vous arriverez peut être à PARTICIPER à un forum.« racaille sunnite » aujourd"’hui... demain quoi ? Votre vocabulaire, Mr, a plus de 60 ans. Vous êtes de plus en plus chaque jour une erreur de l’espace temps. Ou alors, vous avez eu un accident cérébral en 1933, et vous venez juste de sortir de coma : sinon, on ne comprend pas cette propension, chez vous, à parler comme l’adjoint d’une chemise brune en mal de reconnaissance. Achetez vous des livres, Mr Lyon : on est au XXIe siècle et je suis désolé de vous l’apprendre, ça va vosu faire un choc : Hitler est mort, voyez-vous.


      • Hermes Hermes 3 décembre 2007 14:48

        Oui bien sur, c’est ça, comme dans star wars ....


      • Hermes Hermes 3 décembre 2007 14:52

        C’était en réponse au Mage Arhur.


      • Zenobia Zenobia 9 décembre 2007 08:58

        A ce degré de pathologie extrême-droitiste, cela se soigne..ou pas d’ailleurs.... Que disait Lacan déjà ???? La psychanalyse est un remède contre l’ignorance, elle est malheureusement sans effet sur la connerie...

        Et j’ajoute tel Desproges puisque vous semblez être un illuminé de la cafetière messianiste : Dieu est peut être éternel mais certainement pas autant que la connerie......


      • morice morice 30 novembre 2007 00:14

        Bien entendu, bien entendu, Dom22. PM et Fm c’est pas la même chose, et ça se tape presque pareil au clavier : le sour marin iranien est de la bonne classe, alors qu’un lecteur lui l’appelle autrement, mais bon, et vous n’êtes pas allé chercher et traduire en litres la consommation américaine. La prochaine fois ,je la laisse en gallons : ça sera nettement moins parlant pour les lecteurs, mais j’aurai pas le « rangnangnan il s’est trompé d’une lettre sur une arme ». De toutes façons je vous donne l’explication : oui je n’aime pas les armes et ne souhaite pas, MOI, en devenir le spécialiste. Z’avez qu’à nous expliquer, vous, si l’arrêtoir de culasse d’un HK-416 est à gauche ou à droite (hein, c’et où ?). On essaie de faire un article de fond, assez copieux, d’ailleurs... bingo, au milieu y’a une erreur d’une lettre : l’article non seulement n’est pas bon mais tous les autres avec... vous savez comment ça s’appelle, comme critique, ça mossieur Dom22 : du foutage de g.... Non mais. Gagne petit, on dit, là, et en restant poli... Restez assis à votre fauteuil, c’est top fatiguant là je pense... manque une virgule, au fait, aussi à la 87 eme ligne, à gauche, non pas là. Là..et une faute d’orthographe de Mr Dom22 à la dernière ligne de sa remarque productive de...3 lignes et 1/2. Y’a des jours, Mr Dom22, où c’est fou ce qu’on a envie d’amener des infos aux autres, vous ne pouvez pas savoir... Allez merci quand même, le jour où on me tire dessus, je saurais de quoi je meurs, et je vous en remercie donc. Ça rassure, vous n’imaginez pas. PM (post mortem).


      • Céphale Céphale 30 novembre 2007 03:52

        Merci, cher Morice, pour cet article précis et documenté. C’est inquiétant parce que la prolifération d’armes légères illégales dont le foyer est en Irak touche l’Europe et la France.

        Je ne comprends pas ce qui détermine l’emplacement des articles sur la page AgoraVox. Mon article sur le pouvoir d’achat y est resté peu de temps et en mauvaise place. Demian West a eu plus de chance. J’aime bien les Rita Mitsouko, mais comme son oraison funèbre est lamentable, je n’ai pas fait de commentaire.


        • morice morice 30 novembre 2007 07:35

          Disons que Mr West bénéficie d’une mansuétude qu’on a du mal à expliquer. Tant qu’il en reste aux oraisons funèbres, remarquez.. il ne s’en prend pas aux vivants !


        • morice morice 30 novembre 2007 07:57

          Bobos ? C’est quoi la définition ? « Vieux con » je veux bien en ce qui me concerne, bobo c’est insultant... ah ah !


        • morice morice 30 novembre 2007 08:09

          Entièrement d’accord, pour une fois, Calmos : on n’a aucune envie de lui ressembler : on ne sait même pas tenir une pinceau ! La nécessité fait loi, chez Agoravox ?


        • morice morice 30 novembre 2007 08:10

          un pinceau pardon !


        • morice morice 30 novembre 2007 08:36

          Ah tu vois je ne dirais pas çà ... ça fait un peu penser à Moretti parfois (que je n’aime pas du tout http://membres.lycos.fr/raymondmoretti/ !), mais bon... j’ai déjà dit ici que ce n’était pas mal. Sachons distinguer le talent des autres. Faudrait qu’il peint Agoravox (au rouleau ?)


        • ZEN ZEN 30 novembre 2007 09:12

          @ Philippe

          Et il a toutes les faveurs du Prince...

          Un temps exclu du royaume, il fut réhabilité et chargé d’une noble tâche : amener au royaume le plus de fidèles possibles par ses bouffonneries..


        • Céphale Céphale 30 novembre 2007 08:50

          Calmos n’a rien publié, et pour cause : il ne sait écrire que des insultes et des grossièretés.


          • morice morice 30 novembre 2007 08:57

            Ah ça ça se tient comme théorie... « Arriver au talon de DW », c’est en effet une insulte gravissime. Heureusement qu’il ne remonte pas plus haut..


          • frédéric lyon 30 novembre 2007 09:09

            Nos amis sunnites, qui viennent nous emmerder chez nous pour prendre la défense de leur führer bien-aimé, le sinistre Saddam Hussein pendu haut et court par ses anciennes victimes, n’auront bientôt plus d’espoir : le succès éclatant de l’armée américaine en Irak se confirme tous les jours.

            Applaudissons cette victoire, et félicitons les chiites et les kurdes irakiens d’avoir su tenir leurs nerfs face aux provocations criminelles de la racaille sunnite qui a recruté dans tous les pays musulmans des tueurs sans scrupule, qui ont eu la bonne idée d’aller se faire tuer en Irak par dizaine de milliers.

            Mais que pouvaient faire ces chiens contre la majorité écrasante du peuple irakien ? Les pauvres sont des experts quand il s’agit de perdre des guerres ! En revanche ce sont des experts quand il s’agit d’emmerder tout le monde avec leurs enfantillages.

            A la niche !


            • nick 30 novembre 2007 11:21

              @Frédéric,

              Qui sont ces « amis sunnites qui viennent nous emmerder chez nous » ? Je comprends pas...


            • moebius 30 novembre 2007 13:27

              Hallucinant ! ce traffic...


              • Tigrou 30 novembre 2007 18:44

                Dommage que cet article sombre dans le sensationnalisme !

                « Plus facile de trouver une arme qu’un stage [...] En essayant sur le net, on trouve vite. En suisse, tout d’abord. Un petit tour sur un forum édifiant, et on y est vite, et en France. Et on trouve. Cher, mais on trouve. Le Saiga, la AK-47 russe, au même tarif. C’est moins cher qu’un Quad ! Sidérant ! »

                Se procurer une arme de guerre sur internet est donc un jeu d’enfant, CQFD. Mais, le lien ci-dessus renvoie vers un armurier on ne peut plus légal ! Pour acheter la Kalasch en question, qui est une arme classée, il faut donc :
                -  Une autorisation préfectorale, accordée, ou non, après enquête des RG. Le Préfet n’a pas à justifier un refus. Inutile de dire qu’en cas de début de commencement de casier judiciaire, ou d’un fichage par la police, c’est le refus assuré.
                -  Etre inscrit dans un club de tir.
                -  Se voir accorder, ou pas, par le président du club un avis favorable.
                -  Pouvoir justifier d’une pratique régulière de ce sport (inscription des séances de tir sur un document).
                -  Effectuer 3 ou 4 séances de tir par an sous le contrôle des moniteurs du club, qui valident ou non ces séances.
                -  Posséder un coffre-fort pour y enfermer ses armes (justificatif obligatoire).

                Cette autorisation doit être renouvelée tous les 3 ans (et il faut donc recommencer le manège ci-dessus !!!)

                Bref, les filtres sont nombreux, et on voit mal un petit malfrat avoir la possibilité d’acheter légalement une arme. D’où le recours au marché noir. De plus, vous vous voyez canarder les forces de l’ordre avec une arme comportant un numéro de série associé à votre nom dans le fichier de la préfecture !!!

                D’ailleurs, les CRS ont été blessés par des fusils de chasse qui, à courte portée, vous tueront plus certainement qu’une kalasch. Mais ici, l’auteur se prend les pieds dans son incompétence, ou dans le fantasme de la kalasch, l’arme des révolutionnaires, de la subversion ... Ca fait tellement mieux...

                Comme quoi une compilation d’hyperliens n’a jamais fait un bon article.


                • morice morice 1er décembre 2007 23:48

                  Nouvelles de la vie irakienne : http://www.nytimes.com/2007/12/02/world/middleeast/02baghdad.html?_r=1&hp&oref=slogin En résumé : là-bas, tout le monde vole tout le monde, et surout.. l’état. Comment voulez-vous installer un état dans ces conditions ? « even as security has improved, Iraq has slipped to new depths of lawlessness ». One recent independent analysis ranked Iraq the third most corrupt country in the world. Out of 180 countries surveyed, only Somalia and Myanmar were worse, according to Transparency International, a Berlin-based group that publishes the index annually.

                  Remplacer un dictateur par la corruption, c’est ça la démocratie ?


                  • morice morice 7 décembre 2007 23:26

                    Et tous les jours on trouve... ou plutôt on ne trouve plus : http://www.cbsnews.com/stories/2007/12/06/iraq/main3584247.shtml extrait :Auditors for the Inspector General reviewed equipment contracts totaling $643 million but could only find an audit trail for $83 million. 83 millions de dollars égarés...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires