• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Leader d’opinion, les clés de la réussite

Leader d’opinion, les clés de la réussite

Leader d'opinion : les clés de la réussite. 
Ou comment, dans un monde totalement interconnecté et, par conséquent inondé d'informations, de désinformations, se donner les moyens de réussir une diffusion de ses idées, analyses de faits de société et commentaires politiques suffisamment appréciée et suivie pour compter parmi les leaders d'opinions.

Opinions,Journalisme,Politique,Société,Médias,People.

.

OPINIONS ou CONVICTIONS

Lors d'un débat, d'une discussion, d'un article, on s'apercevra que deux tendances principales émergent assez rapidement selon que certains soutiendront, sans forcément beaucoup de convictions, une idée globalement partagée par des "élites" médiatiques, politiques essentiellement préoccupés par le ralliement du plus grand nombre à une ligne éditoriale, à une idéologie, une propagande.
Le but étant plus de servir leurs intérêts commerciaux en fidélisant une audience qui contribue à préserver leur activité médiatique, journalistique pour les uns et, pour les autres, de convaincre un maximum d'électeurs de manière à leur assurer un plan de carrière politique le plus glorieux, le plus rémunérateur possible.
D'autres, certes beaucoup moins nombreux mais éminemment plus intéressants tentent de contribuer aux débats de société en distillant des propos critiques, des idées la plupart du temps en contradiction avec le consensus mou autrement qualifié de "politiquement correct" qui, quoique majoritaire auprès des bien-pensants, manque de fond, tant ces discours lénifiants sont sans surprise, lisses et insipides d'où leur audience forte car ne choquant personne.

Chacun connaît les noms de ces pourfendeurs de la prose médiatico-politique habituelle qui, pour ces polémistes n'a que le mérite d'annihiler toute capacité à la réflexion, à la contestation
Aussi, il n'est que normal que ces "empêcheurs de tourner en rond" soient l'objet de railleries, de quolibets et d'insultes émises soit pour détourner le public du fond du débat, soit pour occulter leur manque d'arguments face à ces maîtres de la remise en question de toutes les idées communément réputées comme inattaquables.
Parmi les insultes les plus utilisées par les plus soumis à un entre soi corporatiste, celles de racistes, de xénophobes, de fascistes suivant le sujet et/ou la gradation nécessaire à clore le débat sont récurrentes tout en ne démontrant que la volonté non pas de débattre mais bien de protéger la propagande simpliste dont ils sont les tristes porte-paroles.

OPINIONS et CONVICTIONS : RESEAUX SOCIAUX

Les réseaux sociaux et plus spécifiquement Facebook ont réussi, au grand dam des tenants du "politiquement correct" et du consensus utile, à exacerber tout débat en une confrontation certes parfois violente voire grossière qui, n'en déplaise aux adeptes d'une acceptation des discours consensuels tels que décrits plus haut, reflète bien plus réellement l'opinion et ses courants que toute autre évaluation réalisée via sondages approximatifs.

Il est évident que la parole libérée de tout carcan médiatico-politique qui, en réaction, fustige ces réseaux sociaux alors même qu'ils ne sont que le reflet authentique de la réalité d'une société en déliquescence opposée, fracturée que, par intérêt bien compris, ceux qui s'auto-proclament "élites" s'évertuent à faire semblant de refuser de peur que ce constat d'échec qu'il disent nier ne leur soit reproché avec les conséquences qu'on imagine pour le maintien de leurs privilèges et mandats.

Sachant cela, il est évident qu'être un leader d'opinions de type polémiste relève sinon de l'exploit au moins de la stricte observance d'une discipline qui, quoiqu'il en coûte en termes de fierté personnelle, de frustration bien légitime, passe par le refus absolu de répliquer aux commentaires, y compris ceux qui, via des insultes personnelles, n'ont la capacité intellectuelle (facilement détectable) d'argumenter le fond de l'article posté.
Ainsi vaut-il mieux que l'absence de réactions aux insultes apparaisse comme un bien réel mépris pour ceux qui vous provoquent plutôt que d'entrer dans le jeu malsain de ces derniers.
Car, il serait illusoire de croire que tous les commentaires postés à la suite d'un article sont l'œuvre de personnes ayant pris le temps de lire votre publication en entier voire de l'avoir comprise d'où les inévitables insultes personnalisées qui n'ont aucun rapport avec les sujets polémiques évoqués.
Bien évidemment, vous pouvez aussi choisir de modérer les commentaires avant publications mais ceci risque de vous prendre beaucoup de temps et, surtout, après une certaine accumulation de "bêtises" lues à supprimer de provoquer l'envie de répondre, de remettre les pendules à l'heure et de souligner ces idioties vous entraînant de facto dans une suite de réponses inutiles.
Aussi, le conseil serait de n'autoriser tout commentaire non pas sur votre blog/site principal mais bien sur toute déclinaison de vos publications postées via les multiples applications et réseaux sociaux à votre disposition.
Certes, ceci ralentira le flux de visites vers votre site mais garantira sa qualité.

L'important pour construire, maintenir et développer un réseau significatif qui suit vos publications n'est pas de courir après un nombre de "faux amis" mais plutôt de veiller à ce que le nombre d'abonnés soit en augmentation.
De même que, plus lors des réactions à vos commentaires, le nombre d'insultes ne soit qu'une fraction minoritaire face à l'adhésion que vos opinions susciteront.
Ne perdons pas de vue qu'à la différence d'un élu, d'un journaliste, le but d'un leader d'opinions, même si celui-ci avoir été auparavant élu ou journaliste, réside dans son indépendance d'esprit et de lobbys par son ouverture à la contestation, aux débats d'idées contradictoires, à l'argumentation de convictions et non dans l'affirmation, somme toute assez bornée d'une opinion partagée par le groupe duquel il est issu ou envers lequel il est redevable. 

Veillez à entretenir votre réputation par la mise en ligne régulière d'articles originaux postés sur votre blog ou site personnel même si ceux-ci enregistreront une audience plus faible que quelques phrases postées au bas d'un article sur les réseaux sociaux.

CONCLUSION

Si, jusqu'il y a peu, la quantité des canaux de diffusion était limitée et ne permettait qu'à quelques individus, tribuns, philosophes, religieux de s'exprimer, de convaincre le "peuple", l'évolution de la technique a permis d'ouvrir le champ de la communication aux chefs de partis politiques, aux lobbys financiers, aux entreprises commerciales.
Seule la parole individuelle ne pouvait s'exprimer sinon au travers d'hypothétiques groupements et associations avec, toujours l'expression de ces ensembles réduite à une synthèse généraliste, imparfaite.
Jusqu'au moment où grâce à Internet et ses réseaux sociaux, la parole, la libre expression se libère... et fait déjà peur à ceux qui, comme décrit plus haut, se satisfaisaient d'exprimer, au supposé nom de tous, la "bonne" parole !.
Par conséquent, tout quiconque peut devenir un leader d'opinions en vertu de ses seules qualités intellectuelles, philosophiques, scientifiques et ne doit en rien être un "people" ou un membre d'une corporation médiatique, politique quelconque pour diffuser ses idées, ses conclusions et rassembler un maximum d'individus en accord avec celles-ci.
Sans participer à l'affichage médiatico-politique quelque peu suffisant qui se colle à elle-même l'étiquette d'élite, il faut néanmoins disposer d'un bagage intellectuel suffisant, idéalement de type universitaire sans quoi, rien ne distinguerait les inepties d'une Nabilla et la horde de "vedettes" de télé-réalités ou un Hanouna et autres animateurs de talk-show ayant un avis sur tout et n'importe quoi et qui, pourtant affichent tous et toutes des scores importants sur Instagram, YouTube, Twitter et Facebook d'articles, publications, débats des Attali, Sifaoui, Zemmour, Onfray, Finkielkraut et autres intellectuel(le)s de renom.

Pour exemple : un des livres de celui qui suscite le plus de réactions voire de haine, Eric Zemmour. 
Lien, cliquez sur : Le Bûcher des vanités 2 (E. Zemmour) 
Quant à cet autre intellectuel polémiste bien connu M. Onfray, retrouvez son site en cliquant ICI 

Toute opinion aussi débile puisse-t-elle être ou paraître est respectable et ce sera aux individus à juger si leur savoir, leur bagage intellectuel est plus en accord avec les élucubrations des uns ou les raisonnements des autres.
Ce qui, n'en doutons pas, en fonction des approbations respectivement obtenues confortera l'"élite politico-médiatique" dans leurs certitudes que le matraquage d'idées simplistes, binaires saura leur assurer pour quelques temps encore un bel avenir...

Pour conclure et en revenir aux clés de réussite indispensables à tout leader d'opinions, celui-ci se doit de considérer qu'une fois son article, son opinion publiée, postée, celle-ci ne lui appartient plus et que, librement sur les réseaux sociaux, elle cheminera au gré des clics, des réactions positives ou non en incitant vos abonnés et/ou lecteurs d'un jour à débattre quelquefois violemment, parfois grossièrement, au départ de ce que vous aurez posté sans que vous ayez à féliciter ou à sanctionner vos contradicteurs.
Un leader d'opinion, surtout s'il est polémiste non dans la volonté (comme certains animateurs, chroniqueurs d'émissions "talk-show") de nuire, d'humilier tant le débat est inexistant lorsque celui qui est censé l'animer n'accepte aucune remise en cause de ses seuls propres "arguments" mais bien dans la satisfaction de constater que son raisonnement, fut-il ironique, moqueur mais jamais ni insultant, ni vulgaire, emporte sinon une adhésion massive, au minimum le respect de ceux-celles qui, tout en partageant pas ces analyses de faits de société ou de politique, ont l'ouverture d'esprit et le bagage intellectuel suffisant pour y apporter leurs propres conclusions.
Quelle jouissance extrême résultant de cette forme de masturbation intellectuelle lorsque la vigueur des réactions contribue à alimenter votre débat jusqu'à accepter que pour certain(e)s inaptes à la confrontation des mots, des idées, leurs seules réactions ne se résument qu'à des insultes vulgaires, de plus rarement correctement orthographiées.
 

C'est cela (aussi) la liberté d'expression !.

Profil Facebook de l'auteur :
Page L' INFOTOX Facebook : Cliquez ICI Facebook 
Page L' INFOTOX Twitter : Cliquez ICI Twitter 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • DTC (---.---.195.185) 15 septembre 2016 16:27

    Et ça sert à quoi d’être leader d’opinion, ainsi que l’opinion d’ailleurs (fausse ou vraie) ? j’ai déjà une réponse, mais je vous en prie.


    • François Vesin François Vesin 15 septembre 2016 23:13

      Qui, moins que M. Onfray, prétend vouloir être un « leader d’opinion »  ?

      Contrairement à des BHL, Kouchner, Fabius ...et leur cliques polémistes,
      avez-vous jamais retrouvé Onfray complice de crimes et/ou d’exactions ?

      Connaissez-vous un président de la République qui ait jamais entraîné
      notre pays dans des guerres, des « ingérences humanitaires » etc. sous la
      pression de Michel Onfray ?

      Pendant que les bouffons germanopratins éructaient en boucle sur la menace 
      Le Pen, qui a créé une université populaire, accessible gratuitement à qui le veut 
      pour autant qu’il soit acquis aux règles élémentaires du dialogue, du respect et de
      la considération d’autrui...etc...des valeurs basiques de la République ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires