• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Légion d’honneur : les honneurs de la République, vraiment (...)

Légion d’honneur : les honneurs de la République, vraiment ?

La république sait récompenser ses plus fidèles serviteurs. Cependant il semblerait qu'il y manque parfois un peu de discernement.

« La maladie la plus répandue en politique est l’amnésie » déclarait il y a quelques années l’académicien et journaliste André Frossard. Il en est aussi vrai pour les honneurs de la république, savez-vous, les distinctions, médailles, placards dorés, sièges dans des comités Théodule et autres niches dorées qui finalement coûtent chères aux contribuables et malgré les déclarations de bonne volonté de tous les gouvernements, gauche et droite confondues.

Une médaille ? Cela fait désuet mais c’est joli sur un veston ou un tailleur. Ça pose et en impose à l’interlocuteur. Normalement, et si nous nous limitons à la seule légion d’honneur, cette récompense créée par Napoléon devait récompenser des "mérites éminents acquis au service de la nation soit à titre civil, soit sous les armes", précise le Code de la Légion d'honneur. Toute la question réside dans ce qui est appelé « mérites éminents » et on voit vite que la République aura une vision très différente de ces mérites là, en fonction des proximités politiques ou non, des efforts économiques pour la nation, etc.

Evidemment, dans notre pays où tout est sujet à contestation et où la mémoire est proportionnelle à l’appartenance politique du moment, les médias s’emparent régulièrement du sujet pour dénoncer tell ou telle attribution. A l’évidence, l’attribution de la légion d’honneur agace et ne laisse jamais indifférent. On peut lire que c’est incompréhensible que Line Renaud soit élevée le 21 novembre 2013 au grade de grand officier de la Légion d’honneur par François Hollande. On conteste que Nicolas Sarkozy décore Jacques Servier alors que l’affaire du Mediator vient d’éclater. Les bons esprits voient toujours dans l’octroi de ces récompenses, des manigances et des manipulations, les remerciements pour des actes coupables…

Faut-il préciser comment s’accorde la légion d’honneur ? Pour être admis au grade de chevalier, il faut justifier de services publics ou d'activités professionnelles d'une durée minimum de vingt années, assortis dans l'un et l'autre cas de mérites éminents. Sauf cas exceptionnels. On ne demande jamais la légion d’honneur pour soi car il faut trouver un parrain qui va constituer un mémoire justifiant la proposition de décorer un individu. Il convient donc de suggérer à un parrain de demander la légion d’honneur pour soi… Bien entendu, nombreux sont aussi les cas où les autorités publiques décident en votre nom de l’octroi d’une décoration mais ces autorités sont obligées de demander si l’impétrant est d’accord ou non. On se souvient du refus de Brigitte Bardot de recevoir la légion d’honneur…

Tous les présidents de la République ont décidé à un moment ou à un autre de récompenser des individus de leurs entourages. Petite liste de remise de décorations surprenantes :

François Mitterrand avait remis les insignes de la légion d’honneur à :

  • Gilles Ménage, Michel Delbarre, Louis Schweitzer, Christian Prouteau et Paul Barril : tous inculpés dans les affaires d’écoute de l’Elysée ;
  • Le général panaméen Noriega, condamné pour trafic de stupéfiants et violation des droits de l’homme ;
  • Henri Emmanuelli, trésorier du PS, condamné dans le scandale Urba à 18 mois de prison avec sursis et privation de ses droits civiques ;
  • Les frères Chaumet, inculpés d’escroquerie après leur faillite et une perte de 1.4 milliard ;
  • Yves Challier, affaire du Carrefour du développement – honoré de l’Ordre national du Mérite ;
  • Le colonel de Lesquer, responsable du service Action dans l’affaire du Rainbow Warrior.

Jacques Chirac :

  • le banquier japonais Shoichi Osada, emprisonné après la faillite frauduleuse de son établissement.

Nicolas Sarkozy :

  • Robert Bourgi, le porteur de valises de la Françafrique ;
  • Guy Wildenstein, le marchand d’art accusé de « détourner » quelques biens de ses clients ;
  • Nicolas Bazire, coupable de compromission dans l’attentat de Karachi ;
  • Patrice de Maistre, le conseiller zélé de Liliane Bettencourt ;
  • Ali Bongo, président héritier du Gabon ;
  • Isabelle Balkany, condamnée pour « prise illégale d’intérêt » neuf ans avant sa remise de décoration ;
  • Jacques Servier fait officier de la légion d’honneur par Philippe Seguin, commandeur par Dominique Strauss-Kahn, grand-officier par Jacques Chirac, grand-croix par Nicolas Sarkozy.

Il convient donc de mesurer les critiques à l’égard des autorités politiques. Même si une médaille comme la légion d’honneur ne sert à rien en soi, c’est toujours mieux de l’obtenir puisqu’elle fait plaisir à celui qui la reçoit et à celui qui la décerne…


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Le421 Le421 1er février 2014 17:32

    C’est un peu devenu « gamin » cette histoire...
    L’occasion de faire un bon casse-croûte et un article dans la gazette locale.
    Mais pour nous, les « manants », cette breloque ne veut plus rien dire, voire attire la suspicion ou le rejet...


    • christian pène 1er février 2014 17:42

      la République par le mensonge d’État a surtout créé la légion du DESHONNEUR....il suffit de considérer la démographie de la racaille décorée dont des communistes coupables de crimes contre l’humanité jamais jugés.....


      • Le421 Le421 2 février 2014 13:28

        Surtout les communistes !! C’est totalement indigne d’être corrompu en étant de gauche.
        Quand on est de droite, être pourri, c’est une excellente carte de visite.


      • christian pène 1er février 2014 17:49

        Sarkozy a aussi décoré des communistes dont rené ANDRIEU ex-rédacteur en chef de L’HUMANITÉ journal d’opinion subventionné dont l’opinion est la contre-vérité.....c’est en effet Lénine qui a écrit : « il faut celer la vérité ».....comme quoi le communisme n’est pas viable mais doit être imposé par les leviers de la subversion..... : mensonge , désinformation, discréditer l’ennemi ,.......c’est exactement ce que font les aboyeurs de l’intelligentsia mondialiste en se référant à des valeurs républicaines qu’ils n’ont jamais voulu lister parce que ce sont des brigands.....

        Ainsi le président de la République à la française n’est -il jamais que l’ennemi (DU) public n°1.......c’est ce qu’ILS appellent le comportement citoyen.....SRC veut ainsi dire socialiste républicain (ce qui est redondant) et C comme CRÉTIN ou CORROMPU....


        • claude-michel claude-michel 2 février 2014 11:08
          Légion d’honneur...Vision d’horreur...une marque d’imposture de nos jours...mais les hommes (ou femmes) qui la porte sont aussi fiers que des paons faisant la roue (de secours..)

          • zygzornifle zygzornifle 3 février 2014 10:16

            La légion d’honneur est devenue comme un hochet pour bébé que l’on agite devant la tête des « amis des amis des potes des copains .... »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Condé

Condé
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires