• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les druides au pouvoir. Médecins, thaumaturges… et loups (...)

Les druides au pouvoir. Médecins, thaumaturges… et loups garous

 Aujourd’hui, la science fait des miracles, elle a bonne presse et suscite même de grandes passions. Dame, si on n’en est plus à s’épouiller les uns les autre dans les arbres en poussant de petits cris, c’est bien grâce à la science, n’est-ce pas ? On peut dire « science », mais aussi technologie, culture, expertise… Ce sont les facettes d’une même fringale de SAVOIR. La Science, c’est la somme de ce qui est su. C’est en cherchant à en savoir plus, que les singes de notre quartier se sont civilisés. Elle a ses détracteurs, mais même si, comme le chante Brel, ce faisant on a inventé le fer à empaler et la bombe atomique - on est plutôt satisfait du résultat.

Savoir a pris une telle importance que tout le reste en est devenu trivial. Hobbes nous avait dit que le savoir était le pouvoir (« knowledge is power  ») , mais ca demeurait un peu abstrait…. Maintenant, on voit CONCRÈTEMENT la compétence dominer le monde, alors que même la richesse, réduite à des symboles, n’est plus qu’un outil docile entre les mains de ceux qui savent les manipuler. On a compris la primauté du savoir.

On l’a comprise en voyant comment le savoir permet de gagner au jeu sociétal que nous jouons aujourd’hui, basé sur l’acquisition et la possession, mais avons nous bien assimilé que le savoir – la science - qui grandit conduit inéluctablement à jouer un autre jeu ? … Compris que ceux qui « sauront » gagner à ce nouveau jeu en tireront un pouvoir incomparablement plus grand que celui des gagnants actuels ? Dangereux ?

Le meilleur chemin vers le pouvoir sur les hommes est celui de satisfaire leurs désirs. Or, il est évident que notre monde arrive à la limite de ce qu’il peut offrir d’objets matériels significatifs à désirer. Il faut un effort constant, pour maintenir sur cette planète une pauvreté sélective, une pauvreté fragile, menacée par l’abondance. Le défi des « dominants » est de maintenir la foi en une carence généralisée, une pénurie qui puisse justifier le travail auquel ils souhaitent astreindre les « dominés », puisqu’ils ont fait de cette contrainte et de cette domination le sens même de leur vie !

Quand on comprend que les ressources et la compétence sont là, on comprend que la pauvreté est un choix politique. On comprend que la seule demande matérielle sensées qui ne puisse aujourd’hui être pleinement satisfaite est la demande pour « de la vie » elle-même. Une vie en santé, bien sûr… On comprend que tout autre pouvoir devient dérisoire à côté de celui dont disposera le ‘druide’ qui pourra offrir plus de cette vie.

Offrir aussi, puisqu’on doit se rallier à l’absenthéisme – (car si un dieu est peut être en ligne, il ne prend certes pas les appels !) – le seul ersatz d’immortalité qui paraisse crédible

On doit accepter que nos druides montent ainsi en puissance, mais tout pouvoir est une menace implicite pour qui n’en a pas. Que doit-on attendre de ces nouveaux seigneurs ? La science a son côté sombre, et ce qui est vrai de la science l’est a fortiori de la médecine, puisque de tous les aspects de la science aucun ne nous interpelle autant que ce qui a trait à ce corps-a-corps désespéré avec la mort ; un combat qui serait bien insensé, s’il n’apportait à la vie le sens de l’héroïsme et de l’abnégation avec lequel il est mené.

Parce que son impitoyable conclusion en est connue, on ne veut pas penser qu’il puisse exister à cette lutte du médecin contre le mal quoi que ce soit de vil ou de mesquin. Le médecin doit être vu pur et sans reproches. Un héros. La caste des médecins arrive donc au pouvoir en jouissant d’un solide préjugé favorable et qui n’est pas récent….

Ainsi, à la fin du XIXe siècle, quand Robert Louis Stevenson a écrit l’histoire du bipolaire le plus célèbre de la littérature, il a pris bien soin de dépouiller le bon Dr Jekyll de ses épaulettes de médecin quand celui-ci passe du côté obscur… Dans l’imagerie populaire, le médecin incarnait l’Autorité jointe à la Bonté ; il était le père devant qui on se dévêt sans pudeur, puisqu’il dit ‘’déshabillez vous’’ sans arrière-pensée. Le médecin était un thaumaturge. Il était le Bien…. Il ne pouvait exister de Dr Hyde, juste un MISTER Hyde. 

Aujourd’hui encore, dans le continuum social, le médecin est le meilleur point d’ancrage des « Petits » aux « Grands » et des « Faibles » aux « Puissants », tous égaux devant la maladie, la souffrance, la mort. Mais ce préjugé favorable a son envers. C’est parce qu’ils incarnent nos derniers héros qu’il faut voir de près ce que font les médecins et il faut être vigilant ; il y a des druides bipolaires qui, les soirs de pleine lune se changent en loups garous

La médecine thaumaturge fait des miracles comme jamais auparavant, mais on a des reproches à lui faire, dont, au premier chef, une cupidité chez les médecins, dont on a longtemps hésité à les soupçonner. On a hésité, mais en France, un radiologue ou un anesthésiste « vaut » maintenant 189 000 euros par an, alors que le salaire moyen mensuel BRUT d’un non-cadre est de 1 556 euros…. Ça fait grincer des dents.

http://www.latribune.fr/economie/france/le-salaire-brut-mensuel-moyen-des-non-cadres-s-eleve-a-1-556-euros-518035.html

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/02/12/combien-gagnent-les-medecins-en-france_4575552_3224.html

Et ce n’est pas qu’en France…. En matières de dépenses de santé l’expérience de la France se compare à celle des autres pays de l’OCDE. Même corrélation positive entre la croissance économique et celle des couts de santé incluant celles du secteur public une même tendance à privilégier la hausse du revenu du médecin plutôt qu’une augmentation des effectifs qui pourrait freiner cette hausse.

Il est donc permis de rapprocher la réaction des Français aux honoraires élevés de leurs médecins spécialistes des froncements de sourcils qui ont accueilli récemment au Québec – (où la médecine est gratuite et où les honoraires médicaux sont payés par l’État ) – la révélation que plusieurs médecins y présentaient chaque année des factures excédant le million de dollars. (1 000 000 $)… En fait, le médecin spécialiste MOYEN au Québec touche annuellement 420 000 $ et le Québécois ordinaire 42 000 $... et bon an mal an, l’écart se creuse. On s’en indigne

http://www.stat.gouv.qc.ca/docs-hmi/statistiques/travail-remuneration/remuneration-globale/globale-salaires/index.html

http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201605/05/01-4978310-medecins-specialistes-un-revenu-moyen-net-de-420-000.php

Pourquoi cette indignation ? D’autres n’en touchent-ils pas autant, qui peut-être le méritent encore moins … ? Il semble que quand un banquier ou une multinationale l’exploite, Quidam Lambda ne s’émeut plus : tout le monde sait que les requins se nourrissent de la chair des petits poissons. Mais quand c’est l’homme en blanc « au service de l’humanité souffrante » qui vient racler de 20 à 50 fois le salaire d’un travailleur, ca fait désordre. Les millions versés aux toubibs choquent, parce que ce n’est pas seulement une affaire de fric. C’est comme le meilleur ami qui fait du pied à votre épouse. On a l’impression que la caste de « ceux-qui-ont » serre les rangs, et qu’une volonté commune d’exploiter à fond les autres les anime tous jusqu'au dernier. Le pauvre se demande s’il a encore un seul ami chez les « riches et puissants ».

Et ça, c’est très grave. Comment remettre sans appréhension sa vie entre les mains d’un médecin qui, comme individu, peut paraître un modèle de désintéressement, mais dont il est clair que l’activité se déroule dans un cadre mercantile où il projette image d’un exploiteur comme les autres ?

Au moment même où sa santé deviendra pour lui plus prioritaire que jamais - parce que la médecine pourra lui donner tellement plus - , le malade lambda n’est plus du tout certain d’être la priorité de son médecin…. Il faudra le rassurer.

(À SUIVRE)

Pierre JC Allard


Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 3 octobre 2016 10:17

    Effectivement, pour un certain nombre de praticiens, médecine et pharmacie, sont d’abord un moyen de se faire le plus d’argent possible.
    Le dentiste de ma mère lui a pris 2200€ pour un appareil dentaire, soit 1200€ pour la prothèse et 1000€ pour lui soit 1000€ pour 1 heure de travail. Qui dit mieux ?
    Toujours ma mère, hospitalisée en clinique privée pour une fracture, et remboursée à 100%, a vu les actes médicaux inutiles et onéreux se multiplier ... avant d’être renvoyée chez elle lorsque son remboursement ne fonctionnait plus... Les cliniques sont d’abord là pour faire du chiffre et dégager des dividendes.
    Un autre dentiste à 200m du premier demande deux fois et demi le tarif habituel pour une couronne dentaire. Ses soins sont ils « meilleurs » ? Sais pas, par contre, il a une Aston Martin qui vaut ... très cher.
    Les chirurgiens ont largement pris l’habitude de demander des enveloppes en liquide en supplément pour opérer eux même, sinon ... c’est l’interne -évidemment nettement moins expérimenté- qui opèrera.
    Etc ... etc ...
    Les psychiatres, tiens ... Eux, ont fait du lobbying pour se réserver le titre de psychothérapeutes, alors qu’ils n’ont aucune formation à la psychothérapie. Forcément, ils étaient en bas du tableau des revenus et il fallait faire quelque chose.

    La liste des abus pourrait continuer. Notre médecine n’évolue pas en faveur des patients, seulement des :médecins et de l’industrie pharmaceutique qui tire maintenant toutes les ficelles et cela se voit de plus en plus.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2016 16:02

      @Alpo47



      « pour un certain nombre de praticiens, médecine et pharmacie, sont d’abord un moyen de se faire le plus d’argent possible »....

      « Ah ! qu’en termes galants ces choses là sont mises ... smiley » 

      Vous êtes bien gentil. avec eux et vous avez raison, car si le problème n’était qu’une facturation un peu leste, je n’en parlerais même pas ; nous avons bien d’autres profiteurs sous la main Mais  la montée en puissance des médecins est bien plus grave que ce que j’en dis icii. 

      Ce texte n’est qu’une entrée en matière ; disons une première incision.... Un autre article suivra tout de suite, peut-être deux.
      PJCA

    • doctorix doctorix 4 octobre 2016 09:51

      @Pierre JC Allard

      Bonjour.
      Dans votre prochain article, je serai heureux si vous précisez que si la moyenne des généralistes touche 82.020 euros par an, la fourchette va de 35.080 à 134.650.
      C’est-à-dire une variation de 1 à 4.
      Si un généraliste refuse de se plier au dogme, vaccinal par exemple, il a de bonnes chances de se retrouver dans la fourchette inférieure.
      De même s’il se refuse à utiliser ses patients comme cobayes pour de nouvelles molécules, celles qui arrivent sur le marché avec tambours et trompettes et en sont retirées en catimini quelques années plus tard pour cause d’effets indésirables graves.
      Il est très facile de gagner beaucoup d’argent en suivant les principes édictés par les laboratoires et un ministère complice, bien plus difficile en suivant les principes d’éthique, en pratiquant des consultations longues et en écoutant ses patients.
      Il y a un grand nombre de généralistes qui pratiquent cette seconde solution, l’ont toujours pratiquée, et ne changeront pas pour de l’argent : il faudrait quand même les mettre en avant, plutôt que de vous pencher sur le cas des vautours de la profession, en généralisant leur cas.
      Un dernier point : la dernière revalorisation de la consultation (à 23 euros) a eu lieu en Avril 2010, la prochaine est attendue pour l’année prochaine, si tout va bien. Soit plus de sept ans, il faut le savoir.
      Cette aberration affecte bien sur beaucoup plus les médecins que j’appelle honnêtes que les autres, et, comme d’habitude, cette revalorisation bénéficiera quatre fois plus aux « gros » qu’aux « petits ».
      C’est un des effets pervers du paiement uniquement à l’acte.
      Vous voudrez bien signaler aussi que la moyenne européenne du C est de 45 euros, soit le double, même si nous avons quelques avantages sociaux qui se sont bien érodés au fil du temps.
      Vous parlerez aussi, je l’espère, de ces « primes » accordées si vous êtes un bon petit toutou qui fait bien ce qu’on lui dit de faire, comme les vaccinations à outrance, ou les dépistages systématiques qui s’accompagnent d’irradiations répétées. Là encore, elles ne bénéficient qu’aux « gros ».
      Bref, vous avez du travail...



    • doctorix doctorix 4 octobre 2016 10:02

      Vous voudrez bien ajouter également que ces gros revenus dont vous parlez s’accompagnent d’un temps de travail qui tourne autour de 70 ou 80 heures de travail hebdomadaire, ce qui en relativise l’importance : des conditions de travail dont ne voudraient pas les cadres dont vous parlez, et qui sont largement supérieures aux limites acceptables, en termes de fatigue et même de sécurité.

      Bien à vous.

    • doctorix doctorix 4 octobre 2016 10:15

      Enfin vous évoquerez le problème de l’âge de la retraite qui, à cause d’un démarrage tardif du début des cotisations, en raison de la longueur des études, n’intervient que rarement avant 70 ans.

      Je ne suis pas sur qu’après votre article ainsi complété, les vocations se fassent nombreuses. C’est d’ailleurs ce qu’on observe, avec un désamour croissant des jeunes médecins pour la médecine libérale, malgré tous les avantages que vous citez.
      Amicalement.

    • foufouille foufouille 4 octobre 2016 10:20

      @doctorix
      "Il y a un grand nombre de généralistes qui pratiquent cette seconde solution, l’ont toujours pratiquée, et ne changeront pas pour de l’argent "
      c’est une minorité, la plupart n’ont rien à foutre du patient qui ne leur rapporte pas plein de fric.
      70h, c’est du pipeau.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 octobre 2016 13:50

      @doctorix


      OUI à toutes vos remarques et je suis heureux que vous les ayez apportées. J’explicite dans les articles que je mets en lien plusieurs des points que vous soulevez, mais je n’encerclerai pas cet arbre de mes bras.... Merci et j’espere que d’autres apporterons leur pierre au chantier. NOUS avons du travail....

      PJCA




    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 octobre 2016 14:12

      @doctorix


      On impose des heures maximales au volant aux routiers... mais une amie infirmière m’a confié qu’un de « ses » chirurgiens, déjà tout prêt pour l’intervention, s’etait endormi de fatigue sur une chaise en attendant son tour.... Elle trouvait cette determination admirable.... Je la trouve inquiétante. Je ne crois pas qu’en temps de paix, au Canada, un patient doive être remis entre les mains d’un chirurgien qui s’impose les standards de Bethune durant la « Longue marche »...

      PJCA

    • doctorix doctorix 4 octobre 2016 16:58

      @foufouille

      « 70h, c’est du pipeau. »
      Non, ce sont des mathématiques élémentaires.
      On ne peut pas atteindre un bénéfice de plus de 130.000 euros, soit un CA de 200.000 euros, sans ce temps de travail, compte tenu de la paperasse, de la formation continue, des gardes, de la régulation SAMU, des astreintes et des congés. Compte tenu de cela, un généraliste ne gagne pas tellement plus qu’un cadre à 35 heures.
       « la plupart n’ont rien à foutre du patient »
      Assertion et accusation minables.
      La plupart ont au contraire un grand souci de leurs patients. Vous avez cette tendance stupide à dire que tous les médecins sont des salauds, sauf le mien qui est un saint...
      Moi, je pourrais vous citer dix médecins honnêtes et attentionnés pour un malhonnête.
      Un médecin vit de ses talents et de sa réputation : s’il ne les soigne pas, il perd ses patients, comme dans n’importe quelle entreprise commerciale. Cela va très vite...


    • doctorix doctorix 4 octobre 2016 17:08

      @Pierre JC Allard

      Vous savez, si les médecins étaient si heureux qu’on le dit, ils n’auraient pas un taux de suicide de 14%, contre 6% pour la population générale.
      Le burn-out est très fréquent.
      Dans mes débuts, j’ai eu les huissiers à ma porte plusieurs années, un divorce à la clé, et un suicide à l’horizon. Ca s’est arrangé, mais j’en ai bavé, et je sais de quoi je parle. Alors entendre foufouillemerde déblatérer, ça me fout les boules.

    • foufouille foufouille 4 octobre 2016 18:20

      @doctorix
      On ne peut pas atteindre un bénéfice de plus de 130.000 euros
      - pas en secteur un, certainement sauf magouille ou consultation de cinq minutes.
      je n’ai pas prétendu que tous les médecins étaient riches.
      mais les 40h sont plus courant. cinq jours sur sept maxi.
      pour les urgences, c’est SOS médecins, pas le généraliste de base hyper nul de toute façon.
      au bout de 24 ans de consultations, un sur dix est compétent.
      la plupart ne savent pas lire une radio, refuse le dossier médical, les comptes rendus opératoires et de radiologies ou ne savent pas les lire, ignorent la posologie des médicaments ou leurs contre-indications ou nient leur existence.
      aucun médecin sauf les petits jeunes qui cherchent une clientèle de pigeons en campagne ne perd de patients vu que les médecins se soutiennent entre eux sauf cas hyper grave.
      tu es aussi obligé de consulter au plus près de chez toi quand tu es malade.
      tu n’es pas médecin ou très mauvais sinon tu le saurais.
      les bons sont surbooké et ne reçoivent pas 500 ou 1000€ de la CPAM.


    • doctorix doctorix 4 octobre 2016 18:48

      @foufouille

      Vous fonctionnez selon des clichés : consultations de 5 minutes, un sur dix est compétent, le généraliste en urgence est archi-nul, contre-indication ignorées, ils ne savent pas lire une radio, clientèle de pigeons...
      Vous êtes consternant de bêtise.
      N’y aurait-il pas un peu de jalousie venant de quelqu’un qui n’a rien fait de sa vie ?
      Il est légitime de se le demander, devant tant de hargne...
      Les plus méchants sont ceux qui ont échoué en première année...
      En passant, les praticiens secteur 2 gagnent 10% de moins que les secteurs 1. (72520 contre 83120). Donc encore une idée reçue.
       les généralistes déclarent travailler en moyenne entre 52 et 60 heures par semaine : voila qui ne risque pas de vous arriver. Mais on est loin des 40.
      Vous ramenez ça à 35 heures et vous obtenez 4500 euros mensuels. C’est encore trop ?

    • foufouille foufouille 4 octobre 2016 19:52

      @doctorix
      c’est mon expérience comme beaucoup de patients sans dents.
      tu es consternant de pourriture de france d’en haut.
      une bonne partie du secteur 2 ne veut pas de la carte vitale pour les généralistes, pour les spécialistes c’est plus cher.
      grosse connerie de ta moyenne qui est une moyenne bidon.
      jamais vu vu plus de cinq jours. et peu fatiguant.
      j’ai dit 40 et cinq jours, pas 35.
      le fric on s’en fout si tu soignes les gens ce qui est pas le cas.


    • doctorix doctorix 5 octobre 2016 09:15

      @foufouille

      La haine vous fait dire n’importe quoi.
      Seuls 6% des généralistes exercent en secteur 2. Vous n’êtes pas obligé d’aller chercher ceux-là.
      Et nous prenons les cartes vitales de tout le monde, plus encore celles des CMU, c’est une assurance d’être payés.
      Nous pratiquons le 1/3 payant chaque fois que c’est possible (ALD) à la seule condition que les cartes soient à jour.
      « ta moyenne qui est une moyenne bidon. »
      25% des médecins déclarent moins de 3000 euros par mois.


    • foufouille foufouille 5 octobre 2016 10:36

      @doctorix
      encore une fois, je n’ai pas vu tes histoires merveilleuses comme beaucoup de malades.
      tous les médecins n’acceptent pas la CMU en secteur 1.
      ceux qui gagnent peu font 35H ou moins. ce qui est déclaré.
      Un généraliste sur 10 seulement applique des honoraires libres, les possibilités d’installation en secteur 2 ayant été très restreintes en 1990. en théorie.
       


    • doctorix doctorix 5 octobre 2016 10:58

      @foufouille

      Alors, où est votre problème ?
      Les médecins du secteur 1 refusent seulement les cartes qui ne sont pas à jour (et encore....), ce qui est souvent le cas. Autrement, quel intérêt pour eux ?
      Quand on a la CMU et qu’on ne veut pas payer sa consultation, la moindre des choses est de se mettre en règle. Vous voulez quoi ? Qu’on vous la tienne pour pisser ?
      « ceux qui gagnent peu font 35H ou moins. ce qui est déclaré. »
      C’est une lapalissade. Donc pour gagner beaucoup, il faut faire beaucoup plus. Ca me parait normal.
      « Un généraliste sur 10 seulement applique des honoraires libres »
      Donc vous devez être satisfait ?
      L’installation en secteur 2 coûte un bras, en charges, c’est pourquoi elle a peu de succès. Les dépassements d’honoraires en secteur conventionné sont très surveillés, et pénalisés en cas d’excès.
      Moi, je n’ai jamais pratiqué le moindre dépassement en 40 ans, et nous sommes nombreux dans ce cas.
      Vous faites de faux procès, et votre rancoeur est injustifiée.
      Si vous n’avez pas trouvé la perle, cherchez-là. On dirait que vous vous êtes spécialisé dans la recherche du médecin pourri...


    • gaijin gaijin 3 octobre 2016 13:07

      «  le malade lambda n’est plus du tout certain d’être la priorité de son médecin…. Il faudra le rassurer. »
      pourquoi ? c’est si génant que ça le fait qu’il soit lucide ?
      rien de neuf depuis molière


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2016 16:12

        @gaijin


        Bien du neuf, car au temps de Molière il s’agissait de se moquer du fou du Roi. Il s’agit aujourd’hui de démasquer une très sérieuse menace.... Mais n’anticipons pas .

        PJCA








      • gaijin gaijin 3 octobre 2016 19:10

        @Pierre JC Allard
        mais non molière dans le malade imaginaire pointe parfaitement l’imposture des médecins et leur langage abscon destiné a impressionner les mougeons ...
        l’imposture est structurelle depuis le moyen age duquel nous avons par exemple hérité la séparation ( et la concurrence ) entre médecins et pharmaciens
        quand je dit structurel je dit que y compris sur un plan symbolique l’emblème des médecins le caducée est l’emblème de mercure :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Mercure_(mythologie)
        le dieu du commerce et des voleurs

        réfléchissez y bien smiley


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2016 21:46

        @gaijin



        Nous sommes essentiellement d’accord

        PJCA


      • soi même 3 octobre 2016 14:00

        Heureusement qu’il y a encore des médecins honnête, et l’intérêt est que les patientss les déferlements, pour les autres, laissons faire les choses, un charlatant finisse toujours par être désavouer.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2016 16:20

          @soi même

          Si les charlatans étaient si facilement démasqués, croyez vous qu’au moins la moitié de l’humanité suivrait les préceptes de prophètes dont le moins que l’on puisse dire est qu"ils ne sont pas tous d’une rigoureuse logique ?

        • doctorix doctorix 4 octobre 2016 20:08

          @Pierre JC Allard
          L’important est de parler aussi des trains qui arrivent à l’heure, pas seulement des quelques-uns qui sont en retard.

          Dites-vous bien que, dans l’ensemble, on fait ce qu’on peut, et que ça ne marche pas trop mal, même si on peut toujours faire mieux.
          Un petit mot d’encouragement, ça ne peut pas faire de mal.
          Ma fille commence son internat, après un parcours brillant : je suis certain qu’elle aimerait quelques commentaires positifs.
          Elle veut être généraliste, malgré mes conseils : ne la découragez pas, car un jour, après les avoir si bien traînés dans la boue, vous pourriez bien pleurer pour en avoir.

        • alain-aaae (---.---.98.64) 3 octobre 2016 14:29

          excellent article dont je veu ajouté un exemple aussi nous avons dans le grand ouest certains dermatologues qui vous font venir alors que vous avez des problémes que sur un genou déclarent que vous devez etre piqué sur les 2 genous donc tous les 6 mois vous dévez allé a leurs cabinets pour vous faire piquer


          • alain-aaae (---.---.98.64) 3 octobre 2016 14:29

            excellent article dont je veu ajouté un exemple aussi nous avons dans le grand ouest certains dermatologues qui vous font venir alors que vous avez des problémes que sur un genou déclarent que vous devez etre piqué sur les 2 genous donc tous les 6 mois vous dévez allé a leurs cabinets pour vous faire piquer


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2016 17:04

              @alain-aaae


              Un exemple parmi des MILLIONS. On n’en fera pas l’nventaire, mais il serait bon que chacun revoit son expérience personnelle et se remémore quelques cas ou les choses n ’ont pas été ce qu’elles auraient du être... Ça brise la transe hypnotique et rend plus ouvert ouvert à une remis en question objective.

              PJCA

            • cevennevive cevennevive 3 octobre 2016 16:45

              Bonjour Pierre,


              Les futurs médecins récitent-ils toujours le serment d’Hippocrate au moment de leurs examens ? C’était le cas il y a bien des années.

              Mais alors, s’ils le récitent encore, c’est qu’ils l’ont appris ! N’ont-ils pas honte de ne pas suivre les préceptes de ce beau serment ?

              Pourtant, personnellement, je ne trouve pas l’honoraire trop cher si le médecin est à l’écoute, s’il prend son temps, s’il ne me considère pas comme un objet à traiter, à toute vitesse et selon les critères inculqués par ses professeurs, souvent inféodés aux labos.

              Je voudrais me procurer l’excellente oeuvre de Gaétan Brouillard (un Canadien) : « la santé repensée ». Peut-être y trouverai-je un manifeste contre médecins, laboratoires et pharmaciens cupides ?

              Considérons l’humain comme un arbre malade : les médecins traitent les feuilles, les branches, sans penser un seul instant aux racines.

              En attendant, nous sommes bien obligés parfois de nous adresser à eux, et souvent, de leur opposer un véto lorsque l’ordonnance est trop lourde, incompréhensible ou même néfaste...
               


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2016 17:24

                @cevennevive


                N’est ce ps notre opinion à tous, que le medecin a vocation de faire du bien et peut en faire ? Mais la problematique actuelle est qu’il n’est plus facile de trouvber le medecin idoine. et que le systeme est contreproductif . On revoit ça dans mon tout prochain article.

                S’il est publié, bien sûr... J’aii des amis medecins - dont un doyen de faculté a la retraite - dont aucun media ne veut accepter de publier ses critiques du systeme. On ne plante plus d’ail en pays de loups-garous.....

                PJCA






              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2016 17:12

                Les lecteurs canadiens qui ont vu dimanche l’émission TLMP de Montreal (un millions d’auditeurs), auront entendu un réquisitoire contre la chimiotheéapie qui corrobore ce que j’ai écrit il y a plusieurs années ; Une large majorité des médecins n’acceptent PAS pour eux-memes le traitement par chimiothérapie. Tirez vos conclusions



                PJCA




                • doctorix doctorix 4 octobre 2016 19:31

                  @Pierre JC Allard

                  Nous sommes tenus d’adhérer à des protocoles imposés que nous ne maîtrisons pas.
                  Il faut écouter le Pr Nicole Delepine qui s’est vu interdire l’usage d’anti-cancéreux classiques et peu couteux à Garches, où son service de cancéro pédiatrique a été fermé, malgré ses protestations et celles de ses patients. Elle avait pourtant de brillants résultats, à des coûts et des toxicités très raisonnables..
                  La liberté de prescription est largement écornée par ces protocoles, qui comprennent des produits à mille euros par jour et plus, dont l’efficacité reste à prouver (il s’agit d’essais thérapeutiques), et l’innocuité non démontrée. Il y a bien un lobby du cancer, extrêmement puissant....
                  Les médecins n’ont pas le choix pour leurs patients, pour des questions de responsabilité pénale, mais ils peuvent garder leur libre-arbitre en ce qui les concerne.
                  C’est comme ça...
                  Par contre ils peuvent les informer. Mais comme on ne sait rien de ces protocoles en phase d’essai, il est bien difficile de déconseiller un traitement, qui pourrait bien tuer le patient, mais aussi le sauver.
                  Faire ce choix est beaucoup nous demander.
                  Même à quatre fois le smig...

                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 octobre 2016 07:15

                  @doctorix



                  Ici nous nos rejoignons. Je n’attaque pas des individus, mais le systeme dont ils sont le produit


                  PCJA

                • doctorix doctorix 5 octobre 2016 14:40

                  @Pierre JC Allard

                  On a cru malin de réduire le nombre de médecins.
                  On en paye le prix maintenant.
                  Il faudra encore dix ans pour rétablir un nombre décent.
                  On a cru malin de bloquer le prix de la consultation : les médecins ont du en multiplier le nombre, ce qui a donné aux patients l’habitude de consulter pour n’importe quoi.
                  Et en multipliant le nombre des consultations, les médecins se sont vus infliger des tarifs indécents. Ils ont donc du en raccourcir la durée.
                  C’est un serpent qui se mord la queue. 
                  La solution, ce sont des patients éclairés, pas trop demandeurs, pas trop stressés par la propagande alarmiste, des consultations longues, et des tarifs convenables.
                  Bien sûr, l’idéal serait la suppression de l’obligation et de la propagande vaccinales, qui libérerait beaucoup le médecin, et dont on verrait très vite que cela ne change strictement rien à la morbi-mortalité. Sans doute bien au contraire, les enfants non vaccinés étant cinq fois moins souvent malades que les vaccinés, et les maladies chroniques telles que le diabète, l’allergie, l’asthme ou l’épilepsie nettement moins nombreuses chez les premiers.

                • oscar12 (---.---.121.145) 3 octobre 2016 20:09

                  Bonjour PJC, Votre réflexion et les commentaires qui en suivent m’ont ramené à l’époque de mon enfance où il y avait le curé pour soigner les âmes et les médecins pour sauver les corps. Ils étaient les deux références, considérées comme de véritables missionnaires au service des populations. Dans ma famille de 13 enfants, ce fut toujours le même médecin qui se déplaçait et venait, hiver comme été, beau temps mauvais temps, à la maison pour l’accouchement du nouveau née. À ce moment, nous n’avions pas un signe de $ inscrit sur le front qui permettait au médecin de calculer tout l’argent qu’il pourrait sous-tirer de ses patients. Aujourd’hui les corporations professionnelles, médecin, dentistes, avocats et toutes les autres, ont pris le contrôle des coûts à exiger de leurs clients. Inutile de négocier, il y a une sorte de serment qui rend toute négociation impossible. Il n’y a pas place pour le libre commerce des services. Ils étaient sans doute contre le communisme, à l’époque de leur formation, mais ils ont vite appris que ce que l’État ne pouvait se permettre, ils le pourraient le faire dans le cadre de leurs professions. C’est ainsi que nous sommes tous et toutes pris en otage dans des secteurs de service essentiels, tels la santé et la protection de ses droits. Si la fortune ne nous accompagne pas, pas plus que le gouvernement, mieux vaut prendre son mal en patience, 


                  Merci Pierre pour cette réflexion

                  • oscar12 (---.---.121.145) 3 octobre 2016 20:09

                    Bonjour PJC, Votre réflexion et les commentaires qui en suivent m’ont ramené à l’époque de mon enfance où il y avait le curé pour soigner les âmes et les médecins pour sauver les corps. Ils étaient les deux références, considérées comme de véritables missionnaires au service des populations. Dans ma famille de 13 enfants, ce fut toujours le même médecin qui se déplaçait et venait, hiver comme été, beau temps mauvais temps, à la maison pour l’accouchement du nouveau née. À ce moment, nous n’avions pas un signe de $ inscrit sur le front qui permettait au médecin de calculer tout l’argent qu’il pourrait sous-tirer de ses patients. Aujourd’hui les corporations professionnelles, médecin, dentistes, avocats et toutes les autres, ont pris le contrôle des coûts à exiger de leurs clients. Inutile de négocier, il y a une sorte de serment qui rend toute négociation impossible. Il n’y a pas place pour le libre commerce des services. Ils étaient sans doute contre le communisme, à l’époque de leur formation, mais ils ont vite appris que ce que l’État ne pouvait se permettre, ils le pourraient le faire dans le cadre de leurs professions. C’est ainsi que nous sommes tous et toutes pris en otage dans des secteurs de service essentiels, tels la santé et la protection de ses droits. Si la fortune ne nous accompagne pas, pas plus que le gouvernement, mieux vaut prendre son mal en patience, 


                    Merci Pierre pour cette réflexion

                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2016 22:10

                      @oscar12


                      Le projet républlcain d’égalité devant la loi a été peu a peu mis a mis à mal par la tendance bien humaine de tricher en créamt des coteries. Il faut bien avouer, même si on est de Gauche, que le syndicalisme été le facteur le plus important pour cette régression. Aujourd’hui, chacun a les droits et les priviléges de ses appartenances.... et les ordres professionnels sont a la fine pointe des injustices qui sont perpétrées. La véritable égalité. hélas. ne s’impose qu’au rythme où nous devenons INDISPENSABLES les uns aux autres. Noussommes toujurs dans un rapport de forces.

                      PJCA

                    • Jean Keim Jean Keim 3 octobre 2016 20:51

                      Ce n’est pas (seulement) la médecine qui doit changer mais toute la civilisation, notamment les médecins qui veulent pratiquer pour gagner de l’argent n’ont rien à faire dans cette profession, de toute façon ils ne peuvent pas être de bons thérapeutes, tout au plus de bons techniciens.

                      Chaque homme veut profiter au mieux de la société, je ne crois pas que ce soit un signe de bonne santé mentale mais c’est ainsi que nous sommes éduqués et donc conditionnés, nous oublions sans cesse que sans la communauté humaine nous ne sommes rien, nous ne pouvons rien faire, notre avenir et notre survie sont dans la solidarité – collaboration, entraide, partage.

                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2016 22:13

                        @Jean Keim


                        Bien d’accord. C’est le non-dit qui soustend les critiques que je formule dans ce texte et le prochain.

                        PJCA .

                      • doctorix doctorix 4 octobre 2016 19:41

                        @Jean Keim

                         « les médecins qui veulent pratiquer pour gagner de l’argent n’ont rien à faire dans cette profession »
                        Serions-nous les seuls professionnels à travailler pour gagner notre vie ? Devrions-nous être les seuls à travailler sans la gagner ?
                        Il faut vous résigner : il n’y a plus de curés...
                        Curieux reproche, tout de même.
                        Marrant, quand même, cette morale moralisante qui veut qu’un métier noble soit assorti de bénévolat, justement pour garder sa noblesse.
                        J’aimerais savoir comment certains faux-culs gagnent leur vie, sans doute pas du tout au service des autres, mais du leur exclusivement.


                      • chantecler chantecler 4 octobre 2016 19:51

                        @doctorix
                        Ce n’est peut être pas exactement cela ce que J. Keim voulait dire :
                        Il y a deux sens à « gagner de l’argent » :
                        Gagner sa vie .
                        Ou en tirer énormément profit .
                        Je pense que le libéralisme a contaminé largement les mentalités dans le sens de l’excès .


                      • doctorix doctorix 5 octobre 2016 14:49

                        @chantecler
                        La médecine libérale n’a plus de libéral que le nom.

                        Dans cette profession, tout est contrainte : pratiques, tarifs, permanence des soins (avec réquisitions tous les quatre matins, pour assurer les gardes ou pour examiner les prévenus avant incarcération).
                        Il ne manque plu que l’obligation de résultats, mais ça ne saurait tarder.
                        Vous commencez à comprendre ? On en a ras-le-bol.
                        Moi, je vais me tirer bientôt, mais je plains mes successeurs.
                        Vous aurez bientôt des fonctionnaires de santé, et vous regretterez vos escrocs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires