• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les faux doutes des théoriciens du complot

Les faux doutes des théoriciens du complot

Les conspirationnistes aiment présenter leur entreprise comme inspirée par la méthode du doute cartésien. Ils veulent rejeter comme incertain tout ce qui n'est pas absolument indubitable. Descartes est utilisé pour soutenir la remise en question de la destruction des tours du World Trade Center par Al-Qaïda ou pour réinventer la vie de Mohammed Merah.

Je voudrais donner quelques raisons de se méfier de cette récupération de Descartes...

Frans Hals, Portrait de René Descartes, 1649 (musée du Louvre)


Les conspirationnistes aiment bien, de temps en temps, au passage, se réclamer du doute cartésien pour justifier leur entreprise de remise en question des dites "versions officielles" (11/9, Shoah, alunissage...). Ils nous disent que, comme Descartes, ils n'acceptent pas les vérités qu'on leur propose toutes faites et ils veulent prendre le temps d'examiner par eux-mêmes les choses. 
Apparemment, rien de plus sain d'esprit que cette démarche critique, qui devrait permettre, par l'usage de son intelligence, de faire le tri de ce qui est douteux, et doit être donc déclaré faux jusqu'à nouvel ordre, et de ce qui est certain, donc vrai. 

Voilà donc l'auteur du Discours de la méthode utilisé comme caution morale et philosophique de toutes sortes d'entreprises révisionnistes. Descartes est censé être gage de rigueur intellectuelle, une référence tellement glorieuse qu'elle devrait paralyser de stupeur les plus sceptiques quant aux théories du complot, et les convaincre que des sommités intellectuelles qui annoncent tous les trois jours l'avènement du grand complot maçonnique continuent l'oeuvre entamée dans les Méditations métaphysiques.

 Or, il y a quand même quelques petites différences entre la méthode cartésienne d'examen attentif et de recherche d'une vérité première, et la méthode de révision générale adoptée par les conspirationnistes. 

- D'abord, Descartes se propose, au début des Méditations métaphysiques, de douter d'absolument tout. Pas seulement de telle opinion reçue, de tel ou tel événement, de l'existence d'une chose en particulier, mais de tout ce dont on ne peut prouver indubitablement l'existence. Au terme de ce parcours (que je ne vais pas retracer, le but n'étant pas de faire un cours sur Descartes), il ne reste que deux choses auxquelles je ne peux refuser l'existence : 1) Dieu en tant qu'être infini et 2) moi qui doute. 1) L'infini, car moi qui ne suis pas infini n'ait pas pu concevoir cette idée, donc il faut qu'un Être infini l'ait mise en moi. 2) Moi qui doute, car pour que je puisse douter, il faut bien que j'existe. Et plus je doute de tout, moins je peux douter que j'existe. 

Le but pour Descartes est de reconstruire petit à petit la connaissance sur des bases certaines et, indirectement, de rejeter les spéculations des théologiens quant à la nature de Dieu -dont Descartes montre que nous ne pouvons en somme presque rien connaître. 
Le doute cartésien est dit hyperbolique : il va au-delà du raisonnable, car il doute même sans raison apparente de douter, il est sans limite. Descartes dit même, un peu effrayé mais peut-être aussi avec humour, qu'en pratiquant un tel doute, il ressemblera peut-être, qui sait, à un fou. Cependant, il faut noter qu'au terme du parcours des Méditations, Descartes retrouve l'existence du monde extérieur et chasse finalement ce doute comme un songe. Autrement dit : il parvient à en finir avec le doute et le révoque à son tour, ayant rétabli la connaissance sur des bases certaines (certitude en particulier que je peux connaître la vérité car Dieu, qui m'a fait, ne peut être trompeur). 

Descartes doute beaucoup plus que les conspirationnistes et il parvient pourtant à en finir avec l'incertitude, parce qu'il émettait un doute néanmoins contrôlé par la raison. Et cela ne tient pas à son génie de penseur, mais uniquement aux gardes-fous qu'il s'était fixé, conformément au principe de la méthode elle-même, que Descartes n'en sait pas plus long qu'un autre mais qu'il le sait mieux car il procède par ordre et qu'il sait ce qu'il cherche.
 
Voyons ce qu'il en est maintenant du doute des "révisionnistes" (admettons un instant qu'ils se soucient réellement de Descartes et qu'il n'en ait pas seulement vaguement entendu parler et s'en servent juste hypocritement comme caution morale et intellectuelle...)

- D'abord, ils ne partent pas, comme Descartes le fait, d'un doute personnel, mais toujours de on-dits et de théories exposées par les autres. Descartes, lui, était le premier à inaugurer sa méthode. Cela signifie bien sûr que tout le monde peut faire ce geste du doute radical comme le fait Descartes, mais cela signifie que ce doute ne peut être mené à partir d'informations reçues de l'extérieur. Autrement dit, rien n'est plus ou moins douteux dans le monde extérieur pour Descartes. L'existence de la table, de l'ordinateur, celle de Charlemagne ou de l'immeuble d'en face, tout cela est douteux car je n'ai pas de preuve absolue que ces choses existent. Je les perçois ou j'en ai entendu parler, mais qui me dit que je ne suis pas victime d'une illusion ?... Descartes ne doute pas à partir de ce que d'autres ont dit, mais à partir d'une déception éprouvée quant aux théories jusqu'ici reçues, et d'un refus du dogmatisme scolastique.

- Ensuite, le doute "révisionniste" est infini : on n'en finit jamais avec ce doute. Et certains commencent par douter du 11/9 puis, petit à petit, conçoivent une méfiance généralisée envers tout discours "officiel", tenu dès lors pour faux. Autrement dit, ils mélangent une volonté de douter avec un refus complet de remettre en question leurs certitudes envers les mensonges des autres. Ils sont sûrs qu'on leur ment. Ils ne doutent jamais de cela, bizarrement. Or, Descartes ne dit rien de tel, et même, se méfie généralement de ceux qui veulent se mêler de politique. Et plus simplement : l'expérience de pensée qu'il nous propose... est juste une expérience à faire en pensée, pendant un temps limité et dans un but précis. 

Descartes n'accuse personne de nous mentir, de nous cacher la vérité afin d'instaurer une dictature mondiale. Il accuse juste la méthode scolastique, qui a régné au Moyen-Âge, d'avoir des bases incertaines. Et il les combat en cherchant un meilleur point de départ à la science. 
Autrement dit, il y a dans le cas du philosophe l'exercice d'un scepticisme justifié et bien délimité, de l'autre un scepticisme de révisionnistes qui est sans fondement et illimité
 
Le philosophe joue à se faire passer pour fou, mais il est capable, finalement, de faire la part des songes mélancoliques et de l'évidence sensible, tandis que les pseudos-cartésiens se croient les seuls lucides au monde et ont cette volonté téméraire de se mêler de choses qu'ils ne se donnent pas les moyens de comprendre, et ce sont bien eux qui sont perdus dans les brumes mélancoliques de leurs délires. C'est sans doute pour cette raison que Descartes est capable de s'exprimer par des arguments clairs et bien agencés (de ceux qui se prêtent à discussion et réfutations), tandis que les conspirationnistes en sont au bout du compte réduits aux raccourcis, amalgames, transitions inconsistantes, insinuations odieuses et autres procédés de la malhonnêteté intellectuelle. L'un joue au fou, les autres se croient très malins. Devinez qui, au bout du parcours, retrouve le chemin de la saine raison ?
 
Cet exposé est sans doute trop long, ou peut-être trop court. J'imagine qu'il ne convaincra que les convaincus, et ne fera pas changer d'avis ceux qui soutiennent mordicus que Ben Laden n'est pas responsable de la destruction des tours ou que Mohammed Merah était un agent du Mossad, car ils voudront persister dans leur doute sans jamais admettre, comme le faisait Descartes, qu'il puisse voisiner avec la folie. J'espère juste avoir mis en lumière l'hypocrisie de l'usage de Descartes dans les théories conspirationnistes -et donc donné quelques armes à ceux qui voudraient combattre les très douteuses théories du complot, ou simplement s'en prémunir pour eux-mêmes. Le faux doute que les complotistes mettent en oeuvre montre déjà que ce qu'ils promeuvent ne sont nullement des "théories" mais simplement des caprices et délires de l'imagination.

A propos du portrait que j'ai mis au début de cet article, le philosophe Alain disait : « Et c’est un homme terrible à prendre pour maître. Son œil ironique semble dire : “Encore un qui va se tromper.” » *

Un avertissement à méditer pour ceux qui ont voulu se couvrir de l'autorité de Descartes...

 

*Alain, Histoire de mes pensées (1936), in Les Arts et les dieux, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 181.


Moyenne des avis sur cet article :  1.46/5   (166 votes)




Réagissez à l'article

187 réactions à cet article    


  • citoyenrené citoyenrené 15 mars 2013 09:36

    article qui aurait pu être intéressant s’il s’intéressait à la seule œuvre de Descartes..

    la tentative malencontreuse de jeter l’opprobre sur quiconque doute de la version officielle donnée par la commission Warren est, au moins, maladroite

    car une question demeure, ne vous déplaise, lee harvey Oswald était-il oui ou non l’unique tireur ?

    oui, le seul tireur : pas de complot
    plusieurs tireurs :complot


    • robin 15 mars 2013 11:46

      d’ailleurs récemment Frédéric Taddéi a remis à la niche un pote de l’auteur : Patrick Cohen qui a eu l’outrecuidance de prétendre qu’on avait pas le droit d’exprimer certaines opinions fusse dans les limites de la loi.

      Frédéric Taddéi : « Mais alors si j’ose douter que Lee Harways Oswald était le seul tireur je suis donc d’après vous un négationiste et vous allez me faire arrêter par la police ? »

      Cohen : « Mais non, mais non »

      Frédéric Taddéi : « Alors ou est la différence avec le fait de douter de la version officielle du 11 septembre, j’ai donc le droit »

      ET voilà comment on remet à sa niche en 2 temps 3 mouvements un des innombrables censeurs dictatoriaux pote de l’auteur.






    • soi même 15 mars 2013 12:19

      « Le discours politique est destiné à donner aux mensonges l’accent de la vérité à rendre le meurtre respectable et à donner l’apparence de la solidarité à un simple courant d’air. »

      Citation de George Orwell

      « Les plus détestables mensonges sont ceux qui se rapprochent le plus de la vérité. »

      Citation de André Gide

      « Les gens prennent toujours un air sérieux quand ils disent des mensonges.Le sérieux de nos dirigeants ces derniers temps ! »

      Citation de Osamu Daza

      « C’est l’un des droits absolus de l’Etat de présider à la constitution de l’opinion publique.  » de Joseph Goebbels « Plus le mensonge est gros, plus il passe.  » de Joseph Goebbels

      Votre analyse vous pouvez vous asseoir dessus, elle est creuse et dénote votre votre veulerie à l’Ordre établie !


    • citoyenrené citoyenrené 15 mars 2013 12:37

      @ Robin,

      oui, tout à fait, c’était suite à cet argument censé de Frédéric Taddeï que, n’ayant pas trouvé mieux ce matin, je l’ai remis en avant


    • soi même 15 mars 2013 12:43

      Ps mes citations s’adresse à l’auteur de l’article.


    • La mouche du coche La mouche du coche 15 mars 2013 16:30

      Article d’un euro troll, sans doute payé par la commission européenne. Ils sont facilement identifiables. Tout va bien. smiley


    • appoline appoline 15 mars 2013 18:32

      On ne doute pas pour douter, on doute car quasiment tous les éléments inhérents à l’effondrement des tours laissent à penser à tous les spécialistes que les avions n’y sont strictement pour rien. Quand on sait ce dont les américains sont capables quand il s’agit de manipulations (lire les dossiers noirs de la CIA, par exemple), vous pensez bien que ce ne sont pas 3000 pèlerins qui vont les faire reculer


    • Castel Castel 15 mars 2013 09:37

      Je ne trouve pas votre article brillant dans la démonstration. La méthode de Descartes lui a permis d’être réceptif à au moins une vérité qui, aujourd’hui encore semble irréfutable.
      En ce qui me concerne, je doute dès que je peux douter : ce n’est pas une question d’être sceptique pour le plaisir de l’être, mais quand on n’est pas complètement sûr, mieux vaut rester humble et réceptif.
      Ainsi, là où je peux rejoindre les consti-du-complot, c’est qu’au moins eux, ne prennent pas la version officielle comme des ânes, ils gardent au minimum un sens critique, mais là où je ne les rejoins pas, c’est qu’avec toutes les magouilles de l’histoire des Etats-Unis, ils n’ont pas encore compris intérêt global de faire fantasmer les humains sur les faits.
      Même les élites peuvent avoir des doutes sur l’histoire des Etats-Unis, rien de plus facile.


      • Gabriel Gabriel 15 mars 2013 09:38

        Entre douter de tout et ne douter de rien, il y a une espace qui se nomme réflexion. Vous pouvez croire tout ce que vous disent dirigeants et médias et vous en satisfaire mais dés cet instant, vous qui traitez de conspirationniste ceux qui s’interrogent sur des faits plus que tendancieux, vous devenez par cette attitude un parfait produit du système qui s’accommode de vérités toutes faites. En ce qui vous concerne, vos croyances en l’actualité officielle se situent entre l’opinion et le savoir. Permettez moi de vous citer Bacon : « Le doute est l’école de la vérité … » Attention, ne pas penser par soi-même sclérose les neurones.


        • lambda 15 mars 2013 10:59

          L’auteur nous donne ainsi l’occasion de dire qu’être conspirationniste aujourd’hui est la réaction saine et en même temps un contre pouvoir à la désinformation des médias alignés aux ordres des lobbys et des esclavagistes financiers

          Si , penser par soi-même et défendre son libre arbitre est être conspirationniste alors soyons en fier  smiley

          La désinformation orchestrée aujourd’hui a pour but de scléroser les cerveaux qui à terme amène à laisser perpétrer les pires crimes et la mise en servitude des populations sans réactions ce qui me fait penser à ceci :

          Quand ils sont venus chercher les communistes,
          je n’ai rien dit.
          je n’étais pas communiste
          Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
          je n’ai rien dit.
          je n’étais pas syndicaliste
          Quand ils sont venus chercher les juifs,
          je n’ai rien dit.
          je n’étais pas juif
          Quand ils sont venus chercher les catholiques,
          je n’ai rien dit.
          je n’étais pas catholique
          Et, puis ils sont venus me chercher.
          Et il ne restait plus personne pour protester"


        • sam turlupine sam turlupine 15 mars 2013 18:12

          Par Gabriel (---.---.---.98) 15 mars 09:38

          Entre douter de tout et ne douter de rien, il y a une espace qui se nomme réflexion.

          Oui. Et également celui de la VÉRIFICATION DES FAITS.

          On n’est pas un « théoricien du complot » dès lors qu’on cherche à savoir ce qui se cache derrière la version officielle des faits. On est tout simplement quelqu’un qui cherche à connaître la vérité, et ne pas être manipulé.

          Puisqu’il est question quelque part, de l’affaire Merah ; la police, les renseignements généraux, les autorités nous avaient pourtant bien dit qu’ils avaient fait tout ce qu’il fallait, que leur mission était réussie, etc... Eh ben, tiens, v’la-t’y-pas que, même pas 1 an après, on en apprend de belles, pour finalement comprendre qu’il y a eu ; non seulement des erreurs, mais également une volonté de liquider Merah, en raison de choses qu’il pouvait avoir à dire, qui n’auraient pas arrangé la police.

          Idem pour Khadafi, que l’on fait descendre comme un chien dans un caniveau, après l’avoir reçu en grandes pompes, et, surtout, s’être fait financer par lui. Du coup, ben on ne pouvait pas l’arrêter vivant ; trop dangereux !

          Bref, les exemples seraient trop nombreux, de mensonges éhontés qu’on a voulu faire passer pour la vérité, ou de manipulations destinées, justement à masquer la vérité.

          En douter, ce serait donc être un théoricien du complot ?

          Bienvenue au pays des bisounours.


        • BOBW BOBW 15 mars 2013 21:22

          Et ce massacre et cette destruction massive de l’IRAK , avec ce mensonge honteux des dirigeants US sur ces soi-disant armes de destruction massive ?...


        • Castel Castel 15 mars 2013 10:21

          Les humains sont pris pour des êtres dangereux qu’il faut contenir.
          La démocratie moderne consiste à faire croire aux gens du peuple qu’ils ont leur mot à dire tout en les démunissant de leur pouvoir.


        • Deneb Deneb 15 mars 2013 12:50

          Aah, c’est toi Castel qui a foutu -11 à Rounga ! Je suis intrigué de connaitre tes autres pseudos. De toutes façons, bientôt on pourra voir qui a voté quoi sur Agoravox.


        • Dan2012 15 mars 2013 09:55

          Vous avez raison :
          Sadam Hussein avait des armes de destructions massives (puisqu’on me l’a dit officiellement)
          Les 3 tours du WTC sont tombées à cause du feu (puisque c’est officiel)
          Le père noël existe (sinon pourquoi on le voit tous les ans)
          Cerise sur le gâteau les grottes de Al quaida dont on nous a montré les plans (pourquoi douter, je vous le demande ?)
          Et je vous le répète : officiellement tout va bien !


          • filo... 15 mars 2013 13:17

            Bien résumé Dan2012.
            Félicitations !


          • Deneb Deneb 15 mars 2013 09:59

            Voir des complots de partout est aussi idiot que de n’en voir nulle part.


            • Javascript Javascript 15 mars 2013 13:04

              Moui moui moui.

              Et aussi « Qui boit sans soif vomira sans effort » ou encore « Les tôles ondulées mais les vaches aussi ».


            • Deneb Deneb 15 mars 2013 13:30

              Toi, tu les sors bonnes


            • brieli67 15 mars 2013 14:48

              Je veux bien être l’élève de brieli ou de deneb, mais je ne comprends pas leur leçon : admettons, ils ont raison, mes divagations sont sans fondements ; mais alors, hors leurs calomnies, qu’ont-ils à dire ?



              alignée, confondue




              Deneb, si besoin explications complémentaires...

            • Deneb Deneb 15 mars 2013 16:58

              Brieli : Alinéa, c’est la secte nazi astro-bio-dynamique de la revue Demeter, si j’ai bien compris ?


            • brieli67 15 mars 2013 20:25

              c z’là même



              Demeter c plus qu’une revue !
               c’est la « branche agro » du groupe WELEDA !!

            • Deneb Deneb 16 mars 2013 12:55

              Merci, Brieli, très instructif. Je comprends mieux certains tendances sur Agoravox.
              Soigner avec les poudres de perlimpinpin ayant subi un « traitement spirituel » : anthroposophie. Et en plus ils disent qu’ils ne sont pas une secte ...
              Ils ont l’air d’avoir beaucoup d’adeptes et sont manifestement très actifs sur Agoravox.
              Ce site aurait bien besoin d’un puissant sécticide.


            • Rounga Roungalashinga 15 mars 2013 10:02

              Assez d’accord. La méthode des conspirationnistes est souvent d’évoquer toutes les zones d’ombre d’une affaire, qui existent effectivement, puis de conclure que leur existence montre que quelque chose est volontairement caché. La preuve s’arrête souvent là, alors que la raison la plus élémentaire commande pourtant d’éclaircir ces zones d’ombre avant de rien conclure. Ils ne conjecturent jamais qu’une zone d’ombre puisse être due au hasard ou à l’incompétence des enquêteurs, ce qui est pourtant probablement souvent le cas.


              • Deneb Deneb 15 mars 2013 11:31

                rounga : -11 ! T’es tu fâché avec Maugis ?


              • Deneb Deneb 15 mars 2013 11:32

                Ou alors, tu t’es trompé en programmant ton robot.


              • robin 15 mars 2013 11:50

                « La preuve s’arrête souvent là, alors que la raison la plus élémentaire commande pourtant d’éclaircir ces zones d’ombre avant de rien conclure »

                Alors ne vous arrêtez pas en si bon chemin éclairez nous un peu sur les zones d’ombres des circonstances des attentats du 11 septembre qu’on rigole 5 minutes ... smiley


              • Deneb Deneb 15 mars 2013 13:22

                Ah, c a y est, castel m’a repéré, je vois mon score baisser à vue d’oeil. Jusqu’à combien va-t-il aller ? Faut peut être regarder dans mon thème astral.


              • Deneb Deneb 15 mars 2013 13:24

                Par contre, rounga, déjà - 19 Tu ne trouves pas que tu y vas un peu fort, Castel ?


              • Castel Castel 15 mars 2013 13:58

                « Faut peut être regarder dans mon thème astral. »

                Chiche


              • Rounga Roungalashinga 15 mars 2013 14:28

                 N’est-ce pas plutôt parce que le plus souvent les buts des conspirations ne sont par définition pas avouables ?


                Certainement, mais ça ne constitue pas une preuve, ou alors c’est de la paranoïa. « Il veut me tuer, mais il dit que non. Donc il ment, donc ça prouve bien que ses intentions sont pas nettes, donc j’ai raison de me méfier de lui ».

                Enfin, vous avez raison, tous les conspis ne sont pas à mettre dans le même sac. Il y a des conspis dingos et des conspis raisonnables.


                Alors ne vous arrêtez pas en si bon chemin éclairez nous un peu sur les zones d’ombres des circonstances des attentats du 11 septembre qu’on rigole 5 minutes ...


                Vous avez là une illustration de ce que j’ai dit : « vous êtes incapable d’éclaircir cette zone d’ombre, donc c’est que l’interprétatin que j’ai de cette zone d’ombre est la bonne. »


              • Traroth Traroth 15 mars 2013 18:10

                Même les paranoïaques ont des ennemis...


              • amipb amipb 15 mars 2013 19:48

                Pour une fois, j’ai plussé Deneb. Les méthodes de Maugis sont pitoyables.


              • Deneb Deneb 16 mars 2013 13:04

                Tiens, Villistia, le moine orthodoxe dans sa réclusion auvergnate, s’appelle maintenant trollebuse.


              • brieli67 16 mars 2013 16:52

                pas qu"en réclusion l’orthodoxe ;;  à deux !

                à l Ecole du vin et des terroirs


              • Gollum Gollum 15 mars 2013 10:04

                Descartes se propose, au début des Méditations métaphysiques, de douter d’absolument tout


                C’est ce que je fais. Pour le 11/9 je doute à la fois de la VO et des autres versions. Néanmoins je doute surtout de la VO. Par choix personnel et au vu d’éléments qui me conduisent à penser que... Mon flair aussi, je me fie beaucoup à mon intuition tout en sachant que je peux être berné.

                Je vous accorde néanmoins qu’il y a beaucoup de fêlés sur le net, à structure paranoïde..

                Mais ce n’est pas parce que l’on est paranoïaque qu’il n’y a pas d’ennemis qui me persécutent disait je ne sais plus qui non sans humour..

                Et ce n’est pas non plus parce qu’il y a de doux fêlés qu’il faut à contrario ne plus arriver à douter de rien comme le font d’ailleurs une très grande majorité de nos contemporains, ce que vous vous gardez bien de signaler..

                • lulupipistrelle 15 mars 2013 16:04

                  Oui j’ai lu ces fameuses méditations... et sa démonstration de l’existence de dieu ne m’a pas du tout convaincue... Du coup j’ai douté du reste. 


                • Jacques_M 15 mars 2013 10:19

                  @A l’auteur

                  Vous écrivez : "D’abord, ils ne partent pas, comme Descartes le fait, d’un doute personnel, mais toujours de on-dits et de théories exposées par les autres".

                  Non. En ce qui concerne, par exemple, la version officielle du 911, le doute vient naturellement des faits et non pas de on-dits ou de théories, si vous avez le temps, relisez les faits présentés par ReOpen911.info.

                  En plus, Descartes, je m’en fous royalement (désolé pour ses fans).


                  • Piere CHALORY Piere Chalory 15 mars 2013 10:24

                    Descartes est un fat,


                    Franz Hals dont vous avez bien fait d’intégrer ici un portrait, était un grand peintre, dont la virtuosité et l’élégance de l’âme élevait ses modèles par une sorte ’’d’angélisation’’ de la personne humaine. Ici rien de tout cela, le visage de Descartes nous montre plutôt un être imbu de lui même, orgueilleux et arrogant. 

                    Cogito, ergo sum ; je pense donc je suis, est la phrase qui résume à elle seule le raisonnement sophiste du cartésianisme, qui reflète d’ailleurs bien l’époque actuelle, basée sur ce ’’principe’’. Le fait d’affirmer que penser est la preuve de sa propre existence, est ridicule.C’est confondre sa propre pensée, son opinion, son ego avec la Réalité ; Le comble de l’arrogance.

                    • Castel Castel 15 mars 2013 10:41

                      De mon coté, je prend la phrase « je pense donc je suis » à ma manière : au moment où je pense, je ne peux douter que je suis. C’est une expérience personnelle, incommunicable.
                      Mais prendre pour preuve de notre existence le fait qu’on croit penser est ridicule en effet.
                      Par ailleurs, l’orgueil de Descartes n’est plus à démontrer (voir notamment comment il se comporte avec le jeune Pascal). Il me semble que Descartes ait tout fait pour se faire connaitre en reprenant à sa manière « la seule que je sais, c’est que je ne sais rien » de Platon/Socrates.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rahsaan


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires