• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les fonds de pension et les retraites, une arnaque géante ?

Les fonds de pension et les retraites, une arnaque géante ?

Mettre la main sur les retraites représente un aboutissement important pour le capitalisme, et que donc toutes les informations qui tournent autour des retraites (déficitaires), du temps de travail (trop court) de la vieillesse (trop longue) etc.. sont faites sous cet aspect mercantile.
 
Sur le fond, il est patent que l’Union Européenne a mis en place deux systèmes de Fonds de Pension difficilement compatibles mais par contre identifiables géographiquement :
-les pays d’Europe de l’Ouest , à l’exception notable de la Grande Bretagne, ont un système où les acteurs de la vie sociale et professionnelle, à savoir les syndicats de patrons et les syndicats d’employés, ont la responsabilité de la gestion et du contrôle de l’utilisation des Fonds des cotisants, ces syndicats ont créé des sociétés spécialisées en placement financier, et les banques sont resté limitées à leur fonction originale de lieu de dépôt et fructification. Cela a eu comme effet un contrôle de l’utilisation de ces fonds, qui représentent des sommes énormes et une limitation des risques spéculatifs et des placements « malheureux », alors que entre 2005 et 2008 la Grande-Bretagne et les USA ont été touchés par ces phénomènes ; la crise de 2008 est venue prouver que ces fonds « européens de l’ouest » étaient relativement bien gérés.
-les pays récemment entrés dans l’Union Européenne, à l’exception notable de la Slovénie qui a refusé, qui ont un système où certaines banques et les sociétés d’assurances ont le droit d’être gestionnaires de ces fonds, voire en ont le monopole. Ce modèle, fortement induit par la Banque Mondiale, vient des USA (école de Chicago) et a été expérimenté il y a 25 années au Chili, puis récemment en Pologne, en Grèce et en Roumanie, où il a démontré les risques qu’il génère. Pour la petite histoire, Pinochet, qui était tout sauf idiot, avait refusé que ce système s’applique à l’armée chilienne.
 
Alors que l’argument majeur énoncé par la Banque Mondiale pour défendre ce système est le libre arbitre, nous assistons à une main mise des spéculateurs sur ces fonds de pension, et à leur placement dans des fonds à risque via des mécanismes tortueux.
 
Deux effets pervers de ce système ont été mesurés, le premier en Pologne, le second en Roumanie à savoir :
-en Pologne, une Commission National d’Assurance Sociale locale dont le système informatique n’était pas à jour, et donc des cotisations qui pendant deux années ont échappé à tout contrôle, personne n’étant capable de savoir qui avait cotisé et pour quel montant, la résultante étant que ces deux années ont été affectées de manière homogène entre les cotisants.
-en Roumanie, des sommes immenses ont été dépensées durant la campagne de signature. Avancées par les actionnaires des banques et sociétés d’assurance validées, ces sommes seront ensuite tout naturellement récupérées par les opérateurs (banques et sociétés d’assurances) sur les bénéfices qui légalement auraient dû aller en direction des cotisants, avec au passage les traditionnels 15% de « returnal equity ». Dans une campagne « normale », un retour sur investissement est attendu au bout de 7 à 8 ans. Pour la Roumanie ce retour n’aura pas lieu avant 12 à 15 années, et donc ce sont sur les intérêts des placements financiers que les opérateurs vont jouer pour récupérer l’argent de leurs actionnaires, au détriment des cotisants.
 
Alors, derrière ce discours du gouvernement français sur l’âge de la retraite, le montant des cotisations, la durée de vie se cache tout simplement un objectif : la privatisation à terme des retraites, et l’appropriation par les banques et compagnies d’assurance de ces sommes énormes économisées au fil des ans par les salariés et employés, ces sommes qui permettent depuis des années au capitalisme de jouer … avec notre argent !
 
La main mise sur l’argent et les économies des ouvriers et employés, stade suprême du capitalisme ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 septembre 2010 10:04

    « La main mise sur l’argent et les économies des ouvriers et employés, stade suprême du capitalisme ? »
    ou
    La main mise de l’argent et des économies des « ouvriers et employés » sur le capitalisme ?

    Il convient de cesser de considérer le Capitalisme comme LE mal absolu et de le faire évoluer vers un Capitalisme intrinsèquement Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable grâce à l’instauration d’une Allocation Universelle transitoire suivie de la génération d’un Dividende Universel permanent et évolutif, « fonds de pension national et privé », sorte de coopérative-capitaliste, solidairement et collectivement géré par une structure spécifique, indépendante de l’État et représentative des citoyens-électeurs-contribuables qui résoudra le problème du chômage et permettra l’Acquisition Citoyenne du Pouvoir Économique.
    (cf.
    Mémoires présidentiels : 2012 - 2022)
    Un nanti capitaliste (monomaniaque & sans complexe).


    • non667 27 septembre 2010 11:04

       à jp llabrés
       pour faire la politique du parti capitaliste français il faut déjà sortir de l’€ ,de l’europe ,
      vous n’en parlez pas et faites fi des réactions des mondialo-capitalistes actuels !
       à auteur
      merci de cette mise en garde contre ce mauvais coup en préparation des mondialo-capitalistes et de leurs complices umps en france


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 septembre 2010 11:09

      Par non667 (xxx.xxx.xxx.25) 27 septembre 11:04
      à jp llabrés
      « pour faire la politique du parti capitaliste français il faut déjà sortir de l’€ ,de l’europe »

      Je ne vois aucune nécessité d’abandonner l’Euro et l’Europe.
      Merci de m’indiquer vos raisons.


    • non667 27 septembre 2010 21:20

       à jp llabrés

      Voter la création d’une Société Holding Nationale dont la tâche consistera à gérer toutes les participations financières de l’État dans des entreprises publiques et privées (banques incluses).

      3. Voter l’exonération de cette Société Holding en matière de tous impôts et taxes sur ses résultats financiers.

       l’Europe et le mondialisme interdisent le 3°
      entrave a la libre concurrence


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 septembre 2010 08:00

      Par non667 (xxx.xxx.xxx.25) 27 septembre 21:20

      Exact.
      Mais, au lieu d’abandonner l’Euro et l’Europe, il faudra modifier cette clause en faveur de cette « holding » en charge du bien public.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 septembre 2010 10:34

      Par non667 (xxx.xxx.xxx.25) 27 septembre 21:20
      Addendum :
      Si cette mesure d’exception était refusée par l’Union Européenne ou/et des instances internationales telles que l’OMC, cela ne condamnerait pas la « holding » mais ralentirait simplement son développement inexorable.


    • Bulgroz 27 septembre 2010 12:26

      Pourquoi tant de préventions envers les fonds de pension ? Pourquoi tant de préjugés, pourquoi tant d’hypocrisie ?

      C’est vrai en France on n’a pas de fonds de pension (ou si peu), on a des assurance vies.

      Et ces contrats d’assurances vie représentent plus de 1400 Milliards d’Euros, soit plus de 15 années de cotisations vieillesse (employeurs et employés soit 92,6 milliards de cotisations.)

      Début 2000, il y avait pour 660 Milliards de contrats, maintenant, en dix ans, il y en a plus du double !!! Quelqu’un peut il epxliquer cet engouement pour les assurances vie ? Manque de confiance dans le système de retraites par répartition ?

      1400 milliards d’Euros d’assurance vie en France, c’est à dire autant que le montant des Fonds de pension en UK, 2 fois plus qu’en Hollande, 3,5 fois plus qu’en Suisse. !!!

      A final, qui peut dire la différence entre 100 Euros versés à un fonds de pension et 100 versés à une assurance vie ?

      Qui peut dire que les 100 Euros versés à une assurance vie gérée par une banque privée sont bien moins gérées que 100 Euros de cotisations retraites versées à la CNAV ?


      • foufouille foufouille 27 septembre 2010 12:36

        si tu y connaissait qqch, tu saurais que c’est un placement avantageux fiscalement pour les riches


      • Gérard Luçon Gerard Lucon 27 septembre 2010 12:42

        @ Bulgroz... exactement, la question de base est « Qui peut dire ? » ou aussi « qui peut garantir ? ».

        La réalité est nettement plus simple, vos chiffres viennent prouver mes dires ; merci. Effectivement l’argent ne manque pas, sauf qu’il a été « redirectionné ».

        Par ailleurs il n’y a pas un manque d’engouement en ce qui concerne les retraites par répartition, simplement elles sont comme les placements en « overnight », pas vraiment bandantes pour les spéculateurs. Encore que ....


      • Gérard Luçon Gerard Lucon 27 septembre 2010 14:51

        en ce qui concerne votre dernière phrase, ce n’est pas le problème, le bénéficiaire n’est pas le même, et cela indépendamment de la « bonne gestion »
        la banque privée va gérer en pensant à l’intérêt de ses actionnaires, avant tout !


      • titi titi 27 septembre 2010 16:45

        « si tu y connaissait qqch, tu saurais que c’est un placement avantageux fiscalement pour les riches »

        C’est quoi un riche ?

        Parce que ma grand mère avait des assurances vie. Elle qui comptait en anciens francs et a vécu dans la misère la moitié de sa vie.


      • foufouille foufouille 27 septembre 2010 17:27

        @ titi
        « riche »
        si tu as des ronds aplacer, tu vit pas dans la misere
        en plus c’est interdit pour certains


      • Francis, agnotologue JL 27 septembre 2010 12:34

        « Répartition ou fonds de pension ? »

        Deux réponses ! la première : Il a été calculé que, pour payer des retraites sur FDP à tous équivalentes aux retraites payées par répartition, il faudrait capitaliser (et investir) 7 fois le PIB ! C’est délirant.

        La deuxième réponse : en réalité, les lobbyistes des FDP amalgament deux choses totalement différentes, à savoir les droits de propriéts afférants aux capitaux investis et les droits régaliens dont dispose l’Etat, autrement dit le peuple souverain ; les dividendes et les raxes ou impôts. Ceci n’est possible que dans un contexte obscurantiste entretenu par la mondialisation libérale qui nie l’Etat au profit des actionnaires.

        Je m’explique : un dividende est un prélèvement autorisé sur la plus-value par un titre de propriété sur le capital. L’Etat, c’est-à-dire le peuple n’a que faire d’être capitaliste, puisqu’ il est en fait le propriétaire in fine de tout ce qui se crée sur le territoire. Il lui appartient d’autorité de décider de la répartition des richesses, et cela se fait de manière équitable, en respectant les droits liés aux titres de propriétés individuels.

        L’Etat n’a donc que faire de capitaliser. La capitalisation par l’Etat est une absurdité qui ne peut naître que dans un esprit qui nie la réalité de l’Etat. Autrement dit, un oxymore ! CQFD.


        • Francis, agnotologue JL 27 septembre 2010 12:34

          La nuance entre retraite par répartition et retraite par capitalisation étant réglée ci-dessus,

          Il est clair que la retraites gérée par l’institution publique ne peut être qu’une retraite par répartition au contraire des retraites gérées par des institutions privées qui sont nécéssairement des retraites par capitalisation.

          La question est donc de savoir si la retraite est gérée par la collectivité ou par des organismes privés. Il n’y a pas de demi mesure, pas de mariage entre carpe et lapin ! La retraite gérée par la collectivité sera une retraite par répartition ou ne sera pas !

          Et ce à quoi on assiste c’est une tentative de mise à mort de la retraite gérée par la collectivité au profit de la grande finance avide de nouveaux profits, cela sur fond de discours démagogiques, catastrophistes et mondialistes.


        • titi titi 27 septembre 2010 16:43

          « La question est donc de savoir si la retraite est gérée par la collectivité ou par des organismes privés. Il n’y a pas de demi mesure, pas de mariage entre carpe et lapin  »

          C’est d’ores et déjà faux et depuis plus de 15 ans puisque la CADES gère la dette sociale qui comporte un volet vieillesse.
          Or question jouet capitaliste la CADES c’est pas de la rigolade.

          La bonne question aurait peut être été, que plutot de gérer la dette et de devoir aller se prostituer vers les prêteurs, il aurait peut être été intelligent de jouer les capitalistes avec les recettes.
          Comme ce qui a été fait avec les banquiers il y a quelques mois et qui a été une opération à solde positif !!! Ce qui est exceptionnel, quand on voit, par exemple comment l’Etat gère ses actifs immobiliers comme un goret.


        • Francis, agnotologue JL 27 septembre 2010 16:48

          L’Etat n’a que faire de capitaliser. La capitalisation par l’Etat est une absurdité qui n’a de sens que dans un contexte qui nie la réalité de l’Etat. Autrement dit, un oxymore !

          Mais nous vivons l’âge d’or de l’oxymore !


        • j.michel j.michel 27 septembre 2010 20:45

          Question : les institutions de retraite AGIRC et ARRCO, pour vous c’est l’Etat ou un organisme privé ?


        • ali8 27 septembre 2010 12:51

          dans le passé, les fonds de pensions US n’ont pu assurer le paiment des retraites à 65 ans

          le Sénat a allègrement voté le report des retraites à 67 ans ; merveilleux !!

          la prochaine fois report à 69 ans !! vive les fonds de pensions !!


          • titi titi 27 septembre 2010 16:37

            Heu...

            Bah alors je crois que vous n’avez pas bien compris ce qui arrive à notre régime de répartition...

            Il est en cessation de paiement, ou du moins le serait si l’Etat n’abondait pas.

            La vérité c’est :
            - que les fonds de pensions sont sujets aux crises capitalistes et ne garantissent rien..
            - que les régimes par répartitions sont sujets aux crises démographique et ne garantissent rien.

            Bon réveil.


          • Francis, agnotologue JL 27 septembre 2010 16:53

            La belle affaire, si l’Etat abonde le régime de retraite par répartition ! Il lui appartient de prélever les cotisations, impôts et taxes nécéssaires !

            Cet abondement qui défrise les libéraux et vautours en tous genres n’est que la juste contrepartie des exonérations sociales et boucliers fiscaux pour de toutes mauvaises raisons.

            A commencer par les entreprises qui, après avoir bénéficié des largesses de l’Etat, quand le citron est pressé, délovcalisent sans complêxes. Ou les vieilles dames à qui ont ristourne comme ça 30 millions d’euros avec des arrières pensées malhonnêtes ! Ce régime est pourri, et son discours aussi.

             smiley


          • Francis, agnotologue JL 27 septembre 2010 16:57

            La vérité c’est que les impôts des riches, des tranches élevées devraient croître exponentiellement avec le taux de chômage !

            La vérité, c’est que, plus il y a de chômeurs, et plus l’Etat doit embaucher. La vérité c’est que si le système actuel nous anémie il faudra reprendre le contrôle de la monnaie. La vérité c’est que si l’Etat continue à trahir le peuple, il lui faudra agir !


          • jaja jaja 27 septembre 2010 19:35

            Et il lui faut agir dès samedi en manifestant partout en France, quelles que soient nos opinions sur les directions syndicales et leurs stratégies mollasses...

            C’est une marée humaine qui doit se répandre dans la rue et y exprimer sa rage contre les régressions sociales !


          • j.michel j.michel 27 septembre 2010 20:40

            « l’appropriation par les banques et compagnies d’assurance de ces sommes énormes économisées au fil des ans par les salariés et employés »

            de quelles sommes parlez-vous ? en répartition, il n’y a pas eu de sommes économisées : on a trop donné immédiatement sans mettre de côté en prévision de ce qui se passe aujourd’hui. Et qui va payer les dettes de nos régimes de retraite, dus aux retraites trop généreuses, sinon les jeunes ?

            Ils en ont marre de payer pour les riches retraités


            • jaja jaja 27 septembre 2010 21:01

              Qui va payer... ceux qui sont les responsables de cette situation !

              Rappelons que Sarkozy était le candidat du « plein emploi » et que s’il n’y avait pas 4 à 5 millions de chômeurs les caisses de la sécurité sociale et donc des retraites seraient largement excédentaires.

              Dans la situation actuelle il suffirait d’allouer 3% du PIB aux retraites pour garantir le maintien du système. A comparer aux 17% du PIB octroyés aux profits. Le véritable scandale est là ! C’est d’un choix politique qu’il s’agit. Soit on sert les déja nantis soit on prend sur les profits pour payer les retraites.

              La « réforme » amènera en fait les pensions à être diminuées de 15 à 20%. C’est le but du jeu et c’est ce que les salauds qui nous gouvernent veulent faire passer. Par la suite et bien avant que les nouvelles générations n’arrivent à l’âge de la retraite ils espèrent en avoir fini avec le système du financement par répartition pour mettre en place le système par capitalisation où leurs amis pourront se faire des couilles en or.

              Surtout si d’ici là ils repoussent encore l’âge légal et les durées de cotisations.

              C’est maintenant qu’ils faut les arrêter. Chacune et chacun doit prendre ses responsabilités et se mobiliser dans la rue dès samedi.


              • jaja jaja 27 septembre 2010 21:11

                Quand aux jeunes c’est eux qui ont le plus intérêt à se battre contre cette « réforme » et pour deux raisons :

                1) Pour maintenir un système par répartition avec retour aux 37,5 années de cotisations prenant en compte les années d’étude et de formation ainsi que les périodes de chômage.

                2) Parce qu’avec 1 million de personnes contraintes de travailler jusqu’à 62 ans, c’est un million d’emploi qui ne se libéreront pas pour eux dans cette période où il leur est difficile de trouver un emploi.

                Aussi eux aussi doivent descendre en masse dans la rue dès samedi...


                • eric 28 septembre 2010 08:01

                  C’est vrai que tous cela est bien compliqué et que l’on peut dire tout et son contraire. Maintenant, que font les gens.
                  En très très gros, la gauche c’est les syndicats, et les syndicats, c’est la fonction publique. Ils sont hostiles à la retraite à 62 ans, mais pas à la retraite par capitalisation : pour eux !

                  Que je sache, il n’y a jamais eu de manifs contre la Préfond, le système de retraite complémentaire par capitalisation de la fonction publique.

                  Je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui, mais, traditionellement, les fonctionnaires ont longtemps été les seuls à avoir droit de se constituer une retraite par capitalisation.

                  En revanche, c’est vrai qu’ils ont toujours été idéologiquement hostiles à ce que les autres puissent en bénéficier.


                  • jaja jaja 28 septembre 2010 09:17

                    La PREFON, complémentaire par capitalisation, attaquée ici par SUD. Très, peu de fonctionnaires participent à cette caisse facultative qu’ils n’ont pas demandée :

                    http://www.sud-aerien.org/13-Les-regimes-des-retraites...


                  • jaja jaja 28 septembre 2010 09:22

                    Plus exactement ce sont les syndicats « jaunes » qui ont participé à sa création. Mon lien ne fonctionnant pas j’en donne un autre, toujours de SUD :

                    http://www.sudeducation.org/Fiche-no-14-Les-regimes-des.html


                  • j.michel j.michel 28 septembre 2010 10:16

                    Préfon : géré par les syndicats de fonctionnaires, modification des règles en cours de route pour éviter la faillite : les anciens adhérents ont été spoliés sans s’en rendre compte.

                    CREF-MRIFEN : c’était pire que la Préfon, là la faillite n’a pas pu être cachée sous le tapis des syndicats. Gros scandale étouffé.

                    Dans les deux cas, les syndicats qui géraient ont promis plus que ce qu’ils pouvaient payer à long terme. Mais les promesses ont été tenues pour les premiers retraités. Ce sont les jeunes qui ont payé les pots cassés.

                    C’est en petit ce qui va se passer aussi pour les régimes par répartition d’ici 20 ans : les jeunes qui auront payé le prix fort auront des prestations réduites au minimum.

                    Rendez-vous dans vingt ans pour le résultat des paris.

                     


                  • eric 28 septembre 2010 11:14

                    Tous à la manif pour supprimer cette retraite par capitalisation que les fontionnaires n’ont pas demandé pour eux et interdisent aux autres !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès