• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les gens du voyage, des citoyens d’exception encore et encore (...)

Les gens du voyage, des citoyens d’exception encore et encore …

Lors d’un discours prononcé le 29 octobre dernier à Montreuil Bellay, le Président de la République avait rendu un vibrant hommage aux tsiganes déportés durant la seconde guerre mondiale, en reconnaissant pour la première fois et sans ambiguïté la responsabilité de la République française. A cette occasion, François Hollande en avait profité pour rappeler que les gens du voyage font partie intégrante de la société française, et qu’à ce titre il fallait rompre avec un droit pour le moins discriminant. A ce propos, le projet de loi égalité et citoyenneté aujourd’hui discuté au Parlement pourrait justement tendre en ce sens, notamment en abrogeant certaines dispositions pour le moins surprenantes de notre législation.

Aujourd’hui, si l’expression de « gens du voyage » est désormais couramment employée par les français, il faut savoir qu’il s’agit avant tout d’une catégorie juridique à laquelle appartiennent certains tziganes, roms, manouches et autres personnes ayant décidé d’adopter un mode de vie itinérant. Historiquement, cette expression trouve son origine dans les années 60[1][2] et particulièrement dans la loi n° 69-3 du 3 janvier 1969 relative à l'exercice des activités ambulantes et au régime applicable aux personnes circulant en France sans domicile ni résidence fixe. Encore en vigueur aujourd’hui, ce texte a notamment pour intérêt de fournir un cadre juridique au mode de vie pour le moins original adopté par les gens du voyage, un mode de vie qui du reste, suscite de multiples interrogations. On peut le dire sans crainte, les gens du voyage vivent sous un régime administratif d’exception alors que dans l’immense majorité ils sont titulaires de la nationalité française.

L’itinérance et le livre de circulation

S’ils profitent de la liberté d’aller et venir à l’instar de nombreux citoyens français, leurs déplacements sont néanmoins encadrés de manière tout à fait singulière et ce depuis plus d’un siècle. Déjà, en 1912 le législateur avait prévu que les nomades (aujourd’hui gens du voyage) soient identifiés par un document administratif dérogatoire au droit commun, à savoir le carnet anthropométrique. Celui-ci comprenait certaines informations permettant d’identifier avec plus de précisions les gens du voyage que les autres habitants du territoire dans la mesure où devaient y figurer leurs empreintes digitales et quelques descriptions physiques des intéressés.

Puis, une loi adoptée en 1969 est venue supprimer les carnets anthropométriques et les remplacer par le livret de circulation, toujours en vigueur aujourd’hui. Ce livret de circulation peut constituer une pièce d’identité en pratique, mais ne remplace ni la carte nationale d’identité, et encore moins le permis de conduire. Il s’agit d’un document administratif spécifiquement exigé aux gens du voyage (de plus de 16 ans), et qui suppose pour ces derniers de se déplacer au moins une fois par an auprès d’un commissariat de police ou d’une gendarmerie pour obtenir un visa. A noter, l’obligation n’est pas anodine puisque son non respect est passible d’une amende (contravention de 5 ème classe, 1500 euros).

Assimilé à une sorte fichage ethnique, le livret de circulation est sujet à de nombreuses critiques, à tel point que certains parlementaires militent pour sa suppression à l’image du député (PS) Dominique Raimbourg[3]. Malgré la validation de cette proposition courant 2015 par l’Assemblée Nationale, l’initiative reste en suspens compte tenu du manque de soutien des sénateurs. Pourtant, il est difficile de ne pas y voir un régime discriminatoire, qui au-delà de limiter la liberté de circulation des gens du voyage (dans une certaine mesure), opère une différenciation significative entre les citoyens français selon qu’ils aient un mode de vie sédentaire ou itinérant. 

Si cette distinction peut paraître justifiée en constituant une réponse juridique adaptée aux gens du voyage, c’est faire fi de la dimension symbolique attachée aux livrets de circulations. En effet, l’Administration, en ciblant de manière très précise une « communauté » opère une dichotomie entre les citoyens français qui n’est pas sans rappeler les heures les plus sombres du XX ème siècle, période qui avaient vu les gens du voyage, au même titre que les juifs et d’autres personnes déportés en raison de leurs origines ethniques et de leur culture. Un tel régime n’a évidemment pas laissé indifférentes les instances européennes au premier desquelles le Conseil de l’Europe. Ainsi, dans un rapport publié en février 2006, le commissaire aux Droits de l’Homme, Alvaro Gil-Robles, avait souligné que « l’obligation de détenir un tel document ainsi que celle de le faire viser régulièrement constitue une discrimination flagrante. En effet, il s’agit de la seule catégorie de citoyens français pour laquelle la possession d’une carte d’identité ne suffit pas pour être en règle ».

On le voit, les livrets de circulations posent des questions autant juridiques que symboliques, mais il ne s’agit pas du seul point de droit qui interroge. L’adoption prochaine du projet de loi égalité et citoyenneté qui prévoit entre autres, de donner une suite favorable à la suppression du livret de circulation[4] ambitionne de revenir sur d’autres dispositions de la loi précitée de 1969. Ainsi, au même titre que le livret de circulation, le rattachement à une commune demeure une des obligations sur lesquelles la majorité socialiste compte revenir.

La commune de rattachement et les gens du voyage …

Théoriquement, tout citoyen est rattaché à une commune, de quoi il en découle certains effets concernant la célébration du mariage, l’inscription sur les listes électorales, l’accomplissement des obligations fiscales et l’aide aux travailleurs sans emploi.

 Ainsi, la même loi qui contraint les gens du voyage à être titulaires d’un livret de circulation les oblige également à être rattachés à une commune. A priori, rien d’anormale face à une telle obligation. Toutefois, si l’on se penche sur les conditions qui entourent le rattachement des gens du voyage aux communes plusieurs éléments méritent d’être soulevés.

 Tout d’abord, il faut savoir que la loi dispose en son article 9 que « le choix de la commune de rattachement est effectué pour une durée minimale de deux ans ». Pourtant, il est loisible à n’importe quel citoyen français (sauf cas exceptionnel, assignations à résidence, détention, etc.) de changer d’adresse autant de fois qu’il l’envisage. Toute personne vivant en France peut circuler ou déménager, changer d’adresse autant de fois qu’elle le souhaite dans l’année. Certains remarqueront que cela n’empêche pas les gens du voyage de se déplacer, or, toujours est il que cela limite de manière certaine leurs envies de changer de départements voire de régions.

  Egalement, les gens du voyage ne peuvent choisir librement leur commune de rattachement à l’instar de tout citoyen français, puisque la loi prévoit encore aujourd’hui que « le nombre des personnes détentrices d'un titre de circulation, sans domicile ni résidence fixe, rattachées à une commune, ne doit pas dépasser 3 % de la population municipale telle qu'elle a été dénombrée au dernier recensement. » Partant, « lorsque ce pourcentage est atteint, le préfet ou le sous-préfet invite le déclarant à choisir une autre commune de rattachement. » A ce jour, il existe donc un quota de gens du voyage admis par communes. Si la raison d’une telle disposition ne saute pas aux yeux, il faut alors penser aux enjeux électoraux qui entourent leur présence (plus ou moins importante) sur le territoire d’une commune. Pour certains, avec une telle disposition il s’agit là de neutraliser les effets positifs que pourrait avoir une présence trop conséquente de gens du voyage au profit des majorités en place dans certaines communes. Or, selon le député Dominique Raimbourg il s’agit là d’un « mythe » puisque « les gens du voyage sont très abstentionnistes et divisés, il n’existe pas chez eux de vote communautaire »[5]. Au-delà de l’importance que les gens du voyage peuvent accorder aux fait politique, comment est il concevable que de « raisons électoralistes » puissent justifier l’existence de tels quotas entre les citoyens ?

Bien entendu, la situation juridique des gens du voyage est singulière à bien d’autres égards (droits de vote, prestations sociales, éducation des plus jeunes, les airs d’accueil, etc.), néanmoins les livrets de circulation ainsi que les conditions entourant le rattachement obligatoire à une commune pour les gens du voyage interrogent avec une certaine acuité l’égalité entre les citoyens français. Que leur mode de vie impose des aménagements et des dérogations est une chose, qu’ils soient traqués comme n’importe quels délinquants en est une autre …

 

 


[3] http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r2812.asp Voir le rapport parlementaire relatif au statut, à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage enregistré à l’Assemblée Nationale le 27 mai 2015.


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • fred.foyn 9 décembre 2016 09:02

    Ce sont des « Piques-Assiettes ».. !


    • JL JL 9 décembre 2016 09:24

      @fred.foyn

       US fauteurs de troubles, go home.
       
       Si fred.foyn n’est pas un provocateur missionné par la CIA pour foutre le bordel en France, il agit comme tel.
       
       Tout ce qu’il mérite c’est plumes, goudron, et coup de pied au cul.

    • fred.foyn 9 décembre 2016 09:30

      @JL.....P’ov jalouse...


    • Hector Hector 11 décembre 2016 12:13

      @fred.foyn
      J’ai été cambriolé à deux reprises sur deux maisons différentes dans le lot.
      Les gendarmes le savaient, puisque ce sont eux qui me l’on dit, mais ils n’avaient aucun moyen de le prouver.
      Ces gens sont des parasites qui vivent sur le dos de la société dans laquelle ils s’implantent.


    • manu manu 11 décembre 2016 15:36

      @Hector

      On peut trouver des systèmes d’alarmes assez efficace pour ce genre de problème par contre il n’existe pour l’instant rien d’efficace contre des gens comme sarkozy et autres.


    • Clark Kent Jeussey de Sourcesûre 9 décembre 2016 09:03

      « Que leur mode de vie impose des aménagements et des dérogations est une chose, qu’ils soient traqués comme n’importe quels délinquants en est une autre … »

      Vous proposez quoi ? Le bracelet électronique ? La montre connectée ? L’adresse IP ?

       


      • Onizuka 9 décembre 2016 09:54

        @Jeussey de Sourcesûre

        rien de tout cela justement.


      • Clark Kent Jeussey de Sourcesûre 9 décembre 2016 10:26

        @Onizuka

        Nous vivons dans un état structuré qui entend assurer un contrôle de ses administrés à travers quelques outils simples tels que la carte vitale et l’inscription sur les listes électorales.

        Comment être inscrit sur une liste électorale (critère de citoyenneté) sans passer par l’organisation administrative du territoire ? 

        Les « expatriés » votent par correspondance, ils sont représentés par une personne mandatée dans une commune ou se rendent à un consulat. 

        Voulez-vous créer des consulats pour les « gens du voyage » ?

      • manu manu 9 décembre 2016 19:42

        @Jeussey de Sourcesûre

        La France les traite comme des délinquants et ne débourse pas grand chose pour les « aires d’accueil » pour des gens qui sont Français souvent depuis pas mal de générations et elle débourse je sais pas combien pour les migrants sans les loger sous un toit, alors qu’il y a plein de logements vide.


      • Parrhesia Parrhesia 10 décembre 2016 12:25
        @Jeussey de Sourcesûre
        Bonjour Jeussey de Sourcesûre,

        Personnellement, j’avoue ne pas très bien savoir ce que notre société progressiste propose d’humainement efficace pour régler les différents problèmes posés par le mode de vie des gens du voyage.

        (Attention, je ne parle pas ici de nos forains traditionnels et préférés !)

         En ce qui me concerne, et en toute simplicité, je commencerai par suggérer une révision de l’heure ouvrée de rempailleur de chaise ...
        Il semble en effet que cette « heure ouvrée » soit particulièrement rentable si nous en jugeons par le standing des nouvelles « verdines » et autres véhicules haut de gamme contemporains !

        Mais... ce n’est qu’une suggestion !!!


      • covadonga*722 covadonga*722 9 décembre 2016 09:46

        yep j’invite le citoyen partageur de l’espace et du lieu de vie des plus pauvres d’entres nous de venir voir a

        Marseille dans le 11 e voir l’état dans lequel « ces pauvres victimes de la société » ont mise le seul stade de foot disponible pour les gosses des cités.
        Crapules morales et intellectuelles ! il n’y a pas d’autre mot pour définir les donneur de leçon , les éduques bourgeois au statut professionnel bien protégé.Qui dans leur quasi totalité tout en nous sommant nous en bas, au partage , vivent eux dans leurs quartiers protégés et envoie leur progéniture dans d’autres lycées et collèges que ceux qu’ils veulent nous faire partager avec leurs protégés.

        Quand au mythe électoral vous êtes invités a vous pencher sur les liens de la Mairie de Perpignan par ex 
        et le vote de la communauté gitane du quartier st jacques dont la population encartée double d’un apport de cousins espagnols a chaque rdv électoral .
        50 ans que le peuple de ce sol se mange régulièrement les oukases moraux des éduqués qui trahissent sans vergogne pour s’assurer que perdure ainsi leur situation de rente et leur confort moral 
        récuré a peu de frais vus que c’est nous en bas qui réglons la facture.

        asinus : ne varietur

        • Onizuka 9 décembre 2016 09:59

          @covadonga*722

          Ok très bien, sauf que je n’appartiens pas à la haute société, donc ne faite pas comme si l’article avait été rédigé par un député ou je ne sais quel notable.

          Ensuite, vous citez deux cas négatifs, alors que tout le monde peut faire l’inverse et montrer des milliers de cas de figure où des gens du voyage se sont installés dans des communes, et où il ne s’est rien passé d’anormal.

          Dans tous les cas nos exemples ne présenteront qu’une partie de la réalité.

          L’objet de l’article était de pointer quelques inepties du droit positif. Ils sont français dans l’immense majorité, et se voient appliquer un statut dérogatoire difficilement justifiable.

          Donc bon, vos histoires et anecdotes ....


        • covadonga*722 covadonga*722 9 décembre 2016 10:15

          @Onizuka
          Donc bon, vos histoires et anecdotes ....


          ben voyons ce que votre « monde » appelle histoires anecdotes , voir péripéties n’est ce pas ,n’est que le quotidien du peuple de ce sol.
          Peuple que les éduqués et autres nantis statutaires vont a l’instar d’autre pays se prendre dans la gueule tôt ou tard ! Vous ne croyez tout de même pas que nous allons payer les violons de vos bals moraux et de conceptuelle bienveillance éternellement.
          Le réel mon cher le réel se lèvent des jacqueries sociales et identitaires qui vous contraindront au réel .
          Entendons nous bien je sais pertinemment que ça n’est pas sur une agora virtuelle que nous vous ferons entendre raison !Un bon 1793 voila qui ramènera la classe « éduquée » a la raison .
          Le droit français et la caste a son service ne défendent plus les sous-chiens et le peuple de ce sol point barre .
          Comme le disait approximativement Hobbes :quand un état et ceux qui le servent ne défende plus et ne protège plus le peuple dont ils relèvent , ils perdent ipso facto tout droit a l’obéissance de ce peuple.Et sa révolte devient légitime .

          asinus : ne varietur


        • Osis Osis 10 décembre 2016 07:54

          @Onizuka

          « Donc bon, vos histoires et anecdotes .... »

          Chiffres gendarmerie :
          1/3 de délinquants connus et reconnus dans cette population.

          Ce que vous ne comprenez pas, pauvre gadjo, c’est que c’est un mode de vie.
          Ils ont, certes, de l’honneur, des valeurs, des principes sans aucun doute plus fort que les nôtres, mais
          les gadji,(les autres) qui ne sont que du gibier à exploiter.

          Je suppose que s’ils restent en France, alors qu’ils n’y ont aucune attache, c’est probablement, et c’est incontestablement humain, qu’ils sont mieux ici que dans les pays voisins.

          PS
          L’angélisme est un des ferments de la délinquance.


        • smilodon smilodon 11 décembre 2016 17:52

          @covadonga*722 : t’en veux du réel ?? L’été prochain, quand les « manouches » auront envahi le stade de ton patelin, va donc essayer de les virer gentiment !!... Puisque tu as tout compris .... Essaye donc de leur demander gentiment !!.... Pour me faire rigoler !... Pauvre niais !... Pauvre con que tu es !... Vas donc essayer, toi qui as tout compris !!... Que je me marre !.....Adishatz.


        • cétacose2 9 décembre 2016 09:48

          Les gens du voyage ont maintenant tous les droits et aucun devoirs ,on leur donne tout ,ils n’ont même plus le plaisir de le voler .Tout leur est permis ,les autorités ,devant eux , sont mortes de trouille .Quel est le taux de présence dans les prisons ? Il est vraiment loin le temps ou les poules craignaient pour leur sécurité.Et du fait que chaque commune doit prévoir des aires aménagées aux dépens du contribuable, les gens du voyage sont les plus grands propriétaires fonciers.


          • Onizuka 9 décembre 2016 10:00

            @cétacose2

            Le rapport avec l’article ?


          • manu manu 10 décembre 2016 23:27

            @cétacose2

            Si les émissions sur les gitans nous parle de gens qui galèrent ou qui vivent avec peu les téléspectateurs zappent, alors ils nous parles que de ceux qui ont des belles voitures et qui font peur aux flics.

            Certains sont bien organiser et se payent des BM, mais bon à côté de certains bourgeois qui magouille et ce payent des yacht sur le dos du contribuable...


          • smilodon smilodon 11 décembre 2016 17:59

            @cétacose2 : plein de gens voudraient s’interposer. Sauf qu’on ne peut rien faire contre ces « populations protégées » sans risquer la prison pour 10 ans !......NOTRE « systeme » LES protége !.... Et nous, on a qu’à fermer nos gueules !....Après on va se demander pourquoi dans un train personne ne va réagir si une gonzesse se fait violer !!..... Ben c’est pas compliqué !... Si personne ne réagit, c’est pas par « lâcheté »... C’est juste parce que celui qui va mettre un grand coup sur la tête du violeur passera 10 ans en prison, quand le violeur en fera au mieux 3 avec « sursis » !..... Si la « justice » protège les « mauvais », faut pas qu’elle s’étonne après que les « bons » partent en courant !.... C’est pas bien compliqué à comprendre !..... Adishatz.


          • tanaka tanaka 9 décembre 2016 18:36

            Bonjour,

            je travaille au quotidien auprès des gens du voyage... le carnet de circulation est obsolète et n’est plus utilisé par les familles depuis de nombreuses années. Il n’a d’existence que juridique.Quant au rattachement à une commune... c’est nécessaire au niveau administratif et ça ne me choque pas. Ce qui est plus gênant à mon avis c’est d’une part 
            - le non respect par un bon pourcentage de communes de l’obligation de construction d’aires d’accueil, ce qui fait que de nombreuses familles s’installent en toute inégalité sur des terrains en friche et n’ont pas le choix, il n’ont pas d’autre place
            - le fait de construire des aires d’accueil qui ne respectent pas leur mode de vie familial ( huit ou dix caravanes max) ça créé des tensions entre les familles
            - l’incroyable business que ça représente, les gestionnaires sont payés par des subventions de l’état et s’en mettent plein les poches :(voir l’article suivant :http://artrom.blogspot.fr/2012/07/gens-du-voyage-le-juteux-business-des.html)
            Et oui, ça coûte de l’argent au contribuable, mais les familles de manouches ou gitans payent leur emplacement et leurs fluides comme tout le monde, ce n’est pas gratuit pour eux non plus, contrairement à ce que pense une partie des gens.De plus, la plupart des familles avec qui j’en ai parlé se contenterait d’un simple terrain avec un peu de gravier et un point d’eau... bref des besoins simple et de la tranquillité. Pas forcément des aires à 500 000 euros imposées par les normes européennes
            Quant à la loi ALLUR elle n’autorise pas les familles à rester plus de trois mois sur place sur un terrain privé (ce qui réglerait de nombreux problèmes), à moins d’avoir une construction en dur dessus... or bonjour pour faire les démarches pour de nombreuses familles qui ne sont pas lettrées. De toute façon la plupart des mairies leur refuse la vente car ça ne plaît pas aux voisins et électeurs.
            Les familles les plus stables avec lesquelles je travaille possèdent toutes des terrains familiaux sur lesquelles elles tournent toute l’année (chez la soeur, chez les parents, chez tata...) en fonction des saisons ou des opportunités de boulot. Ainsi les tensions sont limitées avec les communes. Pour les familles qui n’ont pas de terrain, c’est en permanence le jeu du chat et de la souris avec les gendarmes.

            @cétacose2 :Les familles vivent pour la plupart dans une grande simplicité (même si ce n’est pas le cas dans certaines familles de truands notoires dans le sud de la France). Quand vous dites « les gens du voyage sont les plus grands propriétaires fonciers » je pense que vous êtes bien loin de la vérité. Allez questionner les principaux intéressés et vous changerez d’avis.

            • Etbendidon 9 décembre 2016 18:46

              Et OUI les gens du voyage sont discriminés
              Un CRS me disait que quand ils arretent un gitan au volant d’une belle BM et qui n’a pas de papiers, pas d’assurances et encore moins de permis (et en plus aviné à la heineken), ils laissent courir !

              Tandis que moi, pov’pékin si j’ai le malheur d’avoir dépassé de UN kilometre/heure la vtesse autorisée, ils m’alignent après avoir demandé tous mes papiers et j’ai interet à payer vite !
               smiley


              • Sergio Sergio57 9 décembre 2016 19:59

                @Etbendidon

                Un CRS me disait que quand ils arrêtent un gitan ......... ils laissent courir !


                C’est pour cela que les CRS ne sont pas des manchots, car ils savent bien que, quand on sert la main à un gitan, on a intérêt à compter ses doigts !

              • Sergio Sergio57 9 décembre 2016 20:01

                @Sergio57


                J’ajouterai que, j’ai un très grand respect pour les Gens du Voyage, mais encore plus pour mes doigts !

              • simplesanstete 10 décembre 2016 00:46

                Fouteurs de merde qui se font passer pour des victimes, toute la clientèle de gôche


                • armand 23 décembre 2016 12:43

                  @simplesanstete
                  simple et sans tête , un pseudo parfait....


                • Bombe Bombe 10 décembre 2016 02:01

                  « qui n’est pas sans rappeler les heures les plus sombres du XX ème siècle » Tellement éculée cette expression.

                  Sinon. Je ne sais pas quoi en penser. Car je suis contre tout ce qui parle « d’égalité » ou ce qui lutte contre les « discriminations » par principe, discours gauchiste allant dans le mauvais sens...


                  • rocla+ rocla+ 10 décembre 2016 08:12

                    Moi j’ dis qu’ il y a des cons dans toutes les sortes de gens .


                    Et de très braves  dans  toutes les sortes de gens .

                    • Dzan 11 décembre 2016 12:56

                      @rocla+

                      Pour une fois, je vous plusse.

                      Moi, ce sont des paniers que j’achète à une brave petite dame. Ils me servent ensuite pour faire des cadeaux originaux.

                      Ils ne proviennent pas de Chine, ceux-la.


                    • rocla+ rocla+ 10 décembre 2016 08:15

                      Pas plus tard que hier soir j’ ai acheté deux très beaux bouquets de gui et 

                      houx à une gitane qui passe tous les ans . 



                      Quand je les regarde je suis heureux .

                      • air pur air pur 10 décembre 2016 08:27

                        égalité citoyenne, c’est une plaisanterie en parlant de cette communauté qui se croit tout permis, qui s’installe n’importe ou, principalement sur les installations sportives des communes, qui vole l’électricité, l’eau sous regard complice de la force publique. Lorsqu’ils se « sédentarisent » ils construisent sans permis car c’est dans leur culture et l’état laisse faire, pour qu’ils puissent bénéficier de toute cette complaisance je voudrais bien connaitre les services qu’ils rendent à la société ?


                        • rocla+ rocla+ 10 décembre 2016 08:43

                          Ils servent de boucs émissaires  à toutes sortes de frustrations 


                          • ecophilopat 12 décembre 2016 11:10

                            @rocla+

                            Ils servent de boucs émissaires à toutes sortes de frustration
                            .
                            Un peu comme les fonctionnaires ou les cheminots n’est-ce pas.


                          • rocla+ rocla+ 12 décembre 2016 18:23

                            @ecophilopat


                            Ah , les fonctionnaires c’ est une mentalité  de privilégiés et les cheminots 
                            une mentalité de grévistes , alors que les gens du voyage  ne sont ni l’ un 
                            ni l’ autre .

                          • cétacose2 10 décembre 2016 09:20

                            Ce sont tout simplement des parasitent qui plombent notre société ,mais ce qui est le plus dramatique c’est de déplorer l’incurie complice de nos gouvernants....


                            • tanaka tanaka 10 décembre 2016 10:55

                              @cétacose2
                              Vous devez vraiment être aigri contre le système pour penser comme ça...vous mettez tout le monde dans le même panier ça vous permet de cracher votre haine sans réfléchir. Soit.

                              Oui il y a trop de laisser aller du gouvernement parfois... mais arrêtez de croire que le problème c’est les autres.

                            • cétacose2 10 décembre 2016 13:09

                              @tanaka
                              Bonjour ! je vous le concède ,je suis profondément écoeuré et révolté par le « système » qui ne se révèle injuste et odieux que pour les gens honnêtes Et si vous aviez été spolié et agressé par des gitans comme je l’ai été ,vous ne prendriez plus leur défense....


                            • tanaka tanaka 10 décembre 2016 14:43

                              @cétacose2
                              Que vous ayez été spolié et volé par des gitans je comprends votre colère... mais enfin vous êtes tombé sur sur des cons et ça ne veut pas dire que les autres sont du même acabit. C’est en faisant ce genre de généralités qu’on arrive à des situations intenables... 

                              Bien d’accord sur le fait que le système ne favorise pas forcément les gens honnêtes, et qu’aujourd’hui notre « modèle français » ne fonctionne plus. Trop de charges, pas assez d’opportunités de boulot, trop d’assistanat... c’est vrai. C’est la fin de la France tranquille de papa maman, il faut peut-être regarder ce qu’on pourra faire après et l’accepter.
                              Pour finir je ne prends pas la « défense » des gitans, j’essaye juste de témoigner d’une réalité que je cotoie au quotidien et qui est bien loin des représentations que l’on a souvent. 
                              Comme partout il y a des bons et des mauvais, et surtout beaucoup de préjugés... 
                              Cordialement

                            • alinea alinea 11 décembre 2016 22:59

                              @cétacose2
                              Et si c’était des petits bancs becs qui vous avaient agressé et spolié, vous feriez quoi ? C’est à cause de ça le racisme !


                            • cétacose2 12 décembre 2016 18:10

                              @alinea
                              Bonsoir ...Mais les bancs becs sont rarement armés....


                            • rocla+ rocla+ 12 décembre 2016 18:25

                              @cétacose2


                              D’ ailleurs les bancs ont pas de bec .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès