• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les laboratoires US de guerre biologique à l’origine de (...)

Les laboratoires US de guerre biologique à l’origine de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest (interview de Francis Boyle)

Voici la retranscription en français de l’interview récente du spécialiste en guerre biologique, Francis Boyle(*), auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet des armes biologiques américaines, dont celui paru en français aux Editions Demi Lune "Guerre biologique et terrorisme".

L’enregistrement audio de cette émission se trouve ici : http://prn.fm/cant-happening-102214/

T R A N S C R I P T I O N

David Lindorff (du site ThisCantBeHappening) : Nous avons l’honneur d’accueillir sur notre antenne le juriste (lawyer) Francis Boyle, qui s’est distingué en portant plainte auprès d’un tribunal de Malaysie contre George W. Bush et Dick Cheney pour Crime contre l’humanité. Il va nous parler de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Il a une opinion assez sinistre sur cette affaire. Francis, vous êtes là ?

Francis Boyle : Merci beaucoup David de m’avoir invité. Pour contextualiser cette conversation, je suis celui qui a écrit le brouillon de la loi anti-terroriste contre les armes biologiques (Biological weapons anti-terrorism act) en 1989. Les États-Unis ont mis en place cette loi au titre de la Convention sur les armes biologiques, qui a été votée à l’unanimité par les deux chambres du Congrès US et mise en application par George W. Bush, et vous pouvez lire tous les détails dans mon livre « Guerre biologique et terrorisme », tout y est documenté…

DL : D’accord. C’est évidemment un sujet que vous connaissez très bien, et j’ai lu une interview de vous par une chaine grecque, qui était assez surprenante, où vous dites que cette épidémie n’est pas ce qu’on dit, avec cette histoire de chauves-souris qui sont venues par les airs depuis le Zaïre, et qu’il s’agirait ici d’une variante de l’ « Ébola du Zaïre » ce qui est curieux, car le Zaïre est à plus de 3500 km de là. De quoi s’agit-il à votre avis ?

FB : Oui. Entre nous, toute cette histoire ne tient pas debout. Le gouvernement américain possède trois laboratoires BSL-4 (Bio Safety Lab niveau 4). Un en Guinée, un au Libéria, un en Sierra Leone, au coeur de l’épidémie en Afrique de l’Ouest. Et ces laboratoires BSL-4 font toutes sortes de recherches plus effrayantes les unes que les autres sur les armes biologiques.

DL : Pourquoi sont-ils situés dans ces pays ?

FB : Parce que la Guinée n’a pas signé la Convention sur les Armes biologiques, le Libéria non plus. La Sierra Leone l’a signée, mais c’est une colonie britannique. J’avais d’ailleurs contesté dès 1988 le programme du Pentagone de recherche sur la Defense biologique (Biological Defense program) – et vous pouvez le lire dans mon livre, et leur avais demandé pourquoi ils conduisaient cette « double recherche », offensive et défensive, sur les armes biologiques au Libéria – qui à l’époque était une dictature militaire sous le joug du Capitaine Doe soutenu par la CIA – en contournant ainsi la Convention sur les armes biologiques. J’ai tout ici, dans un document du gouvernement US intitulé « Biological Defense program », et vous trouverez tout ça dans mon livre : le Center for Desease Control (CDC) menait des recherches dans le domaine biologique pour le Pentagone, en Sierra Leone, déjà en 1988, et probablement même avant ça, car il a fallu construire le laboratoire. De plus, la Columbia University menait aussi des travaux dans le domaine des armes biologiques (Bio warfare) pour le Pentagone, au Libéria, dès 1988. C’est celui que j’avais contesté en parlant de contournement des termes de la BWC (Bio-Weapons Convention, ou Convention sur les armes biologiques). Voyez-vous David, tout ceci n’est qu’une vaste opération de camouflage par le CDC. Ils sont plongés jusqu’au cou dans ces horribles travaux de recherche sur les armes biologiques depuis au moins 1988.

DL : Vous avez parlé de « double recherche », pouvez-vous préciser ?

FB : Bien, voilà ce qui se passe : pour pouvoir justifier ces travaux effrayants, si vous lisez les contrats, et j’ai pu en lire un avant que tout ne soit classifié, vous y lisez : "Il pourrait y avoir cette terrible forme de maladie émergente, et nous devons développer un vaccin pour cela. Et donc, nous allons commencer à travailler sur ce virus, il est possible que nous ayons à le modifier génétiquement et…"

DL : – (l’interviewer a un rire nerveux)

FB : Non David, ne riez pas, j’ai lu ces documents…

DL : C’est un rire nerveux, c’est que je suis horrifié !

FB : …au début des années 1980, sous l’administration Reagan, au moment où j’ai pris connaissance de tout ça, « et par conséquent, nous devons le modifier génétiquement, ou faire une chose de ce genre, pour créer un vaccin et protéger tout le monde. » C’est ce qui était écrit, et ils font ça pour tous les virus : L’ébola, la fièvre hémorragique, etc… Si vous ne me croyez pas, lisez l’édition du New York Times de vendredi dernier, où l’administration Obama a essayé d’enterrer tout ça au beau milieu du brouhaha des autres informations. Obama y dit : « Notre politique officielle est désormais d’arrêter ce type de recherche ». Ce qui revient à admettre qu’ils en faisaient.

DL : C’était vendredi dernier ?

FB : Oui, le New York Times de vendredi dernier. Cela revenait donc à admettre qu’ils en faisaient ce genre de recherches jusqu’à vendredi dernier au moins. Et si vous jetez un oeil sur la liste de ces recherches, le virus Evola n’y figure pas. Pourquoi ? Cela ne signifie pas qu’ils ne faisaient pas de « double recherche » sur l’Ebola. Toutes ces informations sont publiques. Si Ebola avait été sur la liste vendredi, les gens auraient demandé : mais que faisiez-vous avec ce virus Ebola ? Okay ? Cet article de vendredi dans le New York Times, c’est un peu le « Smoking Gun » [la preuve irréfutable - NdT], puisqu’Obama admet que les USA ont mené ce genre de recherches. Et en consultant la documentation, j’ai pu remonter jusqu’à l’administration Reagan, avec ces néoconservateurs qui sont arrivés au pouvoir et qui voulaient des armes biologiques. Et vous pouvez aussi lire le document du PNAC [Project for the New American Century, traduit en français ici] en 2000, ces mêmes néoconservateurs de l’ère Reagan qui écrivaient clairement vouloir développer des armes biologiques. Ils sont revenus au pouvoir avec Bush Junior, et ils ont poursuivi dans cette voie. Les néocons voulaient ces armes biologiques, et je pense que ça a vraiment commencé sous Reagan et ça a continué depuis. La deuxième administration Reagan l’a fait aussi, pas la première, mais 2e très certainement, sous l’influence de ce Richard J. Danzig qui est maintenant aux Conseils d’administration de ces sociétés "Big Pharma", et qui a établi des accords (bundle) en violation du Foreign Exchange (FX) and Governement Act.

DL : A-t-on la preuve que la souche du virus Ebola qui sévit en Afrique de l’Ouest a été génétiquement modifiée ?

FB : Laissez-moi vous dire ceci : toutes les précédentes épidémies d’Ebola en Afrique avaient été circonscrites, avec un taux de mortalité de 50%. Celle-ci n’est pas « contenue » et a un taux de mortalité de 70%. Cela me fait dire que nous avons affaire à un organisme génétiquement modifié, ou OGM. Nous savons que ce type de travaux était conduit à Fort Detrick. Il y a aussi ce Docteur Kawaoka à l’University du Wisconsin de Madison, il a admis sur sa page Web avoir modifié génétiquement le virus Eola pour le rendre plus violent. Il a aussi ressuscité le virus de la grippe espagnole, pour le Pentagone.

DL : Doux Jésus…

FB : Il a aussi fait des recherches très poussées sur la grippe, y compris en modifiant génétiquement le virus H5N1, ce virus de la grippe si dangereux qui a sévi lors de l’épidémie du SRAS [SRAS -Syndrome respiratoire aigu sévère – NdT]. Et le tout était financé par le Pentagone ou bien le National Institute of Health (NIH), ou par le CDC. Ces travaux étaient si dangereux qu’il avait dû transférer son laboratoire du Wisconsin vers le Winnipeg au Canada. Mais peut-être que les Canadiens ont dit «  allez-vous-en d’ici, on ne veut pas de vous ici, c’est trop dangereux pour nous  », je ne sais pas. Ce que l’on sait, c’est que le laboratoire BSL-4 Kanema de l’Université de Tulane était impliqué. Nous savons qu’ils font ce type de recherches sur les armes biologiques depuis longtemps. [Le laboratoire US de] Fort Detrick était impliqué aussi. Ils sont connus également depuis longtemps pour conduire ce genre de recherches, y compris sur le virus Ebola. Les trois laboratoires que j’ai cités ont tous été mis en place par l’USAID, qui n’est rien d’autre qu’une organisation servant de couverture pour la CIA. Je suis juste en train d’essayer de relier tous ces points entre eux, sur la base des informations que j’ai pu récolter sur ces armes biologiques, depuis si longtemps, depuis mes études à l’université de droit à Harward, et je me suis intéressé professionnellement à la question, puisque j’ai été appelé à défendre le Council for Responsible Genetics au début des années 1980, dans leur Comité sur les armes biologiques, etc…

DL : Êtes-vous en train de suggérer que cette épidémie a été déclenchée délibérément, ou bien s’agit-il selon vous d’un accident, le virus leur aurait échappé sans qu’ils le veuillent ?

FB : Vous savez David, si vous allez sur le site Web du Ministère de la Santé de la Sierra Leone – c’est une information publique – ils ont fermé le BSL-4 de Kanema cet été et ont affirmé que c’était la source de l’épidémie Ebola, car Tulane et d’autres laboratoires administraient des vaccins aux gens.

DL : Vous voulez dire, au personnel des laboratoires ?

FB : Non, aux gens, aux Africains de l’Ouest. Sur une large échelle.

DL : Mais alors il y a un vaccin ?

FB : Ils disent que c’est un vaccin, mais ce dont il s’agit, c’est un virus Ebola vivant. Ils ont affaire à un virus Ebola vivant pour ce soi-disant vaccin.

DL : (rire nerveux du journaliste)

FB : De plus, nous savons que le NIH, a travaillé avec le CDC, depuis un certain temps pour combiner le virus vivant d’Ebola avec celui du « rhume commun ».

DL : Mon Dieu. Mais pourquoi font-ils ça ? Comment justifient-ils cela ?

FB : Mais pour développer un vaccin, David.

DL : C’est comme ça qu’ils l’expliquent ?

FB : Eh oui, c’est tout ce qu’ils peuvent dire. Et donc, si vous mettez ensemble le virus vivant d’Ebola avec celui du rhume, vous obtenez quelque chose qui est aussi contagieux que le rhume commun, mais pas autant que la grippe. Et ça pourrait bien être ce à quoi nous avons affaire ici. Ce vaccin, ou appelez-le comme vous voulez, avec l’Ebola vivant et le rhume commun, a été injecté à une vaste population en Sierra Leone, et peut-être au Libéria, et c’est cela l’origine de l’épidémie, mais ne me croyez pas sur parole et allez voir le site Web du Ministère de la Santé de la Sierra Leone, et vous verrez que c’est leur conclusion sur ce qui arrive aujourd’hui, et c’est pour cela qu’ils ont ordonné la fermeture du laboratoire américain BSL-4 cet été.

DL : Est-ce pour cela qu’ils sont contents que les Cubains soient venus, plutôt que de voir les Américains arriver ?

FB : Le problème c’est qu’aucun Américain ne veut y aller, parce qu’ils savent que les USA sont derrière tout ça. Si vous regardez ce qu’ils appellent le « projet d’aide », c’est le vide total. C’est simplement une vaste mise en scène pour faire croire qu’ils font quelque chose, alors qu’en réalité ils ne font pratiquement rien.

DL : Les USA n’ont d’ailleurs envoyé aucun médecin là-bas, seulement des soldats, n’est-ce pas ?

FB : Exact. Et la raison est claire. La semaine dernière il y avait une réunion à Kanema, en Sierra Leone, avec des représentants de toutes ces organisations gouvernementales internationales, et la décision a été prise d’abandonner ces gens à leur sort. Pas de traitement…

DL : Oui j’ai lu ça, il faut juste les laisser se soigner eux-mêmes.

FB : Ils les renvoient à la maison avec du simple Tylénol (Doliprane). Ils sont désormais livrés à eux-mêmes, et ce à quoi nous assistons est seulement une mise en scène pour faire croire que les USA font quelque chose, alors qu’ils ne font rien. Les Cubains se sont montrés très héroïques vu la situation. L’organisation Médecins sans frontières est là aussi, et certaines ONG privées également. Mais toutes les organisations gouvernementales sont absentes, en fait elles n’ont jamais voulu s’en mêler, car elles ont réalisé que derrière l’épidémie, il y avait la recherche US sur les armes biologiques, et qu’il n’y avait pas grand-chose à faire, et que tout ce qui restait à faire c’était de laisser tout cela se consumer tout seul.

DL : Ce que vous dites est vraiment convaincant et me suggère deux choses. La première est la suivante : bien que le milieu de la médecine inclut beaucoup de gens très motivés sur le plan de l’aide humanitaire, pourquoi n’avons-nous eu aucun "whistle blower" (lanceur d’alerte) sur ce sujet ? Cela semble si scandaleux et dégoutant que quelqu’un aurait dû lancer l’alerte, non ?

FB : David, si vous regardez au cours de toutes ces années, et ces informations sont du domaine public, il y a environ 27 ou 28 microbiologistes qui sont morts.[1]

DL : Oui j’ai lu ça.

FB : 27 ou 28 microbiologistes morts. Je pense que ces chercheurs ont menacé de sonner l’alarme sur ces programmes aussi dangereux qu’illégaux de recherches américaines sur les armes biologiques, et on les a tués. Et c’est pour cela que nous n’avons pas de lanceurs d’alerte ici, parce qu’ils seraient tués eux aussi. Je crois que c’est clair.

DL : Oui j’ai lu à ce sujet, la liste est impressionnante. Et il y a des histoires bizarres de personnes qui arrêtent leur voiture au-dessus d’un pont et qui sautent.

FB : Des histoires souvent ridicules. Et je crois que tous ces microbiologistes, plutôt que de sonner l’alarme, ils sont allés voir leur supérieur, au CDC ou ailleurs. Cette information a suivi son chemin et on les a éliminés. C’est pour cela que nous n’avons pas de whistle blowers. En fait nous en avions, mais ils sont tous morts, avant qu’ils n’aient pu lancer l’alerte.

DL : Avez-vous publié vous-même sur ce sujet et sur les documents dont vous me parlez ? Ou bien comptez-vous le faire ?

FB : J’ai donné des interviews. Nous avons envoyé des communiqués de presse, à l’Institute for Public Accuracy, et j’ai donné aussi des interviews. J’ai travaillé sur d’autres sujets depuis le début de cette crise, mais si vous allez sur Internet, vous verrez que je suis un peu partout…

DL : Oui, j’ai vu ça. Mais pas dans les grands médias, évidemment.

FB : Évidemment, quelqu’un a donné l’ordre de ne pas m’interviewer, et d’ailleurs, après les attaques à l’anthrax d’octobre 2001, j’ai été le premier à dire qu’il s’agissait d’anthrax militarisé (weaponized anthrax) provenant d’un laboratoire gouvernemental américain. Ce qui fut confirmé plus tard. Mais personne ne m’a interrogé. Je crois que j’ai donné en tout et pour tout trois interviews. Une à Fox News, à Boston, j’ai donné une conférence à Harvard, et une interview à la BBC, et à une chaine de la Pacific à Washington. Je parle de tout ça dans mon livre. Cela s’est passé dans les tout premiers jours après les attaques, et après plus rien. Le grand silence. Plus personne n’a parlé avec moi. Plus personne parmi les grands médias. Ces communiqués de presse sont envoyés à plus de 8000 organes de presse tout autour du globe, tous l’ont vu. Tous savent qui je suis. Mais il est clair qu’un ordre a été donné de ne pas avoir affaire avec moi. Et donc, non, rien dans les grands médias.

DL : Et les médias grands publics dans d’autres pays ? En Russie, en Chine, ou ailleurs ?

FB : Très peu. En Grèce, j’ai donné une interview[2], mais c’est la seule. Le gouvernement US a probablement dit à ces médias de se tenir éloignés de Francis Boyle. Mais vous savez, je ne suis pas payé pour les interviews, je ne suis pas en train de perdre de l’argent, je fais ça pour informer le public, pour essayer de faire sortir la vérité. Les seuls à m’interviewer ont été des médias alternatifs comme le vôtre.

DL : Ce qui est étrange dans cette histoire d’armes biologiques génétiquement modifiées, c’est qu’il est difficile de prévoir là où elle va frapper. En supposant que ce que vous dites est exact, comment peuvent-ils penser tenir ce virus éloigné des USA ?

FB : Vous savez, M. Duncan est ici, aux USA. Il est le cas « zéro » [le premier en dehors des USA – NdT]. L’information est déjà parue, selon laquelle le Département de la Défense et le NIH ont un programme informatique qui simule tout ça, ils savent exactement ce qui va se passer, en Afrique de l’Ouest, et maintenant en Espagne, à cause de l’infirmière là-bas [apparemment guérie depuis – NdT], et ici aux USA à cause de M. Duncan, puisque c’est le cas « zéro », et donc la liste de ses contacts. Ils peuvent insérer tout cela dans l’ordinateur et voir ce qui va se passer. Dans le New York Times hier, il y avait un diagramme avec M. Duncan et tous ses contacts et leurs enfants, et chacun d’entre eux est surveillé. Sauf pour les 4000 personnes sur le bateau de croisière. Ce qui pose la question : pourquoi n’ont-ils pas mis tous les gens du bateau en quarantaine ? Au Nigéria, où ils disent avoir stoppé l’épidémie…

DL : J’allais vous poser la question…

FB : …ils ont contacté tout le monde et les ont mis sous surveillance. Mais pas les 4000 personnes sur le paquebot de croisière, et ils ont tous été relâchés sur recommandation du CDC, qui a d’ailleurs dit « il suffit d’une période de quarantaine de 21 jours  », et donc tous les gens sur le paquebot ont été libérés. L’OMS (Organisation mondiale de la santé) a critiqué cette décision et dit qu’il faudrait une période de 42 jours de quarantaine. Et si vous regardez les chiffres qui sont derrière les calculs de l’OMS et qui ont abouti à cette période de 42 jours, c’est toujours avec un taux d’efficacité de seulement 98% et un taux de mortalité de 50%, et non de 70%, ce dernier taux indiquant qu’il semble bien s’agir d’un virus manipulé génétiquement et qui est bien plus dangereux que l’Ebola d’origine. Je ne suis pas sûr, mais il me semble que par sécurité, il faudrait parler de période de quarantaine de 50 jours, et d’ailleurs tous ces chiffres du CDC ou de l’OMS sont simplement basés sur le rapport risque/coût, c’est tout. Ils disent simplement que c’est moins couteux de laisser les gens partir après 21 jours, ou 42 jours, plutôt que de les garder en quarantaine. C’est une analyse risque/coût (Cross-Benefit Analysis) au détriment de nos vies. Peut-être que nous serons comme le Nigéria, mais la différence entre le Nigéria et nous [aux USA] est que le Nigéria a retrouvé tous les contacts, alors que nous avons laissé partir dans la nature 4000 personnes de ce paquebot, et avec ces 4000 personnes, ils ont simplement appliqué les protocoles du CDC qui n’ont aucune valeur et sont très dangereux .

DL : Et bien sûr vous ne pouvez pas mettre en quarantaine toutes ces 4000 personnes ensemble, il faut les maintenir séparées les unes des autres, pour ne pas qu’ils se contaminent les uns les autres.

FB : Absolument. Ils auraient très bien pu les garder sur le bateau pendant 42 jours en leur expliquant les raisons, avant de les relâcher.

DL : Vous faites le lien entre l’OMS et le CDC en disant qu’ils sont tous deux coupables dans cette affaire, mais l’OMS comprend de nombreux pays, il y a du personnel venant de pays qui ne sont pas alignés avec les USA. Comment est-ce que ça marche ?

FB : David, je ne me rappelle pas exactement les chiffres, mais l’OMS est financée sur la même base que l’ONU, puisque c’est une organisation spécialisée.

DL : Oui, environ 25% par les USA

FB : En effet, environ 25%, plus le fait que nous devons des milliards de dollars à l’ONU. Et celui qui paie les musiciens choisit la musique. Je ne sais pas à quel point nous devons de l’argent à l’OMS, mais ils font ce qu’on leur demande de faire. Ils peuvent à l’occasion essayer de révéler quelque chose, mais ils ne vont pas se dresser contre nous. Toujours est-il que le CDC est trempé jusqu’au cou dans cette affaire, et ils font du camouflage, nous ne pouvez pas croire un mot de ce qu’ils disent.

DL : Ouah. Mais alors que devons-nous faire face à cette situation ? Vu que nous ne pouvons pas faire confiance au gouvernement sur ce sujet ?

FB : Mon conseil est le suivant : heureusement, selon la Constitution des États-Unis, la Santé publique ne relève pas du gouvernement fédéral. Elle dépend des États, des comtés, des villes, des communautés, des villages, des autorités sanitaires [locales]. Et donc ces autorités sanitaires locales doivent s’unir, et faire appel à des experts indépendants qui n’ont jamais participé à aucune recherche dans le domaine des armes biologiques pour le gouvernement américain, et partir de là, élaborer une stratégie pour leurs communautés. Si vous lisez les médias grands publics, ils contactent tous ces experts qui ont trempé dans des recherches en guerre biologique pour les USA.

DL : Oui, c’est un peu comme demander à des généraux de nous parler des guerres.

FB : Exactement. C’est la même chose. Vous ne pouvez accorder aucune confiance à ce qu’ils disent. Et donc, je pense qu’il y a vraiment quelque chose à faire, mais que cela doit se passer au niveau local, dans les communautés et avec les autorités sanitaires. Par exemple nous avons eu une crise ici à l’université de Droit. Les abrutis en charge de l’Université ont envoyé un juriste gouvernemental taiwanais. Et ils savaient que nous avions affaire à la tuberculose. J’ai découvert cela, et ai demandé que tout le monde passe des tests, ils ont refusé, alors j’ai lancé l’alerte. Et avec les autorités sanitaires et tous ici, nous avons finalement obtenu que tout le monde passe les tests et nous avons découvert que cinq personnes étaient infectées par la tuberculose. Heureusement on a pu les traiter et elles s’en sont sorties. Sans cela, elles auraient développé la tuberculose, qui est une maladie extrêmement contagieuse. Ce qui est sûr, c’est qui faut travailler avec les autorités sanitaires locales et des spécialistes qui n’ont jamais été impliqués dans des travaux de guerre biologique pour le gouvernement des USA. Malheureusement nous avons 14 000 scientifiques qui participent à ces affreuses recherches en armements biologiques pour le compte du gouvernement des USA, je les appelle les « scientifiques de la Mort », et plus de 1500 laboratoires aux États-Unis qui font ce type de recherche. Vous ne pouvez pas leur faire confiance.

DL : Combien de laboratoires ?

FB : 1500

DL : Mon Dieu. Alors que nous ne sommes pas censés en faire.

FB : C’est exact. Ce genre de travaux de recherche constitue un crime selon les termes de la loi antiterroriste contre les armes biologiques que j’ai écrite, et nous avons dépensé 79 milliards de dollars depuis le 11 septembre 2001 dans ce domaine de recherche, ce qui en dollar constant, représente le double de ce qui a été dépensé pour le projet Manhattan pendant la Seconde Guerre mondiale pour développer la bombe atomique.

DL : Mais ils disaient que c’est défensif.

FB : Oui, ils disaient que c’est pour protéger le peuple américain de virus émergents comme l’Ebola. Mais regardez autour de vous. Vous pouvez voir qu’ils n’ont rien fait pour protéger qui que ce soit.

DL : S’ils travaillaient sur un vaccin depuis les années 80, ils devraient l’avoir maintenant, non ?

FB : Soit ils devraient l’avoir, soit ils l’ont, et c’est dans les tiroirs au fin fond du laboratoire de Fort Detrick, mais ils ne nous le disent pas, et ils ne l’ont donné qu’aux plus hauts dirigeants de notre gouvernement. C’est très similaire aux attaques à l’anthrax d’octobre 2001, et le fait que tout le monde à la Maison-Blanche prenait du Cipro [antibiotique prévenant les effets de l’anthrax – NdT]. Mais bon, je ne sais pas s’ils l’ont. Soit nous avons le vaccin, soit tout cet argent a été dépensé en pure perte, soit (et ce n’est pas incompatible) ils l’utilisent pour développer des armes biologiques. Faites votre choix. Je dois vous laisser. Merci de l’invitation.

DL : Merci Francis d’être venu si rapidement à notre antenne.

 

(*) Francis A. BOYLE est un professeur états-unien de renommée mondiale dans sa spécialité, le droit international, qu’il pratique et dont il est un ardent défenseur. Il rédigea la loi anti-terrorisme de 1989 sur les armes biochimiques, la législation américaine mettant en application la Convention sur les armes biologiques de 1972. Titulaire par l’université de Harvard de deux doctorats, un de Droit (Magna cum laude) et un en Sciences politiques, il enseigne à l’université de l’Illinois, à Champaigne. (Source Editions Demi Lune)

Traduction IlFattoQuotidiano.fr

 


Notes de la Rédaction :

  1. A ce propos, il se trouve que Glenn Thomas, consultant de l’OMS à Genève et spécialiste du virus Ebola est mort en juillet dernier dans le crash du Vol Mh17 en Ukraine, en même temps que 17 spécialistes du virus du SIDA qui se rendaient à un conférence à Kuala Lumpur. Il est évidemment trop tôt pour en tirer des conclusions hâtives, c’est certainement un coup de malchance.
  2. L’interview de F.Boyle par la chaine grecque sera bientôt disponible en français sur ce site

Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 31 octobre 2014 12:17

    Si c’était un Russe qui disait ça,

    on crierait à l’anti-américanisme.

    Mais certains commentateurs d’A V vont, eux, crier à la manipulation !

    J’attends pour voir !

    • OMAR 31 octobre 2014 17:04

      Omar33

      Non diogène, bien que très sceptique, je ne crie pas à la manipulation.

      Car j’ai peur, je suis terrorisé, à la simple idée que cela soit vrai.


    • doctorix doctorix 31 octobre 2014 17:38

      Ce qui est certain, c’est que les laboratoires de recherche militaires sont une réalité, et que la guerre bactériologique est leur plus grande occupation.

      Ce qui est curieux est que le gouvernement américain a breveté non pas le vaccin, mais le virus Ebola, et ce dès 2009
      http://philippehua.com/2014/08/02/brevet-du-virus-ebola-depose-en-2009/
      La question est de savoir si on peut breveter ce qu’on n’a pas créé ?
      De nombreuses personnalités américaines estiment que la population mondiale est en surnombre et qu’il faut la réduire de 95%.C’est écrit en toutes lettres sur la pierre de Guildestone en Georgie :« 
      http://www.wikistrike.com/article-le-georgia-guidestone-usa-80967568.html
      C’est même le premier des dix articles.
      1. Maintenez l’humanité sous 500,000,000 en équilibre perpétuel avec la nature
      Vous voyez que cette pierre et ce texte sont une réalité, et non une fumisterie complotiste.
      Alors, quand on veut quelque chose, on s’en donne les moyens.
      Et quel meilleur moyen qu’un virus mortel largement répandu, avec une protection ou un traitement réservé aux »élites" ?
      Tout le contexte de cette apparition en Afrique, alors que le virus était présent depuis des décennies, est suspect.
      Et ceux qui ont un peu de mémoire feront le rapprochement avec l’épisode H1N1 de 2009, où on nous a fourgué à grand frais un vaccin inutile et un médicament sans intérêt (Tamiflu, de Rumsfeld).
      On peut imaginer que cette fois, on fera d’une pierre deux coups : d’abord de gros bénéfices, ensuite une réduction massive de la population.
      Je penche pour la véracité de cette thèse, bien qu’elle soit monstrueuse. Mais je fais confiance à la vie et à la nature pour contrarier ces projets diaboliques.

    • lsga lsga 31 octobre 2014 17:47

      L’UPR : analyser le fonctionnement du monde à travers la grille des complots.




    • doctorix doctorix 31 octobre 2014 19:09

      Le PC ; analyser le fonctionnement du monde selon les directives du présidium du soviet suprême.


    • lsga lsga 31 octobre 2014 19:41

      Le PCF : un parti nationaliste de plus. 


    • doctorix doctorix 31 octobre 2014 19:41

      Brujitafr a publié sur son site une curieuse fiction, à propos du Bilderberg-qui-n’existe-pas.

       Fiction ou anticipation ? Ça ne manque pas d’intérêt.
      Et puis ça fera tellement plaisir à lsga de le lire...

    • Francisco Francisco 1er novembre 2014 08:58

      Isga : Faire en sorte d’ignorer tout les éléments qui ne conforte pas sa pensée


    • lsga lsga 1er novembre 2014 18:08

      Le Capitalisme n’a pas besoin du restaurant du Crillon pour fonctionner. 


    • rocla+ rocla+ 1er novembre 2014 18:09

      comme Agoravox n’ a pas besoin d’ un singe surmonté d’ un chapeau 

      pour fonctionner 

    • lsga lsga 1er novembre 2014 18:24

      ou d’un alcoolique suicidaire smiley


    • tinga 31 octobre 2014 12:41

      Les cubains ont envoyé 250 médecins pour Ebola , les américains 3000 militaires, les usa violent systématiquement toutes les conventions internationales, les nazi allemands étaient des gros lourdauds, les nazi us sont beaucoup plus pervers, l’Afrique est le terrain de toutes les expérimentations criminelles des plus sordides. 


      • doctorix doctorix 31 octobre 2014 23:46

        « Dans l’éventualité où je serais réincarné, je voudrais revenir comme un virus mortel, afin de contribuer en quelque chose pour résoudre la surpopulation » – Extrait de la préface de la biographie « Si j’étais un animal » du Prince Philip

        Ensuite, ici, un extrait de cet article édifiant :

        http://www.mondialisation.ca/eug-ni...

        Dans un document que Henry Kissinger rédigea en avril 1974 alors qu’il était Conseiller à la Sécurité Nationale américaine, le National Security Study Memorandum 200, il conclut : « Le dépeuplement est l’axe prioritaire de la politique étrangère américaine dans les pays du Tiers-monde ». 

        (...)

        "des formes avancées de guerre biologique qui peuvent cibler des génotypes spécifiques peuvent transformer la guerre biologique d’un royaume de la terreur en un outil politiquement pratique. »

        Qui a écrit ces mots dans leur propre document de stratégie ? Les nazis ? Le régime de Pol Pot ?

        Non, c’était Paul Wolfowitz, Dick Cheney, William Kristol, Donald Rumsfeld et le reste des collaborateurs néo-cons qui ont formé ce qui était nommé le Project For a New American Century– qui constituait le cadre idéologique de l’ancienne administration Bush. (Source)

        Maintenant, regardez le virus Ebola sous un autre angle et avec d’autres yeux.


      • Jean 3 novembre 2014 18:59

        Doctorix, je ne vais pas vous apprendre que la recherche est parfoit du business, tu crées un truc qui fait bander les militaires, hop tu as le budget et voilà, plus c’est diabolique mieux cela fonctionne, le problème c’est que virus et bactéries sont intelligents et très difficiles à manipuler , tu les laches dans la nature en disant : « vas y mord mord choppe le ! » et le virus il bouffe de l’herbe juste à coté et t’as une catastrophe en récolte de blé par exemple. Le problème central mondial sont les militaires et principalement bien évidement les améri....


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 3 novembre 2014 19:11
        • encore un qui fait partie de la SECTE DE WALTER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        • les usa ont inoculé le sida et l’ebola aux macaques et aux chauves souris qui sont reconnaissables quand elles volent sur le DOS C EST QU ELLES NE VEULENT PAS VOIR LA MISERE DU PEUPLE AFRICAIN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        NE MANGEZ PAS DU SINGE US (corned beef ) ni de la chauve souris ( canard laqué)


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 3 novembre 2014 19:13

        mais par les CHINOIS  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • César Castique César Castique 31 octobre 2014 12:47

        « Les laboratoires US de guerre biologique à l’origine de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. »



        Comme le sida, quoi...


        Mais alors c’est pas flatteur, pas flatteur du tout, pour lesdits laboratoires, parce que question bilan, c’est tout bricolage, épicerie et merdoiement...


        On ne conclura toutefois pas prématurément. Avant de dauber, on attendra de voir si la Grande Faucheuse passe la vitesse supérieure dans les semaines et les mois qui viennent.


        Affaire à suivre donc, comme disent les médiateux, dont l’un des charmes est de ne rien suivre du tout.

        • Patrick Samba Patrick Samba 2 novembre 2014 11:52

          Bonjour,

          bon, avec ce genre d’article apparemment très sérieux, il sera plus facile de se poser des questions sur l’origine du VIH, et ensuite de se demander pourquoi un missile (selon les lapsus de Rumsfeld, deTimothy J. Roeme,...) est allé détruire une zone précise du Pentagone.

          Y avait-il des documents à faire disparaitre ? Tandis que l’attaque des tours « détournait » le regard ?


        • César Castique César Castique 3 novembre 2014 09:24

          « ...il sera plus facile de se poser des questions... »


          Plus facile peut-être, mais certainement pas plus profitable... Cela dit, chacun perd son temps, comme il l’entend...

        • lsga lsga 31 octobre 2014 12:52

          vraiment n’importe quoi....


          • lsga lsga 31 octobre 2014 15:51

            waooo.....


            n’importe quoi. 

          • lsga lsga 31 octobre 2014 16:06

            top kek !


            n’importe quoi. 

          • Hervé Hum Hervé Hum 1er novembre 2014 11:41

            lsga

            vous venez de perdre tout crédit à mes yeux.

            J’avais déjà quelques doutes mais là, vous êtes un très bon troll.

            Au plaisir de ne plus communiquer avec vous....


          • lsga lsga 1er novembre 2014 13:42

            mfw I read Hervé


          • slave1802 slave1802 31 octobre 2014 14:35

            Francis A. BOYLE est un professeur états-unien de renommée mondiale dans sa spécialité, le droit international.

            Il a pris option génétique ou virologie comme deuxième langue ?


            • Doume65 31 octobre 2014 15:01

              Francis Boyle veut allonger la quarantaine à 50 jours sous prétexte que la souche a un fort taux de mortalité. Or la durée de quarantaine n’a rien à voir avec le taux de mortalité mais avec la durée d’incubation d’une maladie. Manifestement ce monsieur n’y connait rien en épidémie.


              • TSS 31 octobre 2014 17:45

                 Qu’il ne soit pas specialiste en virologie n’a aucune importance ,le fait est que ce monsieur a

                redigé la loi antiterrorisme de 1989 ce qui doit lui permettre d’avoir accès à certaines

                connaissances et pouvoir entrer dans des milieux tres fermés... !!


              • adeline 31 octobre 2014 15:04

                Si c’est exact, ils sont (heureusement...) particulièrement mauvais.


                • non667 31 octobre 2014 15:05

                  à ilfato

                  merci pour cette info qui soulève un coin du voile des dessous de la politique l

                  mais les labo américains ne sont pas les plus en pointe dans ce domaine ils ont parmi eux des chercheurs espions qui transmettent leurs résultats à des labo israëliens qui sont bien plus en avance qu’eux et qui visent un autre but  : en bref  : l’élimination de la surface de la terre de tout les humains qui ne descendent pas génétiquement d’Abraham ! (y compris donc les juifs ashkénazes )

                  voila un commentaire que j’avais fait sur un autre sujet mais qui rejoint au final votre article

                   l’élite du N.O.M. ne sont pas des incapables ils manœuvrent ! pour régler les pb dans le sens de leur intérêts en non dans celui des peuples !

                  il y a surpopulation SI SI  mais l’élite mondialo-capitaliste veut résoudre le problème dans son seul intérêt et à l’insu /contre la populace .

                  observation : ils savent qu’au contraire du pharaon qui avait besoin de millions d’esclaves pour assurer sa magnificence eux n’ont besoin que de quelques esclaves (bien bêtes pour éviter les révolutions ) et des millions de robots informatisés qu’ils possèdent déjà

                  voila une réaction que j’ai du poster une dizaine de fois sur A V :( les chiffres sortis à la louche de ma tête ne sont pas si éloignés des vôtres )

                  ils savent (l’élite )depuis longtemps que la terre ne peut nourrir de façon pérenne plus de 2 milliards d’habitants ! (les centaines de milliers d’années d’avant le progrès technique /médical le prouvent )
                  le problème de cette élite ,de ce peuple élu est donc : comment supprimer 4,5 milliards d’habitants
                  comment faire baisser la consommation /pollution des survivants afin de mieux leur en laisser(a l’élite ) et pour plus longtemps :
                  en augmentant les prix pour la consommation .(ça vient )
                  en mettant des taxes pour la pollution .(c’est parti :taxe carbone +...+... !)

                  pour les 4,5
                  avortement ,préservatifs , destruction de la famille , hédonisme ..... en route pour l’occident
                  mais ça n’irait pas assez vite alors il faut ajouter d’autres solutions !

                  vous dites :"L’économie mondiale va s’effondrer, puis ce sera l’affrontement global. Les bons ingrédients sont déjà présents : Dissémination des armes chimiques, bactériologiques et nucléaires"

                  la bombe atomique ? impensable ça pêterait de tout les cotés , elle ne fait pas de détail , contamine trop longtemps le territoire , de plus le vent tourne et n’a que faire des frontières ! alors ?
                  bombes à neutrons : pas assez ciblantes
                  les armes chimiques, bactériologiques même problème

                   euréka j’ai trouvé !
                  et si on fabriquait un virus génétiquement modifié (genre sida + ) qui épargne seulement un type de population qui possède un génome particulier acquis (ogm ,« vaccins préventifs » ) ou inné (gène d’Abraham par exemple , les israëliens font des recherches dans ce sens ,vérifiez sur net )

                  un comble :la recherche coute cher alors on peut la faire financer par des dons de la populace en organisant des généthons et en disant que c’est pour soigner des maladies héréditaires .

                  MAINTENANT LA SOLUTION DU PEUPLE

                  les pays développés régulent naturellement leur population pour assurer à leurs descendances le même confort de vie .

                  si des populations de pays surpeuplés (par rapport à leur capacité de nourriture (+ eau ) viennent dans les pays développés cela réduit à néant l’effort de ceux-ci

                  et a la longue on en arrive à une substitution de population !

                  la logique naturelle voudrait que chaque population reste sur son sol et adapte son nombre a la capacité de nourriture de son sol CE QUE FAISAIT LA NATURE AVANT QUE LE PROGRES TECHNIQUE MÉDICAL ET IDEOLOGIQUE NE VIENNE SEMER LA M....


                  • slave1802 slave1802 31 octobre 2014 15:14

                    Et encore un complot juif...

                    Et encore un dénonceur qui a fait ses études d’histoire dans la bible

                    avortement ,préservatifs , divorce , hédonisme, des complots je vous dis, des complots juifs !

                    la logique naturelle voudrait que chaque population reste sur son sol : Vieux couplet FN qui ne fait plus rire personne.

                    Retournez vous masturber devant un portrait de Jeanne d’Arc ! :->


                  • OMAR 31 octobre 2014 17:06

                    Omar33

                    slave, le sujet est trop sérieux.

                    Alors, allez jouer dehors...


                  • Francisco Francisco 1er novembre 2014 09:15

                    L’élite ne travail pas pour nous, j’en conviens. Mais je ne pense pas que le problème s’articule sous le prisme d’un complot tel que vous le décrivez. L’élite travail pour l’argent, ils en sont obsédés et cela engendre des comportements communs que partage cette caste. Les 1% ont le pouvoir et achètent les médias, les politiciens, et s’appliquent à ne ce que cela ne change pas.
                    Concernant le Virus Ebola, c’est très choquant mais franchement qui serait surpris que les américains soient impliqués la dedans ? Lorsque on consulte le palmarès des états-unis en terme de coups d’états, mensonges, guerres, violations du droit international et j’en passe.


                  • Francisco Francisco 31 octobre 2014 18:13

                    Super flippant !!!
                    Quant on regarde les crimes commis par les américains ce dernier siècle et leurs agissements en tout genre, il ne parait pas impossible que les dires de ce Monsieur soient justes.


                    • lloreen 31 octobre 2014 20:57

                      Le virus Ebola est le motif invoqué par les assassins qui veulent accéder aux ressources situées sur le continent africain.
                      Comme de bien entendu, ces meurtriers par procuration envoient leurs mercenaires sur place.Une fois installés là-bas, ils ne déguerpiront plus et futurs « rebelles » auront toute latitude pour transformer les territoires en zones de crise perpétuelle.
                      Les marchands d’ armes se frottent d’ ores et déjà les mains...et les autres marchands aussi...

                      Le « sauveur » mondial a tout d’ une créature infernale.


                      • lloreen 31 octobre 2014 21:08

                        Que croyez-vous donc qu’ il se passe dans toutes ces installations ultra secrètes, au fin fond des bases souterraines ?
                        Tous ceux qui ouvrent leurs yeux sur la réalité le savent depuis belle lurette, qu’ une poignée de fous furieux désaxés ont la mainmise sur les ressources de la planète et sur la grosse masse des populations.

                        Il est déjà trop tard pour avoir peur. Il est temps de voir la réalité en face et de faire comme Francis Boyle : porter plainte devant les tribunaux pour homicide volontaire et crimes contre l’ humanité.
                        Tous ceux qui ont un quelconque « pouvoir » sont complices s ’ils ne dénoncent pas la situation dans laquelle toute l’ humanité se trouve plongée.
                        Et les politiques français sont logés à la même enseigne.Ou alors ils ne savent rien..et n’ ont pas leur place là où ils se trouvent ou alors ils savent , se taisent et sont complices.
                        Dans un cas comme dans l’ autre ils doivent être mis en demeure de prendre position.


                        • lloreen 31 octobre 2014 21:10

                          Pour avoir une idée de ce qui se trame sur la planète, il est opportun de jeter un regard sur ce lien très complet.

                          http://www.whale.to/b/underground_h.html


                          • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 31 octobre 2014 22:17

                            Chut ! Chut ! Chut !

                            Il faut attendre que le 13ème singe termine son travail !

                            Pourquoi être si pressé ?


                          • coinfinger 31 octobre 2014 23:37

                            Il est urgent de trouver un virus spécifique aux néo-cons .


                            • Hasard Hasard 1er novembre 2014 02:10

                              Article qui a toutes ses chances pour remporter le Nimportenawak d’or pour l’année 2014 !


                              • cathy30 cathy30 1er novembre 2014 11:35

                                Je m’attendais de la part d’agoravox un article aussi pitoyable que celui là. 

                                Savez vous que vous faites parti de ce qui on mis une psychose terrible en Afrique. Avec cette épidémie à présent certains africains ne veulent pas se faire soigner par les blancs, parce qu’ils pensent qu’on leur inocule la mort, d’où l’étendue de la maladie. 
                                Taisez vous et allez vous cacher dans un trou très profond.

                                Toute ma sympathie en ce moment vont faire les médecins et infirmières et autres de l’occident qui vont aider les africains dans cette terrible maladie.

                                • Hervé Hum Hervé Hum 1er novembre 2014 11:47

                                  Vous avez peut être raison,

                                  le problème étant que la passif de l’occident avec les africains ne plaident pas en leur faveur.

                                  Entre esclavage, colonisation, néo colonisation avec lla mise en place et l’’entretien des dictatures, le pillage systématique des ressources, l’accusation d’êtres à l’origine du sida, les génocides quasiment planifiés au Rwanda et RDC et j’en oubli, cela fait beaucoup non ?!

                                  On serait soupçonneux pour bien moins.


                                • cathy30 cathy30 1er novembre 2014 20:41

                                  Hervé Hum

                                  mais avez vous pensé que se sont toujours les mêmes qui répendent toutes ces calomnies à longueur de temps. L’esclavage est une horreur partagée avec le reste de l’humanité ;
                                  pour le Rwanda, nous n’y sommes pour rien, c’est une guerre de religion.

                                • Hervé Hum Hervé Hum 2 novembre 2014 09:25

                                  cathy30

                                  j’y ai pensé et lu bien des articles portant sur le sujet.

                                  A ce que je sache, c’est l’occident qui à remplacé l’esclavage par la colonisation et la néo colonisation, en prenant soin d’organiser le chaos et la dictature pour mieux en tirer profit.

                                  Le Rwanda ne fait pas exception à la règle.

                                  Encore une fois, je me sens infiniment plus proche d’un africain pacifique que d’un français agressif. je me fous de la nationalité, sinon de la nature des êtres, L’étranger pour moi c’est la personne, française ou non, qui n’a que mépris pour autrui.

                                  Alors dire « nous n’y sommes pour rien », pris en tant que français, ne veut rien dire. Nous sommes responsable en tant qu’individu ayant profité d’un système, telle l’exploitation des ressources des anciennes colonies à sens unique, par la mise en place et l’entretien de dictatures et la misère des citoyens vivant sur ces terres.

                                  En conclusion, mon humanité ne s’arrête pas aux frontières du pays qui m’a vu naître, mais au frontière de la planète que me fait exister.


                                • philippe913 2 novembre 2014 09:27

                                  et vous sentez vous plus proche d’un français pacifiste que d’un africain agressif ?


                                • JL JL 2 novembre 2014 09:50

                                  philippe913,

                                  pacifiste n’est pas l’antonyme d’agressif, vous mélangez les genres.

                                  Les pacifiste sont ceux qui déclarent : si tu veux la paix prépare la guerre. Et ils sont nombreux.

                                  Votre question pour faire sens, devrait être être déclinée ainsi :

                                  1 - vous sentez vous plus proche d’un compatriote va t’en guerre ou d’un étranger pacifiste ?
                                  2 - vous sentez vous plus proche d’un compatriote agressif ou d’un étranger pacifique ?


                                • philippe913 2 novembre 2014 10:04

                                  @JL
                                  je ne faisais que reprendre les termes d’Hervé Blum :
                                  « je me sens infiniment plus proche d’un africain pacifique que d’un français agressif. », pour, justement, lui faire sentir la stupidité de ce propos.

                                  c’est à lui que vous devriez dire ça, pas à moi.


                                • Ronny Ronny 2 novembre 2014 10:17

                                  D’accord avec vous.
                                  N’oubliez pas que A vox n’est que ce qu’en font les rédacteurs, et en ce moment on se dirige à vitesse grand V vers le néant... Je vais finir par lire Closer avec plus d’intérêt que Avox. Dommage, c’était une belle idée au départ.


                                • JL JL 2 novembre 2014 10:28

                                  philippe913,

                                  il semble que vous n’ayez pas saisi : Hervé Hum (et pas Blum) a écrit pacifique là où vous écrivez pacifiste.

                                  Pacifique est, contrairement à pacifiste, l’antonyme d’agressif que j’ai pris la liberté de traduire par va t’en guerre.

                                  Mais si ces nuances vous échappent, restons en là.


                                • philippe913 2 novembre 2014 10:31

                                  @JL
                                  et bien changez, j’ai répondu trop vite, mettez pacifique à la place de pacifiste, ça ne change rien à ce que j’ai voulu dire.
                                  Mais si vous êtes tellement obnubilé par votre idéologie que vous cherchez à tout prix à vouloir me discréditer (pour je ne sais quelle raison) en pratiquant l’enculage de mouche, restons en là.


                                • JL JL 2 novembre 2014 10:31

                                  Ronny,

                                  si vous avez espéré trouver dans Agoravox un conformisme aussi confortable que celui de Closer, je comprends votre déception !

                                  Bonnes lectures.

                                   smiley


                                • JL JL 2 novembre 2014 10:37

                                  Outre que vous avez utilisé un mot à la place d’un autre, même en mettant pacifique à la place de pacifiste, votre question n’en demeure pas moins une question imbécile.

                                  Appelez ça enculage de mouche si ça vous rassure, mais il me semble que pour chercher à discréditer autrui, vous n’êtes jamais le dernier.


                                • philippe913 2 novembre 2014 10:47

                                  @JL
                                  ah bon ? je discrédite ? ni plus ni moins que la moyenne je pense, mais en tout cas, pas sur des arguments à la con.

                                  Je mets le doigt sur un sophisme (opposer « un africain pacifique à un français agressif » pour montrer que l’occident à tout le temps tort j’imagine), et vous me dites que je fais un commentaire imbécile ?

                                  ahhh, je comprends, c’est parce que vous avez lu la question au premier degré, hors contexte, sans regarder à qui elle s’adressait ni le commentaire qu’il avait écrit. Oui, effectivement, vu comme ça, je comprends que vous ayez trouvé cette question imbécile, car c’était justement ce pourquoi je l’avais écrite : faire une question imbécile pour montrer à l’auteur de la première l’imbécilité de la sienne.


                                • JL JL 2 novembre 2014 10:58

                                  philippe913,

                                  j’ai lu les commentaires incriminés, et je trouve l’argumentation d’Hervé Hum très juste et convaincante.

                                  Je pense que c’est vous qui avez lu au premier degré, ce que vous appelez son sophisme.

                                  Ce n’est pas un sophisme, c’est un truisme, sauf pour ceux que ça défrise. Nuance là encore.


                                • philippe913 2 novembre 2014 11:18

                                  @JL
                                  vous avez raison, la question en elle-même est un truisme, mais toutefois, j’y ai vu le sophisme dans sa conclusion.
                                  Mais peut-être me suis je enflammé un peu vite, effectivement, en lisant trop vite, le propos d’Hervé n’étant peut-être pas un dénigrement systématique de l’occident. Peut-être, mais c’est ce que j’ai compris à ma première lecture de tous ses commentaires.


                                • JL JL 2 novembre 2014 11:32

                                  philippe913,

                                  Hé bien tout est bien qui finit bien.

                                   smiley


                                • Hervé Hum Hervé Hum 2 novembre 2014 14:19

                                  Merci JL pour ma défense et content que philippe913 ait finit par comprendre le sens de ma phrase.

                                  Ma conclusion avait pour but de bien spécifier que mon propos n’est pas dirigé contre l’occident mais bien contre une forme de nature humaine prédatrice. Non pas d’ailleurs qu’il faille s’en débarrasser, mais simplement de ne plus les laisser dominer exploiter et souvent, écraser les autres natures humaines.

                                  Mais effectivement, j’aurai pu ou du écrire la proposition inverse comme l’écrit JL

                                  Quand on me demande qui je suis dans le sens de ma nationalité, je dis que je suis un terrien, naît en France. Non pas que je renie ou n’aimes pas la France, mais simplement que la France fait partie de la planète Terre et non l’inverse. La France n’existe pas sans ou en dehors de la Terre, ainsi que tous les autres pays. De ce fait, nous avons une destinée commune et c’est celle ci qui fait que nous devons non plus considérer d’abord notre nationalité, mais notre nature d’être, pacifique ou bien prédatrice ou comme dit JL,« va t’en guerre ».

                                  Ceci est en effet un truisme, une tautologie à laquelle nous tentons compulsivement d’échapper par peur et conditionnement multi millénaire. Cela parce que l’imaginaire commun s’est construit sur l’idée que la Terre représente l’Univers en lui même et non un bout de rien du tout ! Seule la représentation de la Terre comme étant l’Univers permet à l’humain de penser chaque pays comme une planète, donc, d’une destiné différente de celle des autres pays. C’est ainsi que l’humanité à vécu ces derniers millénaires, sauf que cela n’est plus vrai, ni la réalité.

                                  C’est ainsi que j’invalide l’affirmation de caty30, par le fait que nous vivons aujourd’hui en interaction et non plus de manière indépendante. Les choix que nous faisons ici ont un impact partout ailleurs et vice versa. La question posé est donc de savoir si ce que nous voulons défendre est des frontières exclusives, basés sur la propriété de la terre ayant depuis toujours pour but l’exploitation des uns par quelques autres, ou bien des frontières inclusives, basé sur la responsabilité de la terre ayant pour but de préserver la culture et la richesse biologique pour les générations futures.

                                   Quel est l’objet de l’article ? le fait que des êtres humains envisages d’éliminer une grande majorité d’autres êtres humains dans le but de préserver, perpétuer leur propre domination et exclusivité sur la Terre, ses ressources et ce, sur le fait qu’ils n’auraient plus besoin d’exploiter le temps de vie des humains parce que remplacés par les machines.

                                   


                                • Ronny Ronny 2 novembre 2014 10:16

                                  Cet article est un tissus de contre vérités...

                                  Je ne sais pas si il y a des labos d’armes bactériologiques en Afrique, c’est possible...
                                  Je ne sais pas quels types de recherches y seraient menées...
                                  Ce que je sais et qui est scientifiquement démontré et publié :
                                  - la souche à l’origine de l’épidémie ne diffère pas de la souche la plus virulente des 5 souches connues (souche Zaire si ma mémoire est bonne)
                                  - la mortalité liée à la souche Ebola 2014 n’est pas de 50% (ceci est la « moyenne » pour une épidémie Ebola) mais de 80% et cela correspond à la mortalité liée à la souche Zaire
                                  - les Etats africains ont malheureusement et pour beaucoup à leur tête des incapables, dont le seul élément de CV important est d’être la cousine ou le beau frère du président. Des lors, on est pret à raconter n’importe quoi pour masquer son incapacité à juguler les crises, incapacité liée souvent au fait que l’argent nécessaire aura été détourné en amont par la mafia au pouvoir. Ainsi, les préservatifs qui permettrait de contenir la dissémination du VIH par voie sexuelle ont été accusés d’être à l’origine de la maladie !
                                  - bien sur que le développement de vaccins nécessite de passer par le génie génétique, soit pour obtenir des souches atténuées, soit pour « extraire » les composants vaccinant des souches - Il en est de même pour la production de « serum » en fait d’anticorps anti viraux (voir mon article pour plus d’explications : http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/fievre-hemorragique-liee-au-virus-155761&nbsp ;). Il n’y a rien de secret ou de complotiste la dedans, les vaccins antigrippaux et bien d’autres sont produits de la sorte...
                                  - Le premier à avoir dit que l’agent de l’anthrax libéré après les évènements de septembre 2011 était d’origine militaire... Je rigole, on avait eu l’info par l’intermédiaire de personnel de l’institut pasteur de paris dans une conférence internationale qui s’était tenue également à Paris peu de temps après...
                                  - l’interviewé est à l’évidence un spécialiste de droit, probablement compétent, mais il ne connait rien à la biologie ni à la microbiologie. 
                                  - encore une fois Avox a publié un article de nature complotiste. Entre les rédacteurs proches du FN, les gourous pro Poutine, les pseudos écolos incompétents, Avox est en train de plonger et de faire la démonstration que le journalisme citoyen, cela ne marche pas forcément...


                                  • JL JL 2 novembre 2014 11:00

                                    ’’les Etats africains ont malheureusement et pour beaucoup à leur tête des incapables’’

                                    C’est juste. Mais qui mes a mis au pouvoir ?


                                  • JL JL 2 novembre 2014 11:03

                                    @ Ronney encore :

                                    Trouvez vous normal que les laboratoires US possèdent un brevet sur une souche virale, et soient de ce fait les seuls à s’arroger le droit de faire du profit sur les traitements à venir ?

                                    Rien que ce fait vous donne tort.


                                  • Phoébée 2 novembre 2014 11:58

                                    A ce stade peut-on parler d’une épidémie au sens catastrophique du terme, dans des pays où les médecins se font rares. Après une phase paroxystique, la plupart des épidémies finissent par reculer. C’est pourquoi je trouve l’alarmisme constant des autorités sanitaires de plus en plus suspect. 


                                    • ETTORE ETTORE 3 novembre 2014 09:40

                                      Les autres pays, pourraient ils simplement se servir dans la marmite pour leurs propres recherches ?

                                      on a rapatrié hier en France une personne dont nul média n’a révélé son identité et appartenance à un pays donné !
                                      A quels fins ? faire de notre côté des recherches sur un vaccin ? développer autre chose sur la base de l’existant ? faire le point sur les origines de la souche ??
                                      En admettant que les Américains soient bien à l’origine de cette chose, imaginez l’intérêt d’un pays comme la France de mettre en avant la création d’un vaccins ! ou une nouvelle souche de virus
                                      C’est une nouvelle forme de terreur, un nouveau jeu d’équilibre qui se met en place
                                      et on joueras aux cons, même si des milliers de personnes doivent y perdre leur vie.

                                      • yvesduc 3 novembre 2014 20:50
                                        Je ne prêtais pas trop d’attention à ce type d’information jusque-là, mais venant de Francis Boyle, c’est autre chose.
                                        Puisque ces laboratoires prétendent rechercher l’antidote, répandre le virus leur permet de continuer à réclamer des fonds. Une « auto-justification », en quelque sorte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès