Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > Les Lapons ne perdent pas le nord !

Les Lapons ne perdent pas le nord !

Les Lapons (ou Samis) sont les derniers éleveurs de rennes nomades de Suède. Ils viennent de gagner une bataille qui durait depuis 30 ans concernant les droits fonciers dans une affaire judiciaire qui a vu l'état accusé de racisme envers le seul peuple « autochtone » du pays.

Une décision du tribunal de district de Gällivare a accordé mercredi au petit village Sami de Girjas, situé à l'intérieur du cercle polaire arctique, les droits exclusifs pour le contrôle de la chasse et de la pêche dans la région, et la restauration des compétences qui avaient été retirées aux Lapons par le Parlement suédois en 1993.

"C'est une étape symbolique vers la reconnaissance des droits des Lapons, et nous espérons que ce verdict servira de matrice pour déterminer les politiques concernant les sujets qui touchent à la vie de notre peuple en Suède, c’était là le principal objectif", a déclaré Åsa Larsson Blind, vice-présidente du Conseil Sami, qui représente les Sami en Suède, en Norvège, en Finlande et en Russie.

Après une longue lutte au cours de laquelle la « Swedish Sami Association » a saisi la Commission Européenne et la Cour des Droits de l'Homme, l'affaire est arrivée en cour de justice en Suède l'an dernier.

Dans un premiers temps, les avocats de l'État avaient affirmé que le statut d' « autochtones » des Samis était sans rapport avec l'affaire. " La Suède n’a à cet égard aucune obligation internationale à reconnaître des droits spéciaux des Samis, qu'ils soient autochtones ou non ".

Dans une lettre ouverte, 59 chercheurs universitaires, y compris les ethnologues et les anthropologues du Centre de recherche Sami à l'Université d'Umeå, ont accusé les avocats d’utiliser la « rhétorique du fondement biologique des races" et de montrer « une ignorance surprenante des conditions historiques".

La chanteuse suédoise lapone Sofia Jannok avait écrit : "L'Etat veut nous effacer de l'histoire."

Larsson Blind a dit qu'elle était soulagée que le tribunal ait décelé le « discours colonial" des représentants de l'Etat. "En obtenant ce verdict, et après avoir pris connaissance du libellé dur utilisé par la cour, de nombreuses personnes retrouvent leur identité. Bien que l'affaire ne concernait qu’une petite zone géographique, elle a permis de sortir d'une frustration beaucoup plus générale que les questions samis qui étaient dans l'impasse dans l'arène politique, où ils ont été débattues sans fin, sans qu’aucune décision n'ait été prise ».

Le procureur général, Anna Skarhed, a défendu la position juridique de l'Etat l'année dernière et a déclaré qu'il n'y avait "aucun doute que les Samis étaient un peuple « autochtone », mais que ce n’était pas la question". Les avocats de l’état peuvent encore faire appel, ce qui signifie que l'affaire pourrait traîner pendant de nombreuses années.

Se félicitant du verdict, le président du village Girjas, Matti Berg, a déclaré aux médias suédois : « C’est une longue lutte et nous sommes victorieux. Je suis vraiment heureux et soulagé." M. Berg avait dû faire face à des menaces de violence après que l'affaire ait été lancée l'année dernière.

Certains Suédois locaux se méfient toutefois. "La prochaine étape sera de restrictions sur la motoneige et sur la chasse à l'orignal », a déclaré Robert Björk, un chasseur de Kiruna.

Comme la France, la Suède ne fait pas mention de l'origine ethnique de ses citoyens, le nombre exact de Samis n’est pas connu, mais on estime qu’environ 20.000 personnes continuent à vivre de l’élevage du renne et ont un mode de vie traditionnel. La langue sami a été reconnue comme langue officielle minoritaire en 2000.

Les Samis de Suède sont également aux prises avec des projets de la compagnie britannique Beowulf Mining concernant l’exploitation de minerai de fer dans le Grand Nord du pays. "Le verdict n'a pas d'effet direct sur les projets d'exploitation, mais c’est une pièce du puzzle pour obtenir que les droits fonciers des Samis soient reconnus afin que nous puissions obtenir plus d'influence sur l'exploitation minière », a déclaré Larsson Blind.

famille sami vers 1900


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 4 février 11:43

    Les Samis détestent qu’on les appelle Lapons.


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 4 février 11:57

      @amiaplacidus

      Merci pour cette précision que j’ignorais et qui m’a permis de découvrir que le mot « Lapon » vient du terme « laponde » dont la racine « lapp » signifie « porteur de haillons » en suédois.

      Je croyais que les deux termes étaient équivalents, et j’ai utilisé le mot « lapon » pour le titre en pensant que ce mot était plus familier aux francophones que le nom utilisé pour se nommer par les Samis eux-mêmes.

      Si c’était à refaire, j’éviterais.

    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 4 février 12:04

      Un peuple qui veut rester libre, et qui résiste. Bravo.


      • Garibaldi2 4 février 16:50

        Ce paragraphe n’est pas très clair :

        Dans une lettre ouverte, 59 chercheurs universitaires, y compris les ethnologues et les anthropologues du Centre de recherche Sami à l’Université d’Umeå, ont accusé les avocats d’utiliser la « rhétorique du fondement biologique des races" et de montrer « une ignorance surprenante des conditions historiques".

        Les avocats de qui ? Des Samis ?


        • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 4 février 17:03

          @Garibaldi2

          Les avocats de l’état suédois qui défendaient les mesures prises en 1993 qui spoliaient les Samis concernant les droits de pêche et de chasse, mais aussi le contrôle du territoire et le foncier, comme les étasuniens l’avaient fait avec les « natives » au 19ème siècle.

          Pour mieux comprendre la situation, vous pouvez lire cet article de 2008 :


        • zozoter 4 février 21:39

          Les Samis sont les Amérindiens de l’Europe. Pas de bol, ils sont implantés aussi en Suède peuplé par les pires racistes. C’est quand mêmes les suédois qui ont inventés l’eugénisme. Beaucoup moins de frictions avec les Russes, Finlandais et Norvégiens.



          • alinea alinea 4 février 22:30

            Grand merci pour cet article. L’effet qu’il me fait est celui d’un lacs qu’on aurait desserré autour de ma cheville et qui laisserait à nouveau monter la sève ; qu’on préserve ces humains enracinés qui s’épargnent, par leur force, des méfaits de notre décadence.


            • JC_Lavau JC_Lavau 4 février 22:32

              Tu ne cites pas tes sources. Elles sont indispensables.
              Avec des loupes, j’arrive encore à retrouver Umeå et Gällivare sur l’atlas, mais Girja, bernique !
              Depuis le déménagement, je ne sais plus où est le carton contenant les cartes suédoises et norvégiennes.
              J’aurais bien aimé aussi avoir des nouvelles des démêlés juridiques et fonciers avec les Sami du Jästrickland, dont les droits de passages ancestraux sont contestés par les propriétaires privés des forêts, car ils ont perdu leur langue same locale : ils sont suédophones depuis plusieurs générations. Et un troupeau de rennes en migration à travers forêts, ça fait quand même du dégât.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès