• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les mêmes barbelés infâmes

Les mêmes barbelés infâmes

Connaissez-vous Hedy Epstein ? Non, c’est une dame âgée, née en 1924, qui vit aux Etats-Unis depuis bien longtemps maintenant (elle y est arrivée en 1948), où elle fait régulièrement des conférences. Pas n’importe lesquelles, celles portant essentiellement sur un règlement pacifique du conflit israélo-palestinien. Comme vous avez dû le remarquer, Hedy Epstein est juive. Elle habitait en Allemagne à Kippenheim, un petit village près de Feiburg. C’est là qu’un jour les nazis ont failli venir la chercher... à l’âge de 14 ans, mais elle s’était déjà échappée, grâce à une opération oubliée de l’avant-Seconde Guerre mondiale, celle du Kindentransport.

En novembre 1938, en effet, quelques jours après la nuit de Cristal, des sommités juives avaient demandé à rencontrer Neville Chamberlain, inquiets de la situation en Allemagne. Ils avaient réussi à lui arracher une promesse, celle de rapatrier au plus vite les enfants juifs d’Allemagne, autant que faire se pourra, tant le programme nazi laissait envisager de craintes sur leur existence future. C’est un fait peu connu de l’histoire de la période, qui implique en réalité beaucoup de choses, la principale étant que les Anglais, et bien d’autres s’attendaient bien à une extermination, à plus ou moins brève échéance et que la découverte des camps en 1945 ne fut pour eux qu’une demi-surprise, contrairement à ce qu’on a pu entendre ici et là. Les Anglais décidèrent via le "Movement For the Care of Children from Germany", créé pour l’occasion, de rapatrier tous les enfants de moins de 17 ans, et c’est ainsi qu’on en sauva environ 10 000, les autres, restés sur place, connaissant le sort que l’on connaît. Aux Etats-Unis, à la même époque, un programme similaire, le "One Thousand Children", fut mis sur pied, le mouvement anglais devenant le "Refugee Children’s Movement" (ou RCM), certains enfants étant même rapatriés à partir des camps de concentration nouvellement créés (les premiers datant déjà de 1933, pour les politiques, dont surtout les communistes). L’opération de sauvetage ou de rapatriement ne dura qu’une année environ : le dernier départ d’enfant eu lieu en Allemagne en 1939, le 1er septembre, date de l’invasion de la Pologne. Hedy fut ainsi ramenée en Angleterre, seule, sa famille, restée sur place, étant finalement totalement exterminée en camp de concentration, à Auchswitz.

Son père, Hugo Wachenheimer, avait été emprisonné dès 1938. En 1941, les nazis décidèrent de l’envoyer... en France, à Gurs, dans les Hautes-Pyrénées, le séparant de sa femme Ella. Le camp de Gurs, édifié à la hâte en 42 jours, avait été créé au départ pour recevoir les réfugiés "rouges" d’Espagne, les communistes ayant été les premiers emprisonnés par le régime de Vichy. Puis vinrent ceux qu’on appelle les "indésirables"  : juifs, tziganes, tous les exclus du rouleau compresseur ethnique allemand. Gurs reçut ainsi, du 1er mai au 23 octobre 1940 : "9 771 femmes en provenance du Vel d’Hiv... et enfants... trois quarts des Allemandes... les plus nombreuses, sont juives ou apatrides... ", note Claude Laharie, l’exégète du camp. Ce camp a pour origine l’action d’un sénateur, Léon Bérard, qui a aussi été garde des Sceaux de 1931 à 1932 et de 1935 à 1936, qui sera nommé plus tard ambassadeur de France au Saint-Siège. Un drôle de personnage, académicien apprécié par Mauriac, ami de l’Action française et membre à la fois du Parti radical. Nommé plus tard au Vatican, où il défendra l’ignominieux «  Statut des juifs  » du gouvernement Pétain. En 2007, un collège de Gironde portait toujours son nom sans que cela ne choque l’administration française et l’Académie de Bordeaux, malgré les appels répétés d’une fédération de parents d’élèves au Conseil régional des Pyrénées-Atlantiques ! Dont le président est J.-J. Lasserre, UDF, grand supporter sarkozien, ancien membre de la Jeunesse agricole chrétienne qui sait recevoir ses amis, dont André Santini ou Gérard Larcher (UMP), et... Christine Boutin, tous "ensemble". En France, en 2008 encore, on donne le nom à un collège à une personne qui a fait enfermer des enfants qui ont fini à Auschwitz sans que cela ne gêne personne, y compris le député UDF local ! Qui n’ignore pas que des élèves du collège Bérard participent tous les ans au Concours national de la Résistance et de la déportation, en finissant en bonne place ! Papon, certes, mais Bérard ? En 1940, un seul individu alors peste contre le choix de Gurs : Jean-Louis Tixier-Vignancour, "jeune député d’Orthez, qui est scandalisé que sa circonscription ait été choisie pour un tel cadeau’", mais ce n’est pas pour des raisons humanitaires, loin s’en faut. Il déclare avec éloquence que ces réfugiés constituent "toute une armée non seulement de l’anarchie, mais du crime international". Déjà à l’extrême droite, où il restera jusqu’à sa mort... avec son responsable de communication, un certain Jean-Marie Le Pen. Du camp de Gurs, les prisonniers partent en général vers les chantiers de l’organisation Todt. Ou bien pire encore : en 1942, quatre trains gardés par des gendarmes français en uniforme noir partent d’Oloron vers les camps d’extermination allemands. Ce ne sont que les premiers. D’autres suivront, dont ceux organisés par un certain Maurice Papon.

Après plusieurs camps "provisoires", dont Les Milles pour le père d’Hedy et Rivesaltes pour sa mère, les époux Wachenheimer se retrouvèrent... à Auschwitz, pour y partir en fumée en 1943. En 2003, Hedy reçut du gouvernement français, alors adepte de la repentance, 30 000 dollars de réparations pour l’enfermement de ses parents par la police de Vichy. Pour elle, une somme liée à du sang "I think it’s blood money," dit Hedi, "so I wanted it to be used for some good purpose." Somme qu’elle a intégralement reversée à plusieurs organisations humanitaires, toutes engagées dans la résorption du conflit actuel : Seeds for Peace, Peace Research Institute of the Middle East, Neve Shalom, Ali Arab Mobile Clinic in Gaza, et l’Israeli Coalition Against Home Demolitions. Le choix peut surprendre : à lire la suite, vous verrez que non.

Car, aujourd’hui, Hedy se bat en effet pour que cela ne se reproduise pas. On la comprend. Mais ce qu’elle dit depuis 2004 choque une bonne partie de la population américaine. Tout négationnisme étant exclu obligatoirement de sa bouche, on se demande ce qui fait tant débat chez elle aujourd’hui. En fait, ce sont ses déclarations incendiaires. Hedy se rend régulièrement depuis 1981 en Israël, dont cinq fois rien qu’en 2003. En 2003, justement, elle décide d’aller cette fois à Ramallah, en Palestine. Et en revient effondrée. Ce qu’elle y voit la révolte, elle, l’enfant que l’on sauvé de la barbarie en voit une autre, sur place. La situation déplorable et misérable des enfants palestiniens la choque profondément. De retour aux Etats-Unis, elle fait part à une journaliste suisse de ce qu’elle y a effectivement vu, en commençant par affirmer tout de go : "I would like to dedicate this interview to the children of Gaza, whose parents cannot protect them or send them away to safety as my parents did when they sent me to England in May 1939 on a Kindertransport". Le ton est donné : pour Hedy, la survivante, le sort des Palestiniens en 2003 n’est pas meilleur que celui de juifs sous Hitler ! L’interview provoque un tollé aux Etats-Unis, bien entendu, mais cela ne change en rien ses habitudes.

Hedy la courageuse a passé l’âge de se faire intimider, le passé perdu à jamais de sa famille parle pour elle. Inflexible, elle se rend l’année suivante à nouveau en Israël. Pour se faire arrêter à peine descendue d’avion à l’aéroport Ben Gourion, par des membres des services secrets israéliens, qui l’humilient et tentent vainement de la dissuader de rester sur le territoire, ou de se rendre à nouveau en Palestine y voir ses amis. Emmenée au poste de police, elle y est déshabillée, et pire encore, une jeune policière de 22 ans lui annonçant une fouille au corps. Hedy ne peut alors s’empêcher de lui demander "Pourquoi faites-vous ça ?” Ce à quoi repond la policière : "Parce que vous êtes une terroriste, vous êtes un risque pour la sécurité." 84 ans aujourd’hui, vivant seule, rescapée d’une famille juive assassinée et considérée comme "terroriste" par Israël ? Le terrorisme a bon dos chez Ariel Sharon, l’homme de Sabra et Chatila. Révoltée, abasourdie, Hedy, la "terroriste" de 84 ans, y trouve une source supplémentaire d’énergie pour dénoncer le blocus palestinien et les humiliations journalières des checkpoints. Où l’on trouvait il n’y a pas si longtemps encore un ancien amant de... Carla Bruni, faisant sa période obligatoire de militaire israélien et ami du président actuel. En 2005, elle se joint à un mouvement non violent palestinien à Bi’lin. Bi’lin a une particularité désolante : le village, coupé en deux, s’est vu privé de ses champs par la construction du mur de béton israélien, cet hideux rempart censé protéger le pays. L’armée israélienne, durant la manifestation, charge, et balance une grenade assourdissante sur les manifestants. Hedy perd partiellement l’ouïe : deuxième humiliation, deuxième agression. Au pied des murs de béton qu’a élevé Israël autour de sa frontière, Hedy reste songeuse : "Quand je me suis trouvée à côté de ce terrible mur de béton haut de 25 pieds qu’Israël a construit, j’ai pensé : mon Dieu, voilà ce que les juifs sont en train de faire, les juifs qui autrefois étaient enfermés derrière des murs sont en train de construire un mur, et de mettre les Palestiniens derrière ce mur, et de détruire en même temps des bâtiments, des maisons, des puits palestiniens". Séparant les Palestiniens, les enfermant dans des ghettos, coupant au passage les villages en deux ou les séparant de leurs oliveraies, pratiquant ce que Jimmy Carter, Prix Nobel de la Paix, dénonçait l’année dernière comme un véritable apartheid. Selon lui, le mot n’est pas trop fort : "Jimmy Carter affirme pourtant que ce terme se justifie par les barrières grillagées, les détecteurs électriques et les blocs de béton installés par Israël le long de la frontière avec la Cisjordanie". Et il insiste : "Je pense même que la situation est pire, dans bien des cas, que l’apartheid en Afrique du Sud", a-t-il fait valoir en allusion au régime de ségrégation raciale pratiqué dans ce pays africain jusqu’en 1990. Et deuxième tollé aux Etats-Unis, où la diaspora juive pèse fortement sur la vie politique. L’homme à l’origine des rencontres israélo-palestiniennes de Camp David constate que depuis les années 80 la situation s’est fortement dégradée, et que la construction du mur doublée d’une politique intense de colonisation n’a fait qu’empirer les choses. De même que les tentatives de sabotage de paix. Ou la réactivation du blocus de la bande de Gaza sous n’importe quel prétexte.

Hedy a depuis regagné les Etats-Unis... Jusqu’à sa mort, elle l’a promis elle se rendra à Ramallah ou à Gaza. Elle ne fera jamais partie de l’avion de Georges Bush, qui y est allé cette semaine de sa petite larme médiatique au mémorial de l’holocauste où figure pourtant les noms des parents d’Hedy. En négligeant ostensiblement de se rendre sur la tombe de Yasser Arrafat. Des Hedy Epstein, dont les parents ont été envoyés à la mort par un gouvernement français inepte, devenue apôtre de la paix, il n’y en a pas assez : avec un seul W. Bush, c’est déjà de trop. Jamais depuis son mandat les colonisations israéliennes n’ont été aussi nombreuses. Rien n’a été fait pour empêcher la construction du mur de la honte et le système coercitif des checks points, endroits de toutes les humiliations possibles. Et jamais non plus jusqu’ici il n’avait daigné mettre les pieds en terre palestinienne.

L’annonce de la création d’un Etat palestinien restera donc un vœu pieux, et ce n’est pas la farce d’Annapolis qui y changera quelque chose : ce n’est pas encore demain qu’Hedy Epstein pourra prendre un ticket d’avion direct pour le véritable pays de ses amis. Pour se consoler, Hedi pourra toujours écouter le West-Eastern Divan Orchestra de Daniel Barenboim, le chef d’orchestre israélo-argentin qui vient de recevoir son passeport palestinien, en hommage à l’action qu’il mène depuis longtemps. Hedy, en l’écoutant, se sentira certainement un peu moins seule.

Documents joints à cet article

Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes Les mêmes barbelés infâmes

Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

111 réactions à cet article    


  • morice morice 22 janvier 2008 12:33

    Avouez plutôt que ça vous gêne ce genre de parcours... étonnant. En tout cas vous faites drôlement bien le porte parole du sionisme, à ce que je vois... on s’en serait presque douté, Mr Jacob, à vous lire régulièrement... euh rien à DIRE sur le TEXTE, comme d’hab ??? "Nous répondons à la violence générée" euh les palestiniens ne subissent AUCUNE violence.. pas d’’électricité, pas de pain, c’est par amour de l’humanité sans doute...


  • non666 non666 22 janvier 2008 15:47

    Malgrès ses denis, cela fait quand meme un moment que j’ai montré "Jacob mon fils" du doigt...

    Mais bon morice vous simulez bien la surprise, vous lui avez laissé le benefice du doute jusqu’a ce que cela ne tienne plus du tout. Vous etes trop bon.

    "Les amis d’israel" , ici comme ailleurs, sont quand meme assez facile a identifier , sur tous le sites.

     


  • Gazi BORAT 22 janvier 2008 15:55

    Etre attaché à l’Etat d’Israel n’est pas position honteuse.. Le souci se pose ensuite de ce que l’on est prêt à transgresser pour cet état..

    gAZi bORAt


  • brieli67 23 janvier 2008 11:45

    c’est un peu bête comme choux de pomper bête les articles US

    Kippenheim c’est la "banlieue" de STRASBOURG et pas un petit village et fait partie de l’Ortenau donc de l’Eurodistrict Communauté urbaine de Strasbourg - Ortenau.

    stade actuel : http://www.europeus.org/archive/2007/04/10/der-eurodistrikt-erneuert-unser-politik-verstandnis.html

    Les "Princes" l’ Evêché de Strasbourg et la ville de Strasbourg avaient certains ont encore des biens sur les deux rives du Rhin.

    Cette brave dame raconte son histoire comme une petite fille. 

    un site  http://judaisme.sdv.fr/histoire/villes/strasbrg/hist/&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; pour la version "juive" bien documentée mais de loin pas complet et "chauvin".

    Si déjà on évoque le " Kindertransport" de nombreux documents existent sur le marchandage "sort des juifs" et déclaration de la guerre. De nombreuses solutions ou compromis ont été refusés par le camp des Alliés. W.Churchill et F.D. Roosevelt des dissidants de la Droite ont été élus par la troisième voie autour de 40 % d’extrême droite.

    La Croix Rouge - suisse- a inspecté à plusieurs reprises les camps et Auschwitz . Les rapports étaient connus des Alliés. Nuls doutes.......

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 janvier 2008 12:58

    C’est un bel article, Morice, j’ai crains un moment qu’il ne passe dans le rouge et me suis satisfait de le voir publié, juste une critique, tu aurais pu squizzer le paragraphe sur les affaires politiques françaises.


    • Gazi BORAT 22 janvier 2008 13:13

      @ Morice

      Le parallèle que l’on peut établir entre la clôture des territoires palestiniens et les ghettos juifs que les nazis mirent en place en Pologne est évidemment choquante, renvoyant à ce phénomène bien connus des enfants battus reproduisant sur leurs descendants les actes dont ils ont souffert..

      Pour ma part, le parallèle qui me vient plus spontanément à l’esprit est celui que l’on peut effectuer entre Israël et l’Afrique du sud d’avant l’apartheid.. et l’institution des "townships" et des "bantoustans"..

      Les territoires palestiniens constituent de même que les exemples pré cités un réservoir de main d’oeuvre dépendant quasi totalement de l’économie israelienne et soumise à l’arbitraire des sentinelles des "check points"..

      Si le terrorisme sert bien évidemment de justification, ces pratiques elles-mêmes le génèrent en freinant toute activité économique conséquente en ces "territoires"..Si lon considère les excellentes relations que l’Afrique du Sud et son idéologie d’apartheid entrtinrent toujours avec l’Etat d’Israel, à une époque où le regime de Prétoria était frappé d’un ostracisme quasi général, on peut s’interroger.. et se rappeler les multiples accords qui lièrent les deux pays et leur partenariat technique, en des domaines aussi symbolique que l’armement..

      Je me souviens d’une conférence à laquelle j’avais assisté à Nice en 1994, alors que l’enthousiasme sur les récents accords de paix et la création de "l’autonomie palestinienne" étaient à leur comble, de l’intervention d’un ancien général israelien, militant pacifiste qui avit déclaré devant un public stupéfait que la situation du peuple palestinien allait maintenant être pire qu’auparavant..

      Il avait malheureusement raison..

      gAZi bORAt


      • morice morice 22 janvier 2008 13:29

        Merci sage Gaziborat. Mr Dugué difficile d’oubluer Gurs, où les parents de Edy ont été enfermés avant de partir oir Auschwitz.... le comité de parents qu souhaite qu"on change de nom du Collège n’a toujours pas été reçu par les personnes concernées... Mr jacob, votre texte n’est pas le reflet de la "communauté internationale", inutile de coller ce titre à ce qui n’en provient pas... ça ne marche pas, votre désinformation... nous ne sommes pas de "bonnes âmes", Mr Jacob. Des individus, autant choqués par les tirs de Kassam sur des enfants que par les privation imposées à des enfants. Tant que vous ne le comprendrez pas....


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 janvier 2008 15:39

        Morice, c’était une critique sur la forme et pas le fond. Tu devrais faire un billet séparé sur cette histoire de collège, un truc agréable à lire, avec des liens, bref, ce que tu sais très bien faire


      • Emile Red Emile Red 23 janvier 2008 22:22

        Collège qui en l’occurence n’est pas en Gironde mais dans le 64, nous avons eu assez de Papon sans en rajouter.


      • Leila Leila 22 janvier 2008 13:41

        Vous avez du courage, Morice, d’avoir écrit un article aussi difficile, sans tomber dans l’excès. Et Agoravox a du courage de le publier. Aucun journal français ne l’aurait fait.

         

        Le cas de cette militante juive, victime des nazis, qui prend la défense des Palestiniens est exemplaire. Les soldats de Tsahal, d’origine française ou russe, qui tous les jours humilient, blessent et tuent des Palestiniens, n’ont pas souffert de la barbarie nazie. C’est ce qui explique peut-être leur inconscience.

         

        Une vieille Palestienne disait récemment à un soldat israélien d’origine russe : « Qui es-tu, toi, qui ne parle même pas hébreu ? Tu n’es dans ce pays que depuis un an, et tu as brûlé ma maison, moi dont les grands-parents sont nés dans ce village. » Ce n’est pas de la propagande : c’était écrit dans Haaretz, un quotidien israélien.

         

        Et la bande de Gaza ! En ce moment même, des Palestiniens meurent dans les hôpitaux, faute de soins. D’autres Palestiniens, vieillards, femmes et enfants, sont tués tous les jours par des hélicoptères qui les survolent en permanence. Ils ne peuvent pas s’échapper, ils ne peuvent pas se ravitailler : le territoire est bouclé. Cela porte un nom : un ghetto, comme le ghetto de Varsovie.

         

        Les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU restent lettre morte. Honte à nous !


        • morice morice 22 janvier 2008 18:24

          Merci à tous ceux qui ont écrit de me remercier d’avoir fait connaître cette très grande dame. Je ne souhaitais que ça, le reste ça se voit bien ne peut que provoquer débat. Ce n’est pas moi qui ait faît la comparaison des camps de concentration.... c’est elle.... Mais je la partage antièrement, sans avoir le talent et l courage de Hedy ! Tout le monde devrait lui reconnaître cela : seuls les fous n’aiment pas la paix.


        • Adama Adama 22 janvier 2008 13:55

          Que Morice ne connaisse rien au conflit opposant l’islam fasciste et l’état démocratique hébreu passe encore(nous sommes habitués aux ergoteries de ce résistant), mais que le comité de lecture laisse passer cet article digne de Maurras(lui au moins avait un talent littéraire) est assez incroyable, les photos mettant en parallèle camps de concentration et barrière de sécurité est la barrière à ne point franchir pour un média dit citoyen, je compte ne pas en rester là.

          Je suis déçu par la réaction de Dugué, lui qui est généralement assez intelligent, ayant une vision globale de la situation.


          • Gazi BORAT 22 janvier 2008 14:20

            @ adama

            "islam fasciste et état démocratique hébreu"

            Le conflit israelo palestinien ne date pas de la mainmise des mouvements religieux sur la résistance palestinienne. Il existait ainsi, avant la chute du Mur de Berlin, des mouvements nationalistes arabes, marxistes, "palestino-progressistes" à une époque où le Hamas n’était qu’un groupuscule..

            Et n’oubliez pas qu’un des mouvements terroristes les plus médiatisés en son temps, le FPLP, était chrétien et échangeait alors des actions avec l’ASALA arménienne..

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Front_populaire_de_lib%C3%A9ration_de_la_Palestine

            http://www.terrorwatch.ch/fr/asala.php

            La dominante de ce conflit, qui aurait dû être rêglé si avait été respectées les clauses validées par un vote international en 1948, relève plus du colonialisme que de la guerre de la religion...

            gAZi bORAt

             


          • Adama Adama 22 janvier 2008 14:26

            Gazy,

             

            Si vous engagez vers cette voie alors parlons des Ottomans colonialistes, des arabes colonialistes etc 

            Je ne me sens pas colonialiste puisque je suis un Hébreu.


          • Gazi BORAT 22 janvier 2008 14:48

            @ adama

            Vous avez raison sur ces points car les exemples que vous citez sont effectivement des politiques impérialistes...

            L’Etat d’Israel, de fait est une colonie et les mot est encore employé pour les implantations récentes.. Cet état a droit à son existence puisque celle-ci a fait l’objet d’un vote incontestable.. mais les deux peuples qui l’occupent (et qui, à mon sens, ne devraient n’en faire qu’un) ont droit tous deux à l’existence sur ces terres..

            gAZi bORAt


          • Zalka Zalka 22 janvier 2008 16:10

            Adamas, j’avoue avoir du mal à comprendre pourquoi un hébreux ne pourrait pas être un colon ?


          • Gazi BORAT 22 janvier 2008 16:29

            @ Zalka

            Adama en toute bonne foi, pourra répondre que l’on ne peux coloniser une terre qui vous appartient.

            Ce qui nous entrainera dans des débats sur le mode : "qui était là avant qui ?", avec si besoin, des documents datant de Mathusalem à l’appui..

            Quoi qu’il en soit, on voit s’opposer deux logiques :

            - Celle de "La loi du retour" qui permet à tout Juif de réaliser son Aliyah

            - Celle de "La clef rouillée" du réfugié palestinien chassé en 1948 et qui lui permet de rouvrir la porte de la maison qu’il a laissée en partant..

            Difficile de les concilier..

            gAZi bORAt


          • Serpico Serpico 23 janvier 2008 11:01

            Zalka :

             

            Parce que c’est déterminé génétiquement : un hébreu ne peut coloniser ni faire du mal ni avoir de mauvaises pensées.

             

            La perfection, en fait.


          • Emile Red Emile Red 23 janvier 2008 22:28

            Serpico ne confondez pas hébreu et sioniste, bien que beaucoup de sionistes se cachent sous des mots moins agressifs... 


          • Serpico Serpico 25 janvier 2008 11:32

            Emile Red "Serpico ne confondez pas hébreu et sioniste"

             

            ********

             

            Aucune confusion : je ne faisais que traduire Adama...

             

            Cela dit, j’ai lu une ex-sioniste qui fait du très bon boulot : Susan Nathan.

             

            Installée dans un village d’arabes israéliens, elle a démontré le caractère fasciste du sionisme actuel.


          • Gazi BORAT 22 janvier 2008 14:30

            @ SEB59

            "La GRANDE DIFFERENCE entre les juifs sous hitler et les palestiniens est que les juifs n’etaient pas des terroristes, n’envoyaient pas leurs enfants et leurs femmes avec des ceintures d’explosifs, n’attaquaient pas à la roquette les villes alentours."

            Outre votre généralisation (les Palestiniens ne sont pas tous des terroristes), n’oubliez pas non plus que les plus durs des Sionistes ont assez reproché aux Juifs d’Europe leur passivité durant la Shoah et que l’Etat d’Israel en compensation a mis en place toute une mystique guerrière dont on voit les effets aujourd’hui par l’efficacité de Tsahal.

            Vous oubliez aussi que les combats qui précédèrent la création de l’Etat d’Israel virent une large utilisation du terrorisme par les combattants sionistes. Les Britanniques et l’hotel King David (entre autres) en firent alors les frais ...

            gAZi bORAt


          • non666 non666 22 janvier 2008 15:53

            "La GRANDE DIFFERENCE entre les juifs sous hitler et les palestiniens est que les juifs n’etaient pas des terroristes, n’envoyaient pas leurs enfants et leurs femmes avec des ceintures d’explosifs, n’attaquaient pas à la roquette les villes alentours"

             

            NON, il y a une autre diffrence ENORME.

            Les juifs, en Allemagne etaient de fait des réfugiés, des errants qui apres avoir été bien acceuilli par les autochtones ont brusquement eté maltraités.

            Les Palestiniens sont des autochtones , maltraités par des expatriés de plusieurs siècles qui exigent que leur retour "au pays" se fasse par elimination de ceux qui y sont resté.


          • non666 non666 22 janvier 2008 15:59

            Bel article en effet.

            Ceci dit, Chomski et quelques autres ont deja soulevé la comparaison avec l’Allemagne Nazi.

            Des israeliens aussi, y compris des generaux qui avaient osé la comparaison entre le ghetto de Varsovie et certaines parrties des territoires palestiniens completement enclavés par les no-mens land.

             

            Ce qui signifie clairement : Ils savent que leur position n’est pas defendable et que la seule chose qui la permette est la culpabilisation des europeens sur la "shoa" et leur statu permanent d’ex victime qui les empechent d’etre perçu par tout le monde comme de nouveaux bourrreaux.


          • Gazi BORAT 22 janvier 2008 18:13

            @ Thierry Jacob :

            Rassurez-moi, vous n’avez pas l’intention d’annexer toute la planète ?

            Les Serbes utilisaient une autre idée pour légitimer leurs annexions et particulièrement formatée pour le cas du Kosovo :

            "Est serbe toute terre ou se trouve une tombe serbe !"

            On assiste aujourd’hui, par de douteux militants de la cause Rom en Slovaquie, à la création d’une idéologie calquée sur le sionisme et prônant la conversion des Tziganes à l’hindouisme et la création d’un foyer national Rom dans le Nord de l’Inde..

            On peut aussi imaginer les actuels Bourguignons retourner en masse au Danemark et créer un état autour de l’Ile de Bornholm, foyer mythique des Burgondes..

            gAZi bORAt


          • koton 22 janvier 2008 23:41

            peuple élu par qui ?


          • morice morice 22 janvier 2008 23:54

            Actias, arrêtez donc de tout confondr et de vous servir de ce texte comme tribune pour vos idées. Ici, c’est tout simplement déplacé et de fort mauvais goût. C’est Koton qui pose la bonne question, aujourd’hui "peuple élu par qui ?"... car tout est là semble-t-il... Evidemment, en se réclamant nommé directement par Dieu, on a tous les droits. Et toutes les excuses. C’est remarquable comme invention. Imparable : ce que je fais, c’est Dieu qui le fait. Super !!! le pied !! Qu’on me trouve le numéro de portable de Dieu, que je lui dise deux mots ! 06 quoi, pour Dieu ?


          • koton 22 janvier 2008 23:55

            t.jacob prends exemple sur hedy epstein au lieu de proner atomisation d’un peuple.


          • morice morice 23 janvier 2008 00:21

            seb59 "Que cherchez vous a prouver ? Que les palestiniens sont sympas ? Que les juifs sont des fascistes car amis des americains ?" même pas. Je veux démontrer qu’une dame dont les parents ont connu l’holocauste ne souhaite pas que ça recommence, sous quelque forme que ce soit, et c’est tout. Sombrez donc dans l’abjection la plus totale en parlant de "Disneyland" avec des grenades assourdissantes : chez Disney y’a des clôtures électriques autour des jeux ? Première nouvelle, Mr Seb59 qui ne sait même pas respecter les femmes admirables, de plus âgées. Votre bêtise est immense, Seb59, car de dire "les juifs n’etaient pas des terroristes" c’est oublier comment hitler les appelait... tout simplement. Et Ygal Amir, c’est un quoi, Mr Seb59 ? Un archange de Dieu ?Le terrorisme n’est pas l’apanage des palestiniens ! loin de là, ces deux vidéos le prouvent amplement ! Rabin a été tué par un... terroriste kahaniste. Or il n’était pas palestinien à ce que je sache ! Les terroristes juifs vivent dans les colonies !! Edifiantes vidéos, ou l’on voit des gamins s’engager ouvertement  !!!


          • Serpico Serpico 23 janvier 2008 11:06

            seb59 : "La GRANDE DIFFERENCE entre les juifs sous hitler et les palestiniens est que les juifs n’etaient pas des terroristes"

             

            ***********

             

            C’est vous qui le dites. Les nazis avaient aussi leurs critères d’appréciation. Tous ceux qui s’opposaient à eux étaient des terroristes.

             

            "Terroriste" n’est pas un argument. Il faut trouver autre chose pour qualifier ce combat contre un colonisateur.


          • Le péripate Le péripate 22 janvier 2008 14:24

            Les murs murent, et aucun sophisme ne peut empêcher le cri silencieux de deux images qui résonnent et raisonnent. Quand on a un bulldozer dans la tête, le monde est à enclore, la schizo-manie coupe entre eux et les autres.

            Cette noble dame n’est pas une repentie, elle est tout au contraire authentique. Formidablement vraie.

            Une juste.


            • nephilim 22 janvier 2008 14:37

              Tres bon article^^

              Et oui il y en a qui n’aiment pas certaines comparaisons^^

              la haine a toujours rendu aveugle, heureusement des personnes ayant un raisonnement eclairé et beaucoup d’humanité sont encore là pour lutter.


              • hal75 22 janvier 2008 14:38

                J’ai du mal à juger mais la seule explication rationnelle au blocus qu’impose Israel aux palestiniens est la peur.

                Envenimer encore plus la situation en asphixiant la vie économique principalement de la Palestine est forcément générateur de comportement extrémiste (brevet Américain me semble-t-il !).

                La pluie de roquette s’abattant sur Israël fait un peu piqure de moustique quand on voit la carcasse d’une voiture ayant été prise pour cible par un hélico.

                Après, je le répète, la situation est difficile pour tout le monde !

                 

                 

                 


                • Le péripate Le péripate 22 janvier 2008 14:40

                  Ragez, bavez, pissez des kilomètres de textes insipides, faites votre sinistre comptabilité des morts, des torturés, des humiliés.

                  Deux photos disent tout. Hier et aujourd’hui. Ici et là-bas.

                  Derrière cette vieille dame que vous n’oserez jamais attaquer directement, car la mauvaise foi est lâche, silencieux et solidaires, des hommes et des femmes s’opposent à la barbarie.


                  • Emile Red Emile Red 23 janvier 2008 22:36

                    Qu’a donc libéré la "démocratie d’Israël ???


                  • faxtronic faxtronic 22 janvier 2008 15:32

                    C’est vraiment tres naze, ta comparaison nazi-omnivore.


                  • Gazi BORAT 22 janvier 2008 15:52

                    @ actias

                    J’ai toujours trouvé que les baraquements longs où s’effectue les élevages de volaille avaient un aspect concentrationnaire puis j’ai appris un jour qu’Heinrich Himmler avait exercé cette activité..

                    Les Nationaux socialistes allemands, dès leur prise de pouvoir, rédigèrenet une loi sur la protection des animaux qui portait en exergue :

                    "Dans le nouveau reich, il n’y aura pas de place pour la souffrance des animaux"

                    (Cité dans "Le Troisième reich" de William T. Shirer)

                    Brrrr..

                    gAZi bORAt


                  • Zalka Zalka 22 janvier 2008 16:08

                    Ce sont les nazis qui se sont inspirés de l’industrie pour "optimiser" le génocide. Pas les industriels de l’agro alimentaire qui utilisent des méthodes nazis...


                  • Zalka Zalka 22 janvier 2008 16:52

                    Les nazis avaient pour but d’exterminer des peuples jugés inférieurs et impurs. Les industriels n’ont pas pour but d’éradiquer les espèces animales, mais de fournir des aliments.

                    Par ailleurs, personnes ne nient qu’il faille améliorer le sort des bestiaux et toujours tendre à réduire leurs souffrances. Les nazis prenaient plaisir à torturer leurs victimes.

                    Mais juger les bouchers et leurs clients de nazis, est le symptômes d’un mal très grave : la connerie. C’est le point godwyn permanent avec vous. Cette idée fixe est doublement grave : vous minimisez la portée du crime nazi et en même temps, vous traitez encore plus mal que des rats vos congénères ayant le malheur de ne pas partager votre régime alimentaire.


                  • Gazi BORAT 22 janvier 2008 17:49

                    N’oublions pas non plus qu’Adolf Hitler était végétarien et ne supportait pas l’odeur d’une cigarette fumée à vingt mêtres de ses narines délicates..

                    De plus, son amour des animaux a été relevé par des témoins l’ayant approché, et notamment celui qu’il portait à sa chienne "Blondie"..

                     

                    gAZi bORAt


                  • brieli67 23 janvier 2008 12:16

                    Les "méthodes" ...... ont été ramenés de Russie par les militaires dans les années 25-3o où éxistaient déjà des camps actifs. On trucidait par des aliments avariés et le travail forcé.

                     

                     

                     

                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès