• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les nationalistes de l’anti-Suisse

Les nationalistes de l’anti-Suisse

Le 21 octobre, la Suisse vote. Au terme d’une campagne d’une violence sans précédent, l’Union démocratique du centre (UDC, extrême droite) va, selon tous les sondages, recueillir plus d’un quart des suffrages, confirmant ainsi sa place de premier parti helvétique. Le succès du parti de Christoph Blocher, le tribun populiste entré au gouvernement fédéral il y a quatre ans, aura toutefois un prix : celui de la respectabilité du débat politique suisse.

Traditionnellement calme et mesurée, la campagne électorale, qualifiée de « dégueulasse » par la présidente de la Confédération, la socialiste Micheline Calmy-Rey, est tombée cette année dans les affres de la xénophobie la plus nauséabonde. A coups de millions de francs - des millions dont on ne saura jamais la provenance -, l’UDC a recouvert les murs du pays avec sa propagande abjecte, fabriquant ainsi l’opinion publique avec son message simpliste.

L’affiche la plus controversée, qui accompagne le lancement d’une initiative populaire visant à renvoyer les délinquants étrangers, représente trois moutons blancs expulsant un mouton noir du drapeau suisse sur lequel ils paissent. Et le slogan : « Pour plus de sécurité ». L’idée a d’ailleurs inspiré le NPD, parti allemand ouvertement néonazi, qui a copié l’affiche, ajoutant la mention « Le social passe d’abord par le national ». Une devise que ne rejetterait pas l’UDC.

La campagne d’affichage de la principale formation helvétique a bien entendu suscité la polémique en Suisse, et les trois autres partis gouvernementaux - Parti socialiste (gauche), Parti démocrate-chrétien (centre droite) et Parti radical (centre droite) - se sont vivement opposés à ce style de communication très éloigné de l’image que donne la Suisse à l’étranger, une Suisse calme et prospère faite de montagnes et de prés fleuris.

La controverse a d’ailleurs dépassé les frontières du pays. De nombreux journaux se sont fait l’écho de cette campagne nauséabonde. Ainsi, alors que le rapporteur spécial des Nations unies contre le racisme, le Sénégalais Doudou Diène, réclamait devant le Conseil des droits de l’homme le retrait de l’affiche des moutons, susceptible selon lui de mettre en danger la paix entre les communautés, le quotidien britannique The Independent se posait la question : « Has Switzerland become Europe’s heart of darkness ? »

L’attaque semble fondée : l’UDC est finalement l’exemple même de l’anti-Suisse. Alors qu’il se complaît dans la nostalgie d’une Suisse fantasmée, alors qu’il se nourrit des mythes fondateurs passéistes de l’Helvétie, alors qu’il prétend défendre les valeurs traditionnelles du pays, le parti de Christoph Blocher défait en réalité tout ce qui fait la richesse et la spécificité de la Suisse.

Le système politique helvétique est basé sur la concordance et le consensus : par son opposition systématique, sa stratégie de l’affrontement et de la provocation, son populisme agressif, l’UDC a miné le fonctionnement des institutions.

La Suisse jouit d’une excellente réputation internationale issue d’une longue tradition humaniste : en soutenant des lois sur l’immigration et sur l’asile indignes, en tenant un discours monomaniaque anti-étrangers, l’UDC a détruit l’image internationale du pays, faisant de la Confédération un laboratoire de l’extrême droite en Europe, un sanctuaire de la haine et de l’intolérance.

Le pays est reconnu pour son calme et sa prospérité : l’UDC a mis en danger la paix civile en martelant son discours extrémiste, provoquant ainsi manifestations ou émeutes à chacun de ses grands rassemblements, comme cela a été le cas dernièrement lors de la visite de Christoph Blocher à Lausanne ou lors du défilé national des démocrates du centre à Berne.

Aujourd’hui, par la faute de l’UDC, le système suisse est au bord de l’éclatement. Christoph Blocher, agent infiltré de l’extrême droite dans le gouvernement, nommé par la majorité bourgeoise du Parlement fédéral, a réussi son entreprise de déstabilisation. Aidé par son parti, véritable machine de guerre, il a ruiné le travail du Conseil fédéral, introduisant une culture de combat dans une institution qui ne fonctionne qu’à condition que l’harmonie règne entre ses membres.

Sa formation, le parti de l’anti-Suisse, continue pourtant de faire la course en tête dans les sondages. Mais il n’est pas trop tard pour sauver ce qui peut encore l’être. Alors, à tous les Suisses : le 21 octobre, votez !


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • Fred 16 octobre 2007 15:35

    Ce qui est intéressant est que la Suisse pratique depuis de nombreuses années l’immigration choisie et on considère qu’elle a une longue tradition humaniste, la France veut la mettre en place et on la traite de fasciste.


    • Dominique 16 octobre 2007 17:11

      Oui, encore qu’on puisse s’interroger sur les critères de choix : de la famille Ramadan à la veuve d’un des assassins de Massoud, c’est assez obscur... http://www.wluml.org/french/newsfulltxt.shtml?cmd%5B157%5D=x-157-554126

      Enfin, grâce à l’auteur, on saura que si demain la calme et prospère Suisse est la proie d’un attentat islamiste, ce sera la faute de l’UDC (c’est si pratique la diversion, hein ?)


    • Gazi BORAT 17 octobre 2007 11:35

      @ fred

      « ...on considère qu’elle a une longue tradition humaniste.. »

      Renseignez-vous sur la façon dont furent traités les réfugiés juifs entre 1939 et 1945 et aussi les Yeniches (suisses) à la même époque..

      gAZi bORAt


    • Didier Kottelat 17 octobre 2007 12:27

      La situation de la Suisse durant le Deuxième Guerre mondiale était très complexe et il est très difficile de porter un jugement définitif sur l’attitude du pays envers le régime nazi.

      La Suisse a plusieurs raisons de s’enorgueillir de celle qu’elle a fait pendant cette période trouble, mais elle a encore plus de choses à se reprocher. La Commission Bergier a fait sur ce sujet un travail remarquable.

      A noter que peu de pays sont allés aussi loin dans le travail de mémoire que ce qui a été fait en Suisse. Sur ce point, je suis optimiste pour l’avenir. Pour l’heure, les conclusions du rapport Bergier sont encore très contestées par des citoyens enfermés dans une vision mythifiée de la Suisse mais, grâce à cette étude, de nouvelles générations arriveront avec un regard non biaisé.


    • Plus robert que Redford 17 octobre 2007 16:02

      Excellente et nécessaire précision en forme de mise au point !


    • LE CHAT LE CHAT 16 octobre 2007 17:14

      chirac était arrivé à avoir 55% de moutons noirs ! smiley


      • stephanemot stephanemot 17 octobre 2007 12:21

        ... sans oublier les corbeaux de Clearstream.

        en attendant, j’adore cette version detournee de l’affiche du SVP.


      • Nobody knows me Nobody knows me 17 octobre 2007 13:30

        ...et les hyènes d’EADS

         smiley


      • pierrot 16 octobre 2007 17:17

        dans les affres de la xénophobie la plus nauséabonde.

        Cher Monsieur, c’est votre article qui est nauséabond !

        D’abord traiter l’Union démocratique du centre d’extrème droite est absurde.

        En second lieu, la démocratie suisse se passe volontier d’agitateurs dans votre style. Il y’a bien un consensus en Suisse et ce consensus fait que Monsieur Blocher, votre tête de turc, comme tous les autres conseillers fédéraux fait son travail et comme tous les autres. Il n’est d’ailleurs pas là pour du partisanat. Comme tous les 7, ils gère le pays !

        Revenant à l’extrème droite dont vous affublez l’Union démocratique du Centre :

        que prône t’il ?

        Une non adhésion à l’Europe.

        Une réglementation concernant les étranger en Suisse plus stricte qui détruit soi-disant l’humanisme suisse. J’espère que vous plaisantez. Avec 21% de population étrangère, je crois bien qu’il faille réglementer de manière drastique. Mais c’est vrai, ce genre de chose vous aimez à le passer sous silence.

        Quand à la défense de nos paysans il est bien le seul parti à le défendre contre les partis économiques, spécialement les radicaux qui ne visent qu’à donner la terre de ce pays à des multinationales.

        Qu’avez vous à répondre ?


        • pierrot 16 octobre 2007 17:34

          Et avant d’en dire des plus grosses que vous, je crois qu’il est utile de citer le discours de Samuel Schmid au sommet mondial de la communication à Tunis :

          http://www.itu.int/wsis/tunis/statements/docs/g-switzerland-opening/1-fr.html

          Et Monsieur Schmid est Union Démocratique du Centre.

          Néanmoins rassurez vous, le ridicule ne tue pas.


        • Didier Kottelat 16 octobre 2007 19:52

          Puisque vous vous êtes donné la peine d’argumenter votre propos, contrairement à d’autres, je vais vous répondre point par point.

          1) Selon vous, qualifier l’Union démocratique du centre de parti d’extrême droite est absurde. Il est vrai que l’appellation française de cette formation prête à confusion, mais il suffit tout d’abord de se tourner vers l’intitulé allemand, original, pour supprimer l’absurdité linguistique. En effet, dans la langue de Goethe, l’acronyme de l’UDC est SVP (Schweizerische Volkspartei, Parti du peuple suisse). La référence centriste est évacuée.

          Mais passons au niveau politique. L’UDC est sans conteste un parti d’extrême droite qui inspire et s’inspire de tous les populismes d’extrême droite européens, en particulier celui de l’Autrichien Jörg Haider. Citons, entre autres, les dernières propositions et autres initiatives soutenues par l’UDC ces dernières années :
          - refus de l’entrée dans l’UE
          - refus de l’adhésion à l’ONU
          - initiative visant à limiter le nombre d’étrangers en Suisse en édictant un quota maximum
          - initiative visant à expulser les étrangers criminels
          - initiative visant à interdire la construction de minarets
          - approbation de lois sur l’asile et sur les étrangers violant les engagements internationaux de la Suisse
          - opposition à la libre circulation avec les citoyens de l’UE
          - opposition à l’initiative visant à accorder la nationalité suisse aux immigrés de la troisième génération
          - suppression de l’aide sociale aux requérants d’asile dont le dossier a été frappé de non-entrée en matière
          - campagnes incessantes contre les étrangers coupables de piller les assurances sociales suisses
          - opposition à toute augmentation de l’aide au développement
          - ...

          Mais peut-être n’y verrez-vous aucune monomanie anti-étrangers... Si ce n’est pas le cas, jetez un oeil à ces diverses affiches de propagande de l’UDC.

          2) Que Christoph Blocher fasse son travail au Conseil fédéral est plus que douteux, mais j’admets volontiers que les partisans de l’UDC voient les choses sous cet angle. En revanche, dire que le chef du DFJP n’agit pas de manière partisane est au mieux une bêtise, au pire un mensonge. Aucun conseiller fédéral n’a autant roulé pour son parti durant la campagne électorale. Il a sillonné la Suisse du nord au sud et d’est en ouest pour vanter les mérites de l’UDC. Sa formation a d’ailleurs axé toute sa campagne sur sa seule personne (cf. les affiches « Soutenez Blocher, votez UDC » ou la campagne sur le fameux/fumeux « plan secret ») pour éviter de parler des questions de fond, auxquelles l’UDC n’apporte aucune réponse. Laissez-moi donc rire, tout simplement...

          3) Effectivement, il y a plus de 20% d’étrangers en Suisse (je ne connais pas le chiffre exact et ne remets pas en cause le vôtre). Seulement, il faut savoir que, contrairement à la quasi-totalité des pays européens, on ne devient pas suisse très facilement, phénomène qui, vous l’accorderez, augmente fortement le nombre d’étrangers. Peut-être avez-vous entendu parler de ces Italiens venus en Suisse dans les années 60, qui ont eu des enfants en Suisse, et dont les enfants ont eux-mêmes eu des enfants. Et peut-être trouvez-vous tout-à-fait normal que ces enfants nés en Suisse de parents également nés en Suisse ne soient pas automatiquement considérés comme suisses. Moi, je trouve cela abject.

          De plus, vous savez, j’en suis convaincu, que, statistiquement, plus un pays est petit, plus le nombre d’étrangers sur son sol est grand. Il s’agit une loi (qui bien entendu n’est pas stricte) aisément explicable, notamment par le manque de main d’oeuvre, en particulier de main d’oeuvre qualifiée. Regardez la proportion d’étrangers au Luxembourg, aux Emirats arabes unis, à Dubaï, ...

          Enfin, je crois savoir que la Suisse possède de nombreuses organisations internationales, ce qui amène un nombre important d’étrangers dans le pays.

          4) Vous dites que l’UDC défend les paysans. Il n’y a rien de plus faux ! Il est bien loin le temps où l’UDC était un parti agrarien. Cela fait longtemps que l’aile zurichoise a pris le pouvoir, et les derniers défenseurs de l’attache paysanne du parti, sections bernoise et vaudoise en tête, ne représentent plus rien dans l’UDC nationale. Les décisions se prennent à Zurich par les riches et leurs amis financiers.

          5) Enfin, quel bonheur de vous voir défendre Samuel Schmid ! Moi aussi, il me plaît, cet UDC, même si je suis rarement en accord avec lui. Mais les faits sont têtus, et méritent d’être rappelés.
          - Samuel Schmid a été le grand absent de la campagne électoral, au point que le président du PDC, dans un accès d’humour qui lui est propre, est allé jusqu’à lancer un avis de recherche sur sa personne.
          - L’UDC a répété plusieurs fois qu’elle allait passer dans l’opposition si les autres partis ne réélisaient pas ses deux ministres, Christoph Blocher et Samuel Schmid. Malheureusement, ce dernier ne pense pas du tout ainsi, et a d’ores et déjà indiqué qu’il resterait au gouvernement même si son collègue m’était pas réélu le 12 décembre prochain.
          - Vous parlez de Samuel Schmid comme d’un conseiller fédéral UDC. Je croyais pourtant qu’il n’était qu’à 50% UDC. C’est en tout cas ce que disaient les grands pontes du parti il y a quelques années. Une telle marque de mépris envers son propre ministre doit bien cacher certaines divergences d’opinions, non ?
          - Samuel Schmid, l’homme qui, au cours de son discours lors d’une récente assemblée des délégués de l’UDC, a pris le contrepied total des autres orateurs en défendant une Suisse ouverte et tolérante. Nul n’est besoin de dire que les applaudissements n’ont pas été très nourris. D’un autre côté, c’est mieux que les huées et sifflets d’il y a quelques années...

          Alors, l’UDC est-elle d’extrême droite ? Je ne sais pas, peut-être me trompé-je. Je vous laisse seul juge...


        • pierrot 16 octobre 2007 20:48

          Certes,certes...

          alors point par point en commençant par celui-ci : je ne suis pas un partisant de l’UDC. Je ne suis d’ailleurs pas un partisant du tout. Je vote au mieux de ma conscience dans l’intérêt général.

          Ensuite je suis d’accord avec ce que vous dites concernant la politique de l’UDC.

          Entrée dans L’UE : de ceux qui y sont et si cela était soumis au peuple, sous sa forme actuelle, l’UE serait balayée. Il suffit de poser la question à ceux qui le vivent au quotidien.

          L’ONU : il s’agit d’un tuyau percé. Si l’ONU avait déjà réglé quelque chose cela se saurait. Parce que mis à part pomper du pognon, on ne voit pas trop.

          Concernant les étrangers, et il faut arrêter de les appeler des étrangers car c’est finalement insultant pour eux, et avec 21%, il était temps qu’ils soient protégé contre une frange qui les descende au niveau de l’opinion du bistrot du coin. Et ça c’est extrèmement dangereux. Les criminels, c’est à dire, ceux condamnés en droit commun pour des délit graves (ici en Suisse à priori nous ne sommes pas condamné pour des pécadilles) n’ont qu’à être virés. Il n’y a certes aucune raison pour que la communauté subvienne à leurs besoins. Les ressources de la communauté ont bien d’autres domaines plus sérieux à bâtir.

          Opposition à la libre circulation de l’UE. Là franchement je rigole. Faut aller y voir dans l’UE. Cela vous donnera une idée.

          Maintenant, augmentation de l’aide au pays en voie de développement. Là aussi vous plaisantez. La Suisse est un gros donnateur et depuis longtemps avec rien de moin qu’un département fédéral pour cela. De plus comment pourrions nous augmenter l’aide aux pays en voie de développement, alors que chez nous nos vieux se démerdent avec peu, que les personnes âgées de plus de 45 ans n’ont plus qu’a s’inscrire à l’aide sociale en attendant une retraite éventuelle à 67 ans. Vous ne croyez pas qu’il y’aurait à faire ?

          La monomanie de l’étranger est comme en France sous Miterrand un phénomène provoqué par la gauche (en règle général). Les techniques Lyssenko afin de déstabiliser un état ne sont pas nouvelles. Ici en Suisse comme ailleurs la gauche n’a fait que ghettoïser les étrangers. Ce sont même eux qui leur ont donné ce statut.

          Croyez bien que je parle en connaissance de cause. J’en suis un ... d’étranger. Et pour ma part je me préfère en Suisse plûtôt que partout ailleurs. D’ailleurs pour revenir au point plus haut, à l’époque je n’était un étranger, mais un italien. Et cela a son importance.

          Peut-être avez-vous entendu parler de ces Italiens venus en Suisse dans les années 60

          J’en suis un ! Et la nationalité m’a été offerte par la confédération. La seule contribution que j’ai eu à offrir ce fut de faire mon service militaire comme tout le monde.

          Enfin, je crois savoir que la Suisse possède de nombreuses organisations internationales, ce qui amène un nombre important d’étrangers dans le pays.

          Très justement. Et si vous étiez proche des gens, vous sauriez qu’on ne les apelle pas étranger, mais Karim ou Nelson ou Pakita.

          Maintenant, pour la gauche qui échoué dans tous les domaines depuis plus de 80 ans, il est vrai que cela agace et semble rétrograde. Ils n’ont plus à la bouche que des mots du style facho (et encore c’est devenu désuet), extrème droite (en oubliant que les casseurs sont aussi extrème droite qu’extrème gauche et que finalement ce ne sont que des casseurs extrèmes)... et quoi encore. Allez donnez le moi dialectiquement parlant !

          Alors, l’UDC est-elle d’extrême droite Je pense que si vous étiez né il y’a plus de 60 ans, vous sauriez clairement ce qu’est l’extrème droite ou gauche. Et cela n’a rien à voir avec ce que pense un citoyen nanti de Lausanne. En bref et sans détour, vous ne savez pas de quoi vous parlez.


        • pierrot 16 octobre 2007 20:57

          Samuel Schmid, l’homme qui, au cours de son discours lors d’une récente assemblée des délégués de l’UDC, a pris le contrepied total des autres orateurs en défendant une Suisse ouverte et tolérante. Nul n’est besoin de dire que les applaudissements n’ont pas été très nourris. D’un autre côté, c’est mieux que les huées et sifflets d’il y a quelques années...

          Je rappelle aussi pour nos ami français que Samuel Schmidt tout comme Blocher, en tant que conseiller fédéral à un devoir de réserve. En quelque sorte ils ne sont plus les défenseurs d’un parti quelconque. Dans toute leurs apparitions publiques, ils sont tenus de donner l’avis collégial du Conseil Fédéral.


        • pierrot 16 octobre 2007 21:03

          Et au risque de paraître facho ou je ne sais quoi, j’aimerais rappeler aux suisses le préambule de la Constitution Suisse auquel personne ne saurait se soustraire. Je ne vois pas ce qu’il y’aurait à rajouter car elle est très claire :

          Au nom de Dieu Tout-Puissant !

          Le peuple et les cantons suisses,

          Conscients de leur responsabilité envers la Création,

          Résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l’indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde,

          Déterminés à vivre ensemble leurs diversités dans le respect de l’autre et l’équité,

          Conscients des acquis communs et de leur devoir d’assumer leurs responsabilités envers les générations futures,

          Sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres,

          Arrêtent la Constitution1 que voici :

          http://www.admin.ch/ch/f/rs/101/ani1.html


        • Didier Kottelat 17 octobre 2007 03:56

          La monomanie de l’étranger est comme en France sous Mitterrand un phénomène provoqué par la gauche (en règle général). Les techniques Lyssenko afin de déstabiliser un état ne sont pas nouvelles. Ici en Suisse comme ailleurs la gauche n’a fait que ghettoïser les étrangers. Ce sont même eux qui leur ont donné ce statut.

          Théorie certainement intéressante et fort pertinente mais - désolé de vous annoncer si abruptement mon incompétence - complètement incompréhensible. La seule chose que je comprends, c’est la volonté de faire porter la responsabilité de la réaction raciste à la gauche. Je ne saisis malheureusement pas l’argument...

          Très justement. Et si vous étiez proche des gens, vous sauriez qu’on ne les appelle pas étranger, mais Karim ou Nelson ou Pakita.

          Encore une fois, j’ai du mal à saisir votre point de vue. Voulez-vous dire que la séparation citoyens/étranger est non pertinente et que, finalement, chacun est un être humain unique qui, à ce titre, mérite d’être appelé par un prénom qui le distingue et le singularise ? Si c’est cela, l’idée semble en contradiction flagrante avec votre discours général. Si, en revanche, votre objectif était de mettre l’accent sur certaines populations (arabe, noire et latino pour ne pas les citer) de façon à bien les distinguer d’autres (dont les membres seraient plutôt prénommés François, Wolfgang ou John), je me permets de condamner fermement vos propos. Ou alors, est-ce encore autre chose, et dans ce cas-là je suis intéressé à l’apprendre.

          Enfin, je ne reviendrai pas sur les multiples affirmations fausses ou mensongères et autres imprécisions contenues dans votre message (Département fédéral de l’aide au développement inexistant, processus de naturalisation inédit, succès des Nations unies niés, ...) pour me concentrer sur la fin de votre message.

          Maintenant, pour la gauche qui échoué dans tous les domaines depuis plus de 80 ans, il est vrai que cela agace et semble rétrograde. Ils n’ont plus à la bouche que des mots du style facho (et encore c’est devenu désuet), extrème droite (en oubliant que les casseurs sont aussi extrème droite qu’extrème gauche et que finalement ce ne sont que des casseurs extrèmes)... et quoi encore. Allez donnez le moi dialectiquement parlant !

          Alors, l’UDC est-elle d’extrême droite Je pense que si vous étiez né il y’a plus de 60 ans, vous sauriez clairement ce qu’est l’extrème droite ou gauche. Et cela n’a rien à voir avec ce que pense un citoyen nanti de Lausanne. En bref et sans détour, vous ne savez pas de quoi vous parlez.

          Vous parlez de la gauche qui a échoué dans tous les domaines depuis 80 ans. J’espère que vous n’évoquez pas la Suisse. Parce que si c’est le cas, je serai très heureux de vous apprendre que la gauche n’a jamais été majoritaire en Suisse et que, par conséquent, si la situation actuelle vous déplaît, c’est bien de la droite qu’il faut vous plaindre.

          Quant à vos considérations sémantiques, je tiens à préciser que je n’ai pas utilisé le mot « fasciste » mais seulement « extrême droite », qui me semble convenir parfaitement à l’UDC. Car je vous rappelle que l’on peut être d’extrême droite sans forcément envoyer les juifs au bucher, contrairement à ce que vous semblez prétendre avec vos insinuations de prétendu vieux sage.

          Enfin, je ne vois absolument pas de qui vous parlez lorsque vous évoquez un certain « citoyen nanti de Lausanne ». Vous ne savez rien sur moi, vous ne me connaissez pas. Jusqu’à preuve du contraire, je ne vous ai pas traité de bouseux jurassien !


        • dup 17 octobre 2007 09:16

          voila bien un article bobo gauche caviar . traiter un parti qui défend l’intégrité nationale est ringard et fasciste . mettre à la porte des individus qui sont condamnées pour des délits graves et répétés , qu’ils soient blancs , noirs ,jaunes ou bleus ,est xénophobe . Il y a plus de 20 % d’étrangers Suisse , et ça se passe plutôt bien, contrairement aux voisins qui en ont 6%. Ne pas vouloir du ’machin’ ONU,outil de la mondialisation par excellence ,qui n’a rien réussi, à part pourvoir des postes confortables à des fonctionnaires .Ne pas vouloir entretenir à vie des requérants déboutés par les contribuables modeste est contre les droits de l’homme. Etre contre la libre circulation et le dumping qui en suit est ringard . Etre contre des lois internationales concoctées par des fonctionnaires à la soldes de lobbys de toute sorte est extrême droite . Edicter une quota d’immigration pour un pays grand comme 2 départements français est rétrograde . Ne pas accorder la nationalité comme on distribue un quotidien gratuit est illégal. Ne pas vouloir des Minarets dont on sait qu’ils seront sonorisés dans les mois qui suivent est raciste. Etre contre les abus en matière de sécurité sociale est exploiter les immigrants .. des conneries comme ça ,je n’en ai pas lu beaucoup dans la vie .les lecteurs apprécieront


        • pierrot 17 octobre 2007 10:58

          @ l’auteur

          un certain « citoyen nanti de Lausanne »

          J’y ai vécu pendant 19 ans et je connais exactement le statut de cette ville.

          J’emploie cette expression dans le même sens que je donne au thlorie du bon sauvage de rousseau qui ressemble à si méprendre à un citoyen bourgeois de Genève.


        • pierrot 17 octobre 2007 11:12

          @ dup

          Il fallait le dire tout de même smiley


        • Nobody knows me Nobody knows me 17 octobre 2007 13:53

          ... opposition à l’initiative visant à accorder la nationalité suisse aux immigrés de la troisième génération

          Ben mince alors ! Comment qu’il va faire notre Johnny Haliday national pour payer moins d’impôts ?!! smiley

          Il y a une énorme dérive des partis politiques en ce moment, même problème en France. Les partis d’extrême droite sont gobés (en France l’UMP englobe désormais le FN et le MPF, c’est pas un hasard si les chiffres de ces 2 derniers partis ont chuté aux élections) afin d’avoir une parfaite pensée unique.

          Tout ça grâce à une gentille propagande (oups ! ici on dit « campagne de communication ») sécuritaire très appuyée depuis une dizaine d’années, et axée contre les étrangers et les immigrés (bien que la plupart des personnes visées soit de nationalité française depuis plusieurs générations maintenant selon la loi).


        • Nobody knows me Nobody knows me 17 octobre 2007 14:04

          A propos des affiches de l’UDC ici cités plus haut, notez l’utilisation intensive de ce sentiment fabuleux qu’est LA PEUR.

          Cette émotion formidable, élément indispensable aux régimes fascistes, qui nous fait faire tant de conneries... Mais bon nous on est tranquille, on est en DE-MO-CRA-TIE donc il ne peut pas y avoir de choses dans ce genre. smiley

          Souvenons-nous les circonstances, légales et démocratiques, dans lesquelles sont arrivés les national-socialistes au pouvoir. Les gouvernements d’Europe ne sont-ils pas en train de refaire la même connerie aujourd’hui ?


        • Falkland 17 octobre 2007 14:08

          - initiative visant à interdire la construction de minarets

          C’est le seul point qui ne me derangent pas. Le reste n’est vraiment pas terrible si le parti remporte vraiment 1/4 des suffrages cela renforçera le sentiment d’exclusion des etrangers et ça n’est jamais une bonne nouvelle.


        • Nobody knows me Nobody knows me 18 octobre 2007 09:56

          - initiative visant à interdire la construction de minarets

          Vont-ils interdire également, afin de mettre tout le monde sur le même pied d’égalité, la construction de nouvelles églises, synagogues, etc... ?

          Ou bien votre commentaire se félicitait de l’interdiction de construire uniquement des mosquées ?


        • Nobody knows me Nobody knows me 18 octobre 2007 09:57

          pardon, remplacer mosquées par minarets dans mon ancien post...


        • Jason Jason 16 octobre 2007 20:33

          Vous dites : « La Suisse jouit d’une excellente réputation internationale issue d’une longue tradition humaniste ». Je n’en dirais pas autant au vu du rôle de ce pays pendant la seconde guerre mondiale. Penchez-vous sur certains dossiers de ce pays, cher Monsieur ! Ce succès de l’extrême droite ne me surprend qu’à moitié.


          • pierrot 16 octobre 2007 20:54

            @ JAson

            Le rôle de la Suisse pendant la guerre de 39-45 à été exemplaire. C’est ce prouve le récent rapport suite aux accusations d’avocats américains. Et ce rapport est incontestable, soumis comme il l’a été aux pressions internationales.

            Evidemment, cette étude, il faut s’y plonger (vingt volumes au bas mot).


          • Guillaume 17 octobre 2007 09:13

            @ pierrot le role exemplaire de la suisse

            mais bien sur !

            Pour que tous saches

            La Suisse a été le premier pays a instaurer un signe distinctif sur les passport des juifs, un « J ». Ce que bon nombre de suisses veulent ignorer


          • Jason Jason 16 octobre 2007 21:48

            @ Pierrot,

            Ils ont été les banquiers, les intermédiaires diligents, les agents de change complaisants, les trafiquants, etc. D’un pays que je ne nommerais pas. Une bonne partie des nantis ont trempé dans des tractations peu reluisantes. Relisez votre histoire, que diable !


            • pierrot 17 octobre 2007 10:33

              @ Jason

              lisez le rapport Bergier. Le seul qui fasse foi et on en rediscute.


            • Guillaume 17 octobre 2007 11:46

              pas que ce rapport ou d’ailleurs il y a des perles.... il est consultable

              mais vous pouvez vous rendre sur ce site également http://archives.tsr.ch/search

              taper dans la recherche : L’honneur perdu de la Suisse

              ce document a été attaqué en justice et comdamné en suisse... censuré

              mais un avocat a pris sur lui de le défendre A strasbourg. « Tentative de censure, violation de la liberté d’expression, mesure disproportionnée », les termes de l’arrêt de Strasbourg sont sans appel. La suisse ne voulait plus entendre parler de son passé nouséabon... on peut le comprendre

              il est donc diponible en ligne sur les archives de la TSR desormais


            • pierrot 17 octobre 2007 08:47

              Voulez-vous dire que la séparation citoyens/étranger est non pertinente

              C’est exactement cela.


              • pierrot 17 octobre 2007 08:51

                Département fédéral de l’aide au développement inexistant

                Effectivement, si me souvient bien cela fait partie du DFAE, c’est à vérifier. Quoiqu’il en soit 2,065 milliards de francs pour 2006


              • pierrot 17 octobre 2007 08:54

                Parce que si c’est le cas, je serai très heureux de vous apprendre que la gauche n’a jamais été majoritaire en Suisse

                ...et ne peut pas l’être, pas plus qu’autre parti dans le sens ou cela ne peut pas amèner à un pouvoir.


              • pierrot 17 octobre 2007 08:55

                que l’on peut être d’extrême droite

                Expliquez moi ce qu’est à votre sens l’extrème droite ou l’extrème gauche. Ce serait intéressant.


              • pierrot 17 octobre 2007 10:55

                D’ailleurs, en ce sens, nous sommes la seule véritable démocratie au monde. Il faut le dire tout de même.


              • SbII 17 octobre 2007 10:43

                @JRR

                - Discrimination envers les refugies de l’est (assimiles aux violeurs)
                - Insultes systematiques (rats, batards, incultes, stupides-idiots-pourris bien-pensants, chienlit,...)
                - Diffamation (profiteurs, qui se remplissent les poches,...)
                - Incitation au meurtre (mort aux rats nauseabonds, etc...)

                = Abus signale
                Pas d’autre commentaire, la hauteur de ce genre de reaction me donne le vertige


                • pierrot 17 octobre 2007 11:03

                  Laisse tomber. C’est juste un provocateur pas encore sec derrière les oreilles.


                • Internaute Internaute 17 octobre 2007 10:52

                  Ce qui met en péril la Suisse ce n’est pas l’UDC mais des gens comme vous qui poussent au métissage et à la dilution du peuple suisse. Vous désirez que Genève suive l’exemple de Lagos ou de Caracas, c’est votre choix mais n’insultez pas les autres pour autant.

                  Il faudrait que les suisses changent leur code de la nationalité et cessent de la vendre. Aujourd’hui, n’importe quel criminel du tiers-monde ou d’ailleurs, pourvu qu’il paye, obtient la citoyenneté suisse.

                  Quand à l’immigration il faut bien se rendre compte que les quartiers agréables des grandes villes sont devenus des souks innomables. Le quartier de Genève qui va de la gare au lac était joli et assez typique. Ce n’est plus qu’une zone où se mêlent les putes asiatiques avec les bars plus ou moins mouches. Les africains vous accostent dans la rue pour quémander n’importe quoi. Il n’est plus question de laisser sa malette sur le trottoir quelques instants, ni une pile de journaux à la vente avec l’assiette posée à côté.

                  Grâce à l’immigration, la Suisse c’est bien fini. Mais qu’ils se rassurent, ils ont les droits de l’homme ! Alleluia, Ari Krishna !


                  • tatage 17 octobre 2007 12:01

                    Il est faux d’affirmer qu’il est facile d’accéder à la nationalité suisse, puisqu’il faut au moins 12 ans de séjour pour déposer une demande, et ensuite encore plusieurs années (2 à 4) avant que la naturalisation soit acceptée. Comment obtenir la nationalité suisse>

                    C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles il y a un fort taux d’étrangers dans ce pays, des personnes qui y séjournent et y travaillent depuis plus de 5 ans, durée moyenne en Europe pour accéder à une nationalité.

                    Naître sur le sol suisse ne donne pas accès à la nationalité .


                  • Internaute Internaute 18 octobre 2007 09:01

                    Cela est peut-être vrai pour vous et moi mais il en a qui passent au travers.

                    http://switzerland.isyours.com/f/celebrites/bios/213.html

                    c’est sans doute le droit d’asile smiley


                  • marcel 17 octobre 2007 11:01

                    Après lecture des post de pierrot et jrr,la conclusion est terrifiante:même la riante et prospère Suisse est cancérisée par la pourriture socialo humaniste. Un traitement radical s’impose pour guérir de cette grave pathologie.

                    @JRR:sarko ne fait pas partie de la droite nationaliste et c’est un pro immigrationniste !


                    • pierrot 17 octobre 2007 11:06

                      @ Marcel.

                      Je n’ai pas été insultant que je sache. Pis à tout prendre je ne saisi pas trop bien ton post. Tu veux dire quoi ?


                    • marcel 17 octobre 2007 11:21

                      @pierrot ;où vois-tu que je t’insulte,que du contraire. J’approuve simplement ce que tu as énoncé dans tes post précédents. Mon expression est peu être maladroite. Salut


                      • pierrot 17 octobre 2007 11:25

                        @ MArcel

                        Ok j’avais pas saisi. Mais je n’aime pas trop être associé à un jrr.


                      • Nobody knows me Nobody knows me 17 octobre 2007 12:06

                        Ce qui me fait doucement rire, c’est le tri des « moutons noirs ». On en revient, comme partout, au même problème : la thune.

                        Gérer les comptes en banque secrets d’anciens criminels de guerre, nazis et consors, trafiquants de drogue internationaux, ça ne dérange pas tant que ça rapporte.

                        Certes l’UDC ne représente pas l’extrême droite mais, comme l’UMP en France, un gros glissement se produit et ça revient au même. Les droites européennes se durcissent, pendant que les gauches ramolissent.

                        Beurk !


                        • anuck 17 octobre 2007 12:48

                          article un peu stupide et partisan. C’est vrai qu’on est en période électorale. Les Suisses dans leur grande majorité ne veulent pas rentrer dans l’Union Européenne. Par histoire (indépendance) et par pragmatisme. Monsieur l’auteur, vous qui êtes journaliste vous devez toucher entre 7 et 8`000.- francs suisses par mois (environ 5`000 euros). Maintenant je suis à peu près sûr que si on entrait demain dans l’U.E. vous seriez le premier à vous battre pour garder ce salaire et peut-être quoi qu’en dise votre conscience adhérer à l’UDC. Il est sûr que de diminuer son salaire d’au moins de la moitié, cela prête à réfléchir.


                          • Didier Kottelat 17 octobre 2007 13:18

                            Je n’ai à aucun moment dit que les Suisses voulaient majoritairement entrer dans l’Union européenne. A mon plus grand regret d’ailleurs, moi qui suis, je le confesse - oui, en Suisse, cela se confesse, tellement c’est mal ! -, un européiste convaincu.

                            Quant à mon salaire, je serais ravi de toucher entre 8000 francs par mois, mais ce n’est malheureusement pas le cas, loin s’en faut. Pour information, je vous livre un petit document du syndicat impressum concernant les salaires minimaux dans la branche. Pour information, le salaire minimal durant les quatre premières années est fixé à 5700 francs. Il y a encore de la marge jusqu’à 8000, non ?

                            Enfin, une petite remarque sur l’UE et les salaires. Je n’ai encore jamais vu, dans aucun pays européen, une baisse des salaires. Malgré la venue de dix nouveaux pays d’Europe de l’est, les salaires ont continué d’augmenter. Faiblement, je vous l’accorde, mais ils ont augmenté. Par ailleurs, la rémunération des Autrichiens, par exemple, croît beaucoup plus rapidement que celle des Suisses, et ils sont gentiment en train de nous rattraper. Alors je ne pense pas que l’UE soit cet enfer tant décrié. Désolé !


                          • Didier Kottelat 17 octobre 2007 13:22

                            Ah oui ! encore une chose. Si défendre une Suisse ouverte et respectueuse face aux ennemis de la paix civile est être partisan, alors je le suis. Pis, j’en suis fier !


                          • pierrot 17 octobre 2007 13:54

                            @ Didier

                            Je ne sais que penser de votre « ... face aux ennemis de la paix civiles ».

                            On a vu lors des émeutes récentes à Berne. Et c’était pas UDC ça !


                          • anuck 17 octobre 2007 14:06

                            @ l’auteur, désolé pour vous si vous êtes au salaire minimum. Et c’est vrai qu’à 26 ans on ne peut pas prétendre à toucher un salaire de 7 où 8`000.- Mais ne désespérez pas cela va venir. Quoique.... si la suisse veut continuer sur cette voie, les problèmes de dumping salarial vont aller s’accroissant. Vous connaissez les problèmes de dumping avec les frontaliers, on en parle assez dans les médias. Vous avez bien entendu parler d’une étude du Crédit Suisse (il y a 3 semaines environ) qui prévoyait dans le futur pour le marché intérieur des problèmes de dumping. Il est tellement facile pour des entreprises de faire venir des étrangers, de les mettre sous pression (ex Vallée de Joux ou Neuchatel, Genève aussi) et de leur dire qu’ils doivent bien être heureux de gagner 50% de plus qu’en France (s’ils ont déjà la chance d’avoir du travail). Il est tellement aisé après pour ces mêmes entreprises, au vu du nombre ridicule de syndiqués, de dire « il y a tellement peu de syndiqués dans cette branche que nous dénonçons les conventions collectives et qu’à cause de la pression phénoménale sur les prix (! !!), nous ne pouvons pas garder ces salaires » Je vous signale que c’est ce qui commence à se passer chez un grand distributeur orange et que l’on voit se profiler dans la construction et les machines-outils. Et le pire c’est que ce sont les mêmes qui ont les plus gros bénefices dans leurs bilans.

                            Maintenant, comme vous le savez, il y a le cas des working-poors qui se développe de plus en plus en Suisse et que nous somme obligés, et c’est là le comble parce qu’ils travaillent honnètement, de les indemniser au niveau du social avec nos impôts.

                            Quand, en plus, on doit aussi prendre en charge, tous ces réfugiés économiques, qui viennent demander l’asile politique et qui ne trouvent rien de mieux pour certains de faire du traffic de drogue avant de repartir chez eux tranquillement parceque personne ne peut ou ne veux rien faire, alors OUI il y a beaucoup de gens qui vont voter UDC pour remettre un peu d’ordre la maison.

                            Je vais voter pour la première fois UDC et je ne me sens pas du tout un extrèmiste de droite ou un fachiste. Loin de là.


                          • pierrot 17 octobre 2007 14:18

                            @ Didier

                            Enfin, une petite remarque sur l’UE et les salaires. Je n’ai encore jamais vu, dans aucun pays européen, une baisse des salaires.

                            tststst... une baisse de salaire non, bien évidemment. Mais une baisse du pouvoir d’achat certainement.

                            Faudrait voir pour arrêter de simplifier.


                          • anuck 17 octobre 2007 14:19

                            @ l’auteur,

                            Vous faîtes exactement le jeu de ces mondialistes, ultra libéraux et capitalistes de la mauvaise espèce en permettant à la suisse de se faire attaquer tant au niveau politique (ONU, Gatt, OMC,.. ) qu’au niveau politique (libre circulation des personnes et des biens, entrèe dans l’U.E.,...)

                            J’espère que quand vous vous réveillerez, il ne soit pas déjà trop tard.


                          • anuck 17 octobre 2007 14:23

                            tant au niveau politique ..... qu’au niveau économique.

                            La prochaine fois je me relirai... smiley


                          • pierrot 17 octobre 2007 14:38

                            @ anuk

                            Maintenant, comme vous le savez, il y a le cas des working-poors qui se développe de plus en plus en Suisse et que nous somme obligés, et c’est là le comble parce qu’ils travaillent honnètement, de les indemniser au niveau du social avec nos impôts.

                            Exact ! Et même très exact.

                            Né en suisse de mère suisse et de père italien, je n’ai eu la nationalité suisse qu’à l’âge de 16 ans.

                            Aujourd’hui, père de famille de six enfants, analyste programmeur, je suis au chômage et en fin de droit de plus. A 48 ans (à partir de 45 ans il paraît que l’on est trop vieux ).

                            Alors les 5700 frs. de l’auteur, je les échange volontier contre mes petits 2800.- mensuel.

                            Je savais ce que je disais en parlant de nantis de Lausanne concernant l’auteur.

                            Rassurez vous, je ne suis pas amer, je n’attribue pas ma situation aux étrangers. En aucun cas, je ne fait d’ailleurs pas cette distinction.

                            Et ce genre de cas, le mien en l’occurence est en train de se généraliser.

                            Ce qui veut dire que le problème n’est pas celui des « étrangers » comme vous les appelez, -vous pas moi- .

                            Réduire, dans votre partisanat, l’UDC à un problème d’étranger est carrément de la manipulation de bas étage.

                            Il y’a un problème global, et c’est celui-ci qu’il faudra résoudre. Les socialistes ont échoué et si on les laissait faire, ils foutraient le pays en faillite (ils l’ont déjà fait ailleurs). Les radicaux sont à la botte des multinationales et encore ce n’est pas tout à fait vrai, ils sont à la botte des investisseurs (ceux qui ne foutent rien en attendant que cela rapporte), le PDC est encore sérieux pour autant qu’ils arrêtent de jouer aux jeunes filles en fleur qui s’émeuvent de tout.

                            Que reste t’il à votre avis.


                          • pierrot 17 octobre 2007 14:41

                            Bien vu anuk !

                            ça c’est la réalité.


                          • tatage 17 octobre 2007 15:09

                            Et vous penser réellement que l’UDC et son chef de file milliardaire va vraiment aider les plus pauvres, les familles nombreuses et les laissés pour compte de l’économie mondiale, qu’ils feront vraiment baisser les charges sociales, les primes d’assurance maladie (qui en Suisse atteignent des sommets que les Français n’imaginen même pas !) Relisez leurs propositions et regardez ce qu’ils ont fait dans les cantons où ils étaient aux commandes. Mais ils sont très forts pour que des gens comme vous puissiez le penser et voter pour eux !

                            Derrière le cheval de Troie xénophobe, se cache des propositions ultra-libérales classiques>


                          • pierrot 17 octobre 2007 15:44

                            @ tatage

                            Cela suffit. Dans la démocratie suisse aucun groupement ne pourrait prendre le pouvoir, comme cela serait possible dans la démocratie française pour plusieur raisons :

                            1) les cantons sont des Etats à part entière 2) notre Conseil Fédéral prend des dispositions concernant le pays en dehors de toutes mouvances partisannes.

                            ...qu’ils feront vraiment baisser les charges sociales, les primes d’assurance maladie

                            Faut arrêter de déconner. Quelles charges sociales s’agit il ? Celle du patron ou celle du citoyen ? Pourquoi passez vous sous silence le fait que les familles concernant les assurances maladies et en fonction de leurs revenus sont subventionnée de 10 à 80%.

                            (qui en Suisse atteignent des sommets que les Français n’imaginen même pas !)

                            Evidemment qu’ils ne l’immaginent pas ?!? Votre affirmation est pur « foutage de gueule » comme ont dit par chez nous.

                            Quand au fait que untel ou untel soit milliardaire on s’en fout complétement. S’il ont des milliards, cela veut dire qu’ils les dépensent et s’ils les dépensent c’est que cela fait bosser du monde.

                            Quand a l’allusion aà l’ultra libéralisme, vu qu’ils sont contre l’ONU l’UE etc... je doute que ce soit au sens ou l’entende d’autre nation.

                            De plus le jour ou il ne feront plus ce que le peuple suisse demande, ils seront virés. C’est quoi le problème ? Je rappelle que nous sommes une vraie démocratie avec droit de référendum au niveau constitutionel, fédéral et cantonal.

                            La place de la Matze à Sion devrait vous rappeler que l’on sait fesser, au sens propre, nos politiques en cas de stupidité avérée.


                          • tatage 17 octobre 2007 16:40

                            « Quand au fait que untel ou untel soit milliardaire on s’en fout complétement. »

                            On ne s’en fout pas quand le milliardaire en question est conseiller fédéral et président du parti le plus à droite de Suisse et qu’il finance les campagnes de ce parti.


                          • Didier Kottelat 18 octobre 2007 03:18

                            @anuck

                            Ce qui me marque à chaque fois dans les interventions des électeurs de l’UDC, et c’est beaucoup moins net chez vous que chez d’autres, c’est la vision uniquement négative de l’immigrant. Si on vous écoute, les étrangers, attirés comme des sangsues par la richesse de la Suisse, sont responsables du dumping salarial, des problèmes de financement des assurances sociales et de l’augmentation du sentiment d’insécurité. N’est-ce vraiment que cela ? Pourquoi cette monomanie ?

                            @pierrot

                            Je suis bien évidemment touché par les difficultés personnelles de chacun, quelque soit ses opinions politiques. Seulement, j’essaie de faire réfléchir les gens - j’essaie ! - alors que l’UDC ne fait que stigmatiser une certaine partie de la population, cherche des boucs-émissaires aux problèmes du pays. Les noirs et les Albanais ont maintenant remplacé les juifs dans le rôle des coupables.

                            Vous dites que vous n’attribuez pas la responsabilité de votre situation sur les étrangers. J’en suis fort aise. Mais pourquoi donc soutenez-vous l’UDC ? Le programme du parti de Christoph Blocher est pourtant clair, son message est unique : finalement, tout se résume en « lutte contre l’invasion étrangère ». Même si la rhétorique a quelque peu changé, le combat de l’UDC continue de se baser sur la théorie de l’« Uberfremdung ».

                            Il faut résoudre un problème global, dites-vous. Et, pour régler ce problème global, vous choisissez celui qui propose une analyse partielle qui évacue complètement la complexité de la question.

                            Vous évoquez les défauts et échecs des autres partis, notamment le Parti socialiste. Mais est-il besoin de vous rappeler encore une fois que les socialistes n’ont jamais été majoritaires au Conseil fédéral ou au Parlement, qu’il leur est donc difficile d’avoir échoué - pis, d’avoir mis le pays en faillite ! - étant donné qu’ils n’ont jamais eu la possibilité de trouver une majorité pour appliquer leur politique.

                            Maintenant, vous me répéterez que les sept conseillers fédéraux gèrent le pays hors de toute affiliation partisane. Et puisque vous semblez certain de votre affirmation, je vous poserai une seule question : pourquoi donc tous les partis se battent-ils pour conserver leurs sièges au Conseil fédéral ou obtenir un fauteuil supplémentaires si les heureux détenteurs du poste ne défendent finalement pas les idées de leur parti mais le seul point de vue collégial du gouvernement ?

                            Et moi qui croyais que l’opinion du gouvernement naissait du vote de ses membres, j’apprends soudainement que c’est le contraire : le point de vue du Conseil fédéral s’impose de lui-même, a priori, à ses membres. Voilà peut-être pourquoi on les appelle sages...


                          • Didier Kottelat 18 octobre 2007 03:20

                            @anuck

                            Ce qui me marque à chaque fois dans les interventions des électeurs de l’UDC, et c’est beaucoup moins net chez vous que chez d’autres, c’est la vision uniquement négative de l’immigrant. Si on vous écoute, les étrangers, attirés comme des sangsues par la richesse de la Suisse, sont responsables du dumping salarial, des problèmes de financement des assurances sociales et de l’augmentation du sentiment d’insécurité. N’est-ce vraiment que cela ? Pourquoi cette monomanie ?

                            @pierrot

                            Je suis bien évidemment touché par les difficultés personnelles de chacun, quelque soit ses opinions politiques. Seulement, j’essaie de faire réfléchir les gens - j’essaie ! - alors que l’UDC ne fait que stigmatiser une certaine partie de la population, cherche des boucs-émissaires aux problèmes du pays. Les noirs et les Albanais ont maintenant remplacé les juifs dans le rôle des coupables.

                            Vous dites que vous n’attribuez pas la responsabilité de votre situation sur les étrangers. J’en suis fort aise. Mais pourquoi donc soutenez-vous l’UDC ? Le programme du parti de Christoph Blocher est pourtant clair, son message est unique : finalement, tout se résume en « lutte contre l’invasion étrangère ». Même si la rhétorique a quelque peu changé, le combat de l’UDC continue de se baser sur la théorie de l’« Uberfremdung ».

                            Il faut résoudre un problème global, dites-vous. Et, pour régler ce problème global, vous choisissez celui qui propose une analyse partielle qui évacue complètement la complexité de la question.

                            Vous évoquez les défauts et échecs des autres partis, notamment le Parti socialiste. Mais est-il besoin de vous rappeler encore une fois que les socialistes n’ont jamais été majoritaires au Conseil fédéral ou au Parlement, qu’il leur est donc difficile d’avoir échoué - pis, d’avoir mis le pays en faillite ! - étant donné qu’ils n’ont jamais eu la possibilité de trouver une majorité pour appliquer leur politique.

                            Maintenant, vous me répéterez que les sept conseillers fédéraux gèrent le pays hors de toute affiliation partisane. Et puisque vous semblez certain de votre affirmation, je vous poserai une seule question : pourquoi donc tous les partis se battent-ils pour conserver leurs sièges au Conseil fédéral ou obtenir un fauteuil supplémentaires si les heureux détenteurs du poste ne défendent finalement pas les idées de leur parti mais le seul point de vue collégial du gouvernement ?

                            Et moi qui croyais que l’opinion du gouvernement naissait du vote de ses membres, j’apprends soudainement que c’est le contraire : le point de vue du Conseil fédéral s’impose de lui-même, a priori, à ses membres. Voilà peut-être pourquoi on les appelle sages...


                          • pierrot 18 octobre 2007 13:00

                            alors que l’UDC ne fait que stigmatiser une certaine partie de la population, cherche des boucs-émissaires aux problèmes du pays. Les noirs et les Albanais ont maintenant remplacé les juifs dans le rôle des coupables.

                            Ben voyons. Je dirais que deux choses entre en ligne de compte : en premier lieu les medias, ce sont eux qui il y’a quelques années ont matraqué l’opinion publique en faisant croire que parce que l’on se disait nationaliste, que l’on pensait patrie on était forcément facho. Dès l’instant ou un certain ordre au niveau des requérant d’asile ont due être faite afin de contrer des abus manifestes. A partir de là, la balle était lancée. Avec les abus des uns et des autres.

                            Vous dites que vous n’attribuez pas la responsabilité de votre situation sur les étrangers. J’en suis fort aise. Mais pourquoi donc soutenez-vous l’UDC ?

                            En entrant pas dans l’Europe, en virant si possible l’ONU. En se concentrant sur le pays et les problèmes qu’il rencontre. Résistance farouche au mondialismeetc.. Pour plus de détail il faut lire leur programme.

                            je suis d’accord avec 99 % des points abordés et le 1% qui reste c’est à voir :

                            http://www.svp.ch/file/wahlplattform07-11-f.pdf


                          • pierrot 18 octobre 2007 13:04

                            Joubliais, le lien c’est le programme UDC. Et je ne vois pas de fascisme, d’extrème ou de racisme là dedans.


                          • rockrider 17 octobre 2007 15:01

                            « très éloigné de l’image que donne la Suisse à l’étranger, une Suisse calme et prospère faite de montagnes et de prés fleuris »

                            Euh, ..., vous croyez vraiment que le reste du monde partage cette image d’épinal de la Suisse ?

                            Pour être franc, en tant que citoyen de l’UE, c’est avec réticence que je verrais la Suisse rentrer dans l’union : un pays nationaliste (e.g. les drapeaux rouge à croix blanche partout), militariste (e.g. les champs de tirs partout) et qui ne se cache même pas pour profiter de la misère des autres (e.g. le secret banquaire, la soustraction fiscale, et tout autres combines sordides), etc. Alors quand je vois tout ce complexe de supériorité publiquement étalé sur les murs, ça me fait un peu peur. En fait, ça me rappellent désagréablement mes cours d’histoire sur la période 36-45.


                            • pierrot 17 octobre 2007 15:08

                              Euh, ..., vous croyez vraiment que le reste du monde partage cette image d’épinal de la Suisse ?

                              On en sait rien, mais surtout, on s’en fout !

                               smiley


                            • Didier Kottelat 18 octobre 2007 03:32

                              Euh ! Vous êtes déjà venu en Suisse ?

                              La Suisse n’est pas plus nationaliste que les autres pays. Contrairement à ce que vous croyez, il n’y a, en comparaison internationale, pas beaucoup de drapeaux à croix blanche en Suisse.

                              Pour le côté militariste, je le déplore. Mais les champs de tir font partie du folklore, de l’image que la Suisse veut se donner d’elle-même (le citoyen-soldat qui défend son pays), et ne sont pas un réel symptôme de la militarisation du pays. Enfin, il n’y a pas, chez nous, de monuments aux morts dans chaque commune...

                              Quant aux combines fiscales, je les déplore également. Mais, encore une fois, nous ne sommes pas les seuls. Et il faut avouer que les choses se sont énormément améliorées. Il est maintenant beaucoup plus aisé de lever le secret bancaire, les banques s’inquiètent de la provenance de l’argent qu’on leur donne (question d’image pas d’éthique, je l’admets).

                              Et je vous rassure : même si la situation n’est pas réjouissante, la Suisse de 2007 n’est pas l’Allemagne des années 30...


                            • Guillaume 18 octobre 2007 09:13

                              concernant le nationalisme... (attention pas de connotation péjorative dans le sens ou je l’utilise...), je parlerais de patriotisme exacerbé plutot

                              bon je suis pas trop d’accord avec ta réponse... je vis en suisse depuis plus de 5ans, et j’aime ce pays, mais je peux me permettre des comparaisons car j’ai vécu dans 3 pays différents au moins un an. France, Suisse, Ecosse. 3 cultures ou l’on est fier de son pays. concernant la présence de drapeaux un peu partout je peux t’affirmer que tu te trompes. En ecosse quasi aucun en temps normal (j’ai du en voir une 10aine en 1 an et sur des edifices soit historiques soit administratifs). En france hormis le 14 juillet au fronton des mairies ou lors de matchs d’équipes nationnales à fort retentissement, il est plutot rare de voir ce genre de démonstration de patriotisme exacerbé

                              Mais là Suisse, oulà y’en a partout, simple de la fenêtre de mon appartement je dois en voir au moins 3, et dans les jardins de quidam. Je conseille a certain de visionner si la possibilité se fait jour « les faiseurs de suisses » avec un passage sur le levé des couleurs suisses... pas annodin ;) A mon avis seul les USA vous battent a plat de couture... (pas forcément une comparaison très flateuse je trouve mais bon faut assumer quand même)


                            • rockrider 19 octobre 2007 11:53

                              Oui, oui, je suis déjà venu en Suisse (pour les vacances, pour les études, etc) et j’apprécie énormenent la gastronomie et les paysages Suisses : http://www.flickr.com/photos/cyril-hugues/sets/72157594308286976/detail/.

                              Tout ces détails choquent les étrangers de passage. Cet été, des amis Autrichiens qui sont passé me voir en France en passant par la Suisse. Une des premières chose dont ils m’ont parlé c’est cette fichue affiche de l’UDC !! Inutile de préciser, comme l’a fait pierrot, que vous n’en avez rien à foutre de l’opinion des autres pays, on l’a bien compris au premier coup d’oeil sur l’affiche. Pour moi c’est juste mes cours d’histoire qui ressortent, mais j’imagine la tête de nos grand parents ... Je me rassure en me disant que ce genre d’affiches ne peuvent plus exister officiellement dans les démocraties qui ont subi la seconde guerre mondiale.

                              Voici un autre exemple qui ne m’a pas plus surpris que cela. Toujours cet été, j’ai entendu sur la RSR un membre de l’UDC qui remettait en cause le principe du suffrage universel au bénéfice du suffrage censitaire, l’idée général étant que le poids électoral de chacun devrait être fonction de son poids économique, ce qui évidement place notre entrepreneur milliardaire et bien aimé tout au sommet de la pyramide sociale. C’est juste un retour en arrière de plus d’un siècle ... heureuse époque ou l’on ne parlait ni de trou de la retraite, ni de trou de la sécu et on ou l’on pouvait compter sur l’armée pour liquider les vilains ouvriers en grèves...


                            • Loic 17 octobre 2007 15:26

                              Décidément, lorsqu’on envisage l’avenir en Europe continentale....il y a de quoi pâlir....

                              Nous avons d’un coté les humiliés de l’humanité, ceux en bas de l’échelle, oubliés des quelques heureux de la mondialisations (ils sont si peu ^^), forcés à l’immigration par instinct de survie pour différentes raisons politiques ou même parfois écologiques. Avouez que leur démarche, même si elle vous semble indésirable, peut au moins vous paraître logique ? Il va falloir pourtant s’habituer, les scientifiques ne sont hélas pas très optimistes sur le sujet, et prévoient une aggravation du phénomène dans les prochaines années. Ils s’attendent aux plus grands mouvements migratoires de l’histoire de l’humanité dans les prochaines décennies. Les causes sont multiples, les fautifs sont nombreux, et nous autres, pays industrialisés avons aussi notre part de responsabilités, plus ou moins importante.

                              De l’autre nous avons les effrayés des pays riches et développés. Leurs réactions hostiles envers la venue des individus de la première catégorie sont toutes aussi compréhensibles. Elles sont motivées par la peur de perdre ce statu de citoyen du monde privilégié, par l’histoire, l’environnement propice au développement depuis des siècles et à ce qu’ils appellent souvent « l’héritage de leurs ancêtres » qui, selon moi, n’ont pas les mains toutes blanches dans bien des cas. Cette réaction peut tout aussi bien être assimilée à de l’instinct de survie.

                              En France, le texte sur les tests ADN n’est qu’une loi qui s’inscrit dans un processus mondial qui a déjà commencé dans beaucoup de pays de l’hémisphère nord. Je vois qu’en Suisse, certains n’hésitent plus à afficher des images que Goebbels applaudirait certainement, tant elles sont conformes à sa propagande haineuse.

                              Le problème est, bien évidemment, le changement des consciences qui suppose une suite de lois encore plus dures et inhumaines, car si aujourd’hui nous acceptons de reconnaître les individus que sur leur ADN ou de les comparer à des moutons noir, prêt à dévorer le respectable blanc, qu’accepterons nous demain ?

                              Un retour aux théories les plus sombres de notre histoire, mais teintées de technologies pointues en guise de religions et autres dogmes totalitaires est à craindre. (Je fais référence au moyen age et aux dictatures du siècle dernier en Europe, que toutes les personnes sensées sur ce forum condamnent, je l’espère !) Il est d’ailleurs très significatif de voir qu’en politique, le système n’avance plus que par la peur. La peur des immigrés, la peur de l’inflation, du chômage, de la banqueroute, de la maladie, des accidents de la route, de la disparition de l’industrie du disque, etc............ Tout cela sent bon le Berlin des années 30 car la solution souvent proposée n’est que la répression, délaissant les débats de fond.

                              J’espère qu’aucun drone ne m’observe, pendant que je rédige ces quelques lignes, je ne voudrai pas être traité comme ces trois étudiants de la Rochelle.


                              • dan 17 octobre 2007 16:13

                                L’époque a changé,il faut le savoir et l’admettre une fois pour toute,-------celle de l’immigration de masse est finie,--------il n’y a plus assez de place,il y a surpopulation en Europe et dans le monde,plus assez de terre, plus assez d’eau,pas assez de verdure,trop de pollutions,trop de criminalités,trop d’insécurités,et comme corollaire restrictions des libertés-------------------------Alors le rêve de l’émigration ou immigration à tout va c’est fini.------------------Tous les pays européens et mêmes les pays d’Amérique entièrement formés d’immigrés renforcent leur législation anti-immigrés et anti-criminalité----------même les québeccois,les gens les plus gentils au monde comme les hollandais réputés pour être les plus tolérants au monde ne supportent plus les immigrés, du moins ceux qui ne respectent leurs coutumes,leur culture et leur tranquillité---------------------La barque est pleine et malheureusement comme dans le nauffrage du Titanic des milliers de gens tout à fait innocents ne peuvent être embarqués et coulent-----------------------------Mais direz-vous ces gens qui risquent de couler n’ont plus rien à perdre et vont faire le forcing pour embarquer qu’on le veuille ou non,----------------oui,on en convient mais ce sera à leurs risques et périls et ne trouveront en fin de compte que guerres civiles à moins qu’ils ne soient arrêtés avant dans des guerres extérieures --------------et la guerre atomique n’est plus écartée ni inconcevable qui va régulariser la population mondiale.


                                • erasmus 17 octobre 2007 16:19

                                  Nous avons malheureusement que trop longtemps relégué le sujet de l’immigration à l’extrême droite dans pratiquement tous les pays d’Europe. La gauche y a une lourde responsabilité, et je le dis d’autant plus facilement que je suis de gauche. Les socialistes français par exemple, ont, notamment sous Mitterrand, longtemps pensé qu’en diabolisant le thème de l’immigration, elle empêcherait la droite républicaine de s’en emparer.

                                  Pendant des années les partis d’extrême droite ont prospéré sur ce thème, jusqu’à ce que les sarkozistes se décident enfin à le ramener dans le champ républicain. Avec pour corolaire l’effondrement de l’extrême droite. Nous avons pu notamment constater qu’entre 6 et 8% de l’électorat français ne s’était déporté vers l’extrême droite que parce que la gauche inhibait tout débat sur des sujets comme la sécurité ou l’immigration.

                                  Nous avons perdu des années sur ces sujets, la population est peu ou mal informée sur ces sujets, les débats sont faussés par des années de dogmatisme, les amalgames sont légions et les populistes profitent largement de la situation. Il est plus que temps que nous sortions des amalgames, et que nous redonnions du sens aux mots.

                                  Les français issus de l’immigration sont des français à part entière, quant aux immigrés, il faut distinguer ceux qui ont fait les démarches nécessaires et qui ont droit à notre respect et à toute l’aide nécessaire à leur intégration dans le respect mutuel, de ceux qui sont entrés par effraction pour réclamer ensuite ce que nous sommes sensés leur devoir. Pour ces derniers il faut être très clairs et arrêter de se cacher derrière son petit doigt. Nous sommes passés de 2,5 milliards d’individus sur la planète dans les années 1950 à près de 7 milliards en 2007, nous ne pourrons pas accueillir tout le monde et nous ne pouvons nous contenter de faire des régularisations massives périodiquement. Il nous faut une véritable politique d’immigration si nous ne voulons pas voir exploser notre modèle d’intégration républicain.

                                  Les suisses comme les français veulent que l’on parle sereinement mais sérieusement de ces sujets et que nous essayions de trouver des solutions avec les pays concernés. Et tant que les partis républicains ne le comprendront pas, les partis populistes et extrémistes progresseront.


                                  • jrr 21 octobre 2007 00:26

                                    Voilà vraiment la gauche plouc à la française, qui comme toujours n’a rien compris... Lamentable propagande socialiste, reprise sans nuance... bête à manger du foin, ces socialos... Christophe Blocher n’est pas un homme d’extrême-droite, et il n’est en rien xénophobe, malgré les allégations de la cloche Calmy. C’est un industriel de génie qui a fait lui-même sa fortune et qui n’a donc pas besoin de l’état pour l’entretenir, bande de ploucs alcoolo-socialistes !La désinformation totale dans agora-vox... renseignez-vous au lieu de piccoler, bande de cloches minables et stupides imbéciles grévistes en faillite !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

dk


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès