• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Nations sont appelées par l’Histoire à s’éteindre

Les Nations sont appelées par l’Histoire à s’éteindre

Longtemps, l’idée que le monde était naturellement organisé en communautés homogènes destinées à se perpétuer et à s’affronter à travers les âges a prévalu dans l’esprit des chefs.
Longtemps, on a fait croire au Français qu’il n’était pas du même Peuple, et donc pas de la même Race que le Turc. Longtemps, on a opposé entre eux les groupements de population à des fins impérialistes et économiques, sous couvert d’une idéologie raciste dont Victor Hugo, Ernest Renan ou Maurice Barrès se sont faits les théoriciens exaltés.
 
L’émancipation des Nations était nécessaire, sans doute, à une époque où les contrées lointaines, étrangères, inconnues, n’étaient considérées par chacun qu’avec appréhension et méfiance. Toutes sortes de fables faisaient alors consensus : l’Afrique voyait l’Européen comme un ogre impie ; l’Europe voyait le Chinois comme un mangeur d’enfants. Aujourd’hui encore, ces rumeurs obscurantistes, religion universelle des xénophobes, n’ont pas disparu : le mangeur d’enfants a cédé la place au travailleur irréfléchi ; l’ogre impie au touriste malintentionné. Surtout, la persistance des dogmes et des préjugés hérités de l’enfance de l’Humanité s’opposent au développement d’un esprit critique digne de ce nom : elle seule ralentit, après la gloire des Nations, leur décadence.
 
Mais parce que l’Histoire a un sens, contre lequel les mauvais instincts des Hommes ne peuvent rien, parce que l’Humanité ne cesse de progresser, depuis le Moyen Âge, grâce à l’amélioration des savoirs et des sciences, parce que la Vérité se dévoile petit à petit aux yeux des Citoyens qui savent l’accueillir, il est évident que les Nations ne sont pas éternelles. Ce sentiment de malaise qui gagne le monde, et qui dissout étrangement nos anciennes habitudes dans un trouble annonciateur, cette nappe de brouillard assombrissant le Ciel où les Nations scintillaient , comme autant d’étoiles à la longévité indéfinie, c’est l’Histoire en marche qui efface progressivement toutes les erreurs, toutes les incomplétudes, toutes les déceptions des âges antérieurs.
 
Cependant, l’extinction des Nations, dont mille indices nous assurent l’imminence, à quoi cela va-t-il mener ? Les Hommes ne doivent-ils pas, dans un ultime sursaut de frilosité, se retrancher derrière ces symboles guerriers, le coq plein de hargne, l’épique souvenir des Croisades, la Marseillaise récupérée par le camp de la réaction, ces symboles guerriers, dis-je, qui sont facteurs de Mort ? D’immenses dangers se profilent à l’horizon, dont la Communauté Internationale ne se remettra peut-être pas avant des siècles. Il est comme déjà écrit que la suppression des frontières et l’avènement d’une société cosmopolite se feront d’abord au profit de la bourgeoisie capitaliste, qui tentera alors d’affermir son emprise sur le monde, comme il est écrit que le vivre ensemble de populations jusque-là dispersées se fera au prix du sacrifice d’un certain nombre de spécificités culturelles.
 
Mais quoi ? Préfère-t-on demeurer dans cet entre-deux vague et indistinct, où la préférence nationale résiste malgré tout à l’ouverture au monde et à la décrédibilisation définitive des théories raciales qui sont comme ancrées dans l’esprit de quelques uns ? Préfère-t-on continuer dans la voie de l’exploitation des populations les plus démunies, ce milliard de Chinois que les Nations favorisées ne semblent pas considérer comme des égaux ? Préfère-t-on continuer à renvoyer les Afghans par charter dans des zones sinistrées en leur disant : "Battez-vous pour votre pays, puisque vous, vous êtes Afghans ?" ; et tout cela au moment même où les pays industrialisés profitent impunément, par l’intermédiaire de la division internationale du travail, des richesses pétrolières du Moyen-Orient ?
 
Avec l’essor d’internet pourtant, qui met en relation les Citoyens du monde entier ; avec la création d’associations telles que Médecins sans Frontières ou Reporters sans Frontières ; avec le travail de l’Organisation des Nations Unies (prélude probable à l’Oganisation de l’Unité du Monde), qui tente de garantir les droits de l’Homme sur toute l’étendue de la Terre, il ne fait plus guère de doute que les Nations, bien qu’elles se réfugient encore derrière ce fameux de non-ingérence, sont appelées à disparaître.
 
L’élection de Barack Obama à la Maison Blanche, ce métis aux origines à la fois Asiatiques, Europénnes, Africaines et Européennes, en est le signe le plus éclatant. Comme l’aurait dit Hegel, le quatre novembre dernier, nous avons tous entendu, fébriles, l’Histoire elle-même qui s’exprimait à Chicago.
 
Pour plus d’informations :
florentingastard.blogspot.com/

Moyenne des avis sur cet article :  1.72/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

189 réactions à cet article    


  • Charles Martel Charles Martel 19 janvier 2010 10:17

    Mon Dieu mais quelle soupe démagogique ! On dirait un discours politique en plus mauvais. Vous n’êtes pas encore au point pour écrire les textes de votre conseiller régional pour l’inauguration de l’usine de traitement des déchets..


    • non666 non666 19 janvier 2010 15:53

      Que vous etes cruel Charles Martel....
      Il y a plein de bons sentiments, de clichés, de politiquement correct dans ce qu’il écrit.
      Moi je dis au contraire que ce garçon a un brillant avenir dans les chaines public a écrire les scenarii de « Plus belle la vie », « Joséphine ange gardien » et autres « soeurs thérèse.com »...

      Il manque quand meme le quota de références aux minorités sexuelles dans son texte , mais pour ce qui est de la caricature , il pourrait tout a fait travailler chez Ruquier au coté de gérard Miller.

      Comme disent les djeunzs  : lol


    • plancherDesVaches 19 janvier 2010 16:53

      Voilà l’explication du mouvement : « citoyen du monde » défendu par l’auteur.

      http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/pierre-hillard-nous-explique-le-24900

      On s’est bien tous faits avoir, sur ce coup-là. Merci les anglo-saxons...


    • non666 non666 19 janvier 2010 18:43

      Excellente référence Plancherdes vaches.
      Il est etonnant que ce genre de savoir soit a nouveau propagé.
      Il y a 30 ans, seuls une minorités de nationnalistes/patriotes/souverainistes tenaient encore de tels propos.

      Apres DeGaulle, la diabolisation les a meme completement chassé des discours des elites admises.
      Grace a Internet, la vérité resurgit....


    • Le Clem 19 janvier 2010 15:04

      Enorme. Du grand Florentin.

      Allez il a raison, arretons de nous mentir, on est tous un peu turc au fond de nous. 


    • lavabo 19 janvier 2010 18:07

      Bonjour à tous,

      Au début j’étais pas sur mais là j’en suis persuadé c’est de l’humour alors pour la bonne bouche je mets en début de fil l’intégralité de la seule intervention de l’auteur sous son article, les connaisseurs apprécieront.........

      "Je ne prétends pas, dans cet article, donner un point de vue personnel, mais bien présenter une réalité historique majeure à laquelle nous assistons tous.
      D’ailleurs, le rejet important du contenu de mon article prouve bel et bien la vérité de ce que j’écris au quatrième paragraphe, à savoir la crispation des nationalistes sur des idées dont ils n’entendent pas changer, envers et contre tout.

      Il y a un certain nombre d’internautes à travers lesquels ce n’est pas l’Histoire qui parle, mais la Réaction et le Ressentiment.
      Toutefois, au-delà d’Agoravox, la parole est à ceux qui avancent et qui se rendent compte, jour après jour, de la nécessité d’une ouverture des hommes, d’où qu’ils viennent, au monde.

      Merci de votre intérêt pour ma pensée."

      Et merci à vous pour nous faire autant rire.
      Salut


    • Rounga le flamboyant Roungalashinga 19 janvier 2010 10:40

      Encore un article catastrophique signé Florentin Gastard. Une légitimation pseudo-hegelienne de la prophétie auto-réalisante de l’oligarchie mondialiste selon laquelle les Nations devront bien céder la place à un monde uni (pour quoi ? contre quoi ?) et sans frontière. Florentin Gastard se place comme d’habitude du bon côté de la barrière, c’est-à-dire du côté de ceux qui hâtent la destruction du monde tel qu’il est pour en tirer les fruits, tout en professant que ce qu’il contribue à provoquer est inévitable. La légitimation qu’on tirerait d’un hypothétique « sens de l’Histoire » est une pure escroquerie intellectuelle, car on ne peut connaître le sens de l’Histoire qu’a posteriori.

      Longtemps, on a fait croire au Français qu’il n’était pas du même Peuple, et donc pas de la même Race que le Turc.

      En effet, comment ne pas voir que les Français ont la même langue, la même culture, la même histoire, les mêmes traditions que les Turcs ? L’article est truffé de ce genre de perles.


      • Rounga le flamboyant Roungalashinga 19 janvier 2010 10:52

        Les Hommes ne doivent-ils pas, dans un ultime sursaut de frilosité, se retrancher derrière ces symboles guerriers, le coq plein de hargne, l’épique souvenir des Croisades, la Marseillaise récupérée par le camp de la réaction, ces symboles guerriers, dis-je, qui sont facteurs de Mort ?

        Voilà ce à quoi se résume le mot « Nation » dans le cerveau de Florentin Gastard. Peut-on faire plus éloquent ?

        Préfère-t-on demeurer dans cet entre-deux vague et indistinct, où la préférence nationale résiste malgré tout à l’ouverture au monde et à la décrédibilisation définitive des théories raciales qui sont comme ancrées dans l’esprit de quelques uns ?

        J’aimerais bien savoir qui sont ces « quelques uns » qui soutiennent des théories raciales. Encore un indice de la déconnexion complète entre l’auteur et la réalité.


      • Rounga le flamboyant Roungalashinga 19 janvier 2010 11:12

        GOURMETS UNIQUEMENT :
        Vu sur le blog de l’auteur :

        A quelques heures de la fermeture de mon sondage sur la légitimité de l’idée de Nation, je tiens à signaler que je considère d’ores et déjà ses résultats comme nuls et non avenus. De fait, les réponses des quelques 130 internautes qui y ont participé ne correspondent en rien aux idées qui sont défendues ici.
        Je ne prends pas acte de leurs choix et je ne changerai rien à mon discours. La droite extrémiste est toujours aussi malvenue sur cette plateforme. A bon entendeur, salut.

        « Des gens pas d’accord avec moi se sont exprimés dans un sondage où seuls les gens d’accord avec moi auraient dû s’exprimer, ce qui aurait montré d’une manière écrasante que j’ai raison d’être d’accord avec moi. Malheureusement, l’antidémocratisme de quelques uns m’oblige à censurer l’avis de ces derniers. »

        Pour les gourmets, je vous dit !


      • Jojo 19 janvier 2010 12:11

        Rounga,
        Un enchantement pour les papilles... smiley merci.


      • Rounga le flamboyant Roungalashinga 19 janvier 2010 13:37

        Ni les même traits physiques car en terme de globalité il me samble que les turcs font partie de la race caucasoïde non européenne et nous des caucasiens européens comme les blancs américains.

        RACIIIIIIIIIIIIISTE !!!!!!!


      • Traroth Traroth 19 janvier 2010 14:21

        @Pasou :

        « Il existe une distance génétique entre nos 2 races » : Visiblement, vous ignorez tout de la génétique. il peut très bien y avoir plus de différence génétique entre vous et quelqu’un ayant les mêmes origines ethniques que vous, mais ayant par exemple une couleur de cheveux différente qu’entre vous et un Turc ou un Africain. C’est d’ailleurs pour ça que la notion de race ne s’applique pas aux être humains, d’un point de vue scientifique, comme Axel Kahn et Albert Jacquard l’ont déjà expliqué à de nombreuses reprises.


      • Rounga le flamboyant Roungalashinga 19 janvier 2010 14:34

        On pourra opposer toutes les branlettes intellectuelles que l’on veut, mais rien qu’à l’apparence physique d’un individu on peut deviner sans erreur de quelle région du globe viennent ses ancêtres. Cette chose qui permet de faire la différence de visu entre un Kenyan et un Vietnamien, il faut bien lui donner un nom, et pourquoi pas le mot « race » ?


      • Traroth Traroth 19 janvier 2010 15:51

        Parce que le mot race a déjà un sens, et que ce n’est pas celui-là.


      • Zanymonk 19 janvier 2010 10:44

        "(...) il ne fait plus guère de doute que les Nations, bien qu’elles se réfugient encore derrière ce fameux de non-ingérence, sont appelées à disparaître.

         
        L’élection de Barack Obama à la Maison Blanche, ce métis aux origines à la fois Asiatiques, Europénnes, Africaines et Européennes, en est le signe le plus éclatant.« 

        Je ne parviens pas à déterminer si vous êtes un immense naïf ou un propagandiste »à l’ancienne", Florentin Gastard ; mais dans un cas comme dans l’autre vous êtes singulièrement à côté de la plaque, déconnecté du monde réel et surtout - c’est à mon sens le plus grave - inculte.


        • LE CHAT LE CHAT 19 janvier 2010 10:46

          encore de la bouillie idéologique bobogauchiste saupoudrée de bienpensance !
          tout dans cet article pour être aujourd’hui une tête de turc !
          des nations disparaissent , mais sont remplacées par d’autres nations , c’est ça le sens de l’histoire , le fantasme d’une nation unique peuplée de métis , c’est pas pour demain mon petit Florentin !


          • Traroth Traroth 19 janvier 2010 14:22

            Nous sommes tous des métis.


          • Shaytan666 Shaytan666 19 janvier 2010 17:20

            Nous sommes tous des métis.

            Allez dire ça à Semi Keba et il vous coupe la gorge avec son rasoir  smiley


          • Traroth Traroth 19 janvier 2010 17:24

            Peut-être. Et alors ?


          • Traroth Traroth 20 janvier 2010 11:27

            Et moi, je peux vous faire un schéma expliquant comment fabriquer la pierre philosophale. Et alors ? Vous avez des sources ?


          • Traroth Traroth 20 janvier 2010 11:28

            En plus la distance génétique, vous feriez bien de vérifier ce que c’est ! La graduation est en centimorgan ?


          • LE CHAT LE CHAT 19 janvier 2010 12:36

            @papy

            aujourd’hui , il bat son record , seulement 5% !!

            il aurait du demander l’avis de Morice avant de publier , il aurait eu au moins 12%


          • alberto alberto 19 janvier 2010 13:15

            Papy : t’as vachement raison de te demander comment un article aussi nullissime (autant sur la forme que le fond) peut franchir la barrière de la modération !

            Le plus inquiétant, si ce qui est affirmé sur la bio de l’auteur est avéré, c’est de le savoir en khâgne en préparation à l’ENS à Louis le Grand : voilà qui vous découragerait de travailler pour les générations futures !

            En espérant qu’ils ne sont pas tous d’une semblable inculture dans sa promo...

            Bien à vous.


          • Lapa Lapa 19 janvier 2010 14:49

            @ papy : cet article n’était pas à la modération hier jusqu’à 19h.
            Quel intérêt de faire passer un article dans la nuit sur un sujet aboslument pas d’actualité ?

            Donc soit c’est passé en douce cette nuit (mais j’en vois pas l’intérêt)
            soit c’est récupéré direct sur le blog et donc conforme à la vision de la rédaction d’AV.

            ceci dit il reste d’une consternante nullité.

            Cela va dans le sens de ma proposition de ne pas autoriser un article moins de 12 ou 18h après proposition à la modération, sauf cas d’actu. Il faut qu’il soit lisible un minimum de temps quand même, la rédaction a beua affirmer que« y’a beaucoup de modération effectuée très tôt le matin »... j’ai des doutes...


          • Big Mac 19 janvier 2010 10:58

            J’en connais un qui au lieu de faire l’amour à son épouse, lui injecte une seringue de sperme garanti métissé à 100%.

            Le principe est simple la banque du sperme mélange tous les échantillons dans une grande marmite, touille le tout pendant une journée et conditionne le produit en seringue injectable.

            Il faut toutefois ne pas oublier de secouer vigoureusement son épouse après l’injection pour donner des chances égales à tous les spermatozoïdes.

            Mais malgré toutes les précautions, un enfant non métis peut être conçu, il suffira alors de dépister le monstre lors des examens de grossesse et de l’éradiquer par IVG ou tout autre moyen légal.


            • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 19 janvier 2010 11:53

              En passant par ici, voici une petit remontrance pour Big Mac ;

              >>>>>>>>>>>>

              Loin des voleurs

              Que l’ivresse

              des sens attire,

              Oh ma douleur

              que de noblesse

              dans ton martyr !

              Comme une sœur

              Tu me délivres

              De tous mes maux,

              Tu me fais peur

              A me poursuivre

              Sans dire un mot.

              Sous ton escorte

              Je garde à vue

              Ma probité,

              Car tu m’exhortes

              A sortir du

              Clan des damnés ! Signé : Big Mac

              <<<<<<<<<<<<>>>>>>>>><<

              Cette poésie n’est pas du Baudelaire mais du Big Mac qui se prend pour un pouette-pouette. Il veut singer Baudelaire mais quoi, il ne fait que déféquer des rimes sans en connaître les règles. Voici ce qu’a dit Baudelaire de la souffrance et personne ne pourrait affirmer le contraire car ce qui est dit est juste.

              Soyez béni, mon Dieu, qui donnez la souffrance

              Comme un divin remède à nos impuretés

              Et comme la meilleure et la plus pure essence

              Qui prépare les forts aux saintes voluptés !

              Cette strophe tiré de son poème « Bénédiction  » est fort joliment bien pensée. Un Chrétien qu’il soit Pape, Évêque ou simple quidam ne pourrait pas le renier puisque, pour ces croyants, la souffrance est nécessaire au salut. Très peu pour moi !!! Je n’aime pas souffrir, néanmoins, je dois reconnaître que si la souffrance n’existait pas avec son cortège de douleurs nous ne pourrions pas survivre dans ce bas-monde. En effet, si on m’infligeait une drogue me supprimant toutes sensations de douleur, ma main ou mon pied ou tout mon corps pourrait brûler dans un feu sans que je m’en rende compte. Ainsi ma survie serait compromise car je ne peux pas savoir sans la douleur ce qui me serait fatal. Sans la douleur, je suis vulnérable.

              Maintenant examinons ce que dit notre apprenti versificateur de proses mal tournées. « Oh ma douleur que de noblesse dans ton martyr ! » Ici, j’ai l’impression qu’il nous dit que c’est la douleur qui subit le martyr et que c’est elle qui s’en trouve anoblie. Il a donc commis une faute de grammaire car il aurait dû écrire « mon martyr » et dans ce cas nous l’aurions pris pour un sacré vaniteux qui s’anoblit lui-même en pleurnichant. Je vous ferais remarquer que Baudelaire ne commet pas une seule faute de cet acabit dans toutes ses œuvres car lui maitrisait parfaitement la langue française.

              Ensuite, il personnifie la douleur comme ceci : « Comme une sœur Tu me délivres

              De tous mes maux, Tu me fais peur A me poursuivre... » C’est une idiotie car le concept de sœur ne peut être qu’une représentation spatiale. En effet une sœur, n’est perceptible que par nos yeux (un de nos sens externe ) parce qu’elle n’est pas autre chose qu’une personne existant dans le monde comme n’importe quel autre objet comme cette vache ou cette tour Eiffel ou nous-même pour les autres etc... Or la douleur n’existe pas dans l’espace comme un objet mais seulement dans le temps comme sensation. Cette sensation est tellement intrinsèque que les autres ne ressentent rien de ce que nous souffrons et vice-versa nous ne ressentons rien de ce que les autres souffrent. Si la douleur était une chose existant dans l’espace, nous subirions tous le même tourment un peu comme la pluie qui mouille tout le monde sans distinction. Cette comparaison de la douleur avec une personne qui nous serait proche comme notre sœur est une idiotie que seul les ignorants peuvent déclamer tout en se croyant intelligent.

              N’approfondissons pas plus ce n’est pas nécessaire pour ridiculiser Big Mac car voici dans la même phrase une autre idiotie : « Comme une sœur Tu me délivres De tous mes maux,,,, » Comme la souffrance a été assimilée à une sœur, cette phrase signifie donc que la douleur me délivre de la douleur. On ne peut pas être plus absurde.

              Comme son idiotie est infiniment encore plus grande en voici une autre et toujours dans la même phrase. C’est ainsi que l’on peut dire que Big Mac est un concentré. « Tu me fais peur A me poursuivre  » Si la souffrance me poursuit, c’est qu’elle ne m’a pas encore atteint et qu’elle est restée derrière moi. Donc logiquement je ne devrais pas souffrir tout le temps qu’elle restera derrière parce que la douleur ne peut être ressenti qu’à l’intérieur de nous même. Il faut donc courir vite et longtemps mais comme l’essoufflement peut être assimilé à de la souffrance... heu, il y a un petit problème de logique car je vais souffrir sans avoir été rattrapé par la souffrance. Donc Big Mac, tu deviens ici de plus en plus idiot.

              Il en devient complétement ridicule parce qu’en plus d’écrire des conneries tout en se prenant au sérieux, il se contredit et ceci toujours dans la même phrase. Il a dit que la douleur comme une sœur le délivre de ses maux mais il en a peur et l’accuse de le poursuivre sans mot dire. C’est quand même bizarre d’avoir peur de sa bienfaitrice mais il faut savoir que Big Mac est un fataliste comme tous bons musulmans, même ceux qui comme lui se sont reconvertis dans le sionisme. Souffrez bande de cons, c’est Allah qui l’a voulu pour votre bien.

              Big Mac, il y a d’autres absurdités dans ton poème mais il faut que j’abrège. Pour finir, je te lance le défi de me trouver une seule erreur dans la strophe du poème de Baudelaire qui assimile la souffrance à un divin remède.


            • Big Mac 19 janvier 2010 13:34

              Djanellichoux,

              C’est très gentil de publier cet écrit un peu sous tous les articles, mais demandez moi plutôt un texte plus en rapport avec le sujet de l’article, ou bien alors pondez en un vous-même que vous collerez partout .


            • Pascalou 19 janvier 2010 11:01

              Ah mon Dieu… Florentin ! je ne manque plus aucun de vos articles ô combien hilarants !

              De l’un à l’autre, vous vous surpassez ! Vous devriez les faire lire à Dany Boon pour qu’il les mette en scène.

              Celui-ci m’a éclaté de rire ! Malheureusement, certains de vos lecteurs n’ont aucun sens de l’humour et prennent tout au premier degré.


              • Rounga le flamboyant Roungalashinga 19 janvier 2010 11:06

                C’est vrai que je me suis à de nombreuses reprises demandé si ce Gastard n’était pas un petit rigolo maniant le second degré. Quand on voit ça, par exemple :

                "Ce sentiment de malaise qui gagne le monde, et qui dissout étrangement nos anciennes habitudes dans un trouble annonciateur, cette nappe de brouillard assombrissant le Ciel où les Nations scintillaient , comme autant d’étoiles à la longévité indéfinie, c’est l’Histoire en marche qui efface progressivement toutes les erreurs, toutes les incomplétudes, toutes les déceptions des âges antérieurs."

                Il y a de quoi se poser la question en effet.


              • snoopy86 19 janvier 2010 11:19

                C’est tellement énorme que nous sommes nombreux à nous poser la question ...

                Mais si ce n’est pas du second degré, il reste à Foutriquet la possibilité de devenir le Guaino de Ségolène smiley


              • brieli67 19 janvier 2010 11:43

                Foutriquet  hummmmmm !! 

                 it was Adolf 

                1m55 sous la toise ! et un homme à femmes...


                Quelle référence Snoopy de bon matin !


              • Pascalou 19 janvier 2010 12:49

                Ce passage que vous citez est en effet savoureux :

                « Ce sentiment de malaise qui gagne le monde, et qui dissout étrangement nos anciennes habitudes dans un trouble annonciateur, cette nappe de brouillard assombrissant le Ciel où les Nations scintillaient , comme autant d’étoiles à la longévité indéfinie, c’est l’Histoire en marche qui efface progressivement toutes les erreurs, toutes les incomplétudes, toutes les déceptions des âges antérieurs. »

                On croirait entendre la voix de Malraux et ses intonations inspirées lors de son célèbre discours au Panthéon. Le pastiche ici, tourne à la parodie.

                C’est vrai, comme le fait remarquer Snoopy, que notre ami Florentin pourrait servir de parolier à Ségolène !


              • Pascalou 19 janvier 2010 17:34

                Ce texte commence comme Proust :

                « Longtemps, je me suis couché de bonne heure. »

                On s’est beaucoup interrogé sur la grâce de cette première phrase d’A la recherche du temps perdu, à la place de l’adverbe.
                Mais dans l’article ci-dessus, on soupçonne l’auteur de s’être couché tard quand on lit la suite :
                « Longtemps, on a fait croire au Français qu’il n’était pas du même Peuple, et donc pas de la même Race que le Turc. » Désopilant, non ?


              • ZEN ZEN 19 janvier 2010 11:07

                cette nappe de brouillard assombrissant le Ciel où les Nations scintillaient , comme autant d’étoiles à la longévité indéfinie, c’est l’Histoire en marche qui efface progressivement toutes les erreurs, toutes les incomplétudes, toutes les déceptions des âges antérieurs.

                Hum !
                Ce n’est pas du Hegel, c’est du Michelet ou du Lavisse...
                Beau comme un discours de sous-préfet au comice agricole de Ruffec en 1847 !


                • finael finael 19 janvier 2010 12:07

                  Mon cher Zen, je vous prierais de ne pas vous moquer de Ruffec, lieu de naissance de Jean Jacques Marie Ferdinand de Béhagle en 1857 (mort à Dikoa, Tchad, en 1899)

                   smiley


                • ZEN ZEN 19 janvier 2010 12:43

                  Bon, j’ai mis ça comme ça, vous fâchez pas...
                  Mettons...euh... Charleville-Mèzières


                • Lapa Lapa 19 janvier 2010 14:42

                  et Arthur Rimbaud malheureux !!!


                • snoopy86 19 janvier 2010 11:12

                  Si cet auteur rentre à Normale Sup, Djanel pourrait bien y rentrer aussi smiley


                  • JL JL 19 janvier 2010 11:19

                    Spéciale dédicace à l’auteur, de la part de Ronald Reagan : « Ce dont nous avons besoin est une menace universelle extérieure. Je pense souvent occasionnellement avec quelle rapidité nos différences disparaitraient tout autour du monde si nous faisions face à une menace étrangère venant de l’extérieur de ce monde. »

                    Hum ! Si le monde se réduit à la communauté internationale, telle que la définit Chomsky : « On ne souligne quasiment jamais que l’expression « communauté internationale » est classiquement utilisée pour désigner Washington et tous ceux qui en viennent à s’aligner avec elle, pas seulement sur cette question, mais d’une manière assez générale »,

                    alors on peut affirmer que la « menace étrangère venant de l’extérieur de ce monde » dont parle reagan, c’est le terrorisme !

                    Et pour ceux qui ont de la suite dans les idées, le terrorisme est instrumenté pour détruire les nations, et non pas cette « communauté internationale » si chère aux globalistes.


                    • Bélial Bélial 19 janvier 2010 12:41

                      @ l’auteur : j’aimerais bien avoir votre avis à ce sujet, vous ne tenez pas compte de cette réalité dans l’article.

                      @JL : +1

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès