• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les premières urgences de François Hollande

Les premières urgences de François Hollande

« Nous devons agir. Agir ensemble et agir vite, car il y a urgence. La première des urgences s'appelle la Syrie ». L'autre priorité qui préoccupe le guerrier Hollande est le Sahel africain : « La dernière urgence, et c’est peut-être la première qui doit nous mobiliser cette semaine, est le Sahel(...) Oui, il faut que le Mali retrouve l’intégrité de son territoire et que le terrorisme soit écarté de cette zone du Sahel », disait le président belliqueux devant l'Assemblée générale des Nations Unies le 25 septembre 2012 (1). Alors que le chômage, la précarité et la misère matérielle et morale qui en découle font ravage en France, François Hollande déclare solennellement à New York que l'urgence aujourd'hui est l'intervention militaire en Syrie et au Sahel ! Guerre économique et sociale à l'intérieur et menaces de guerre à l'extérieur sont deux faces d'une seule et même politique. Ce fétichisme de la guerre va de pair avec le mépris de la social-démocratie pour les intérêts des classes populaires. La fabrication des ennemis à combattre, à l'intérieur comme à l'extérieur, permet aux sociaux-démocrates au pouvoir de mieux servir les intérêts de la classe dominante.

Les guerres extérieures désirées par le président Hollande, ne sont en fait que le prolongement de la guerre économique et sociale livrée sans trêve à l'intérieur par les sociaux-démocrates aux travailleurs et aux salariés en général. Pendant que François Hollande déclarait la guerre à la Syrie et poussait à l'intervention militaire au Mali, les députés, eux, se préparaient dans l'ombre à ratifier cette terrible arme économique que constitue le Traité européen de stabilité, de coordination et de gouvernance (TSCG). La quasi-simultanéité des déclarations guerrières de François Hollande aux Nations Unies et le vote du budget européen montrent que les deux dimensions de cette politique belliqueuse sont intimement liées. Les menaces de guerre proférées par François Hollande n'ont de sens que par rapport à la guerre de classes que la social-démocratie mène contre de larges couches de la population. Cet activisme guerrier à l’extérieur s'accompagne par une croisade à l'intérieur contre les intérêts des classes populaires. Son agressivité à l'égard des autres peuples n'est que l'expression de la violence économique qu'elle exerce à l'intérieur sur les travailleurs. Car la social-démocratie reste un rouage essentiel de l'exploitation capitaliste et un instrument redoutable de l'impérialisme. Elle est, à l'intérieur comme à l'extérieur, au service des classes dominantes.

Avec ces menaces guerrières à l'extérieur, les sociaux-démocrates tentent d'avoir la paix intérieure pour mieux mener à bien leur politique de misère contre les classes populaires. La fabrication des ennemis extérieurs leur permet de détourner la lutte des travailleurs contre les véritables responsables de la situation économique désastreuse pour la diriger et la concentrer sur des ennemis inventés de toutes pièces. Pour la social-démocratie au pouvoir, l'ennemi n'est pas le chômage, la précarité et la misère matérielle et morale qui rongent au quotidien la vie de millions d'hommes et de femmes en France, mais les « terroristes » qui occupent le Nord-Mali et le régime syrien. D'un côté, de véritables problèmes que l'on peut mesurer et quantifier, de l'autre, des ennemis créés et présentés comme dangereux et hostiles à l'intérêt de la nation, de la démocratie, des droits de l'homme etc. Alors que la France n'a pas véritablement d'ennemis, la bourgeoisie française et la social-démocratie qui sert ses intérêts inventent en permanence des ennemis à combattre. Derrière cette construction de l'ennemi, qui change selon les circonstances et le rapport de force, se cache la volonté du pouvoir de soumettre et de rassembler autour de sa politique ceux-là mêmes qui en sont les victimes, les classes populaires. Servir les oppresseurs nécessite le consentement et la soumission des opprimés.

 

Mais comme l'ennemi extérieur ne suffit pas, le gouvernement Hollande, comme celui de Nicolas Sarkozy avant lui, invente des ennemis intérieurs. « Je veux ainsi affirmer la détermination du gouvernement à lutter contre le terrorisme, de le faire tant à l’intérieur de notre pays qu’à l’extérieur de nos frontières » déclarait Jean-Marc Ayrault premier ministre (2). Car « La France doit être rassemblée, elle doit être rassemblée pour venir à bout de tous ceux qui croient pouvoir, par la violence, remettre en cause l’unité de la Nation » (3). Le mot « rassemblée » est utilisé deux fois dans la même phrase ! Rassembler la France autour de la politique d'austérité qui ravage la vie d'une partie de la population de plus en plus grande reste l'objectif à atteindre. Pour les sociaux-démocrates, ce qui est bon pour les puissants doit l'être également pour toute la population. Les intérêts des uns ne peuvent que coïncider avec les intérêts des autres. Les conflits de classes n'existent pas !

Les politiques d'austérité imposées par la bourgeoisie et appliquées avec un zèle singulier par le gouvernement en place, qui détruisent progressivement les droits et les acquis sociaux arrachés de haute lutte par la classe laborieuse au prix d'énormes sacrifices, sont bonnes pour l'ensemble de la population. Il y a longtemps que les sociaux-démocrates ont abandonné le marxisme et la lutte des classes. Ils sont par contre subjugués par le capitalisme, et les guerres impérialistes. La trahison des intérêts des travailleurs et la collaboration de classes sont une constante dans l'histoire de la social-démocratie (4).

Il faut donc, vaille que vaille, rassembler toute la nation autour du gouvernement et de sa politique.

C'est dans ce cadre qu'il faut situer cette « mobilisation la plus totale de l’État pour lutter contre toutes les menaces terroristes » comme le déclarait François Hollande lui-même (5). Car pour rassembler une population de plus en plus traumatisée par les effets des plans d'austérité à répétition, il faut lui trouver un ennemi ou des ennemis intérieurs qui puissent l'occuper et la détourner de ses véritables préoccupations. La théâtralisation et la médiatisation à outrance des opérations policières de « lutte contre le terrorisme » montrent que le pouvoir tente de convaincre la population que l'urgence du moment est la guerre contre « le terrorisme » (bien entendu « islamiste »). Les interventions, interpellations et autres perquisitions se font le plus souvent sous les projecteurs des caméras et les flashs des photographes. Les membres du gouvernement, du ministre de l'intérieur jusqu'au président de la République, prennent la relève et commentent à chaud les tenants et aboutissants du dossier et assurent la population de leur détermination totale à combattre « le terrorisme ».

 

Par contre le gouvernement est beaucoup plus discret sur les opérations de licenciements massifs opérés par les patrons des grandes et petites entreprises un peu partout en France et dans tous les secteurs de l'activité économique. Le sort des victimes de ce « terrorisme économique » n'intéresse pas vraiment les sociaux-démocrates au pouvoir. La « mobilisation la plus totale de l’État » est réservée à la lutte contre « le terrorisme » à l'intérieur comme à l'extérieur mais en aucun cas contre le chômage et la misère. Pire, la politique d'austérité menée avec beaucoup de cynisme par François Hollande et son gouvernement produit chaque jour qui passe de nouvelles victimes qui iront grossir les rangs des millions d'autres chômeurs. Les sociaux-démocrates sont ainsi très éloignés des préoccupations et des souffrances des classes populaires dont ils prétendent pourtant servir les intérêts.

 

Leur mépris des masses et leur vénération des puissants ont fait des sociaux-démocrates un instrument redoutable du capital. Par leur opportunisme et leur trahison des intérêts des travailleurs et de l'ensemble des classes populaires, les sociaux-démocrates perpétuent les injustices et les privilèges de ceux qui ont déjà tous les pouvoirs. Leur engagement total aux côtés de la classe dominante dans son offensive contre toutes les avancées sociales montre qu'ils sont résolument pour l'ordre établi avec toutes ses tares et tous ses dangers pour l'homme et la nature. Conservateurs, ils constituent un véritable obstacle à la transformation radicale de la société et au dépassement du capitalisme.

 

Mohamed Belaali

belaali.over-blog.com

 

---------------------

 

(1) http://www.elysee.fr/president/les-actualites/discours/2012/discours-du-president-de-la-republique-a.13974.html

(2) http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/interventions/10_09_declaration_de_jean-marc_ayrault_premier_ministre_a_lissue_de_lentretien_avec_christiane_taubira_et_manuel_valls.pdf

(3) ibid.

(4) Voir sur ce sujet « Social-démocratie et collaboration de classes » : http://www.belaali.com/article-social-democratie-et-collaboration-de-classes-50152165.html

(5) http://www.elysee.fr/president/les-actualites/toutes-les-actualites/declaration-a-la-presse-de-m-le-president-de-la.14030.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • frugeky 8 novembre 2012 17:18

     @ Calmos

    Sans la signature, vous auriez posé cette question ?
    Vous ne pouvez pas imaginer l’auteur tout simplement français ?
    La pertinence de son propos ne vous suffit pas ?
    Et même s’il n’est pas français, mais sahélien (par exemple), vous lui daignez le droit de questionner pourquoi notre président veut faire la guerre au Sahel et en Syrie alors que c’est la merde chez nous ?
    Les terroristes ne sont pas tous islamistes, loin s’en faut. On voit bien que les opposant à l’ayrault-port de Notre-Dame-des-Landes sont considérés, eux aussi, comme des terroristes en puissance, l’ultra-gauche stigmatisée par Alliot-Marie à l’époque et dont l’enquête à propos de Tarnac est en train de faire un pschittt mémorable, est de retour.

    Bourgeois, faites vos stocks.

  • Michèle 9 novembre 2012 16:04

    Personnellement je trouve également cet article assez ambigu. Factice même quelque part. Que du rabachage et rien de nouveau en soit.

    Car l’auteur nous parle de Hollande et de son voyage aux US, du TSCG qui s’est fait concomitamment, mais curieusement il ne fait aucun lien entre les 2, c’est-à-dire qu’en fait Hollande est allé prendre ses directives à Washington tout en faisant acte d’allégeance à l’hégémonie américaine. On le voit bien, car, quel intérêt la France a-t-elle d’aller faire la guerre en Syrie au Sahel ou ailleurs, si ce n’est s’aligner sur la politique impérialiste américaine avec son travail d’appropriation des énergies fossiles tous azimuts ?

    Alors NON, ne nous trompons pas d’ennemis, ce ne sont ni la Syrie ni le Sahel, mais les US qui par l’intermédiaire de leurs pantins européistes, veulent mettre une camisole de force au peuple français, à la démocratie des peuples européens. Pour en définitive faire de nous leurs esclaves et leur chair à canons !

    Hollande et toute la clique politique française (tous partis et toutes tendances confondues) qui prônent encore l’UE sont des vendus aux puissances financières, les Etats Unis d’Amérique en l’occurrence et n’ont que mépris des peuples et donc du peuple français. Nous ne sommes plus que du bétail pour ces gens là. Irons nous à l’abattoir sans réagir ?


  • leypanou 8 novembre 2012 18:08

    "Par contre le gouvernement est beaucoup plus discret sur les opérations de licenciements massifs opérés par les patrons des grandes et petites entreprises un peu partout en France et dans tous les secteurs de l’activité économique" : pas seulement le gouvernement sur les opérations de licenciements massifs, mais aussi les médias mainstream, sauf quand ils sont obligés d’en parler.

    Une revue, qui a malheureusement disparu Le Plan B, comparait les références dans les médias mainstream des conflits sociaux et des faits divers, on en apprenait vraiment beaucoup sur le formatage idéologique de la population et l’amener à focaliser ses intérêts sur des sujets subalternes.


    • marc 8 novembre 2012 20:52

      Acrimed joue très bien ce rôle : http://www.acrimed.org/




    • Yohan Yohan 8 novembre 2012 19:04

      Flamby voulait se faire Assad, mais ses conseillers lui ont démontré qu’il n’avait pas les billes pour ce faire. Alors, par dépit, il se rabat sur le Sahel, mais ses conseillers lui ont dit.....

      c’est alors que sa moitié est intervenue « dis mon Flambinou, n’oublie pas que tu as réservé chez Laurent et que nous sommes déjà en retard. et puis, le Sahel, c’est pas top l’hôtellerie là bas, d’après ce qu’on m’a dit... »

      • sirocco sirocco 9 novembre 2012 10:13

        @ l’auteur

        Le peu de votes et de posts sur cet excellent article montre à quel point la plupart des Français, abrutis par l’enfumage que leur servent sans relâche les médias, ne sont même pas conscients de l’énormité de ce que vous dénoncez.

        Ils savent que tout va très mal en France (sauf les profits des riches, évidemment), que la situation en matière d’emploi, de maintien des services sociaux (du moins ce qu’il en reste), de pouvoir d’achat, etc..., exigerait que le pouvoir en place en fasse son unique préoccupation, lui consacre toute son énergie et la totalité des fonds disponibles.

        Au lieu de ça, quelle est la priorité affichée par Hollande ? Rester un pantin et jouer l’exécuteur de basses oeuvres des USA et d’Israël dans des conflits auxquels la France n’a strictement aucun intérêt à se mêler (comme c’est déjà le cas pour l’Afghanistan) ! Et éviter à la très opulente société Areva d’assurer elle-même la défense de son exploitation du minerai d’uranium pas très loin du nord du Mali. Tout cela, bien sûr, sur des deniers publics et sur un budget qui, paraît-il, ne permet pas de sauver le minimum de notre système de santé...

        Les Français râlent à l’idée d’une augmentation de 0,4 point de la TVA mais ils ignorent totalement (et apparemment ça ne les intéresse pas de savoir) combien leur coûte quotidiennement la guerre en Afghanistan - ce serait quand même la moindre des choses qu’on leur présente les détails de l’addition, cela pourrait d’ailleurs faire l’objet d’un bon article sur AVox... - ni combien leur coûteront ces guerres que Hollande leur prépare avec la jubilation du valet heureux, en cette période si catastrophique pour le pays.


        • cevennevive cevennevive 9 novembre 2012 11:01

          Eh oui, triste constat, triste période...

          Mohamed, vous ne criez pas, vous n’insultez pas, vous faites un constat très clair et de bon aloi sur la situation.

          Hélas, il faut crier, il faut surtout choquer aujourd’hui pour se faire entendre !

          Merci Mohamed, et bonjour aux intervenants.

          (Sauf peut-être à Calmos parce que, emberlificoté dans ses certitudes, il ne voit rien de la situation. Heureux homme ! Au fait, on ne connaît pas son prénom, il ne s’appellerait pas Mohamed quand même ?)


          • lionel 9 novembre 2012 11:21

            Le problème Cevenne libre, c’est que si l’on crie ou que l’on est trop véhément, nombre de nos concitoyens s’effondrent en dépression. Nous avons été victimes de manipulation mentale à grande échelle. Les individus qui reposent sur les mensonges de la propagande (historique, économique, politique, scientifique etc...) peuvent s’effondrer lorsque leur vision du monde est remise en question... Le cerveau dispose même de dispositif pour court circuiter les informations nuisibles à l’organisme (non qu’elles soient faussent, mais elles deviennent dangereuse pour l’intégrité de l’association de cellules et de bactéries que nous sommes. 


            Je ne vous fait pas la morale, je suis dans la même situation que vous. Que notre dépit passager ne nous empêche pas d’avancer et de chercher à comprendre :



            Les références indiquées par les liens souligne la nécessiter de nous comprendre afin de ne plus être manipulés. 

            Bonne journée Cévenne libre ainsi qu’à tout ceux de bonne volonté qui viennent sur ce forum.
            `
            Lionel (UPR) 

          • Denzo75018 9 novembre 2012 11:42

            Désolé, mais l’urgence pour la France n’est ni la Syrie, ni le Mali !!!

            Vous vivez sur quelle planète ????


            • RBEYEUR RBEYEUR 9 novembre 2012 12:22

              Á en juger par le solde positif des « moinsses/plusses » dont il bénéficie, l’ayatollah Mohammed Belaali fait un triomphe au sein du tabernacle gauchouillard(*)…  

              Dommage qu’il n’aille pas dispenser ses lumières transcendantales là où le besoin s’en fait cruellement sentir, par exemple, chez le milliard cinq cent millions de ses coreligionnaires musulmans qui vivent dans l’obscurantisme moyenâgeux le plus noir…

              Mais la logorrhée bien connue des aspirants prophètes est bien plus confortable à blablater au café de flore, à la closerie des lilas et en tous autres lieux narcissicos/intellos/mythos de Saint Germain des Près, plutôt qu’à Tombouctou, Damas, Téhéran, Kaboul, Mogadiscio, Alger, etc…

              (*) Le gauchouillard est un mutant du franchouillard.
              Il en reprend l’insuffisance mentale, l’étroitesse intellectuelle, l’esprit borné et la haine farouche du juif.
              Puis s’y ajoute le rejet intrinsèque du profit des autres alimenté par l’envie, la jalousie, et l’aigreur envers une aisance qu’il aimerait bien avoir mais qu’il est incapable d’acquérir.
              Néanmoins, il se considère un aryen de la pensée de gauche, un dispensateur de vérités définitives et absolues jamais démontrées, un grand ordonnateur de leçons de morale et de vertu seulement applicables aux autres.
              C’est le support sous-jacent indispensable au développement du totalitarisme sous toutes ses formes, notamment aux desseins les plus conquérants du capitalisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès