Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Les retraites expliquées à ma grand-mère

Les retraites expliquées à ma grand-mère

Ça fait bien longtemps que je suis à la retraite, tu sais ! Je plains les jeunes d’aujourd’hui qui vont avoir bien du mal ! Tu crois vraiment qu’ils vont supprimer la retraite par répartition ?

Pas tout à fait. Margaret Thatcher a essayé de convaincre les ouvriers anglais de cotiser à des fonds de pension, mais ils n’y ont pas cru. Ceux qui pouvaient économiser ont acheté des maisons. Pour le capital, ce n’est pas le bon circuit. Cette tentative a convaincu les intellectuels du capital que, pour développer les fonds de pension, il faut maintenir, a minima, une retraite par répartition. Ils la veulent trop faible pour vivre, une sorte de minimum vieillesse. D’après leurs calculs, les fonds de pension comme complément à la retraite sont plus convaincants pour les salariés que s’ils représentaient leur principale source de revenus. Bernard Friot explique ça dans son livre « L’enjeu des retraites  ». Je vais tout à l’heure te citer des chiffres, c’est de ce livre que je les tire.

Mais tu vois bien qu’il y a de plus en plus de retraités, et que les gens vivent plus longtemps qu’avant ; alors forcément, les retraites vont coûter de plus en plus cher. Il faut bien une solution !

C’est vrai, le poids des pensions va s’accroître dans les années qui viennent. Mais il n’y a aucune inquiétude à avoir. Regarde : en 1950, les pensions représentaient 5 % du PIB. En 2000, elles en représentent 13 %. On estime qu’en 2050, ce devrait être environ 18 %. Mais le PIB lui-même double tous les cinquante ans ! Donc en 1950, le PIB était de 1.000 milliards d’euros : 50 pour les pensions (5 %), 950 pour les salaires, les investissements et les profits ! En 2000, il était de 2.000 milliards d’euros, soit 260 milliards pour les pensions (13 %) et donc 1.740 milliards pour le reste. En 2050, le PIB sera de 4.000 milliards d’euros dont 720 milliards pour les pensions et 3.280 pour le reste. Tu vois que, contrairement à la propagande du capital, la part du salaire actif et celle des investissements augmentent. La population augmente beaucoup moins vite que le PIB : on était 42 millions en 1950, on est 65 millions aujourd’hui, on sera sans doute environ 70 millions en 2050.

Ton PIB qui n’arrête pas de doubler, et qui grandit plus vite que la population, comment tu l’expliques ?

C’est que la productivité du travail s’est considérablement accrue. Dans la même heure de travail, un ouvrier d’aujourd’hui produit beaucoup plus que le même ouvrier, travaillant la même heure après guerre. Par exemple, il y avait après-guerre environ 10 millions d’agriculteurs en France. Cela représentait la moitié de la population active. Aujourd’hui, il n’y en a plus qu'un million (c'est-à-dire 3 % des actifs), et pourtant la production agricole a beaucoup augmenté avec beaucoup moins d’heures de travail. C'est-à-dire que chaque heure de travail est beaucoup plus productive : ici, presque 20 fois plus. Mais je te donne un autre exemple : actuellement, selon les chiffres de Peugeot, il est fabriqué 13.000 voitures par jour. La première Peugeot, la 201, c’étaient 13.000 voitures par an ! Et avec plus d’ouvriers que maintenant !

Voilà l’affaire, la production par ouvrier augmente, mais pas les salaires !

Tout le problème est là : la question des retraites, c’est la question des salaires. Parce que pour financer les retraites, il est nécessaire d’augmenter les cotisations. C’est la bonne solution : après-guerre, les cotisations représentaient à peu près de 5 % du salaire total. Tu sais que le salaire se compose de deux parties : d’une part le salaire net, celui qui est versé sur le compte en banque du salarié, et d’autre part l’ensemble des cotisations sociales : maladie, vieillesse, invalidité, chômage, etc. Ces cotisations sont arbitrairement divisées en deux parts : la part dite « ouvrière », et la part dite « patronale ». C’est artificiel, car l’ensemble est dû par l’employeur à son employé pour son travail. Mais ce « paritarisme » permet au patronat de se mêler de la gestion de l’ensemble de ces cotisations, qui représentent beaucoup d’argent, supérieur au budget de l’État !

Les cotisations pour la retraite ont plus que doublé jusque dans les années 80 où elles ont été gelées à leur niveau de 1979 pour les salaires inférieurs à 1,6 SMIC, c'est-à-dire pour plus de la moitié des salariés, le salaire médian étant à 1,5 SMIC.

Pourquoi ce gel ? Parce qu’augmenter les cotisations augmente mécaniquement les salaires ! C’est justement ce que ne veut pas le patronat. C’est grâce à ce gel des cotisations, et la non-augmentation des salaires, que le patronat accapare l’augmentation de la productivité.

Tout à l’heure, on disait que le poids des pensions allait augmenter : la question est de savoir qui va payer. Le capital, par la voix de son gouvernement, a une réponse très claire : ce seront les salariés qui paieront. Soit on augmente les salaires, et conséquemment les cotisations, soit on continue à bloquer les cotisations et on allonge le temps où il faut cotiser. C’est pour ça que je te dis que la question des retraites est en fait la question des salaires !

Tu sais que certains, à gauche, disent qu’en effet, il faut taxer le capital pour financer les pensions. C’est de la poudre aux yeux : s’ils veulent que le capital paye, qu’ils militent donc pour une augmentation des salaires.

D.R.



Sur le même thème

Note à Monsieur le Premier Ministre…
Les plans du pédalo torpilleur (exclusif)
La retraite des parlementaires : Scandale ?
Amusez-vous à retrouver votre programme idéal de 2012
Bénéfices : 50% pour les actionnaires et 0% pour les salariés


Réactions à cet article

  • Par tf1Goupie (---.---.---.244) 27 août 2013 12:06

    Donc tous les 50 ans le PIB double, c’est gravé dans le marbre !

    Donc il n’y a pas de crise en ce moment et on va bientôt entrer dans une nouvelle periode de « trente glorieuses » ?

    Vous prenez vraiment votre grand-mère pour une conne ?

    • Par tf1Goupie (---.---.---.244) 27 août 2013 13:57

      Quand y a un bug fondamental dans la réflexion, toi tu ne la vois pas Démo-Nouille !

      Les retraites c’est une affaires de chiffres et comme tu ne comprends rien aux chiffres tu va prétendre que les chiffres c’est un détail smiley

      Continue à vomir tes agressions verbales sans aucun argument, tu affiches ainsi toute ta pauvreté intellectuelle en longues affiches que tu placardes sur Agoravox.

      Demo-Troll, échantillon de la pauvreté intellectuelle citoyenne ... et dire que je contribue à ta retraite pour que tu continues à déblatérer.

    • Par Lisa SION 2 (---.---.---.87) 27 août 2013 16:50
      Lisa SION 2

      Pour le comique qui n’a pas encore compris : http://www.youtube.com/watch?v=Y8zW...

    • Par tf1Goupie (---.---.---.244) 27 août 2013 17:38

      Un grand classique : quand on met un sujet sous forme de sketch rigolo, c’est qu’on veut évacuer les vrais questions.
      On fait dans l’artifice et la manipulation des mots et des idées.

      Bref vous vous intéressez aux retraites comme vous allez à la foire de Paris voir les camelots qui vous vendront la brosse magique qui nettoie tout.

      Moi ce genre d’approche ça me donne pas envie de rester dans un système collectif où le but n’est pas de trouver un équilibre intelligent, mais de baratiner les autres

    • Par TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE (---.---.---.99) 28 août 2013 10:20
      TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE

      et pendant cette nouvelle réforme et a jamais NOS DEPUTES ONT UNE RETRAITE DE 1548 EUROS POUR 1 MANDAT 3096 POUR 2 MANDATS... 4644 POUR 3 ET 6192 EUROS POUR 4 MANDATS OU 20 ANS DE COTISATIONS ( salariés 43 ans jusqu’ 70 ans bientot)

      SAPIN DIT DE PLUS« IL N EST PAS NORMAL QUE LES ENTREPRISES PAYENT LES ALLOC CAR CE SONT LES SALARIES QUI EN FONT. (des enfants).DIGNE DU MEDEF DE PARISOT QUI DISAIT L AMOUR EST EPHEMERE LA VIE AUSSI .......POURQUOI PAS LE »TRAVAIL "

       PROPOS DIGNES DE L UMP.....OU DU MEDEF ON CROIT REVER..................NON SAPIN N EST PAS LE PERE NOEL MAIS LE PERE FOUETTARD

  • Par spartacus (---.---.---.149) 27 août 2013 17:38
    spartacus

    Que c’est beau la réflexion sur la retraite exposé par les nantis communistes bénéficiaires de régimes spéciaux non ayants droits.


    Mais pourquoi ne réclamez vous pas à bénéficier de cette « superbe répartition » ?
    On se le demande tous.

    Un raisonnement sur un PIB est ubuesque. L’économie expliqué par les cocos est d’une connerie sans nom.
    Le PIB, est un agrégat artificiel qui ne mesure pas la richesse, mais l’ensemble des paiement des factures d’un pays. 
    57% du PIB sont le paiement des factures destinées à l’état. Les factures de l’état ne produisent pas de la richesse.
    Le PIB de la France est généré à 57% par un ensemble de fonctionnaires bureaucrates, payés  a creuser des trous et d’autres à les remplir et cela n’a jamais créé de la richesse.

    Il faut expliquer à la grand mère, que les groupes de pression des monopoles étatisés crées par les ministres communistes après guerre dans l’énergie, les transports ont phagocyté la retraite du privé. EDF, SNCF, RATP.

    Il faut expliquer à la grand mère que la CPAM est gérée paritairement par des syndicats remplis de collectivistes communistes (CGT, FO), ils ont nommés 100% des administrateurs. Ils n’ont choisit que des bénéficaires de régimes spéciaux pour protéger un clientélisme dégelasse et inégalitaire.

    Par exemple, EDF fait supporter les privilèges de ses salariés sur la CPAM, et fait payer ses départs trop tôt, ses cotisations inférieures, ses calculs de retraite super injustes par rapport aux autres sue le dos des ayants droits de la répartition du privé.

    Il faut expliquer à la retraite que après guerre les communistes ont fait le choix d’instituer la répartition pour les uns et les privilèges de régimes spéciaux pour les autres.

    Il faut expliquer l’inégalité social en droits que les cocos post soviétique ont introduits dans la législation.

    Voici une petite liste d’inégalité sociale que les cocos se satisfont puisque 90% d’entre eux en sont les profiteurs bénéficiaires au détriment des autres :
    1-décote plus favorable pour les régimes spéciaux
    2-durée de cotisation moins importante pour les régimes spéciaux
    3-surcote n’est pas au même age pivot.pour les régimes spéciaux
    4-pénibilité exagérément trop large et étendue pour les régimes spéciaux :
    25ans = 30 ans fonctionnaires catégorie B, 6 ans = 8 ans services hors europe. 1an = 3ans pour les fonctionnaires militaires. 75% =80% pour les marin fonctionnaires.
    5-age légal de départ 5 ans plus jeune pour les régimes spéciaux.
    6-liquidation plus jeune moins défavorable pour les régimes spéciaux.
    7-une retraite par taxation illimitée sur le contribuable sans la contrainte de la gestion paritaire clientéliste pour les régimes spéciaux.
    8-une charge à vie pour les contribuables, au travail comme à la retraite. Une vie d’étatisé pour les régimes spéciaux.
    9-Une pension en pourcentage bien plus importante pour les régimes spéciaux.
    10-les pensions spéciales sans limites des plafonds de la sécu pour les régimes spéciaux.
    11-Pension pour les régimes spéciaux cumulables alors que celles du régime général sont limités aux seuils sécu.
    12-coup du chapeau généralisé et fraude de masse tolérée pour les régimes spéciaux
    13-Une retraite qui ne correspond en rien a la carrière réelle. juste aux derniers mois pour les régimes spéciaux.
    14-Pas de problèmes avec les coefficients d’indexation pour revaloriser les 25 meilleures années.
    15-Pour certain (école normale éducation nationale), les années d’écoles sont comptées pour les régimes spéciaux.
    16- Retraite Additionnelle des Fonctionnaires sans CSG pour les régimes spéciaux.
    17-Primes comptées mais non cotisées (hors charges sociales) RATP etc pour les régimes spéciaux...
    18-PREFON retraite privée interdite … au privé déductible des impots pour les régimes spéciaux.
    19-Retraite par taxation directement sur la facture pour les entreprise publiques.

    Un bien beau lobby des régimes spéciaux les communistes Français !
  • Par thomthom (---.---.---.79) 27 août 2013 18:47

    ah bon, non disposons d’un système de retraite par répartition ? vraiment ?

    Il ne me semble pas. la réalisé, c’est que nous avons un système de retraite basé sur l’emprunt, qui fait porter aux futures générations de travailleurs le poids des retraites actuelles.

    Dans un vrai système par répartition, seule le montant des cotisations collectées dans l’année serait réparti (comme son nom l’indique) parmi les retraités.

    Un système qui distribue des pensions de retraites pour une somme totale plus élevée que ce que les actifs peuvent raisonnablement verser, c’est juste une folie irresponsable !

  • Par Mugiwara (---.---.---.204) 27 août 2013 19:45

    il est temps de virer le PS. je vous conseille de voter pour un autre parti ou de ne pas voter du tout.

  • Par SamAgora95 (---.---.---.179) 27 août 2013 22:59
    SamAgora95

    Extraordinaire !


    Alors que nos politiques et autre experts sont soi-disant sensés anticiper les problèmes et imprégner une trajectoire d’évitement à ce paquebot géants qu’est un pays, ils viennent tous de découvrir comme ça ! subitement ! que l’espérance de vie progresse et que le plein emploi n’est pas éternel ! Ils avaient oubliés de rentrer ces deux paramètres dans leur équation !!!

    C’est encore une fois du foutage de gueule, et pas un journaliste pour relever cette absurdité.

    Ce qu’il viennent de découvrir en réalité (en 2008), c’est que les retraites ainsi que les autres avoirs qui se baladaient dans les bilans des banques sont parties en fumé dans un jeu de casino inventé par les Américains, jeu stupide, dans lequel ont ne pouvait jamais perdre et qui a explosé en 2008.

    En effet pourquoi ne pas placer les impôts des retraites dans du papier noté AAA+++ qui rapporte 5% garantit sans danger ? Quelle merveilleuse invention.

    Mais rassurez-vous, vos retraites se sont volatilisées mais l’argent lui a juste changé de main, dans l’univers rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

    Mais vous devez quand même remettre la main à la poche pour renflouer les caisses et ben oui depuis 2008 vous vivez plus longtemps, personne vous l’a dit ?


  • Par alex (---.---.---.38) 28 août 2013 10:18

    Ce qui ressort bien de cet article et a fortiori des explications de Bernard Friot c’est que les réformes de retraites par les différents gouvernements (du capital ^^) sont une stratégies pour maximiser les profits (en gelant les salaires) et réorienter une partie de l’épargne des français vers les fonds de pensions (où cet argent va dormir paisiblement bien sur ^^).

    Merci à l’auteur.

    Mais comme d’autres l’ont soulignés, baser ses calculs sur le PIB et qui plus est sur les estimations futures du PIB est à mon avis une erreur. Car comme il est bien expliqué dans les oeuvres de J C Michéa, un voleur de voiture participera au même titre qu ’un constructeur de voiture à la croissance du PIB. (Voir fable des abeilles de Mandeville)

    « Notre PIB prend en compte, dans ses calculs, la pollution de l’air, la publicité pour le tabac et les courses des ambulances qui ramassent les blessés sur nos routes. (...) Il comprend la production du napalm, des armes nucléaires, et des voitures blindés de la police destinées à réprimer les émeutes dans nos villes. (...) En revanche le PIB ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaieté de leur jeux. Il ne mesure la beauté de notre poésie ni la solidité de nos mariages. (...) En un mot le PIB mesure tout, sauf ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. »
    Discours de Bob Kennedy retranscris dans l’empire du moindre mal de JC Michéa.

    Pour finir je dirais que la ligne directrice de cet article est bonne mais que pour que cette analyse soit parfaite il faut qu’il y est effectivement croissance de l’activité productive. Donc création d’entreprise. Et ça à mon avis ça passe par l’allègement de la fiscalité sur les PME, aide à la création d’entreprise, financement obligatoire à la création de PME à taux zéro via des banques nationalisés, donc séparation banque de dépôt et banque d’affaire, suppression de cette dernière, etc... 

    • Par Y.P (---.---.---.181) 29 août 2013 07:02
      Y.P

      @ alex :
      pour que cette analyse soit parfaite il faut qu’il y est effectivement croissance de l’activité productive. Donc création d’entreprise.

       
      Pas vraiment. Le PIB ne mesure pas uniquement la valeur produite dans l’emploi. L’INSEE prend en compte bien des choses dans cette mesure, dont le non-marchand, dont la fonction publique, etc. Cette mesure est faite dans un but politique. La répartition du PIB c’est politique, elle est le fruit d’un rapport de force :
      http://youtu.be/lRHO5GfKgFY

      Par ailleurs, la croissance du PIB par l’emploi est la pire qui soit, puisque l’emploi nous enlève toute maîtrise sur le travail (dans l’emploi c’est le capital qui a la mainmise sur la production et sur sa finalité, la consommation donc) !

      Certes, le discours du réel qui nous est imposé nous dit que seul l’emploi crée de la « richesse », de la valeur économique. C’est ainsi exposé sans discussion possible, comme si c’était une loi de la nature, ou comme tombé du ciel (la religion qui entoure les « Marchés » est assez effrayante). Ainsi il faudrait donc de l’emploi, donc des employeurs, donc du capital, pour travailler et financer le reste, dont la « dépense publique » (et le profit, bien entendu).

      Mais ce n’est qu’une illusion :
      http://youtu.be/lxVo1DX6Ko4 
      L’entretien complet (1h20) est disponible ici :
      http://youtu.be/8MWQBbLLwg4

       
      Alors voyons...
      Le capital serait indispensable (alors qu’il n’est qu’un parasite)
      L’emploi serait le travail (alors qu’il n’en est que la pire des formes)
      Le travail serait un coût (alors qu’il est le seul producteur de valeur)
      La cotisation serait une charge (alors que c’est du salaire)
      Et le profit (enfin, ses bénéficiaires) nous est présenté comme un dieu devant lequel il faudrait s’agenouiller (sinon tu es fusillé, utopiste hérétique)... alors que s’il y a bien quelque chose qui coûte dans le travail, et qui pèse sur le salaire... c’est le profit !
      De la novlangue, ni plus ni moins !

  • Par TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE (---.---.---.99) 29 août 2013 11:34
    TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE

    @ALEX BIEN DIT BIEN ECRIT

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès