• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les sondages mais quand ça arrange

Les sondages mais quand ça arrange

Les dernières élections européennes et américaines auraient dû être une leçon pour les éditorialistes, les journalistes politiques et les sondeurs. Et aussi pour la majorité des électeurs et des internautes commentant sur le net. Mais malheureusement non, on glose à qui mieux mieux sur les chiffres des sondages qui vont qui viennent, qui mettent l'un ou l'autre en avant, qui consacrent l'un puis l'autre et réciproquement. On ne sait jamais vraiment leur pertinence. Ils sont quand même il est vrai prudents et répètent à l'envi que cette campagne des présidentielles n'est pas ordinaire, qu'elle peut réserver des surprises.

On mise tout sur le storytelling, sur le suspense insoutenable (voir à ce lien)....

Une manière comme une autre de dire qu'ils peuvent se planter dans leurs prédictions, en particulier celles qui montrent le candidat de « En Marche » déjà président, on se demande bien d'ailleurs pourquoi on va voter ? D'aucuns vont même à évoquer un vote « honteux » pour Fillon, un vote pas encore « sorti du placard » en quelque sorte, sur le modèle du vote le Pen que l'on n'osait pas avouer aux sondeurs ces dernières années, voyant donc déjà leur champion au Second Tour grâce à ces électeurs « honteuses ». A quand « l'outing » ?

En ce moment par exemple, c'est Jean-Luc Mélenchon « l'outsider » (voir à ce lien), Marine le Pen qui perdrait des points et stagnerait, et Emmanuel Macron continuerait à galoper en tête. Comme Poutou, il a eu les 500 signatures pour piquer quelques voix au candidat de la « France insoumise », a fait le « buzz » en pointant l'immunité parlementaire de madame le Pen et celle de monsieur Fillon je suis à peu près certain que l'on va nous sortir un bon gros sondage qui va le mettre en quatrième position. Je ne parle même pas de certains « petits » candidats persuadés de créer cette fameuse surprise tel Trump aux États-Unis ou le « Brexit » au Royaume Uni.

Il n'est guère que Jean Lassalle pour ne pas avoir besoin des sondages (vérifier ici à ce lien), lui il s'y voit déjà sans que l'on n'ait besoin de faire de pronostics. Moi je n'y verrai pas d'inconvénients, un président du Sud-Ouest qui mettrait les produits de sa région, le Béarn, en valeur. Et au moins il emploie des termes clairs, compréhensibles par toutes les couches de la société, bien que peu politiquement orthodoxes.

Ces sondeurs qui maintenant encore sont si peu circonspects, ce sont les mêmes qui annonçaient Alain Juppé déjà élu à la présidence en quelque sorte, Manuel Valls comme candidat PS et j'en passe et des meilleurs. Des mauvais esprits, dont je ne suis pas on le sait, pourraient croire qu'ils ne sont pas totalement objectifs politiquement, et qu'ils n'ont pas envie de perdre de si bons clients que la plupart des partis dits « républicains » et les autres sont.

Et ils apprécient également d'avoir leur « rond de serviette » à la télévision. Ils mettent une belle cravate, leur « powerpoint » avec pleins de couleur en adoptant un air sérieux, une voix grave et bien modulée, et emballé c'est pesé.

Bientôt, comme le « storytelling » politique a du succès, l'électeur votera comme pour une émission de téléréalité en envoyant un SMS, voire en likant sur « facebook » une photo de son champion. Il aura encore l'impression de choisir ses gouvernants, et ceux-ci feront des économies en « nègres » pour les discours. Je déplore le chômage des agrégés de Lettres qui n'auront plus ce débouché mais ce sera le progrès en marche, en marche forcée.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

illustration prise ic

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.96/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 11 avril 11:21

    sondage :
    Trouvez-vous cet article intéressant ?
    - oui
    - non
    - ne se prononce pas

    ^^


    • Descartes Descartes 11 avril 14:02

      Les sondages sont du vent.
      Pourquoi Mélenchon a-t-il obtenu du Grand Capital 8 millions pour sa campagne ?
      Car il faut acheter les sondages.
      Ecoutez de Villiers.
      Ecoutez Dupont-Aignan.


      • Descartes Descartes 11 avril 14:17

        @covadonga*722
        tu peux continuer à commenter et à raconter des bêtises.
        fais une tribune ou une vidéo si tu en as.
        ensuite ? tu connais le proverbe : « Après l’injure, il y a la loi ; et après la loi, il y a les coups. »

        « coups » au sens strict de sanction pénale, bien entendu.


      • Alren Alren 11 avril 16:48

        @Descartes

        Descartes était rationnel, lui !

        C’est une honte qu’un illuminé l’ait pris comme avatar !

        J’admire la patience de ceux qui veulent dialoguer avec les « asseliniens », plus assommants les uns que les autres, alors qu’en dehors d’Agoravox ils ne représentent rien. Bien moins qu’un Dupont-Aignant par exemple.


      • Descartes Descartes 11 avril 22:09

        @Alren
        pour vous prouver que je suis rationnel, sortez-moi un argument qui contredirait ce que je dis et si il est indubitable, je m’inclinerai.


      • Rincevent Rincevent 11 avril 23:55

        La présidentielle se jouant souvent aux alentours de 2 % d’écart et les instituts de sondage s’octroyant généreusement 4 % de marge d’erreur, à quoi peuvent-ils donc bien servir ? Mathématiquement, à rien ! Comme, malgré tout, ils prospèrent, il faut donc leur chercher une utilité ailleurs. Du côté d’une démarche d’influence, par exemple ? En allant voir qui possède ces instituts ? Mais dire ça, ce serait du complotisme, bien sûr…

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès