Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les « trollnards » répondent au Blédard

Les « trollnards » répondent au Blédard

Nos journalistes expatriés, pas tous, mais ceux qui ont vendu leur pays pour un plat de lentilles ne veulent pas qu'on les critique. Dès qu'on leur fait la moindre remarque, le moindre commentaire qui leur paraît déplaisant, ils réagissent d'une façon démesurée, disproportionnée confirmant ainsi, sans qu'ils s’en rendent peut-être compte, "qu'il n’y a que la vérité qui blesse".

Ainsi donc, comme une bête blessée et traquée, ils ruent dans les brancards. Ils mettent alors toute leur énergie et tout leur savoir-faire en journalisme et répondent avec célérité, avec alacrité pour reprendre un terme utilisé par le président français F.Hollande à propos d’Abdelaziz Bouteflika, à ce qui leur paraît comme un acte de lèse-majesté, une atteinte à leur notoriété. De mon point de vue, notoriété rime avec humilité. On a beau être un expert en géopolitique, il peut arriver qu’on passe à côté de la plaque et qu’un « trollnard » qui hante les réseaux sociaux nous remette sur la bonne voie. Il n’ya alors aucun mal à accepter la chose, à admettre le fait qu’à vouloir, coûte que coûte, épouser les thèses de l’Occident concernant un certain nombre de points relatifs à la guerre en Syrie ou ailleurs dans cette partie du monde arabe, l’on s’est gouré. Tout simplement. Encore, de mon point de vue, cela ne mérite pas qu’on va jusqu’à convoquer Norbert Bolz (que je ne connaissais pas, je l’avoue par honnêteté intellectuelle) pour nous donner la définition du mot « idiot ». Le sens de ce mot, qu’il soit originel ou non, est connu par n’importe quel quidam. Lui rajouter « utile » et nous le balancer comme ça, en pleine figure, est indigne de quelqu’un qui aspire, par ses écrits, à atteindre les cimes du journalisme. A recevoir, peut-être, le prix Pulitzer.

Je reviens donc à la charge.

Non pas pour traquer et blesser encore une deuxième fois la bête mais juste pour mettre les choses au clair. En effet, dans mon papier (ou mon torchon si vous préférez, cela ne me touche pas puisque je ne suis pas journaliste de profession), paru sur le site Agoravox du 18 février, auquel il est fait, sans doute, allusion ici, ce que j’ai reproché au journaliste chroniqueur du Quotidien d’Oran ce n’est pas son alignement de façon aveugle sur la pensée dominante outre-mer, à savoir que Bachar el Assad est un dictateur, mais sa conception de ce quoi doit être un débat. Un débat à sens unique. Un débat où la contradiction n’a pas lieu d’être. Il le dit textuellement comme le montre ce passage.

 « Bachar al-Assad, quoi qu'en disent ses défenseurs et ses thuriféraires, est d'abord un criminel qui massacre son peuple. C'est le point de départ de toute réflexion, de toute approche de la question syrienne. Si l'on n'est pas d'accord sur ce point, il ne sert à rien de débattre ou de poursuivre la discussion ». 

C’est sur ce passage-là que j’ai basé, à mon tour, ma réflexion. Elle n’est pas celle d’un journaliste avisé, certes. Encore moins d’un linguiste ou d’un philosophe. Mais elle n’est pas non plus loin de la vérité. Débattre de quelque chose c’est donner libre cours aux idées, les laisser s’entrechoquer, c’est exposer ses arguments et les opposer à ceux des autres… 

De nos jours, Internet nous offre la possibilité de nous exprimer, de donner notre point de vue sur tout. Ecrire n’est plus l’apanage des seuls journalistes professionnels. Alors tout le monde s’y met. Et c’est une bonne chose. « Ecrire, c’est s’exposer », pour reprendre le Bédard. Tout à fait d’accord. Nous en sommes conscients et nous l’acceptons de gaité de cœur. « bifarhin oua sourour ». Voilà pourquoi, aujourd’hui, par le même biais, j’ai tenu à répondre au Blédard, au nom de tous les « trollnards » quitte à le faire sortir encore de ses gonds. Sans rancune.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 26 février 16:49

    Oh vous mon garçon, vous finirez mal !

    Si vous étiez en France, Madame Saint-Cricq vous aurait repéré et traité !
    Manifestement, vous n’êtes pas charlie.

     smiley

    • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 26 février 20:53

      @ M de Sourcessure

      Pourquoi ? Je devrais être Charlie pour pouvoir exprimer mon opinion ? 


      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 27 février 07:26

        @GHEDIA Aziz

        Ce n’était que de l’humour sarcastique ou du second degré, comme vous voudrez.

        Le sens de mon commentaire était de vous encourager à rester ferme dans vos convictions et à vous battre pour la liberté d’expression. Hélas, cette conquête humaniste est toujours en danger, et parfois d’une manière perverse comme l’a montré l’épisode « Charlie » au cours duquel les plus grands ennemis de la liberté tout court sont venus défiler avec Hollande : Ali Bongo, Victor Oban, Ahmet Davutoğlu, Benjamin Netanyahu, Petro Porochenko, etc...

        Cette mascarade n’a trompé que le naïfs et démontré que la liberté d’expression était toujours à conquérir...

        Bon courage.

      • MAIBORODA MAIBORODA 27 février 09:47

        @M de Sourcessure


        votre commentaire est volontiers partagé.

      • MAIBORODA MAIBORODA 27 février 09:46

        @ GHEDIA Aziz


        1.En toute sympathie, et pour vous être utile, car j’apprécie votre article : " Encore que de mon point de vue, cela ne mérite pas qu’on aille jusqu’à convoquer Norbert Bolz [...]
        2. Indépendamment de l’article que vous critiquez, je trouve que « Le quotidien d’Oran » est, comme El Watan, un grand journal algérien francophone.
        Je ne sais pas si l’Est algérien ( Constantine) bénéficie d’un quotidien du même niveau.
        Cordialement.




        • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 27 février 13:12

          @MAIBORODA

          Je crois que je ne suis pas obligé d’employer le subjonctif puisque après « encore », il y a une virgule. Ou alors, je me trompe ?


        • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 28 février 15:07

          @GHEDIA Aziz

          « Ou alors, je me trompe ? »

          Réponse : oui

          « Encore » et la virgule ne sont pas concernés par le mode de conjugaison à observer.

          Ce n’est pas non plus parce qu’il y a une conjonction de subordination que l’on emploiera forcément le subjonctif. Le subjonctif était à l’origine affaire de sens, de sémantique, pas de « mécanique ». Néanmoins, le critère sémantique n’est plus rigoureux, et la maîtrise du subjonctif français demande beaucoup de pratique et d’effort aux non-francophones, c’est une affaire de sentiment linguistique..

          En l’occurrence, le subjonctif présent exprime généralement un fait envisagé qui n’est pas encore réalisé au moment de l’énonciation. Il s’emploie dans une proposition subordonnée. C’est bien le cas ici.

          Une manière de détourner la difficulté consiste à employer l’infinitif :

          « Encore que, de mon point de vue, cela ne mérite pas d’aller jusqu’à convoquer Norbert Bolz l’infinitif... »

          Euh oui, au fait, vous aviez oublié « que ».



        • RAF 28 février 17:36

          @M de Sourcessure

          Bonjour

          Petite précision.

          Certes :
          Encore que + subjonctif.

          Mais là dans le cas présent :
          mérite + subjonctif

          Le verbe mériter exprime une évaluation estimation et est affecté d’un subjonctif comme tout verbe de sentiment.

          Cependant la phrase de l’auteur pourrait aussi se lire ainsi :

          « De mon point de vue encore, cela ne mérite pas qu’on aille jusqu’à convoquer Norbert Bolz »

          Cela dit, oui, la forme infinitive est salutaire. Elle est même préférable parfois : aidant de fait à éviter certaines lourdes phrases.

          Cordialement.


        • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 27 février 13:28

          Encore, de mon point de vue, cela ne mérite pas qu’on aille jusqu’à convoquer Norbert Bolz (que je ne connaissais pas, je l’avoue par honnêteté intellectuelle) pour nous donner la définition du mot « idiot ». 

          Erreur d’inattention, peut-être... ? Oui, désolé pour cette bévue.


          • gorio 27 février 13:41

            @ l’auteur.


            J’aimerai bien connaitre les raisons qui vous poussent à croire que B.El Assad n’est pas le criminel qui massacre son peuple tel qu’il est décrit par l’ensemble de la presse non pro-russe.

            • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 27 février 15:10

              @gorio

              C’est à l’auteur de répondre, mais je vous soumets ces quelques remarques.

              Depuis cinq ans, la presse occidentale fait passer la Syrie souveraine et légale pour usurpatrice et sanguinaire, et ses agresseurs pour des libérateurs révolutionnaires. Nos dirigeants préfèrent donner du crédit aux mensonges de leurs alliés et des organisations sous « false-flags » plutôt qu’aux témoignages des victimes qui ont plusieurs fois démasqué les vrais coupables, les créatures monstrueuses de l’OTAN. 

              La solution ne consiste pas à accueillir en Europe les réfugiés que l’on a créés en alimentant la guerre d’agression et le djihad en Syrie. Il faut lever les sanctions qui sont destinées à briser totalement un peuple. Il faut mettre fin à la guerre et non en décupler l’impact.

              La première justice est de ne plus soutenir les criminels qui ne font pas du « bon boulot » mais cherchent à détruire la Syrie pour faire du Moyen-Orient un protectorat américain sous le contrôle d’Israël. Il faut lever les sanctions qui tuent la Syrie et son peuple dès maintenant. 

            • Attilax Attilax 27 février 15:36

              @gorio
              Le problème n’est pas que Assad soit ou pas un criminel. Il ne l’est pas plus que nombre de nos alliés. Que ça vous plaise ou pas, il est aujourd’hui le seul rempart pour toutes les minorités qui composent la Syrie, et qui se feront massacrer s’il tombe. Pourquoi croyez-vous que le gros du peuple syrien fasse bloc derrière lui ? Ils n’ont pas envie de finir comme la Lybie. Poutine a exigé des élections après la fin de la guerre, Assad a accepté. Pourquoi ? Mais parce qu’il va être réélu ! Haut la main et sans même truquer. Il a résisté à l’occident, il a résisté aux hordes d’intégristes surarmés venus du monde entier, il a résisté à la guerre civile, il a entraîné la Russie dans la guerre, c’est devenu un héros national, votre dictateur ! Ca fait 5 ans que nos « experts » nous disent qu’il va tomber dans 3 semaines... Vous ne sentez pas qu’il y a comme un problème ? Par exemple, pouvez-vous me citer un seul nom de représentant crédible de l’ASL (un qui ne soit pas passé chez DAESH ou AL Nosra), quelqu’un qui pourrait représenter cette opposition « modérée » dont on nous rabat les oreilles, mais qu’on ne voit jamais ? Non, hein ? Et bien les médias non plus... Donc on ne sait même pas qui on soutient concrètement, c’est pas dingue ça, à ce niveau d’implication ?
              Franchement, Gorio, il n’y a pas besoin d’être complotiste pour se rendre compte que les journaux écrivent n’importe quoi, il suffit de les lire.


            • OMAR 27 février 16:28

              Omar9

              Bonjour Aziz. :«  j’ai tenu à répondre au Blédard,... »

              Je crois que vous vous focalisez trop sur ce qu’a déclaré un journaliste...

              Il n’est de secret pour personne que si le Maroc soutient Assad, ce n’est que par affinité religieuse : car, comme les marocains, de confession Alouite.
              http://geopolis.francetvinfo.fr/syrie-qui-sont-vraiment-les-alaouites-2792

              Cependant, en plus de la responsabilité de Assad,, ce qui est à l’origine de tous les malheurs de la Syrie, c’est l’Arabie-Saloprie et son armée barbare de Daesh...

              Or, Hassan VI se comporte comme un laquais au service des bédouins, juste pour du fric destiné à ...... l’industrie militaire....
              http://www.le360.ma/fr/politique/larabie-saoudite-sengage-a-financer-lindustrie-militaire-marocaine-60006
               
              Alors, qui doit être réellement votre cible, ce « bladard » dont l’influence sur le terrain est totalement nulle, ou cette alliance contre-nature qui lie le Maroc à ce royaume satanique et tératogène ?


              • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 27 février 17:51

                @OMAR

                Non, je ne focalise pas sur ce qu’a écrit le bledard concernant Bachar. Il le voit comme dictateur, moi non, je le vois plutôt comme quelqu’un qui défend son peuple contre les hordes d’intégristes. Et ça s’arrête là. Ce que je lui reproche par contre c’est le fait qu’il dise « si vous n’êtes pas d’accord avec moi, on ne pas discuter de la question ». A ma connaissance, dans un débat les avis peuvent et doivent être divergents. C’est ce qui fait un débat démocratique.


              • RAF 27 février 18:57

                Bonjour Ghedia Aziz,
                Akram Belkaïd dont il est question dans votre article se trompe nul doute en taxant Assad d’exterminateur de son peuple pour la simple raison que ce dirigeant se pose en sauveur. Il sauve son peuple, ce qui reste de ce peuple, des griffes de Daech. Il sauve son pays des pourvoyeurs de fonds et de force de ce dernier, toujours eux à l’affût pour saigner le tiers-monde et s’emparer de ses ressources.

                Assad certes est un dictateur. Mais, pire, ses adversaires sont des sanguinaires et des cannibales... d’ailleurs sans autre génie ou ambition que de semer le chaos et d’entraîner les peuples dans des tourbillons de haine, de colère, de fiel, de crachats et de suicides. 

                Entre Daech et Assad point d’embarras de choix. Qu’on ne me dise pas que Daech est fréquentable !

                Cela étant dit, il faut rendre justice à Akram Belkaïd. C’est un excellent journaliste, voire une plume qui refuse la compromission. J’ai eu à le lire à plusieurs reprises et ai souvent partagé ses vues. Ses articles critiques sur Kamel Daoud ou Boualem Sansal, pour ne citer que ces larbins, ne le posent guère comme un CHARLIE.

                De toute façon on se montre tous plus ou moins blessés quand on est pris pour cible. Preuve en est votre présent article. On aura noté ces derniers temps que, contredit, froissé, heurté, Kamel Daoud projette d’arrêter le journalisme. Lui qui tirait à boulets rouges sur tout ce qui bouge dans « le monde d’Allah ».   


                • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 27 février 19:15

                  @RAF

                  Encore une fois, je n’ai rien contre Akram Belkaid dont j’apprécie énormément la chronique hebdomadaire sur le Quotidien d’Oran. Mais, rien ne nous empêche de critiquer et de donner notre avis sur ce qu’écrivent les journalistes professionnels. C’est le but de cette contribution. 


                • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 27 février 19:18

                  @RAF

                  Encore une fois, je n’ai rien contre le journaliste AKRAM BELKAID dont j’apprécie énormément la chronique hebdomadaire sur le Quotidien d’Oran. Mais, je pense que rien ne nous empêche de critique et de donner notre avis sur ce qu’écrivent les journalistes professionnels. Tel est le but de cette contribution.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès