• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lettre ouverte à SYNGENTA

Lettre ouverte à SYNGENTA

Monsieur Martin Taylor, Président du Conseil d’Administration 

Syngenta International AG 

Schwarzwaldallee 215, 4002 Basel, Suisse

 

Cher Martin,

 

Je suis Française et je réside à proximité de la frontière Suisse et de votre siège social situé à Bâle.

Je vous écris pour vous demander de cesser de vendre votre paraquat aux Antilles Françaises. 

Je vous propose d’être votre ambassadrice auprès des Corporations de pêcheurs de Martinique où je me rendrai prochainement pour visite familiale. Je puis être votre porte parole pour apporter cette nouvelle bienvenue pour toute la population et qui pourrait être saluée dans le monde entier. 

Le printemps serait idéal pour cesser le recours aux pesticides phytosanitaires aux Antilles. Ce choix serait une liberté après avoir réalisé des chiffres d’affaires très conséquents aux Antilles notamment avec le chlordécone qui était l’herbicide utilisé tout juste avant le paraquat. Quand le chlordécone a été interdit vous l’avez remplacé par le paraquat encore plus efficace. Cette année encore, il sera déversé.

En réalisant que le moment des alternatives est venu, vous faites le choix le meilleur en effectuant ce retrait avec brio, sinon l’île va crever complètement. Une centaine d’autres produits de synthèse en plus de ces deux là ont été utilisé aux Antilles pendant des dizaines d’années. A présent, il est vital de cesser d’arroser de soins chimiques ce petit archipel d’îles, notamment la Guadeloupe et la Martinique, très petites. Vous pouvez en contre partie proposer des perspectives expérimentales totalement biologiques à vos clients. 

S’il vous plait, stoppez le paraquat aux Antilles ! Nous voilà déjà en 2013 et les épandages se poursuivent encore. Faites d’une mauvaise nouvelle une bonne nouvelle pour cette année ! 

http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/environnement/environnement-epandage-195405.php

Comme moi, peut-être aimez-vous aussi la mer des Antilles, la cuisine créole, les langoustes, les plages immenses, Grande Anse et la baie du marin où fait escale actuellement le yacht de Bill Gates. http://martinique.la1ere.fr/2013/03/02/le-prestigieux-yatch-de-bill-gates-fait-escale-la-martinique-18073.html

J’ai passé mon enfance aux Antilles, j’ai voyagé souvent en Martinique et j’ai vu le fond de certains spots marins évoluer jusqu’à devenir nu. Le paraquat contrairement au chlordécone a un caractère soluble et se répand jusque dans la mer. La peine est double, d’abord le sol, ensuite la mer. 

Lors des dernières fêtes de fin d’année, les pêcheurs n’ont eu d’autre choix pour se faire entendre que de bloquer le terminal à conteneurs parce que le fruit de leur pêche est sacrifié sur l’autel des soins de synthèse pour les exploitations de bananes et canne à sucre. 

http://www.people-bokay.com/fin-du-conflit-des-marins-pecheurs/

Votre produit, le paraquat est interdit en Suisse alors vous le vendez chez nous, aux Antilles, dans nos département Français d’outre mer. S’il vous plait, faites chez nous comme chez vous. 

Le monde a changé. Nous pouvons savoir quels substances produisent quels effets. Nous partageons nos informations grâce à internet. Ainsi, nous pouvons connaître toute votre histoire et identifier les produits qui se sont avérés toxiques et qui ont été reconnus officiellement comme tels. La situation aux Antilles a été très médiatisée. Syngenta pourrait, en exemple, raisonnablement évoluer sous votre impulsion vers d’autres ambitions. 

J’ai lu votre courrier à l’attention de notre Ministre de l’Agriculture, relatif aux « récentes prises de position de l’état Français à l’égard de produits phytosanitaires », c’est à dire l’interdiction de votre produit Cruiser identifié comme l’un des « produits phytosanitaires » à l’origine des perturbations chez les abeilles et butineurs. 

http://blogs.mediapart.fr/blog/blossomtime/050213/le-monde-au-secours-de-syngenta

Vous écrivez « Il est pour le moins tragique que le gouvernement du pays qui a vu émerger des scientifiques de grand renom tels que Marie Curie et Louis Pasteur tourne sciemment le dos à la science et à ses applications pratiques. »

 

Si vous êtes admiratif de nos grands scientifiques du passé, il est intéressant de préciser que Marie Curie, que vous citez, suite à sa découverte du radium, a vécu dans la maladie jusqu’à décéder de la radioactivité artificielle. 

Autre scientifique qui vous est cher, Pasteur, est aussi l'homme d’une autre époque et depuis la science a avancé. Alors, je souhaite pour rester aussi inspirée que vous par une époque lointaine, vous proposer Rabelais qui s’exprimait ainsi jadis : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Et rappelons nous d'Albert Schweitzer, natif de notre Alsace, votre voisin, scientifique, humaniste, homme universel, qui nous a montré la voie incontournable du respect de la vie, de toute vie. 

Je vous demande de faire un petit pas, Martin je vous demande de renoncer aux Antilles. 

Bien cordialement ,

Nathalie 

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 8 mars 2013 12:22

    Super article Nathalie, merci de cette information. Je PTG


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mars 2013 12:33

      ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++PLUS !


      • nathalie loti nathalie loti 8 mars 2013 13:41

        plus qu’un article, c’est une intention et une réelle proposition c’est pourquoi le courrier a été envoyé à Syngenta par mail ce matin - à présent j’attends leur réponse - à suivre ! 


        • Prudence Gayant Prudence Gayant 8 mars 2013 14:07

          Bonjour Nathalie Loti

          En direct de Schoelcher :

          Je vous suggère d’envoyer votre courrier ici à la Martinique entre autres îles françaises pour une large diffusion ;

          Je me souviens de cette grève du port en décembre dernier pour Noël et la seule chose dont la population se souvienne c’est : « encore une grève du port au moment de Noël, pas de cadeaux pas de foie gras et pas de dinde !!, yen a marre de ces gens toujours en grève !! ».

          Alors que la réalité est toute autre. L’épandage aérien est une catastrophe, les pesticides dans le sol dans la mer sont un crime.

          La vie des ultra-marins serait-elle moins importante que celle des métropilitains ?

          Un petit-suisse plus important qu’un petit-schoelchérois ?

           


        • nathalie loti nathalie loti 8 mars 2013 21:57

          j’ai aussi été stupéfaite d’entendre que « les dockers emmerdaient le monde en période de Fêtes de fin d’année » en Martinique, j’ai aussi entendu que des pathologies doubles se présentent en Martinique - c’est à dire à la fois parkinson et alzheimer, on entend parler de tous les côtés des pesticides, comment se fait-il que les esprits ne fassent pas le lien entre les grèves des pécheurs contre la pollution aux pesticides que ce soit chlordécone ou paraquat : zones de pêche interdites, poissons et crustacés contaminés, l’île entière polluée aux pesticides, sans compter le rapport édifiant du docteur Belpomme sur la situation là bas. On ne peut pas faire le bien des gens contre leur gré mais peut être beaucoup ne savent peut être pas tout simplement ce qu’est un « pesticide » et que le problème est aussi un problème de définition et de vocabulaire non acquis ...


        • nathalie loti nathalie loti 8 mars 2013 22:24

          merci, je vais réfléchir à qui le faire suivre en Martinique...



        • caramico 8 mars 2013 14:29

          Désolé pour les Antilles, je n’achète plus de bananes étiquetées de la Martinique et Guadeloupe, et plus globalement je les prends Bio.

          J’ai fait un séjour dernièrement dans ces îles, mon épouse craignait d’éventuels insectes, et bien pas un ne nous a importuné. Super efficaces les insecticides.
          Plus rien n’est en vie alors que quand j’étais jeune, à Fort de France, il me suffisait de plonger pas bien profond du haut d’un ponton pour voir des langoustes, une vie terrestre et maritime qui a été décimé, merci les empoisonneurs.

          • nathalie loti nathalie loti 8 mars 2013 22:02

            au fil des ans, j’ai vu aussi des spots se vider et se couvrir d’une sorte de mousse rase brune, ca doit étouffer les coraux - les poissons ne meurent pas mais sont contaminés 

            mais bonne nouvelle, j’ai pu entendre que des tortues marines sont présentes et visibles aux anses d’arlet je crois et des dauphins sur un autre spot ... il faut que j’aille voir sur place 


          • chmoll chmoll 8 mars 2013 16:30

            et aussi à a bande de crétins frenchies qui autorise la vente de poison


            • sirocco sirocco 8 mars 2013 17:11

              ... sans oublier ceux qui le répandent ! D’ailleurs, ne serait-ce pas à eux plutôt qu’au fabricant que Nathalie devrait adresser sa supplique ?


            • chmoll chmoll 9 mars 2013 07:36

              a ceux qui ont autorisés la vente et ceux qui s’en servent


            • alinea Alinea 8 mars 2013 17:30

              Les Antilles ne sont-elles pas françaises ? En ce cas ne faut-il pas secouer les puces ( celles qui ont échappé aux insecticides) de nos gouvernants ? Quid de ce pieu voeu de diminuer les insecticides, dans le merveilleux grenelle de notre ex-président écolo ?
              Va-t-on laisser ces richards pourrir notre vie et tuer la Vie ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 2013 17:38

                bravo Nathalie

                 smiley

                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 mars 2013 19:05

                  Voir un morceau de barrière de corail ou un récif frangeant qui se meurt ,au fil des ans, est un truc indescriptible ,une honte qui ne nous quitte plus ...


                  • bonnes idées 8 mars 2013 19:24

                    Toujours des pleurnicheries sur Agora mais jamais d’acte. Les Français trahis jusqu’au trognon ne savent que se plaindre ! Vivement Mélenchon en 2017 pour terminer le travail de destruction. La France « Footbalisée » et formatée aux médias de masse est tombée bien bas.


                    • nathalie loti nathalie loti 8 mars 2013 22:15

                      peut être que ma lettre est un acte puisque je propose à Syngenta quelque chose de concret. Ce ne sont pas que des paroles, s’ils prennaient la décision de stopper le paraquat , j’irai en personne apporter l’information. (sauf si c’est pour remplacer par pire) 

                      car le paraquat est encore pire que le chlordécone 

                    • olfe olfe 8 mars 2013 20:14

                      Syngenta ... et autres Bayer, Monsanto... Allons-nous un jour les boycotter jusqu’à ce qu’ils crèvent ?
                      Comme disait le regretté Coluche : « Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent plus pour ça ne se vende pas » !!!


                      • alinea Alinea 8 mars 2013 20:20

                        La PAC se renégocie : je ne vois personne bouger son cul pour l’agriculture bio !


                      • nathalie loti nathalie loti 8 mars 2013 22:22

                        déjà dans certaines enseignes commerciales, les rayons sont prêts : le roundup y est présent en tout format même bidon. Glyphosate, fongicides, herbicides, phytosanitaires de tout bord sont tous en place. Je me demande vraiment si le mot « pesticide » est assimilé à « phytosanitaire » à « soins » ? je crois que la plupart des acheteurs sont toujours ignorants. Le mot « pesticide » n’est pas compréhensible pour tous et les emballages ne permettent pas de décoder les produits et leurs dangerosité - pourquoi arrivent-ils toujours dans tous les magasins ? 


                      • lulupipistrelle 9 mars 2013 02:49

                        Bon je n’achète aucun produit phytosanitaire... que du bio... 

                        Cet hiver mon mimosa est en train de crever à cause d’un champignon, le citronnier ne va guère mieux... 
                        Quelqu’un sait-il quel fongicide naturel pourrait les sauver ? 

                      • nathalie loti nathalie loti 8 mars 2013 22:09

                        j’ai réfléchi à celà mais je pense que les producteurs exercent des pressions tant au niveau législatif que des subventions agricoles - Syngenta tout comme Mosanto influencent les systèmes de pouvoir : il n’y a qu’à voir comment Syngenta a réagit lorsque l’état français a interdit le cruiser qui tue les abeilles : assignation devant cour de justice ! syngenta a perdu mais a encore fait pression sur notre ministre de l’agriculture : on trouve la lettre sur internet, elle est très intéressante et permet de voir comment ils fonctionnent 

                        mais bien sûr ceux qui répandent sont aussi coupables et responsables 
                        j’ai voulu aller à la source car en Suisse il est interdit d’utiliser le paraquat, pas en France ! c’est donc bien un problème politique et législatif après Syngenta pourrait choisir de ne plus vendre aux antilles 

                        • nathalie loti nathalie loti 8 mars 2013 22:10

                          Merci ! 


                          • Prometheus Jeremy971 9 mars 2013 04:16

                            Le chloredecone c’est un cancer de la prostate multiplié par 5. C’est 1250 tonnes répandu sur les antilles et 7000 ans avant que ça disparaisse. Merci les Suisses. J’irai chier dans vos jardins, vous verrez que c’est beaucoup plus efficace pour faire pousser les plantes.


                            Un vrai drame aux antilles et surtout pour les enfants qui comme moi sont nés dans les années 80. On a été nourris et abreuvés de cette saloperie. Et maintenant une chance sur deux pour que je meurs avant mes 60 ans d’un cancer de la prostate.

                            • Prometheus Jeremy971 9 mars 2013 08:41

                              Au fait pour compléter mon commentaire. Un de mes amis dont le père a une bananeraie en guadeloupe a développé un cancer de la thyroïde. Mon père est également cultivateur de cannes. Et je suis moi atteint d’une maladie de la peau, le vitiligo. Mon système immunitaire se retourne contre la mélanine de mes cellules. C’est une maladie extrêmement rare qu’aucun membre de ma famille n’a eu mais qui serait liée a un dérèglement de ma thyroïde.


                              Mon ami et moi avons développé ces maladies avant d’avoir la trentaine. 

                              • Duke77 Duke77 9 mars 2013 10:46

                                Et les antillais laissent tranquillement Bill Gates - grand ami de Monsanto et Syngenta - accoster son yacht chez eux. Moi, perso, je l’aurais aspergé avec ce fameux pesticide si j’avais été marin ou agriculteur malade antillais. Une lance, une cuve de pesticide et hop, je lui refait la peinture de son beau bateau sans oublier le pont et ses occupants. Si ce produit n’est pas dangereux, ce que semble croire Bill, c’est anodin comme action, genre tarte à la crême, non ? Ce type ne fait de toutes façons pas beaucoup marcher l’économie locale puisqu’il vient avec son Yacht, évitant les hôtels locaux. Reste à savoir s’il mange les fruits locaux , s’il les lave avant de les manger, bref, s’il est conscient du mal qu’il fait quand il soutient financièrement des sociétés comme Monsanto. Un coup d’éclat contre un patron voyou faisant partie de la bande aurait été plus efficace qu’une grève sur le port qui divise la population... C’est toujours pareil, les gens manifestent dans le vent plutôt que de s’attaquer aux responsables, qui eux, passent d’agréables vacances dans leurs cocons technologiques.


                                • kéké02360 9 mars 2013 20:19

                                  consommer local et propre ne tient qu’à vous, à partager avec les producteurs propres près de chez vous et avec votre carnet d’adresses , c’est ici :

                                  http://www.mescarottes.com/ 


                                  • Irina leroyer Irina leroyer 9 mars 2013 22:59

                                    moi j’aime la désirade


                                    Irina

                                    • Stof Stof 11 mars 2013 10:42

                                      Les propriétaires sont souvent des békés, qui habitent Saint Bart ou Paris. La pollution n’est pas leur problème. Leur problème, c’est leur train de vie. Vous n’imaginez pas ce que ça suce comme carburant un yacht de 40 mètres.

                                      Bref, quelques actions commandos sur les stocks de pesticides seraient nécessaire. La métropole est toujours un peu lente à envoyer la troupe aussi loin dans ses colonies.

                                      • Xavier Thévenot 12 mars 2013 08:58

                                        Chère madame,
                                        Nous avons lu votre lettre avec beaucoup d’attention. Sachez que vos préoccupations environnementales sont aussi les nôtres.
                                        Permettez-nous tout d’abord d’apporter quelques compléments d’informations ou corrections aux éléments que vous soulevez :
                                        - Le paraquat n’est plus commercialiséen France et donc aux Antilles depuis 2007.
                                        - Le chlordécone (qui est un insecticide et non un herbicide) n’a jamais été vendu ou fabriqué par notre société.
                                        - Nous proposons déjà et depuis fort longtemps des solutions autorisées en agriculture biologique, y compris aux Antilles françaises. Ces solutions « biologiques » ne répondent pas, malheureusement, à l’ensemble des problèmes phytosanitaires qui touchent les cultures tropicales. Par ailleurs, bien que naturelles ces substances présentent elles aussi un classement toxicologique.
                                        - le paraquat est caractérisé par une très faible solubilité dans l’eau. Les analyses des résidus des produits phytosanitaires ne font d’ailleurs pas état, à notre connaissance, de traces de paraquat.
                                        Effectivement nous croyons en la science. La science pour laquelle le risque zéro n’existe pas, la science qui a permis de mieux nourrir l’humanité, la science qui a permis d’allonger considérablement l’espérance de vie.
                                        Notre entreprise travaille dans les domaines de la sélection des plantes pour en améliorer les qualités et les rendements ainsi que dans la protection des cultures à l’aide de solutions chimiques et biologiques. Nous estimons que 40% de la nourriture produite dans le monde n’existerait pas sans ces solutions. Ces réalités sont bien souvent oubliées des populations de l’hémisphère nord qui accédent facilement à une nourriture abondante. 
                                        Nous attachons une grande importance à la façon dont sont utilisées nos solutions pour en limiter au mieux le risque d’impact sur la santé des consommateurs, l’environnement et la santé des agriculteurs.
                                        Ainsi aux Antilles françaises, Syngenat a développé, dans le sens d’un agriculture responsable, deux exploitations agricoles (l’une à la Guadeloupe, l’autre en Martinique) pratiquant une agriculture raisonnée et intégrée, utilisant des solutions phytosanitaires à bon escient tout en conservant un objectif de compétivité économique.
                                        Dans ces départements des Antilles françaises, le chômage touche 20 à 25% de la population (deux fois plus qu’en métropole). Or l’agriculture est source de nombreux emplois. La filière banane par exemple fait vivre plus de 12 000 familles. Il s’agit avec le tourisme des deux seules activités locales génératrices de devises à un niveau significatif. Syngenta entend contribuer à pérenniser cette activité agricole dans les départements d’outre mer en fournissant des solutions et des techniques respectueuses de l’environnement et de la santé. Outre l’export, la production agricole locale respectueuse de la réglementation permet aux Antilles de subvenir aux besoins des habitants et de limiter ainsi la dépendance aux produits d’importation. 

                                        Xavier Thévenot
                                        Communication corporate
                                        Syngenta France 


                                        • nathalie loti nathalie loti 18 mars 2013 21:03

                                          bonjour et merci à vous et à Martin pour cette réponse en votre qualité de producteur mondial de soins de synthèse de l’agrochimie moderne. Il est intéressant de prendre connaissance de vos remarques et que nous puissions échanger compte tenu de notre intérêt mutuel pour la qualité de l’environnement, de l’emploi et du tourisme aux Antilles. 

                                          Je vous suis reconnaissante d’être sensible à ma modeste prose c’est pourquoi je vais reprendre les éléments de votre réponse afin de préciser mes propos et les développer dans un prochain post. Cependant, je tiens à préciser que dans toute forme de communication, de langage, d’échange, il existe 2 types de rhétoriques : celle des sophistes et celle de ceux qui parlent vrai. Le sophiste peut tout dire de tout. Le lobbyiste des temps modernes est un peu le sophiste du monde de Platon. Je vous informe d’ores et déjà, avoir à présent réservé mon déplacement pour la Martinique très prochainement. Je suis toujours à votre disposition pour apporter de bonnes nouvelles aux corporations de pécheurs et d’entendre leurs voix. Bien cordialement. 
                                          Nathalie loti


                                        • Stof Stof 14 mars 2013 11:23

                                          « Agriculture raisonnée », c’est la nouvelle expression démagogique en vigueur dans le lobby phytosanitaire. On essaye de laver les cerveaux comme on essaye de laver la nature de tout ce qui est vivant et non rentable.

                                          L’agriculture raisonnée, comme vous dites, consiste uniquement à baisser de 10% les quantités utilisées habituellement. Celà consiste à éviter l’épandage préventif au profit du curatif. Dans les faits c’est très peu appliqué.
                                           C’est une question de philosophie : quand on a à la bouche que les rendements, les emplois, les profits, fatalement la nature et la santé passent après. Et on retombe dans les même travers.

                                          Quant aux règlementations, on sait également très bien par qui elles sont établies : les « experts », c’est à dire des gens travaillant plus ou moins directement pour des laboratoires qui leur fournit leur précieux et rare emploi.

                                          Quant à l’activité agricole aux Antilles, elles serait bien plus sociale, humaine et pérenne si elle était aux mains de ses habitants. Si on redistribuait la terre qui appartient aux Békés pour en faire de l’agriculture vivrière. Ainsi, ils ne seraient plus obligés d’acheter des bananes réimportées de la métropole, plus chères, ni aucun produit de monoculture. Ils atteindraient l’autonomie alimentaire et n’enrichiraient plus les monopoles des producteurs et de la grande distribution.
                                          Les dernières grèves ont d’ailleurs démontré qu’en montant de petites échoppes de production locales sur les parkings de supermarchés fermés (de force), les produits alimentaires étaient alors 2 ou 3 fois moins chers.

                                          Personne n’a besoin de vous, monsieur.

                                          • nathalie loti nathalie loti 5 avril 2013 20:28

                                            actuellement en Martinique, je prépare ma 2° lettre ouverte à Martin de SYNGENTA. J’ai du lourd à montrer ! vu l’agitation dans le monde de nos crabes politiques en ce moment, j’ai comme l’espoir qu’après que les crabes se soient entredévorés, le système tout entier entame une marche vers une nécessaire moralisation...il y a tellement de crabes dans le panier qu’il faudra de nombreuses fêtes de pâques pour les manger tous ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

nathalie loti

nathalie loti
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires