Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Libye - En route vers le mensonge d’Etat

Libye - En route vers le mensonge d’Etat

Alex Poniatowski en était donc à vouloir développer devant nous les témoignages médicaux et ceux des personnels de l'hôpital de Benghazi permettant de mesurer les "graves carences sanitaires" dont souffrait cet établissement, carences qui, rappelons-le, sont la seule cause que le rapporteur et la Commission d'enquête souhaitent retenir pour expliquer l'épidémie de sida qui a touché quelques centaines d'enfants en quelques semaines.

Du côté des personnels, nous n'aurons que l'avis... des infirmières mises en cause par les autorités libyennes. Ce qui ne nous laisse qu'une seule possibilité : faire la critique interne de leurs propos pour décider de la crédibilité de ceux-ci, en l'absence de toute autre information.

Le premier témoignage repris par le rapporteur concerne une période précédant de quinze ans le drame de l'épidémie de sida :
"Évoquant son premier séjour en Libye en 1984 à Tarhuna au Nord-Ouest du pays, Mme Valya Chervenyashka, l’une des infirmières, a décrit un hôpital bénéficiant de bonnes conditions sanitaires, avec des draps propres et des médicaments."

Nous sommes, là, deux ans avant le bombardement américain de 1986 - dont Françoise Petitdemange nous a précédemment tenus informés -, et bien avant la mise en œuvre de l'embargo décidé par l'ONU. Mais le rapporteur ne va pas se laisser démonter par l'argument que pourrait fournir cette circonstance pour expliquer les dégradations des années suivantes. Très vite, il déclare :
"Il faut pourtant rappeler que l’embargo international décidé à l’encontre de la Libye ne portait pas sur le matériel médical et que le pays avait grâce à ses revenus pétroliers les moyens d’acheter notamment des seringues à usage unique."

On pourrait lui rétorquer que c'était également la bonne époque pour faire entrer en Libye les poches de sang contaminé soigneusement confectionnées par le laboratoire français Mérieux...

Revenons à la suite du témoignage de notre infirmière :
"Elle a en revanche expliqué avoir été effrayée par le manque d’hygiène, l’absence de médicaments lorsqu’elle est retournée en Libye, à Benghazi, douze années plus tard [cela nous mène en 1996, alors que l'embargo a débuté en 1992]. Les Libyens eux-mêmes n’ont plus confiance dans leur système de santé. Le professeur Pierre-Marie Girard, coordinateur pour la France du plan d’action pour Benghazi, a évoqué, au cours de son audition, « l’appétence des patients et des familles pour les transferts [à l’étranger], tant leur mépris à l’égard du système de santé est grand  »."

Ici, un médecin pointe le bout du nez. De quel système de santé veut-il nous parler ? Est-ce du système de santé en général ? Du libyen seul ? S'il ne s'agit que de la Libye, cette méfiance exagérée pouvait-elle s'être établie avant 1998, c'est-à-dire avant que n'éclate l'épidémie de sida de Benghazi ? Ce médecin n'aura-il rien dit à propos de l'idée que l'on pouvait se faire, en Libye et ailleurs, des manœuvres françaises autour du sang contaminé qui défrayait la chronique mondiale dans ces années-là ?...

Sans perdre un seul mot, passons à la suite du Rapport. Et le voilà qui s'autodétruit :
"Interrogés sur l’hôpital pédiatrique El-Fateh de Benghazi, les témoins auditionnés par la commission d’enquête ont décrit un établissement délabré et assez sale, sans être cependant un hôpital pauvre comme il en existe en Afrique subsaharienne. Tous ont souligné que le personnel hospitalier, libyen ou étranger, était correctement formé. De fait, tous les enfants hospitalisés pendant cette période n’ont, fort heureusement, pas été contaminés par le VIH : sur dix mille patients, c’est une proportion de 4 % qui a été infectée. Durant cette période, deux infirmières bulgares sur cinquante ont été infectées soit également une proportion de 4 %."

Alors, où est l'erreur ? Où, les seringues réutilisées à n'en plus finir, si le personnel était "correctement formé" ? Où la crasse et le délabrement qui auraient pu suffire à produire cette contagion plus ou plus fulgurante ? Et cependant, il y a eu des centaines de victimes...

Eh bien, non, la Libye a tort !... Puisque c'est maintenant le corps médical lui-même qui nous le dit à travers Axel Poniatowski dont nous pouvons être sûrs qu'il n'a aucune raison de rapporter des propos qui n'auraient pas été tenus par notre sommité mondiale et son collègue :
"Dans ces conditions, comme les professeurs Montagnier et Girard l’ont expliqué à la commission d’enquête, il paraissait très probable que les transmissions nosocomiales du VIH aient été la conséquence de la pénurie de matériels de santé qui frappait l’établissement – d’ailleurs soulignée par les infirmières bulgares – se traduisant par l’utilisation d’aiguilles souillées et la réutilisation de matériel à usage unique."

Et pourtant, nous venons tout juste de lire cette phrase :
"Tous ont souligné que le personnel hospitalier, libyen ou étranger, était correctement formé."

Formé, et qui pourtant... Qu'est-ce à dire ?... Nous tremblons de devoir renoncer à voir, dans ce cher personnel bulgaro-palestinien, de grands martyrs victimes du dictateur Muammar Gaddhafi.

Montagnier, un effort !... Nous t'implorons... à genoux. Il doit bien y avoir une astuce !... Hein ?...

(Cadre général du présent travail : http://unefrancearefaire.com)


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • leypanou 7 janvier 14:54

    Dommage qu’on ne puisse pas avoir le décompte exact des victimes des embargos de l’Axe du Bien en Irak, Libye, Syrie, Iran même si Madeleine Albright a osé avouer que « 500 000 enfants morts, si c’est le prix à payer, cela valait le coup », car bien évidemment, ces 500 000 morts n’étaient pas états-uniens, mais irakiens dont la mort importe peu.

    Quant aux mensonges par omission dans les MSM, on commence à les connaître maintenant.


    • Loatse Loatse 7 janvier 15:36

      Le professeur Montagnier avait déjà déclaré, à propos du SIDA en Afrique, dans le documentaire « House of numbers » qu’on pouvait être infecté par le VIH plusieurs fois sans développer les maladies associées au SIDA, si on avait accès à l’eau potable, qu’on se nourrissait correctement et qu’on avait une bonne hygiène de vie.


      Je passe sur ce que cela sous entend.. plus de pathologies = plus de maladie nan ? :)

      Et que se passait il en Lybie à l’époque de ce scandale ?

      L’embargo, donc la malnutrition, auquel il faut rajouter le stress lié au conflit auquel il faut rajouter... 

      Le manque d’eau potable, le conflit ayant perturbé le système qui alimentait la capitale avec de l’eau puisée dans le désert à des centaines de kilomètres au sud...

      Bref on se retrouve avec des conditions de vie similaires à celles des populations africaines les plus pauvres et les plus à même donc de développer toutes sortes de pathologies que l’on attribue.. au VIH

      En passant un drole de virus avec un temps d’incubation jamais vu dans toute l’histoire de la médecine..

      enfin je dis ca....

      • Garibaldi2 8 janvier 00:25

        @Loatse

        Tu dis ça et c’est une co....rie. Tu n’es rien d’autre qu’un négationniste face au VIH, qui est bien un virus, identifié et détectable, responsable chez la majeure partie des personnes qu’il infecte, d’une terrible chute des défenses immunitaires, ouvrant ainsi la voie aux infections opportunistes qui peuvent entraîner la mort de la personne infectée.


      • lsga lsga 7 janvier 18:12

        n’hésitez surtout pas à parler des camps de concentration en Libye, financés par l’Europe pour enfermer les immigrés.


        • doctorix doctorix 7 janvier 19:15

          J’ai de plus en plus la conviction que le virus nommé VIH n’est pour rien dans le Sida. 

          Même si les manoeuvres frauduleuses des laboratoires français sont à vomir, les séropositifs ont juste contracté un virus anodin.
           Le Sida (syndrome d’immunodéficience acquise) vient bien de la malnutrition ou de l’abus de drogues, tout ce qui détruit le système immunitaire. 
          Son appellation est donc bien conforme. Le VIH par contre est un abus de langage, car aucun virus ne provoque cette déficience. 
          Ce n’est d’ailleurs pas une maladie en soi, mais une quarantaine, qu’on attrape quand on ne peut plus se défendre. 
          La malchance est de rencontrer ce malheureux virus bêtement diabolisé et d’être décrété séropositif : car alors on va devoir affronter les médicaments anti-viraux, qui, eux, sont toxiques. 
          On attribuera dès lors au virus ce qui revient aux médicaments... 
          Montagnier, à demi-mots, dit exactement la même chose. 
          Plus de trente ans d’errance scientifique, de gros intérêts (test de dépistage, médicaments hors de prix), et un entêtement absurde font qu’on en est là. 
          Toutes ces politiques (sida, vaccins, terrorisme, réchauffement) n’ont semble-t-il pas d’autre but que de terroriser les peuples, de préférence en s’en mettant plein les poches.

          • Garibaldi2 8 janvier 00:31

            @doctorix

            Toi tu est un crétin dangereux qui pense que la terre est plate et que des centaines de milliers de scientifiques qui bossent sur le sujet du VIH ont moins de connaissance que toi en immunologie, en biologie, en biochimie, en génétique ...

            Je souhaite très sincèrement que l’un de tes proches contracte le VIH pour que tu puisses mesurer l’abîme de co...rie que révèle ton post.


          • Garibaldi2 8 janvier 00:32

            tu es un crétin


          • Porcu Nustrale 8 janvier 00:44

            @Garibaldi2


            Attention, je ne peux pas laisser dire ça.la secrétaire du cabinet médical ne pense pas que la terre est plate mais modééement vallonnées dans sa platitude.

          • doctorix doctorix 8 janvier 09:06

            @Garibaldi2

            Commencez par apprendre le Sida, et vous pourrez en parler.
            Par exemple ici :
            Des chercheurs qui se trompent, ou qui cachent ce qu’ils savent, l’histoire en est remplie.
            Comme pour les vaccins, comme pour le réchauffement climatique, si vous n’êtes pas dans la ligne, vous n’êtes pas publié, pas financé.
            La vérité est à rechercher dans le petit nombre qui ose parler. Plus précisément chez ceux qui n’ont pas d’intérêt financier ou carrièral dans l’affaire.
            Et gardez votre familiarité pour ceux qui vous ressemblent.

          • foufouille foufouille 8 janvier 09:14

            @doctorix
            « les séropositifs ont juste contracté un virus anodin. »
            il est bizarre ton virus de charlatan que seul les séropo attrape. le mieux serait de te l’injecter, tu pourrais prouver qu’il est inoffensif.


          • doctorix doctorix 8 janvier 11:09

            @foufouille

            Décidément, vous ne comprenez rien à rien.
            Evidemment que seuls les séropo l’attrapent, puisque c’est ce virus qu’on recherche par les tests très aléatoire Elisa et Western blot. En fait on ne le trouve jamais, mais seulement des anticorps, qui prouvent que ce virus est passé par là, et a été vaincu par l’organisme.
            Mais la plupart des séropositifs ne développent aucune maladie.
            Par contre de nombreux séropositifs ne contractent jamais un syndrome d’immunodéficience.
            C’est aussi stupide que de découvrir des positifs à la grippe ou à la polio et de décréter qu’ils ont le Sida.
            L’immunodéficience ne provient d’aucun virus : elle a d’autres causes, dont j’ai cité quelques unes, la malnutrition étant la première, comme dans toutes les maladies.

          • doctorix doctorix 8 janvier 11:15

            Par contre de nombreux « sidéens » sont séronégatifs, voulais-je dire. Dans ce cas, on ne les appelle plus sidéens : ils ont juste un déficit immunitaire, et attrapent l’une des 40 maladies, dont ils meurent faute de défense.


          • foufouille foufouille 8 janvier 11:59

            @doctorix
            on ne trouve aucun autre virus, les anticorps sont la preuve de la présence du virus X.
            c’est à ça que sert un anticorp ........ ;
            tu sais ce que veut dire S.I.D.A ?


          • doctorix doctorix 8 janvier 12:37

            @foufouille

            Toujours aussi obtus...
                    « on ne trouve aucun autre virus, les anticorps sont la preuve de la présence du virus X. »
            Les anticorps prouvent que le virus est passé par là. Pas qu’il est présent.
            Les anticorps l’ont détruit, comme c’est leur rôle. S’ils l’ont détruit, c’est qu’il n’était pas bien méchant : il était là, c’est tout, comme des centaines d’autres virus que nous rencontrons et détruisons jour après jour. C’est ce que remarque le test Elisa, pas la présence du virus.
            La caractéristique d’une infection virale active est qu’on peut retrouver ce virus par centaines de milliers dans un organisme infecté.
            Ici, rien, nada : juste des traces de passage.
            Le Sida du au VIH est bien un mythe.
            Vous ne devriez pas parler médecine avec quelqu’un qui a 40 ans d’expérience médicale derrière lui, et qui a étudié ce sujet pendant des années, car vous frisez le ridicule à chaque mot.
            Contentez-vous d’écouter et d’essayer de comprendre.
            Je sais, je demande l’impossible, mais essayez quand même.

          • doctorix doctorix 8 janvier 12:44

            @foufouille

            Par exemple, vous avez des anticorps anti-polio dans votre sang, parce que vous avez été vacciné.
            Mais avez-vous des virus polio dans votre organisme ?
            Bien sûr que non.
            Vous auriez aussi des anticorps si vous aviez contracté et vaincu la polio. Pourtant vous seriez en bonne santé, mais plus porteur de virus.
            C’est exactement ce qui se passe quand vous rencontrez le virus VIH, le mal nommé : vous le détruisez, et seule la présence d’anticorps témoigne de cette vieille histoire.

          • pemile pemile 8 janvier 13:03

            @doctorix
            C’est quoi alors un porteur sain du sida ?


          • foufouille foufouille 8 janvier 13:16

            @doctorix
            "Vous ne devriez pas parler médecine avec quelqu’un qui a 40 ans d’expérience médicale derrière lui, et qui a étudié ce sujet pendant des années, car vous frisez le ridicule à chaque mot."
            mdr tellement tu es nul.
            un vaccin = virus plus ou moins mort.
            donc ensuite toi avoir anticorp.
            toi avoir virus, toi avor anticorp sauf si virus pas avoir être reconnu par anticorp
            en gros, très gros, c’est ce que dit la fac de médecine.


          • doctorix doctorix 8 janvier 14:34

            @pemile

            S’il est sain, il n’est porteur de rien du tout.
            Il a juste des anticorps anti VIH parce qu’il a rencontré le virus un jour.
            Il est séropositif, mais n’a pas le sida, et ne l’aura jamais. Mais c’est un bon client, parce qu’on va le traiter jusqu’à ce qu’il en crève... Le traiter contre un virus qui n’a rien à voir. Et on dira qu’il survit grâce au traitement, alors qu’il survit parce qu’il n’est pas malade.
            C’est ce qu’on appelle frauduleusement un porteur sain. Encore n’est-il pas porteur de virus, mais juste d’anticorps.
            Quand est ce qu’on en revient au bon sens, au milieu de toute cette folie pseudo-scientifique ?

          • pemile pemile 8 janvier 14:45

            @doctorix
            Tiens donc, porteur sain est donc synonyme de séropositif !?


          • doctorix doctorix 8 janvier 14:46

            @foufouille

            Au cas où vous n’auriez pas remarqué, je ne considère plus tellement la fac de médecine comme une référence fiable à 100%, même si quelques uns de ses ressortissants tiennent discrètement le même discours que moi. Discrètement, parce qu’il ne s’agit pas de se faire virer en montrant du courage.
            Et pas la peine de forcer le trait en vous moquant des nègres : vous vous enfoncez un peu plus.


          • doctorix doctorix 8 janvier 15:02

            @pemile

            Tiens donc, porteur sain est donc synonyme de séropositif !?
            Ben oui, s’ils sont sains, quelle autre différence pourrait-il y avoir avec un autre sujet sain ?
            Il y a un tas de gens qui ont un déficit en lymphocytes T4, ils sont donc immunodéficients, pour un tas de raisons possibles.
            S’ils sont positifs au VIH, ils sont décrétés porteurs sains, puis éventuellement sidéens si leur déficit les conduit à contracter une des 40 maladies étiquetées stupidement Sida (tuberculose, kaposi, pneumocystose, toutes maladies bien connues indépendamment du Sida)..
            S’ils sont séronégatifs, ils sont juste immunodéficients, très classiquement. Ceux-là auront au moins la chance d’échapper aux antiviraux à vie, et sans doute s’occupera-t-on de traiter ce déficit autrement qu’avec un inutile antiviral.



          • foufouille foufouille 8 janvier 15:12

            @doctorix
            http://www.chu-besancon.fr/virologie/diagnostic_2003.PDF
            dommage que l’expérience démontre le contraire : tu as des anticorps quand tu es infecté.
            tu es ridicule.


          • doctorix doctorix 8 janvier 16:01

            @foufouille

             tu as des anticorps quand tu es infecté.

            Ou quand vous avez été infecté, triple buse...
            Des anticorps, vous en avez dans votre organisme contre des centaines de virus différents. Tous ceux que vous avez rencontrés depuis votre naissance.


          • foufouille foufouille 8 janvier 16:06

            @doctorix
            doctorix 8 janvier 12:37

            @foufouille

            Toujours aussi obtus...
             « on ne trouve aucun autre virus, les anticorps sont la preuve de la présence du virus X. »
            Les anticorps prouvent que le virus est passé par là. Pas qu’il est présent.
            Les anticorps l’ont détruit, comme c’est leur rôle. S’ils l’ont détruit, c’est qu’il n’était pas bien méchant : il était là, c’est tout, comme des centaines d’autres virus que nous rencontrons et détruisons jour après jour. C’est ce que remarque le test Elisa, pas la présence du virus.

          • pemile pemile 8 janvier 16:14

            @doctorix « Tous ceux que vous avez rencontrés depuis votre naissance. »

            Sans limite de temps ? Même rencontré une seule fois ? sûr ? des sources ?


          • doctorix doctorix 8 janvier 23:24

            @pemile

            Rougeole, rubéole, coqueluche, polio, grippe, entre autres : toutes les maladies immunisantes.
            C’est la plupart, en dehors du tétanos, qui n’immunise pas.
            Et l’immunité naturelle est garantie à vie, elle.
            Comme les Rolls (les vaccins, c’est la 2CV, en moins fiable).

          • pemile pemile 8 janvier 23:55

            @doctorix

            La grippe immunisante ?!

            Personne n’a jamais chopé deux fois la grippe.


          • doctorix doctorix 9 janvier 11:24

            @pemile
            Oui, la grippe est immunisante, souche par souche, et définitivement (ce que le vaccin ne peut pas faire).

            C’est ainsi qu’en 2009, les vieux n’ont pas été touchés, majoritairement : ils avaient le souvenir d’une même souche H1N1 contractée...50 ans plus tôt.
            Ne cherchez pas à me piéger sur les vaccins ou sur la grippe, c’est une de mes spécialités.

          • pemile pemile 9 janvier 13:12

            @doctorix « Oui, la grippe est immunisante, souche par souche, et définitivement »

            Autant pour la rougeole l’immunité est définitive, il me semble que pour la grippe l’immunité peut être transitoire ?


          • foufouille foufouille 9 janvier 13:19

            @doctorix
            bizarre, j’ai pas remarqué que j’étais immunisé contre la grippe ..............


          • pemile pemile 9 janvier 13:22

            @foufouille

            Cela serait forcément une nouvelle mutation ?

            Il y aurait combien de souches de grippes ?


          • foufouille foufouille 9 janvier 17:01

            @pemile
            beaucoup trop pour qu’une immunité existe sauf dans la tête d’un charlatan


          • doctorix doctorix 9 janvier 18:29

            @pemile

            L’enveloppe (peplos) porte deux sortes de spicules, qui sont des glycoprotéines virales : les spicules d’hémagglutinine, en abrégé H, et des spicules de neuraminidase, en abrégé N. Ce sont des antigènes viraux.
            H et N définissent les souches.
            Au moins 9 pour le H, et 3 pour le N, ce qui fait déjà 27.
            De plus, Il existe trois types de virus grippaux distincts par l’antigénicité de leurs protéines de capside : les virus influenza A, les virus influenza B et les virus influenza C.
            On arriverait ainsi à 81.
            Mais je ne connais pas bien cette classification, c’est à vérifier.


          • Garibaldi2 9 janvier 23:51

            @doctorix

            Saloperie que tu es, le SIDA je l’apprends tous les jours en m’occupant d’une personne séropo, dont la chute des CD4 a ouvert la porte à une LEMP.


          • doctorix doctorix 10 janvier 09:49

            @Garibaldi2
            Est-ce que j’ai dit que le syndrome d’immunodéficience n’existait pas ?

            C’est de sa cause qu’il s’agit.
            Pas de sa réalité.
            Les causes, pour votre ami, vous êtes peut-être assez proche pour les chercher, ce qui n’est pas mon cas. La dégradation de son état, ses complications, cherchez ses causes autrement, et jusque dans son traitement antiviral. Tous les antivraux sont toxiques, plus ou moins. L’AZT était même mortel à coup sûr.
            Et cessez de m’insulter, ça ne fait pas avancer le débat, mais ça vous salit, vous, et non moi.
            Je n’ai pas le Sida, et je pourrais m’en foutre : si je cherche, c’est pour les autres.

          • doctorix doctorix 10 janvier 10:38

            @Garibaldi2
            Vous êtes en colère, et donc je vous pardonne vos insultes.

            Mais je suis moi aussi en colère, une colère sourde, et froide.
            Parce que j’ai écouté les conseils de mes maîtres, j’ai vacciné pendant trente ans, par exemple. J’ai renoncé très vite à l’hépatite, à la fin des années 90. A partir de 2009, à la suite de l’affaire Bachelot, j’ai commencé à étudier les vaccins très sérieusement. J’ai commencé à renoncer au vaccin grippal, et puis à tous les autres. Parce qu’alors je les connaissais.
            C’est très dur de remettre en question trente ans de pratique, c’est très risqué de s’opposer à la doxa, pour un médecin qui doit encore travailler.
            C’est parce que j’ai remis en question le système, parce que je n’ai pas avalé les couleuvres des laboratoires, que je n’ai vacciné aucune jeune fille contre le papillomavirus, préservant celles-ci d’un tas de vicissitudes que d’autres connaissent aujourd’hui. Par exemple.
            C’est parce que j’ai remis en question les pseudo experts de l’agence du médicament que j’ai arrêté très vite de prescrire le mediator, et bien d’autres drogues maintenant connues comme assassines.
            Alors oui, je doute des antiviraux, je doute de tout ce qu’on nous dit sur l’origine du Sida.
            C’est parce que quelques-uns d’entre nous, bien trop rares, émettent des doutes, que les scandales finissent par éclater. Ils sont parfois encensés quand ils réussissent, excommuniés le plus souvent.
            Et vous avez besoin de gens comme nous.
            Tournez plutôt votre colère vers ceux qui vous trompent, sous l’auréole de la science.
            Doutez, doutez encore, rien n’est plus constructif. Doutez parce que c’est votre peau qui est en jeu, ne vous désintéressez jamais de votre sort en le remettant entre des mains qui, pour être apparemment bienveillantes, peuvent tout aussi bien vous tuer par ignorance.
            Quand vous voyez les centaines de milliards dépensés pour le Sida, 30ans de recherche, et la misère des résultats, dites-vous que dans trente ans ce sera pareil si on ne change pas de piste.
            Pour votre ami, juste deux questions. 
            S’est-il drogué ? 
            Etait-il malade lorsqu’il a été diagnostiqué séropositif, ou était-il seulement séropositif, les ennuis de santé survenant après ? 

          • doctorix doctorix 10 janvier 10:54

            @Garibaldi2

            Une dernière question. Votre ami a-t-il été traité par Natalizumab ?
            C’est une cause possible de LEMP.
            C’est une chose terrible d’avoir à se demander si les pathologies qu’on observe ne sont pas dues aux médicaments qu’on a prescrits, ne trouvez-vous pas ?
            Et n’ai-je pas toutes les raisons de me méfier de tout ?
            Parce que c’est moi qui tiens le stylo qui fait l’ordonnance.

          • pemile pemile 10 janvier 10:58

            @doctorix « S’est-il drogué ? »

            La principale origine des contaminations c’est par relation sexuelle, non ?

            Quand à ton discours sur les vaccins, il y a toujours confusion entre la dénonciation de vaccins inutiles ou avec des cocktail ou adjuvants dangereux, et le principe d’apprentissage du système immunitaire à la base de la vaccination.

            Oui, aujourd’hui la vaccination est un marché commercial et plonge donc dans des dérives de marketing et de lobbys, non, le principe de la vaccination par « education » du système immunitaire n’est pas « non démontré » et ne peut être remis en cause.


          • doctorix doctorix 10 janvier 11:41

            @pemile

            La principale origine des contaminations c’est par relation sexuelle, non ?

            Oui pour la transmission du VIH, un innocent virus.

            Non pour le Sida. Il n’est pas contagieux.

            « ne peut être remis en cause. »

            C’est ce que dit Marisol Touraine, dont on se demande si elle est plus corrompue ou plus ignarde.

            Les théories vaccinales sont et doivent être remises en cause, y-compris l’éducation du système immunitaire, la présence d’anticorps n’étant nullement un gage d’immunité, tout juste un gadget de foire qui fait croire à une quelconque efficacité.

            Mais restons sur le sujet, j’aurais trop à dire. On n’étudie pas les vaccins pendant six ans sans avoir quelques lumières, mais on ne peut pas les exposer en deux lignes.





          • foufouille foufouille 10 janvier 19:39

            @doctorix
            « S’est-il drogué ? »
            c’est quelle drogue qui donne le sida ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès