• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Louve Musulmane (Amale El Atrassi)

Louve Musulmane (Amale El Atrassi)

J’ai un frère célèbre qui fait obstruction à la liberté de la presse en activant son réseau pour empêcher qu’on parle de mon livre. Je m’appelle Amale El Atrassi. Mon frère s’appelle Mustapha El Atrassi. J’apporte ma vérité.

L’histoire : J’ai publié en janvier 2013 un livre intitulé Louve Musulmane, aux éditions de l’Archipel. Autobiographique, l'ouvrage lève le voile sur mon enfance, insupportable, marquée par violence et drames familiaux. J’y raconte, entre autres, les sévices dont mes sœurs et moi avons été victimes, parce que « nées de sexe féminin ». J’y raconte aussi mon père, alcoolique, qui tabassait ma mère, la manière dont j’ai été séquestrée au « bled » parce que j’avais tenté de fuguer, le viol collectif dont j’ai été victime…
 
Depuis la sortie de mon livre, je subis de violentes pressions de la part de mon frère, l’humoriste Mustapha El Atrassi, qui a mobilisé son réseau pour me faire bannir de tous les plateaux télévisés sur lesquels il a des amis.
Certains journalistes m’ont fait savoir — par le biais de mon attachée de presse — qu’ils auraient aimé me recevoir mais que mon frère avait menacé leurs rédactions.
Je ne citerai pas les complices de ce boycott pour ne pas rendre public leur manque de professionnalisme. Parmi eux, je dirai seulement qu’il y a des producteurs influents et des animateurs célèbres, qui se disent terrorisés à l’idée de se faire réprimander ou harceler après une éventuelle collaboration.
 
Qu’en est-il de la liberté de la presse, de son libre-arbitre et de son devoir d’informer ? Qui est Mustapha El Atrassi ? Quelle importance peut-il bien avoir dans le monde des médias pour déclencher une telle omerta ?
Ce réseau de copinage et ces méthodes de mafieux me laissent circonspecte. J’ai l’impression d’être victime d’une injustice telle que je ne peux que tenter de m’en défendre avec la vigueur de l’innocent qu’on jette en prison.
 
Lors d’un passage radio sur France Bleu, le 26 janvier 2013, Mustapha El Atrassi a été interrogé sur mon livre. Il a refusé de répondre aux questions du journaliste, arguant qu’il refusait de parler de sa vie privée.
Deux points m’ont ce jour-là chiffonnée. Le premier, c’est que le livre raconte mon enfance, mon viol. Ma vie, donc, pas la sienne.
Le second, Mustapha venait de se répandre, une minute avant, sur la relation qu’il entretient avec notre maman. 
L’émission en question est restée en podcast une journée avant que Mustapha ne la fasse retirer de la plateforme de téléchargement de Radio France.
Mustapha préfèrerait donc saboter sa propre promotion plutôt que de tolérer qu’un seul mot soit dit sur la mienne.
 
Même si nous sommes frère et sœur, mon histoire m’appartient. J’ai le droit de la raconter, quelle qu’elle soit, et quelles que soient mes raisons.
« Ma » vie privée n’est pas « sa » vie privée, et il n’a aucun droit de regard sur ce que les médias acceptent de dire de mon travail.
Qu’attendait-il de ma part ? Que je signe mon livre d’un pseudonyme pour ne pas lui faire d’ombre ?
Mon nom m’appartient autant qu’il lui appartient. Je suis une El Atrassi au même titre que lui. Mustapha n’a pas le monopole du nom.
 
Mais poursuivons. Interrogé par un magazine quelques temps plus tard, Mustapha a démenti les faits. Il a dit qu’il n’avait jamais empêché qui que ce soit de faire la promotion de Louve Musulmane. Soit.
 
J’aime mon frère de tout mon cœur. Ce que je raconte de lui dans mon livre, c’est la manière dont je l’ai chéri dès sa naissance, la manière dont je me suis battue pour qu’il puisse s’épanouir dans un contexte difficile. Je l’ai toujours défendu, parfois à la force de mes poings.
Ma famille était pauvre. Ma sœur et moi avons soutenu ses « ambitions » de comique. J ai volé pour qu’il ne manque de rien. Jusqu’à aller en prison pour cela.
Ne lui ai-je pas consacré un chapitre de Louve Musulmane dans lequel je l’appelle « le chérubin prodigieux » ? 
Les chapitres de mon livre qui parlent de Mustapha le présentent comme un don de Dieu, un bébé chéri, puis comme un jeune homme talentueux et unique.
 
Des journalistes ont dit qu’au travers de mon livre, je réglais mes comptes avec mon frère. C’est donc un raccourci malheureux. J’aimerais mettre les choses au clair une bonne fois pour toutes.
Les raisons qui m’ont poussée à écrire Louve Musulmane n’ont rien à voir avec Mustapha El Atrassi. Je me sens investie d’une mission de vulgarisation et de mise en garde contre ce que j’appelle « l’islam des illettrés », dans lequel les femmes sont considérées comme des « inutilités ».
Mon livre n’est pas un livre de « dénonciation people », donc ; c’est le parcours d’une femme meurtrie qui utilise l’écriture comme vecteur d’un message fort. Il soulève des problématiques sociales et théologiques profondes.
Oui, mon frère apparaît dans l’ouvrage, mais très peu. Il fait partie de mon parcours de vie, qu’y puis-je ? La manière dont j’en parle est pleine de tendresse. Elle ne lui porte pas préjudice. J’aurais pu en dire beaucoup plus.
 
Qu'est-ce que je dénonce exactement dans Louve Musulmane ? J’y dénonce la manière dont les « filles » naissent défavorisées dans certains foyers, bouches supplémentaires à nourrir, alors que les enfants mâles sont investis de toutes les capacités d’attention et d’amour.
J’ai été victime d’un viol collectif, à Rabat, l’année de mes quinze ans. J’y dénonce également, donc, l’absurdité de cette loi marocaine qui veut que la victime soit mariée à son violeur sous peine de causer le déshonneur de sa famille.
Enfin, je suis française, née en France, mère de quatre enfants français, pourtant, l’administration française me refuse des papiers. Je dénonce ceci également.
 
J’ai été présentée par la presse comme une victime larmoyante. Je ne suis pas ce personnage démissionnaire, en quête de compassion et prompt à tirer des larmes à ses lecteurs. Ma démarche est une démarche de prise de pouvoir, le seul espoir des femmes qui vivent étouffées par des traditions archaïques. Car l’Islam est une religion merveilleuse, que je pratique ; mais qui, mal appliquée, se transforme parfois en étouffoir à jeunes filles.
 
On me pose souvent cette question : pourquoi Mustapha voudrait-il ainsi saboter ses soeurs ? Pas par jalousie, évidemment. Nous ne nous plaçons pas dans une optique de compétition, et nous serions bien naïves d’imaginer pouvoir rivaliser avec son talent. Le problème n’est pas là.
 
Je n’ai aucun linge sale à laver, et encore moins un public. Je le répète, Mustapha n’a aucun intérêt dans cette affaire, et il n’a rien à voir avec la thématique de mon livre.
 
Aujourd’hui, je demande donc officiellement, par conscience professionnelle et par respect pour la liberté de la presse, que les journalistes, producteurs et animateurs TV qui ont donné suite aux revendications (injustifiées) de mon frère, reviennent sur leur boycott et donnent une chance au potentiel de Louve Musulmane.
 
En attendant, la promotion du livre continue sur Internet, à la presse, à la radio, en librairie, et en dédicace. J’invite tous ceux qui respectent la liberté de la presse à la suivre avec moi par le biais de mon compte Facebook.
 
 
 
 Louve Musulmane, de Amale El Atrassi. 
 (en collaboration avec Clarisse Mérigeot)

 Editions de l'Archipel


 ISBN : 978-2-8098-0989-3

 Date de parution : 09/01/2013

 Collection : Témoignage, document

 Nombre de page : 200 pages environ.

 
Résumé :
Ce livre est le témoignage d’une femme forte et digne. Courageuse aussi, car, en dévoilant la vie et les coutumes de son foyer d’expatriés marocains, elle risque sa vie. Unique, parce que c’est la première fois qu’une femme musulmane raconte avec une telle honnêteté la succession de brimades et d’horreurs dont elle et ses sœurs ont été victimes pendant leur jeunesse.
Viol, exil forcé, violences physiques, harcèlement moral, prison... Amale raconte son histoire, celle de sa sœur et de sa famille, en commençant par le portrait de sa mère, mariée de force à 16 ans à un homme qu’elle n’aimait pas, et qui s’est rapidement révélé alcoolique et violent.
Elle habite aujourd’hui près de Tours et a quatre enfants. Elle est la sœur de l’animateur et humoriste Mustapha El Atrassi.
 
Un extrait du livre est téléchargeable sur le site de l’éditeur, Les Editions de L’Archipel, à ce lien :
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 22 mars 2013 11:16

    A quelque niveau que ce soit , je vois que la démocratie fonctionne de mieux en mieux ...........


    Courage dans votre combat pour faire connaitre votre livre 

    Philippe

    • njama njama 22 mars 2013 15:02

      @ Los PollosHermanos

      Wafa Sultan - si vous avez lu sa biographie - a été fortement traumatisée dans sa jeunesse en 1979 par un assassinat commis sous ses yeux par des membres des Frères musulmans (lesquels exécuteront la 16 juin de la même année, 83 élèves officiers alaouites de l école militaire d’Alep. Aujourd’hui encore ils mettent le chaos en Syrie).

      Il semblerait qu’aujourd’hui elle s’en prenne non pas - ou plus - aux dérives existantes ou supposées de l’islam, mais à l’Islam lui-même.
      http://www.youtube.com/watch?v=RFN8ahYN1b0

      Je crois qu’elle a besoin d’une thérapie ...

      Je ne vois pas le rapport entre votre commentaire et l’article !


    • voxagora voxagora 22 mars 2013 12:57

      Les exemples de femmes musulmanes qui osent relever la tête ne manquent pas,


      • blablablietblabla blablablietblabla 22 mars 2013 13:07

        « Car l’Islam est une religion merveilleuse »




        « Tous les musulmans devraient s’interroger pour comprendre pourquoi la foi qu’ils aiment à produit autant de mutants. »
        (Salman Rushdie)« 


         »Les musulmans, et pire encore les musulmanes, sont les premières victimes de l’Islam.« 
        (Maurice-Georges Dantec) »


        « L’islam est structurellement archaïque : point par point, il contredit tout ce que la philosophie des Lumières a obtenu depuis le XVIIIe siècle en Europe et qui suppose la condamnation de la superstition, le refus de l’intolérance, l’abolition de la censure, le rejet de la tyrannie, l’opposition à l’absolutisme politique, la fin de toute religion d’Etat, la proscription de la pensée magique, l’élargissement de toute liberté de pensée et d’expression, la promulgation de l’égalité des droits, la considération que toute loi relève de l’immanence contractuelle, la volonté d’un bonheur social ici et maintenant, l’aspiration à l’universalité du règne de la raison. Autant de refus clairement signifiés à longueur de sourate... »
        (Michel Onfray)« 


         »La maison de servitude, c’est l’islam lui même. Beaucoup de gens, ne rêvent qu’à une chose, en revenir à la maison de servitude. Ils sont fatigués de la liberté, n’aspirent qu’à en être débarrassés. Qu’à cela ne tienne, l’islam les en débarrasse. Il leur offre tout ce qu’ils désirent, des lois strictes et des peines sévères à ceux qui les enfreignent. Les gouvernants eux aussi sont séduits. L’islam leur facilite la tâche, c’est une idéologie qui leur convient.« 
        (Éric Werner) »


        « Referme ton Coran. Pense et regarde librement le ciel et la terre. »
        (Omar Khayyam / 1048-1122)


        « La religion de Mahomet, la plus simple dans ses dogmes, (.) semble condamner à un esclavage éternel, à une incurable stupidité, toute cette vaste portion de la terre où elle a étendu son empire ; »
        (Condorcet / 1743-1794)« 


        Un »male« dans une famille musulmane si par malheur à des soeurs et c’est toute une armée de nanas qui sont à ses services ,laver son linge,préparer la bouffe, faire les commissions , le male adoré de sa maman est élevé sur un piédestal.

        Les femmes dans l’islam sont victime avant tout du patriarcat qui perdure mécha&ment ,meme leur corps ne leur appartiens pas puisque qu’il faut qu’elles le cache.

        Quoique maintenant ça commence à bouger en Tunisie il y a deux »femen" qui ont montrer leur corps pour signifier à cette engeance masculine craignosse qu’il leur appartiens !




        • Byblos 24 mars 2013 15:27

          « L’islam est structurellement archaïque : point par point, il contredit tout ce que la philosophie des Lumières a obtenu depuis le XVIIIe siècle en Europe et qui suppose la condamnation de la superstition, le refus de l’intolérance, l’abolition de la censure, le rejet de la tyrannie, l’opposition à l’absolutisme politique, la fin de toute religion d’Etat, la proscription de la pensée magique, l’élargissement de toute liberté de pensée et d’expression, la promulgation de l’égalité des droits, la considération que toute loi relève de l’immanence contractuelle, la volonté d’un bonheur social ici et maintenant, l’aspiration à l’universalité du règne de la raison. Autant de refus clairement signifiés à longueur de sourate... »
          (Michel Onfray)


          Le judaïsme itou.

          Mais ça, ça se dit pas.

        • Lullaby temet nosce 22 mars 2013 13:15

          Je compatis mais désolée de faire l’avocat du diable ,s’il n’y a rien contre lui dans le livre ,n’est ce pas là une mise en scène pour faire parler du livre ?


          • DanielD2 DanielD2 22 mars 2013 14:39

            " Enfin, je suis française, née en France, mère de quatre enfants français, pourtant, l’administration française me refuse des papiers."

            Pffff, quand est-ce qu’on va enfin mettre fin a ce droit du sol absurde ? Raz le bol de tout ces français de papier ...


            • Aldous Aldous 22 mars 2013 15:02

              « Mustapha n’a jamais emmené ses neveux et nièces à Disneyland, alors qu’il dispose d’invitations à l’année. »

              Alors ça, ça m’a tellement bouleversé que j’en ai usé une bonne douzaines de mouchoirs !

               smiley

              A force de rire, je précise...


              • Papybom Papybom 22 mars 2013 15:39

                Bonjour,

                Pour info : La journaliste et animatrice Anne-Élisabeth Lemoine, alors en couple avec l’animateur Mustapha El Atrassi, porta plainte contre lui en 2007 pour coups et blessures. Ce dernier n’aurait pas accepté que l’animatrice veuille rompre avec lui.

                C’est un ange le petit frère.

                Cordialement.

                 


                • blablablietblabla blablablietblabla 22 mars 2013 16:40

                  Ben ça alors ,je me demande qu’est-ce qu’elle ont dans la& tete des nanas pareil, en faite beaucoup de nanas sont facilement manipulable et très sensible à un certain baratin qui il faut l’avouer les arabes usent avec pas mal de tact.



                  Comme m’a dit une nana en Algérie « c’est la meme cassette et il suffit de vous mettre en ménage avec un et au bout d’un certains laps de temps très court les coups comment à pleuvoir » ,(saote) en arabe .

                  Tout petit ils sont éduqués à etre des caids plus tard, c’est comme ça c’est l’éducation islamique , il faut qu’ils s’affirme(les garçons) et celui qui crie le plus fort il devient le chef en général , un caid c’est honorant pour eux .

                  La hantise chez les familles musulmane que le fils soit une tafiole ou une tarlouse ou homo là c’est le ciel qu’ils leur tombe sur la tete ! 

                • non667 22 mars 2013 17:21

                  à blabla
                  ce que je trouve spirituel /génial dans le coran c’est la sourate qui dit :bat ta femme tout les jours si tu ne sait pas pourquoi ! elle ,elle le sait !


                • njama njama 22 mars 2013 18:06

                  @ Papyboom

                  C’est malheureusement banal, ce n’est pas une question de traits culturels.

                  Aujourd’hui et en FRANCE, 1 femme sur 10 est victime de violence conjugale, cela n’a rien à voir avec les origines ethniques, les cultures.
                  Je ne vais citer de noms pipole (vous les connaissez aussi bien que moi et d’autres), ce ne serait pas juste pour tous les anonymes violents dont on ne parle pas.
                   


                • SamAgora95 SamAgora95 22 mars 2013 16:19

                  «  Car l’Islam est une religion merveilleuse, que je pratique ; mais qui, mal appliquée, se transforme parfois en étouffoir à jeunes filles. »


                  Vous feriez mieux de relire le Coran et peut-être même de le lire tout court, la femme y est décrite comme un objet dont on peut disposer, seuls les « pêchés » féminins y sont décrits avec les châtiments associés, si vous ne reconnaissez pas cela, votre livre ne dénonce rien, bien au contraire il encourage la poursuite de cette folie.

                  Inutile de cherche à rejeter la source de vos malheurs sur les autres.

                  Vous resterez coincé dans votre posture schizophrène tant que vous ne reconnaîtrez pas que le Coran nécessite une forme de « nettoyage ».

                  L’Islam est une religion merveilleuse pour les hommes pervers et faibles, pour les femmes c’est un enfer.


                  • tiloo87 tiloo87 24 mars 2013 01:06

                    Pareil pour les cathos, l’ancien testament contient les mêmes conneries, et les femmes ne sont pas dignes d’être prêtres !
                    Quand comprendrez vous que les 3 religions monothéistes sont une seule t même ?


                  • Loup Rebel Loup Rebel 25 mars 2013 09:46

                    @ tiloo87 (---.---.---.214) 24 mars 01:06

                    *** les 3 religions monothéistes sont une seule t même ***

                    Trois en un...

                    C’est votre vision de la Sainte Trinité ?  smiley


                  • njama njama 22 mars 2013 16:34

                    Le problème n’est pas là.

                    s’il n’est pas là ...où est-il  ?
                    Mustapha comprend-t-il vraiment le(s) thème(s) du livre ? où est-il un peu aveuglé par sa proximité personnelle et familiale avec l’auteur ? Ces mêmes thèmes que dénoncent et combattent d’autres personnes, et que le témoignage de sa soeur est une pierre « parmi d’autres » dans ces justes combats.

                    J’y dénonce la manière dont les « filles » naissent défavorisées dans certains foyers, bouches supplémentaires à nourrir, ...
                    C’est une question un peu culturelle peut-être (qui n’est pas particulière au Maroc, en France aussi il n’y a pas si longtemps que cela) ... mais surtout sociale, politique, économique. Le culturel peut s’arranger par l’éducation, la pauvreté par la prospérité ...

                    J’y dénonce également, donc, l’absurdité de cette loi marocaine qui veut que la victime soit mariée à son violeur
                    Louve musulmane n’est pas la seule à le dire, et c’est courageux quelle ajoute son témoignage à d’autres.
                    Maroc : les combats des femmes

                    Les Marocaines manifestent contre la loi qui protège les violeurs

                    L’Association Démocratique des Femmes du Maroc
                    Le gouvernement actuel a-t-il l’intention de lutter globalement et efficacement contre les violences faites aux femmes ?

                    Peut-être que si Mustapha faisait moins de fixation sur Amale, et un peu plus sur le fond de l’ouvrage ...
                    Et puis s’il est humoriste et plein de talent, ce sont des thèmes (certains) qu’ils pourraient utiliser.
                    Radu Mihaileanu traite par exemple avec un humour très délicat de religion, de coutumes que ce soit dans La Source des femmes tourné au Maroc (bien que l’histoire soit turque), ou Train de vie qui à un moment met en présence juifs et tsiganes ...
                     L’art fait avancer la culture ...


                    • Loup Rebel Loup Rebel 23 mars 2013 16:21

                      Salman Rushdie a mis son talent d’écrivain pour tenter de faire avancer la culture imposée au peuple iranien par les fous de Dieu...

                      Pas sûr que ça ait produit l’effet attendu. C’est peut-être même l’inverse, par réaction, qui s’est manifesté.


                    • Byblos 24 mars 2013 15:36

                      Salman Rushdie n’est pas Iranien. Il est Indien. Idem pour l’idée de « battre sa femme tous les jours ». J’ai passé une journée à fouiller le Coran pour retrouver cette pseudo sourate. En vain. 


                      Alors trêve de bobards, de rumeurs, de stéréotypes, de préjugés et d’étalage d’une ignorance crasse profondément enracinée dans les illusions occidentales de posséder la VÉRITÉ. 

                      Y’en a marre !

                    • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 25 mars 2013 13:32

                      @byblos
                      Vous êtes mal informé.Il n’ y a pas de sourate qui dise qu’ il faut battre sa femme tous les jours..Par contre il y en a une qui dit clairement qu’ il faut châtier la femme désobéissante !!!
                      Ça c’ est écrit NOIR SUR BLANC verset 34 sourate 4

                      « Vous réprimanderez celles dont vous avez à craindre l’inobéissance ; vous les relèguerez dans des lits à part, vous les battrez ; mais aussitôt qu’elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand. »

                      Selon le Coran, les femmes doivent être frappées, battues ou corrigées, c’est au choix !!!!




                    • Loup Rebel Loup Rebel 25 mars 2013 17:49

                      Encore un taliban, ALEA JACTA EST  smiley

                      Je vais ouvrir une liste et la mettre à jour chaque fois que l’un d’eux montre le bout de son museau.

                      Quoique... c’est souvent le même sous des pseudos multiples  smiley


                    • Loup Rebel Loup Rebel 22 mars 2013 18:16

                      @ SamAgora95 (---.---.---.234) 22 mars 16:19

                      Vous avez malheureusement raison, SamAgora.

                      Cette religion est trop attachée à la lettre des textes établis à une époque et un contexte qui n’a rien à voir avec le monde d’aujourd’hui.

                      Tant que l’équation « l’islam, c’est le coran, le coran, c’est l’islam » ne sera pas remise en cause, les abysses de l’horreur frapperont à nos portes.

                      La première remise en cause est celle de l’origine des textes : accepter que l’auteur n’est pas Dieu, mais un homme vivant à une époque précise, inspiré par sa situation particulière, dans un pays en particulier.

                      La seconde réforme devra porter sur le texte lui-même, sensé faire office de « code civil », de recueil de lois à l’adresse d’un peuple composé d’hommes, de femmes, et d’enfants vivant dans un monde où la barbarie a été bannie, autant que possible.

                      Beaucoup de musulmans se disent « modérés » et adhèrent aux revendications de la démocratie, incompatibles avec les valeurs portées « à la lettre » dans le coran, texte fondateur de l’islam.

                      Le jour où la peur des représailles commanditées par les extrémistes sera surmontée, ces musulmans modérés pourront entreprendre les « mises à jour » indispensables pour élever l’islam à la dignité humaine au juste niveau où elle se situe au XXIe siècle.

                      L’islamophobie est sciemment entretenue par les intégristes pour alimenter la victimisation dont ils se nourrissent dans le but de porter les accusations sur ceux qu’ils nomment « les infidèles », pour légitimer en toute bonne conscience le projet de les tuer s’ils ne se soumettent pas à la loi du coran (ou charia).

                      La majorité des musulmans français sont islamophobes, contraints au silence et à la limite de la schizophrénie identitaire.

                      Soyez assurée, Amale El Atrassi, que je compatis à votre cause, dans les limites de ce qui précède.


                      • njama njama 22 mars 2013 19:23

                        L’islamophobie est sciemment entretenue par les intégristes pour alimenter la victimisation dont ils se nourrissent dans le but de porter les accusations sur ceux qu’ils nomment « les infidèles »,

                        Cette remarque pourrait également s’appliquer à bien d’autres convictions.
                        Changer « islamophobie », en« judéophobie », ou « christianophobie » ... donc elle s’applique à tous les intégrismes. Ou toutes les « phobies » à de la victimisation (?).
                        Sortez de votre mauvais fixation sur l’islam « La majorité des musulmans français sont islamophobes » ... essayez de voir que quelques fous ne doivent pas cacher la forêt, quelles que soient les phobies.


                      • Loup Rebel Loup Rebel 22 mars 2013 19:56

                        Vous devriez changer de lunettes, njama  smiley


                      • SamAgora95 SamAgora95 22 mars 2013 23:19

                        Il faudrait que tous les imams de la planète se réunissent une fois pour toute et retirent du coran les quelques monstruosités qui y figure, et l’image désastreuse qui est donnée de la femme (animal qu’il faut dompter et qui doit obéissance à son maître (l’homme), sous peine de coups de fouet à la moindre entorse à la règle).


                        Il faut-être sacrément fanatisé pour ne pas le reconnaître.



                      • Loup Rebel Loup Rebel 23 mars 2013 16:03

                        @ SamAgora95 (---.---.---.179) 22 mars 23:19

                        Comme dit ALEA JACTA EST plus bas :

                        ***sur Agora il y a pas mal de « talibans » qui avancent masqués derrière des causes multiculturelles.***

                        Mais ils sont peut-être moins nombreux qu’il n’y parait, car ils se cachent sous des pseudos multiples qui les dédoublent en plusieurs clowns derrière une seule et même personne.

                        Il n’est pas très difficile de les provoquer pour les pousser à se démasquer. Après quoi, le tout est de ne pas se laisser intimider par leurs accusations qui ne font que mettre en lumière leur adhésion à l’intégrisme. Surtout ne tenir aucun compte du moinsage qui permet juste de savoir combien ont lu le commentaire.

                        Les premières victimes à pâtir de ces sournoiseries sont les musulmans modérés et favorables à la démocratie, parce qu’ils se sentent bâillonnés, privés de liberté d’expression, vilipendés par les attaques talibanes.


                      • legrind legrind 22 mars 2013 18:22

                        Pas fan du tout de Mustapha , ok il connu mais célèbre  ? , mais si en plus des bouquins des FFD ( Sheila, Michou Sardel..) on doit se cogner ceux des frères et soeurs (il y’ avait déjà eu le bouquin du frère taulard de Dati..) on n’est pas sorti de l’auberge.


                        • aimable 22 mars 2013 18:38

                          connu vous dites, je ne savez même pas qu’il était né !!


                        • aimable 22 mars 2013 18:40

                          savais, comme ceci c’est plus correct !


                        • engorharam 22 mars 2013 19:39

                          Je n’ajouterais pas de commentaires sur la manière dont l’islam protège et honore ses femmes, ses filles. Tout le monde le sait. Ce qui m’inquiète beaucoup plus c’est la disparition progressive de la vraie liberté de la presse, la manière dont elle est parfois muselée, par différents moyens, l’argent, les relations, les moyens de pression qui fonctionnent etc... La liberté, la démocratie est un combat permanent, ce que devraient savoir et appliquer les gens travaillant justement dans le journalisme, la presse, les publications de livres etc... 


                          • njama njama 22 mars 2013 21:58

                            @ engorharam
                            Ce qui m’inquiète beaucoup plus c’est la disparition progressive de la vraie liberté de la presse, la manière dont elle est parfois muselée, par différents moyens, l’argent, les relations, les moyens de pression qui fonctionnent etc...

                            Vous oubliez l’essentiel, les préjugés ...
                            « Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé.  »
                             Albert Einstein


                          • Irina leroyer Irina leroyer 22 mars 2013 21:31

                            l’islam c’est comme toutes les religion : un retour a l’obscurantisme !


                            irina


                            • jacques lemiere 22 mars 2013 22:02

                              On peut comprendre que le frère de cette dame use de son petit pouvoir pour ne pas en faire la promotion, mais les pouvoirs de censure de mustapha el atrassi ne sont quand même pas bien étendus...

                              Je peux comprendre la désolation de cette dame de voir son frère ne pas l’aider mais ça reste une histoire de famille qui normalement ne nous regarde pas...

                              Reste le livre et a qualité , je le répète, le faible pouvoir de Mustapha el atrassi font que son nom ne devrait pas être cité. Il est pas gentil et un mauvais frère : ça ne me regarde pas.
                              Imaginons l’inverse , qu’il fasse une campagne active de promotion du livre car c’est celui de sa soeur...on aurait aussi pu raler pour ce favoristisme familial .



                              • jacques jacques 23 mars 2013 10:43

                                Pourquoi dites vous que l’on râlerait ,la promo copinage c’est tous les jours et sur tous les médias !


                              • docdory docdory 22 mars 2013 23:28
                                @ Amale El Atrassi
                                J’ai lu votre article avec le plus grand intérêt, et il est particulièrement instructif pour deux raisons principales :

                                1°) Après avoir exposé brièvement toutes les diverses avanies ( le mot est faible ! ) que vous avez eu à subir dans votre existence, vous déclarez, je vous cite : « ... Car l’Islam est une religion merveilleuse, que je pratique ; mais qui, mal appliquée, se transforme parfois en étouffoir à jeunes filles. »
                                 
                                J’avoue que cette phrase me laisse songeur. En tant que médecin, il m’arrive souvent de donner mes soins à des malades alcooliques. Ce qu’il y a de plus frappant chez eux, c’est l’itinéraire psychologique qui les conduit du déni à la prise de conscience. Schématiquement, cela donne quelque chose comme ça, de la première phase à la dernière :
                                - Je n’ai aucun problème dans l’existence ( bien que l’entourage soit unanimement persuadé du contraire ! )
                                - J’ai des problèmes
                                - j’ai des problèmes mais ils n’ont rien à voir avec l’alcool
                                - J’ai des problèmes, et l’alcool y est pour quelque chose
                                - Mon principal problème dans la vie, c’est l’alcool, et c’est la cause de tous les autres
                                - il faudrait que j’arrête l’alcool
                                - j’ai fermement décidé d’arrêter l’alcool et j’entame une désintoxication
                                - je rechute et je me rend compte, après cette rechute, que je ne pourrais plus jamais boire d’alcool
                                - j’ai arrêté définitivement de boire, mais je suis conscient de ma fragilité à vie à ce sujet.

                                Eh bien ce cheminement dans la prise de conscience de sa propre dépendance est la même pour toutes les addictions, que ce soit l’alcool, le tabac, la drogue, le jeu etc ...
                                Or, comme le disait Karl Marx « la religion, c’est l’opium du peuple ». Cette phrase lapidaire est sûrement excessive, mais il est malheureusement de nombreuses personnes pour lesquelles la religion est une addiction potentiellement très dangereuse ( l’exemple le plus éclairant est celui des terroristes du 11 septembre )

                                Or, vu de l’observateur extérieur que je suis, il est parfaitement évident que les problèmes que vous avez eu dans l’existence sont dus quasiment en totalité à l’islam !
                                Vous parlez des « sévices dont mes sœurs et moi avons été victimes, parce que nées de sexe féminin » , du viol collectif dont vous avez été victime à Rabat quand vous aviez quinze ans. Vous dénoncez à juste titre « l’absurdité de cette loi marocaine qui veut que la victime soit mariée à son violeur sous peine de causer le déshonneur de sa famille. » ( avez-vous été mariée de force après ce viol, vous ne le précisez pas dans votre article ? ) , et également la manière dont les « filles naissent défavorisées dans certains foyers, bouches supplémentaires à nourrir, alors que les enfants mâles sont investis de toutes les capacités d’attention et d’amour ».

                                Mais ne vous rendez-vous donc pas compte que toutes les choses que vous dénoncez avec raison sont absolument consubstantielles à l’islam ? Que l’on demande à tous les musulmans d’admirer Mahomet comme un « beau modèle » alors que celui-ci ( si l’on en croit ses biographes officiels musulmans ) n’a propagé sa religion que par les massacres, les razzias, les viols et autres atrocités, et que le coran est un livre d’une misogynie tellement insensée qu’il aurait sans nul doute été interdit de publication si un « prophète » l’avait écrit à notre époque ? La loi marocaine que vous dénoncez est pourtant directement tirée de l’idéologie islamique que vous considérez comme « une religion merveilleuse »

                                Vous dites de l’islam qu’il s’agit d’une religion qui « mal appliquée, se transforme parfois en étouffoir à jeunes filles. » Le « parfois » je dois dire, me laisse tout simplement bouche bée. Il y a peut-être 750 millions de femmes musulmanes dans le monde. On peinerait grandement à en trouver quelques millions qui jouiraient de l’égalité de droits avec les hommes, et d’un degré élémentaire de liberté qui ne serait considéré que comme tout juste acceptable par n’importe quelle femme ou jeune fille du monde non-musulman. Et le seul pays dans lequel les femmes musulmanes étaient à peu près vaguement libres ( la Tunisie ) plonge à grande vitesse vers un effroyable et glaçant Moyen-âge pour ses pauvres habitantes ! 

                                Vous vous sentez, je cite « investie d’une mission de vulgarisation et de mise en garde contre ce que j’appelle « l’islam des illettrés », dans lequel les femmes sont considérées comme des « inutilités ». »
                                Mais l’idéologie que vous appelez « islam des illetrés » est pourtant rigoureusement la même que véhiculent les « savants musulmans » tels que l’effrayant Al Qaradawi et ses collègues moins connus, à longueur d’antenne, sur les chaînes de télévision des pays musulmans genre Al Jeezira et autres. A t-on jamais vu ces « savants musulmans » se désolidariser de « l’islam des illettrés » concernant le traitement à réserver aux femmes ? Hélas non...puisqu’ils pensent la même chose que « les illettrés » sur les femmes et d’autres sujets 

                                2°) Parlons maintenant de votre frère Mustapha El Atrassi . 

                                J’avoue que la première fois que je l’ai vu et que j’en ai entendu parler, c’est en regardant l’autre jour l’émission « on n’est pas couché » de Laurent Ruquier pendant laquelle était interviewé l’essayiste Laurent Obertone. Personnellement, j’ai trouvé que votre frère était d’une agressivité complètement déplacée, et même haineux, contre cet invité, surtout quand il a fait semblant de le suivre à son départ. Il m’a donné lors de cette émission la fâcheuse impression d’être un homme violent et intolérant, mais peut-être me trompé-je ...

                                Vous relatez dans votre article la façon dont votre frère vous a fait,selon votre ressenti, évincer des plateaux de télévision et vous faites cette remarque :« On me pose souvent cette question : pourquoi Mustapha voudrait-il ainsi saboter ses soeurs ? ». A cette question, vous semblez incapable de formuler une réponse, et pourtant, je suis certain que, au fond de vous même, vous la connaissez parfaitement mais n’osez pas en prendre conscience.

                                Au sujet de la réponse à cette question, je me hasarderai à émettre une hypothèse que vous allez peut-être avoir du mal à admettre : votre livre, si l’on en juge par le résumé que vous en faites, est probablement ressenti par votre frère comme un brûlot lancé contre l’islam. Et effectivement, votre livre semble être en tout cas, d’après ce que vous en dites dans votre article, une attaque directe contre la façon dont les femmes sont traitées dans les pays musulmans, c’est à dire en réalité selon les préceptes de l’islam.
                                 Si votre frère est , comme j’ai tendance à le supposer, un adepte de la religion musulmane, pour lui, votre livre est une insulte intolérable à l’islam et, de surcroît, fait le jeu des « mécréants » ou des « islamophobes ». Par conséquent, il met tout en œuvre pour en atténuer les chiffres de vente. 
                                Bien entendu, peut-être fais-je erreur, peut-être votre frère est-il athée, indifférent religieux, ou bien s’est-il converti à une autre religion que l’islam ? Mais bizarrement, j’ai du mal à croire à l’une de ces hypothèses...

                                En guise de conclusion, je voudrais en revenir à l’alcoolique que je citais en exemple en début de commentaire.
                                Pourquoi boit-il, cet alcoolique ? C’est parce que l’alcool est une drogue en apparence merveilleuse, qui calme le chagrin et les angoisses en quelques minutes, et lui fait oublier tout ses ennuis. Evidemment, il y a les effets secondaires, à court et surtout à long terme, pour lui et aussi pour son entourage.
                                On peut dire que votre position existentielle actuelle est la suivante « j’ai des problèmes mais ils n’ont rien à voir avec l’islam »
                                Il vous faut progresser dans votre réflexion sur vous-même et aboutir à la conclusion qui vous paraîtra un jour ( je l’espère pour vous ) évidente : « Mon principal problème dans la vie, c’est l’islam et c’est la cause de tous les autres » . A ce moment-là, vous en tirerez la résolution qui s’impose : « j’ai décidé de quitter l’islam ! » 
                                Quand vous aurez pris cette sage et courageuse décision, l’islam ne vous paraîtra plus du tout comme « une religion merveilleuse » auprès de laquelle vous cherchiez une consolation à vos ennuis passés et présents, mais comme l’idéologie rétrograde qui a, directement ou indirectement, été à l’origine de tous vos déboires existentiels. Vous aurez perdu un bien piètre soutien, mais vous aurez gagné le bien le plus précieux, qui s’appelle la liberté. 
                                Après quoi, vous pourrez rebaptiser votre livre « louve enfin libre de penser » !

                                Pour vous aider dans votre cheminement intellectuel, je me permet de vous conseiller la lecture du livre « libres de le dire » co-écrit par Taslima Nasreen et Caroline Fourest. Taslima Nasteen vous y expliquera, bien mieux que ce que je ne puis le faire dans ce commentaire, comment le distinguo que vous faites entre « l’islam des illettrés et » l’islam merveilleuse religion", est un distinguo totalement fallacieux et artificiel.

                                Bon courage 

                                Docdory


                                • L'enfoiré L’enfoiré 23 mars 2013 12:57

                                  Doctory,

                                   Bon diagnostique, bonne analyse, bonne conclusion et la posologie, c’est quoi ?
                                   Cela n’a rien avoir avec l’islam, du moins, seul, c’est tout ce qui fait ingérence religieuse dans l’esprit d’autrui.
                                   Comme je le disais plus bas, quand on disait que l’islam était mal interprété, si les hommes n’avaient pas idée d’inventer les dieux, il n’y aurait pas eu d’interprétations, ni l’idée de bien et de mal. Deux notions qui n’ont aucun sens dans le règne animal.
                                   Cela élargit considérablement le champ d’application, non ?
                                   

                                • L'enfoiré L’enfoiré 23 mars 2013 14:17

                                  « diagnostique », correction « diagnostic » smiley


                                • ALEA JACTA EST ALEA JACTA EST 22 mars 2013 23:37

                                  Quel drôle de titre LOUVE MUSULMANE.Louve et musulmane , ça va pas ensemble !
                                  L’ infériorité et la soumission de la femme sont au coeur du Coran.
                                  De deux choses l’ une : ou vous n’ avez pas lu le Coran...ou vous ne savez pas lire....

                                  Je vous conseille la lecture de « Pourquoi je ne suis pas musulman » d’ Ibn Warraq( érudit pakistanais) qui vous éclairera sur la nature de cette religion. Warraq c’ est pas son vrai nom car s’ il était identifié les vilains barbus l’ égorgeraient vite fait bien fait ....
                                  Voici le lien de ce livre gratuit véritable trésor d’ informations instructives !!!
                                  http://ingiagzennay.free.fr/IbnWarraq.pdf


                                  • Morpheus Morpheus 23 mars 2013 00:44

                                    Cher Amale,

                                    Je n’ai pas lu ton livre. Si j’ai bien compris, tu y parles notamment de la violence dont toi et tes sœurs avez été victimes au sein de ta famille et les drames qui en ont résulté.

                                    Tu es née et a été élevée dans la culture arabe. L’une des choses remarquable dans cette culture est la notion « d’honneur », de « fierté » : il est impensable pour les hommes de « perdre la face ». Et les raisons de « perdre la face » sont en grande partie liées à des critères de mœurs, de traditions et bien sûr, de religion. L’homme y est considéré comme supérieur à la femme, maître dans sa maison. Il y a une hiérarchie. Il faut la respecter. Un homme qui n’est pas capable de se montrer maître dans sa maison et de « se faire respecter » (en particulier par sa - ou ses - femmes et ses filles) est un homme « sans fierté ». La pauvreté joue un grand rôle pour accroître cela, car il y a de grandes chances pour que l’alcoolisme de ton père soit le résultat d’un sentiment exacerbé de honte qu’il a ressentie et c’est cette honte qui a été l’origine de sa violence. Naturellement, cela a rejaillit sur son (ou ses) fils (ton - ou tes) frères.

                                    Tu as précisé dans ton article aimer Mustapha, en dépit de sa violence et de son harcèlement à ton égard. Je crains que l’amour que tu lui porte ne sois pas réciproque. Son attitude n’est tout simplement pas acceptable et n’est certainement pas le signe, ni de l’amour, ni du respect. Il ne respecte pas ta souffrance, et ne peut sans doute pas supporter non plus que tu puisses prendre seule ta vie en main (et éventuellement, réussir ce que tu entreprends). Il y a de grandes probabilité, selon moi, pour que Mustapha considère ton livre comme une cause de honte, et le fait que tu ais écrit celui-ci et rendu public ta vie au sein de ta famille comme une volonté de lui faire « perdre la face » (dans sa perception des choses).

                                    Tu dis que tu ne veux pas citer les complices médiatiques du boycott que Mustapha a orchestré contre toi. Je pense que c’est une erreur. Révéler la lâcheté (ou la compromission) de ces « vedettes » du PAF est évidemment un risque, mais il me semble qu’il n’y a pas de vérité que ne puisse être dite. Il y a seulement des vérités qui ne peuvent pas être entendues (en général par les principaux intéressés). Sois sûr qu’en ce qui les concerne, ces tristes bouffons n’auraient aucun scrupule à répandre des rumeurs mensongères et malveillantes sur toi.

                                    D’un autre côté, j’ai un peu de difficulté à admettre que ces bouffons se laissent « impressionner » par Mustapha. Ce n’est pas une grande vedette tout de même, ni un grand humoriste. Ce n’est pas parce qu’il a su séduire Laurent Ruquier qu’il est pour autant une grande vedette. Juste un petit comique pas toujours très inspiré ni très subtil. Alors il me semble étrange qu’il puisse avoir autant d’influence que tu le laisse entendre. Si j’étais toi, je monterai un dossier étayé avec des éléments de preuve de cette cabale, et je diffuserait ce dossier le plus largement possible, en citant les noms de toutes les personnes impliquées. Mais bien sur, je ne suis pas toi, et je peux me tromper.

                                    Je te souhaite la force et la tendresse.

                                    Morpheus


                                    • citadelle 23 mars 2013 02:44

                                      Si votre père était un alcoolique qui battait sa femme et ses enfants, en quoi ça concerne l’Islam ? Vous utilisez votre nom, celui de votre frère, même si ça peut nuire à sa carrière. Si vraiment votre démarche était sincère, vous auriez été présenté votre livre à la société marocaine, parce que c’est de là où est originaire votre bourreau de père. Ici vous ne trouverez que des gens qui aiment a faire passer la femme musulmane comme malheureuse victime du méchant musulman. Et avec ce titre accrocheur, je doute de votre sincérité 


                                      • jacques jacques 23 mars 2013 10:55

                                        Je doute de votre clairvoyance .
                                        Quand les hommes musulmans auront les « couilles » de placer leurs « honneurs » au dessus des ragots de caniveau et du qu’en dira t’on ,leur société fera un grand pas.Aujourd’hui au Maroc tout peut se faire faut juste que ça ne se sache pas .Il faut sauver les apparences.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès