Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Lumière et vérité

Lumière et vérité

Le chemin menant à la vérité est loin d’être un long fleuve tranquille.

Entre illusions, promesses fallacieuses, et obstacles identitaires en tout genre, la recherche de l’exactitude, seul phare capable de nous sortir des méandres ténébreux entourant actuellement notre quotidien, est un véritable chemin de croix. Pauvres gens que nous sommes. Alors que nos va-t-en guerre impériaux s’érigent en parangon de vertu, promouvant la désolation sous couvert humanitaire, nous acquiesçons tacitement leurs obscures entreprises, sans prendre réellement la mesure de ce qui est fait en notre nom.

De la guerre tripolitaine, à la loi martiale américaine, en passant par l’encerclement du détroit d’Ormuz, pour finir par le gouvernement Sachs européen, nous croyons agir pour la Justice alors que nous aidons à l’accomplissement de sombre dessein. L’homme a besoin de croire. Mais à une époque où le monde environnant est essentiellement matérialiste, vers quels Saints se vouer ? La chute de la spiritualité, cette discipline prônant l’introspection, et l’interrogation sur des notions aussi basiques que le bien et le mal, a laissé place à un éphémère confort primaire développant chez nous une sorte d’amnésie sélective.

Qu’en est il de l’action accomplie en mon nom par mon dirigeant ? Quel est le but réellement visé par cette invasion ? Suffit-il qu’une chaine de télévision invoque « les droits de l’homme », ou qu’un journal allègue « la liberté des peuples » pour que votre conscience soit si vite allégée. Connaissons nous les tenants et les aboutissants derrière la commedia dell’arte qui nous est quotidiennement jouée ? Les mauvaises habitudes sont tenaces. Il est tellement plus simple de s’occuper de son pré carré, sans même imaginer la dévastation et l’affliction à travers le monde. Et même quand les preuves sont avancées, que les accointances douteuses sont mises en avant, on s’entend inlassablement rétorquer « d’accord, mais… ». Mais quoi ? Ne vois tu donc pas que ton vote ne sert à rien, que l’ensemble de la classe politique que l’on te met en avant ne décide plus de rien. La corruption est à tous les étages, nous avons presque les mêmes féodalités qu’à l’Ancien Régime, sauf que le duc d’hier, s’appelle président du conseil général aujourd’hui. Pauvre de nous qui croyons en des chimères…

Mais les faits sont là, têtus qu’ils sont. Beaucoup s’emploient à les maquiller, mais inlassablement ils refont leur apparition. Les idées sont bien plus fortes qu’une armée en marche. Peut être que cette dernière permet d’accomplir un forfait momentané, mais à horizon lointain l’idée fait son chemin. Elle pique la curiosité, pousse au cheminement, et peu à peu la lumière réapparait. Car l’interrogation appelle de nouvelles questions. Et enfin la matrice se fait jour. La vérité est dure à entendre, elle n’en reste pas moins vérité.

2012 sera l’année de l’Apocalypse parait-il. Apocalypse ne signifie point fin du monde, mais Révélation. Peut être que cette assertion n’est pas à prendre au pied de la lettre, mais de façon plus allégorique. Les puissances de l’argent prônant l’individualisme, le mensonge, la trahison, et la fourberie vont l’emporter sur l’amour, la bonté, le partage, et la générosité. Le 21 décembre 2012, la FED, faux monnayeur le plus génial jamais crée, verra l’expiration de son bail de 99 ans. Elle laissera la place probablement à une super structure nord américaine qui, en liaison avec son homologue européen, contrôlera l’ensemble de la dette mondiale. Pour quand le calendrier Maya prévoit la « révélation » exactement ? Le 20 décembre dites vous. Curiosité quand tu nous tiens…

Gandhi déclarait : « soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». Quoi de plus sage que cette citation ? Quoi de plus salutaire actuellement ?



Sur le même thème

Petite introduction à l'imposture freudienne
Nos rêves seront vos cauchemars
Le débarquement du 6 juin 1944 du mythe d’aujourd’hui à la réalité historique [Annie Lacroix-Riz]
Pathologie du pouvoir : Psychologie des leaders psychopathes – Question de narcissisme – (1/3)
De quelques réflexions d'un déserteur du marché du travail ou les aventures de super super au travail pour la croissance à travers les siècles


Les réactions les plus appréciées

  • Par bakerstreet (---.---.---.81) 13 janvier 2012 09:34
    bakerstreet

    Quand j’entrais dans son appartement du 22 baker street, je vis tout de suite que Holmes avait sa tête des mauvais jours.

     L’hiver était particulièrement sombre. The thick fog m’avait pris à la gorge pendant tout le trajet. Le temps devait agir sur la neurasthénie du grand homme.
     Par la fenêtre on ne distinguait même pas la Tamise.
     Le grand homme me parla à voix basse de tous les désordres du monde, de la guerre Tripolitaine, de la loi martiale américaine. C’était un chapelet de malheurs égrainés comme les perles de cette église romaine, que les bigotes font tourner inutilement en priant le ciel.

    « Enfin, Holmes, lui dis-je, reprenez vous, bonté gracieuse ! Vos qualités naturelles ne vous donnent pas le droit de renoncer pareillement au monde. C’est l’ami autant que le médecin qui vous parle ! »
    Il leva vers moi un regard plus morne que jamais ;
    « D’étranges mutations se préparent, me dit-il. Le vice amène le pêché en boucle, et même les crimes deviennent de plus en plus obscènes. Ce Jack the ripper qui éventre les femmes dans le quartier de whitechapel inaugure les temps avenirs. Un jour vous verrez que les élus se feront tailler des pipes par des femmes de ménages ! »

    Je sursautais, c’en était trop ! Etait-ce l’effet du laudanum sur son cerveau qui le faisait dériver d’une façon aussi shocking !
    « Holmes, vos paroles sont un véritable scandale. De pareilles monstruosités ne sauraient jamais passer le channel. Toutes ces élucubrations sont peu dignes d’un gentleman britannique, mais justes bonnes à mettre dans la bouche d’un de ces froggys aux mœurs outrageuses !

    « Watson, mon ami ! A quoi bon résoudre des énigmes quand on sait que la planète ne passera pas l’année ! »
    J’ai toujours été étonné de voir chez ce grand homme coexisté un cerveau double : Une grande capacité intellectuelle et déductive, associée à une labilité de l’humeur qui l’amène parfois à dire les pires extravagances.
    « By jove ! Vous n’allez tout de même pas porter fois à ces ragots de la presse populaire ! »

    Il tourna vers moi un regard muet qui n’attendait que mes conseils. Je me concentrais afin de trouver les paroles les plus justes.
    « Holmes vous avez vaincu Moriarty, ce génie malfaisant. Je ne doute pas un instant que vous saurez déjouer les plans machiavéliques de ce mister Fed, le faux monnayeur génial qui veut s’attaquer à nos bonnes réserves de livres sterling.
    Mais une chose après l’autre : Je veux que vous commenciez à nettoyer votre chambre, et à mettiez de l’ordre dans vos affaires. Une chambre rangée, et voilà que le monde paraît plus serein ! » 
    « Elémentaire, mon cher Watson ! » Finit-il par admettre, tirant sur sa pipe.

    J’entrepris de faire un thé le plus rapidement possible. Il n’est pas de meilleur remède pour un anglais. L’eau doit frémir, ne pas bouillir, c’est un point essentiel !
    « Watson, vous faites un parfait cordon bleu ! »

    Pauvres gens que nous sommes !
     La stricte préparation d’un bon thé selon les règles strictes, nous aident bien plus que ces vaines supputations, et nos esprits battant la campagne !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires