• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mahomet, vie et mort d’un prophète !

Mahomet, vie et mort d’un prophète !

Honte aux Modernes que nous sommes (1) qui n'avons pas compris qu'il était important et urgent aujourd'hui d'expliquer autrement et plus exactemet l'origine historique des trois religions du Livre : judaïsme, christianisme et islam ! Mais à quoi servent les philosophes s'ils n'éclairent pas le chemin en fonction de ce que les historiens leur disent (2) ? À quoi servent les médias si elles n'informent pas (3) ? À quoi servent les responsables politiques s'ils savent et n'agissent pas (4) ? Sunnites et chiites s'entretuent aujourd'hui dans un affrontement qui ferait se retourner Mahomet dans sa tombe. Cette folie embrase une partie du monde. Portée par le djihad, elle touchera inévitablement le continent européen, nos banlieues et nos villes.

Lorsque j'ai écrit mes ouvrages, dans les années 80 à 87, il était encore temps d'arrêter ou de canaliser cette folie. France, pays des lumières, c'est tout naturellement à elle que revient le rôle d'éclairer les peuples sur la bonne interprétation des textes fondateurs du judaïsme, du christianisme et de l'islam, une origine purement terrestre... car rien ne descend du ciel... hormis la pluie et quelques météorites. N'est-ce pas elle, France fille aînée de l'Eglise, qui, par un fabuleux rebond du judaïsme, fit rayonner le christianisme sur le monde, un christianisme dans la continuité duquel s'inscrit l'islam ? N'est-ce pas à elle de rectifier aujourd'hui le tir ?

Mahomet, tel qu'on se l'imagine, n'a jamais existé en tant qu'homme/individu mais en tant que conseil. Jésus de même. Pour les Nazaréens, c'est Dieu qui s'exprimait dans les décisions prises au conseil essénien, fils de Dieu (5), ou parfois, dans l'un de ses membres particulièrement inspiré (6). Pour les Arabes, il en était à peu près de même - c'est Omar qui avait la meilleure inspiration, le ilhâm (7), mais le conseil ne se disait pas "Fils de Dieu" et il a reçu plus d'une fois la parole divine par l'intermédiaire de l'ange Gabriel (les moines de Bahira) (8). Noé qui vécut 350 ans, Abraham 175 ans, Ismaël 137 ans, Moïse 120 ans, Abd al Muthalib, grand père de Mahomet, 110 ans, étaient des conseils dans une généalogie politique et une filiation par l'esprit et non par le sang, je crois l'avoir amplement démontré dans mes articles qu'Agoravox a bien voulu publier ainsi que dans mes ouvrages (9). Quant à Adam, ce n'était pas non plus un homme/individu, tout intellectuel "sensé" veut bien aujourd'hui l'admettre. En ces temps-là, au Moyen-Orient et plus particulièrement en Arabie, ce sont les clans, les différents courants religieux et quelques monastères qui animaient la vie publique, pas les individus. Voilà pourquoi je condamne fermement le "Christ philosophe" de Frédéric Lenoir (10), non pas quand l'auteur met en exergue le rôle éminent du christianisme dans la transmission de la sagesse antique mais quand il attribue ce rôle à un Jésus/homme, certes plus homme/sage que fils de Dieu mais individu d'exception tout de même. Dans ces conditions, sur quelles critères refuserait-on à l'islam, l'existence d'un autre être d'exception qui serait venu "après" pour apporter son propre enseignement et le sceau des prophètes ?
 
Voilà bien le dilemme, véritable mur d'incompréhension devant lequel reculent notre intelligentia et nos responsables politiques ! Car, en effet, pourquoi mettre en question l'existence d'un Jésus même simplement homme alors que cette croyance, non seulement ne présente aucun risque pour nos sociétés mais, en plus, les tranquillise ? Tragique renoncement aux désastreuses conséquences pour l'islam ! Je réponds qu'on ne peut pas faire deux poids et deux mesures. Il faut que l'Occident reconnaisse son erreur historique d'interprétation en ce qui concerne sa religion afin que le monde musulman puisse, ensuite, faire de même pour la sienne. On ne peut pas continuer à faire et à écrire l'Histoire en s'appuyant sur des interprétations erronées des textes fondateurs.
 
Comment se fait-il que notre élite intellectuelle n'ait pas compris le sens plus ou moins caché de ces textes ? C'est cela que je ne comprends pas. Et pourtant, les auteurs du livre de Daniel ne pouvaient être plus clairs en laissant entendre que seuls les "intelligents" en comprenaient le sens (Dan 12, 3-4). Paul de Tarse lui-même a écrit que les évangiles étaient "voilés" (2 Co, 4,3). Ce que Pierre ne voulait pas révéler aux gentils, ne serait-ce pas plutôt le double sens de ces textes, l'un caché, raisonnable, à l'intention des initiés, l'autre, merveilleux, en clair, pour susciter l'adhésion populaire ?
 
Certes, bien que l'histoire "Jésus" permette de mieux comprendre l'histoire "Mahomet" qui s'inscrit dans sa suite, l'historien sérieux a, par ailleurs, suffisamment d'éléments pour montrer que l'homme Mahomet n'a jamais existé en tant qu'individu tel qu'on se l'imagine. En dehors des textes religieux fondateurs de l'islam, il n'existe en effet aucune information sur un prophète Mahomet/homme, chef d'armée ou leader politique dûment identifié, qui aurait soulevé le pays face à un empereur romain d'orient byzantin encore puissant et quant à lui, parfaitement identifié. Thomas le Presbyte évoque en 640 les Arabes d'un mystérieux Mhmt, vainqueurs des Byzantins près de Gaza en 634 mais, curieusement, le fait n'est pas rapporté dans les chroniques musulmanes, ou bien il est attribué à Abou Becker. En revanche, il est bien fait mention par les deux sources de la bataille de Mouta mais Mahomet n'est pas présenté comme le chef marchant à la tête d'une armée mais comme celui qui décide, organise, nomme les généraux, bref un conseil de gouvernement. Les chroniqueurs byzantins parlent d'un marchand originaire de Yathrib et non de La Mecque, ce qui montre bien le flou qui régnait alors sur l'identification du personnage, à l'extérieur de l'islam (11).
 
Au XV ème siècle, au palais Topkapi, les artistes représentaient encore Mahomet dans son conseil de sept membres (sept : autant d'étoiles qu'il y a dans la Petite Ourse). Le "désigné" a le visage voilé. On devine que lorsqu'il était tué au combat - ce qui arriva lors de la bataile d'Ohod - un autre membre le remplaçait aussitôt, le visage voilé.
 
Voyons maintenant les textes musulmans.
 
Expliquer la montée en puissance et la marche vers le pouvoir d'un groupe d'associés sous la forme d'un récit d'enfance, mais c'est absolument génial ! Dieu sait le succès qu'a rencontré le protévangile de Jacques où l'auteur, qui avait fui les massacres ordonnés par Hérode, annonce la venue prochaine d'un Jésus vengeur qu'il fait naître d'une population sainte, Marie, et d'une famille de prêtres descendants spirituels du Joseph d'Égypte. Il en est de même pour Mahomet. La nourrice Halimâh est, de toute évidence, une caravane qui ne pouvait survivre dans le désert et faire du commerce que si elle "adoptait" pour fructifier et comme guide un groupe de sept jeunes hommes originaires de la Mecque, un conseil parmi d'autres mais qui s'est révélé être le meilleur. La lumière qui sort du foetus du sein de sa mère/population Aminah, la langue de feu sur le front de son père/conseil Abdallah, l'ange Gabriel annonciateur, il n'y a aucun doute, nous sommes bien dans la continuation du récit évangélique, un récit très imagé que les initiés comprenaient parfaitement dans son sens caché mais qui, à défaut d'être compris, pouvait également entrainer l'adhésion de la population moins instruite mais sensible au merveilleux (12).
 
L'histoire de Mahomet - la Sirah - nous est relatée dans le livre dit de Tabari, compilateur du X ème siècle, lequel a manifestement, selon moi, recopié un texte original d'époque (13). En effet, j'y vois une authenticité que je ne retrouve plus dans le livre de Ibn Hisham (mort en 834) qui est pourtant considéré comme le livre de référence (14). Ce n'est pas le texte de Tabari qui s'est inspiré de Ibn Hichâm, c'est le contraire. Je suis étonné que les exégètes ne s'en rendent pas compte alors que cela saute aux yeux.
 
Bref, on retouve ici la logique de l'Histoire. De même que le prosélytisme chétien n'a pu s'étendre que par les textes évangéliques qu'on envoyait, en particulier dans la diaspora, Abou Becker, le premier disciple, n'a pu mener son combat qu'un livre à la main comportant deux volets : un Coran originel, sourates votées en conseil musulman depuis le début, et une vie du Prophète. Cette vie, nous l'avons, il s'agit du livre de Tabari.
 
Tabari connaît les évangiles, leur style, le sens caché qui s'y trouve, ou tout au moins celui de Luc. Le moine de Ba'hirâ qui prophétise sur le jeune conseil, ce sont les moines de Ba'hirâ, c'est le monastère à l'entrée de Bosra, lequel était consacré à l'ange Gabriel cher à Luc - ma thèse - d'où le raccourci Gabriel -> Mahomet. Khadidja, sa première épouse, c'est la population marchande dominante de la Mecque, ses autres femmes, des troupes militaires, leurs maisons, des casernements, leurs voiles, les portes fermées de ces casernements. La fuite en Abyssinie rappelle la fuite des disciples nazaréens en Égypte (Mt 2, 13-15). Persécutés à la Mecque, les membres du conseil sont recouverts de terre. Ils sont enterrés. Il n'y a plus de volontaires. Le conseil n'existe plus ou est en sommeil. Le retour de Mahomet à Taïf évoque une résurrection (un nouveau conseil). Tabari nous met sur la piste en évoquant les trois jours de marche Ils tueront le Fils de l'Homme, mais une fois tué, trois jours après, il ressuscitera (Mc 9, 31), mais aussi en faisant s'entretenir le "réssuscité" avec Jonas qui fut recraché par la baleine au bout de trois jours. L'allégorie de la vigne n'est pas oublié et le prélèvement d'un simple grain de la grappe qu'on lui offre est, de toute évidence, un engagement politique du nouveau conseil pour la modération fiscale etc...
 
Pas facile de se faire comprendre face aux "à priori".
 
Dans un précédent article (15), j'ai eu l'imprudence d'écrire : Bien sûr, on me donnera l’exemple où Mahomet aurait fait passer au fil de l’épée plus de huit cent juifs de la tribu des Beni Qoraïzha. Scepticisme de ma part ; aucun auteur ne s’est fait l’écho d’un tel holocauste. Il ne faut pas oublier, d’autre part, que ceux qui relatent les faits d’armes de Mahomet étaient des poètes et s’exprimaient dans un langage imagé. En réalité, les bourreaux musulmans tranchaient la mauvaise âme qui planait au-dessus de la tête des juifs par un coup de sabre symbolique. Et ensuite, ces vaincus devenaient musulmans. Cela m'avait valu quelques commentaires très ironiques, et pourtant : il n'y a que Tabari qui relate cet holocauste, et bien sûr Ibn Hisham qui ne fait que le recopier. Il est impensable qu'un tel fait ait eu lieu sans que cela apparaisse dans un texte d'époque extérieur à l'islam, notamment juif. Après la relative clémence accordée aux Beni Qaïnoqua, il me semble qu'il s'agit là plutôt d'un avertissement solennel adressé aux Juifs qui s'opposaient encore à la conquête musulmane. Après explication aux populations conquises ou ralliées, on pouvait toujours leur expliquer que seules les têtes de conseil avaient été coupées et que la population avait choisi de s'allier au Prophète dans le symbole de la belle jeune fille qu'il épousa.
 
Honte aux Modernes que nous sommes qui laissons des fanatiques procéder à des massacres en leur laissant croire qu'ils suivent l'exemple du Prophète !
 
J'ai relu le livre de Tabari. Je ne vois rien d'autre que la conduite normale d'un conseil de guerre et de gouvernement, parfois il est vrai débordé par le fanatisme et la cupidité de ses troupes, mais aussi parfois plus humain et plus clément que d'autres.
 
Extraits du chapitre 26 de mon manuscrit refusé par les maisons d'édition, nouveau titre : Le Prophète au visage voilé (d'après le livre de Tabari).
 
Au mois de dsoul hiddja de l'an X de l'hégire, le Prophète, se sentant en mauvaise santé, se rendit à La Mecque pour y faire un pèlerinage d'adieu. A son retour à Médine, il continua à se plaindre, mais on pensait que c'était à cause des fatigues du voyage. L'année suivante, sa maladie s'aggrava. Au nord, des troupes romaines se concentraient sur la frontière de la Syrie. Au sud, dans le Yémen et parmi les Bédouins, de faux prophètes se levaient et des populations entières renonçaient à l'islamisme. On refusait de payer l'impôt et on chassait les percepteurs. Mahomet envoya une lettre à ceux qui lui étaient restés fidèles au Yémen. Il leur demanda de faire la guerre au faux prophète qui y semait la perturbation. Lorsqu'il fut informé que l'ordre avait été rétabli, son état de santé s’améliora. Un bandeau roulé autour du front pour calmer sa migraine, il se rendit au milieu du peuple pour annoncer que la situation s'améliorait. (16)... 
 
... Après que le soleil se fut levé et avant qu'il culmine dans le ciel, une sueur coula du front du Prophète. Il ouvrit la bouche. Il la referma. Son âme s'était envolée. On était au douzième mois du mois de rabia premier.
 
Ali sortit de la maison en pleurant. Abou Becker, qu'on était allé chercher en catastrophe, arriva à vive allure. Omar se tenait devant la porte, bloquant l'entrée. Il criait à la foule qui se pressait autour de lui : « N'écoutez pas les hypocrites qui vous disent que le Prophète est mort. Non ! un prophète ne peut pas mourir. Il est allé visiter le Seigneur ; il reviendra. Rappelez-vous Moïse qui monta sur la montagne pour aller à la rencontre de Dieu et qui revint dans son peuple au bout de quarante jours. Rappelez-vous Jésus qui monta au ciel et qui redescendit pour se faire voir à ses disciples. Mahomet est notre prophète. Lui aussi, il nous reviendra. Qu'on arrache la langue de ceux qui disent qu'il est mort. »...
 
Voyant Omar qui continuait à haranguer la foule, Abou Becker lui dit : « Omar, mon ami, ne parle pas ainsi. Peut-être ne le sais-tu pas, mais moi je sais que Dieu a dit au Prophète :
 
Mahomet n'est qu'un envoyé de Dieu.
Il mourra comme sont morts tous les apôtres qui l'ont précédé.
Ô hommes de peu de foi ! Faudrait-il renoncer à Dieu
chaque fois qu'un prophète meurt.
Que vous apostasiez ou non, Dieu reste le même.
Il continue à récompenser ceux qui se tournent vers lui. (Sourate III, verset 138)
 
Se tournant vers la foule, Abou Becker s'exclama : « Ô musulmans, le Prophète est mort. Que tous ceux qui l'aimaient le sachent et qu'ils le disent : Mahomet a quitté ce monde ; il est mort et ne reviendra plus. Ô musulmans, Dieu est vivant. Que tous ceux qui aiment le Seigneur le sachent et qu'ils le disent : Dieu est vivant dans ce monde et il ne mourra jamais. »
 
Ne doutant plus de la mort du Prophète, le peuple laissa éclater sa douleur, puis il entra dans la maison pour voir une dernière fois son visage. Puis il sortit. Toutes les maisons de Médine, toutes les maisons d'Arabie pleuraient. Les gens de la maison de Mahomet s'étaient rassemblés dans la mosquée ; ses femmes, ses affranchis, tout ce monde-là gémissait de douleur...
 
... Le corps du Prophète n'était pas encore lavé que déjà la dissension menaçait de déchirer Médine....
 
Des Ançar s'écrièrent : « Nous voulons Ali, cousin et gendre du Prophète, premier des Koréishites, descendant direct des Beni Hâshim. » Voyant qu'on allait en venir aux mains, Omar monta à la tribune et prononça ces mots : « Je ne veux pas que ma candidature soit une cause de dissension parmi vous. Aussi, je me retire, mais je vous demande de voter pour un homme qui n'a même pas songé à solliciter vos suffrages. Et pourtant, cet homme, vous le connaissez. C'est lui qui préside à vos prières dans la mosquée. C'est lui qui est devenu le garant de notre religion. Depuis le tout début, il a été le compagnon de Mahomet. En un mot, je vous demande de choisir pour chef celui qui est le plus digne de succéder au Prophète, j'ai nommé Abou Becker. » Et aussitôt, Omar lui prêta serment. Et aussitôt, des Ançar prêtèrent serment, puis d'autres, puis tous. Et voilà que le peuple arrive. Le tumulte est à son comble. Sad est foulé aux pieds. Quelqu'un s'écrie : « Prenez garde ! Sad a été renversé par la foule. » Omar s'écrie : « Qu'on tue cet hypocrite qui a voulu semer la discorde ! »...
 
...Voilà ! C'est reparti. Les piliers de l'islam sont dorénavant au nombre de trois.
La religion, c'est Abou Becker.
La justice, c'est Omar.
L'armée, c'est Ali.
C'est à Abou Becker que les musulmans ont donné la prééminence (17)...
 
... Abou Sofyan dit à Ali : « Tu es parmi les Koréishites de la plus illustre souche alors que l'ascendance d'Abou Becker est des plus insignifiantes. C'est toi qui aurais dû hériter du pouvoir. Si tu me donnes ton accord, je lèverai une armée à La Mecque et nous éliminerons Abou Becker. » Ali refusa pour sauver l'islamisme...
 
... Le corps du Prophète gisait, abandonné dans sa maison. Personne ne lui avait encore fait sa toilette funéraire. Personne ne pensait à le mettre en terre. Trois jours s'étaient écoulés. Abou Becker s'approcha craignant que le corps ne soit corrompu. Il souleva le manteau et respira une suave odeur. Il embrassa le visage du Prophète, disant : « Ô toi qui m'es plus cher que ma mère et que mon père, tu es comme la fleur coupée qui continue à exhaler son parfum. »...
 
...Et ils le mirent dans trois suaires, deux étaient d'étoffe blanche, le troisième était aux couleurs rayées du Yémen. Et l'on fit venir le fossoyeur de Médine — c'était un Ançar — et, après avoir déplacé le lit, on lui demanda de creuser la fosse à l'endroit même où le Prophète avait expiré, dans la maison d'Aïscha attenante à la mosquée. Puis, on plaça le corps au bord de la tombe et tout le peuple vint se prosterner devant lui.
 
On enterra le Prophète à minuit. Ali et les fils d'Abbas descendirent dans la fosse. C'est Ali qui remonta le dernier. C'est lui qui dit au fossoyeur : 
 
« Jetez la terre ! »
       
 
E. Mourey, 24 juin 2014
Copie à MM Luc Ferry et André Comte-Sponville
 
 
Le récapitulatif de mes articles Agoravox sur l'islam figure en bas de mon article http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/m-tariq-ramadan-nous-demande-de-114047
 
 
Renvois :
1. La sagesse des modernes de Luc Ferry et André Comte-Sponville, éditions Robert Laffont, 1998.
2. Lettre aux philosophes, 1998. http://bibracte.com/mon_aide_aux_philosophes/au_sujet_de_la_sagesse_des_modernes.html
3. Exemple : Bibracte, Gergovie : black-out complet sur mes contestations. Refus systématiques de me publier à l'exception d'Agoravox.
4.10.05.95. Je vous en remercie vivement. Signé François Mitterrand, Président de la République. 27.12.96. M. Jacques Chirac m’a confié le soin de vous transmettre ses compliments pour l’important travail d’érudition… soyez assuré qu’il a été bien pris connaissance des réflexions dont vous avez tenu à faire part au Chef de l’Etat. Annie Lhéritier, Chef de cabinet du Président de la République.
5. Au II ème siècle avant J.C., les documents de Qumrân attestent que les esséniens étaient dirigés par un conseil de Dieu (Rouleau de la Règle, VI, 14 et 20). La grande assemblée essénienne, l'ummah musulmane, ce sont seulement les termes qui changent.
6. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-evangiles-un-devoir-de-verite-144981
7. Le Prophète a dit : "Il y avait, dans les peuples qui étaient avant vous, des hommes qui étaient inspirés (muhaddathûn). S'il y en a dans cette Umma, c'est bien Omar" (al-Bukhârî).
8. http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/les-origines-esseniennes-du-16307
9. On peut consulter des extraits de mon manuscrit "Le Prophète au visage voilé" sur mon site internet www.bibracte.com, manuscrit écrit en 1987, retourné par les maisons d'édition en 2005.
10. Le Christ philosophe de Frédéric Lenoir, éditions Plon, 2007 et http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/ma-reponse-au-christ-philosophe-37376
11. Les fondations de l'islam d'Alfred-Louis de Premare, éditions du Seuil, 2002.
12. http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/mahomet-le-prophete-au-visage-123163
13. Mohammed, sceau des prophètes, par Tabari, éditions Sindbad, 1980.
14. Ibn Hichâm, biographie du prophète, Wahib Atallah, éditions Fayard, 2004
15. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/jamais-mahomet-n-a-preche-la-14287
16. La santé d'un conseil de gouvernement est, bien évidemment, en rapport avec l'évolution de la situation politique.
17. Évidemment, vu que le livre de Tabari dont je m'inspire est celui qu'Abou Becker préchait, il ne peut en être autrement, mais il semble bien qu'Ali ait été pris de vitesse.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.54/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 25 juin 2014 11:53

    « CROYANCES »...voyage aux pays des sectes qui assassinent les peuples depuis des milliers d’années.. !


    • bibou1324 bibou1324 25 juin 2014 11:58

      « L’histoire de Mahomet nous est relatée dans le livre dit de Tabari, compilateur du X ème siècle, lequel a manifestement, selon moi, recopié un texte original d’époque. En effet, j’y vois une authenticité [...] »


      Cette phrase reflète à elle seule le gros problème de la religion musulmane. Selon moi. Dans votre introduction, vous parliez d’origine historique de la religion. Très clairement, toute la suite du texte ne parle pas d’histoire, mais de croyance. Votre croyance. Croyances absolument non étayées par des faits et documents dans l’article. Vous êtes visiblement incapable de parler d’histoire.

      L’histoire, c’est les faits vérifiables. Les faits vérifiables ? Il n’existe aucun manuscrit de l’époque de Mahomet. Si ça se trouve tout est inventé.

      • asterix asterix 25 juin 2014 12:04

        Je doute que cette revisite de l’origine des trois religions monothéistes soit du goût de tout le monde. De deux sur trois, certainement non !
        Pourquoi avez-vous dit ... et ...
        Parce que cela tombe sous le sens !


        • L'enfoiré L’enfoiré 25 juin 2014 21:28

          Que ce soit Prophète ou Messie, même combat, même volonté d’ingérence dans l’esprit des fidèles.

          Pourquoi l’homme ne se considère-t-il pas suffisant pour vivre et pour orienter son présent et partiellement son futur ?
          Imaginez si vous le pouvez, ce qui se serait passé si la seule idée de dieu n’existait pas ?
          Les schismes existent et ont existé dans les deux religions.
          Le poids du secret permet tellement de choses.
          .

        • Emile Mourey Emile Mourey 25 juin 2014 12:27

          Vous ne comprenez donc pas que si j’écris cet article, c’est uniquement par acquis de conscience, pour élever au moins une voix contre l’absurdité des conflits de religion, en l’occurrence celui entre les sunnites et les chiites qui se déroule actuellement à nos portes.



          Tant que le prophète Mahomet est en vie, l’islam ne forme qu’un seul et même courant. En 632, à sa mort, des divergences de vue apparaissent.
          Les chiites et les sunnites ne lui reconnaissent pas le même successeur. Ceux qui choisissent Ali, gendre du prophète, deviendront les chiites, tandis que ceux, majoritaires, qui préfèrent suivre Abou Bakr, compagnon de Mahomet, deviendront les sunnites.


          • Abou Antoun Abou Antoun 25 juin 2014 14:45

            l’absurdité des conflits de religion,
            Bonjour Emile,
            Qui commence avec l’absurdité des religions mêmes.


          • lsga lsga 25 juin 2014 16:14

            il s’agit d’une guerre qui n’a rien à voir avec l’idéologie. Il s’agit de savoir qui a le pouvoir, qui contrôle le marché, qui contrôle l’appareil de production. Aujourd’hui, ce n’est que l’expression des rivalités entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. 

             
            Quand l’Europe et la Russie se feront la guerre, les bourgeois essaieront peut-être de faire croire que c’est une guerre entre Catholiques et Orthodoxes. Tout cela est de la foutaise, cela a toujours été de la foutaise.

          • L'enfoiré L’enfoiré 25 juin 2014 21:35

            Bonsoir Emile,

             Bien d’accord.
             Nous voici un retour en arrière dans l’histoire.
             Qui sera le Charles Martel, cette fois ?
             

          • L'enfoiré L’enfoiré 25 juin 2014 21:44

            L’histoire, un éternel recommencement.

            La religion chrétienne a aussi des schismes déjà avec les deux versions des évangiles écrits bien plus tard par des auteurs différents. 
            Dimanche, je sors aussi un article historique. Rien à voir, bien sûr avec une religion. Sur une même période plus récente avec acteurs que j’aurais pu qualifier « Pouvoir, argent et sexe ». 


          • Aldous Aldous 25 juin 2014 23:19

            Mon cher Emile, je vous soutiens à fond.


            Reste à traduire l’article en arabe et aller le crier sur les fosses communes d’Irak.

            Ca incitera peut être les héritiers de Mahomet a l’entrégorger symboliquement, comme leur maitre à pensait décapitait symboliquement les juifs et menaçaient pour rire d’arracher les langues de ceux qui disait l’évidence : Mahomet a clamsé.

            Mais j’ai des doutes. 

            Déjà que quand Dieu dit « range ton glaive » et « aime ton ennemi » y’en a qui sont assez cons pour partir en croisade, alors si on dit « coupe lui la tête et arrache lui la langue... » même si c’est pour rigoler je vous laisse entrevoir les conséquences.

            Bonne chance ! smiley

          • rocla+ rocla+ 25 juin 2014 12:36

            Joli article Monsieur Mourey .


            • rocla+ rocla+ 25 juin 2014 18:37

              Aujourd’hui mon fan-club se compose de cinq …. smiley


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 juin 2014 18:41

              Avé le mien sept !
              Just for fun,do it ! smiley


            • rocla+ rocla+ 25 juin 2014 18:45

              comment tu fais tu comptes pour deux ? … smiley


            • lsga lsga 25 juin 2014 18:46

              c’est la preuve incontestable qu’Aitea est un agent de la CIA. 


            • Luc le Raz Luc le Raz 25 juin 2014 13:36

              Bof, qu’importe tous ces mouvements religieux adorant l’un ou l’autre de soi-disant prophètes. Le seul Dieu reconnu aujourd’hui c’est le Dieu Fric, seul justificatif pour se taper dessus.


              • caius 25 juin 2014 15:44

                On pourra tortiller dans tous les sens les textes fondateurs de l’islam, il en ressortira toujours que c’est la seule grande religion fondée par un criminel


                • Crab2 25 juin 2014 17:09

                  Un entretien direct avec Mahomet :

                  Changelejeu et Mahomet

                  http://laiciteetsociete.hautetfort.com/changelejeu-et-mahomet/


                • MuslimADieu MuslimADieu 25 juin 2014 15:52

                  @l’auteur

                  C’est pas bien de croire ce que cheikh Tabari a pondu et, plus généralement, sur l’histoire selon les prêtres. Je ne suis d’accord sur pratiquement rien avec vous sauf peut être le double sens des évangiles.

                  Ceci dit, je remarque que vous avez beaucoup lu. Ce n’est malheureusement pas le cas de ceux qui se permettent de parler d’islam un peu partout et un peu n’importe comment.

                  Vous avez un discours que des musulmans pourraient tenir sur eux même. On est loin de l’ignorance bavarde de l’islamophobe primaire qui lobotomises de plus en plus de victimes en Occident.


                  • Aldous Aldous 25 juin 2014 23:08

                    Tabari... il etait pas maire du 5e ? smiley


                  • epicure 26 juin 2014 02:51

                    Mais alors pourquoi tout ce ramdam autour des caricatures de mahomet si la majorité des musulmans sait que mahomet désigne un conseil, et non un individu ?


                  • MuslimADieu MuslimADieu 26 juin 2014 10:35

                    @Crab2

                    laïcité moderne blogspot serait le site qui révèle enfin l’islam authentique.
                    Mazette, on en apprend des choses dans le coin !

                    @epicure
                    je fais partie des musulmans qui ne savent pas encore que Muhammad était un conseil.
                    C’est dingue ce qu’on apprend comme trucs sur l’islam dans le coin.
                    J’en étais encore à Muhammad plagiaire ou rabbin.

                    Sans blagues.
                    Ce qui m’épates, c’est le culot avec lequel on assènes ses vérités par ici. J’espère que cela donnera aux musulmans qui passent par ici une idée sur la valeur scientifique du copier bête et méchant dont les poilus de la face et les imams ont fait une science. De la surenchère dans la connerie, en gros.
                    Qu’Allah nous gardes Crab2 comme exemple !

                  • straine straine 25 juin 2014 16:30

                    « Gerbes d’orties » a été écrit Aymeric de Bainville
                    disponible en téléchargement au format .pdf
                    ou directement le Chapitre Novaine !


                    • Crab2 25 juin 2014 16:53

                      Les religions divisent ;
                      le monothéisme, c’est l’invention du sectarisme ;
                      mieux vaut enseigner l’histoire du fait athée ou l’histoire des philosophies non matérialistes de la volonté de domination ( libertaire - hédoniste )

                      Suite

                      Le stylo et la voix de dieu

                      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/04/le-stylo-et-la-voix-de-dieu.html


                      Puis :

                      http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=L%27universel


                      • Crab2 25 juin 2014 17:06

                        « N’écoutez pas les hypocrites qui vous disent que le Prophète est mort. Non ! un prophète ne peut pas mourir. Il est allé visiter le Seigneur ; il reviendra. Rappelez-vous Moïse qui monta sur la montagne pour aller à la rencontre de Dieu et qui revint dans son peuple au bout de quarante jours. Rappelez-vous Jésus qui monta au ciel et qui redescendit pour se faire voir à ses disciples. Mahomet est notre prophète. Lui aussi, il nous reviendra. Qu’on arrache la langue de ceux qui disent qu’il est mort. »...

                        Un enfant habituer à ’’ comment penser ’’ et non endoctriner ’ dans le ’’ quoi penser ’’ ) rirait de cette fable ou en tout cas ne prendrait au sérieux de telles invraisemblances

                        Juifs et musulmans si loin si proches

                        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/10/juifs-et-musulmans-si-loin-si-proches.html


                        • Crab2 25 juin 2014 17:07

                          Lire : et non endoctriné ’’ dans le ’’ quoi penser ’’


                          • franc 25 juin 2014 17:07

                            Mr Mourey,il ya une terrible contradiction dans ce que vous dites .

                            D’un côté vous dites que Mahomet n’ a jamais existé comme homme ,ce n’est que le nom d’un conseil .

                            de l’autre vous justifiez la succession de Mahomet par Abou Becker en racontant l’évènement de la mort et de la succession de l’homme Mahomet en citan Omar et Abou becker et comme si vous y étiez m^me

                             

                            j erappelle que Omar et Abu Becker font partie du m^me clan en guerre avec le clan de la famille de Mahomet représenté par Ali dont mahomet a désigné comme héritier 


                            • Crab2 25 juin 2014 17:11

                              Cela a bien peu d’importance, dans notre modernité bien des choses changent :

                              Satan (de) ; et du rire de Vénus....

                              http://laiciteetsociete.hautetfort.com/satan-de-et-du-rire-de-venus/


                            • Aldous Aldous 25 juin 2014 23:21

                              La contradiction c’est le style Mourey. (c)


                            • colere48 colere48 25 juin 2014 17:38

                              « La question de la religion, envisagée dans sa nocivité spécifique, a été depuis quelque temps évacuée du débat public et politique, comme si elle ne posait plus problème ni en Occident, ni à l’échelle du monde. Et quand on reconnaît aux religions, tout de même, quelques défauts persistants (voir les violences islamiques aujourd’hui), on les met au compte d’une interprétation fondamentaliste ou intégriste de leur message, qui n’aurait rien à voir avec leur message originel. Or admettre cela constitue une (double) erreur considérable. »

                              Contre la nocivité des religions, la loi de 1905 ne suffit donc pas. La laïcité ne saurait évidemment s’opposer à la pratique personnelle d’une spiritualité mais on ne peut faire l’économie d’un combat plus général contre les religions qui sont, dans leur essence, l’institutionnalisation des croyances au profit d’une caste de gourous. Il est urgent que se développe, aujourd’hui, un véritable militantisme antireligieux.


                              • non667 25 juin 2014 17:58

                                jésus ,ce que j’en sais ! ce qu’on m’en a dit, mais surtout pas au catéchisme (on n’y parle pas de cul ! )  !
                                marie mère de jésus descendante de noble prêtre juif vécu dans un pensionnat de jeune destinées a devenir épouse de prêtre .
                                voila t’y pas que marie très belle ,très pieuse qui ne voulait pas se marier et rester vierge tomba enceinte ! « du saint esprit » d’après elle ,de quelqu’un d’autre d’après des mauvaises langues !
                                branle bas de combat dans le pensionnat  ! la direction n’a pas fait son boulot de surveillance ? que faire ?
                                on trouva un pauvre vieux veuf charpentier qui tout heureux de l’aubaine d’une belle jeune fille et de sa dot accepta d’épouser le paquet cadeau !
                                -d’ou l’attente de la naissance avec les hypothèses les plus farfelus ,a quoi allait ressemeler le fils du saint esprit ? les mauvaises langues pronostiquaient le directeur du pensionnat !
                                d’ou la naissance bien connue !..........
                                d’ou la jeunesse de jésus chambré par ses copain lui disant que joseph n’était pas son père et lui se posant des questions ,se présentant plus tard à ses disciple comme le « fils de l’homme » pour finir par dire sur la croix "mon père pourquoi m’as tu abandonné  ?
                                -d’ou la prière : je vous salut marie mère de dieu ! ......
                                amen !
                                 


                                • Jonas 25 juin 2014 18:29

                                  Bonjour , monsieur Emile Mourey. 

                                  Je ne comprends pas bien votre démarche. Que voulez-vous démontrez ?. Mais avant , j’aimerai savoir , excusez mon indiscrétion , est-ce-que vous lisez et parlez l’arabe ? . Car pour bien comprendre le Coran, il ne suffit pas de le lire dans le texte mais encore le travailler , sourate après sourate. La mémoire, dans l’islam travaille beaucoup, le « Coran » a été transmis par la mémoire, pas de preuves historiques ni archéologiques. C’est le troisième Calife de l’islam successeur d’Abû Bakr et d’Omar, , Uthman qui avait décidé d’officialiser un exemplaire du texte coranique et d’établir une classification unique des sourates en détruisant les autres. Si le « Coran » selon l’islam est parole d’Allah, ceux qui ont retenus les paroles du prophète et ceux qui les ont classées grosso modo dans un ordre de longueur décroissante , qui ne correspond pas à la chronologie ( bien que les plus longues soient souvent les plus récentes et les plus brèves les plus anciennes) sont des pauvres hommes, de simples hommes hommes. 

                                  Le Coran que les musulmans ont entre leurs mains, englobe en réalité deux parties, , une première partie à la Mecque et l’autre après son bannissement à Médine. Il faut avoir une bonne familiarité avec le Coran pour en distinguer la différence. Il faut rappeler , que le « Coran » fut constitué un quart de siècle après la mort du prophète. 

                                  Cher , monsieur Emile Mourey, l’islam n’a jamais besoin des autres pour se faire la guerre. Aujourd’hui , il a les pays Occidentaux comme boucs émissaires. 

                                  Dès la mort du prophète, il y a eu des problèmes de succession, le prophète n’ayant pas eu de successeurs mâles ( tous morts). 

                                  Le Chiisme c’est la francisation de l’expression chi’at’-’Ali qui signifie le parti d’Ali. Le chiites représentant le principale schisme de l’islam. Ils s’opposent d’abord aux sunnites sur la question du califat, qui ,selon eux aurait dû revenir a Ali et rester dans la famille du Prophète. Les chiites éprouvent une vénération passionnelle pour la famille du Prophète , la commémoration du martyre de Hussein petit-fils du prophète le prouve. Il y a d’autres différences qui séparent les Sunnites majoritaires dans l’islam , 80 à 85% et les Chiites. Notamment sur l’imamat. Chez les sunnites , n’importe quel ignorant ânonnant les 114 sourates sans les comprendre et les expliquer peut être un imam , il peut même s’autoproclamer imam.

                                  Chez les chiites, c’est tout a fait différend , c’est un lettré qui a fait de longues années d’études dans plusieurs écoles et qui sert de guide spirituel , garant de la révélation. Ce que l’islam a donné comme grands philosophes, historiens , poètes etc sont issus du chiisme. Pas tous bien sûr. 

                                  Je rappelle pour finir que des quatre premiers successeurs du prophète de l’islam ( Khulafa Ar-Rashidun) les bien guidés. Trois sont mort de mort violente sauf le premier Abû Bakr. 
                                  La première guerre civile de l’islam ( bien avant les boucs émissaires) opposa les partisans de Mu’awuiya, et ceux d’Ali , elle fut marquée par la victoire d’Ali à la bataille du chameau , en 656, puis , l’année suivante ,par la bataille de Siffin etc. 

                                  Vous citez certains savants docteurs de l’islam , mais c’est au fil du temps que des centaines de volumes ont proliféré et maintes et maintes fois retranscrits et commentés par des scribes et des savants médiévaux depuis maintenant plus d’un millénaire , son importance quantitative . ne doit pas faire illusion. On peut l’utiliser, mais ne dit pas nécessairement les faits réels qu’elle invoque. 
                                  Pour votre gouverne , contrairement au judaïsme et au christianisme qui ont été vus par d’autres hommes que les leurs, Grecs, Romains etc , l’islam n’a lui été perçu que par les hommes de la tribu du prophète qui étaient cantonnés entre la Mecque et Médine. Et c’est seulement après la mort du Prophète et l’expansion de l’islam sous le second Calife Omar que l’islam fut connu par d’autres hommes que les siens, mis à part les Juifs de Médine et quelques Chrétiens. Nous sommes loin de l’universalité proclamée aujourd’hui. . 
                                   

                                  • Emile Mourey Emile Mourey 25 juin 2014 19:52
                                    @ Jonas
                                    Bonjour ! 
                                    Question langues, j’ai étudié l’allemand et l’anglais et me débrouille assez bien en latin. Je ne connais ni l’hébreu, ni l’araméen et cela ne m’a pas empêché d’écrire sur les évangiles en m’appuyant sur les excellentes traductions de Claude Tresmontant. Concernant l’arabe, je fais beaucoup plus confiance à des auteurs comme W. Montgomery Watt. Dans cet article, je ne parle pas du Coran que j’ai eu tout loisir de lire durant mes séjours en Afrique du Nord. Si vous voulez avoir une idée du sens de ma lecture, reportez-vous à mon article 
                                    Je considère que les versets cités dans le livre de Tabari font partie du Coran originel puisque je dis que que c’est Abou Becker qui le prêchait. Comme vous le dites, il a été détruit par les adversaires d’Abou Becker, d’où l’imbroglio et l’obscurcissement qui a suivi.

                                  • MuslimADieu MuslimADieu 26 juin 2014 11:08

                                    @Jonas.

                                    Cette histoire de compilation par Uthman est une fable.
                                    Le coran a été très rapidement propagé par les croyants qui l’avaient appris par coeur sur d’immenses territoires. Il est devenu rapidement « infalsifiable » et uthman aurait incapable d’imposer « une compilation » non conforme à ce qui a été appris par coeur et disséminé sur de larges territoires sans faire d’immenses vagues de protestations que l’histoire aurait mentionné.
                                    Le même raisonnement montre la stupidité sans bornes de la théorie des versets disparues. Il y a notamment le fameux verset de lapidation qu’une chèvre (ou une volaille ?) aurait bouffé.
                                    Le véritable problème de la théorie des versets « supprimés du coran », c’est que les tenants de cette version ne sont pas pu trouver des faussaires capables de pondre des versets comparables, dans le style littéraire, à ceux qui existent dans le coran.

                                    Le lecteur du coran, pour sa part, est totalement épargné de tout ces délires affabulatoires. Non seulement l’écriture existait à l’époque du prophète, non seulement c’était un érudit qui savait lire, écrire et rédiger des contrats, mais aussi, il sait que dès l’époque du prophète, le coran était publié :
                                    52-2 : Et par un Livre écrit
                                    52-3 Sur des Feuilles (RIQQ) publiées (MANCHOUR

                                    Même google a deviné que manchour c’est une publication.

                                    quand au Riqq, se dit de quelque chose qu’on écrit dessus.
                                    والرِّقّ : الذي يُكتب فيه، معروف.

                                    RAQIQ se dit de quelque chose de fin

                                    Je ne sais par quel mécanisme de copiage collage de conneries, des gens qui ont l’air éduqués, arrivent à croire qu’à l’époque du prophète, ceux qui battu l’empire byzantin, l’emprie perse, occupé la terre sainte des chrétiens au 7 ème siècle, n’avaient pas encore trouvé du papier et de l’encre pour mettre le coran noir sur blanc.

                                    Le coran d’aillers, parle de crayons et d’encore comme par exemple ici.31-27.

                                    Non sérieux les gars, je suis sûr que si âne du 9 siècle avait écrit que le coran a été transcris au début sur des omoplates de chameaux, il trouverait des érudits aux 21 ème siècle pour faire l’écho de ces conneries. 
                                    C’est incroyable !


                                  • MuslimADieu MuslimADieu 26 juin 2014 11:30

                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Papyrus_(papier)


                                    au cas où vous tomberiez sur un type qui parle d’omoplates de chameaux au 7 ème siècle.

                                    y a ça aussi, comme « preuve d’écriture »

                                    mais c’est probablement un faux.


                                  • MuslimADieu MuslimADieu 26 juin 2014 16:00

                                    Faudrait qu’Agora nous ponde un système pour que je puisse distinguer le moinssage islamiste du moinssage athée. C’est qu’ils ont la même lecture de l’histoire et lisent les mêmes livres de fables.



                                  • Antenor Antenor 25 juin 2014 19:04

                                    « Je réponds qu’on ne peut pas faire deux poids et deux mesures. »

                                    C’est là le fond du problème. Tous les croyants de l’univers font deux poids deux mesures entre leur religion et celle des autres.

                                    Mensonges que les récits homériques ? Mensonges que les mythes sumériens, égyptiens ou égéens sans lesquels nous vivrions encore comme des singes ?

                                    Aplanissez les chemins du Seigneur ! disait le prophète

                                    Commençons donc par traiter toutes les religions sur un pieds d’égalité !


                                    • Crab2 25 juin 2014 19:58

                                      Commençons donc par traiter toutes les religions sur un pieds d’égalité ! écrit Antenor
                                      Certes mais en critiquant les positions de tous ceux qui voudraient infliger l’histoire des religions à tous les enfants en bas-âges :

                                      Plus que jamais, contrairement à ce que réclame les bigots Marek Halter ou Dounia Bouzar, il n’est pas indispensable d’enseigner dans les écoles l’histoire des religions qui ne sont que des fables relevant du milieu familial mais de toute urgence le FAIT athée qui lui concerne tout le monde...

                                      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/04/femme-de-prophete.html

                                      ou sur :

                                      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/04/14/femme-de-prophete-5346627.html


                                      • Antenor Antenor 25 juin 2014 23:07

                                        L’athéisme a le mérite de mettre toutes les religions sur un même plan mais il oublie que nos valeurs nous viennent de nos anciennes cultures religieuses.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès