Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Manifeste Pour La Dissolution Des Enfoirés

Manifeste Pour La Dissolution Des Enfoirés

C’est par la dissolution de toutes les associations caritatives se substituant au politique, que, peut-être, il y aura enfin une vraie prise de conscience dans ce pays, un changement de cap ...

La France Qui Se "Restos"

“On nous avait dit c’est pour un soir/On est encore là 20 ans plus tard/Ici, les Enfoirés/Rejoins notre armée.” [1]

Eh bien non.
Ne rejoins pas cette armée.
Déserte-là !

Et j’irai même plus loin : j’appelle à la dissolution des Enfoirés. Mais pas qu’eux. A la dissolution pure et simple de toutes les associations à but caritatif.
Et je m’en explique.

En 1985, année de création des "Restos du Coeur", il y a officiellement 600 000 personnes qui n’ont rien à bouffer. C’est ce que nous dit Coluche. Et il ajoute que, quand on demande au politique ce qu’il compte faire pour remedier à "ce problème", le politique répond qu’il ne sait pas. “Nous on sait, et on le fait !” assène-t-il.
Bien.
Voilà, se dit-on, un acte citoyen. Une bien belle action.
Nonobstant, Coluche pallie, par ses "Restos", les insuffisances des pouvoir publics, du politique lui avouant ne pas savoir comment faire pour combattre la pauvreté mais qui valide, chaque jour, une économie de marché, brutale, accepte l’idée (terrifiante) que cette économie-là fasse des victimes. Et de plus en plus.
Ce même politique qui, cynique, le moment des élections venu, vient nous dire, solennel, la main sur le cœur, qu’il n’est pas tolérable, dans un pays de droits comme la France, que nous abandonnions certains de nos concitoyens sur le bord du chemin. Qui en appelle à notre générosité. A dépasser les égoïsmes. Les nôtres, bien sûr. Jamais les siens. Et il nous présente ça sous forme de formules ou de slogans de campagne ("La fracture sociale" - Chirac en 1995) de promesses (“Zéro SDF en 2007” – Jospin en mars 2002 ; « Je veux si je suis élu président de la République que d’ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid » Sarkozy le 19 décembre 2006 qui, d’une certaine façon, tient parole puisqu’il envoie les CRS déloger les sans-logis de la rue …) ou de lois (Le Droit Au LOgement dit DALO, par exemple) qui ne s’appliquent pas, ou tellement peu qu’elles ne servent pas à grand chose.

Et alors ?

Et alors, rien !


Et pourquoi ?

Parce que justement le politique s’appuie, sans le dire, sur les associations caritatives qui lui assurent, au fond, l’essentiel : la paix sociale. Il lui fournit même des structures, au niveau local, pour qu’elles (les associations et la paix sociale) perdurent.
Il serait intéressant de les dénombrer. Nous nous rendrions compte, qu’en trente ans, ces associations ont pullulé. Grâce, en partie, aux pouvoirs publics, bien heureux de leur existence, vu qu’elles se substituent à leur relative impuissance.
Intéressant aussi, de les entendre ensuite nous dire, ces politiques, qu’il faut en finir avec .. l’assistanat ! Alors qu’ils ne le souhaitent pas. Et toujours pour la même raison : la garantie d’une paix sociale.

Mais à quel prix, cette paix sociale ?

Ils étaient 600 000 à n’avoir rien à bouffer en 1985, ils sont combien aujourd’hui ?
2 ?
3 ?
4 fois plus ?

Si l’on en croit le rapport de l’INSEE publié en début de cette semaine, il y aurait 8 millions de personnes qui vivraient en dessous du seuil de pauvreté en France (2006).
Soit un million de plus qu’en 2004.

Voilà le prix.
Il est insupportable.

Mais visiblement, nous l’acceptons.
Nous acceptons l’inacceptable.

Eh bien, je dis moi, qu’est venu le temps de refuser.
Et ce refus passe par la dissolution des associations à but caritatif. A commencer par les "Restos Du Coeur", qui, hormis le fait que ce soit devenu (très vite) un barnum et un show médiatique épouvantable, quand ce n’est pas une promo déguisée pour les artistes qui y participent, constituent, en réalité, un cache-misère [2]. Or, il ne faut plus la cacher. Il faut absolument que nous la voyons, que nous la sentions. Il faut qu’elle soit à nos portes, la misère. Vivante, réelle, palpable.
C’est le seul moyen pour qu’enfin il y ait une vraie prise de conscience et un changement de politique.
Une politique responsable, soucieuse de TOUS ses citoyens.
Tant qu’il y aura des associations qui pallieront à son insuffisance, il n’y aura aucun changement de cap.

Certains me diront que je prône là, le Grand Soir (que ne promettaient pas Coluche & Ses Enfoirés : “On ne vous promet pas le Grand Soir, mais juste à manger et à boire !”) ou le Chaos.
Non.
Je ne fais juste que répondre à la question posée par les (nouveaux) Enfoirés : “Et si tu trouves un jour la solution, on fêtera tous notre dissolution !
Eh bien la solution c’est que désormais les politiques, à qui vous avez - indirectement - servi la soupe pendant 20 ans, assument leur choix, celui par exemple de l’économie de marché de type débridée, en tirent les conséquences et fassent leur boulot.
Et la seule façon d’y parvenir, c’est par la dissolution des "Restos", des Enfants de Don Quichotte, de toutes ces associations qui croyant bien faire, entretiennent paradoxalement la pauvreté (qui d’ailleurs grandit) et l’inertie des politiques.

Autrement dit : Laissez les pauvres prendre leur destin en main ! Et Basta !



[1] Extraits de ”Ici Les Enfoirés” reprise du “In The Army Now” du groupe Status Quo (elle-même reprise d’un obscur titre néerlandais). C’est parfait ! Car par ce billet, je déclare qu’il est grand temps d’y mettre fin. Au statu quo.

[2] “Parfois je me demande à quoi ça sert !” Chante Zazie dans cet “Ici, Les Enfoirés.” .. Réponse : à cacher la misère qui grandit.


Sur le même thème

Portraits troublants: "Restos du Coeur" refusent les bénévoles voilées ou porteurs de kippas !
Un sale anniversaire
Migrants de Calais, quelles solutions ?
Construire et faire vivre le réseau local de solidarité
L’Inventeur de la guerre sainte


Les réactions les plus appréciées

  • Par ltrobat (---.---.---.102) 18 mai 2009 17:30
    ltrobat

    Il n’y a qu’a voir qui sont les artistes que le grand show des Enfoirés nous exhibe chaque année :
    plus de 50 % de sarkozistes.
    Que ceux-cis commencent par payer leurs impôts en France au lieu de donner des leçons de générosité aux petites gens.

  • Par Jojo (---.---.---.114) 18 mai 2009 16:36

    Ouh là, bon diagnostic, très mauvaises solutions.

    Une fois que vous aurez dissous tout le tissu caritatif et qu’après la salade au chèvre chaud, le Magret de Canard et un chaud-froid aux pommes le tout salué par un petit Burp de satisfaction, vous attendiez face à votre télévision pendant … quelques jours, le séisme politique qui devrait en découler. Ils font comment pour manger les précaires ?

    Car de quelques jours, mon petit doigt me dit que ça va aller chercher vers les quelques mois puisqu’ils n’en ont rien à cirer les politiques de qui a mangé à sa faim.

    Au mieux, ils redéploieront les forces de l’ordre pour prévenir tout risque d’atteinte à l’ordre public et Basta !

    Vous avez le choix entre plusieurs moyens de pression sur les politiques, dont un qui s’appelle, le bulletin de vote. Les précaires eux, n’auront comme d’autres choix que de vous avoir vous, comme preneur d’otage supplémentaire.

    J’appelle contrairement à vous, tous ceux qui le peuvent à donner et tous ceux qui le veulent bien, à inciter les autres à donner, que les politiques fassent leur boulot ou pas.

    PS : Parmi les associations caritatives, il en est qui paient au SMIC local (de quoi subvenir à ses besoins pas un sou de plus), des enseignants bénévoles qui passent des séjours de deux ans en Asie et ailleurs. Offrant gratuitement toute une tranche de leur vie à des enfants qui ne verraient jamais sans eux l’ombre d’un bâton de craie. Vous ne verrez jamais ces enseignants faire leur auto- promotion et s’auto- flatter l’ego à la télévision, la seule rétribution qu’ils demandent c’est de voir évoluer vers un peu de savoir leurs enfants.

    Alors on fait quoi pour ces gens là, on les interdit aussi pour obliger les dirigeants du tiers monde à donner l’accès au savoir à tous ?


  • Par dapeacemaker911 (---.---.---.205) 18 mai 2009 15:59

    Il y a du sens.

    Arretons de mettre du scotch partout, on verra peut etre enfin l etat reel de notre societe (suicidaire).

  • Par décurion (---.---.---.52) 18 mai 2009 15:16

    Votre constat me semble juste pour l’essentiel .

    La solution que vous préconisez est logique, en fonction des arguments que vous développez, mais vous vous trompez grossièrement, et il semblerait que vous ayez eut au moins un précédent historique.

    Judas, qui attendait le messie libérateur de la Palestine, a voulu contraindre Jésus à s’opposer aux Romains. Nous savons, que Jésus s’est laissé tué, et n’a pas utilisé ses pouvoirs d’ Xmen.

    Les bénéficiaires des restaurants du coeur, sont suffisamment nombreux pour se muer en un groupe d’actions et de pressions face aux responsables politiques, mais on pourrait en dire tout autant des électeurs dont ils sont une composante.

    En réalité votre solution qui consiste à mettre la pression sur les victimes plutôt que sur les responsables est à la fois injuste et naïve.

    Il y a beaucoup à dire sur le sujet, mais avant de jouer les apprentis sorciers, il faut se rappeler, que ventre affamé n’a pas d’oreilles.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires